Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2016

2030: Les immigrés et les cas sociaux majoritaires en France?

Impossible de savoir de quoi l'avenir sera fait. Il y a trop de facteurs en jeu, trop d'imprévus, trop d'incertitudes. Cependant, on peut esquisser un assez probable tableau de ce que deviendra notre pays dans un futur plus proche qu'on ne le pense. Et un pays est avant toute chose la somme des populations qui y vivent. Partant de là, on se dit que le cauchemar ne fait que commencer... La situation actuelle nous apprend trois choses fondamentales :

1 – Le pourrissement et la décrépitude de la France sont solidement ancrés et rongent les forces vives de notre pays à une vitesse inquiétante. La France change et les « Français » aussi. Entre le grand remplacement et la dégénérescence inexorable d'une partie de la population « de souche », on se dit que la célèbre formule de Robert Dun prend tout son sens : « Il est plus tard que vous ne pensez ».

2 – En 40 ans, notre pays a complètement changé. Quatre décennies ! Ce n'est rien à l'échelle de la vie d'un peuple. A ce rythme-là, on se dit que 20 ou 30 ans de plus suffiraient à anéantir tout ce que la France a été....

3 - L'oligarchie est la principale responsable du marasme total dans lequel se débat la France depuis si longtemps. Si tout ce que nous connaissons n'est pas le fruit d'une conspiration, on peut toutefois vérifier chaque jour à quel point l'état de notre pays est dû à la nullité et à l'incompétence des pseudo-élites qui nous gouvernent mais surtout à l'idéologie qui les porte: mélange de marxisme culturel et de soumission à l'étranger. Un pays mal dirigé et trahi depuis des décennies a toujours peu de chances de briller... C'est une évidence historique. Notons cependant que lorsque le peuple ne fait rien pour se préserver et accepte quasiment tout sans broncher, la situation est encore pire. C'est l'histoire récente de la France. Elle aura des conséquences abyssales sur l'avenir. Si avenir il y a.

On le sait: la démographie, les déplacements de personnes à grande échelle et la surpopulation seront les enjeux du XXIème siècle dans le monde entier. Nous allons donc tenter d'aller à l'essentiel: à quoi ressemblera la population française ne serait-ce que dans 20 ans ? Les quelques éléments ci-dessous n'ont aucunement la prétention de faire le tour de la question mais simplement d'apporter quelques éléments de réflexion.

stupid.jpg

I. Déclin du talent et fuite des cerveaux

Le premier facteur de réponse se trouve dans une évidence rarement formulée : le déclin du talent (je reprends ici à dessein le titre du livre de H.F. Günther). Toute notre société en témoigne. La France devient peu à peu un pays de sous-doués qui ne pourra éternellement vivre sur ses acquis anciens. La baisse du QI moyen français en 20 ans (4 points en moins pour une moyenne de 98 désormais) a certes de multiples causes mais ne viendra pas démentir mon propos.

L'école (qui n'est que le miroir de la société voulue par le Système) est en crise, elle produit des générations d'analphabètes et de crétins... Oui, ceux qui seront la France de demain... L'abrutissement n'a jamais été si profond chez une population qui n'aspire bien souvent qu'à consommer et à se laisser porter par les vagues du Système. C'est l'inculture satisfaite qui domine aujourd'hui. Nous en avons déjà parlé. Les Français n'ont le goût de rien, ni de penser, ni de créer, ni de travailler. Ils sont trop fatigués. Ils transmettent tout cela à leurs enfants...

En parallèle, les cerveaux quittent la France. Adieux diplômés et chercheurs remplacés par migrants et chômeurs exotiques! Tous ces cerveaux ne reviendront jamais. Ils constituent une perte irréparable, d'autant que leur nombre ne fait qu'augmenter. “Le flux net sortant annuel des personnes nées en France a doublé entre 2006 et 2011 pour s’établir à près de 120 000 personnes en 2011” lit-on dans le Figaro. Si l'on s'en tient à ces chiffres, ce sont donc plus d'un million d'individus parmi les plus qualifiés que l'on perdra en 10 ans. Qui restera-t-il à votre avis ?

white-trash.jpg

II. L'explosion de l'assistanat

Face à une conjoncture économique désastreuse nourrie des conséquences de la mondialisation et de la nullité des pouvoirs publics dans le domaine de l'emploi, la France compte 10% de chômeurs soit 6,5 millions de personnes (toutes catégories confondues).

Parmi ceux-ci, ne nous voilons pas la face, existe un nombre conséquent de gens qui ne font rien, ne cherchent pas de travail et vivent aux crochets de la collectivité. Prenons d'abord les chiffres officiels de la CAF : fin 2015, plus de 2,5 millions de foyers français sont allocataires du RSA ! 2,5 millions de foyers, c'est au moins 7 à 8 millions de personnes, non ?

L'assistanat est devenu un problème majeur pour la France. Nous en avions déjà parlé dans notre article Métier ? Assisté. Les profiteurs professionnels sont de plus en plus nombreux et pondent des tas d'enfants qui seront eux aussi voués à suivre les traces de leurs géniteurs: ne rien faire et profiter du Système ! Ce phénomène est inquiétant de par son ampleur mais surtout de par son caractère profond: ces populations d'oisifs et de cas sociaux dégénèrent de génération en génération! L'oisiveté est la mère de tous les vices dit l'adage... C'est ce que nous avons appelé la « cas-socialisation de la France ». Une triste réalité qui pose déjà d'épineux problèmes car l'aide à outrance constitue un appel d'air pour l'immigration et fait dégénérer des millions de Français.

Le Système continuera sa politique d'assistanat malgré tous les problèmes posés par celle-ci (problèmes financiers notamment, voyez comme les départements sont asphyxiés par le paiement de ces aides). C'est une évidence : les bénéficiaires du RSA et du reste seront de plus en plus nombreux. Plusieurs raisons à cela :

-Le chômage endémique et tout ce qui découle des décennies de libéralisme qui ont mis la France à genoux.

-La facilité de vivre sans rien faire grâce à des aides mirobolantes. Y'a bon la sécu! comme dirait le Docteur Merlin! Français ou étrangers, venez tous vous abreuver à la source du pognon facile. Aucune contrepartie n'est demandée !

-La volonté de l'Etat de garder sous perfusion financière des millions de personnes. Celles-ci sont, de fait, ses obligés. Les masses oisives sont tenues en laisse en quelque sorte. Si elles ne percevaient rien, elles seraient à même de déclencher d'importants troubles sociaux. RSA = un des ingrédients de la paix sociale.

Le redressement économique et moral de notre pays ne semblant pas prévu pour demain, la France sera dans 20 ans un pays qui crèvera littéralement de ses assistés, tant financièrement que socialement et culturellement. Le pain et les jeux seront plus que nécessaires pour tenir la plèbe exotique et crasseuse! Autant dire que ce n'est pas un atout pour notre avenir...

enfants.jpg

III. La France colorée

Qui fait des tonnes d'enfants aujourd'hui, mis à part les cas sociaux? Les immigrés extra-européens. Ces derniers, on le sait, sont majoritairement des assistés professionnels. Il suffit de constater à quel point les départements les plus touchés par l'immigration sont souvent ceux où les aides sociales sont les plus développées (Seine-Saint-Denis, Nord...).

Aujourd'hui, les chiffres des naissances non-blanches font froid dans le dos. On les connaît grâce au dépistage de la drépanocytose qui est une maladie génétique ne touchant quasiment que les populations africaines ou antillaises. La France interdisant les statistiques ethniques, c'est le seul moyen pour nous de savoir quelle est l'ampleur du grand remplacement. Les chiffres ci-dessous sont édifiants (source)! En 2015, près de 40% des enfants nés en France n'étaient pas d'origine européenne! Des régions comme la PACA (52%!) ou l'Ile-de-France (73%!) semblent condamnées à court terme à devenir des enclaves africaines où les Blancs seront en grande minorité. Le reste du pays suit la même trajectoire... L'africanisation de la France, prévue dans les années 1930 déjà par un Céline, est devenue réalité. Imaginez dans 20 ans...

