Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2013

TRACE Sud-ouest: Raid du Couserans - 22/09/13

raid couserans.jpg

28/08/2013

Contre la culture du mensonge, la culture de la France !

Contre la culture du mensonge, la culture de la France !

Aymeric Chauprade

Une nouvelle fois, après l’Irak, la Yougoslavie et la Libye, l’Occident a recours au mensonge le plus grossier qui puisse être : l’accusation d’usage d’armes de destruction massive.

La vérité est que le régime syrien est en train de gagner la bataille contre les terroristes islamistes et qu’il n’a pas besoin d’armes chimiques pour cela. Fort du soutien de l’Iran, du Hezbollah libanais et de la Russie (soutien politique sans failles), il est en train d’écraser son opposition islamiste, minoritaire dans le pays (bien que les sunnites soient majoritaires) et cela face à une rébellion islamiste internationale qui n’a plus d’autre issue que de tenter d’impliquer la France, le Royaume-Uni et les États-Unis dans la guerre.

Il faut dénoncer avec la plus grande fermeté ce mensonge de la rébellion islamiste et son soutien par le gouvernement français, soutien qui s’apparente autant à une trahison des intérêts de la France qu’à un crime contre la paix internationale.

Plus que jamais, il devient urgent de libérer la France des forces hostiles qui se sont installées au sommet de l’État, alors même que l’immense majorité de ceux qui servent cet État, dans les échelons subalternes, sont restés loyaux à la France et au Bien commun des Français.

J’appelle donc tous les patriotes français, de droite comme de gauche, à démonter ce mensonge et à rallier le projet d’un monde multipolaire fondé sur la souveraineté des peuples et le dialogue des civilisations, projet porté avec force par le Président Poutine en Russie, et soutenu par la Chine, l’Inde, l’Iran et bien d’autres pays émergents. C’est avec le soutien de ces pays que tous les patriotes européens contribueront à l’éviction de cette oligarchie mondialiste, arrogante et cynique. Cette oligarchie financière et ses serviteurs dévoués, placés à la tête des partis de gouvernement, qui a laissé partir l’or des banques centrale américaine et européennes en Asie, qui détruit la monnaie par une politique folle de la planche à billets, qui a soumis les peuples américain et européens à un hyper-endettement ne laissant aucun espoir d’inversion, qui plonge les pays d’Europe les uns après les autres dans la banqueroute (Grèce…) pour mieux piller leurs actifs stratégiques (pétrole, gaz, or, minerais…), qui ment aux peuples sur la réalité de la situation économique, sur le déclin évident de puissance, sur la nouvelle hiérarchie mondiale. Pour survivre aux terribles bilans que finiront par dresser les peuples, cette oligarchie là semble n’avoir plus d’autre échappatoire que la guerre.

Le scénario des guerres mondiales du XXe siècle peut hélas se répéter : la même oligarchie est en train de dresser les mêmes peuples les uns contre les autres – les peuples d’Europe du Nord contre ceux du Sud mais aussi les peuples d’Europe de l’Ouest contre la Russie - toujours avec la même stratégie : promouvoir les idéologies de destruction, hier le bolchévisme et le nazisme (pour anéantir l’Europe), aujourd’hui le nihilisme gauchiste (Femen, “théorie du genre”) et l’islamisme, lequel, avec l’appui des États-Unis et de leur jouet européen (la “diplomatie” de l’Union européenne), a créé le chaos en Tunisie, en Libye, en Syrie et maintenant en Égypte.

Le temps des choix est venu. Et choisir c’est abandonner le monde idéal sans tache des adolescents. Il est en effet facile de tout condamner pour ne pas avoir à choisir, au motif d’insatisfactions idéologiques ou d’excès. Il est plus difficile d’avoir le courage de choisir son camp quand on sait que celui-ci est loin d’être exempt de tout reproche.

En Syrie comme en Égypte, il faut choisir les gouvernements patriotiques contre les islamistes. Certes ces gouvernements patriotiques répriment violemment, mais lorsqu’un pays sombre dans le chaos, c’est violence contre violence. Il suffit d’ailleurs de voir comment le Ministre Valls a fait récemment usage de la violence, de manière totalement disproportionnée, contre des familles catholiques qui manifestaient pacifiquement, pour imaginer ce qui pourrait se passer en France si l’État sombrait dans le chaos ! Mais nous savons qu’en France, depuis longtemps et bien avant le retour des socialistes, nous avons quitté l’État de droit pour entrer dans l’État du “deux poids deux mesures” (aux anciens Français, surtout quand ils sont catholiques, la sévérité implacable, aux nouveaux, l’excuse et l’impunité permanentes…).

