Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2016

Chronique Manga: Bienvenue dans la NHK !

bienvenue_dans_la_nhk_vo_186.jpg

Bienvenue dans la NHK !

Big Brother, Big Other, Big Mother ce trio infernal résume parfaitement la matrice dans laquelle nous humains déracinés évoluons, perdus au milieu d’un non-occident à bout de souffle. Pour comprendre et se détacher de notre monde, il ne faut rien attendre des séries, des romans et autres outils du divertissement. La plupart du temps, ils n’existent que pour nous détourner de la voie. Ils nous enchainent à un état d’ « adulescent ». Ils excitent nos désirs, pour mieux nous façonner en une « une copie qu’on forme » (pour reprendre l’expression d’Alain Damasio). Très peu sont là pour nous ramener dans la réalité, nous être utiles en somme. Bienvenue dans la NHK, l’adaptation en série animée du court roman écrit par Tatsuhiko Takimoto, décode très bien notre Big Mother des temps présents1. Après cela reste ce que c’est, un produit de la société de consommation. Personne ne vous sauvera de vous-même.

L’histoire tourne autour de Sato, un asocial de 22 ans des plus extrêmes. Il dort 16 heures par jour, passe le reste de son temps sur les écrans, sort une fois par semaine de chez lui pour aller chercher de la nourriture, n’est en relation avec quasiment personne. Comble du pire, il ne poursuit point d’études et n’a pas de travail. Cela fait plus de 4 ans qu’il regarde le film de cette moribonde existence défiler sous ses yeux. Alors qu’il s’enfonce dans la folie, il est amené à rencontrer d’une part, Mizaki une jeune fille mystérieuse qui se donne pour mission de l’aider et d’autre part, Yamazaki qui l’embarque dans la création d’un roman interactif grivois.

Au Japon, on appelle le type de personnes qu’incarne Sato un hikikomori, un phénomène assez répandu au Japon (l’auteur en est lui-même un). L’affliction sociale reste cependant discernable ici à des degrés divers ici, ils détiennent juste une longueur d’avance sur nous. Par amour du « Grand Autre », beaucoup de caucasiens se masturbent en pensant à cette île lointaine2. Or, le pays est loin d’être un exemple sur tous les sujets tel que c’est montré dans l’œuvre.

Il demeure assez incroyable que l’auteur ait choisi un personnage central si rebutant. En effet, notre anti-héros n’inspire même pas de la pitié, mais plutôt du dégoût. Trop lâche pour affronter la vie ou la mort, on a l’impression de croiser un individu sans forme qui ne fait les choses que par dépit. Il vagabonde sur une route brumeuse où il croise parfois des néons de conscience et retourne dans la brume aussitôt. Il est traversé par une force qui l’invite à retourner à l’état de fœtus. Il veut que Big Mother le nourrisse tout en étant dégoûté de cet état de fait, aspirant à s’ouvrir sur le monde extérieur, à être hors de lui. Cependant, il est bloqué par sa peur d’affronter la réalité, son manque de confiance et le poids des mauvaises habitudes nées de l’ultra-confort. Ce qui fait que l’on arrive à suivre les non-aventures de cette personne sans aucun mérite, c’est qu’il a conscience d’être un déchet et que l’ensemble ne manque pas d’ironie et d’humour noir, sans compter le bon message qu’essaye de délivrer cette fiction.

Bienvenue dans la NHK diffère d’autres œuvres nippones où le héros tombe dans plein de situations incroyables. Ici, personne n’échappe à soi et à la banalité. Les vies des différents personnages sont sans éclat. Ils ne « brilleront pas avec la mort, car ils vivent déjà éteints ». Ils sont tous le reflet de pathologies sociales malheureusement devenues trop courantes. De ce fait, il se dégage ambiance assez pessimiste qui tranche avec un générique d’ouverture guilleret (qui en regardant de plus près ne l’est pas vraiment et synthétise discrètement toute la série).

En novlangue, on affirmerait que l’œuvre est ultra-stigmatisante. En non-novlangue, elle cerne bien le réel et c’est moche, très moche. La culture otaku, les jeux vidéo en ligne, la pornographie, etc. Tout cela est montré sous son vrai visage. Non, sans déconner l’attirance pour des adolescentes en plastique n’est pas le signe d’une bonne santé mentale. C’est presque devenu tabou de le dire. C’est comme expliquer que Pokémon Go n’est peut-être pas le pinacle du progrès. Pour beaucoup je suis déjà en train de tendre le bras en proférant cela mais, je m’égare.

Nous n’avons pas la volonté de voir notre domestication, notre état de canidé dans les sociétés développées. Tatsuhiko Takimoto l’annonce très bien dans la préface de son livre : « La plus grande source de colère provient de sa propre lâcheté. Il est pauvre parce qu'il ne sait pas comment gagner de l'argent. Il n'a pas de petite amie, car il n'a aucun charisme. Mais le processus qui mène à se rendre compte de la vérité et à accepter ses propres faiblesses demande beaucoup de courage. Aucun être humain, je dis bien aucun, n'a envie de regarder ses propres insuffisances en face. C'est à ce moment-là que le théoricien du complot projette sa lâcheté sur le monde extérieur. »

Sa conviction tient pour lui que le poids des idées pèse très peu dans le changement d’une personne. Un quidam explique par exemple qu’il a lu 200 livres de développement personnel et que sa vie n’en fut point modifiée pour autant. Bienvenue dans la NHK est surprenant de cynisme: l’hypocrisie et l’innocence désintéressée disparaissent quand on gratte en surface. L’espoir réside quand même, mais il ne se manifeste pas comme quelque chose d’éclatant. D’ailleurs, la série est habile pour sous-entendre (en partie pour contourner la censure), ce qui contrebalance l’animation de qualité moyenne.

