Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2015

Conférence CNC / Front Européen pour le Kosovo (14.02.2015)

conf esfk.jpg

Note: Roeselare est une commune belge proche de l'autoroute E 403. Elle se situe à une demi-heure de la frontière (côté Lille).

25/01/2015

Entrevue #13: David, un militant du MAS qui a construit sa propre maison.

maison bis.jpg

1) Tu es devenu récemment militant du Mouvement d'Action Sociale, peux-tu nous expliquer brièvement ton parcours militant et personnel et ce qui t'a amené à adhérer au MAS ?

J’ai commencé a réellement militer à mes 18 ans au sein du Front National. J'ai aussi rencontré pas mal de monde au sein de « l'ultra-droite » et j'ai fréquenté des mouvements plus radicaux et non électoralistes.

Je me suis, durant plusieurs années, contenté d’enchainer concerts et conférences. Proche des organisateurs, j’ai participé à l’organisation de rassemblement (point de rdv, préparation de salle, sécurité, bar...). A la suite de cela j’ai été quelques temps sans militer, le FN de Marine le Pen ne m’ayant pas conquis, j'ai cessé le militantisme au sein de cette structure.

Après quelques lectures et conférences j’ai remis en question « l’ultra droite » classique.

J’étais donc à la recherche d’un mouvement qui avait une autre vision du combat que nous menons. L’initiative de Casapound m’a séduit dès son commencement. Enfin un mouvement catalogué « d’extrême droite » qui évoluait sur le terrain social !

De fil en aiguille j’ai connu le MAS et j'ai suivi un peu les actions menées, finie « l’ultra droite classique » un combat à la fois nationaliste et anticapitaliste, fini le ghetto créé par le système pour nous taxer de tout et n'importe quoi. « Il faut être là où on ne nous attend pas ».

J’ai ensuite eu la chance durant un rassemblement de rencontrer un responsable local du MAS qui a pu me conforter dans mon choix, après quelques discussions j’ai adhéré et compte bien continuer à militer pour notre cause. J'ai d'ailleurs monté un projet d'entraide sociale dans la région de Calais.

2) Tu habites dans les environs de Calais, quel est ton sentiment sur la situation actuelle par rapport à l'immigration clandestine ?

La situation actuelle de Calais est juste une suite logique. Depuis plusieurs décennies nous dénonçons l’effet néfaste de l’immigration, Calais c’est ce qu’on avait prédit, une ville où l’immigration est devenue tellement importante que plus personnes n’est en sécurité.

Combien de calaisiens et de calaisiennes me confient avoir peur de sortir à cause de l’insécurité causée par les migrants, ça fait un peu cliché de dire immigration = insécurité mais c’est une réalité.

Le pire dans tout ça c’est le rôle de certains médias qui préfèrent passer sous silence certains faits plus ou moins graves et de continuer à nier le rapport entre insécurité et immigration.

Il est grand temps de dénoncer les responsables de l’immigration et d’appliquer les solutions nécessaires pour la « remigration ».

3) Tu as consacré ces derniers mois à la réalisation d'un projet personnel et familial : construire ta propre maison. Peux-tu nous expliquer d'où t'es venue cette idée ?

C’est un projet de longue date, j’ai toujours voulu bâtir ma propre maison.

Ça fait partie de ma vision du foyer, une femme, des enfants et une maison, il faut dire que c’est un peu une tradition de bâtir sa maison chez nous, mes parents ont bâti leur maison, mes beaux parents également et de nombreuses personnes de ma famille.

Certains trouvent ça inutile mais je préfère construire une maison, élever un enfant et planter un arbre, que d’avoir ma rolex à 50ans...

4) Comment est-il possible de bâtir soi-même son logement tout en respectant la loi ?

Légalement parlant rien ne vous interdit de bâtir vous-même votre maison, vous devez bien sûr respecter les normes en vigueur, le permis de construire sert justement à faire valider votre projet. Le réel problème est de trouver un organisme financier qui accepte l’auto construction, mais ça reste du cas par cas, et si vraiment vous ne trouvez personne qui vous suit dans votre projet vous serez dans l’obligation de passer par une société pour le gros œuvre afin d’avoir une garantie décennale.

Il vous restera donc le second œuvre à effectuer qui pour moi représente plus de la moitié de la construction et qui vous occupera plusieurs mois.

5) Quelles difficultés as-tu rencontré ? Quel bilan tires-tu de cette expérience ?

Pas de réelles difficultés, je savais dans quoi je me lançais, le projet était murement réfléchi, ça n’empêche pas, bien sûr, les nuits blanches à calculer les matériaux nécessaires, l’accumulation de fatigue en cumulant travail et construction mais le bilan est plus que positif ! Je n’oublierai jamais les moments de camaraderie, et les apéros un peu corsé !

Sans oublier la fierté qu’on en tire, si c’était à refaire ce serait sans soucis !

6) Nous ne remercions d'avoir pris le temps de répondre. As-tu un message particulier à faire passer à tes concitoyens et à la communauté militante ?

Le message qui me tient à cœur a l’heure actuelle, c’est l’union.

Peu importe notre étiquette, il faut pouvoir se rassembler.

Nos combats convergent et il est temps d’arrêter les querelles inutiles car sur le fond nous défendons la même chose et si nous n’arrivons pas à nous unir dans peu de temps nous n’aurons plus rien à défendre.

Jean et David/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

19/01/2015

Compte rendu de la conférence du 17/01/15 de Georges Feltin-Tracol

2612950791.jpgUne cinquantaine de personnes se sont déplacées samedi 17 janvier 2015 au soir dans la métropole lilloise pour assister à une conférence de Georges Feltin-Tracol intitulée : « Panorama des opinions étouffées, des expressions contrôlées et des croyances imposées ».