En France, ces barrières idéologiques qui séparent encore partisans d’une économie libre sans dirigisme et partisans d’une économie libre avec dirigisme, partisans de la laïcité républicaine orthodoxe et partisans de l’identité chrétienne, devront tomber au profit de la seule réalité charnelle qui vaille le combat et l’unité : la France, sa civilisation menacée par l’islamisation et l’africanisation, son État menacé par la banqueroute, sa place dans le monde effacée par le mondialisme, sa prospérité fragilisée par la montée des économies asiatiques. Le principe de réalité devra s’imposer : sacrifier son petit parti “pur”, sa petite mouvance “idéalement conforme” à ce dont on rêve, au profit de la seule dynamique politique capable, autour d’une personnalité forte et légitime, héritière d’un demi-siècle de combat national et d’annonces visionnaires, de coaliser des forces venant d’horizons différents, de sensibilités variées, mais mues par un seul impératif : empêcher la disparition de la France dans ce qu’elle est (son identité) et dans ce qu’elle a (sa puissance économique, géopolitique, culturelle…).

C’est désormais ce principe de réalité qui commandera mes choix à venir, et qui m’amènera, sans jamais me renier, à me séparer du “monde idéal où l’on est toujours d’accord avec soi-même” pour entrer dans le monde du choix et donc aussi du sacrifice.

Le temps presse. Chaque année qui passe, la réalité démographique intérieure et extérieure atténue davantage l’espoir que la France puisse reprendre en main son destin. Il ne suffit plus de comprendre le monde et d’en dénoncer le mensonge (économique, sociétal, géopolitique…) imposé par les “troupes d’occupation mentale” (les médias), il faut passer à l’action politique! Il n’y a d’autre issue que de favoriser le plus rapidement possible le retour à un projet national, souverain, défenseur de notre identité et des valeurs qui fondent notre civilisation.

Aymeric Chauprade

Source: Realpolitik.tv

La Russie et l’ONU contre l’OTAN

La Russie et l’ONU contre l’OTAN

La Russie et l’ONU contre l’OTAN

Nous avions déjà fait un parallèle entre les faux-massacres attribués aux Serbe en Bosnie et au Kosovo, et les tentatives de montages du même type en Syrie. La manipulation des cadavres des civils, la volonté de faire fi des inspections de l’ONU, le règne absolu de la mauvaise foi et du mensonge, le soutien total au terrorisme, sont bien les marques de la diplomatie américaine.

La question est de savoir désormais si les États-Unis vont intervenir. Le rôle de la France et de l’Angleterre n’étant important que pour donner une légitimité à cette fameuse communauté internationale, incarné en fait par les États-Unis et eux seuls.

Pour continuer notre parallèle avec le Kosovo, il faut prendre en compte plusieurs facteurs.

Premièrement, les opérations au sol au Kosovo ont été un échec. La mafia albanaise, même encadrée par les services secrets occidentaux, s’est faite laminer par les unités serbes. L’OTAN n’a jamais osé venir affronter les Serbes directement, consciente de la faible valeur combattive du soldat américain face à son homologue serbe. De plus dans le cas de la Syrie, les États-Unis n’ont pas 250.000 hommes prêts à envahir le pays comme pour l’Irak.

Deuxièmement, le bombardement par des missiles de type « Tomawak » n’aura pas plus d’effet sur l’armée syrienne que sur l’armée serbe. Rappelons que l’action de « Raytheon » avait été diminuée de moitié après les résultats de la campagne de bombardement sur la Serbie. Du point de vue militaire, ces bombardements n’auront en effet que peu d’efficacité. Les troupes syriennes combattent imbriquées avec les islamistes dans des zones urbanisées. Il restera aux Américains les bombardements pour terroriser les populations civiles, ce qui constitue leur spécialité, mais qui en Serbie a au contraire mobilisé la population contre l’envahisseur. Ils pourront cependant être utilisés pour éviter la débandade des islamistes, en leur faisant croire à une intervention américaine. L’enjeu étant d’arriver à Genève 2 avec quelque chose à négocier.