Beaucoup de questions émergent après la vision ou la lecture de Bienvenue à la NHK. On n’est pas indifférent et c’est le meilleur compliment que je puisse faire. Longue est la route vers l’autonomie, la définition de ses propres normes. Postmodernes, Trop Post-modernes. Nous sommes tous seuls ensemble. Certains en bon évoliens, se croyaient être en dehors de la matrice, surfer sur le Kali Yuga. On espère tous chevaucher le tigre, mais on est dans sa gueule...

Valentin/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

1 Je vais me concentrer principalement sur la série, car le (court) roman et le manga sont quasi-identiques.

2 Ce genre de schizophrènes qui aime le japon parce que c’est une société homogène et traditionnaliste et qui installé là-bas voudrait le changer en nouveau temple du multiculturalisme et du progrès. Logique !!!

22/10/2016

Chronique de film : L'Odyssée de Jérôme Salle (2016)

 L'Odyssée de Jérôme Salle (2016)

odyssée cousteau.jpgAutour de la figure de Jacques-Yves Cousteau, interprété par Lambert Wilson, L'Odyssée, film de Jérôme Salle, César du meilleur premier film pour Anthony Zimmer, nous entraîne dans trente années qui vont forger un mythe en même temps que changer le monde : 1949-1979. Deux mondes que toute oppose. Derrière l'Odyssée, nous assistons plutôt à une série d'odyssées, celle de la famille Cousteau, celle de la France triomphante des Trente Glorieuses, celle, au final, de l'écologie balbutiante.

Le film démarre en 1949, Jacques-Yves Cousteau, marié à Simone Melchior, fille et petite fille d'Amiral, quitte la Marine nationale et décide de mener différentes campagnes océanographiques. Il achète alors la Calypso, qu'il retape avec famille et volontaires et avec laquelle il va mener des expéditions financées par des sociétés pétrolières prospectant pour l'extraction offshore puis par une chaîne de télévision états-unienne. En 1979, le film se termine au moment de la mort de son deuxième fils, Philippe, dans un accident avec son hydravion sur le Tage.

Centré sur les rapports complexes avec son fils Philippe, la narration est assez classique, voire convenue, mais les scènes d'exploration sous-marine et Antarctique rehaussent l'ensemble. Vous saurez vous laisser entraîner dans ses différentes aventures sur ces nouveaux fronts pionniers vers les confins du monde des glaces et du monde sous-marin. Le film peut toutefois s'avérer poignant tant il rentre dans l'intimité du Commandant et de sa famille. Devenant de plus en plus détestable au fur et à mesure du film mais sachant regagner la sympathie du spectateur, celui-ci est bousculé dans ses représentations par son fils Philippe, préoccupé par l'écologie. Une Odyssée ? Au sens littéraire sûrement, au sens d'Homère, pas vraiment, tant J.Y.C. se laisse happer par les tentations de son époque. Simone Melchior semble une bien terne Pénélope, écumant son Whisky dans les logis de la Calypso...

Le rêve Cousteau se transforme ainsi peu à peu en cauchemar pour son équipage et son épouse, attachés à la Calypso, alors que le Commandant se rend dans les soirées mondaines à New-York ou à Paris. La décrépitude de son épouse, qui ressemble de plus en plus à une tenancière de bistrot de province, contraste avec l'allure de son mari, toujours impeccablement habillé, signant des autographes et séduisant les femmes. L'archétype de l'homme français, séducteur et agaçant qui parvient parfois à conquérir l'Amérique.

Mais peut-on vraiment, à la fin du film, se défier de l'homme au bonnet rouge ? Pas vraiment. Le père et le mari ont sûrement, comme tout homme, leur part d'ombre et leurs limites, mais Cousteau est au-delà de ça. Déterminé et égoïste mais surtout génie et pionnier, il est à l'origine du moratoire qui empêche l'exploitation de l'Antarctique jusqu'en 2048. Ses apports au monde de la plongée et à la connaissance des mondes sous-marins nous sont aujourd'hui précieux. Paul Watson, fondateur de la Sea Shepherd Conservation Society en 1977 le compte comme l'une de ses inspirations.

