Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2014

Chronique musicale: Sturmwehr "Heiliges Blut"

 

Sturmwehr "Heiliges Blut"

(Das Zeughaus, 2014)

Le plus productif des groupes RAC allemands revient avec un nouvel album au titre plutôt évocateur : Heiliges Blut (sang sacré) ! Pas de surprise sur le contenu : Sturmwehr fait du Sturmwehr ! C’est un peu comme AC/DC ou Mötorhead en fait, on n’est jamais surpris… sauf qu’à la différence de ces deux formations, on a toujours droit à de la grande qualité avec le groupe de Jens B. Ce dernier connaît bien son travail et a fait, en 20 ans, de Sturmwehr l’un des fleurons de la scène RAC européenne à force de sérieux et d’une production parmi les plus conséquentes qui soient ! En effet, si l’on ne compte que les albums studios purs, on arrive peu ou prou à 25 albums ! Jouissant d’une excellente réputation en Allemagne où il fait partie des groupes nationalistes les plus suivis (à l’instar de Stahlgewitter ou de Division Germania), Sturmwehr a également souvent prêté main forte au NPD en se produisant dans plusieurs de ses évènements.


Ce Heiliges Blut se présente déjà favorablement étant donné qu’il succède à une tripotée d’excellents albums que Sturmwehr a sortis ces dernières années dont dernier en date était Ehre, dem ehre gebührt, paru en 2012. Le style est solide et carré : c’est un RAC Métal puissant et entraînant mais finalement très mélodique mené par la voix si reconnaissable de Jens B. Mêlant rage et émotion dans ses chansons, telles ces ballades très réussies (« Bis hier her » par exemple) que Sturmwehr maitrise à la perfection, ce nouvel album montre toutes les meilleurs facettes du groupe allemand, en particulier ce côté épique qui fait tant penser à Running Wild (légendaire groupe de Speed Métal teuton dont un titre avait déjà été repris sur l’album, interdit depuis, Vermächtnis Unserer Art de 2010). J’ajouterai pour finir qu’Heiliges Blut me semble tout de même faire partie des meilleurs productions du groupe. Raison de plus pour ne pas passer à côté (le packaging A5 de l'album est d'ailleurs de toute beauté) ! Fans de RAC germanique et de Métal viril s’y retrouveront !

Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

 

16/12/2014

Abysmal Grief et Saturnine: Tournée européenne en avril/mai 2015

11:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

14/12/2014

Nouvel album de FTP cet hiver!

11:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

11/12/2014

Chronique musicale: Mortuary Drape « Spiritual independence »

Mortuary Drape « Spiritual independence »

(Iron Tyrant, 2014)

Voilà bientôt 30 ans que Mortuary Drape existe et ce cinquième album vient enfin offrir un renouveau au groupe qui n’avait rien sorti de conséquent depuis l’album Buried in time… en 2004, il y a 10 ans déjà. Cet album avait laissé un goût amer tant Mortuary Drape paraissait moins inspiré qu’à l’accoutumée. De plus, le son des Italiens avait évolué et s’était un peu détaché de leur marque habituelle.

Dès les premières notes de Spiritual independence, on sent que la formation italienne renoue avec ses origines et c’est tant mieux. Les 10 titres de ce nouvel opus fleurent cette atmosphère occulte et mystérieuse que l’on retrouvait dès les débuts du groupe (en l’occurrence dans Into the Drape ou All the witches dance) et qu’il magnifia sur ses réalisations suivantes telle Secret Sudaria (1997). C’est une réelle constante chez les groupes de Metal underground italien que cet aspect sombre, cette patte noire qu’une bonne majorité d’entre eux possède. Prenez Abysmal Grief (voir ici), Death SS (voir ici), Black Oath ou encore The Black pour vous faire une bonne idée de la chose. Mortuary Drape fait partie de cette veine-là et revient en force, croyez-moi !


La voix est d’outre-tombe, la basse en avant et les riffs absolument assassins ! Comme dans les réalisations du passé, la musique est riche et très mélodique ; elle ne se limite pas au Black Metal au sens strict. Les influences Death Metal ou Speed/Heavy sont manifestes (dans les superbes solos de guitare par exemple) et l’inspiration réelle. Mortuary Drape s’est toujours distingué par cette musique très « old school » qui, agrémentée de ce côté horrifique et macabre (bien discernable sur la pochette de Spiritual independence), a fait sa réputation et contribue à faire de cet album une incontestable réussite. Soyez-en sûrs, le nouveau cru des Italiens fait partie de ce qui, à mon sens, s’est fait de mieux en Black Metal voire en Metal tout court ces derniers mois ! Spiritual independence surclasse tout ce Black Metal pourri et sans inspiration qui est devenu la norme ces dernières années. A ne pas manquer !

Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

01/12/2014

Chronique musicale: You Must Murder & Terrorsphära « Hatred united World wide »

You Must Murder & Terrorsphära « Hatred united World wide »

(Opos Records, 2014)

YMM.jpg

On peut dire que ce split se sera fait attendre tant Opos Records a communiqué sur sa sortie depuis des mois… Deux groupes de hatecore parmi les plus durs se sont alliés pour accoucher de cette réalisation qui risque fort de rester dans les annales, un peu à l’image du CD partagé que Blue Eyed Devils et Aggravated Assault avaient sorti en 1995. Les différences sont pourtant de taille, tant dans la musique que dans l’imagerie (très travaillée, le CD se présente d’ailleurs dans un fort beau digipack disposant de deux livrets)…

You Must Murder, groupe russe connu pour son « murdercore » qu’il a développé sur une démo au titre jusqu’au boutiste Hardore the Satanism ainsi que sur un album, Evil Russia, qui est vite devenu une référence du style qui nous occupe, se retrouve ici accolé aux tyroliens de Terrorsphära qui se sont fait une bonne réputation chez nos voisins allemands ces derniers mois, en particulier avec l’album « Aus feuer und chaos », sorti l’année dernière, également chez Opos Records.



Vu la réputation des groupes précités, le titre du split: Hatred united World Wide et l’artwork de cette réalisation, vous pouvez forcément vous douter ce que vous allez y trouver… Oui, du Hatecore incisif, ultra aggressif et d’une brutalité peu commune. L’atmosphère est sombre, négative (surtout chez You Must Murder) et suinte la haine. Je ne vous livre ici que quelques uns des titres des russes pour vous faire une petite idée : « Kill », « Zero Tolerance », « I know where you live » ou encore « Your knife will decide »… Si Terrorsphära est moins extrême au niveau des paroles que ses homologues russes, sa musique reste très proche de celle de You Must Murder. Aucun répit ne vous sera donc accordé par les deux groupes durant les 11 titres de ce split qui, bourré de sueur et d’énergie, est la bande-son idéale d’un combat de rue avec couteaux, battes et pierres dans une banlieue pauvre de Moscou… Notez cependant que tout cet arsenal de brutalité est admirablement maitrisé et que chaque groupe propose d’excellents titres qui vous donneront, j’en suis certain, le goût de la guerre pour longtemps…

Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

19/11/2014

Hold Fast "I am the revenge" (Premier clip du nouvel album!)

Photo : "I am revenge" one of the 11 songs of the new album...
"I am revenge" une des 11 chansons du nouvel album...


Notre entrevue avec Hold Fast: ici.

Notre chronique du premier album "Chute libre": ici.

11:02 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)