Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2014

L’archipel Humain (2/3) : la Grandeur des petits

L’archipel Humain (2/3) : la Grandeur des petits

"Mon engagement en faveur des peuples autochtones, les peuples premiers, ou peuples-racines, est philosophique, politique et personnel. Je suis convaincu que la mondialisation, l'internationalisation des peuples, est un malheur, une punition des dieux, et que le pluralisme culturel - à l'égal de la biodiversité - est la condition sine qua non du progrès de l'humanité."

Jean Malaurie, Hummocks

La mondialisation a accéléré et amplifié les perturbations de l’homme sur son milieu de vie, en épuisant les ressources naturelles à un rythme soutenu. Elle a également favorisé l’accroissement des inégalités entre et à l’intérieur des nations. En homogénéisant les civilisations, elle appauvrit la richesse de l’humanité, donc diminue le spectre des adaptions dont notre espèce pourrait disposer, c’est à dire la résilience de notre espèce face aux crises. A ce phénomène, nous pouvons appliquer une contrainte opposée, une éthique de la séparation, alliant richesse culturelle à l’échelle de l’Humanité et puissance de  cohésion à l’échelle de la Nation : un archipel humain.

4.   Biodiversité et multiculturalisme: éloge de la pluralité.

L’éventail du vivant.  Il semble que la « Vie »  ne tend pas vers une complexification de chaque organisme, mais vers une complexification de l’ensemble formé par tous les organismes. Le point oméga n’est pas spécifique, mais holiste. Ce potentiel de diversité, c’est une aptitude au progrès et c’est cela qui est maintenu,  comme l’a fait remarquer Stephen Jay Gould 1. Car la Vie s’incarne dans un éventail de formes assez grand, en conservant par ailleurs ses formes les plus élémentaires, pour conserver au maximum ce potentiel. Le but ce n’est pas l’homme, c’est Gaïa. En ce sens l’évolution tend vers un maintien du plus grand nombre de possibilités, et en cela rend  la biosphère plus résiliente face aux crises.  L’homme peut donc être la créature la plus aboutie de la Création, sans en être sa finalité.

L’évolution et le mythe du progrès. Rendre l’Humanité plus résiliente, c’est, de la même manière, maintenir un jeu de solutions adaptatives. La biodiversité a été la plus importante lorsque les continents étaient les plus fragmentés et vice versa, lors des supercontinents, on constate un appauvrissement en diversité 2. La mondialisation a certes permis de grands progrès dans l’échange d’informations, en regroupant et spécialisant les talents, et en permettant une amélioration des conditions matérielles ainsi qu’une augmentation généralisée de l’espérance de vie. Néanmoins ce regroupement des civilisations s’accompagne d’une perte de richesse culturelle.

Compétition et adaptation. Car il y a une échelle au delà de laquelle la cohésion, le sens de la responsabilité, la démocratie enfin, ne sont plus favorisées. Et quand nous partageons tous la même assiette, cracher dedans devient un moyen de se l’approprier 3 : ainsi commence la course aux dernières ressources et les guerres pour elles 4 afin ne rien perdre de notre compétitivité, ainsi que les pieds qui trainent lorsqu’il s’agit de traiter une pollution. De Jean Malaurie à Lévi Strauss, ceux qui se sont fait les spécialistes des sociétés les plus primitives ont bien remarqué que celles-ci avaient toujours trouvé un moyen, par des voies différentes, de s’adapter à leur milieu avant l’arrivée de l’étranger 5,6. Certains organismes choisissent les milieux les plus confortables, avec la compétition la plus forte, et d’autres l’inverse. Au final, chaque voie est explorée, testée.

5.   « Là où croît le danger, croît aussi ce qui sauve. » Hölderlin.

Une éthique de la conservation. Les éthiques reconsidérant la place de l’homme au sein de la nature sont légion 7. L’approche gradualiste, attribuée à Aristote, met en avant une hiérarchie des valeurs ontologiques intrinsèques, allant des minéraux aux humains. Néanmoins, plus récemment, l’approche écocentriste, ou l’écologie profonde d’Arne Naess, proposent quelque chose de nouveau en matière d’éthique : la valeur est donnée par l’interrelation entre les individus 8 et non par les individus eux-mêmes 9. En revanche, dans l’idée de préservation d’aires protégées 10, l’humain est « mis en dehors », ce qui implique une séparation entre l’Homme et la Nature. Que doit-on donc préserver : le caractère sauvage (ce que l’homme n’a pas touché) ou la biodiversité ? La réponse est simple : il faut préserver le caractère structurant de la Nature.

Politique cristallisante et révolution permanente. Quelle que soit l’approche adoptée, celle-ci devra tenir compte de la profondeur des relations entre besoins humains et des ressources à disposition. C’est à dire déterminer et hiérarchiser la valeur esthétique, économique, culturelle de la ressource. L’approche centralisée, favorisant une bureaucratie lourde, est malvenue en matière de rapidité de prise de décision. Il est avéré que la communication est bien plus efficace dans une communauté restreinte, où la responsabilité de chacun est de plus grandie par appropriation des problèmes environnementaux 11.  L’approche communautaire ne peut cependant pas se passer des bienfaits de la centralisation, en particulier pour les ressources financières et intellectuelles, ainsi que pour l’adoption d’une législation uniforme 12.

Tombeau tabou, totem toutou. Les citoyens, même sensibilisés à l’écologie, réagissent surtout dans l’affect et n’en ont que rarement une vision globale et cohérente. Par exemple la chasse, par la régulation de la population animale, montre son utilité si elle reste alliée à une responsabilité. Elle est pourtant reprise comme « argument écologique » à la fois par les chasseurs et leurs opposants. La proximité de la violence, dans la chasse ou la pêche, humanise le consommateur : s’impliquer dans un processus naturel donne une conscience écologique aussi ancrée que celle de l’intellectuel. Avant d’être des sapiens, nous étions des faber, et ce que la recherche théorique apporte en information, certains l’obtiennent par l’expérience.  Le monde est donc à ré-inventer : il faut redéfinir nos valeurs, donc spiritualiser la Nature d’une nouvelle manière. Le sacré n’est plus là on l’on croit. Si une fertilisation des océans par la matière organique de nos cadavres s’avérait utile, la plupart des religions s’y opposeraient quand même. Aussi ce qui est bénéfique pour la Nature, donc pour nous, doit devenir sacré 13.

 6.  Endémisme contre entropie.

L’endémisme, c’est l’isolement, plus le temps. C’est ce qui permet le développement des formes les plus originales, en s’écartant des zones les plus compétitives. On peut penser aux indiens d’Amazonie, ou aux indigènes de Tahiti, décimés par les maladies inconnues jusqu’à l’arrivée des Européens. L’endémisme, dans une formule d’ensemble, c’est donc ce qui permet de travailler son style. Ce que fait une civilisation en s’isolant. Ce qui génère de la biodiversité c’est l’isolement plus le temps. C’est ainsi dans les archipels que la biodiversité est la plus importante. Les styles individuels peuvent alors s’épanouir, et l’imagination de la Nature prend forme dans les essais les plus improbables. Et plus les matériels génétiques sont éloignés, plus leur rencontre dégage de l’énergie, donc soit des opportunités, soit des dégâts.

L’entropie, c’est la dégradation du Divers. C’est l’homogénéisation, c’est le désordre qui devient maximum. C’est l’information noyée dans un nuage de bruit. C’est, pour une quantité d’énergie donnée, une énergie utile qui tend vers zéro. Il y a donc, parmi chacun de nos actes, un ensemble d’actions augmentant l’entropie sur Terre. Cette « anthropie », c’est le désordre d’origine humaine, néfaste à l’écosystème dans son époque. Mais le concept d’entropie peut servir à autre chose qu’argumenter contre la croissance effrénée, comme l’a fait Georgescu-Roegen 14. L’entropie, c’est aussi une rencontre originale, entre deux styles différents et aboutis, donc riche en énergie,  qui devient de moins en moins probable. N’importe quel système physique tend vers une augmentation de l’entropie, mais dans un essai écrit en 1929, Schrodinger fait remarquer que la vie, en organisant la matière 15, semble s’opposer à l’entropie. Comme si, avec une forme de volonté, ou une discipline, elle luttait contre ses penchants physiques, et de cette manière tendait à favoriser la diversité.

« Il y a une formule terrible, venue je ne sais plus d’où : « l’Entropie de l’univers tend vers un maximum. » Mais je me représente l’Entropie comme un plus terrible monstre que le Néant. Le Néant est de glace et de froid. L’Entropie est tiède. Le néant est peut-être diamantin. L’entropie est pâteuse, une pâte tiède. (...) Dégradation du divers. L’entropie de l’Univers tend vers un maximum. Est-ce une grandeur humaine ? (...) et bien je crois que, très tristement, la dégradation de l’exotisme est de l’ordre des grandeurs humaines... mais qu’aussi le goût à déguster le plus faible divers croît, ce qui, peut-être, compense ? »   Segalen, Essai sur l’exotisme.