Utopiste, homme de son temps, le mythe Cousteau méritait-il d'être abordé sous un angle aussi intimiste ? C'est essentiellement sur ce point que les critiques pourront débattre. Et les conflits d'héritage entre sa nouvelle épouse et son fils Jean-Michel n'y sont probablement pas pour rien. En s'arrêtant en 1979, à la mort de Philippe, après une discussion avec Jean-Michel et sur une image de la famille réunie en 1949, le film ne cherche-t-il pas à s’immiscer dans ses querelles de famille ? Etait-il cependant nécessaire de dépeindre cet homme d'exception sous les traits aussi banals d'un père de famille inattentionné ou d'un mari volage ? Les Français ont-ils toujours besoin d'égratigner leurs icônes et de faire leur examen de conscience ? Si l'Odyssée redonne la part belle à ses proches, le film montre en définitive que rien de toute cette aventure n'aurait été possible sans la vision et la flamme ardente du Commandant. Nul n'est irremplaçable ? Pas sûr... Avec la fin de Cousteau, c'est aussi une certaine France qui s'est éteinte, une France ambitieuse et sûre d'elle-même. Quelque chose que nos enfants ne connaîtront sûrement jamais.

Jean/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

18/10/2016

Chronique de bande dessinée : Morgan Navarro "Ma vie de réac"

ma vie de reac.png

Morgan Navarro, Ma vie de réac

Dargaud en partenariat avec Le Monde vient de publier les planches de bande dessinée du blogueur Morgan Navarro hébergées sur le site du journal. (http://morgannavarro.blog/lemonde.fr)

Ce dernier apparaît comme un observateur impuissant mais lucide de notre époque, comme il l'écrit lui-même en quatrième de couverture :

« On me traite de réac, mais je ne le suis pas. 

Je suis lucide, c'est tout.

Est-ce être réactionnaire de voir à quel point le monde court à sa perte ?

N'est-cd pas normal d'être atterré

par la bêtise crasse de notre époque ?

Une époque où les enfants commandent, où l'idiotie est cool, où le savoir est moqué,

où on se demande si c'est pas machiste

de tenir la porte aux dames ?

Bon, je sais, parfois je m'énerve un peu trop,

mais c'est plus fort que moi.

Attaqué par la connerie, je réagis, c'est tout.

Bon ok, je suis réac. »

Réac ? Vraiment ? Qui ne s'est jamais fait traité de « réac » dans un univers majoritairement « de gauche » ? Ou tout simplement dans un univers où seuls ceux qui l'ouvrent sans arrêt sont à gauche ? D'ailleurs de quelle gauche parle-t-on ? Quant on lit les planches parfois très drôles, parfois, il faut l'admettre, un peu plates, de cette BD, on imagine sans peine que Morgan Navarro est un type normal, plutôt « à gauche », au sens où il ne semble pas être dans le camp du patronat et qu'il doit pas trop aimer la loi travail, mais qui se retrouve brocardé sans arrêt parce qu'il trouve ridicule ou incompréhensible les délires genderistes où il se demande ce que sont « les personnes agenres ? » entre autres bizarreries du gauchisme post-moderne militant. Les planches sur Nuit Debout (pages 93/94/65) sont, à ce titre, particulièrement efficaces.

Ma vie de réac dépeint assez bien ce quotidien de plus en plus difficile pour les types de bon sens, pas forcément à droite, vivant dans un environnement parisien totalement déconnecté du réel et avide de toutes les modes sociologisantes deconstructivistes. Le bon sens, n'est-ce pas habiter en tant que borgne ce royaume d'aveugles ? Car il ne s'agit ici ni de politique ni de revendication mais bel et bien d'un homme usant de son bon sens et se heurtant à la bêtise ambiante tout en choisissant de continuer à la côtoyer, et d'être ainsi pointé du doigt en tant que reac. Dans "accouchement avec plaisir", on ressent parfaitement tout le cynisme de l'auteur face aux influences américaines. La planche croque avec réalité l'impossibilité du dialogue. Face à une énième facétie, la réaction de l'auteur lui vaut un immanquable « macho ». On est toujours « réac », « macho », « raciste », « islamophobe »… Même sa femme semble mal à l'aide, gênée souvent, par ses saillies.

Bien sûr comme Michéa ou Onfray, jamais l'auteur ne franchit le Rubicon de la question qui fâche : l'identité. Mais ce qu'apporte cette BD c'est un bol d'air frais pour le Français lambda, qui déjà pris dans un rituel journalier souvent stressant (bouchons, etc...). Et dans le fond on ne sait jamais vraiment ce que pense l'auteur sur le sujet. Est-il fondamentalement en désaccord ? Rien n'est jamais sûr.

L'ouvrage se termine par les publications des commentaires de son blog. On imagine sans peine les réactions conditionnées du lecteur moyen du journal Le Monde à la lecture d'une planche vaguement sexiste ou superficiellement « réac ». Le gauchiste, à force d'insulter tout le monde, a sûrement l'impression que la société « se droitise », mais si, au fond, c'était surtout lui qui s'enfonçait dans la connerie ?

Bien loin de la violence volontairement exagérée de Marsault, plus réaliste, plus intime, cette BD peut être placée entre beaucoup de mains.

Jean/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

16/10/2016

Chronique de film : Captain Fantastic de Matt Ross

 Captain Fantastic de Matt Ross (2016)

captain fantastic.jpgMarteau de Thor autour du cou, Viggo Mortensen nous conduit dans Captain Fantastic à vivre une véritable aventure entre deux mondes que tout oppose. Lui, en père de famille écolo vivant avec ses enfants dans une forêt du nord-ouest des Etats-Unis, et le reste de sa famille, représentant l'Amérique industrielle, consumériste, protestante et bourgeoise. Mais ne nous y trompons pas, le film n'est pas véritablement manichéen. Il est plutôt une porte ouverte à la réflexion sur notre monde, mais aussi sur les façons de s'en extraire.

