Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2013

Chronique musicale: Gammadion « Niepokorna Krew »

Gammadion « Niepokorna Krew » (Strong Survive, 2013)

Gammadion_RebelliousBlood.jpg

Actif depuis une quinzaine d’années, Gammadion s’est surtout fait connaître sur la scène internationale via son album « Wrog U Bram », en 2010. Représentant la force montante de son pays d’origine, la Pologne, on peut dire que le groupe prend bien, grâce à ses qualités musicales indéniables, la relève des grandes formations que furent Konkwista 88 et surtout Honor. Ce dernier nom vient tout de suite à l’esprit à l’écoute des travaux récents de  Gammadion car le groupe partage plus d’une particularité avec les précurseurs du RAC polonais : dans les deux cas, nous avons affaire à un duo, les textes sont écrits en polonais et le style musical est très proche. Gammadion joue en effet du Pagan Metal qui ne garde de spécifiquement RAC que la voix (et encore…). Vous trouverez sur « Niepokorna Krew » (qui signifie "Sang rebelle") une musique mid-tempo énergique et mélodique, le groupe n’hésitant pas à utiliser des claviers, de la guitare acoustique voire des voix féminines. Quoique, selon moi, moins réussi que « Wrog U Bram », « Niepokorna Krew » demeure un bon album à  recommander aux amateurs de Pagan Métal engagé et particulièrement à ceux qui aiment les dernières œuvres qu’Honor a pu sortir.




Rüdiger

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

18/09/2013

Chronique de livre: Gustave Le Bon, Psychologie des foules

 Chronique de livre:

Gustave Le Bon, Psychologie des foules

gustave.jpgBien que tout le laisse à penser ; que nous soyons dans une époque charnière ou pas, ou que le système en place tombe en désuétude ou non, une avant-garde se doit, dans le monde moderne, de connaître la psychologie des foules.

On pourrait penser que ce sont les hommes qui font les révolutions, mais en vérité, ce sont les révolutions qui font les hommes ; de même que les grands bouleversements historiques ne se font pas dans un coup d’éclat mais bien plutôt par un long travail de transmission d’idées, de concepts et de ressentis, tel un torrent silencieux érodant la roche de son lit. Quelqu’un a d’ailleurs dit à ce sujet, que pour qu’une transformation s’opère à la plus grande profondeur possible, il faut administrer le remède aux doses les plus faibles, mais inlassablement et sur de longues périodes. C’est dans ce courant là que réside la véritable force et non dans la révolution en elle-même ! Et Le Bon situe tout de suite où se trouve cette force : chez la foule qui a supplanté l’organisation sociale traditionnelle. Quoi que l’on en pense, la foule est dorénavant aux commandes ; et là où elle n’y est pas, elle exerce tyranniquement son pouvoir par l’intermédiaire de l’opinion publique – si ce n’est par les dogmes, Le Bon parle du droit divin de la foule. C’est dire à quel point se révèle être important l’étude de la psychologie des foules. Car il ne faut pas s’y tromper, « les foules n’ont de puissance que pour détruire », leur rôle n’est que de démolir ce qui est vermoulue. Et elles agissent pour ainsi dire aveuglément dans cette voie qui lui est inintelligible tandis que de grands hommes – tel que Napoléon – avaient comme un sens inné à la psychologie des masses afin de les orienter par leur pouvoir de suggestion.

Dans un premier temps, Le Bon décrit le caractère général des foules, la façon dont elles se composent et se déterminent à travers une sorte d’ « âme collective ». Ici la personnalité n’a plus le caractère prépondérant face à l’unité de cette « âme collective », car l’élément inconscient prend le dessus sur la raison. Ce qui n’empêche pas à la foule d’adopter différents caractères comme celui du sentiment de puissance ou de contagion mentale. Ensuite, Le Bon s’intéresse aux sentiments et à la moralité des foules. Je ne rentrerai pas plus avant dans le détail, en revanche, Le Bon traite ici de l’impulsivité, la mobilité et l’irritabilité des foules, de leur suggestibilité et de leur crédulité, de l’exagération et du simplisme de leurs sentiments ainsi que de leur intolérance, leur autoritarisme et leur conservatisme en terminant par leur moralité. En lisant ceci, on comprend que rien n’est plus malléable qu’une foule. En fait, elle ne donne naissance à rien, mais reprend ou pas à son compte l’idée d’un individu ; la foule admet tout en bloc ou rejette tout en bloc, tandis que seul le pouvoir de suggestion permet la propagation d’une idée.