Cultiver son style. Il est possible que l’apport d’énergie permise par le regroupement de cultures puisse favoriser l’innovation. Toutefois à terme cette créativité ne peut que diminuer lorsque l’homogénéisation sera complète, diminuant du même coup les solutions adaptatives. De plus, le regroupement fragilise, en mettant en compétition  deux populations différemment adaptées 16. Il y a donc un juste milieu entre isolement créatif et isolement affaiblissant.

  L’humanité dispose d’une richesse d’autant plus grande que les cultures qu’elle abrite sont nombreuses et diversifiées. Mais celles-ci ne peuvent pas se penser abstraction faite de leur substrat de croissance, l’environnement. « L’Humanité, c’est un morceau du globe » comme l’exprime Friedrich Ratzel dans son « Anthropogéographie » (voir aussi le commentaire d’Emile Durkheim, 1899). Lui même avait été un disciple d’Ernst Haeckel, l’un des fondateurs de l’écologie. Les écosystèmes ne sont pas des ensembles discrets, c’est un continuum que les espèces, humains compris, peuvent  ioniser, le modifiant ainsi plus ou moins fortement 17.  Or, si se séparer renforce les identités des peuples, communiquer permet le progrès. Au trio temps-énergie-information précédent, il y en a semble-t-il un autre : culture-identité-communication 18. Dans ce cas une telle séparation risque d’avoir des conséquences néfastes pour l’économie d’un pays en autarcie. Ce qui signifie que nous avons jusqu’à présent discuté des moyens de rendre l’Humanité plus résiliente, en laissant de côté les Nations.

Soleil fixe pour le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Première partie: Titans et effondrement

Ouvrages de référence :

1.       Jay Gould, S., L’éventail du vivant, Seuil, 2001.

2.       Benton, MJ. (2001), Biodiversity on land and in the sea, Geological Journal vol. 36, 211-230.

3.       Serres, M. (1990) Le Contrat naturel, François Bourin, Paris.

4.       Welzer, H.,  Les guerres du climat: Pourquoi on tue au XXIe siècle, Folio, 2012.

5.       Malaurie, J. (1955), Les Derniers Rois de Thulé, avec les Esquimaux polaires, face à leur destin (Paris, éd. Plon, coll. Terre humaine).

6.       Levi-Strauss, C. (1955), Tristes Tropiques, Plon, Paris, 1955.

7.       Debourdeau, A., (2013) Les grands textes fondateurs de l’écologie, Flammarion Champs classiques.

8.       Naess, A. (2005), Ecologie, communauté et style de vie, trad. Charles Ruelle, Paris, Éditions MF, coll. "Dehors", 2009, 376 p.

9.       Stone, CD. (1996), Should trees have standing? And Other Essays on Law, Morals and the Environment, Oceana Publications.

10.    Huggett, A. (2005). The concept and utility of "ecological threshold" in biodiversity conservation. Biological Conservation 124 , 301-310.

11.    Schlager, E., & Ostrom, E. (1992). Property-Rights Regimes and Natural Resources: A Conceptual Analysis. Land Economics, Vol. 68, No. 3 , 249-262.

12.    Ostrom, E. et al. (2009). A General Framework for Analyzing Sustainability of Social-Ecological Systems. Science 325 , 419-422.

13.    Tudge, C. (2005). Feeding people is easy: but we have to re-think the world from first principles. Public Health Nutrition: 8(6A) , 716-723.

14.    Georgescu-Roegen, N. (1979). La décroissance: entropie, écologie, économie. Sang de la terre 1995, 254pp, traduction Jacques Grinevald et Ivo Rens.

15.    Schrödinger, E., What is Life?, 1929.

16.    Segalen, V.,  Essai sur l’exotisme,  Le livre de Poche, 1999

17.    Odum, EP., (1975), Ecologie: un lien entre les sciences naturelles et les sciences humaines, traduction Raymond Bergeron.

18.    Wolton, D., L'autre Mondialisation, Champs Flammarion, 2003.

 

03/03/2014

L’archipel Humain (1/3) : Titans et effondrements

 L’archipel Humain (1/3) : Titans et effondrements

« Chaque chose et chacun, âme, être, objet ou nombre,
Suivra son cours, sa loi, son but, sa passion,
Portant sa pierre à l'œuvre indéfinie et sombre
Qu'avec le genre humain fait la création ! »

   Victor HUGO, Les Rayons et les Ombres, 1839.

A l’horizon du prochain siècle se profilent d’inquiétants nuages noirs: pénurie énergétique ou minérale, crise démographique et agricole, changements climatiques, acidification des océans, déforestation, menaces sur les écosystèmes et les réserves halieutiques. Dans le même temps, le monde occidental subit, depuis bientôt un siècle, une crise idéologique et sociale, à laquelle s’ajoutent des crises économiques à répétition, qui ne vont qu’en s’aggravant. Il apparaît donc que notre situation ressemble en certains points à celle de civilisations antiques disparues, atteignant une démographie trop importante pour prospérer dans leur environnement, et faisant face à des conflits potentiels pour s’approprier les dernières richesses. A ceci près que l’échelle concernée n’est plus régionale mais planétaire, compte tenu de l’interconnexion entre les sociétés humaines, et de la globalisation des problèmes environnementaux. Nous ne pouvons donc pas nous permettre simplement de migrer pour changer de milieu de vie.

 1.   Anthropocène: le réveil des Titans.

Homo sapiens, rules the world.L’Anthropocène, c’est ce terme désignant une nouvelle époque géologique1. Ce qui signifie que nous ne sommes plus dans la continuité de la précédente et que l’écosystème global a été perturbé dans sa globalité, par notre espèce devenue dominante à l’échelle de la planète2-6. On peut aussi bien en situer l’origine au début de l’ère industrielle, ou au moment de la maîtrise du feu.

Les Titans approchent. Le problème de notre époque, le défi de ce siècle, n’est pas simplement climatique, énergétique, ou démographique : il est systémique. Des chasseurs cueilleurs, nous sommes passés aux organismes génétiquement modifiés et peut être demain à la géoingénierie. En l’espace de quelques millénaires, notre espèce a obtenu un pouvoir fabuleux, qui, associé à une conscience, nous donne aussi des devoirs. L’adaptation à une catastrophe sera d’autant plus douloureuse que moins préparée. Entre les couches sédimentaires, les changements les plus abrupts sont associés aux crises du vivant. Ainsi, les titans prédits par Jünger approchent,  s’incarnant en des avatars menaçants : la faim, la sécheresse, les guerres, enfin la nuit, par pénurie d’énergie.

Le paradigme de la main invisible. C’est une erreur de croire que l’évolution est toujours positive. La queue du paon est peut-être un avantage adaptatif en séduction, mais complètement inutile, voire néfaste du strict point de vue de ses capacités de survie.  Ainsi en est-il également de notre progrès technologique. Croire au progrès technologique comme solution à tous nos défis est une erreur fondamentale dans un monde globalisé, avec des ressources limitées. Car pour obtenir de l'innovation il faut investir dans la recherche, et pour investir, il faut un capital qui, en dernière analyse, est issu des ressources naturelles. Ce qui signifie que toute l'activité économique se fait en puisant dans le capital naturel. Donc une pénurie impliquerait non seulement un ralentissement de la croissance, mais aussi de l’innovation, menant à une spirale de dépression. Le développement des technologies doit évoluer avec la connaissance que nous avons de notre propre écologie, afin de mieux faire la part des choses, et de distinguer le vain de l’utile, rendant l’exploitation des ressources souhaitable. Il ne suffit pas de tendre notre effort vers l’adaptation, mais il faut également connaître une direction. En ce sens, il s’agit de privilégier l’information et de ralentir la consommation.

2.     Effondrements et adaptations.

De l’Expérience... L’étude croisée des sciences naturelles et de l’archéologie donne des exemples de civilisations soumises à des défis, ayant réussi ou non à s’adapter et à perdurer. La civilisation Maya, après avoir atteint son apogée autour de l'an mil, s'effondra entre 750 et 900. En moins d’un siècle, la population régionale passa de trois millions d'habitants à environ quatre cent cinquante mille. Différentes hypothèses sur cet effondrement ont été avancées: guerres, mauvaise gestion des sols ou appauvrissement des ressources agricoles et hydriques 7. Ce sont les causes internes. Le climat, cause externe, pourrait en être la cause primaire 8, influant sur toutes les autres, en menant à une réaction en chaîne, causant des difficultés dans l’approvisionnement et la gestion de l’eau 9. Dans un tel contexte, les conflits entre Cités-Etats, donc les guerres pour les ultimes ressources, étaient  favorisées.