Car l'éducation des enfants de Ben Cash, le nom du personnage qu'incarne Viggo Mortensen, n'est pas du tout une éducation babacool. L'idéal de ce père de famille omnipotent, c'est la République de Platon, celle des philosophes rois et les enfants sont élevé à la dure : entraînement intensifs, maniement des armes, alpinisme extrême, chasse au couteau, etc... on est loin des caricatures du hippie loufoque refaisant le monde entre deux pétards. De drogue d'ailleurs ici il n'en est pas question. On parle de nourriture bio et locale et les enfants maîtrisent les sciences, la philosophie politique ou la musique classique dès le plus jeune âge.

Privilégiant la discussion et l'élévation intellectuelle, les enfants de la famille Cash sont en complet décalage avec leurs cousins, ignares et férus de jeux videos violents et abrutissants. Une éducation que tout oppose. Chez les Cash, on ne cache pas la vérité aux enfants, même à leur plus jeune âge, il n'y a pas de tabou, ni sur la nudité, ni sur la sexualité, ni sur la violence, ni sur la mort. A l'inverse de la famille de leurs cousins, où les tabous sont nombreux. La question se pose ici, les adultes ne pensent-ils pas trop souvent à la place de leurs enfants, les préservant de la réalité de la vie dans ce qu'elle peut avoir de dur, mais les exposant à bien d'autres dangers : l'ignorance ou la bouffe chimique.

C'est parce qu'ils connaissent la vérité que les enfants apprennent à gérer le décès de leur mère, élément qui va permettre à l'histoire de prendre son envol. A travers ce drame, qui se mue souvent en comédie, et qui vous conduira sûrement à manifester une palette d'émotions très différentes, on peut trouver des allusions à d'autres films comme Little Miss Sunshine ou La Route. La mort de la mère et la complicité qui existe entre M. Cash et son fils, Bodevan, n'est pas sans rappeler le film de John Hillcoat qui amène à réfléchir sur notre dépendance à la société industrielle.

Mais ce film est aussi un moyen de pointer les contradictions d'un père qui peut se muer en despote. Son aversion pour le christianisme touche ses limites dans une allusion subtile aux communautés chrétiennes vivant en marge de la modernité. Le protestantisme ne se limite pas au capitalisme de Max Weber et aux éléments caricaturaux du parti républicain. Son anti-nationalisme new age tranche avec une éducation enracinée, hygiéniste et guerrière. Sa soif de liberté avec son refus d'accepter les choix de ses proches.

De limite, il est question dans ce film, car c'est bien l'absence de limite qui conduit les deux modèles vers l'absurde. Tout l'intérêt du film réside donc dans la dernière partie à savoir comment ces contradictions vont se résoudre. Si la trame narrative est assez classique, Captain Fantastic est un film à voir d'urgence, qui mettra mal à l'aise les hommes post-modernes que nous sommes mais qui espérons le, conduira à de substantielles évolutions dans notre rapport à notre environnement, à l'éducation des enfants, à notre corps et aux autres.

Jean/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

12/10/2016

Chronique de livre : Georges Bernanos "La France contre les Robots"

bernanos - la france contre les robots.jpg

Georges Bernanos, La France contre les Robots

C’est sur les ruines de la Seconde Guerre Mondiale, en 1945, que Bernanos écrit un pamphlet prophétique, véritable déclaration de guerre à la civilisation des Machines, au culte de la vitesse et du rendement effréné, à l’idolâtrie du profit matérialiste.

« En parlant ainsi, je me moque de scandaliser les esprits faibles »

Dans le style incisif caractéristique des Grands cimetières sous la lune, l’auteur entraîne avec lui son lecteur dans la fièvre de la révolte. L’écrivain vétéran de la Première Guerre distille sa passion dans chaque mot et son sens de la formule nous laisse un texte aussi beau par la forme que vrai par le fond.

« Si vous êtes trop lâches pour regarder ce monde en face afin de le voir tel qu’il est, détournez les yeux, tendez les mains à ses chaînes. »

Un monde gagné pour La technique est perdu pour la Liberté

Ce livre est tout d’abord le livre d’un constat : celui de la marée montante de la Machine qui submerge et détruit tout sur son passage. Pour Bernanos, cette invasion prend racine dans l’idéologie révolutionnaire de 1789 et sa rupture anthropologique qui fait chanter aux hommes l’hymne au Progrès, non plus dans l’homme, mais dans la technique. Des pages terribles peignent cette rupture dans les tous les liens profonds et sacrés de la vie. Le sens de l’honneur, les délicates racines qui attachaient l’homme du XVIIIème à la terre de ces ancêtres, à ses coutumes, tout, depuis un siècle et demi, tombe et se déchire. Les exemples les plus visibles en sont l’architecture, la mode et le vêtement.

« La France du XIXème à l’air de porter le deuil de sa révolution manquée. Elle a commencé par habiller les Français de noir. Jamais, en aucun temps de notre histoire, les Français n’ont été aussi funèbrement emplumés ; le coq gaulois s’est changé en corbeau. »

Le Moloch technique est un phénomène entièrement nouveau qui écrase ce que le monde avait connu jusque-là : des instruments plus ou moins perfectionnés, mais qui étaient « comme le prolongement des membres ».