Et il s’avère que pour chaque idée, la foule en fait une image, et que plus l’image sera simple plus elle aura de poids donc de pouvoir de contagion, notamment en devenant un sentiment. « Les sentiments seuls agissent sur les mobiles profonds de nos actes et de nos discours. » Par la suite, les sentiments ne bougent que très peu, car le raisonnement des foules est limité à la généralisation immédiate du cas particulier ; Le Bon donne comme exemple l’ouvrier exploité par un patron qui en conclut que tous les patrons sont des exploiteurs, ceci est un cas typique de raisonnement de foule. On ne peut s’étonner alors que là où le raisonnement n’intervient que très peu, l’imagination devienne profondément impressionnable. L’apparence joue un rôle beaucoup plus important que la réalité, l’image suggestive faisant office de mobile d’action. « Tous les grands faits historiques, la création du bouddhisme, du christianisme, de l’islamisme, la Réforme, la Révolution et de nos jours l’invasion menaçante du socialisme sont les conséquences directes ou lointaines d’impressions fortes produites sur l’imagination des foules. » Tel un sentiment religieux, la foules « met toutes les ressources de son esprit, toutes les soumissions de sa volonté, toutes les ardeurs du fanatisme au service d’une cause ou d’un être devenu le but et le guide des sentiments et des actions. » Le monde moderne tourne autour de l’adoration aveugle de principes politiques tout comme l’Empire romain se maintint non par la force mais par l’admiration religieuse qu’il inspirait. La foule est excessive par nature, soit elle croit et sanctifie, soit elle ne croit pas et tombe dans l’aversion.

Entre autres, elle le fait à travers des facteurs lointains et ancrés permettant l’avènement de facteurs immédiats, tels que les discours des orateurs. Parmi ces facteurs lointains, on retrouve la race, les traditions, le temps, les institutions et l’éducation. Ce n’est que de ces facteurs préparatoires que l’âme des peuples se dote d’une réceptivité spéciale permettant l’éclosion d’une idée. De là, certains mots comme démocratie, liberté, égalité s’érigent en dogme à travers une image qui se modifie très lentement dans le temps. Ou encore l’expérience et la raison peuvent établir une vérité à partir du moment où celle-ci prend en considération les sentiments dont la foule est animée et où celle-là est fortement répétée. Quoi qu’il en soit, le facteur immédiat n’est pas l’apanage des foules mais bien plutôt des meneurs des foules qui savent user de différents moyens de persuasion.

Une fois une vérité admise, la foule se laisse orienter par un ou des meneurs, c’est-à-dire par des hommes d’action prêt à tous les sacrifices. Leur volonté est telle qu’elle subordonne la société. Si de nos jours on ne les voit guère, c’est que les meneurs sont subtils, et ne transmettent leurs déterminations qu’à travers un prisme délayé dans l’illusion de la liberté démocratique. Cependant, que le meneur soit une personnalité comme dans les deux siècles qui nous ont précédés ou bien qu’il s’agisse d’un espèce de triumvirat démocratique, les moyens d’action restent les mêmes : à savoir qu’il s’agit d’utiliser l’affirmation pure et simple – ce dont la publicité use copieusement – et de la répéter constamment afin de l’incruster dans les régions profondes de l’inconscient. Ainsi naissent les prémices de la contagion, de surcroit quand les idées sont affirmées par le prestige, ou considérées comme prestigieuses. En revanche, Le Bon ajoute des limites de variabilité des croyances et des opinions. Pour lui, il existe une vraie charpente des civilisations qui empêche le va-et-vient constant des idées dont seule la révolution permet de détruire ce que la coutume maintient malgré la fin de la croyance. « Le jour précis où une grande croyance se trouve marquée pour mourir est celui où sa valeur commence à être discutée. » Au-delà de ces croyances fixes, Le Bon décrit très bien les opinions mobiles des foules en reprenant le caractère plus superficiel que réel de celles-ci. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les foules changent éternellement d’opinions, et ce en politique comme dans la morale, la littérature, l’art, les modes etc. le tout étant par conséquent d’ordre éphémère. Ce qui est plus que jamais d’actualité…