...à la Conscience. On peut ainsi faire un lien direct entre stress environnemental et désordres politiques. Nous apprenons, à travers l’exemple des Mayas, que l’exploitation maximale du milieu naturel et la dépendance des ressources ont conduit leur civilisation à une grande fragilité. En reprenant l’exemple des Mayas, accompagné, entre autres, de celui des Anasazis, des Vikings du Groenland, des sociétés polynésiennes et de l’île de Pâques 10, auquel nous pourrions rajouter ceux, plus actuels, de Nauru et Kiribati,  Jared Diamond (« Effondrement ») présente une liste de cinq facteurs entrant en compte dans ces effondrements ou sauvegardes de société : (i) les dommages environnementaux, (ii) les changements climatiques, (iii) les voisins hostiles, (iv) le rapport de dépendance avec les partenaires économiques, et (v) les réponses apportées par la société à ces problèmes, selon ses valeurs culturelles 11. Ainsi l’approche top-down peut s’avérer aussi efficace (comme le montre l’exemple du Japon sous l’ère Tokugawa) que nuisible (dans le cas des Vikings, voulant conserver un lien avec la « base européenne », déconnectée des problèmes du Groenland).

Le Chêne et le Roseau. Nous apprenons également que si une crise environnementale survient, elle devient systémique et touche rapidement à l’économique et au social. Pour Joseph Tainter, anthropologue et historien, la complexité est de toute façon naturelle dans l’évolution des sociétés 12. Cette dernière se complexifie à chaque problème rencontré. Mais cette complexification va avec une rigidité des structures, et donc une vulnérabilité dès lors qu’un évènement imprévu survient. Plus c’est dur, plus ça casse : dans une crise il vaut mieux se faire roseau que chêne. Lénine, dans « L’Etat et la Révolution », faisait également remarquer que chaque révolution renforce le pouvoir de l’Etat, en surimposant à sa précédente structure l’organisation lui permettant de résoudre le problème à l’origine de la révolution. Selon Tainter, l’effondrement se fait en plusieurs phases, mais la cause ultime est économique et sociétale et dépend de l’aptitude de la population concernée à s’adapter, selon des valeurs propres. Il y a probablement des critères pour juger de la bonne santé, et de la résilience d’une société. Nous proposons : la prospérité, la créativité, et la communication. Mais ce sont aussi la diversité et l’échange, dès lors qu’ils ne diminuent pas la cohésion d’une Nation.

3.      Milieu structurant, milieu féodé.

Rien n’est poison. Nous séparons ici le fait qu’une espèce peut influer sur l’écosystème sans diminuer sa biodiversité, et d’autre part, le moment où sa croissance devient menaçante pour cet équilibre, et donc pour sa propre survie. Dans un milieu structurant, l’espèce pionnière est encore soumise au milieu et s’y adapte. La force de l’aléa est encore structurante pour une société, car il y a impossibilité d’amasser du capital permettant d’ériger une protection. Cette espèce peut néanmoins être dominante, mais elle ne change pas encore la substance de l’écosystème : conquérir n’est pas soumettre.

Tout est poison. Passé un certain degré de maîtrise, le milieu devient féodé, c’est à dire que c’est l’espèce qui devient structurante pour lui. Elle exerce alors une pression sur l’environnement lui permettant de créer une telle barrière protectrice, en se mettant « en dehors » de la Nature, dans un milieu maximisant son confort. L’Anthropocène  est un tel milieu : l’homme  tamponne les variations naturelles potentiellement néfastes et inattendues. Et son écosystème d’accomplissement, ayant permis l’épanouissement des civilisations, c’est la ville.

Seule la dose fait le poison. Tout organisme tend à modifier son milieu de manière à accroître son confort, donc ses possibilités d’existence. Mais à terme, cette pression créée un niveau de stress général pour l’écosystème, qui change par un effet seuil. Et cette barrière, érigée pour nous protéger des aléas naturels, non seulement installe trop notre espèce dans son confort, et par là même nous fragilise, mais contient elle aussi son lot de risques lorsqu’elle même devient structurante.

« Nous avons appris à répondre aux menaces de la nature externe en construisant des cabanes et en accumulant des connaissances. Mais nous sommes livrés quasiment sans défense aux menaces industrielles de cette seconde nature intégrée au système industriel. » Ulrich Beck 13.

Car c’est oublier que l’écosystème est un tout nécessaire, auquel chaque partie est soumise à l’ensemble. C’est le cas par exemple, des bactéries dans une boîte de Petri, se développant jusqu’à l’effondrement général.  La question est donc de savoir si l’espèce humaine est en mesure de dépasser ce schéma écologique partagé par tout le reste du vivant.

Croître et multiplier. Dans un article célèbre, Garrett Hardin (« The tragedy of the commons », 1968), concluait que la condition nécessaire à une utilisation non vouée à l’échec d’une ressource commune est que les réserves doivent être grandes devant la population de l’utilisateur 14. Sans contredire cette conclusion, de nombreux spécialistes de la gouvernance des biens communs tempèrent cette vision, en citant des exemples de gestion de ressources réussies. Ainsi les populations de James Bay, en région subarctique du Canada, qui imposèrent des règles très strictes de chasse au castor pour sa fourrure 15. Là où Hardin le microbiologiste n’avait pas différencié civilisations et bactéries, nous pouvons d’ores et déjà remarquer que seuls les humains se dotent de lois artificielles et se préoccupent d’éthique.

Dans le couple croissance et développement durable, il apparaît donc que nous avons trois solutions : (i) une croissance conservée au rythme actuel, non durable mais pouvant être vivable avec une révolution technologique, (ii) une croissance évoluant avec un contrôle démographique, afin de rester en deçà d’une empreinte énergétique correspondant à une seule planète, (iii) une croissance-décroissance sectorielle, privilégiant les secteurs jugés les plus utiles, et allant avec une amélioration des rendements énergétiques et une modification des comportements sociaux. Chacune a ses problèmes : la révolution technologique dépend du hasard, le contrôle démographique implique une perte de liberté individuelle, et la décroissance pose des problèmes d’équité dans la gouvernance. Dans le premier cas, nous pourrions imaginer qu’un développement de la conquête spatiale puisse nous affranchir de cet horizon de ressources. Mais cela implique non seulement de dépasser la barrière énergétique permettant l’accès à ces dernières, ce qui repose sur une technologie que nous sommes loin de maîtriser, mais d’utiliser celles qui nous restent à ce projet 16. Et si, dans la balance, le coût est supérieur, soit au gain estimé, soit à la barrière permettant d'atteindre cette ressource, l'effort ne sera pas tendu en ce sens, comme on le voit dans l’industrie pétrolière. Voilà pourquoi il convient dès à présent de privilégier l'utilisation de ressources afin d'améliorer la rentabilité. Ce qui signifie, en réduisant l’activité économique aux trois paramètres temps-énergie-information 17, passer de la croissance chaotique (temps minimum, énergie maximum, variable information quasi-fixée), à la croissance qui consolide (information maximum, énergie minimum, temps fixé), nous permettant de mieux maîtriser les subtilités de notre vaisseau spatial « Terre » 18.

Soleil fixe pour le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

  île.jpg

Ouvrages de référence :

1.       Lorius C., Carpentier, L., Voyage dans l’Anthropocène, Actes Sud, 2011.

2.       Bellwood, D., Hugues, T., Folke, C., & Nystrom, M. (2004). Confronting the coral reef crisis. Nature vol. 429 , 827-833.

3.       Velicogna, I., & ahr, J. (2006). Measurments of time-variable gravity show mass loss in Antarctica. Science vol 311 , 1754-1756.

4.       McCarty, J. (2001). Ecological Consequences of Recent Climate Change. Conservation Biology,Volume 15, No. 2 , 320-331.

5.       van der Veen, C. (2002). Polar ice sheets and global sea level: how well can we predict the future? Global and Planetary Change 32 , 165-194.

6.       Levitus, S. et al., (2001), Anthropogenic warming of the Earth’s climate system, Science vol. 292, 267-270.

7.       Adams, R. (1973). The Collapse of Maya Civilization: a Review of Previous Theories.

8.       Hodell, D., Curtis, & Brenner (1995). Possible role of climate in the collapse of Classic Maya civilization. Nature, vol. 375 , 391-394.

9.       Haug, G., & al. (2003). Climate and the Collapse of Maya Civilization. Science 299 , 1731-1735.

10.    Hunt, T. (2007). Rethinking Easter Island’s ecological catastrophe. Journal of Archaeological Science 34 , 485-502.

11.    Diamond, J., Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Folio, 2009.

12.     Tainter, J., L’effondrement des sociétés complexes (traduction Jean François Goulon), Le Retour aux Sources, 2013.

13.    Beck, U. (1986), La Société du risque: sur la voie d'une autre modernité. Champs Flammarion.

14.    Hardin, G. (1968). The tragedy of the commons. Science vol. 162 , 1243-1248.

15.    Berkes, F. et al. (1989). The benefits of the commons. Nature vol. 340 , 89-93

16.    Creola, P.. (1996). Space and the fate of Humanity. Space Policy vol. 12 (3) , 193-201.

17.    Spreng, D. (1993). Possibilities for substitution between energy, time and information. Energy Policy , 13-23.

18.    Buckminster-Fuller, R., (1969) Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial “Terre”. Lars Müller Publishers, 152pp.

 
   

02/03/2014

Chronique de livre: Eric Dardel et L’homme et la terre, 1952

Eric Dardel et L’homme et la terre, 1952

http://www.thbz.org/images/divers/lhommeetlaterre.jpg

Attention, géographe non conforme.