Graphique-drepanocytose_hd_chiffres_2015-1.jpg

Le fait est que même si les frontières étaient fermées aujourd'hui, nous serions tout de même condamnés à l'africanisation. Il y a certes peu de risques qu'elles le soient de sitôt... Les migrations continueront et viendront accélérer la mise en minorité des Blancs. La tour de Babel au lieu de la tour Eiffel! N'oublions pas pour finir que la population « de souche » est vieillissante et qu'elle ne peut faire face, à terme, au flot continu de populations jeunes qui lapinent à tout va. Aujourd'hui déjà, si le taux de natalité français (dont se félicitent politiciens et médias) est supérieur à celui de certains pays voisins, c'est bien grâce à l'apport africain...

IV. Villes et campagnes

La population française étant urbaine à 80%, il est utile de se questionner sur l'avenir de nos villes, là où le changement est toujours le plus rapide. En 40 ans, elles ont tellement évolué... en mal. La fuite de la population blanche de celles-ci ne va faire que croître. Cloaques immondes bourrés de toutes les races sombres et vendues au mondialisme financier et cosmopolite, les métropoles verront leur population se transformer comme jamais. Elles perdront peu à peu leur identité, bafouée par les influences extra-européennes et le phénomène bobo, à l'image de ce qui se profile depuis des années. La gentrification de certains quartiers s'accélérera probablement, menée par tous ceux qui s'accommoderont de la situation grâce à leurs revenus élevés. Pour le reste, ce sera la direction du bidonville... Normal, la France devient un pays digne du tiers-monde.

Les Blancs « normaux » continueront quant à eux leur exode dans ce que le géographe Christophe Guilluy a appelé « la France périphérique ». Les temps seront de plus en plus durs, il va falloir payer et supporter le poids des diverses chances pour la France dont on vient de parler... Le dictature du Système risque en outre de s'intensifier... Campagnes et zones périurbaines profondes deviendront les bases de repli de tous ceux qui voudront se séparer de ce que le Système aura fait de notre pays. C'est là que les Blancs les plus conscients s'organiseront face à une France qui n'en aura plus que le nom et qu'ils pourront retrouver leurs racines et traditions... ainsi qu'un sens à la vie! En attendant de résister activement et non plus passivement à leur disparition programmée? Espérons-le, le temps presse. Il n'a jamais été si tard.

Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

28/09/2016

Les étrangers font la loi en France (surtout s'ils sont saoudiens)

Saud.jpg

Quand ce n'est pas les diplomates présents en France ou leurs proches qui agissent en toute impunité sur notre sol, ce sont ceux qui ont acheté notre pays et s'y comportent en satrapes. La famille royale saoudienne en a l'habitude. L'année dernière encore, elle avait montré à quel point elle se sentait investie de tous les droits lors de l'affaire de la plage privée de Vallauris, sur la Côte d'Azur...

Riche et dépravée, cette famille fait vivre le calvaire à ses serviteurs (ses esclaves). Le prince Majed ben Abdulaziz Al-Saoud n'a-t-il pas récemment défrayé la chronique pour des actes de cruauté envers ses employés féminines? Eh bien, maintenant, c'est en France que ça se passe. Une princesse saoudienne a en effet ordonné à ses sbires de frapper et de tuer un artisan parisien venu dans son appartement du 16e afin d'y réaliser des travaux. « Il faut le tuer, ce chien, il ne mérite pas de vivre » a lancé à son encontre la furie. Ses hommes de main n'y sont pas allés de main morte: le malheureux a été frappé, ligoté puis mis en joue car il refusait de s'agenouiller et de baiser les pieds de la princesse. Son calvaire a duré 4 heures... Son matériel de travail a été confisqué et il n'a pas, bien sûr, été payé (la facture est de 20.000 euros). En outre, les saoudiens ont photocopié ses papiers d'identité et lui ont interdit de revenir dans le 16e arrondissement "à jamais". Ils se considèrent chez eux c'est normal...

Pourquoi l'artisan a-t-il été traité de la sorte? On l'a accusé de prendre des photos afin de les revendre à des journalistes... Il en avait juste besoin pour son travail...

Quoi qu'il en soit, les problèmes posés par les Saoudiens sont connus: "Les mauvais traitements au personnel sont réguliers parmi les riches familles du Golfe, certaines d'entre elles bénéficiant en plus de l'immunité diplomatique."

Oui, on sait. La France sait. Mais elle permet tout. On lit également dans le Point que:

"Les gorilles étrangers sont en effet autorisés à porter une arme par le ministère de l'Intérieur, alors que cela est interdit aux professionnels de la sécurité privée de nationalité française, sauf rares exceptions."

L'Etat français est un paillasson que le monde entier crotte dès qu'il pose les pieds chez nous. Ledit Etat accepte tout, ne dit rien, s'abaisse, s'affale devant le moindre étranger puissant. Surtout exotique. Surtout riche. La réalité est là et si notre pays est raillé sur tous les continents, ce n'est pas pour rien. Il n'inspire que faiblesse et dégoût... Quelle honte pour la France qui ne manquera pas une fois encore de courber l'échine devant ses maîtres du Golfe, ses "bons alliés" comme on les désigne dans les hautes sphères... Qu'il est loin le temps où notre pays était respecté.

Rüdiger / CNC

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

22/09/2016

Le destin de l'Europe s'est-il joué à Gettysburg ?

General lee.jpg

Le destin de l'Europe s'est-il joué à Gettysburg ?

Voilà une bien curieuse question!... Comment et pourquoi l'avenir du Vieux continent aurait-il pu être radicalement transformé dans cette paisible bourgade de l'Etat de Pennsylvanie, fut-elle le lieu de la plus célèbre bataille de la Guerre de Sécession ?

Tenter d'y apporter quelque réponse ne serait que pure spéculation. Mais la question mérite d'être posée.

Le présent article n'a pas la prétention de dresser un minutieux détail de la fameuse bataille qui se déroula du 1er au 3 juillet 1863. Le lecteur intéressé se reportera aux ouvrages de Lee Kennett, de même qu'au Blanc Soleil des vaincus de Dominique Venner que les Editions Via Romana ont eu l'heureuse idée de rééditer, enrichi d'une préface d'Alain de Benoist.

Après les victoires confédérées d'Antietam, Perryville et Fredericksburg et celle de Chancellorsville en mai, Gettysburg constitue le dernier verrou de l'armée des Etats-Unis, dont une nouvelle défaite autoriserait l'enlèvement, par les troupes confédérées, des grandes cités septentrionales de Washington et Philadelphie, puis New York et Boston. Que serait devenue la Nation américaine si le drapeau confédéré avait triomphé sur le Stars 'n' Stripes ? On peut sereinement juger que l'Histoire géopolitique des Etats-Unis en eût été profondément modifiée. Et ainsi, le destin de notre Vieille Europe.

Car Gettysburg constitue une incompréhensible défaite de l'armée de Virginie du Nord, dont le commandement est assuré par le général Robert Lee, face à l'armée du Potomac, dirigée par le général George Mead. Malgré une faible infériorité numérique, la victoire semble acquise à Lee l'Invincible. C'est sans compter sur le talent tactique du général nordiste John Buford qui parvient à imposer le choix du terrain au profit des troupes Unionistes. Tournant décisif de la Guerre de Sécession, Gettysburg consacre le Stalingrad des Confédérés qui perdent une large part des territoires acquis au cours des derniers mois. La bataille fut, en outre, la plus coûteuse en vies humaines dans chaque camp.