Pour terminer, Le Bon analyse les différents types de foules ; il fait notamment une classification de celles-ci avec d’un coté les foules hétérogènes rassemblant des individus quelconques et les foules homogènes comprenant les sectes, les castes et les classes. Aussi, c’est comme type que Le Bon analyse quelques variétés des foules hétérogènes, avec entre autres les foules dites criminelles. L’histoire sait à quel point les foules peuvent devenir sporadiquement criminelles, car il y a bien des moments où l’acte même du crime reçoit l’approbation unanime des concitoyens. Ici encore, le raisonnement fait défaut au profit de l’emportement général. Combien la grande terreur a-t-elle guillotiné d’innocents suite à un simple geste, à une simple parole balancée sous le coup de l’émotion ? Beaucoup certainement, mais telle est la nature de ces foules.

Un autre type de foule encore est celui des foules électorales systématiquement charmées par le prestige. Elles aiment également à ce qu’on flatte leurs convoitises et leurs vanités. « Le candidat doit les accabler d’extravagantes flagorneries, ne pas hésiter à leur faire les plus fantastiques promesses. » Et celui-ci doit bien évidement user d’affirmation et de répétition non seulement pour mettre en avant son programme, mais aussi pour démonter celui de ses adversaires. Une fois de plus, le raisonnement n’a pas sa place. Les hommes en foule tendent vers l’égalisation mentale, et cette égalisation ne demande rien d’autre que des affirmations bruyantes car les opinions des foules ne sont jamais raisonnées mais plutôt imposées – avec plus ou moins de subtilité selon l’époque. On est donc en droit de se demander si le suffrage universel se rapproche d’une quelconque perfection  de conception ? d’autant plus que l’histoire prouve que toujours les civilisations furent l’œuvre d’une petite minorité d’esprits supérieurs. Mais laissons les forces invisibles de l’âme des peuples répondre à cette question et s’occuper de notre destinée.

Nicolas

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

16/09/2013

Communautarisme blanc et racisme anti-blanc.

 Communautarisme blanc et racisme anti-blanc.

Depuis quelques années, les expressions de « racisme anti-blanc » et dans une moindre mesure de « communautarisme blanc » s’imposent dans les discours politiques ou médiatiques.

L’idée centrale est la suivante : Les blancs, les français de souche européenne, seraient victimes de racisme de la part des autres communautés et devraient donc s’organiser en communauté de « français de souche » pour pouvoir résister aux agressions des autres communautés.

Il me semble impératif de rejeter ces deux concepts, et les représentations sociales qui en découlent pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, comme je l’ai déjà expliqué dans un article précédent, il ne peut pas y avoir de « racisme » sans domination d‘une race sur une autre, le seul racisme anti-blanc existant serait donc le fait d’une communauté qui dominerait les blancs et il me semble que cette communauté éventuelle ne sont ni les noirs, ni les arabo-musulmans dont le pouvoir de domination sur la société française est plutôt… restreint. Utiliser le terme de racisme comme une « hostilité envers les blancs » revient à utiliser la définition de l’ennemi du mot racisme, largement abusive, et donc à légitimer l’emploi de ce terme lorsque les français de souche européenne rejettent les allogènes. Il faut donc éviter de tomber dans les pièges sémantiques tendus par le Système. A cela s’ajoute évidemment un caractère victimaire, indigne de l’héroïsme européen et que nous ne pouvons tolérer. Les Européens sont des hommes debouts que personne ne doit jamais dominer et qui ne doivent pas avouer une quelconque faiblesse.