 

Eric Dardel peut être présenté comme un mal aimé pour son temps, ou devrions-nous plutôt dire "un ignoré". Né en 1899, mort en 1967, Eric Dardel fut un professeur d'histoire géographie qui appréciait la philosophie, mais fut également un homme de foi, vivant "authentiquement" son protestantisme. C'est donc tout naturellement qu'il édifia un ouvrage géographique imprégné de philosophie et d'humanité.

Paru et aussitôt oublié en 1952, L'homme et la terre présente « des courants de pensée novateurs de la géographie contemporaine, celui de la phénoménologie, des perceptions et des représentations par les hommes de leur environnement terrestre » (7ème de couverture).

 

Pourquoi cet auteur fut-il oublié et en quoi est-il au final une des clefs de voute de la pensée géographique actuelle ?


La question peut se poser, compte tenu du fond et de la forme de ce livre.

 

I-      Un ouvrage de géographie ou de philosophie ?

 

A vrai dire, pour y répondre, il faut admettre le fait qu'Eric Dardel se place, dans ce livre, autant en géographe qu'en philosophe et en expérimentateur d'existence.

A ce sujet, on pourra noter que la géographie n'est absolument pas incompatible avec la philosophie.

Kant en fut la preuve vivante puisqu’avant d’être le philosophe réputé que l’on connaît et que l’on étudie encore beaucoup aujourd’hui, il fut professeur de géographie physique (Physische Geographie, 1802, – condensé des 49 cycles de cours à la géographie physique qu’il a a donné entre 1756 et 1796).

Par ailleurs, faut-il rappeler toutes les réflexions philosophiques qu’entoure la question de l’espace, notamment à travers les travaux de Leibniz pour qui « l’espace est quelque chose d’uniforme absolument ; et sans les choses y placées, un point de l’espace ne diffère absolument en rien d’un autre point de l’espace »[1] (pour résumer : l’espace est un tout immuable qui existe indépendamment des choses et des hommes (et de leur point de vue)) et de Kant pour qui « l’espace n’est rien autre chose que la forme de tous les phénomènes des sens extérieurs, c’est-à-dire la condition subjective de la sensibilité sous laquelle seule nous est possible une intuition extérieure […] Nous ne pouvons donc parler de l’espace, de l’être étendu, etc., qu’au point de vue de l’homme »[2] (pour résumer : l’espace est construit subjectivement par l’homme, il est à travers le point de vue de l’homme).


Dardel a un parcours philosophique fidèle aux grandes évolutions philosophiques de son temps. Il est à ce point héritier de Kant, et très proche de la pensée existentialiste et phénoménologique d’Heidegger surtout et de Merleau-Ponty.

Les questions entre autre posées par ces philosophes sont les suivantes : comment se place l'homme dans l'inventaire fait de toutes les choses du monde ? Comment est-on soi-même ?


En phénoménologie, l'homme n'est pas un spectateur extérieur du monde. L'homme est dedans, et ce dès qu'il le perçoit – la perception entrainant alors tout le registre de la sensibilité (que l'on retrouve beaucoup dans le style employé par Dardel dans son ouvrage).

Eric Dardel, suivant ces préceptes, semble l’un des premiers à voir ce que la géographie peut tirer de la phénoménologie et de l’existentialisme, à entrevoir le lien qui noue toute personne avec son environnement, sur les relations existentielles que nouent l'homme et la terre.


Cette approche permet à Dardel d’apporter une vision totalement novatrice, mais ignorée à l’époque, sur la géographie.

La structure même de son livre permet d’entrevoir les grandes lignes de son approche, à savoir d'abord les différents types d'espace, puis le fait que la géographie n'est pas la nature, mais la relation entre l'homme et la nature, ce qui entraine une relation à la fois théorique, pratique et affective (du terrestre dans l'humain, et non de l'humain au terrestre). C’est cette seconde partie qui est réellement le cœur de cette nouvelle approche géographique.

 

Avec ce livre, Eric Dardel a posé les bases de la géographie des perceptions. Il se place comme le porte flambeau de la "géographie de plein vent", expression inventée par Lucien Febvre et qui s'oppose à la "géographie de cabinet", celle qui se fait dans les bureaux grâce à des statistiques, des comptes rendus de voyage, des cartes, etc.

Cette géographie peut être aussi assimilée aux cours en plein air, la "géographie de terrain", du spécialiste de la géographie régionale André Cholley (1886-1968).

 En outre, pour reprendre un passage très percutant du géographe Claude Raffestin – auteur d’une étude toute en finesse de Dardel, de son œuvre et aussi et surtout du Pourquoi n’avons-nous pas lu Eric Dardel ?[3], – on peut dire que Dardel fut un véritable avant-gardiste victime de sa clairvoyance :

 « Le drame de Dardel est d'avoir été en avance d'un paradigme sur ses contemporains. Formé au paradigme du «voir», il a écrit au moment où triomphait celui de l'« organiser» alors qu'il postulait celui de l'« exister ». Dardel n'assure aucune transition, il n'est pas à une charnière, il anticipe... et il est seul ou presque. Il est même d'autant plus seul que ses références géographiques le desservent en partie auprès des jeunes géographes et que paradoxalement celles de nature historique, philosophique et littéraire appartiennent dans les années cinquante à un courant qui s'estompe... mais qui réapparaîtra un quart de siècle plus tard, juste hier et aujourd'hui. »[4]

 II-   Quelle géographie ressort de l’œuvre de Dardel ?

 Et bien ce n’est pas à proprement parlé une géographie, mais des géographies.

Ce qui importe le plus à Dardel, c’est « de suivre l’éveil d’une conscience géographique, à travers les différents éclairages sous lesquels est apparue à l’homme le visage de la Terre. Il s’agit donc moins de périodes chronologiques que d’attitudes durables de l’esprit humain vis-à-vis de la réalité environnante et quotidienne, en corrélation avec les formes dominantes de la sensibilité, de la pensée et de la croyance d’une époque ou d’une civilisation. Ces « géographies » se rattachent chaque fois à une certaine conception  globale du monde, à une inquiétude centrale, à une lutte effective avec le « fond obscur » de la nature environnante. »[5]

 Au fond donc, ce qui anime le projet de Dardel, c’est de montrer les relations multiples et complexes, mais hautement colorées, qui existent entre des peuples, des hommes, ou une personne, avec son environnement. Et cette relation est de l’ordre de l’affectif.

Ainsi, lorsqu’il parle de « géographie mythique », il évoque une « relation existentielle [qui] commande quantité de rites et d’attitudes mentales. »[6]

Pour cette géographie mythique, il emprunte beaucoup à Mircéa Eliade et notamment son ouvrage Traité d’histoire des religions. Concrètement, donc, la terre, la mer, l’air, le feu, pour reprendre des thèmes chers à Gaston Bachelard, sont au cœur du processus d’échange et de coexistence entre la terre en sens large et les hommes. D’ailleurs notons que les « hommes » pris en exemple sont souvent des peuplades aux rapports très privilégiés avec leur environnement, qui est souvent peu maniable (nordicité, aridité, forêt sempervirente).

 « Puisque la Terre est la mère de tout ce qui vit, de de tout ce qui est, un lien de parenté unit l’homme à tout ce qui l’entoure, aux arbres, aux animaux, aux pierres même. La montagne, la vallée, la forêt, ne sont pas simplement un cadre, un « extérieur », même familier. Elles sont l’homme lui-même. C’est là qu’il se réalise et qu’il se connaît.[7] »

 Le mythe joue un rôle primordial dans l’élaboration d’un dialogue entre cette nature, cet environnement, et les hommes. Ces mythes permettent d’ailleurs de faire le lien entre une Terre « berceau » ou « origine », et une Terre qui est présence actuelle.

« La Terre se manifeste comme actualisation sans cesse renouvelée en vertu de la fonction éternisante du mythe.[8] »

Il n’y a donc pas de rupture, pas de discontinuité entre le mythe et le discours, entre le religieux et la logique (Raffestin, page 476), mais bien une « totalité ». Dardel parle du mythe comme d’un absolu, absout du temps comme date et moment[9].

 III-             Quel usage faire de ces propos avec la géographie ? Que peut en retenir la géographie ?

 L’aspect novateur des idées développées par Dardel est de mettre en avant la tension qui existe entre le vécu et le connu. Il amène dans la géographie l’importance, non pas du décryptage de la Terre, mais du décryptage des relations mutuelles entre la Terre et les hommes.

Dardel oscille donc « entre géographie de plein vent et géographie scientifique ». Ici, la géographie de plein vent serait cette perception de la Terre et ses relations avec et en l’homme. La géographie scientifique serait surtout fondée sur une méthodologie et une problématique.

 On le sait bien aujourd’hui que la géographie est le fruit des évolutions épistémologiques de ce dernier gros siècle et demi (depuis le milieu du XIXe siècle).