Troisièmement, les bombardements aériens à haute altitude. Ils n’auront guère plus d’efficacité que les missiles, et comme eux pourraient viser les cibles fixes des infrastructures civiles ou militaires, aéroports, centrales électriques, bâtiments administratifs ou de télévision, etc. En outre la DCA syrienne, même avec des bombardements à haute altitude, risque de faire des dégâts dans une aviation habituée à bombarder impunément les civils comme les militaires.

Quatrièmement, les bombardements d’appuis au sol. Dans ce cas-là, les pertes seront encore plus grandes, et à moins que l’armée turque envahisse la Syrie, elles seront sans effet réel sur les résultats des combats, à moins de concéder la perte de dizaines d’avions.

Cinquièmement, la suprématie aérienne. C’est un objectif auquel l’OTAN peut prétendre, avec également de nombreuses pertes à la clé, et toujours un faible impact sur les combats au sol. Le fait que le ciel serbe fut américain n’a rien changé sur les combats d’infanterie.

Sixièmement, l’action diplomatique. Ce qui fit basculer la volonté au demeurant très faible de Milošević en 1999, fut le soutien insignifiant de la Russie et pour finir, la pression de Viktor Tchernomyrdine sur le Président serbe. La Russie d’alors avait un Président malade, une oligarchie corrompue et pro-américaine et était ruinée après la crise de 1998. Seule l’action symbolique du Premier Ministre de l’époque, Evguéni Primakov, sauva en partie l’honneur de la Russie. Rappelons tout de même que Milošević obtint satisfaction sur tout ce qu’il demandait déjà à Rambouillet.

Aujourd’hui, la Russie de Vladimir Poutine est tout sauf un pays faible, et ce sont les pays occidentaux, qui sont ruinés et qui ne peuvent plus se permettre d’autres aventures militaires. Les systèmes S-300 sont sans doute déjà en Syrie, même s’ils n’ont pas encore été livrés. Dans ce cas les pertes en chasseurs bombardiers seront importantes. Le dernier sondage montre que seuls 9% de la population américaine est favorable à une intervention. Comment expliquer la mort de pilotes dans un conflit qui, une fois de plus, ne mènera qu’à une impasse ?

Si l’on part du principe, pas toujours évident, que les États-Unis sont un acteur rationnel, l’agitation actuelle ne se justifie une nouvelle fois, uniquement par le fait qu’il faut donner de l’espoir aux djihadistes, pour éviter une débandade complète, et que le conflit syrien s’arrête avant même la réunion de Genève 2. Il est possible que les menaces soient suivies de bombardements, mais leur efficacité restera limitée et risque de provoquer une escalade dans la région où l’Iran n’a pas l’intention d’abandonner son allié. Pour les États-Unis, l’enjeu est de taille, une défaite des islamistes par l’armée syrienne les privera de leur meilleur allié depuis l’Afghanistan, en passant par la Yougoslavie, jusqu’à aujourd’hui. Plus que jamais, la Russie, comme le prévoyait Emmanuel Todd en 2002, est la puissance pacificatrice nécessaire à l’ordre multipolaire, qui quoi que fassent les États-Unis, se met en place peu à peu.

 Xavier Moreau

Source et illustrations: Realpolitik.tv

27/08/2013

Concert: In Memoriam - Milan -02/11/13

in memoriam milan.jpg

26/08/2013

Le régime plébiscitaire des Napoléons comme remède à l’hérédité et à l’élection

Le régime plébiscitaire des Napoléons comme remède à l’hérédité et à l’élection

napoléon et napoléon III

De même qu’une famille ne peut être normalement constituée sans un père qui la sauvegarde et la « dirige », de même un État ne saurait exister sans un chef responsable revêtu du pouvoir suprême. Mais quel sera ce chef ? Quel titre portera t’il ? De quel pouvoir sera t’il investi ? Le titre importe peu, il s’adapte ordinairement au caractère et aux traditions de la nation. Quant au pouvoir qu’il exercera, quelle en sera la nature ? Sera t-il héréditaire ou électif ?

Nous avons vu en France les abus de la monarchie héréditaire causer la bourrasque révolutionnaire, nous avons vu de même par les excès de nos Républiques les dangers du pouvoir électif. Alors lequel de ces deux systèmes faut il adopter ? Cette importante question est difficile à solutionner. L’hérédité et l’élection présentent l’une et l’autre des avantages et des imperfections, aussi l’une et l’autre ont-elles trouvé des adeptes dans tous les temps.