Ensuite, c’est une erreur politique majeure d’appeler à un communautarisme blanc en France, sur le sol européen. Il serait absurde de parler de « communautarisme noir » en Afrique par exemple. Il n’y a pas de communautarisme à plébisciter sur notre propre continent ! A moins qu’on considère avoir perdu un combat qui n’a jamais été mené, ou tout simplement refuser de le mener, il n’y a aucune logique qui préside à instaurer un communautarisme blanc. Cela ne veut pas dire pour autant que les français « de souche » ne doivent pas s’organiser, mais il faut alors définir vis-à-vis de qui nous organiser et il ne s’agit pas, dans l’immédiat, des autres « communautés ». Ce scénario de communautés ethniques rivales sur un même territoire est un scénario à l’américaine. La France ne  doit pas calquer sa pensée politique, ses conceptions sociales et ses modes opératoires sur une réalité propre aux Etats-Unis. Le simple fait d’être « blanc » n’est d’ailleurs pas une condition suffisante. Une communauté doit aussi partager un esprit commun et des valeurs communes.

Enfin, notre ennemi principal est l’Etat, car c’est lui qui a la capacité réelle de nous asservir. C’est lui qui dirige la police, la justice, l’éducation, applique les directives européennes et qui est responsable de la dette sur laquelle repose notre mise en esclavage. Les « bandes » ne sont (malgré elles) que des outils de l’Etat pour pouvoir entretenir un chaos nécessaire à la mise en place d’une société sécuritaire dont seront victimes en premier lieu les Français « moyens » qui ne pourrons plus faire quoi que ce soit sans être épiés et auront de plus en plus de mal à se libérer des entraves du Système. Par exemple, nous ne le répéterons jamais assez, mais la loi anti-burqa qui concerne au mieux quelques centaines de femmes, n’a pas pour objectif de freiner l’islamisation mais d’interdire à tous les français de se masquer en public. De fait, la seule forme de résistance communautaire des français autochtones doit être menée non pas vis-à-vis des communautés allogènes, mais vis-à-vis de l’Etat, c’est de l’emprise de l’Etat dont nous devons nous dégager et de l’emprise de tous ses « partenaires » : médias, banques, grandes entreprises, etc… La communauté doit être pensée ni comme une solution de repli, ni comme une façon de mener une prétendue « guerre ethnique », mais comme la révolte sourde du « pays réel » contre l’oligarchie qui détient le pouvoir.

Les dérives sécuritaires ne doivent pas être soutenues béatement et les argumentaires minimisant les différents tournants sécuritaires doivent être dénoncés. Il y’a une différence de fond entre la légalité et la légitimité. Le fait de respecter les lois, toutes les lois, y compris celles à venir ne fait de personne un « Français honnête » mais simplement un citoyen qui accepte la réduction des libertés au nom d’un confort sécuritaire qui est en réalité une prison de moins en moins dorée.

Dérives sécuritaires, rivalités communautaires ethniques, multi-(anti)-racisme politico-médiatique, c’est un système à l’américaine que nous concoctent les tenants du pouvoir.

Il est impératif de bannir ses conceptions, les Français de « souche européenne » sont dans leur pays, ils n’ont pas à réagir en victime, à se replier sur eux-mêmes et à accepter les discours sécuritaires et les abus sémantiques. Bien au contraire, ils doivent avoir conscience d’être une force capable de s’organiser et de constituer une alternative au Système actuel, ils doivent se réapproprier les différents aspects de leur vie quotidienne et le sens des mots.

C’est un travail de longue haleine, peu gratifiant, mais vital si nous voulons recouvrer notre souveraineté populaire et nationale.