Dardel, qui fut redécouvert dans les années 70-80 par les géographes sensibilisés par les nouvelles thèses philosophiques, sociologiques et anthropologiques (pensons à Levi-Strauss et le structuralisme, Morin et l’approche systémique, Foucault et Derrida et le déconstructionnisme), a apporté le subjectivisme dans l’approche géographique. Cette dernière n’en était pas totalement à son premier coup d’essai puisque le géographe Armand Frémont avait déjà initié la géographie à l’« espace vécu » (La région, espace vécu, 1976). Mais, Dardel reste clairement en avance de 25 ans, soit une génération.

Cette subjectivité permet à la géographie d’aborder aujourd’hui les questions de l’exister dans un espace donné, d’habiter un territoire, et de saisir les liens et les relations multiples qui existent entre les acteurs ou actants, et ces espaces donnés (et cela à toutes les échelles d’analyse).

 Enfin, il faut reconnaître à Dardel une plume qui se fait rare dans le monde de la géographie, et même de façon générale dans le monde scientifique. A croire que la rigueur scientifique ne peut s’exprimer que par une austérité du style.

 En somme donc, le plaisir de lire Dardel va de pair avec la richesse conceptuelle qu’il ressort de son livre.

 A lire.

Aristide pour le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Notes et ouvrages:

[1] G. W. LEIBNIZ, Troisième écrit, ou Réponse ou seconde réplique de M. Clarke, in Œuvres, Paris, Ed. Aubier-Montaigne, 1972, p. 416.
 

[2] E. KANT, Critique de la raison pure, Paris, Ed. PUF, 1944, pp. 58-59.

[3] RAFFESTIN Claude, « Pourquoi n’avons-nous pas lu Eric Dardel ? », Cahiers de géographie du Québec, 1987, vol. 31, n° 84, pp. 471-481. Disponible sur http://archive-ouverte.unige.ch/unige:4356 .

[4] Ibid, page 473.

[5] L’homme et la terre, page 63.

[6] Ibid, page 65.

[7] Ibid, page 66.

[8] Ibid, page 69.

[9] Ibid, page 69.

25/02/2014

Pour une analyse nationale-révolutionnaire des évènements ukrainiens

Pour une analyse nationale-révolutionnaire

des évènements ukrainiens

http://www.ndf.fr/files/2014/01/drapeau-ukraine.png

A la lecture des débats passionnés et passionnants qui ont alimenté les blogs et fils des réseaux sociaux de la mouvance ces dernières semaines au sujet de la crise ukrainienne il nous a semblé pertinent de porter à la réflexion des lecteurs du CNC certains éléments de l’analyse nationale-révolutionnaire.

En effet, on a vu et lu s’affronter avec fougue les tenants d’un voie pro-russe dite « continentale » prenant appui sur une nécessité géopolitique dépassant les visées nationales et les tenants d’une ligne « nationaliste », défendant en premier lieu la volonté des ukrainiens de fonder un Etat souverain.

Ces deux positions résultent de deux démarches fondées sur un même principe : celui de l’efficacité. Les uns pensent que le renouveau passera par un « grand frère », élément moteur d’une contestation de l’ordre établi – entendez l’ordre américain - aujourd’hui incarné selon eux par la Russie de Poutine. Les autres au contraire, trouvent l’élément d’efficacité dans la vivacité de certains peuples qui refusent l’enfermement impérialiste, les mafias oligarchiques et l’autoritarisme népotique, vivacité aujourd’hui représentée par les nationalistes ukrainiens.

Notons au passage que les deux groupes trouvent leur inspiration à l’Est, c’est-à-dire loin et en dehors du territoire national qui semble-t-il ne remplit plus les conditions minimales, les germes de révolte suffisants à enflammer les consciences. Curieux tout de même à l’examen d’une actualité hexagonale chaque jour plus chargée de contestation et de conflits (certes avec des accents moins jusqu’au-boutistes).

Nous avons donc en somme une position « géopolitico-continentale » sensiblement pro-russe et négatrice des identités dites « mineures » et une position « identitariste » fondant sa fraternité de combat sur les luttes de libération nationale.

Ces deux visions, malgré leurs prétention à l’objectivité et à la scientificité analytique, sont toutes deux partantes d’un certain romantisme impatient qui cherche désespérément une étincelle pouvant allumer rapidement l’incendie libérateur. Pour les uns c’est Poutine, mâle russe aux muscles saillants et au verbe incisif qui incarne l’avant-garde du front du refus à l’impérialisme. Pour les autres, ce sont les peuples non encore trop pollués - Hongrois, Serbes, Ukrainiens et même Russes (nous pourrions ici en citer bien d’autres) – qui personnifient la résistance anti-mondialiste et alter-nationaliste.

Or les partis pris exprimés dans ces deux positions sont fondés sur les opinions, les avis plus ou moins éclairés que se font les uns et les autres des peuples ou leaders dont ils font leur champions.

A ce stade, il est important de rappeler que l’on peut difficilement fonder une politique de long terme sur des opinions et des impressions. Il est donc fondamental de rebâtir un raisonnement reposant sur des principes intangibles, invariants et donc pérennes. Pourquoi ? Simplement pour ne pas oublier qui nous sommes, ce que nous défendons. Pour savoir toujours marquer la limite, pour ne pas devenir ceux que nous supportons, entrer dans la confusion de la puissance, voire devenir les zélés serviteurs aussi dévoués qu’aveuglés.

Pour cela, il est utile de faire ré-émerger la grille d’analyse partagée par la mouvance nationale-révolutionnaire. Fondée sur quelques grands principes, celle-ci présente le double avantage apparemment paradoxal d’une mise à distance des faits et d’un engagement profond pour les causes.

Tout d’abord, redisons-le, les nationaux-révolutionnaires évitent comme la peste le romantisme, fils des Lumières et porteur d’une musique enivrante mais trompeuse. La vie n’est pas un roman, la vie est un combat acharné, une lutte brutale qui demande la mobilisation totale du corps et de l’esprit. L’engagement doit résulter d’un processus décisionnel aussi complet que direct et donc fondé sur une formation et des connaissances profondément labourées. Car sans formation et compréhension logique, étayée du réel, l’engagement se résume vite au bougisme, à la prise de position réflexe, pavlovienne. C’est ce que l’on a pu lire ces derniers temps : « La Russie est contre l’hégémonie américaine, Poutine est pro-syrien et anti-musulman, donc je le soutiens ». Ou encore : « La Russie veut écraser le peuple ukrainien par l’intermédiaire d’oligarchies corrompues, c’est aussi un impérialisme, donc je soutiens les nationalistes ukrainiens ».

Ces deux déductions comportent chacune leur part de vérité mais pèchent par des simplifications idéales, voire idéalisées qui plus ou moins consciemment visent à faire coïncider au mieux les aspirations  rêvées de leurs auteurs avec le réel. La raison en est l’impérieuse nécessité, la puissante attraction du temps. Il faut se positionner vite, choisir tout de suite, montrer le camp auquel on appartient, lever son drapeau et défendre sa position … la plupart du temps d’ailleurs contre un camarade, ce qui frise le non-sens.

Il y a dans cette cavalcade partisane comme un abandon à la modernité dans ce qu’elle a de plus viral : le temps zéro. Toute stratégie, toute philosophie politique, tout militantisme conscient et toute weltanschauung exprimée ne peut que se fonder sur une temporalité longue. Ceci ne signifie en aucune manière la tergiversation ou une prudence excessive, mais seulement la volonté de résister aux sirènes des propagandes médiatiques croisées, aux rumeurs toujours plus folles, aux engouements aussi séduisants que creux. La civilisation européenne porte en elle cette distance, cette mesure et ce détachement. C’est l’hubris des anciens Grecs, la distance intérieure d’Evola ou de Junger.

Pas de romantisme donc, pas de démesure non plus. Nécessité aussi de recourir à la longue mémoire, à la temporalité et à la recherche détachée des faits, implications et ressorts cachés d’un phénomène.

Observation, connaissance mais aussi principes.

Et les principes des nationaux-révolutionnaires sont clairs : Non-alignement, cause des peuples, méfiance et défiance vis-à-vis des impérialismes, objectifs politiques de puissance, socle européen, préservation des intérêts nationaux français, opposition de l’organique au systémique, rejet de l’occidentalisation du monde, opposition farouche et résolue aux Etats-Unis comme puissance et culture, lutte contre le marxisme - forme symétriquement consubstantielle du capitalisme,  promotion d’une troisième voie organique solidariste et justicialiste.

Si l’on considère les évènements qui secouent l’Ukraine à l’aune des principes évoqués ci-dessus, on peut alors dégager une position claire est positive, une position de principe.

D’abord, reconnaitre par le prisme historique que l’Ukraine est une réalité, un ethnos qui cherche à fonder un Etat-Nation. Nation sans Etat aurait dit Jean Mabire, ardent défenseur de l’Ukraine tout comme Maurice Bardèche. De fait, par-delà les vagues de colonisation et l’occupation du territoire, une majorité d’ukrainiens (ukrainophones ou russophones) se reconnaissent « de souche » dans les sondages (2001, 2004, 2009 et 2011), à hauteur d’environ 63% de la population. L’Ukraine existe, au grand malheur de ceux qui la nient. Soutenir le droit du peuple ukrainien à se gouverner en toute indépendance ne relève pas dès lors d’une quelconque forme de romantisme mais au contraire d’un réalisme historiquement étayé.