Avantages et imperfections du système héréditaire

Le pouvoir héréditaire est non seulement majestueux mais fécond. Tout d’abord il assure la stabilité à la nation, il éloigne les convoitises malsaines de l’ambition, et dans le calme qu’il enfante se développent progressivement la sécurité, la confiance, l’expansion des affaires et la prospérité générale. Certaine de son lendemain, une nation gouvernée par le pouvoir héréditaire s’avance d’un pas assuré vers l’avenir sans se sentir menacée par aucun des aléas dont souffrent les États régis par le système électif.

La mort même du souverain ne saurait faire rétrograder ce pays dans sa voie paisible. Cette nation continue d’avancer dans ses destinées, les yeux toujours fixés sur l’héritier présomptif connu depuis longtemps et qui sera salué comme un « anneau »de la chaîne retenant dans la nation la concorde et le bonheur qui la suit.

Mais où trouver la perfection sur notre terre ? Elle n’existe ni chez les hommes, ni dans les institutions qu’ils édifient. L’hérédité du pouvoir, il faut le reconnaître et le clamer, entraîne de graves abus.

Une famille, assise sur un trône depuis des siècles, assurée d’un règne intangible, surtout comme durée, gardera-t-elle toujours conscience de ses lourdes responsabilités ? Ne perdra-t-elle jamais l’ambition de rester digne de l’honneur dont elle est revêtue ? Tout s’use ici bas !

Lorsqu’une dynastie se perpétue aussi longuement, la vertu ou la morale qui l’ont élevée au rang suprême s’affaiblissent et déclinent progressivement jusqu’à l’incapacité ou à l’extravagance, nous avons pu le constater chez nous avec les Bourbons et nous le voyons aujourd’hui en Angleterre. La sagesse humaine est vraiment trop fragile pour que l’on tente d’enchainer, de domestiquer la fortune au service d’une dynastie. Dès que cette dynastie se voit invulnérable, elle perd, avec le respect de ses devoirs, le sentiment de sa propre dignité. L’Histoire démontre trop fréquemment que la décadence de la dynastie fut chez certains peuples la cause des plus terribles revers. La France elle-même n’en fit elle pas la cruelle expérience, et le règne de Louis XIV, quelle qu’en fut la splendeur, n’est il pas le vestibule de la Révolution ?

Alors, faut-il préconiser l’éligibilité du pouvoir suprême ?

Les partisans du système électif entendent sauvegarder par ce moyen d’investiture du « souverain » l’entière liberté de la Nation, en lui attribuant la faculté de ne suivre que le chef d’État qu’elle jugera digne de sa confiance. En théorie, le système purement électif est une garantie de liberté pour le peuple, en le préservant de l’arbitraire qui devient souvent un l’écueil du pouvoir inamovible. Il permet de placer l’autorité souveraine dans des mains capables d’en porter le fardeau. Si la nation s’aperçoit de la défectuosité de son choix ou si son Élu démérite, il lui est loisible, à brève échéance et sans révolution, de retirer le soin de ses destinées à un mandataire insuffisant ou indigne. Ce système serait parfait si, là comme ailleurs, la passion ne trouvait un champ trop favorable à ses ravages.

Le système purement électif présente, lui aussi, de très graves dangers, tant pour l’Élu que pour ses électeurs. Il n’est certes pas impossible qu’un élu temporaire, président ou autre, accomplisse des actes féconds pendant son passage au pouvoir; plusieurs d’entres eux se sont montrés inspirés par un esprit intègre et patriotique. Mais aussi combien est plus considérable le nombre de ceux qui se sont laissés absorber par l’intérêt personnel ? Ne faudrait il pas qu’un Chef d’État, appelé au pouvoir pour quelques années seulement, fut doué d’une nature presque surhumaine pour consentir à s’immoler aux redoutables nécessités du gouvernement des peuples ? Comment lui demander l’effort de labourer un champ dont la moisson enrichira un successeur ? Comment ce passager de quelques jours entreprendra-t-il l’étude laborieuse de tant de problèmes à la solution desquels il ne saurait espérer arriver en peu de temps ?

L’Élu temporaire adoptera une politique d’expédients, un programme mesquin, mais sans risque, lui permettant d’atteindre sans encombre le terme de son mandat. Et si ce chef d’État est rééligible, à quelles visées personnelles, à quelles intrigues ne sacrifiera-t-il pas les grands intérêts publics ? La périodicité de l’élection ôte forcément au chef de l’État le goût et la possibilité des grandes choses. Nul ne se plait à construire un édifice dont il sera expulsé, peut être même avant son achèvement, et qui risque en outre d’être démoli par son nouvel occupant.

