Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2015

Entrevue du C.N.C. #14: Konstantinos d'Aube Dorée

    Entrevue du C.N.C. #14: Konstantinos d'Aube Dorée.

     Les dernières élections grecques et l’avènement du parti de gauche "radicale" Syriza occasionnèrent un micro-psychodrame parmi les instances dirigeantes Européennes et bancaires. Acteur majeur de la vie politique de la Grèce, Aube Dorée, malgré les persécutions, persiste et signe en devenant le troisième parti du pays. Une entrevue avec Konstantinos Boviatsos, assistant euro-député d'Aube Dorée, s'imposait.

10958900_1529176680705394_1536174496_o.jpg

Bonjour Konstantinos et merci d’accorder un peu de ton temps pour répondre aux questions du CNC. Tout d’abord pourrais-tu faire le point sur la situation grecque, ainsi que sur la situation d’Aube Dorée ?

Konstantinos : La situation en Grèce ces 6 derniers mois a vraiment empiré, et cela à cause des traîtres du centre droit. Les salaires dégringolent, le chômage chez les jeunes a grimpé jusqu'à 60%, mais le pire c’est que mon peuple n'a plus ni le sourire ni l'espoir. Malheureusement, le financement public est bloqué et pour les élections c'était un vrai problème. Malgré cela nous avons obtenus 6.3% des voix ainsi que 17 députés. On ne lâche rien, pour le moment nous attendons le faux pas de la gauche! Ce qui comptait pour nous c'était de faire réélire nos camarades incarcérés.

2)     Lors des élections législatives du Dimanche 25 Janvier, le parti Syriza, et son leader Alexis Tsipras, sont sortis vainqueur du scrutin, bien qu’ils n’aient pu atteindre la majorité absolue au parlement. Certain dirigeants Européens ont exprimé leur inquiétude quant à la victoire de Syriza, d’autres se sont réjouis à l’image de la présidente du Front National. Selon toi, et au vus de l’idéologie de ce parti, à quoi faut-il s’attendre concrètement quant à la future politique gouvernementale de Syriza ?

Konstantinos : La troïka a eu peur de Tsipras car ils croyaient qu’avec leur arrivée au pouvoir la Grèce serait sortie de l'U.E. Il est fort regrettable de voir le comportement de Marine Le Pen durant ces élections, elle n'a pas véhiculé une bonne image d'elle, pire encore, elle a trahi l'histoire de son parti ainsi que l'œuvre politique de son père. Son objectif est de devenir présidente de la France. Je comprends son attitude, ce qui compte pour elle c'est de gagner des votes. Mais il y a des limites à tout. Elle n'a pas caché son soutien à Tsipras, tant pis. Nous allons voir ce que le futur nous réserve! Madame Le Pen n'a pas compris que la seule force nationale en Grèce c'est nous l'Aube Dorée!

3)     J’imagine qu’à l’instar de nombreux camarades, le soutien à Syriza apporté par des cadres du Front National a dû te surprendre. A l’évidence certains eurosceptiques, peut-être sous couvert d’enjeux stratégiques, perçoivent cette victoire comme un message fort envoyé à l’Union Européenne ou comme un moyen de déstabiliser cette dernière. Que penses-tu de cette stratégie et de ses conséquences pour le peuple grec ?

Konstantinos : Tsipras veut montrer au peuple qu'il apportera du changement et des solutions. Une chose est sûre, c'est qu'il n'est pas mieux que la droite, cette même droite qui a porté mon pays à la dérive. Le F.N doit comprendre que Tsipras est un pantin manipulé par les oligarchies. Il se bat pour une Europe à "l'américaine", sans frontières, favorable à  l'immigration, favorable au mariage gay... en bref il parle de tout sans se soucier des vrais problèmes de la Grèce, comme la question délicate de la Macédoine, de la Turquie ou de l'Albanie. Les 3/4 des députés du parti sont contre le service militaire, ils sont contre la discipline et l'ordre...en deux mots ils sont de gauche!

4)    On entend souvent dire que la politique est faite de compromis. Syriza n’échappe pas à la règle et c’est ainsi que le parti d’Alexis Tsipras va former un gouvernement de coalition avec l'appui du parti des Grecs Indépendants. Ce parti, fondé par Panos Kammenos, est clairement anti-immigrationiste et national-conservateur, et ne semble pas, à priori, avoir de point commun avec Syriza. Comment expliques-tu cette alliance inattendue ?

Konstantinos : Kammenos est quelqu'un qui tourne comme le vent, il n'est pas un nationaliste proprement dit, son seul objectif c'est de gagner des votes! La seule chose positive de sa part c'est qu'il n'a pas signé le "memorandum" qui aurait plongé la Grèce dans l'abime! Syriza n'avait pas le choix de faire cette alliance, nous verrons ce que l'avenir nous réservera.

10957457_1529176610705401_198976438_n.jpg

       Aube Dorée s’installe définitivement dans le paysage politique grec en figurant à la troisième place de ce scrutin, avec un score de 6,39% et 17 sièges au parlement. Ces résultats sont le signe de la confiance acquise auprès d’une partie du peuple. Quel est ton sentiment vis-à-vis de ce résultat ?