Jean

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

14/09/2013

Chronique musicale: Thou Art Lord "The regal pulse of Lucifer"

Thou Art Lord « The regal pulse of Lucifer » (Nuclear War Now !, 2013)

thou-art-lord-the-regal-pulse-of-lucifer.jpgPratiquement tous les regards ont été tournés, depuis le début des années 90, sur la scène Black Métal scandinave et norvégienne en particulier. Scène comprenant indéniablement des groupes de grande qualité, Burzum, Darkthrone et Mysticum par exemple, mais bien trop surestimée à mon goût alors qu’on oublie que, dans les mêmes années, se développait en Grèce une scène fort originale dont les groupes pionniers ont, en général, bien vieilli, ce qui est rarement le cas chez les Scandinaves… Rotting Christ, Varathron, Necromantia, Nergal, Zemial, Agatus et autres Tatir partageaient souvent les éléments suivants : un son unique aux relents occultes et mystérieux, des influences thrash/death, et, en définitif, un style de Black Métal mélodique qui, tout en conservant la brutalité du genre, préférait privilégier dans sa musique l’atmosphère plutôt que la rapidité gratuite.


Thou Art Lord est un groupe de cette époque, formé en 1993 par des membres de formations reconnues citées plus haut (Necromantia et Rotting Christ en particulier). Ses débuts, les albums Eosforos (1994) et Appolyon (1996) sont des pièces maitresses du Black Métal hellénique. Suite à une absence de plusieurs années et l’adjonction de nouveaux membres, le groupe revient avec « The regal pulse of Lucifer » dans lequel il montre que, 20 après, le son grec typique des années 90 n’est pas mort. La base est restée celle du passé : concept sataniste, plusieurs types de voix et un style en général un peu plus violent que les autres groupes de cette scène tout en conservant cette patte grecque inimitable qui ferait parfois croire qu’on écoute du vieux Rotting Christ... Thou Art Lord n’a, pourtant, pas choisi de nous servir la même soupe qu’auparavant car on trouvera quelques petites innovations bien venues sur cet album qui, d’ailleurs, sonne très moderne et se présente comme une excellente mise à jour du Black Métal grec classique.

Rüdiger

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

12/09/2013

Chronique de livre: Vincent Vauclin "Putsch"

Chronique de livre: Vincent Vauclin, Putsch, 2013

couv_putsch.pngAprès Cendres dont nous avons parlé récemment dans ces pages, le dirigeant de la Dissidence française persiste et signe avec un second ouvrage au titre évocateur : Putsch. Ouvrage très succinct une fois encore puisqu’il ne fait, en fait, que 30 pages et se lit donc aussi vite qu’un gros article. Néanmoins, pourquoi ne pas privilégier cette forme de lecture quand l’essentiel est la passation du message dans une époque où l’on n’aime plus faire trop d’efforts, surtout en ce qui concerne la lecture ?

Les citations de Maurras et Machiavel sur lesquelles s’ouvre Putsch nous mettent tout de suite dans l’ambiance : un coup de force est nécessaire en France. Nous sommes, sur le constat de départ, bien d’accord : notre pays souffre et crève de toutes les tares du monde moderne. Il se trouve dans une situation des plus graves : il est géré par un Système totalitaire le tuant, dans ses forces vives, à petit feu, puisqu’il promeut et défend toutes les idées mortifères accélérant la décivilisation prélude de notre asservissement total à une vision du monde folle et destructrice. Ainsi, « considérant qu'un point de non-retour est en train d'être franchi, et que la convergence des catastrophes destine notre pays à l'anéantissement économique, moral, social, ethnique, politique et spirituel » et que « la France est désormais en état de légitime défense civilisationnelle » , il convient pour nous, résistants au Système, de continuer la lutte sans tomber dans le fatalisme et le déni de la réalité.