Quelques mois plus tard, en novembre, le président Abraham Lincoln rend hommage aux combattants des deux camps dans un célèbre discours prononcé sur les lieux mêmes de l'affrontement. La guerre terminée, l'heure est à la construction du lieu de mémoire de l'un des sites majeurs de l'Histoire des Etats-Unis d'Amérique.

Vue générale 1.jpg

Le voyageur qui se trouverait sur la côte Nord-Est des Etats-Unis aurait tort de ne pas faire un détour par cette charmante petite ville qui se situe à une heure de route de la Maison blanche. Toute la bourgade vit bien évidemment du souvenir de la bataille mais évite l'écueil de sombrer dans la "Disneylandisation". Antiquaires militaires de tous les conflits, bouquinistes et magasins souvenirs de qualité avec une prédominance nordiste, même Picsou y perdrait quelques plumes et dollars...

Voyager, c'est aussi déguster ! Si la gastronomie américaine ne mérite guère que l'on s'y attarde plus, il sera conseillé d'oser (et le verbe n'est pas trop fort) franchir la porte du Hunt's Café et commander un cheesesteak. Le regarder, c'est déjà accuser deux kilos supplémentaires sur la balance mais Dieux que c'est bon !

C'est le ventre plein qu'il vous sera permis d'effectuer les trente kilomètres du circuit remarquablement aménagé reliant l'ensemble des sites de la bataille. Et que cela est impressionnant de voir cette immense plaine de plusieurs dizaines de kilomètres carrés constellée de centaines de monuments à la gloire de chaque brigade de chaque Etat. Difficile d'accorder son attention à tous mais la vue est impressionnante.

Monument Caroline du Nord.jpg

Monument General Lee.jpg

Gettysburg, c'est aussi le symbole d'une histoire assumée. Le grandiose monument du général Lee est le plus majestueux des centaines d'autres à la gloire des Confédérés. Contraste saisissant quand on analyse les rapports de la France à sa propre histoire et à ses Réprouvés ; le Maréchal Pétain en tête dont le nom n'est plus honoré que par le village du Moule en Guadeloupe, quand douze villes américaines lui dédient une rue ou une avenue.

Ainsi, Gettysburg serait le trait d'union d'une Nation américaine qui a parfaitement digéré sa guerre civile. Et pourtant...

La Guerre de Sécession a cessé, ça c'est sûr ?

Polémique sur le drapeau Sudiste, le Waterloo de la liberté de penser au pays d'Oncle Sam

Lorsque Obama ne tient plus la Barack, c'est toute la société multiraciste américaine qui s'enflamme. Si les tensions raciales aux Etats-Unis n'avaient jamais complètement disparu, l'accession d'Obama à la présidence en 2008 ne manqua pas de les exacerber.

Sous les feux des projecteurs, nul Ku Klux Klan moribond, ni quelque mouvement suprémaciste condamné à une existence marginale... Non ! Oussama ben Laden désormais mort et offert au tumulte des flots, c'est un drapeau sur lequel se concentrent toutes les attentions de la bien-pensance occidentale.

Identifié au Klan et au souvenir de l'esclavagisme, le drapeau sudiste, dont les onze étoiles figurent les onze Etats confédérés, est la cible de nombreuses polémiques qui traversent l'Atlantique et sont relayées jusqu'en Occident comme une actualité internationale majeure. L'Etat du Mississipi qui arbore le drapeau confédéré comme emblème officiel est montré du doigt. Idem le sénat de Caroline du Sud sur lequel flotte la bannière étoilée du Sud. On a l'actualité qu'on mérite !

Il fallait bien un incident pour asseoir définitivement la revanche des minorités sur le Sud. Le 17 juin 2015, à Charleston, en Caroline du Sud justement, Dylann Roof, âgé de 21 ans, ouvre le feu dans une église noire de la ville. La fusillade fait 9 morts et consacre la condamnation définitive du Dixie Flag.

Cité par son porte-parole Eric Schultz, Obama indique que la bannière confédérée conserve toute sa place aux Etats-Unis... dans un musée. Sous la pression, l'Etat de Caroline du Sud met son drapeau dans sa poche.

Bien loin de faiblir, les tensions grandissantes font couler le sang. Le 24 juillet 2015, à Oxford dans le Mississipi, Anthony Hervey, homme noir de 49 ans et défenseur infatigable du drapeau confédéré, voit son véhicule percuté par un autre bondé de jeunes afro-américains. L'embardée de l'automobile tue Hervey sur le coup. Cinq jours plus tard, à Columbus dans l'Ohio, trois hommes blancs sont poignardés et une femme reçoit une balle dans le cou devant leur maison qui arbore le drapeau honni. Le 15 août, à l'université d'Austin au Texas, des groupes de pression obtiennent le retrait de la statue de l'ancien Président des Etats confédérés, Jefferson Davis. Le 16 octobre, à Bradenton, en Floride, un afro-américain tire à trois reprises sur un véhicule arborant un autocollant sudiste sur le parking d'un supermarché. Le 30 décembre, le cimetière confédéré de Raleigh est profané. Les exemples pourraient être multipliés à l'infini. Curieusement, les nouvelles se noient en mer et ne parviennent pas aux rédactions françaises...

Gettysburg, un passé qui ne passe plus ?

L'essayiste Martin Peltier a récemment trouvé 20 bonnes raisons d'être anti-américain. La Nation, passée maître dans l'art de la subversion en vue d'asservir le reste du globe, conservait quelques traits séduisants pour qui a traîné ses guêtres au pied des gratte-ciels d'Oncle Sam et autour des majestueuses maisons coloniales d'Oncle Ben's. Son travail de mutilation quasiment achevé, les Etats-Unis semblent bien déterminés à se saborder eux-mêmes dans leur démente vision eschatologique judéo-protestante.

Et les espoirs que place la frange réactionnaire et droitarde européenne dans la candidature du new yorkais Donald Trump semblent bercés des illusions d'une Europe incapacitante dans le choix de son avenir qui se joua autant sur la verte plaine de Gettysburg que chaque jour sur notre Vieux continent.

Donald Trump, on dirait le Sud... Mais le temps dure longtemps...

Virgile / CNC

Texte paru à l'origine dans Livr'arbitres #20 (site; notre revue de presse ici)

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

 

20/09/2016

Regard sur l'Actu #31: L'Europe saignée par l'oligarchie et les migrants

merkelmigrants.jpg

Regard sur l'Actu #31:

L'Europe saignée par l'oligarchie et les migrants

Le divorce entre les peuples d'Europe et leurs dirigeants est une réalité bien connue. L'actualité ne fait encore une fois que le confirmer.

Les "migrants" encore et toujours

Les mois passent et l'invasion de l'Europe par les pseudo-migrants continue de plus belle. Qui s'en étonnera ? Seuls les idiots pouvaient penser que ceux qui l'ont promue allaient reculer. L'oligarchie mondialiste n'abandonnera jamais son dessein profond: la destruction de l'Europe comme puissance et celle de ses peuples. Ecoutez-les! Il faut en accueillir toujours davantage mais surtout les répartir le plus largement possible afin que plus aucun endroit de ce continent ne soit épargné. Le pape François vient d'ailleurs (encore une fois) de se poser en champion des migrants, lui qui, exemplaire, va héberger au sein du Vatican deux familles! Son dernier appel est sans équivoque :

"Que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d'Europe accueille une famille"

Oligarchie catholique et oligarchie mondialiste main dans la main pour nous détruire; nous avons l'habitude. Le financier apatride Georges Soros, qui nous voue une haine rabique comme chacun sait, vient encore de débloquer 500 millions de dollars pour les "besoins spécifiques des migrants, des réfugiés et des communautés d'accueil". "Je vais investir dans des start-up, des sociétés établies, des initiatives sociales et des activités fondées par les migrants et les réfugiés eux-mêmes" explique ce grand ami de l'humanité (qui cherche en outre d'autres investisseurs dans son projet afin d'accélérer notre déclin).