Konstantinos : En effet, avec ce résultat nous avons prouvé que nous sommes toujours là! Nous ne sommes pas une comète qui est de passage...au contraire! Qui a voté pour nous a fait preuve de courage, nous n'avons rien à nous reprocher, nous pensons être les seuls nationalistes en Grèce! Cela fait des années que nous tenons les mêmes discours politiques et que nous luttons pour le peuple car NOUS sommes le peuple!

6)    Votre succès est-il dû selon toi à votre ligne politique, votre action sur le terrain ou un mélange des deux ? Quel est l’électorat d’Aube Dorée ?

Konstantinos : Disons que c'est une combinaison des deux, mais nos idéaux n'ont jamais changé et cela depuis les années 80. Bien entendu, au fil des années, nous avons dû nous adapter au changement de notre société. Mais le socle d'AUBE DOREE a toujours été celui de défendre un nationalisme laïque, un nationalisme basé sur la gloire de nos plus grands philosophes ainsi que de nos guerriers. Nous sommes conscient de la lourde tâche qui pèse sur nos épaules, car c'est aussi notre rôle de transmettre au peuple notre glorieux passé.

7)     Certains partis politiques Européens nationalistes ou patriotes n’ont pas hésité à repenser leur image, voir à édulcorer leurs propos dans le but de toucher un électorat plus large. Penses-tu qu’il s’agit d’une stratégie viable et est-ce qu’Aube Dorée pourrait un jour adopter une telle stratégie ?

Konstantinos : La politique c'est comme la guerre, tous les coups sont permis! Prenons l'exemple de l'antiquité. Faire de la politique était souvent lié au fait de faire la guerre... à la seule différence qu'à l'époque, faire de la politique, dans le sens noble du terme, n'était pas comme de nos jours où les politiciens ne pensent qu'à leur petite carrière politique ou à voler dans les caisses de l'Etat! Notre force à nous c'est que nous nous sommes imposés dans la rue, dans chaque quartier, mètre après mètre. Nous n'avons jamais cédé. Ensuite, de la rue nous sommes passé au parlement, mais ce n'est pas pour cela que nous changerons notre mentalité, car nous ne n'oublions pas de où on vient. Il faut rester vigilent et ne jamais baisser la garde, agir intelligemment car notre en ennemi attend patiemment tout faux pas! De nos jours les médias contrôlent tout, que ce soit la presse ou la télé. Le peuple se fait souvent influencer. Notre but à nous, c'est celui de défendre la vérité car nos détracteurs n'ont pas de scrupules. Nous nous battons contre le système mis en place et nous ne tenons pas à devenir comme Marine Le Pen qui a trahi son propre parti! Il est inconcevable d'effacer les luttes du passé, l'histoire d'un parti... dans ce cas, vous n'êtes plus un national-révolutionnaire! Comme je l'ai déjà dit, en politique tout est permis, mais trahir JAMAIS!

Avec Syriza au pouvoir, crains-tu une accélération et une augmentation de la répression exercée à l’encontre d’Aube Dorée ?

Konstantinos : Notre ennemi est partout, les premiers de la liste étant la droite grecque qui se base sur un faux patriotisme. Ils ont profité de l'occasion pour manipuler le peuple et ensuite nous salir nous! Résultat: ils ont tué deux de nos camarades, même si ce n'était pas eux qui ont tiré... Ils ont commandité cet assassinat! La gauche est aussi notre ennemi, mais la gauche est surtout l'ennemi du peuple. Syriza doit résoudre au plus vite les graves problèmes de la Grèce, il a promis monts et merveilles mais je suis sûr qu'à la fin tous ces efforts n'aboutiront à rien. Ils savent très bien que nous sommes derrière la porte et que notre nation a touché le fond... Que peut-il nous arriver de pire? Personnellement, je pense que Syriza est moins naïf que certains politiciens de droite, laissons le temps au temps.

Nous assistons en Europe à un réveil des peuples. Les résultats des élections dans divers pays européens montrent,  en France, en Suède et bien sûr en Grèce, une exaspération grandissante à l’égard de l’Union Européenne, de l’immigration, des politiques d’austérité ainsi que la volonté d’affirmations identitaires ou de la sauvegarde de valeurs dites traditionnelles. Aube Dorée est évidemment un fer de lance de ce réveil des peuples. Quel est pour toi le moyen le plus efficace de parvenir à éveiller la conscience de ceux, encore trop nombreux, qui demeurent en dormition ?

Konstantinos : C'est une question très difficile. Je pense que nous sommes un peu trop romantiques. C'est pour cette raison que beaucoup de partis nationalistes ont perdu dans le passé. Notre révolution, nous l'avons commencée en Grèce, mais seuls nous n'arriverons nulle part. L'Europe est malheureusement depuis trop longtemps dans le coma, il suffit de regarder autour de nous, que voyez vous? Des milliers de zombies qui marchent sans savoir où aller, qui acceptent tout sans la moindre riposte, qui se sont "américanisés" jusqu'à l'extrême! L'U.E n'est plus qu'un état vassal, manipulé par les puissants de ce monde. L'immigration est la meilleure arme afin de détruire notre culture, notre histoire et notre identité. D'abord ils ont détruit notre histoire, les guerres religieuses feront le reste! Tout devient plus facile après cela... Ils veulent à tout prix le choc des civilisations afin de créer le chaos en Europe. De ce point de vue, l'islam n'est qu' un prétexte pour alimenter des tensions communautaires, ainsi nous oublierons les VRAIS responsables! Nous regardons l'arbre mais malheureusement la forêt a déjà pris feu depuis longtemps! Notre seul espoir est celui de coopérer avec tous les nationalistes européens. Cela ne va pas être facile certes, mais nous n'avons pas le choix. Le problème en Europe, c'est qu'il existe des pays avec une forte histoire nationaliste comme l'Espagne et l'Italie mais qu'aujourd'hui ils ne sont nulle part... En outre, l'Allemagne est totalement contrôlée par les sionistes. Bref, l'avenir de la grande Europe est incertain. Il faut que l'on oublie nos guerres intestinales, nous devons joindre nos forces pour le bien de notre continent.