A la manière d’Ortega y Gasset, Bernanos voit les vraies causes du problème dans l’aspect religieux : « On ne comprend rien à notre révolution si l’on refuse de tenir compte d’un fait historique d’une importance incalculable : depuis le XVème siècle, la Chrétienté Française subsistait, je veux dire la société chrétienne avec ses institutions, ses mœurs, sa conception traditionnelle de la vie, de la mort, de l’honneur et du bonheur, mais la Politique se paganisait de plus en plus… »

L’auteur critique cette recherche effrénée d’une nouvelle liberté dans la technique. Nous nous fuyons nous-mêmes afin de l’atteindre, alors que la liberté n’est pourtant qu’en nous.

« Notre révolution se fera contre le système actuel tout entier, ou elle ne se fera pas. »

La France contre les Robots, plus qu'un constat, une simple plainte, un aveu de défaite, est aussi un message d'espoir et de combat. Le combat de La France CONTRE les Robots. Et un combat, on doit le gagner. En opposition au futur noir qu’il décrit en 1945, et que nous sommes en train de vivre, Bernanos veut nous rappeler que nous sommes avant tout des héritiers. Il nous (ré)enseigne l’amour vrai de la Patrie, maison, refuge, foyer et Liberté des Français.

« Ils m’ont appelé d’un nom qui évoque d’abord à l’oreille le mot de paternité, mais ils ont fait ce mot féminin, parce qu’ils pensent naturellement à moi comme leur mère, et c’est vrai qu’ils m’aiment comme les enfants aiment leur mère ».

Les faits annoncés par Bernanos sont, à la manière d’Orwell ou de Barjavel, en train de se révéler juste. Donnons-lui raison jusqu’au bout ! « Nous allons connaître des temps difficiles, mais l’humanité n’est tout de même pas au bout de ses ressources, elle se renouvellera une fois encore dans le chaos ; c’est toujours par les plus grandes convulsions que s’annoncent les plus grandes Restaurations de l’Histoire… » Un clin d’œil à la Restauration de la Monarchie, idéal de ses débuts à l’Action Française ?

Arnaud Danjou / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

08/10/2016

7 films à voir ou à revoir sur la Drogue

 Et si la drogue venait à disparaître ? En Amérique du Sud, en Asie, la production de cocaïne, héroïne et cannabis connaît une baisse constante. Certes, de nouvelles drogues font leur apparition mais, globalement, la tendance se révèle être à la baisse. La lutte contre les cartels de Colombie et du Mexique semble enfin porter ses fruits tandis que les pressions internationales s'accentuent sur les pays producteurs du centre asiatique dont les gouvernements semblent prendre le problème à bras le corps. Egalement dans le reste du monde. Moyennant contreparties, ça aide... A l'exception de l'Amérique du Sud et contre toute attente, les producteurs de stupéfiants n'opposent pas la résistance la plus farouche. Plus particulièrement en Afghanistan, au Pakistan, en Iran, en Turquie, en Egypte, au Maroc, au Kenya, au Burkina Faso ou au Nigéria. Oh !... pas par philanthropie rassurez-vous ! Quelles sont les nouvelles marottes des narcotrafiquants ? Le trafic d'armes ? Trop cher et dangereux ! La fausse monnaie ? Les organes ? Trop contraignant ! Non, le top du top, le nec plus ultra aujourd'hui, c'est le trafic d'êtres humains. La prostitution direz-vous alors ? Mais c'est que ça coûte cher de loger, nourrir et soigner des damoiselles. Quel trafic d'êtres humains alors ? Curieuse coïncidence ? Les Etats mentionnés plus haut calquent quasi-parfaitement ceux concernés par le déferlement migratoire, pays d'émigration ou de transit, qui sévit et s'accentue sur notre vieux continent. C'est pratique des migrants. Pas de stockage, pas de coûts de production. Juste quelques frais logistiques et encore... la marchandise n'est pas regardante. Etablir ce lien est-il signe de pensée démente ? En réalité, pourquoi les trafiquants se priveraient-ils d'abandonner les trafics traditionnels pour d'autres transactions tout aussi juteuses et moins risquées ? Car les nouveaux clients des dealers ne sont autres que les nouvelles élites négrières. Avouons que ça change du junkie obligé de faucher un téléphone pour se payer sa dose ! Gouvernants et financiers se délectent de voir arriver la marchandise en quantités toujours plus importantes. Les autorités sont même prestement dépêchées pour recueillir le fruit illicite des nouvelles routes de trafics internationaux. C'est un peu comme si les douaniers du port de Marseille accouraient, sourire aux lèvres et bras grands ouverts, pour demeurer ébaubis devant des containers débarquant moult cocaïne et résine de cannabis. Les migrants sonneront peut-être le glas de la came... Et si la drogue venait à disparaître, arrêterions-nous pour autant d'être tous des toxicomanes en puissance ? Car si la drogue est un produit de synthèse, que d'autres sont les additifs alimentaires comme la cellulose microcristalline E460 contenue dans cette délicieuse saute risotto que vous appréciez tant ou l'acide benzoïque E210 qui fait de vos raviolis préférés un véritable délice pour vos papilles ? Le junkie du coin de la rue est juste un peu plus drogué que les autres... Il est même finalement plus traditionaliste ou conservateur ! Plus de dealers, plus de drogues, l'empoisonnement légal est devenu obligatoire ! Tels des hackers qui conceptualisent des virus pour mieux vendre l'anti-virus, Monsanto crée des cancers qu'entretient Bayer, bailleur de fonds du nouveau cartel supranational qui se dessine. Bayer rachète donc Monsanto. Si Pablo Escobar avait épousé Al Capone, on ne serait qu'à des années lumières de ce mariage criminel. La lune de fiel, c'est vous qui la payez ! Récapitulons ! Des trafiquants convoient des migrants pour travailler à bas salaire dans des usines, pour certaines participant de l'empoisonnement général de la population mondiale. La boucle est bouclée. Schéma simpliste ? Tant pis ! Snif...