Heureusement, les faits sont têtus et l'opinion publique européenne n'est pas entièrement dupe de la situation. Cologne ou Calais sont deux noms qui parlent bien plus qu'un long discours. De plus, on n'en finit pas de découvrir l'ampleur de la manipulation que le Système a ourdie. Dernier exemple que j'ai relevé : de pauvres migrants qui ont quitté leur pays d'origine à cause des inhumaines persécutions qu'ils y subissaient y retournent pourtant... pour y passer leurs vacances ! On vient en Europe se poser en victime (ça marche toujours!), profiter du pognon (normal, on y obtient tout!) tout en retournant de temps à autre au soleil. La vie est belle.

« Selon une enquête de l'hebdomadaire allemand Die Welt am Sonntag, des réfugiés enregistrés en Allemagne, et à ce titre bénéficiaires d'allocations, feraient de courts séjours dans leurs pays d'origine. On note parmi ces destinations la Syrie, l'Irak et l'Afghanistan. Autant de pays dont certains ressortissants obtiennent le statut de réfugié en Occident compte tenu des dangers et des persécutions dont ils pourraient être victimes en y vivant. »

Pour contrer l'invasion, les initiatives fourmillent de plus en plus. De simples citoyens ou associations (à l'image du LiEn ou de l’association des maires « ma commune sans migrants » présidée par Steeve Briois) font un utile travail local pour saper le projet mondialiste; à un niveau supérieur, ce sont les pays d'Europe de l'Est qui, au sein de l'UE, tentent de combattre la marée humaine de pseudo-réfugiés. La Bulgarie, soutenue par la Hongrie, va ainsi bientôt doter sa frontière avec la Turquie d'une clôture de barbelés de 259 kilomètres! Victor Orban le dit clairement : c'est là que se joue « l'avenir de l'Europe » et non à Bruxelles !

 

suede.jpg

La Scandinavie trahie par ses élites

L'avenir de l'Europe ne semble pas non plus se jouer en Scandinavie... à en juger de la sombre situation d'un pays comme la Suède, dictature multiculturelle encore pire que ce que nous connaissons en Europe de l'ouest. Je reprends ce qu'en dit le site breizatao:

« Ce laboratoire à ciel ouvert a absorbé jusqu’à la dernière goutte le poison de la psychopathie gauchiste: ethno-masochisme, féminisme pro-musulman, athéisme nihiliste, invasion migratoire du tiers-monde, etc. L’élite au pouvoir dans ce pays est lancée dans la destruction totale de la Suède comme nation historique. »

En témoigne ce clip issu d'une organisation caritative alliée au gouvernement afin de tuer la Suède à petit feu. On y voit « la nouvelle société » dans toute sa splendeur tolérante et ethnodestructrice.


En Norvège ? C'est le roi qui prend la direction des opérations pour liquider son pays et son héritage. Face à un gouvernement conservateur qui a pris des mesures afin de lutter contre le flot migratoire, Harald V a déclaré combien il les aimait, lui, les migrants et les étrangers (et les homosexuels!):

«Les Norvégiens sont aussi des immigrés originaires de l'Afghanistan, du Pakistan, de la Pologne, de la Suède, de la Somalie et de la Syrie», a martelé le roi, avant d'ajouter, laissant peu d'ambiguïté quant à son parti-pris en faveur de l'ouverture du pays aux migrants : «Notre "chez-soi" est là où notre cœur est. Il ne peut pas toujours se situer à l'intérieur des frontières d'un pays.»

Plus globalement, le suzerain a affirmé que les Norvégiens étaient notamment «des femmes qui aiment les femmes, des hommes qui aiment les hommes», mais aussi des personnes qui «croient en Dieu, en Allah, en tout et en rien».

aigle.jpg

Les animaux à la rescousse !

La seule barrière à l'installation des hordes de réfugiés serait-elle la défense de l'environnement ? Enfin, tout dépend de quel environnement l'on parle... A Steinfort, paisible bourgade du Luxembourg peuplée de 5000 âmes, doit se construire un village d'accueil pour migrants depuis quelques mois... mais, horreur !, des chauve-souris intolérantes (et en plus protégées!) vivent sur l'emplacement de ce futur Calais luxembourgeois ! Une association locale a ainsi réussi à faire retarder les travaux en demandant une étude environnementale afin de protéger les chauve-souris qui, il est vrai, sont chez elles!

Restons chez nos amis les volatiles et écartons-nous de notre sujet de base en évoquant cette belle initiative qui nous vient des Pays-Bas. Pour lutter contre le fléau représenté par les drones, la police néerlandaise a choisi une méthode archéofuturiste : les aigles! « Les animaux seront appelés à la rescousse quand les drones poseront un danger pour la population, lors d'un événement particulier, comme une visite d'État, ou s'ils volent trop près d'un aéroport. » Il serait stupide de ne pas les utiliser  car « les aigles voient les drones comme des proies et l'interceptent en vol avant d'aller se poser là où ils se sentent en sécurité, le drone toujours entre leurs serres »... Une centaine de policiers va être entraînée au maniement de l'oiseau impérial et des pays comme la France ou l'Allemagne seraient déjà intéressés pour imiter cette idée novatrice.

La France toujours au top !

Je ne pouvais pas terminer cet article sans évoquer la grandeur de notre pays par le biais de François Hollande. Celui-ci, détesté et raillé par toute la France (et une bonne partie du monde), n'en souffre pas le moins du monde dès qu'il est jugé par ses pairs. En effet, la fondation américaine Appeal of Conscience lui a décerné le titre d' «homme mondial de l'année» et a loué « son leadership dans la sauvegarde de la démocratie et de la liberté dans un moment d'attaques terroristes et pour sa contribution à la stabilité et à la sécurité mondiales ». Traduisons. L'oligarchie le félicite pour avoir été un infatigable agent de l'anti-France et un serviteur zélé du projet mondialiste et droit-de-l'-hommiste. Mais, que savons-nous de cette fondation qui le décore de si belle manière ? Appeal of Conscience a été:

« Fondée en 1965 par le rabbin Arthur Schneier, survivant de la Shoah et rabbin de la Park East Synagogue de New York, la fondation Appeal of conscience promeut "la paix, la tolérance, et la résolution des conflits ethniques". »

On comprend mieux.

Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

23/08/2016

Pour en finir avec les vieilles lunes

3225138047.jpg

Pour en finir avec les vieilles lunes

Alors que la France est traversée par une vague d'attentats sans précédent depuis 1995 - série inaugurée par le Groupe Islamique Armée Algérien le 25 juillet 1995 à la gare Saint-Michel par la pose d'une bombe artisanale dans le RER B entraînant la mort de 8 personnes et faisant plus de 117 blessés – il est peut être temps de revoir nos orientations et prises de positions face au réel qui nous domine aujourd'hui.

Il est bien évident que rien ne va s'arrêter. Bien au contraire, il est à prévoir que les attentats vont désormais s'enchaîner avec une intensité décuplée. Certes, nous ne sommes pas dupes. Comme le rappelle Francis Cousin, il y a l'histoire des apparences, à la surface des choses, et l'histoire radicale dialectique des grandes profondeurs. Mais que ces attentats soient organisés, téléguidés de l'extérieur ou qu'il s'agisse d'un terrorisme étatique importe finalement peu. Ils existent et frappent.

1- Nous sommes bel et bien au cœur d'un choc de civilisation.

L'analyse de la situation en France (ce qui Lénine appelle « le moment actuel ») est sans ambiguïté. Nous pouvons retourner le problème dans tous les sens, trouver ici ou là des dérivés, il n'empêche !