A partir de l'actualité récente et en prenant des exemples variés, Georges Feltin-Tracol a démontré combien nous vivons dans un système hypocrite, inégalitaire sur le plan de la justice et où se pratique allègrement le « deux poids, deux mesures ». Un système dans lequel la liberté d'expression et la liberté de la presse ne sont que des mots. Bien sur l'affaire Charlie a été source de nombreuses réflexions, de même que l'affaire Zemmour ou encore le groupe de Tarnac. En définitive, ce sont les dissidents, les patriotes, les identitaires et tous ceux qui a leur façon s'engagent véritablement contre le « Système » qui sont visés et seront visés demain par les dispositions en place. L'exposé a donné lieu à quelques échanges avec les participants, notamment sur la capacité du système capitalisme à récupérer a son profit tout ce qui est mené contre lui.

Nous avons aussi pu mettre en garde l'auditoire contre la dérive sécuritaire. Le Mouvement d'Action Sociale a rappelé à cette occasion son opposition au « sécuritarisme » et son attachement aux libertés. C'est un véritable continuum de gestion autoritaro-libéral qui se met aujourd'hui en place à travers le monde. Nous devons nous opposer à ce monde « orwellien ». Plus que jamais, il est nécessaire de s'engager et de se mettre au travail pour qu'un autre monde soit possible !

Le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source

11/01/2015

Conférence de G. Feltin-Tracol (Nord): En liberté surveillée (17/01/15)

conf gft.jpg

29/12/2014

Compte-rendu de l'action écologique du 29/11/14 (Le Quesnoy - Nord)

Compte-rendu de l'action écologique du 29/11/14

1.jpg

C'est par une journée brumeuse et fraîche, il y a un mois jour pour jour, que des militants et sympathisants du MAS Nord participaient à une randonnée écologique à Le Quesnoy, aux portes de l'Avesnois (Nord). Nous n'avons malheureusement pas pu compter sur le soutien de l'équipe du site Reporterre qui nous a pourtant fait l'honneur de publier notre tract sur son site.

Néanmoins, nous avons à cette occasion ramassé sept sacs de déchets et nettoyé des zones complètes qui s’apparentaient à de vraies décharges sauvages. La quantité de déchets que nous avons rencontré était telle, qu'il nous aurait fallu plus de sacs et de temps pour en venir à bout !

Avant                                                                          Après

3.jpg

4.jpg

Le manque de considération de certains pour leur environnement est très révélateur d'une société en pleine crise du sens. Parmi les déchets les plus présents, les canettes et bouteilles d'alcool, aussitôt jetées après consommation...

2.jpg

La Nature ne pourra jamais être préservée et sublimée dans une société malade de sa surconsommation et de son absence de valeurs et de principes. Il est de notre devoir de protéger notre terre.

"La nature comme socle, l'excellence comme but, la beauté comme horizon."

Dominique Venner

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Mouvement d'Action Sociale - Nord

07/12/2014

Compte-rendu de la sortie TRACE du 30 novembre 2014

Sans titre 1.jpg

Une douzaine de militants et sympathisants du Mouvement d'Action Sociale Nord se sont retrouvés à Le Quesnoy dans le Hainaut pour la traditionnelle sortie TRACE automnale.

Sur un trajet d'une quinzaine de kilomètres, nous avons cheminé à travers les sentiers ruraux pour découvrir la richesse du patrimoine naturel et culturel des portes de l'Avesnois (remparts de Le Quesnoy, château de Potelle, bocages, ...) et partager un moment convivial entre amis et camarades. En découvrant le château de Potelle, notre responsable TRACE nous a lu un passage de l'ouvrage de Dominique Venner, Histoire et tradition des européens :

« Dans toute l'ancienne Europe carolingienne et jusqu'en Grande-Bretagne, le château fort qualifie le paysage. Il en est un composant majeur. Plus largement représenté et plus diversifié dans ses formes et son architecture que la cathédrale, il est la manifestation d'un art enraciné qui a marqué tout l'Occident. Il est le point de cristallisation des légendes héroïques. Avec la forêt, son contraire, il est le lieu focal de toute littérature épique et courtoise. Le château fort manifeste avec éclat l'alliance de la beauté et de l'utilité. Lieu de pouvoir, il est également lieu de culture et de volupté. Il associe comme jamais fonction militaire et fonction palatine, défense, habitat et prestige. On ne sent jamais mieux cette richesse multiple que dans le contraste entre la vertigineuse rudesse extérieure des donjons et la douceur fastueuse du logis seigneurial qu'ils abritent et dissimulent. En contemplant aujourd'hui ces chefs-d’œuvre austères, on peut se souvenir qu'ils ont été les foyers intenses de la culture entre le XI et XVe siècle. »

WP_20141130_020.jpg

Le midi nous avons fait une pause où nous avons consommé des produits locaux et bio (pâté, jus de pomme, bière, etc...).

Temps fort de notre sortie, nous avons ramassé six sacs poubelles de déchets, pour la plupart des cannettes et des packs de bières, mais également d'autres plus surprenants : caleçon, bouilloire, emballage de brosse à dent… Nous aurions pu en ramasser le triple...

Une sortie sous le signe du localisme, de l'écologie et du patrimoine. Une journée riche, complète et conviviale au service des nôtres.

Le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

 

WP_20141130_004.jpg

WP_20141130_021.jpg

WP_20141130_017.jpg