Comment la continuer cette lutte ? L’auteur rejette le terrorisme mais aussi la voie électorale qui ne change rien et ne fait que légitimer le Système. Il ne voit qu’un moyen, qu’une seule perspective pour la France : le putsch. Et celui-ci devrait être conduit par l’armée. Celle-ci serait pour Vincent Vauclin un socle ayant bien résisté aux attaques du monde moderne puisqu’on trouve encore en son sein un attachement aux valeurs traditionnelles ainsi qu’un réel patriotisme. De plus, la révolte gronderait chez les militaires, bien malmenés comme on le sait par « l’aristocratie républicaine et maçonnique » qui, après avoir attaqué la nation, la religion et la famille, s’en prend de plus en plus à tout ce qu’ils représentent et respectent. L’armée, pour le salut public, serait donc capable de désobéir à ses maîtres et pourrait devenir le vecteur d’un changement révolutionnaire en France. D’ailleurs, notre pays « ne peut plus compter que sur son Armée pour sortir de l'impasse ».

Le putsch « planifié et organisé » est donc réalisable en France si l’armée ou, ne serait-ce qu’une partie d’entre elle désobéit et prend le contrôle des centres de pouvoir officiels ou non de notre pays… Pour Vauclin, le pouvoir actuel est faible et incompétent, ce qui facilitera grandement les choses. En effet, comment le considérer autrement à la vision de son incapacité à empêcher « les razzias de quelques centaines de racailles analphabètes au Trocadéro ou sur les Champs-Élysées » ? Sur ce point de détail, j’avoue ne pas partager cette croyance d’un pouvoir incapable de réprimer ces rassemblements inorganisés de racailles car cela est recherché et voulu dans le but de gouverner par le chaos mais passons... Ajoutons à cela, ce qui est vrai, que le pouvoir apparaît de plus en plus comme illégitime à énormément de personnes… Pour Vauclin, nous, les résistants, devons ainsi agir comme une « 5ème colonne » auprès de l’opinion publique et canaliser son énergie dans le but de la faire espérer réellement un coup de force en France et à ne voir son salut futur que par ce biais. En somme, c’est préparer Monsieur tout-le-monde qui espère actuellement que « ça pète » à souhaiter « vivement le putsch ! ». Ainsi, l’armée aurait à s’occuper de l’aspect technique et nous de l’aspect psychologique puisque celle-ci et le peuple ont un besoin mutuel l’un de l’autre…

Vauclin termine son essai sur la question de l’après-Putsch et se contente de donner quelques orientations sur cet évènement qui n’en serait, à n’en pas douter, le début du redressement national et de la restauration de l’Etat. Ce putsch réussi marquerait déjà un rejet de la république maçonnique et du parlementarisme, il conviendrait ainsi de doter le nouvel Etat d’une réelle Weltanschauung (vision du monde). Il laisse également le lecteur songer à quelques idées sur un Etat organique et non totalitaire à l’aide de considérations tirées de Julius Evola.

« L’histoire, ça se brusque » et « une insurrection ordonnée qui provoquera sans heurts la chute du Régime en s'appuyant sur la dernière institution qui conserve une forme organique et qui dispose de la légitimité la plus incontestable, celle du sang versé pour la France » est évidemment une idée très séduisante. A vous de vous faire votre propre opinion.

Rüdiger

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.



09/09/2013

Racisme et capitalisme

 Racisme et capitalisme

Le racisme est une question souvent très mal abordée, à la fois par ceux qui s’en revendiquent que par ceux qui le combattent ou combattent l’hostilité à l’Autre. Autre phénomène assez déroutant, les mouvements ou écoles de pensées se revendiquant de l’anti-capitalisme sont très souvent anti-racistes et globalement imperméable à tout discours ethniciste et à l’inverse on constate de nombreux mouvements ethnistes et identitaires ou certains penseurs de l’identité qui professent un catéchisme libéral.