Nous sommes en guerre. Mais contrairement à ce que pensent certains, cette guerre n'est pas neuve et ne date pas des récents attentats commis en France et en Allemagne.

Nous sommes en guerre depuis la fin des trente glorieuses, depuis le regroupement familial, depuis l'acceptation d'une immigration massive extra-européenne sur notre territoire.

Nous vivons en état d'urgence permanent depuis au minimum une trentaine d'années. D'impolitesses en incivilités, d'indifférences en racisme ordinaire, le « vivre ensemble » imposé à nos concitoyens n'est plus qu'un immense champs de ruine dont les prémices nous apparaissent désormais lointains.

Le choc migratoire intense qui déferle sur l'Europe depuis quelques mois n'est que l'aboutissement logique de dizaines d'années de saupoudrage constant.

Nous savons que le mouvement des « réfugiés » est un mouvement organisé par le capital qui a besoin de main d’œuvre nouvelle pour casser le coût du travail. Nous savons qu'il existe des filières immigrationnistes. Nous savons qu'au travers du « grand remplacement » c'est à une substitution de main d’œuvre que nous assistons. Nous savons, comme le dit encore Francis Cousin, que « les hommes ne sont pas des oies sauvages et qu'il n'existe pas de cycles de migration naturelles ».

Nous savons que l'ennemi mortel qui se cache derrière le paravent de l'immigration se nomme Grand Capital et sa cohorte d'idiots utiles.

Qu'importe ! Le réel s'impose à nous. On peut l'appeler comme on veux : choc du futur, comme Alvin Toffler, choc des religions, comme l'abbé Guillaume de Tanouarn ou encore choc des civilisations, comme Samuel Huntington, la réalité c'est que l'Europe doit aujourd'hui faire face à une tentative de balkanisation et d'hétérogénéisation sans précédent.

Cependant, tout n'est pas aussi simple. N'en déplaise aux complotistes de tout poil et aux géopoliticiens de salon, les vagues migratoires qui se déversent à nos frontières se moquent bien de ces concepts d'occidentaux repus, elles n'en ont même sans doute jamais entendu parler. Elles se meuvent avec « leurs tripes », avec leur inconscient de peuples en mouvement. Loin d'intellectualiser leur action, c'est un instinct primaire de conquête de territoire qui les anime. Instinct animal décuplé par la masse.

Attentats et vagues migratoires sont constitutifs d'un même appel : celui d'une haine de l'Occident, d'un passé fantasmé d'une colonisation douloureuse, des mouvements de peuple sur la longue Histoire. C'est la continuation de l'expansion des Omeyyades (661-750) et celle de l'Empire Ottoman (1389 prise de Kosovo) mais par d'autres moyens. Éternel balancier. Que le spectacle de la marchandise l'ait mis en branle n' a guère d'importance. Il arrive que les monstres échappent à leur créateur.

Une chose est sure : nous n'assistons pas à la fin de l'Histoire, comme le crient certains bien-pensants, mais à son retour effectif après des décennies de consensus mou et d'opulence capitaliste. « Sous le choc de la vague migratoire, l’Europe se disloque, se désintègre, se déconstruit. (…) les historiens dateront certainement de cette affaire, de ces années 2015-2016, le début de la décomposition de l'Europe » pouvait-on lire dans Le Monde dans son numéro du 26 février dernier.

« Prétendre qu’il n’y a pas un choc des civilisations entre l’occident localisé et moribond et l’Islam déterritorialisé en pleine santé est une sottise qui empêche de penser ce qui est advenu, ce qui est, et ce qui va advenir », écrit pour sa part Michel Onfray, avant de poursuivre : « Refuser la réalité du choc des civilisations ne peut se faire que si l’on ignore ce qu’est une civilisation, si l’on méprise l’Islam en lui refusant d’en être une, si l’on déteste la nôtre par haine de soi »1.

L'Histoire est faite de mouvements de peuples et de conquêtes territoriales. L'Europe l'a un peu oublié depuis qu'elle est entrée dans la domination absolue de la marchandise et a quitté ce que Dominique Venner nommait l'horizon de la guerre. Celui-ci se rappelle aujourd'hui à notre bon souvenir et frappe de nouveau à notre porte.

Nul besoin de tomber dans les délires psychotiques de groupuscules appelant à la croisade. Seul l'impératif de faire face au réel nous conduit à penser que nous entrons dans une phase de confrontation ethno-culturelle de grande intensité.

2 – Y-a-t-il une solution politique et non violente au choc de civilisation ?

Pour les plus vieux d'entre nous qui avons résisté aux molles années 90, rien ne laissait présager une accélération aussi brutale de l'Histoire. Ces vagues migratoires d'intensité inégalée constituent en l'espèce une « divine surprise » propre à forcer la décision. Les attentats récents s'y agglomèrent comme autant de parasites sur un corps malade, tout à la fois charges émotionnelles et électrochoc psychologique. Le chaos semble proche et l'heure des choix se profile.

Un parallèle saisissant pourrait être fait avec la situation de l'Algérie Française en 1961 et la création de l'OAS. Mais comparaison n'est pas raison, dit-on.

Pourtant, qui pourrait encore croire à une issue non-violente ? La situation semble inextricable.

Boris Le Lay a récemment évoqué l'existence possible de « maquis mobiles musulmans » actifs sur le territoire national. Même s'il convient d'être prudent sur le caractère réel de telles informations, la chose paraît suffisamment sérieuse pour être suivie de près.

Depuis Saint-Etienne-du-Rouvray chacun sait aujourd'hui que des attentats peuvent surgir sur n'importe quelle partie du territoire. Chacun sait également que des années de saupoudrage migratoire ont propulsé des communautés allogènes même dans les coins les plus reculés de France.

La remigration ? Beau concept en vérité, techniquement réalisable. Mais qui peut raisonnablement penser que la chose se fera sans tensions et sans heurts ?

Un retour du sentiment patriotique arasant les sentiments communautaires ? Ce serait se résigner à une lecture instantanée de l'actualité et d'une d'absence totale de recul sur les faits. N'en déplaise à certains, le véritable « vivre ensemble » n'est pas le patriotisme. Ce dernier est désormais un fourre-tout bien commode qui cache en réalité la fracture ethnique et justifie l'assimilation.

Le patriotisme d'avant 1945 avait encore du sens : celui d'une vision autour d'un drapeau et d'une Nation par un peuple sans changement ethno-culturels profonds, communiant dans d'identiques modèles de comportements, de pensées et de sensibilités. De nos jours tout est différent. Nous sommes désormais placés au cœur d'une opposition tendue entre deux mondes et deux civilisations.

L'unité nationale que certains veulent nous vendre est un leurre. Qui est aux commandes de cet enfumage ? L'oligarchie et le gouvernement qui ont tout intérêt à ce que les fractures ne s'élargissent pas pour maintenir, un tant soit peu, leur monde vivant.

« C'est pourquoi, il ne faut plus jamais parler des «populations musulmanes» pour désigner nos compatriotes de confession musulmane mais d'un peuple, le nôtre dont ils doivent désormais faire partie intégrante » écrit Guillaume Bigot, essayiste et membre fondateur du Comité Orwell (sic!)2.

En vérité, le clivage à venir ne se fera pas sur la base des patriotes contre l'anti-France, pour reprendre le fantasme récurent des vieilles barbes de l'extrême-droite française, mais entre la tribu et la mixité, le clan et l'indifférencié, le socialiste et le libéral, l'enraciné et le mondialiste, l'humain et l'homo œconomicus, le défenseur de la nature et le prédateur productiviste, la communauté et la société.