Ensuite, si l’Ukraine souhaite son indépendance, elle ne peut le faire sans prendre en compte sa minorité russe et celle plus grande des ukrainiens russifiés. Il appartient donc au peuple ukrainien d’opérer un difficile sursaut patriotique propre à unifier les composantes de son espace.

De même, la Russie, voisin puissant aux tentations inquisitrices, doit faire la démonstration de sa nouvelle politique tant vantée par le Kremlin. Car, si l’on peut saluer les positions courageuses d’un Vladimir Poutine sur certains grands dossiers de politique internationale (on pense ici bien sûr à la Syrie) ou sur de grandes lois de politique intérieure, on ne peut miser inconsidérément sur la Russie comme champion de la multipolarité, du non-alignement. La Russie fait incontestablement contrepoids aux menées américano-sionistes, c’est un fait. Mais son positionnement géographique eurasiatique, sa géopolitique, son histoire et son passé soviétique ne la conduisent absolument pas à la multipolarité mais a un comportement dominant voir hégémonique propre à créer une bipolarisation naturelle entre elle et son opposant de l’ouest. Dans ce cadre, la Russie « gère » son étranger propre avec un paternalisme parfois pesant et menaçant. Les Baltes, les Bélarussiens et les Ukrainiens en savent quelque chose.

Préserver un non-alignement consiste dès lors à mesurer l’évolution de ces rapports et à propager une option plus contractualiste de ces relations, faite de respect mutuel et d’égalité de traitement. Faute de quoi, on sera amené à considérer la politique Russe de proximité comme une forme asymétrique d’impérialisme. La Russie a le choix dans ces dossiers, celui de pouvoir modifier les rapports avec les pays qui l’environnent et préserver des liens privilégiés, sereins et salvateurs. L’autre option, celle du rapport de force conduisant irrémédiablement les pays ex « satellites » au pire, c’est-à-dire dans les bras de l’ennemi bruxello-américain.

Lequel ennemi est toujours prompt à la destruction, en perpétuelle embuscade, fomentant contre la Russie et l’Europe des pièges, des trappes, des opérations false-flags dans le seul but de déstabiliser une région, des économies, de fragiles équilibres ethniques ou religieux. Bien sûr qu’il est à l’œuvre en Ukraine, cela nous le savons et cela les nationalistes ukrainiens le savent. C’est à eux de jouer contre cet ennemi mortel, notre principal ennemi : l’Amérique. Nous, nous ne pouvons que dénoncer l’ingérence américaine, montrer ses vecteurs d’attaque. Le sort de l’Ukraine ne nous appartient pas.

Ce qui nous appartient en revanche, c’est de poser la question fondamentale qui doit toujours être « en quoi cela sert-il les intérêts de l’Europe, de la France ? ».

Car si l’on peut dénoncer sans ambages l’hydre étatsunienne et reconnaitre le caractère naturellement plus engageant – au moins en surface – de la politique russe ; c’est un pari dangereux que de consacrer la Russie alliée et protectrice de l’Europe, voire partie de cette Europe.

D’abord parce que le régime russe ne se prévaut pas d’une lutte acharnée contre le capitalisme et le libéralisme, fondant ainsi un modèle autoritaro-libéral assez semblable à ce que produit la Chine (ce qui conduit également à la répression en Russie de mouvements NR et NA).

Ensuite parce que les Russes eux-mêmes ne se définissent pas européens mais « Russes », tenant à cette particularité réelle et observable.

Enfin, parce que la doctrine de l’Eurasisme implique l’hégémonie de l’imperium russe et l’extension de la vision continentale à sa partie asiatique. En tant qu’européens, cette vision séduisante en surface, recèle d’un péril mortel. Celui de la dépossession de l’héritage gréco-romain et chrétien au profit d’un socle plus asiato-centré et donc immanquablement concurrent en terme de vision du monde.

La Russie a son destin, un grand destin. En tant qu’européens nous devons le soutenir tout comme nous devons soutenir la recherche d’un partenariat privilégié avec Moscou. Mais il nous reste un destin à accomplir le nôtre, celui de l’Europe.

Car l’Europe est certes en bien mauvaise posture, gangrénée par l’occidentalisation rampante, par les supplétifs de Washington aux commandes à Bruxelles, par l’invasion de masse en provenance d’Afrique et d’Orient (proche ou lointain), par le rachat de son économie par les pétromonarchies …

Mais l’Europe est notre berceau, notre socle et notre espace géopolitique, culturel et ethnique naturel de combat. Nous ne pouvons déroger à notre destin en cherchant ailleurs l’homme providentiel, le pays-phare qui réalisera au loin ce que semble-t-il nous sommes incapables de générer ici. Et c’est précisément parce que nous sommes conscients des limites des modèles, que nous avons l’impérieux devoir de bâtir le nôtre. Les nationalistes ukrainiens, en particulier ceux du Pravyi Sektor (le Secteur Droit de la place Maïdan) se revendiquent européens et proposent un programme de Reconquista très semblable à celui que nous formulons. En ce sens, on peut dire que leur action a quelque chose de vivifiant, comme un coup de fouet dans le champ du possible.

Il est donc temps de dépassionner le débat sur la crise ukrainienne, de cesser de l’essentialiser, de le ramener à ses dimensions réelles qui sont celles de nos intérêts propres.

Saluons la vitalité renaissante de la Russie, saluons également le courage et la ténacité des nationalistes radicaux ukrainiens qui ont impulsé une révolte du peuple contre l’oligarchie corrompue nous montrant par-là la direction à suivre.

Et surtout ne perdons pas de temps à gloser infiniment sur les mérites de telle ou telle alliance hypothétique, tel ou tel allié/leader fantasmé. Nous y perdons beaucoup d’énergie, sans parler des facteurs éventuels de divisions, de nouvelles fractures que nous créons par nos prises de positions extrêmes. Il est pourtant vital pour notre survie et à long terme pour le développement de nos idées que nous soyons enfin capables d’exprimer une troisième voie géopolitique fondée sur nos intérêts propre, ceux de l’Europe que nous voulons, ceux de la France que nous aimons.

Revenons donc au réel, revenons à nos principes.

Arnaud de Robert pour le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

24/02/2014

Chronique de livre: Stefano Fabei, Le faisceau, la croix gammée et le croissant

 Chronique de livre:

Stefano Fabei, Le faisceau, la croix gammée et le croissant, Akribéia, 2005.

livre 1.JPGLes éditions Akribéia avaient eu la bonne idée de traduire il y a quelques années cet intéressant livre de l’historien italien Stefano Fabei, paru initialement en 2002. Fabei est un spécialiste du monde musulman et des relations que celui-ci a entretenu avec les puissances de l’Axe avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale.  Dans Le faisceau, la croix gammée et le croissant, sont présentées dans le détail les relations qui se nouèrent entre les Arabes et l’Islam d’une part et l’Italie fasciste et l’Allemagne Nationale-Socialiste d’autre part. Ces relations furent très nombreuses et l’auteur apporte sur celle-ci un éclairage très détaillé, fruit d’un colossal travail de recherche dans les archives de nombreux pays. Le livre fourmille de détails et il serait évidemment impossible de tous les recenser ici, nous nous attacherons donc à ce qui nous paraît être l’essentiel.

Les nationalistes arabes avaient combattu l’Empire Ottoman avec l’Entente durant la Grande Guerre, pensant qu’ils obtiendraient à l’issue de celle-ci leur indépendance. Las, le traité de Sèvres (1920) remplaça la tutelle ottomane par celle de la France et de l’Angleterre qui obtinrent des mandats sur cette zone (Syrie, Irak, Palestine, Liban, Arabie) au nom de la Société des Nations. Les nationalistes arabes rêvant d’indépendance furent donc très mécontents de la tournure des évènements, ce qui les poussa à chercher des soutiens ailleurs. Soulignons que ce combat pour l’indépendance fut, dans les années qui suivirent, le principal moteur de l’intérêt que portèrent les nationalistes arabes à l’Italie fasciste et à l’Allemagne Nationale-Socialiste, même si il n’en fut pas le seul facteur et que des accointances idéologiques jouèrent également leur rôle.