A toi le mot de la fin.

Konstantinos : Je tiens à remercier tous les camarades rencontrés ces derniers mois, j ai vu dans leurs yeux une lueur d'espoir, ce même espoir qui nous garde en vie. Merci de tout cœur pour vos marques de solidarité à l'égard d'AUBE DOREE, pour nous c'est fondamental de voir qu'il y a encore des camarades qui nous soutiennent malgré tout. Personnellement, je l'ai ressenti à chaque conférence ou manifestation, nous avons été accueillis comme des survivants d'un bateau naufragé! Voir tant de monde ne sachant pas parler la même langue que moi et se battre pour la même cause, cela signifie que tout n'est pas perdu! AUBE DOREE se battra toujours pour la préservation de notre identité européenne et je peux vous rassurer, camarades, qu'à la fin nous gagnerons ou nous mourrons... jusqu'à la victoire!!

Antoine et Livio pour le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

27/01/2015

Zenit rencontre le M.A.S: Entrevue avec Arnaud de Robert

Interview réalisée par Matteo Caponetti de l'Association Culturelle Zenit avec Arnaud de Robert, responsable du Mouvement Action Sociale.

1.Bonjour Arnaud peux tu nous parler du MAS ,de son année de fondation ainsi que son engagement politique sur le territoire français?

Le Mouvement d’Action Sociale a été créé en 2008 par des militants provenant de différents groupes et ayant eu des engagements variés: politiques, métapolitiques, associatifs, syndicaux. L’objectif que nous nous sommes assignés est de générer des communautés de combat, des totalités dynamiques engagées réellement auprès de nos concitoyens. Trop longtemps, la mouvance militante s’est contentée de se parler à elle-même. Le lien avec le peuple s’est distendu voire rompu. D’autres ont parlé à notre place, ont parlé pour nous. Nous voulons reconquérir le peuple, nous voulons que nos principes et notre Idéal puissent devenir une réalité ancrée dans le quotidien des Français. Pour cela, nous avons développé des outils, des vecteurs de projection en direction de publics variés : Sport, Culture, radio, conférences, actions de terrain, agitation, entraide sociale, écologie, art… Nous ne nous interdisons aucun domaine, aucune lutte. Nous fondons notre volonté d’agir sur le principe souverain que tout est nôtre.

2.Quelles sont vos références politiques et culturelles?

La France est le creuset, le berceau de ce que l’on a appelé plus tard le fascisme. Notre histoire politique a été témoin de cette union entre la justice sociale et la défense de la Patrie. Nous sommes clairement issus de ce creuset, de cette fusion. En conséquence, nos référents culturels se trouvent autant dans les aspirations anarcho-syndicalistes, socialistes que dans l’expression des mouvements nationaux. Se croisent ici Sorel, Proudhon, Lafargue, Nietzsche, Junger, Evola, Venner… mais aussi tout ce que la dissidence a produit de novateur à gauche comme à droite. Nous aimons à réduire les contraires, à fusionner les pensées, à fluidifier les doctrines. De nombreux sites web, mais particulièrement Zentropa nous ont ouvert sur un monde d’avant-garde, de radicalité joyeuse et conquérante. Ce site (nous saluons son fondateur Sébastien que beaucoup connaissent et estiment) a été pour nous un levier autant esthétique que militant. Sur le plan structurel, Casapound et son aventure ont été et restent pour nous des références. L’image, le sens, l’élan des camarades italiens est un éperon qui aiguillonne l’ensemble de notre démarche. Nous sommes également très attentifs et curieux des initiatives de la gauche radicale et alternative. Nous parlons ici des avant-gardes et non des valets antifascistes.

3.Quels sont vos rapports avec les autres mouvements européens?

Nous avons, comme nous venons de le dire, d’excellents rapports, avec les camarades de Casapound, avec ceux de la communauté Zenit en Belgique, avec les Espagnols, les Allemands, les Polonais, les Russes et les Ukrainiens. Nos échanges nourrissent notre volonté de créer une Europe-puissance, ils nous aident aussi à penser qu’en Europe se lève une nouvelle génération, pleine de maturité et de radicalité. Une génération qui fait face à son destin, sans ciller, prête à relever les défis démesurés qui nous attendent.
 
Associazione Culturale Zenit – Filtra la verità!

4.Que pensez-vous de la crise ukrainienne?