 

photo l'homme au bras.jpg

L'HOMME AU BRAS D'OR

Titre original : The Man with the golden arm

Film américain d'Otto Preminger (1955)

A Chicago, Frankie Machine est croupier dans le tripot clandestin de Schwiefka. Sa femme Zosh demeure prisonnière de son fauteuil roulant, les deux jambes paralysées, après un accident dont le croupier est responsable. Evidemment, elle ne manque pas de lui en vouloir. Pour s'extirper de son infernal quotidien, Machine a sombré dans la dépendance à la morphine. De retour dans le foyer après une énième cure de désintoxication, il manifeste un désir ardent de changer de vie et devenir batteur dans un orchestre de jazz, après s'être essayé à l'instrument en cure. Mais le toxicomane a le plus grand mal à décrocher ; tenu qu'il est par son dealer Louïe auprès de qui il a contracté des dettes. Par ailleurs, Machine se sent de plus en plus troublé par sa voisine Molly qui tente de lui venir en aider pour un sevrage total. Sentant son mari s'éloigner, Zosh voit d'un mauvais œil les ambitions artistiques de son mari qui l'éloignerait du domicile, de même que son rapprochement avec la voisine...

Adaptée du roman de Nelson Algren, l'œuvre de Preminger est la première grande production hollywoodienne à évoquer le sujet de la toxicomanie et les ravages qu'elle engendre. La drogue, ce sujet alors tabou aux Etats-Unis... C'est sans surprise que la censure y mit sa pincée de poudre en refusant le visa de sortie d'un film jugé immoral. Un film qui a bien évidemment vieilli au regard des productions contemporaines. L'Homme de Preminger montre une vision trop feutrée des prises de drogue et la réalisation sombre trop souvent dans le mélodrame le plus effroyable. Il n'en reste pas moins que sont tout simplement génialissimes les séquences de sevrage du héros, magistralement interprété par Frank Sinatra dont l'investissement fut total. Une valeur sûre du cinéma noir américain à la mise en scène brillante.

 

photo las vegas.jpg

LAS VEGAS PARANO

Titre original : Fear and loathing in Las Vegas

Film américain de Terry Gilliam (1998)

1971, le journaliste Raoul Duke roule en direction de la ville du péché, accompagné de son avocat Maître Gonzo. Duke est chargé par sa rédaction de couvrir la célèbre course de motos des 400 miles qui se double d'une grande fête populaire. Les deux acolytes sont effectivement parfaitement disposés à goûter à tous les plaisirs stimulants, emmenant avec eux un large panel de stupéfiants: cocaïne, marijuana, poppers, mescaline et autres psychotropes. Profondément immatures, l'avocat et le journaliste refusent la mort de l'Amérique insouciante des années 1960 et le retour d'un certain puritanisme. Défoncés aux acides, le duo ne manque pas d'attirer l'attention sur eux dès leur arrivée à l'hôtel. Leur état ne s'améliore guère le lendemain et jour de la course. Pénible est le réveil au troisième jour, à plus forte raison lorsque Duke constate que la chambre d'hôtel est saccagée et que Gonzo a repris l'avion en direction de Los Angeles. Duke prend la fuite à son tour mais la police a tôt fait de le rattraper...

Séparé des Monty Python, Gilliam passe seul derrière la caméra et entreprend l'adaptation au cinéma du roman Fear and loathing in Las Vegas : A savage journey to the heart of the American dream de Hunter S. Thompson. Si Johnny Depp et Benicio del Toro se montrent à la hauteur et sauvent la réalisation du naufrage total, Las Vegas Parano ne réjouira que les bas de plafond se complaisant dans cette succession fatigante de délires hallucinatoires de peu d'intérêt. Le film ne manque pourtant pas d'égratigner le consumérisme et l'impérialisme américain au Viet Nâm, mais le tout est noyé dans un psychédélisme confus et outrancier. Cuisant échec commercial lors de sa sortie, le film devint culte peu après pour une raison que le cinéphile ignore. La bande originale, en revanche, vaut un long détour jusque la Cité du vice.