Le nationalisme arabe trouva dans le fascisme des origines une sympathie à son égard que l’on peut expliquer par l’existence d’un courant anti-impérialiste au sein de celui-ci. Au début des années 1920, le mouvement fasciste soutient explicitement la lutte pour l’indépendance des Arabes. D’Annunzio et Mussolini n’hésitent pas à témoigner de leur sympathie aux mouvements de libération luttant contre les Anglais ou les Français et se proclament partisans de l’indépendance des pays arabes. Le Parti National Fasciste en fait en même en mai 1922. L’intérêt officiel porté par le PNF au nationalisme arabe va ensuite s’essouffler à cause principalement d’une frange très hostile aux idées pro-arabes (et qui le restera par la suite) : les catholiques, les conservateurs ainsi que les milieux monarchistes proches de la Cour. Cela n’empêchera pas Mussolini de témoigner de son soutien de principe aux Arabes. Ce n’est qu’à partir de 1930 que l’Italie fasciste nouera de vrais contacts avec les nationalistes arabes par le biais d’une politique dynamique portée par une action culturelle et économique dirigée vers le monde arabo-islamique. L’Italie veut propager dans les pays arabes une image positive et se rapprocher de ceux-ci. Cela se traduit par le développement de l’Instituto per l’Oriento, la publication dès 1932 du journal L’avenire arabo, la création d’une radio arabe… Alors que l’Italie développe une propagande explicite envers le monde arabe, elle entretient dès cette époque des liens avec des personnalités telles l’émir druze Arslan mais surtout avec le fameux Hadj Amine el-Husseini, Grand Mufti de Jérusalem, autorité religieuse et combattant infatigable de la cause arabe qui sera l’une des figures principales jusqu’à la fin de la guerre des relations entre l’Axe et les musulmans. Entre 1936 et 1938, Le Grand Mufti arrivera même à obtenir de Rome une aide financière dans sa lutte en Palestine contre les Anglais et les Juifs : la Grande révolte arabe. Rome, dans la seconde moitié des années 1930, a donc une politique arabophile dont l’un des buts majeurs est de renforcer son influence sur l’aire méditerranéenne et de faire pression, par l’intermédiaire des Arabes, sur les intérêts anglais et français. Cette pression était toutefois mesurée par le désir de ne pas trop envenimer les relations avec Londres et Paris, ce qui explique par exemple qu’aucune arme ne fut envoyée en Palestine malgré les demandes du Grand Mufti.

L’Allemagne de cette époque entretient elle aussi de bonnes relations avec les nationalistes arabes. Si la question arabe était quasiment absente des centres d’intérêt du National-Socialisme des origines, il en est tout autrement dans les années 1930. Hitler se présente tôt comme un allié des Arabes dans leur lutte contre les Juifs et il partage avec Himmler bien des positions islamophiles. Les convergences idéologiques entre National-Socialisme et Islam sont en effet non négligeables : le danger représenté par la haute finance et l’usurocratie juive doit être combattu, les ennemis sont communs (Marxisme, Juifs…), le pouvoir du chef doit prévaloir sur la farce électorale que constitue la démocratie… Dès 1934, la propagande véhiculée par l’Office de Politique Extérieure d’Alfred Rosenberg envers les pays musulmans, tant du Maghreb que du Moyen-Orient, est intensive. L’Allemagne veille dans le même temps à sérieusement développer ses relations économiques avec les pays arabes. Sur son propre sol, elle accueille de nombreux étudiants et offre une situation privilégiée aux arabes résidants qui sont loin d’être des parias dans le Reich et ont de nombreuses associations et comités. Les Allemands firent d’ailleurs leur possible pour éviter toute forme de racisme à l’encontre des Arabes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Reich. Il faut bien dire que ces derniers avaient pour Hitler et le nazisme une grande admiration. Admiration qui s’explique par les convergences décrites plus haut mais aussi par la personnalité d’Hitler vu comme un champion de la lutte contre les Juifs (les lois de Nuremberg avaient été très bien accueillies par l’opinion publique arabe) et qui apparaîtra durant la guerre comme un prophète qui allait instaurer un nouvel ordre et aider les pays musulmans à gagner leur indépendance. Dès le milieu des années 1930, Mein Kampf avait été traduit en arabe et les bonnes paroles envers les musulmans et l’Islam (de la part d’Hitler ou d’autres membres éminents du régime) n’étaient pas rares. Le fait que l’Allemagne n’avait pas, à la différence de l’Italie, de visée colonisatrice voire hégémonique autour de la Méditerranée, ne faisait que renforcer son crédit auprès des Arabes. Le seul heurt d’importance que connut l’Allemagne dans ces années avec les nationalistes arabes fut autour de la question sioniste. En effet, en vertu de la signature du Pacte Germano-Sioniste de 1933, le régime nazi soutenait ardemment l’émigration des Juifs vers la Palestine. Cela ne plaisait pas aux Arabes de Palestine et au Grand Mufti qui ne voulaient pas non plus des Juifs. L’Allemagne changea de cap en 1937 quand on réalisa que la création d’un Etat juif en Palestine devenait possible (solution non envisagée sérieusement jusque là) en vertu du soutien anglais à cette idée. A partir de ce moment, l’Allemagne, réalisant que le problème juif n’était pas seulement intérieur mais aussi extérieur et qu’il pourrait devenir très épineux à terme, se mit à soutenir plus activement les nationalistes palestiniens, premier rempart à la création d’un Etat juif en Palestine. L’Allemagne, malgré toutes les accointances qu’elle pouvait avoir avec le monde arabo-musulman, mena tout de même durant ces années, à l’image de l’Italie, une politique raisonnable visant à ne pas mettre le feu aux poudres et se garda de faire aux nationalistes arabes des promesses trop poussées sur leurs désirs d’indépendance, ce qui n’empêcha pas la création de plusieurs mouvements arabes influencés par le nazisme.

Dès le début de la Seconde Guerre Mondiale, les premières victoires de l’Axe ne font que renforcer les Arabes dans leurs sentiments pro-Allemands. C’est vers l’Allemagne plus que vers l’Italie qu’ils se tournent en considération de ses positions non-impérialistes. L’Allemagne, en effet, ne comptait pas s’investir dans les pays arabes autrement que politiquement, culturellement et économiquement. L’Allemagne avait d’ailleurs reconnu assez tôt à l’Italie la prédominance politique de l’espace méditerranéen.

livre 2.JPGRetraçant l’histoire du conflit mondial dans les différents pays musulmans (Irak, Iran, Egypte…), Stefano Fabei relate surtout le déroulement des relations entre l’Axe et les grands dirigeants nationalistes arabes que sont le Grand Mufti  et Rachid Ali al Gaylani, ancien premier ministre irakien chassé du pouvoir par les Anglais en mai 1941. Nationaliste irakien recherchant le soutien de l’Allemagne à son projet indépendantiste arabe, deux fois premier ministre du pays avant de revenir au pouvoir à l’issue d’un coup d’Etat mené par le Carré d’Or - groupe de généraux irakiens pro-nazi dont il était membre- en avril 1941, il avait fini par sérieusement gêner les Anglais… En exil en Europe, le Mufti et Gaylani (considéré comme le chef du gouvernement irakien en exil) vont tout tenter pour amener les pays de l’Axe à soutenir leur politique indépendantiste mais vont avoir à faire face à plusieurs problèmes : une certaine rivalité entre l’Italie et l’Allemagne sur la politique à mener au Moyen Orient, ce qui conduisit à d’innombrables intrigues de cour ; un refus de l’Allemagne de trop promettre trop vite et de prendre des engagements officiels clairs sur la liberté et l’indépendance des pays musulmans (pour ne pas envenimer les relations avec Vichy etc) et enfin la rivalité larvée entre ces deux grandes figures désirant chacune prendre le pas sur l’autre en tant qu’interlocuteur privilégié sur les questions arabes auprès des autorités italiennes et allemandes. Le Mufti était en effet un religieux alors que Gaylani était un laïc. Souhaitant tout deux l’indépendance des pays arabes, le premier se prononçait pour une union de ceux-ci tandis que le second soutenait l’existence de plusieurs pays. Ils s’entendaient cependant sur le fait d’aider l’Axe par tous les moyens et sur la nécessité de contrer la création d’un Etat juif en Palestine. Gaylani et le Mufti ne furent pas, au milieu de ces relations avec l’Axe, toujours cordiales mais ô combien difficiles, de simples pions et ils jouèrent le jeu des intrigues entre l’Italie et l’Allemagne en se positionnant eux aussi selon leurs intérêts directs. Notons que durant cette période, le prestige de Gaylani et du Mufti étaient grands en Europe, reçus aussi bien par Mussolini que par Hitler, ils étaient des hôtes de marque. La presse du Reich ne tarissait pas d’éloges sur le Grand Mufti, décrit comme le héros de la libération arabe et comme le principal adversaire des Anglais et des Juifs en Orient, ce n’est pas rien, n’oublions pas qu’il avait appelé les musulmans au jihad contre les Anglais en 1941… Ce fut finalement le Grand Mufti, Hadj Amine el-Husseini, qui devint de fait l’interlocuteur privilégié de l’Axe, fort de son activisme incessant envers les pays islamiques et les minorités musulmanes (en Yougoslavie par exemple). Le Mufti était très actif, que ce soit dans le développement de la propagande pro-Axe ou dans ses efforts de recrutement de combattants musulmans (il collabora notamment au recrutement de la division de Waffen SS islamique Handschar).