Nous pensons qu’il y a en Ukraine des camarades qui luttent pour leur souveraineté et pour le droit légitime à voir un ethnos s’incarner dans un Etat. Nous saluons leur combat même si nous regrettons que des guerres opposent des frères. Nous avons un ennemi commun avec les camarades ukrainiens: les oligarchies qu’elles soient à Kiev, Paris, Washington ou Moscou. Une Ukraine libre sans l’OTAN ni la Russie, voilà leur volonté. Nous respectons cela comme nous respectons tous ceux qui dans le monde se battent pour la préservation de leur identité. Nous regrettons l’attitude emprunte de nostalgie de monsieur Poutine. Nous pensons que sur l’affaire ukrainienne, le gouvernement russe a manqué une occasion historique d’incarner la 3eme voie que nous sollicitons. Nous nous sommes exprimé sur le sujet, aujourd’hui nous observons attentivement la suite des évènements. Cela nous préoccupe, mais l’essentiel de notre combat est ici et maintenant, sur nos terres, dans nos villages, dans nos villes. C’est là que les nôtres ont besoin de nous!

5.Quel est votre opinion sur l’ISIS et l’ISIL?

Ces organisations sont les enfants monstrueux des volontés de domination des pétromonarchies, de l’inconséquence coupable des Américains et des Israéliens et du désespoir des peuples. Mais l’Islam n’est pas l’ennemi principal. C’est un instrument puissant au service de notre pire ennemi, l’oligarchie libérale mondiale.

6.Les attaques de l’armée israélienne sur GAZA ont fait plus de 2000 morts ainsi que des milliers de blessés, quel est votre position vis-à-vis de la politique adoptée par Israël?

Rien ne justifie un tel massacre sinon la haine à l’état pur. Mais cette haine causera un jour la perte des agresseurs.

7. Après  le succès du FN lors des dernières élections européennes, Marine Le Pen est devenue la leader de la droite française, qu’en pensez-vous?

Les importants succès électoraux du FN sont toujours une excellente nouvelle. Plus les scores sont haut plus le climat est favorable à nos idées. Pourtant, il faut se garder de tout triomphalisme. Les règles du jeu électoral sont écrites et appliquées par ceux que nous combattons. Le Système ne permettra pas au FN d’arriver comme cela au pouvoir. Il faut donner des signes de compatibilité. Ce qui est à craindre c’est que l’attrait du pouvoir ne pousse le FN à évoluer loin de ses principes. Marine Le Pen semble parfois tentée de jouer ce jeu. Certaines de ses déclarations et actes démontrent sa volonté d’y arriver coûte que coûte, c’est là le problème. La conquête du pouvoir oui, mais pas au prix du reniement et de la trahison.

8.Croyez-vous qu’il est possible de voir un jour une “3ème voie” en Europe?

Plus que jamais! A l’heure ou nous assistons (comme le souligne Gabriele Adinolfi) à un nouveau Yalta qui menace l’Europe d’une nouvelle partition et d’une nouvelle vassalisation, il est vital de prôner et de porter une 3eme voie européenne résolument offensive. Nous n’avons pas le choix, c’est une question de vie ou de mort pour la civilisation européenne et nos peuples.

Nous remercions nos frères du MAS pour avoir accepté de répondre à nos questions. Nous sommes convaincus qu’ensemble nous pouvons réaliser nos rêves afin de voir notre Europe se relever de ces cendres. Nous vous souhaitons une année de lutte et de victoire.

Merci à vous, nous sommes fiers de pouvoir de vous compter parmi nos camarades de luttes. Longue vie à Zenit! Rendez-vous à la victoire!
 

25/01/2015

Entrevue #13: David, un militant du MAS qui a construit sa propre maison.

maison bis.jpg

1) Tu es devenu récemment militant du Mouvement d'Action Sociale, peux-tu nous expliquer brièvement ton parcours militant et personnel et ce qui t'a amené à adhérer au MAS ?

J’ai commencé a réellement militer à mes 18 ans au sein du Front National. J'ai aussi rencontré pas mal de monde au sein de « l'ultra-droite » et j'ai fréquenté des mouvements plus radicaux et non électoralistes.

Je me suis, durant plusieurs années, contenté d’enchainer concerts et conférences. Proche des organisateurs, j’ai participé à l’organisation de rassemblement (point de rdv, préparation de salle, sécurité, bar...). A la suite de cela j’ai été quelques temps sans militer, le FN de Marine le Pen ne m’ayant pas conquis, j'ai cessé le militantisme au sein de cette structure.

Après quelques lectures et conférences j’ai remis en question « l’ultra droite » classique.

J’étais donc à la recherche d’un mouvement qui avait une autre vision du combat que nous menons. L’initiative de Casapound m’a séduit dès son commencement. Enfin un mouvement catalogué « d’extrême droite » qui évoluait sur le terrain social !

De fil en aiguille j’ai connu le MAS et j'ai suivi un peu les actions menées, finie « l’ultra droite classique » un combat à la fois nationaliste et anticapitaliste, fini le ghetto créé par le système pour nous taxer de tout et n'importe quoi. « Il faut être là où on ne nous attend pas ».

J’ai ensuite eu la chance durant un rassemblement de rencontrer un responsable local du MAS qui a pu me conforter dans mon choix, après quelques discussions j’ai adhéré et compte bien continuer à militer pour notre cause. J'ai d'ailleurs monté un projet d'entraide sociale dans la région de Calais.

2) Tu habites dans les environs de Calais, quel est ton sentiment sur la situation actuelle par rapport à l'immigration clandestine ?