C’est ainsi que l’électivité du pouvoir est incompatible avec l’épanouissement de la fortune nationale, dont les bases indispensables sont la sécurité dans l’évolution sociale et la quiétude résultant de la stabilité gouvernementale.

Alors quelle option s’impose entre le pouvoir héréditaire et le pouvoir électif ?

Cette question n’est pas facile à solutionner. On ne peut que souhaiter un système idéal assez parfait pour réunir les avantages des deux modes en question, tout en en écartant les périls. Ce système idéal existe, il rayonne sur toute la France qui, à deux tournants de son histoire, vint s’y réfugier pour son plus grand bien.

Ce système, c’est le régime plébiscitaire des Napoléons.

Parmi les esprits enclins à juger superficiellement les doctrines qu’ils n’ont point vu pratiquer, plusieurs allèguent que le plébiscite exclut l’hérédité ou que l’hérédité doit exclure le plébiscite. Il n’en est absolument rien.

Le plébiscite de 1804 ratifiant le Sénatus-Consulte du 18 mai, décernait au Premier Consul le titre d’Empereur de la République Française avec hérédité. Mais les Napoléons, seuls interprètes fidèles des principes de la Révolution, ne se voulurent jamais que les mandataires de la nation dont ils ne cessèrent de reconnaître le pouvoir souverain.

Il résulte de cette alliance de la nation avec les Napoléons que l’hérédité, dont sont en principe investis nos Empereurs, reste toujours révocable par le plébiscite. Par cette ingénieuse conception, la nation jouit des bienfaits du pouvoir héréditaire tant qu’elle approuve la direction politique suivie par son Élu « ou par l’héritier de son Élu ». Et tout aussitôt que la nation désapprouverait l’orientation où la dirige son mandataire, le plébiscite avertirait ce mandataire que la volonté souveraine, dont il détient le pouvoir, lui demande d’en modifier l’exercice ou même d’y renoncer en faveur d’un nouvel Élu.

D’autres esprits, ignorants ou hostiles, croient voir dans le plébiscite un élément de guerre civile en ce sens qu’un Empereur dépossédé par un plébiscite pourrait revendiquer contre le nouvel Élu les pouvoirs dont l’avait investi lui-même le plébiscite antérieur. Un Napoléon émettant une prétention semblable sortirait tout à la fois de la doctrine napoléonienne et des principes du droit le plus élémentaire. Le dernier plébiscite n’infirme-t-il pas de plein droit, s’il lui est contraire, le plébiscite précédent ? D’ailleurs, un Napoléon ne contestera jamais le verdict populaire, celui-là serait désavoué de tous les Napoléons qui, dans leurs actes comme dans leurs discours, rendirent hommage à l’infaillible valeur du plébiscite.

Quant au plébiscite lui-même, loin de présenter un risque quelconque, il est le régulateur par lequel les Napoléons surent concilier la liberté de la Patrie avec la stabilité du Pouvoir, source de toute prospérité nationale. Quant à l’hérédité révocable par plébiscite, elle est le chef-d’œuvre de la doctrine démocratique.

 « Le plébiscite c’est le droit, c’est le salut. C’est un grand parti national sans vainqueurs ni vaincus, s’élevant au-dessus de tous pour les réconcilier. » Le Prince Impérial 16 mars 1874.

 

 David Saforcada (France bonapartiste)

Source: Le bréviaire des patriotes

24/08/2013

Rébellion #59: "Briser la gauche du capital !"

Rébellion59.jpg

Au sommaire :

- Editorial : Désordem e Progresso

Réflexion : La révolution à déjà commancé.

- Le complexe de la Droite.

-La connerie pour tous.

- Que des ennemis à Droite.

Analyse : Splendeur et misère de l'anticapitalisme de Gauche.

Histoire : Il y a 20 ans, un appel à la résistance ( JP Cruse- Vers un Front national)

Philo : La politique comme un art.

Entretien : Louis Dalmas, les fossoyeurs de l'Occident.

Chroniques livres.

Le numéro est disponible contre 4 euros à notre adresse :

Rébellion c/o RSE BP 62124  31020  TOULOUSE cedex 02

Source: Rébellion