 

photo maria.jpg

MARIA, PLEINE DE GRÂCE

Titre original : Maria full of Grace

Film américano-colombo-équatorien de Joshua Marston (2004)

Elle est belle Maria, cette jeune colombienne de 17 printemps ! Elle est belle et elle se désespère d'étouffer dans sa petite ville de la banlieue de Bogota. Maria Alvarez est tellement belle qu'elle n'aura pas tardé à succomber à l'amour. Maria est belle et enceinte de trois mois d'un piètre mécanicien peu enclin à se soucier de son avenir. Maria vit chichement dans une petite maison surpeuplée de rien moins que sa mère, grand-mère, sœur et son neveu. Au sein de la maison, notre Cendrillon latina est exploitée par sa famille avec les tâches ménagères autant que par son employeur dans la plantation de roses dans laquelle elle travaille. Maria n'a qu'un rêve : fuir sa vie pour en commencer une autre. Elle rencontre Franklin et Javier. Les deux hommes constituent une fantastique opportunité pour aider la belle à quitter la Colombie. Mais Javier est un narcotrafiquant qui transforme Maria en mule, chargée de convoyer aux Etats-Unis 70 boulettes de cocaïne dans son estomac. Elle est belle Maria...

Au péril de leur vie, les mules franchissent les douanes l'estomac chargé de sachets compressés de cocaïne. La moindre fissure de l'un d'eux, et c'est l'overdose assurée. Le moindre doute des douaniers, et ce sont de longues années passées à l'ombre des barreaux. L'on sent immédiatement que le réalisateur américain n'a pas pris le sujet à la légère et ne manqua pas de recueillir de nombreux témoignages pour augmenter la crédibilité de son film. Et c'est parfaitement réussi ! Cette réussite, on la doit aussi à la gracieuse Maria, pleine de Grâce. Et puisque Maria est belle, citons Catalina Sandino Moreno qui campe brillamment son rôle de jeune femme aussi libre que fragile et innocente, et rêveuse d'une autre vie. La scène lors de laquelle Maria ingurgite, selon un processus strict car vital, chaque boulette de cocaïne qui va accompagner plusieurs milliers de kilomètres durant son fœtus, est une merveille de cinéma. Un film d'une force extraordinaire à voir absolument.

 

photo oublier palerme.jpg

OUBIER PALERME

Titre original : Dimenticare Palermo

Film italien de Francesco Rosi (1989)

Carmine Bonavia se déclare candidat à la mairie de New York. La lutte contre le trafic de drogue constitue le thème principal du candidat d'origine sicilienne. Au cours de sa campagne électorale, Bonavia rencontre Gianna, une jeune journaliste italienne qui lui suggère au contraire de mener son combat contre la drogue par le prisme d'une légalisation qui ruinerait la Mafia. De même, Gianna lui conseille de se rendre à Palerme. Immigré de la deuxième génération, Bonavia n'a d'ailleurs pas oublié ses racines îliennes. Aussi, l'homme politique décide-t-il de joindre l'utile à l'agréable en suivant les conseils de la journaliste et en profitant des charmes palermitains lors de son voyage de noces avec sa jeune épouse Carrie. Le piège tendu par Gianna se referme sur Bonavia bientôt accusé du meurtre d'un jeune vendeur de fleurs. Tenant entre ses mains la carrière politique de Bonavia, Cosa Nostra enjoigne au candidat d'accepter un marché...

Valeur sûre du cinéma transalpin, Rosi est au crépuscule de sa carrière lorsqu'il transpose à l'écran le roman éponyme d'Edmonde Charles-Roux. Cinéaste engagé, le caractère du réalisateur s'émousse dans cet avant-dernier long-métrage. Plusieurs curieux raccourcis mêlés à quelques invraisemblances gâchent quelque peu un film puissamment porté par la musique d'Ennio Morricone. L'idée est pourtant plaisante : un métrage sur la drogue et la Mafia qui se double d'une quête identitaire d'un homme déraciné souhaitant renouer avec l'île que son père a quitté pour s'extirper du contexte lourd de violence qui gangrène la Sicile. L'on s'y perd quand même un peu parfois et le thème de la Mafia est mieux traité dans nombre d'autres films. Palerme est en revanche superbement représentée par le cinéaste. Pas le meilleur Rosi mais du Rosi quand même.

 

photo requiem for a dream.jpg

REQUIEM FOR A DREAM

Film américain de Darren Aronofsky (2000)

Héroïnomane notoire, Harry Goldfarb ne fait rien de ses journées qu'il laisse filer en compagnie de sa petite amie Marion et de son ami Tyrone. Perpétuellement dans le nirvana, le trio espère une vie meilleure, très différente de celle qui se dessine à court terme tant il s'enfonce toujours plus dans le désespoir. En matière d'addiction, Harry est allé à bonne école. Sara, sa mère, souffre d'une autre drogue : la télévision. Veuve depuis de nombreuses années et vivant seule à Coney Island, elle n'a pour seul compagnon que son petit écran. Sara en est certaine ! Elle participera un jour à son émission préférée. Afin d'épouser au mieux les codes esthétiques de la télévision, la mère juive s'astreint à un régime draconien, composé de pilules amphétaminées, pour revêtir le jour J sa plus belle robe rouge. Les rares sorties de Sara l'amènent chez le prêteur sur gage. Elle aime son fils bien que celui-ci ne cesse de déposer son écran chez le prêteur pour se payer ses doses. Chacun à leur manière, ils vont connaître l'enfer...