La situation actuelle de Calais est juste une suite logique. Depuis plusieurs décennies nous dénonçons l’effet néfaste de l’immigration, Calais c’est ce qu’on avait prédit, une ville où l’immigration est devenue tellement importante que plus personnes n’est en sécurité.

Combien de calaisiens et de calaisiennes me confient avoir peur de sortir à cause de l’insécurité causée par les migrants, ça fait un peu cliché de dire immigration = insécurité mais c’est une réalité.

Le pire dans tout ça c’est le rôle de certains médias qui préfèrent passer sous silence certains faits plus ou moins graves et de continuer à nier le rapport entre insécurité et immigration.

Il est grand temps de dénoncer les responsables de l’immigration et d’appliquer les solutions nécessaires pour la « remigration ».

3) Tu as consacré ces derniers mois à la réalisation d'un projet personnel et familial : construire ta propre maison. Peux-tu nous expliquer d'où t'es venue cette idée ?

C’est un projet de longue date, j’ai toujours voulu bâtir ma propre maison.

Ça fait partie de ma vision du foyer, une femme, des enfants et une maison, il faut dire que c’est un peu une tradition de bâtir sa maison chez nous, mes parents ont bâti leur maison, mes beaux parents également et de nombreuses personnes de ma famille.

Certains trouvent ça inutile mais je préfère construire une maison, élever un enfant et planter un arbre, que d’avoir ma rolex à 50ans...

4) Comment est-il possible de bâtir soi-même son logement tout en respectant la loi ?

Légalement parlant rien ne vous interdit de bâtir vous-même votre maison, vous devez bien sûr respecter les normes en vigueur, le permis de construire sert justement à faire valider votre projet. Le réel problème est de trouver un organisme financier qui accepte l’auto construction, mais ça reste du cas par cas, et si vraiment vous ne trouvez personne qui vous suit dans votre projet vous serez dans l’obligation de passer par une société pour le gros œuvre afin d’avoir une garantie décennale.

Il vous restera donc le second œuvre à effectuer qui pour moi représente plus de la moitié de la construction et qui vous occupera plusieurs mois.

5) Quelles difficultés as-tu rencontré ? Quel bilan tires-tu de cette expérience ?

Pas de réelles difficultés, je savais dans quoi je me lançais, le projet était murement réfléchi, ça n’empêche pas, bien sûr, les nuits blanches à calculer les matériaux nécessaires, l’accumulation de fatigue en cumulant travail et construction mais le bilan est plus que positif ! Je n’oublierai jamais les moments de camaraderie, et les apéros un peu corsé !

Sans oublier la fierté qu’on en tire, si c’était à refaire ce serait sans soucis !

6) Nous ne remercions d'avoir pris le temps de répondre. As-tu un message particulier à faire passer à tes concitoyens et à la communauté militante ?

Le message qui me tient à cœur a l’heure actuelle, c’est l’union.

Peu importe notre étiquette, il faut pouvoir se rassembler.

Nos combats convergent et il est temps d’arrêter les querelles inutiles car sur le fond nous défendons la même chose et si nous n’arrivons pas à nous unir dans peu de temps nous n’aurons plus rien à défendre.

Jean et David/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

15/01/2015

Il Corsaro Nero (Zenit) incontra il Mouvement d’Action Sociale

Il Corsaro Nero incontra il Mouvement d’Action Sociale

mas.jpg

1) Ciao Arnaud, puoi illustrarci brevemente cos’è il MAS, quando nasce e che diffusione avete sul territorio francese?

Il MAS è stato fondato nel 2008 da varie persone provenienti da diverse esperienze politiche, c’è chi faceva politica, chi meta politica, chi era impegnato nelle associazione caritatevoli, chi invece in quelle sindacali… il nostro obiettivo era di creare una comunità di combattenti che agissero per il bene dei nostri concittadini. Per troppo tempo noi nazionalisti ci siamo accontentati di parlare solo a noi stessi creando un distacco con il popolo, dove invece altri si sono inseriti e lo hanno fatto al posto nostro. La nostra missione quindi è di riconquistare il popolo, portando avanti i nostri ideali e principi, è ora di marciare al fianco del popolo francese. Come fare? E’ necessario diffondere la nostra lotta passando attraverso lo sport, la cultura, le radio, le conferenze, l’aiuto sociale, l’ecologia, l’arte ecc… bisogna ripartire dal principio che tutto è da conquistare!

2) Quali sono i vostri riferimenti politici e culturali?

La Francia è la culla della civiltà, che poi ha dato luce al fascismo. La nostra storia politica è testimone di questa unione tra la giustizia sociale e la difesa della nostra patria. Di conseguenza i nostri riferimenti politici vanno dal sindacalismo anarchico al socialismo e al nazionalismo, possiamo dire senza esitazione che i nostri punti di riferimento sono SOREL, PROUDHON, LAFARGUE, NIETZSCHE, JUNGER, EVOLA, VENNER… ma non abbiamo remore ad accettare anche nuove figure della dissidenza attuale sia che esse siano di destra che sinistra, in modo da rendere più fluido il nostro pensiero politico. Tra le tante cose, ZENTROPA rappresenta un nuovo modo ‘avanguardista’ e ‘innovatore’ che ci piace molto, con l’occasione ci teniamo a salutare il suo fondatore (Sebastien)…
Dal punto di vista militante pensiamo che CASAPOUND rappresenti una realtà in cui ci identifichiamo, ciò che ci piace soprattutto di CP è il senso d’appartenenza , l’idea che diventa azione!
C’interessiamo da vicino a ciò che la sinistra alternativa può offrire di meglio rispetto al passato, quando parliamo di ‘sinistra’ si intende ovviamente di quella frangia dissidente della sinistra avanguardista e non di quella sinistra antifascista, da sempre burattini del sistema.