Devant cette horizon de la guerre qui refait surface, il est donc à craindre un affrontement sans égal entre communautés autochtones et allogènes. Nous allons connaître ce retour de la barbarie, du clan et de la tribu. Nos banlieues sont des poudrières, nos métropoles des coupes-gorges et des territoires entiers sont en voie de « dhimmisation ». Parallèlement, les années qui viennent seront des années d'intenses radicalités explosives (Francis Cousin). Les luttes de classes vont se réveiller.

Nous vivons des temps incertains mais riches de sens à venir. A l'instar de Régis Debray, ne nous condamnons pas à un « pastiche des destins hors série qui nous ont précédé, raflant les premiers choix et nous laissant les doublures ».

Le 20 juillet dernier à Saint-Astier, François Hollande a appelé les Français à rejoindre les différentes réserves des forces de sécurité. Chiche !

Intégrons la réserve opérationnelle. Mais intégrons là dans un but bien précis : celui d'apprendre en restant au contact de la réalité du terrain

Il y a un ordre des tâches historiquement fondé. Le travail insurrectionnel est aujourd'hui le travail politique numéro un.

Guillaume Le Carbonel/C.N.C.

1 Chronique mensuelle de Michel Onfray, Mars 2015 N°118 in mo.michelonfray.fr

2 In Le Figaro 26/07/2016

17/08/2016

Plaidoyer pour la puissance maritime : la thalassocratie ou la mort

 Plaidoyer pour la puissance maritime : la thalassocratie ou la mort

Charles_De_Gaulle_PascalSubtil_1.jpgLe 7 mai 2014, Boulevard Voltaire publiait, comme le site le fait régulièrement, un entretien d'Alain de Benoist par Nicolas Gauthier. Comme cela devient de plus en plus fréquent, un passage m'a particulièrement interloqué :

Nicolas Gauthier : "A peu près à la même époque se faisait sentir la nuance, dans les milieux « nationalistes », entre « européistes » et « occidentalistes ». Ce clivage vous semble-t-il toujours d’actualité, à un moment où d’autres font se superposer les notions d’Occident ou de chrétienté ? De fait, l’Occident ne serait-il pas aujourd’hui le pire ennemi de l’Europe ?"

A de B : "Le clivage existe toujours, bien sûr : je me sens moi-même profondément européen, mais absolument pas « occidental ». Mais ce qu’il importe surtout de réaliser, c’est que la notion « d’Occident », telle qu’elle est comprise aujourd’hui, est une aberration géopolitique. L’Europe appartient à la Puissance de la Terre, tandis que les États-Unis représentent la Puissance de la Mer. L’histoire, disait Carl Schmitt, est avant tout une histoire de la lutte entre la Terre et la Mer. En dépit de tout ce qu’on nous serine à Bruxelles comme à Washington, les intérêts des Européens et des Nord-Américains ne sont pas convergents mais opposés. Quant à la notion « d’Occident chrétien », qui n’a que trop longtemps fait oublier la dimension universelle (et universaliste) de la religion chrétienne, elle a perdu toute signification depuis que la religion est devenue une affaire privée. L’Europe et l’Occident se sont aujourd’hui totalement disjoints – au point que défendre l’Europe implique, en effet, bien souvent de combattre l’Occident. Ne se rapportant plus à aucune aire géographique ni même culturelle particulière, le mot « Occident » devrait, en fait, être oublié."

Cet extrait nous a été rapporté en commentaire de l'article intitulé « Occident ? » où il était question de développer une certaine idée de l'Occident qui différait de l'Occident médiatique et financier structuré par quelques villes mondiales et villes globales cosmopolites où se localisent les principaux lieux de commandement de la mondialisation. Ces considérations sont surtout mues par une hostilité aux Etats-Unis qui est appuyée par une certaine fascination pour l'eurasisme. Nous y reviendrons.

Je m'inscris en faux face à ce développement. Sur la question religieuse par exemple, il ne faudrait pas résumer l'Occident à la France laïque. Les processions sont encore par exemple organisées en Espagne ou au Portugal et de nombreux souverains sont aussi les chefs de leurs Églises (comme au Royaume-Uni pour le cas le plus connu). Comme le rappelle Anastasia Colosimo dans Les bûchers de la liberté, le blasphème est encore condamnable pénalement dans certains Etats de l'U.E. (comme l'Allemagne, l'Autriche, l'Espagne, l'Italie ou la Pologne). Aux Etats-Unis, la religion est omniprésente et les procès se font en jurant sur la Bible. « L'Occident chrétien », même s'il a bien changé, existe bel et bien : les Etats-Unis sont un pays comptant presque exclusivement des protestants et des catholiques revendiqués (80% de la population) dont la pratique religieuse reste importante et il en va de même en Europe. En 2008, seul 13% des « Américains » n'ont aucune pratique religieuse (contre 72% des Français la même année) et 75% des « Américains » avaient lu un passage de la Bible dans l'année écoulée (contre 21% des Français). Par ailleurs, l'U.E. elle-même doit beaucoup, comme je l'ai écrit dans un article précédent, aux réflexions sur la paix continentale des catholiques et c'est principalement la démocratie-chrétienne qui a œuvré à son édification (Schuman, Adenauer, De Gasperi). L'Occident reste donc majoritairement chrétien, quand bien même ce christianisme est souvent libéral, ou social, en tout cas démocratique. Et sécularisé. Par ailleurs, l'influence du christianisme ne se limite nullement à la pratique religieuse, mais se retrouve aussi dans les valeurs de la société : la fraternité ou la charité en sont deux exemples. Sur ce seul point, on pourrait déjà contester le postulat d'Alain de Benoist.

Mais ce qui nous intéressera dans cet article et qui a été la raison de sa rédaction, ce sont les considérations tenues sur la question maritime.

« L'Europe, issue de la mer » (Pierre Royer)

A titre d'anecdote, et pour contester le fond même du propos, le nom même d'Europe vient d'une thalassocratie : il s'agissait d'une princesse phénicienne. L'Europe tient donc son nom de la mer...

Par ailleurs, quid de cette opposition catégorique entre Occident et Europe ? L'Occident a été Européen avant d'être « euro-américain » et c'est bel et bien ce qu'il fallait entendre de nos articles et c'est bien ce que nous comprenons lorsqu'un Dominique Venner utilise le terme Occident. Il en va de même dans toute la pensée non-conformiste (qu'on pense à Thierry Maulnier) ou chez Samuel Huntington qui explique qu'historiquement, l'Occident était européen. Oublier que l'Occident a été façonné par les Européens puis par les descendants d'Européens c'est déjà manifester une lecture partiale et partielle de l'histoire européenne. Il n'est pas possible d'affirmer que « l'Europe appartient à la puissance de la Terre » et que ce sont les Etats-Unis qui ont bâti un Occident autour d'une « puissance de la mer ». C'est historiquement faux puisque la première thalassocratie atlantique est espagnole. Athènes, Rome, la Frise du Haut Moyen Âge, la Scandinavie « viking », Venise, Gênes, le Portugal, l'Espagne, la France, la Hollande ou l'Angleterre ont toutes été des puissances maritimes à des époques et à des échelles diverses, et toutes ces puissances ont contribué à l'émergence d'une civilisation « occidentale » (compris dans sa dialectique avec l'Orient et les autres civilisations en général- Chine, Inde, civilisations pré-colombiennes...). Cette civilisation était sous l'Antiquité circonscrite à l'Europe et à la Méditerranée. A la suite des « Grandes découvertes », elle s'est étendue à d'autres territoires. L'ancienne « mer Océane », l'Océan l'Atlantique est alors devenu un « lac occidental ».