livre 3.JPG

La dernière partie du livre traite avec force détails des forces armées musulmanes qui combattirent aux côtés de l’Axe durant la Seconde Guerre Mondiale. En effet, dès 1941, le Grand Mufti avait appelé de ses vœux la création d’une légion arabe, il avait à cette fin démarché Mussolini et Hitler. On trouve des Arabes musulmans dès cette année-là engagés auprès de l’Axe, très majoritairement du côté allemand. Le noyau de base de ces premières unités était d’une part des étudiants arabes du Reich, formés idéologiquement, ainsi que des combattants arabes antibritanniques. Prêtant le double serment de fidélité au Führer et à la cause arabe (liberté et indépendance des Arabes), ils combattirent dans plusieurs unités au cours de la guerre et seront jusqu’à la fin aux côtés du Reich. Les musulmans d’Europe ne furent pas en reste non plus étant donné qu’à partir de 1943, sous l’impulsion d’Himmler et de son admiration des valeurs guerrières de l’Islam, la Waffen SS commença à les recruter. La division la plus célèbre fut évidemment la division Handschar formée de Bosniaques. Ceux-ci avaient leurs imams et portaient le fez. En plus des insignes nazis, ils portaient le Handschar (cimeterre) et le drapeau croate sur leur uniforme. A noter que la Handschar comportait un certain nombre de chrétiens à l’image d’une autre division SS musulmane : la division Skanderbeg, créée par Himmler en 1944 à l’instigation du Grand Mufti et composée pour sa part de Kosovars et d’Albanais. En URSS, sur le front de l’est, de très nombreux musulmans (mais pas exclusivement comme on le sait) vinrent combattre avec les Allemands : Caucasiens, Turkmènes, Tatars de Crimée… Pour ceux-ci, le but était de parvenir à défaire l’oppresseur soviétique qui les empêchait de pratiquer leur culte. Les Allemands participèrent ainsi à la réouverture de mosquées, ce qui leur amena d’énormes sympathies : plus de 300 000 volontaires musulmans d’URSS combattirent avec eux durant la guerre et pour la petite anecdote, 30 000 d’entre eux furent capturés en France à l’issue du débarquement des alliés.

Finissons sur la France où les relations entre les Allemands et les Arabes se déroulèrent sans heurts entre 1940 et 1944. A titre d’exemple, 18 000 Arabes travaillèrent pour l’organisation Todt. Un certain nombre d’entre eux avait d’ailleurs adhéré aux partis de la collaboration (RNP, PPF…). Ce qui a été dit plus haut reste valable pour la France : les nationalistes arabes, notamment algériens, présents sur son sol soutenaient l’Axe qu’ils voyaient comme un garant de la future indépendance de leurs pays. Ceux-ci avaient d’ailleurs été combattus par Blum et Daladier avant la guerre, ils cherchèrent donc eux aussi d’autres appuis. La figure la plus marquante de cette époque est Mohammed el-Maadi qui est le collaborateur de l’Axe le plus connu en France. Dès les premiers temps de l’occupation, il entre en contact avec les Allemands. Comme le Grand Mufti, il allie travaux de propagande (son journal er-Rachid –tirant à 80 000 exemplaires- appelle de ses vœux l’indépendance des pays arabes et la victoire de l’Axe) et recrutement de volontaires pour combattre les alliés. Fuyant l’avancée alliée en 1944, el-Maadi trouva refuge lui aussi en Allemagne où il fut accueilli par le Grand Mufti.

livre 4.JPG

Les causes arabes furent indéniablement soutenues par les Allemands et les Italiens. Goebbels ne déclarait-il pas durant la guerre qu’Allemands et Arabes luttaient contre la « tyrannie impérialiste et ploutocratique » du monde juif et anglo-américain ? Cependant, si les relations Arabes / Axe furent fructueuses d’un côté, elles souffrirent d’une différence de traitement entre les Allemands et les Italiens qui ne parvinrent jamais à trouver une politique commune sur cet aspect. Ces derniers voulaient renforcer leur présence en Méditerranée, ce qui effrayait bien des nationalistes arabes qui préféraient ainsi donner leur soutien à l’Allemagne qui, de son côté, refusait de donner sa parole en vain sur les lendemains incertains de la guerre. La politique arabe d’Hitler, qui ne s’intéressa que tardivement à ses débouchés réels, resta prudente trop longtemps d’une part pour ne pas mécontenter Vichy et les Italiens mais aussi car il était obnubilé par son illusion de pouvoir, un jour, trouver un terrain d’entente avec l’Angleterre. Se rendant compte trop tard de ses erreurs et de ce qu’elles avaient coûté dans les évolutions de la guerre, il déclara en février 1945 :

« L’allié italien nous a gênés presque partout. Il nous a empêchés de conduire une politique révolutionnaire en Afrique du Nord. Seuls, nous aurions pu libérer les pays musulmans dominés par la France. Le phénomène aurait eu une répercussion énorme en Egypte et dans le Moyen-Orient asservis aux Anglais. Tout l’Islam vibrait à l’annonce de nos victoires. La présence des Italiens à nos côtés nous paralysait et créait un malaise chez nos amis islamiques qui voyaient en nous les complices, conscients ou non, de leurs oppresseurs. Le Duce avait une grande politique à mener vis-à-vis de l’Islam. Elle a échoué, comme tant de choses que nous avons manquées au nom de notre fidélité à l’allié italien ! »

Stefano Fabei a écrit ici un livre d’importance et d’une grande richesse pour la compréhension de ces relations méconnues entre le faisceau, la croix gammée et le croissant. On regrettera simplement l’aspect trop détaillé de certaines parties qui perdent le lecteur entre la multitude de noms, de lieux et d’organismes divers et variés. L’auteur a depuis continué ses recherches sur ce thème et publié d’autres livres, non disponibles en français à ce jour.

Rüdiger

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

23/02/2014

Chronique musicale: Mare « Throne of the Tirteenth Witch / Spheres Like Death »

Mare « Throne of the Tirteenth Witch / Spheres Like Death » (Terratur possessions, 2013)

http://www.metal-archives.com/images/3/6/7/2/367258.jpg?2949

Alors que depuis quelques années la scène norvégienne, hormis ses quelques cultes sortis des années 90, suscitait mon désintérêt en tant que simple auditeur, celle-ci semble enfin retrouver un souffle de créativité et d'intensité. Située aujourd'hui beaucoup plus sur Trondheim que sur Oslo, la fine fleure de l'art noir Norvégien se veut désormais un ensemble de groupes dévoués à l'occulte et aux sonorités aussi lourdes que lugubres, pas mal empruntées au doom d'ailleurs. De cette nouvelle scène de l'ancienne Nidaros, Mare semble être devenu chef de file.

Comme bien souvent au sein de ce milieu, les productions assez limités des œuvres des groupes rendent bien souvent l'acquisition difficile. C'est donc dans un soucis de disponibilité que Terratur Possession nous sort, en 2013, une compilation des deux derniers EP, « Throne of the Tirteenth Witch » (2007) et « Spheres Like Death » (2010) épuisés depuis.

Musicalement, Mare est une entité produisant un black metal à l'aspect rituel sur-développé qui se manifeste dès les premières notes d'un « Nidrosian Moon Sabbath » et de ses blasts infernaux. En commençant par ce titre, le groupe impose son style : une ambiance lugubre soutenue par des rythmes tantôt agressifs, tantôt beaucoup plus mid-tempo mais toujours emplis de ténèbres insondables. C'est d'ailleurs dans ces rythmes plus lents que va se développer magnifiquement ce côté entêtant de la musique des norvégiens. Ajouté à cela, un vieux clavier tout aussi distributeur de notes fantomatiques, rappelant par moment ces sonorités de série Z qu'on pouvait retrouver dans certains albums de Beherit et l'ambiance touche à son comble (« Offerlam »). D'ailleurs il faut vraiment souligner l'excellence des passages ambiants aussi bien dans leur réalisation que dans leur disposition au sein de la succession des titres du CD.

Ce qui est surprenant avec ce disque d'ailleurs, c'est sa vision d'ensemble. Alors que pour beaucoup d'albums, piocher un titre au hasard au détour d'une écoute ponctuelle ne pose pas de soucis réels, il en va différemment pour ces deux EP. En effet, alors que chaque chanson possède son âme propre, il faut reconnaître que l'ensemble de la galette semble être la métaphore sonore d'une sorte de procession noire, d'une suite d'incantations folles déclamées par un Azazil halluciné derrière son micro. Il n'est pas difficile d'imaginer les braseros et autres encensoirs autour du chef d'un culte occulte. C'est d'ailleurs l'âme même de la musique de Mare que d'aucuns qualifierait d' « Orthodoxe ».


La production pas assez minimaliste pour en faire un énième ersatz de répondeur mais pas clairement nette pour en faire une  nouvelle galette aseptisée, permet véritablement de plonger dans ce maelström de riffs hypnotiques.

Mare est typiquement le genre de groupe immersif, doté d'une aura telle qu'il est difficile de ne pas arriver à un constat de dualité à l'issue de son écoute, soit on rentre dans la danse occulte, soit on reste totalement hermétique à cette musique. Pour les fanatiques des grecs d'Acherontas, ce disque est immanquable.

T. Spellbound

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.