3) Che rapporti avete con altri movimenti europei?

Abbiamo dei buoni rapporti con CPI, con ZENIT BELGIO, con i camerati spagnoli, tedeschi, polacchi, russi e ucraini.
Questo scambio ci permette di rinforzare la nostra amicizia con i camerati in tutta Europa, ma lo scopo di queste collaborazione è di creare un’Europa forte che non ha paura delle nuove sfide. Davanti a noi c’è una generazione che vuole essere padrone del suo destino, pronta a combattere per la grandezza dell’europa!

4) Qual’è il vostro pensiero sulla crisi ucraina?

Pensiamo che esistono camerati ucraini che lottano per la sovranità del loro popolo, avendo come punto centrale lo STATO, la loro lotta è anche la nostra, peccato assistere ad una guerra fratricida, il nostro nemico comune sono le oligarchie mondiali, che siano a Kiev, Parigi, Washington o Mosca. Sogniamo un Ucraina libera, senza NATO nè Russia! Perchè per noi la difesa dell’identità è un fattore essenziale per la sopravvivenza di ogni popolo. L’unico rammarico’ è l’atteggiamento di Putin che non ha saputo capire l’occasione storica di creare una “terza posizione”. Attendiamo con interessi lo svolgimento della situazione, ma ciò che ci preoccupa di più è di continuare a lottare QUI per la nostra terra, nei nostri villaggi, nelle nostre città…e li’ che i nostri hanno bisogno di NOI!

5) Qual’è il vostro giudizio sul fenomeno ISIS e ISIL?

L’industria del petrolio ha partorito questo mostro dell’ISIS con la complicità degli USA e d’ISRAELE, personalmente non penso che l’islam sia il nemico numero uno, anzi rappresenta uno strumento potentissimo al servizio del nostro principale nemico comune: l’ oligarchia mondiale!

6) L’ennesimo attacco israeliano su Gaza ha provocato più di 2000 morti e migliaia di feriti, qual’è la vostra posizione politica sull’argomento?

Nulla può giustificare un tale gesto che consideriamo ignobile, ma siamo sicuri che un giorno tutto questo odio verso il popolo palestinese, si riverserà contro Israele.

7) Le elezioni europee hanno visto il successo del FN di Marine Le Pen, cosa pensate del nuovo leader della destra francese?

La vittoria del FN è sempre una buona notizia pero’ bisogna sempre restare vigili e non credere che tutto sia fatto, anzi il più difficile deve ancora venire! Siamo convinti che le regole elettorali sono già predefinite dall’inizio, quindi è necessario restare svegli e non cadere nella trappola del trionfalismo elettorale… ciò che ci fa più paura è che l’attrazione del potere faccia perdere la testa a Marine Le Pen che a volte, ha troppo tendenza ad allontanarsi dai veri principi del FN. Certe dichiarazioni o atteggiamenti da parte sua, fanno riflettere, si vede che esiste una vera e propria volontà di girare le spalle ai vecchi principi del FN, la conquista del potere ci può stare, ma non con l’infamia e il tradimento!

8) Credete sia ancora valido il sogno di una Terza Posizione nel futuro del nostro continente?

Oggi più che mai! Come ha detto bene ADINOLFI, stiamo assistendo ad una nuova YALTA che minaccia l’Europa rendendola sempre più sottomessa ai giochi di potere. Difendere la TERZA POSIZIONE è fondamentale per la nostra sopravvivenza, non abbiamo scelta, è una questione di vita o di morte per la nostra civilizzazione europea e per i nostri popoli.

Ringraziamo i nostri fratelli del MAS per aver accettato di rispondere alle nostre domande e con la sicurezza di poter continuare a lavorare insieme per realizzare i nostri sogni, vi auguriamo un anno di lotte e vittorie!

Grazie a voi, siamo fieri di avervi come camerati di lotta, lunga vita a ZENIT… fino alla vittoria!

Source: Zenit

29/12/2014

Entrevue avec un militant du MAS Touraine : mission aux Philippines.

Entrevue avec Vincent, militant du MAS Touraine

3.jpg

Un militant du MAS est parti un mois cet été donner de son temps et de l'aide aux Philippines. Il a apporté ses compétences aux habitants d'un centre de relogement, récemment expulsés des bidonvilles de la capitale par de monstrueux promoteurs immobiliers. Son arrivée a concordé avec le passage sur la zone du Typhon Glenda, causant pertes humaines et matérielles. Son souhait était dès son départ de partager son expérience.