La dimension maritime est donc inhérente à l'histoire européenne et l'Europe compte un grand nombre de personnages fameux liés à la mer. Qu'on songe simplement à Pythéas, à Erik le Rouge, à Jean Bart, à Colomb, à Henri le Navigateur et à Vasco de Gama, à Cartier, à Cook, à Lapérouse, à Amundsen… L'esprit européen s'est exprimé sur les mers et les océans du globe et nous a laissé entre autre quelques œuvres littéraires, dont les plus fameuses sont celles de Jules Verne. Mais on pourra aussi penser à l'aventurier et écrivain audois Henri de Monfreid. Jamais les Européens n'auraient pu développer de brillantes civilisations sans la mer. Les sciences doivent beaucoup au monde de la mer et parmi elle la géographie, en particulier la cartographie (portulans, globes, planisphères…), l'astronomie (les premiers marins se repéraient grâce aux astres) et bien évidemment les techniques (constructions à clins, astrolabes, amélioration de la boussole, sextant...). La navigation est d'ailleurs le moyen par lequel l'Homme, et au premier chef les Européens, purent appréhender les éléments : le vent autant que les mouvements de l'eau des mers et des océans. Le sort de l'Europe s'est aussi souvent joué sur mer : victoire des Athéniens à Salamine contre les Perses, victoire des Romains au Cap d'Ecnome contre Carthage, victoire d'Octave et de ses partisans à Actium contre Marc-Antoine et Cléopâtre, victoire de la flotte dirigée par Don Juan d'Autriche à Lépante contre les Ottomans. Ce ne sont que quelques exemples de batailles qui ont permis aux Européens de se prémunir des subversions orientales. Qu'on dise aussi à un Irlandais, un Breton, un Basque, un Portugais, un Espagnol ou un Gênois dont l'histoire et le quotidien sont marqués par la mer que « L'Europe c'est la puissance de la Terre ». L'Europe c'est à la fois la Terre et la Mer. C'est d'ailleurs ce qu'illustre bien l'hermine chez les Bretons. Et c'est pour cette raison que nous avons un phare comme logo : ancré sur Terre, il éclaire la mer et permet de surveiller les passages stratégiques mais aussi d'indiquer la route à suivre. Si l'Europe a dirigé le monde, c'est grâce à sa domination maritime, c'est un fait indéniable. S'il y a bien eu une grande entreprise digne de l'esprit européen, c'est l'aventure maritime.

Alain de Benoist, pour sa part, apprécie Carl Schmitt qui a théorisé le Nomos de la Terre. Il n'aura échappé à personne que Carl Schmitt est un grand juriste allemand ayant notamment travaillé sur le politique. L'Allemagne est, dans son histoire, avant tout une puissance continentale. C'est ce qui motiva donc la West Politik de Guillaume II qui permit au Reich de se constituer une flotte et un empire colonial avant la Première Guerre mondiale pour devenir d'ailleurs la deuxième puissance maritime en 1914 derrière l'Angleterre et devant la France. La géopolitique allemande passe souvent pour une politique des grands espaces influencée par Ratzel (on songera au fameux Lebensraum, l'espace vital). Mais il faut nuancer cette approche. Ratzel ne s'est pas contenté de défendre une « pensée-continent », il a aussi finement analysé les réussites britanniques, qui reposaient sur le contrôle de territoires et de lieux stratégiques (Suez, Gibraltar, Malaka, Hong-Kong...) et a déjà perçu dans l'enclavement russe un élément de faiblesse. Un autre géopoliticien fameux, Karl Haushofer, avait préconisé une alliance entre l'Allemagne, la Russie et le Japon contre les puissances anglo-saxonnes. Le pacte germano-soviétique apparaît à ce titre comme une riposte des puissances de la Terre. Le Japon ayant pour objectif la domination du Pacifique face aux Etats-Unis.  C'est bien sur mer que certains empires auront perdu, sans forcément le percevoir sur le moment. Comme Bonaparte après la défaire de Trafalgar, l'échec d'Hitler sur l'Angleterre n'est-il pas responsable de la fuite en avant à l'Est et au final de la victoire des « puissances de la mer » qui s'adjugèrent la moitié d'un continent européen promis aux soviétiques...? C'est en effet une Allemagne dépourvue de ses territoires coloniaux après 1918 et qui doit affronter les Alliés, c'est à dire les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France qui sont (ou redeviennent pour la France) des puissances maritimes. L'Allemagne va essentiellement miser sur la puissance terrestre, conduisant aux victoires éclaires du début de la guerre (1939-1941). En quelque sorte si l'Allemagne nationale-socialiste a souscrit à la théorie de « l'espace-vital » de Ratzel, c'est à dire à la « pensée continent » mais également en partie aux théories quasiment eurasiatiques de Haushofer, c'est bien parce que de leur côté, les anglo-saxons avaient théorisés, et mis en pratique, la puissance maritime. Cité par Christian Royer dans Géopolitique des mers et des océans, A. Muller dans La Seconde Guerre de Trente Ans (1914-1945) paru en 1947 démontre bien la continuité des deux conflits sur le plan géopolitique entre une Mitteleuropa centrée autour de l'Allemagne qui se posait en « maître de la terre » et des Alliés qui se posaient en « maître de la mer ». Mais en 1982, Braudel écrivait : « Seuls les ratés de l'économie et du commerce se dotent toujours d'armées formidables, tandis que les maîtres de l'économie se contentent de contrôler les voies et moyens de communication ». Nationaux-socialistes et soviétiques en sont de parfaits exemples lors de la Seconde Guerre mondiale. Cette « pensée-continent » a été renforcée par l'apparition du chemin de mer et le développement, plus tardif, des autoroutes. En effet, l'ère colombienne qui s’étend du XVeme au XIXeme siècle se caractérise par la domination maritime. L'essor du chemin de fer, puis de l'automobile, laisse penser aux puissances terrestres qu'elles pourront équilibrer la domination maritime. Le développement de l'aviation et de l'aérospatiale va ruiner très rapidement ces espérances et on peut considérer que dès leurs parutions, les théories « continentalistes » étaient déjà obsolètes. L'aviation reprend d'ailleurs un vocabulaire maritime, on y parle d'atterrissage et de navigation...

Un bon exemple de confusion à ce sujet concerne donc la Russie. Là aussi il a été pris l'habitude de percevoir ce pays comme une puissance continentale et d'en faire beaucoup avec « l'eurasisme », souvent à partir d'auteurs assez anciens. Pourtant, dans les faits, la Russie actuelle n'a de cesse de chercher à protéger ses ambitions maritimes : soutien à Bachar el Assad en Syrie pour défendre son port en eau profonde en Méditerranée (Tartous), annexion de la Crimée, tensions autour de l'enclave de Kaliningrad, coopération avec la Chine (manœuvres militaires, OCS), discussions autour des îles Kouriles avec le Japon, enjeux autour de la route maritime Arctique, largage d'un drapeau russe au Pôle nord pour s'adjuger une partie des eaux territoriales et des fonds sous marins qui submergent « son » plateau continental, incursion dans la Manche, la Russie a, à rebours des théories en vogue, bien compris que la puissance passe par une politique maritime ambitieuse et déterminée soutenue par un important dispositif spatial et aérien. Un des plus grands navire-école de la planète est d'ailleurs le STS Mir, basé à Saint-Petersbourg. En tonnage, la marine russe est d'ailleurs la deuxième du monde derrière les Etats-Unis et devant la Chine malgré sa vétusté et quelques autres difficultés. La géographie des grands espaces est encore ici malmenée. Séduisante sur le papier, elle ne résiste pas aux faits. L'immensité du territoire est plus un problème pour les Russes qu'un atout. Par ailleurs nous sommes en ce début du XXIeme siècle dans une géographie des territoires, et non dans une géographie des grands espaces continentaux, en partie en raison de la mondialisation. Les territoires maritimes y occupent une place de choix. 71% de la surface du globe est composé de mers et d'océans et 90% des échanges commerciaux empruntent des routes maritimes.