L’anti-capitalisme serait le monopole d’une gauche « ouverte et tolérante » alors que toute volonté de préservation ethnique serait de facto dans le camp du capitalisme, de cette odieuse volonté de l’homme blanc de dominer les peuples bigarrés, forcément opprimés. On ne sait pas bien sur quelles bases repose cette vision des choses mais on se doute bien qu’il s’agit d’une fine analyse bâtie sur des références extrêmement solides…

Depuis le XIXe siècle nous pouvons considérer que le racisme, entendu comme la domination d’une race par une autre, repose sur deux éléments : le capitalisme et la science, l’un nourrissant l’autre.

Le capitalisme est la face économique du libéralisme et sa valeur centrale est le progrès. Ainsi le progrès technique, généré par le capitalisme industriel, a permis à l’Europe d’effectuer un véritable bond en avant scientifique. Le positivisme, le scientisme, le darwinisme sont des enfants de ce XIXe siècle où l’Europe allait de l’avant et dominait les 5 continents. Machines de plus en plus puissantes, outils de plus en plus perfectionnés, ouvertures de laboratoires, de sociétés scientifiques diverses, exploration de contrées méconnues, augmentation des échanges inter-continentaux, le XIXe a opéré un véritable bouleversent économique, technique et scientifique qui s’est traduit par le sentiment chez certains européens de leur supériorité. Cette supériorité, associée au christianisme, était le Fardeau de l’homme blanc de Rudyard Kipling, alors qu’associée à la franc-maçonnerie elle était le « devoir des races supérieures de civiliser les races inférieures » de Jules Ferry. Cette domination sans partage de l’Europe, principalement celle des deux grands empires coloniaux, le britannique et le français, a progressivement pris fin au XXe siècle, lorsque l’Europe s’est suicidée par deux guerres civiles et a laissé place aux Etats-Unis d’Amérique dont elle n’est aujourd’hui qu’un valet servile.

Ce court exposé de la révolution induite par le libéralisme ne nous dit pas tout. Si le capitalisme a effectivement engendré le racisme scientifique, il n’en demeure pas moins que le discours anti-raciste repose sur un odieux mensonge et surtout un odieux simplisme opposant des Blancs unilatéralement racistes à des non-Blancs unilatéralement dominés. Je ne reviendrais pas sur la complicité des élites indigènes dans les colonies aux différentes activités menées par les Européens, en revanche je rappellerai que les grandes entreprises capitalistes dominaient probablement bien plus les millions d’ouvriers européens qui s‘entassaient dans nos usines que les populations rurales des colonies dans des territoires difficilement maîtrisables malgré les progrès logistiques. Le capitalisme a bien plus détruit l’Europe qu’il n’a détruit les autres continents : paysans déracinés et jetés dans les haut-fourneaux et les usines textiles, artisans concurrencés par la production en série, enlaidissements des villes, pollution des eaux, du sol, de l’air, développement des maladies respiratoires, des cancers, de la syphilis, travail des enfants, … Les premières victimes du capitalisme furent des Européens. Quant aux guerres du capitalisme, elles tuèrent et mutilèrent de jeunes hommes européens, créèrent des déficits de naissance et détruisirent nos villes. Si l’armée fut utilisée par des politiques, eux-mêmes financés par des industriels, pour administrer certains territoires coloniaux, elle fut aussi utilisée pour réprimer les révoltes populaires, comme ce fut le cas de La Commune en 1871.

Ainsi le racisme induit par la domination capitaliste, qui induisait une domination d‘une race sur un autre légitimée par la science n’était en réalité qu’un racisme produit par une classe de dominants réunissant franc-maçons, intellectuels divers, scientifiques ou hommes politiques. Le peuple, constitué d’ouvriers, mais encore et surtout majoritairement de paysans n’avait aucunement les moyens de dominer d’autres races. Ainsi la majorité des Français n’ont pas à se sentir coupables des agissements d’une hyper-classe. Cette même hyper-classe qui insulte désormais l’ouvrier français frontiste de « raciste » quand il se plaint des agissements de certaines populations immigrés, qu’il n’a pourtant aucun moyen de dominer et avec qui il partage des espaces de vie, alors que dans le même temps l'hyper-classe ne rechigne pas à employer des jardiniers marocains, des vigiles congolais ou des femmes de ménage philippines, qu’elle paye une misère pour entretenir et surveiller ses résidences de luxe dans des quartiers fermés entièrement peuplés de Blancs sociaux-démocrates ou ultra-libéraux. Le racisme voyez-vous, ce serait établir le constat de l’échec cuisant des politiques migratoires instaurées entre autre par Bouygues ou s‘inquiéter de la démographie galopante des populations allogènes, ce n’est pas d’exploiter des immigrés sans-papiers miséreux dans des abattoirs si on en croît la doxa officielle. Le racisme, ce serait vouloir préserver son cadre de vie, ce n’est pas lorsque l’Etat hébreu dresse des murs entre lui et les palestiniens ou lorsqu’il traite les noirs en sous-hommes, ça c’est l’avant-poste de la démocratie.