Bonjour Vincent, peux tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis donc un jeune militant du MAS de 20 ans. Je ressens depuis plusieurs années le besoin d'étendre ma quête identitaire et solidaire à un autre niveau. Particulièrement attiré par les pays du Sud Est asiatique, j'ai entendu parler par le biais d'une amie d'une association basée aux Philippines travaillant avec différents groupes de jeunes défavorisés (Jeunes mères, prisonniers, habitants de bidonvilles). Mon attention s'est très rapidement tournée vers ce pays du sourire, frappé chaque année par une vingtaine de typhons meurtriers. J'ai pensé que mes expériences et mes formations de secourisme me permettraient d'apporter à ce peuple mon aide, aussi infime et temporaire soit-elle.

Quelles ont été tes missions ?

Suite à de longues discussions avec les responsables de l'association, il a été décidé de m'affecter dans un petit village au Sud de Manille la capitale. Ce village est un centre de relogement pour plus de 3 000 familles. Toutes ces familles proviennent des bidonvilles de la capitale et sont expulsées par des promoteurs immobiliers qui n'hésitent pas à incendier leurs quartiers pour les forcer à fuir. Ce centre, loin de tout, est une catastrophe pour tous. Les hommes se sauvent souvent à Manille pour trouver du travail, abandonnant femmes et enfants. Les femmes étant parfois obligées de se prostituer pour assumer leurs responsabilités. Ma mission a été d'apporter à ce centre très récent des protocoles à suivre en cas d'urgence (Formation aux premiers secours, installation d'extincteurs et de fiches de procédure dans les bâtiments, recensement des numéros d'urgence importants).

1.jpg


Que retiens tu de ton expérience de solidarité internationale ?

Je retiendrai principalement deux choses de mon voyage. Tout d'abord l'état d'esprit incroyablement positif de tous les philippins qui après chaque typhon reconstruisent inlassablement leurs habitations, sans se plaindre, sans mendier, avec le sourire. Le deuxième côté qui m'a marqué et la part spirituelle et religieuse de leur vie qui est très importante. La population de 100 millions de Philippins est à 90 % catholique, pratiquante. Cette croyance leur apporte du courage dans les nombreuses catastrophes et difficultés qu'ils traversent.

Pour finir, as tu trouvé des points communs entre la France et les Philippines ?

Comme la question précédente, je retiendrai deux points. Comme en France, le capitalisme sauvage et l'américanisation de leurs terres font rage. Toutes traditions philippines ont été détruites pendant l’occupation américaine qui a laissé en lieu et place de l'architecture des conquistadores espagnoles, des Mac Do, des banques. En quête de bénéfices toujours plus importants, les pauvres sont écrasés, parfois tués par les décideurs politiques et économiques. Le deuxième constat est celui qui m'a interdit de me rendre au Sud du pays. Cette zone est occupée par environ 5 % de la population philippines, musulmane, en partie constituée de terroristes. Cette partie du pays, fortement déconseillée aux touristes est régulièrement le théâtre d'affrontements et d'actes terroristes engendrés par la communauté islamiste.

2.jpg

Source: Mouvement d'Action Sociale - Touraine

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

24/12/2014

Entrevue du C.N.C. #12: Vérszerzödés

Vérszerződés.jpg

Vérszerzödés est un groupe de hardcore militant hongrois très réputé dont nous avons chroniqué le dernier album récemment. Jouant fréquemment (et partout!) en Europe, nous vous conseillons de ne pas les manquer quand ils se produiront près de chez vous!

1) Pouvez-vous présenter votre groupe et son parcours en quelques mots?

Le groupe fut formé en 1992 dans une petite ville du nord-ouest de la Hongrie, Sopron. Il y a eu de nombreux changements de musiciens durant les années suivantes et, désormais, plus aucun de nous n’habite cette ville. La formation actuelle comprend : Geri au chant, PPH et Ymir aux guitares, Hando à la basse et Cipös à la batterie. Je ne peux pas vraiment désigner notre style musical mis à part dire que c’est une sorte de hatecore comprenant quelques touches de Metal.

2) Le nom Vérszerzödés vient de l’histoire hongroise. Pouvez-vous nous en dire plus sur sa signification et sur ce qu’elle représente pour vous ?

Vérszerzödés signifie « contrat de sang » ou, mieux, « liés par le sang ». C’est un célèbre épisode de notre histoire ancienne où les dirigeants des sept tribus hongroises (des temps païens) firent un contrat de sang en tant que serment et édictèrent les futures lois des hongrois au sujet du « leadership », de la loyauté, de la défense du pays etc. Pour nous, ce contrat de sang symbolise la fraternité et la camaraderie mais aussi la loyauté qui doit être la nôtre envers notre race, notre nation, notre combat et nos camarades.

3) Quelles sont vos motivations à jouer de la musique? Sont-elles politiques ? Qu’attendez-vous de ceux qui vous écoutent ?

Il est évident que nous ne jouons pas seulement pour le loisir et que nous poursuivons d’autres buts. Nos paroles traitent de politique, d’histoire ou de mythologie. Elles critiquent cette société malade dans laquelle nous vivons. Nous tentons d’ouvrir les yeux et l’esprit des gens et espérons être en mesure de faire passer nos messages.

4) Vous avez fait des chansons en anglais mais aussi en hongrois, votre langue maternelle. Pourquoi ce choix ?

Au début de notre carrière, nous ne jouions qu’en Hongrie et nous écrivions donc nos chansons dans notre langue. Plus tard, quand nous avons commencé à avoir un intérêt croissant de la part de l’étranger, par des contrats ou des concerts en dehors de la Hongrie, nous avons voulu traduire nos paroles afin que nos camarades étrangers puissent comprendre ce que nous chantons. C’est normal selon moi.