Pour une géopolitique française

Comme l'écrivait Napoléon : «  Un État fait la politique de sa géographie ». L'empereur, qui fit, un peu malgré lui, tout le contraire, avait pourtant raison. En tant que Français, nous avons le privilège d'être entouré par la Méditerranée, l’Atlantique, la Manche et la mer du Nord et d'avoir la deuxième ZEE du monde avec nos DROM-COM. Se refuser à « penser la mer » ou à « gouverner la mer » est donc le meilleur moyen de laisser cette tâche aux anglo-saxons. Il nous faut, à l'inverse de ce que semble supposer Alain de Benoist, nous réapproprier la question maritime. Aucun dirigeant français ne pourra faire l'économie à l'avenir d'une politique maritime si nous souhaitons résister au nouvel âge géopolitique qui s'est ouvert. D'ailleurs le programme régional de Marine Le Pen prévoyait un ambitieux volet maritime. Avec le basculement vers le Pacifique, la France a par exemple un atout avec ses 6,1 km² de ZEE (4,8 km² pour la Polynésie française et 1,3 km² avec la Nouvelle Calédonie). Délaisser ces territoires serait criminel. Se contenter d'être une puissance continentale, par romantisme, tropisme ou suivisme allemand ou russe, c'est s'assurer d'être une puissance croupion, une puissance limitée comme le furent l’empire carolingien, empire terrestre assailli par les Vikings au nord et la piraterie arabo-berbère au sud. Se refuser d'être une puissance maritime, c'est condamner l'Europe à n'être qu'une périphérie, voire une marge, par rapport à des puissances affirmées ou émergentes qui sont désormais dans le Pacifique : Etats-Unis, Chine, Japon, Australie, Mexique... Nous entrons dans une ère Pacifique qui explique le tournant des Etats-Unis vers l'Asie-Pacifique et qui se manifeste par d'épineuses questions territoriales : îles Kouriles, Taïwan, Nouvelle-Calédonie, mer de Chine, autant de points chauds qui voient les puissances se frotter ou être contestées. La Chine utilise par exemple des milices privées en mer de Chine pour ne pas être officiellement impliquée dans quelques barbouzeries... Les principaux observateurs de la planète en matière de géopolitique et de relations internationales considèrent que les ambitions chinoises dans cette mer, au détriment du Vietnam, du Japon ou des Philippines, constituent le principal point chaud pour la sécurité mondiale.

Il est urgent de revenir aux fondamentaux de la géopolitique française. C'est en effet sous les Capétiens que la France prend conscience du rôle de la mer : la première ouverture maritime s'effectue sous Philippe Auguste. Aucune vision politique d'ampleur ne peut se passer de la mer. Même durant la guerre de Cent Ans, Français et Anglais s'affrontèrent en mer. Le souverain emblématique en terme de politique maritime est Louis XIV, certes influencé par son entourage et en particulier par deux hommes : Colbert et Vauban. Avec Colbert il put développer une ambitieuse politique navale (construction d'un flotte, édification de phares, développement de la corderie royale...) et avec Vauban il influença le monarque dans ses choix militaires pour borner le pré-carré national. Napoléon, qui délaissa les mers, où il fut vaincu, s'engagea dans une course continentale à l'Est ce qui mena la France à la défaite. C'est sous la Restauration, la Monarchie de Juillet et le Second empire que la France redevient une puissance maritime. Le retour de la France s’effectue d'abord timidement par la conquête de l'Algérie puis, sous le Second empire, par les campagnes en Crimée et au Mexique. Durant ces décennies clefs, la Marine militaire est perfectionnée, de nombreux brevets sont déposés, de nombreux phares sont érigés pour éclairer nos côtes et la cartographie marine s'améliore. C'est donc la première véritable politique ambitieuse depuis Louis XIV. Il est a peu près certains que si le Second empire n'avait pas chuté, la France aurait très rapidement été en mesure de rivaliser avec l'Angleterre sur les mers, mais fort heureusement pour eux, la IIIème République ne manifesta aucune ambition maritime.

La faiblesse de l'Europe n'est donc pas due aux seuls Etats-Unis mais au fait qu'elle leur a laissé le rôle de gouverner les mers, pour en faire un véritable « thalassokrator ». Pierre Royer a d'ailleurs à ce sujet des mots limpides : « Rien n'est plus révélateur de la volonté de puissance d'un pays que la place qu'il accorde à sa marine de combat. De ce point de vue, l'attitude des pays européens, qui furent tous, à des titres et des moments divers, de grandes puissances navales, est très significative : la plupart ont renoncé à la projection de puissance, donc à la puissance tout court. »

La mer est en enjeu majeur en terme de ressources et d'énergies. On comprend donc bien l'importance du « lobby bleu », de la gestion des ressources halieutiques, du rôle que peut jouer la conservation marine et les différentes ONG comme Sea Shepherd. C'est bien parce que la France délaisse beaucoup trop sa dimension maritime et que même sa pensée dissidente n'en fait que peu de cas que je suis assez pessimiste, pour le moment, sur notre capacité à relever la tête. Combien de temps pourra-t-elle conserver la Polynésie ? Et combien de temps va-t-elle pouvoir encore jouer la montre vis à vis de la Nouvelle Calédonie, premier producteur mondial de nickel ?

Nous nous retrouvons donc à peu près dans la même situation que Maurras dans Kiel et Tanger lorsque celui-ci déplorait l'union continentaliste de Kiel en 1895 entre la France, l'Allemagne et la Russie contre la thalassocratie britannique et aurait préféré une politique volontariste en matière maritime. Cette vision continentaliste, développée par une nouvelle droite souvent germanophile voire russophile conduit à l'Eurosibérie d'un Guillaume Faye ou à l'eurasisme. Mais l'eurasisme est une théorie russe qui n'a rien à voir avec la France. L'eurasisme n'est qu'une reculade, un funeste abandon de toute volonté de puissance qui nous soit propre. Un symptôme de la désillusion de nos contemporains. A l'inverse, et pour rester pragmatique, nous aurions fortement à faire avec le Groupe de Visegrad (Pologne, République Tchèque, Slovaquie et Hongrie) et l'Intermarium naissant qui inclut également d'autres pays comme les états baltes ou l'Ukraine. La Pologne mène en effet une politique maritime volontaire depuis quelques années et l'objectif des relations entre les pays d'Europe centrale et orientale est bien de faire coopérer les trois mers : la mer Baltique, la mer Adriatique et la mer Noire. La meilleure stratégie pour la France consisterait donc à s'allier avec les pays d'Europe du sud pour contrôler notre limes africain en Méditerranée, à s'allier avec l'Intermarium pour faire un lien avec les trois mers qui cernent l'Europe centrale et orientale et de valoriser notre ZEE. Les spécialistes de la question maritime l'écrivent, nous assistons à une nouvelle course à la mer. Nous devons en faire partie. D'autant que la France est encore la première puissance maritime de l'UE. Ce qui nous manque c'est donc une vision et sur ce point plus personne n'en a, ni ceux qui nous gouvernent, ni la pensée dissidente.

C'est pour cette raison qu'en plus d'une politique maritime ambitieuse qui deviendrait une cause nationale, et qui ne concernerait pas seulement la volet militaire, mais aussi la recherche scientifique, technique, l'exploration sous-marine, la protection environnementale, les énergies ou la pêche, je préconise entre autre une « union latine » qui réunirait les pays de l'Europe du sud et du sud-ouest (Italie, France, Espagne et Portugal) et qui serait en mesure de maîtriser la Méditerranée, l'Atlantique, la Manche, la mer du Nord et des passages stratégiques : le Pas-de-Calais, Ouessant ou Gibraltar. Dans l'histoire, il a souvent été question de géographie, d'ambition et de volonté, plus que de théorie.

Jean / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.