Il faut donc bien comprendre qu'aujourd'hui c'est l'anti-racisme qui est le véritable racisme car il vise non seulement à humilier les "Blancs" par la culpabilisation de leur Histoire et de leurs opinions, mais parce qu'il légitime le néo-colonialisme en Afrique au nom du "développement" et de la "démocratie" et l'exploitation de milliers d'Africains sur notre sol au nom du "vivre-ensemble".

Le peuple n’est pas raciste car il n’en a pas les moyens. En revanche il est beaucoup plus volontiers ethno-différentialiste, c'est-à-dire conscient de sa spécificité et cherchant à mettre à distance l’Autre pour ne pas perturber la cohésion de son propre groupe. Cet ethno-différentialisme est la condition du maintien de la "décence commune" et de la solidarité. En effet, si il possible d'assimiler des individus dans un groupe social, deux groupes ne peuvent pas s'assimiler sans perdre leur nature propre. L'ethno-differentialisme est différent du racialisme socialiste d’un Vacher de Lapouge fortement marqué par les espérances dans le progrès scientifique de son temps. Le racialisme se base principalement sur la biologie et l'anthropologie. L’ethno-differentialisme est une démarche d’altérité et de maintien des différences produites par la nature autant que par la culture. Le racisme une démarche de domination économique et sociale sur d’autres races ou d’autres groupes ethniques.

Dans l’Antiquité, l‘appartenance à la cité était fondamentale pour l’ordre du monde et l’universalisme qu’il soit celui d’Alexandre ou celui des empereurs romains fut porteur de désordre. Rien ne rapproche la vieille Rome républicaine du paysan-soldat-citoyen de la Rome orientalisée et tyrannique qui s’est développée sous l’Empire, particulièrement au IIIe siècle. De nos jours, les grandes luttes de libération nationale se sont toutes fondées sur deux piliers : le socialisme et l’indigénisme, comme c’est le cas par exemple en Amérique latine avec le zapatisme mexicain ou le bolivarisme venezuelien mais aussi en Europe avec le nationalisme basque ou irlandais, fortement marqués par le marxisme-léninisme. Nous ne voyons pas pourquoi les Français, harassés par deux siècles de domination du capitalisme devraient faire exception à cette règle.

Ainsi à travers le monde dominé par l’Occident, la volonté de lutter contre le capitalisme va de pair avec la préservation de son identité particulière. Le peuple français est dominé depuis longtemps par une hyper-classe manipulant les sentiments patriotiques quand cela l’arrange mais en réalité celle-ci est très fortement adepte du nomadisme, du cosmopolitisme et des professions de foi apatrides. Le peuple français, dominé par les grandes firmes qui lui imposent le voisinage de nouveaux français quelque peu exotiques, doit entreprendre la lente construction de sa libération à la fois ethnique et anti-capitaliste. Ainsi, pas d’anti-capitalisme sans ethno-differentialisme, pas de socialisme sans enracinement préalable. C’est pour nous une conviction et il faut balayer l’extrême-gauche du Capital, sans –frontieriste, apatride et cosmopolite, autant que l’extrême-droite du Capital, raciste et libérale.

Jean

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.