IMG_4053.JPG

5) Pouvez-vous nous parler de la scène musicale hongroise ? Elle semble très active et des groupes comme Archivum sont connus partout en Europe… Et quel est votre avis sur la mouvance dans votre pays ?

La scène musicale est effectivement très active et il y a de nombreux groupes nationalistes. D’un côté, c’est positif mais de l’autre, il y a de trop nombreux concerts dans le pays. Ces concerts ont perdu la signification qu’ils pouvaient avoir il y a 15 ans ou plus. Et surtout si ceux-ci sont de simples fêtes de weekend. Il y a de moins en moins de gens que ça intéresse et je pense que la qualité des concerts décline. Je ne souhaite pas juger les groupes mais je pense qu’il y en a trop pour notre petit pays… Archivum ne fait plus de concerts mais continue en tant que projet studio.

La scène nationaliste est bonne mais a perdu, je pense, de l’énergie depuis que Jobbik est entré au parlement, il y a 4 ou 5 ans. Il y a toutefois de bonnes organisations et de bonnes actions qui sont réalisées dans notre pays.

6) En France, la Hongrie est invariablement liée à deux noms: Victor Orban, le premier ministre et le movement Jobbik. Que pouvez-vous nous dire sur eux et sur la situation politique et sociale de la Hongrie ?

Haha, nous haïssons Orban comme il nous haït ! Concernant le Jobbik, je ne crois pas dans la démocratie parlementaire, ce n’est pas par ce biais que nous changerons le système selon moi. Je ne vais jamais voter aux élections. Même s’il y a des personnes fort recommandables au Jobbik, j’en connais plusieurs personnellement, il y a également des gens étranges qui semblent parfois ne rechercher que l’argent ou des perspectives de carrière… je ne peux donc supporter à 100% ce parti.  

La situation politique est aussi pourrie ici que dans le reste de l’Europe : politiciens corrompus, ZOG, etc. Aujourd’hui, il semblerait que les USA commencent à jouer un sale jeu avec nous afin d’atteindre la Russie. Dans les coulisses, ils organisent le renversement du gouvernement. Les gauchistes et les libéraux protestent et se font passer comme la voix du peuple contre le gouvernement mais il y a des gens qui tirent les ficelles derrière tout cela…

La situation sociale est pourrie également. Les finances sont au plus bas, des milliers de personnes quittent le pays et vont travailler en Europe de l’ouest car elles ne peuvent se projeter dans un futur acceptable ici. La majorité des gens ne peuvent se payer un logement ou une voiture ou simplement régler leurs emprunts et donc vivre une vie normale.

7) Comment voyez-vous le futur de la Hongrie et de l’Europe?

Je pense que le plus gros problème auquel nous avons affaire est cette immigration qu’on ne peut arrêter. L’Islam aussi. Nous sommes depuis longtemps dans la 24ème heure et c’est peut-être déjà trop tard. Il faudrait que les gens ordinaires ouvrent les yeux et j’espère que nous avons encore du temps et que nous pourrons défendre notre race et nos pays ! En tout cas, pas avec ce système et ces oppresseurs qui gouvernent l’Europe et le monde en ce moment !

8) Comment est perçue la France en Hongrie?

Tous ceux qui n’ont jamais eu la chance de visiter le France ou de rencontrer des français ne connaissent, je pense, que les stéréotypes habituels des médias et peut-être aussi de l’école. La cuisine française, la Tour Eiffel, la révolution française… Et Versailles.

Les nationalistes se souviennent désagréablement du traité qui fut signé après la première guerre mondiale au Trianon de Versailles (1920) où nous perdîmes les deux tiers de notre pays. Mais ce n’était bien sûr pas la faute du peuple français !

IMG_3887.JPG

9) Vous avez une longue carrière et avez joué partout en Europe. Vos meilleurs souvenirs ?

Je ne peux le dire car nous avons de bons souvenirs pour pratiquement tous nos concerts en Europe. Il y eut peu de mauvais moments et nous n’en parlerons pas, haha. A chaque fois, nous avons de nouvelles expériences et nous rencontrons aussi bien de vieux amis que de nouvelles personnes.

10) Pouvez-vous nommer quelques groupes, livres, films qui vous ont inspire?

Nous écoutons tellement de groupes et de styles que la liste entière va de la Oï et du RAC au hardcore, au metal, à la country… Nous y trouvons parfois de l’inspiration, idem en ce qui concerne certains livres et films. Cependant, ce qui m’inspire le plus, c’est la vie en elle-même et ce que je perçois en regardant le monde.

11) Quels sont vos projets pour le futur?

Notre nouvel album, chanté quasi-entièrement en hongrois, est sorti cet été. Nous n’avons pas de plans particuliers dans l’immédiat mis à part quelques bons concerts ! Après, nous ferons un nouvel album en anglais mais ça nécessitera des paroles qui nous prendront certainement un peu de temps.

12) Merci de nous avoir répondu. Un dernier mot pour vos camarades français ?

Merci pour l’entrevue et pour ces questions intéressantes ! Nous saluons nos camarades français et espérons vous voir prochainement à nos concerts ! Gardez la foi !

Le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.