Là encore, le réalisateur s'inspire d'un roman, cette fois-ci de Hubert Selby. Clint Mansell signe une des meilleures musiques de tous les temps pour ce film merveilleusement sordide ! Qui a vu Requiem en conserve un souvenir indélébile. Jamais le détail de l'existence explosivement terne d'un drogué n'a été montré avec autant de force que par Aronofsky qui use et abuse de tous les effets stylistiques modernes du cinéma. Rien ne semble pouvoir détourner les protagonistes de l'abîme destructeur dans lequel ils plongent progressivement. Les corps se désirent puis se décharnent. Marion se prostitue pour une simple dose. Le sang ne coule plus dans le bras gangréné de Harry. Sara s'inflige les pires tortures pour quelques minutes de gloire espérées à la télévision. La dernière demi-heure est un sommet hallucinant et hallucinatoire du cinéma. Bref un film magistral et éprouvant sur la toxicomanie au point qu'il demeure un sujet d'étude en faculté de psychologie.

 

photo trainspotting.jpg

TRAINSPOTTING

Film anglais de Danny Boyle (1996)

Edimbourg dans les années 1990. Au chômage, Mark Renton a l'existence confuse de tout junkie qu'il est. Il peut difficilement compter sur ses amis pour le remettre dans le droit chemin. Lors de ses moments de lucidité, il se dit qu'il lui serait profitable de se séparer d'eux : Spud, un crétin encore plus héroïnomane que lui, Sick Boy le fan de James Bond, Tommy, ex-gars bien sous tous rapports, qui sombre dans la drogue maintenant qu'il a été plaqué par sa petit amie et Begbie. Si ce dernier est clean niveau drogue, il compense par une alcoolémie aiguë et d'inqualifiables crises de démence violente. Oui, pour Renton, décrocher de la drogue est synonyme de se séparer de ses douteux camarades. Tant bien que mal, le renaissant parvient à se sevrer et découvre d'autres plaisirs auprès de Diane, lycéenne délurée. Découvrant qu'elle n'est âgée que de quinze ans, Renton veut la quitter mais l'adolescente menace de le dénoncer. Autre vie, autres ennuis qui se cumulent bientôt aux précédents. Car le démon de l'héroïne réapparait...

Quand il n'a rien de mieux à faire, un trainspotter, ferrovipathe en français, observe les mouvements de locomotives et wagons dans les gares. Irvine Welsh est l'auteur du roman éponyme transposé à l'écran par Boyle qui lance la carrière d'Ewan McGregor au cinéma. Faisant s'alterner comédie et voyeurisme tragique, le cinéaste dépeint le quotidien d'une fine équipe de toxicomanes dans une Ecosse désenchantée, touchée de plein fouet par le chômage. L'on rit souvent à la vue de ces pieds nickelés finalement plus bêtes que méchants. Et l'on ressent un profond malaise en voyant le corps bleu de ce bébé mort faute de soins d'une mère qui ne fut pas héroïne. Lorsque le réalisateur se rend coupable de présenter le shoot comme un orgasme multiplié par mille, c'est pour mieux faire redescendre le spectateur à la glauque réalité. Un film dur, fort bien fait et sans concession. De New Order à Blur, la bande originale sonne bien.

 

photo un mauvais fils.jpg

UN MAUVAIS FILS

Film français de Claude Sautet (1980)

Bruno Calgagni rentre en France après un long séjour de six années aux Etats-Unis. Condamné là-bas à cinq ans de pénitencier pour trafic d'héroïne, il n'aura guère eu le temps de faire du tourisme. Sa pauvre mère n'aura pas survécu à la douleur d'un fils emprisonné. Dès son atterrissage à Roissy, il est informé par la police des contrôles auxquels il devra se plier. Ouvrier dans le bâtiment, son père René accueille bon gré mal gré Bruno au sein du foyer familial parisien mais la situation se dégrade aussitôt ; le paternel accusant le fils du suicide de son épouse. Sur le chemin de la repentance, Bruno trouve un emploi temporaire de manutentionnaire. C'est ensuite dans une librairie que Bruno travaille. La librairie, tenue par l'homosexuel Adrien Dussart, réinsère plusieurs toxicomanes. Bruno y fait la connaissance de Catherine. Un soir de déprime, le couple replonge...

Du grand cinéma français ! Sautet nous avait habitué à croquer la bourgeoisie avec la plus grande acerbité. Il s'attache désormais au prolétariat. Que dire de ce film si ce n'est qu'il est tout ce que le spectateur recherche ? Profond, sobre, touchant, bien filmé, bien joué. Yves Robert est magistral, Jacques Dufilho extraordinaire et le couple Brigitte Fossey - Patrick Dewaere fonctionne à merveille. Un rôle malheureusement de composition pour le plus grand écorché vif du cinéma français adulé par ses compatriotes, détesté par l'intelligentsia culturelle et la critique. Au point que son nom fut supprimé de la distribution du film dans plusieurs journaux et remplacé par les initiales P.D. Dewaere avait commis le crime de lèse-majesté de frapper un journaliste qui l'avait trahi et révélé le secret de son prochain mariage. Raison de plus pour aimer Dewaere !

Virgile / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.