Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2014

English translation of the PESTE NOIRE interview for Cercle Non Conforme

English translation of the PESTE NOIRE interview for Cercle Non Conforme Famine en-tête

1) C.N.C: What conclusions have you gathered so far in your career with Peste Noire? Do you think you’ve made any mistakes, or have things in fact gone pretty much as you would have expected?


Famine: Musically there were some failures, successes, some unlistenable and average bits; but I will always be proud of having gotten stuck in with the real action, of throwing myself in the arena even if sometimes things were a bit rushed/sloppy, when many old comrades had made great compositions without the patience, the will, the pugnacity of a pack leader and the global vision of an architect that would have allowed them to go forward as a team against physical obstacles and the egocentric, pain-in-the-arse musicians that are always trying to take all the credit without understanding anything of your approach or your universe. You must find the few good people in this little pond we call Black Metal and have no qualms about cutting out the dead wood. Nothing should hinder you, not a pair of tits, not gossip, not hard times nor the bitchy reviewers who enjoy the perversion of destroying two years work with a few lines of text. After a long day’s work recording L’Ordure à l’état Pur I learnt that Saturday night that my father had died in a motorbike accident. The Sunday morning I was in the studio recording. That’s a musician. I especially made some ‘constructive errors’ and some ‘strategic errors’ mainly related to studio production, and to the point forcing myself to play with people I didn’t like and in fact wanted to strangle, but whom I needed, or with scam labels and concert organisers. I regret nothing as I did what I did with what I had and with what I was entitled to require at the time in order to make a name for myself, as they say. Today I no longer suffer from these problems due to increased recognition achieved from around the time Ballad was released. Instead I have more choices; my acolytes are handpicked according to their skills and from their common spirit. I’ll never forget that at the start when I didn’t have a dime and lived in a region where Black Metallers were as common as coppers in a French suburb, it was a tall order to find a producer. I got suckered into selling the rights of my first two albums against a Lilliputian compensation that I never saw in return for recording in a pro studio, because the producer was a sound engineer and also a false friend. I accepted that his label didn’t go through SACEM [A French professional association collecting payments of artists’ rights and distributing the rights to the original songwriters] to avoid him being unfairly taxed, and to allow him to save money I took the risk of not being protected by this organisation, in the naive confidence of the pseudo-principles of the Black Metal underground and of a verbal agreement between men. He took advantage of the situation and didn’t pay me the microscopic fee that we agreed on (0.50 EUR per CD divided by four once the first thousand units were sold) when these early albums were doing very well, telling me that he needed that dough to repress my CDs, which is what I wanted above all. Without this abusive deal I could do little with no funds, and we were stuck with the hidden defects and chicaneries of the few producers we could find during that period. Playing with a fully capitalist principle: whoever has the funds to press your CDs and the gear to record you – basically the Capital, without which you can do nothing – make them available for you and then reap the fruits of your labour. One mustn’t cry, it’s the rules, when you haven’t got a cent or someone to borrow gear from, this is the only way to start, or you have to stop your projects if you aren’t a rich kid. And when I speak of the defects of the only producers that we could find at the time, the sound of the second album Folkfuck Folie for example was literally annihilated, particularly the vocals, because the ‘sound engineer’/producer in question didn’t know what he was doing, combining two pre-amps on the vocals, which gave the impression it was recorded in a 15 miles tunnel when in fact I had the same vocal power as on the first album La Sanie de Siècles, and I had wrecked my voice for a crappy result. The main mistakes therefore: 1) working with rapacious producers and labels (the most recent example of this is my unfortunate transatlantic deal with the Canadian label Transcendental Creations/La mesnie Amérique (R.I.P 2011-2013) https://www.facebook.com/lamesnieherlequin#!/lamesnieherlequin/photos/a.283688441779625.1073741828.283675498447586/318070788341390/?type=1&theater) 2) Accepting having to make compromises with the rare musicians that were available even though they understood nothing of my world, and who (due to their overbearing egos) wanted to run the band and make it the next METALLICA; and tolerating the input of another with regard to my production which I always wanted rusty, analogue, outdated and filthy, when the studios only understand/master clean and sanitised sounds (I’m not talking about the sound engineer for L’Ordure who really earned his bread). At least I acted and released five albums despite the often unfavourable material and human circumstances that came my way. I haven’t opened my mouth or shown off on the net by sticking up loads of photos on Facebook before actually working. Too many poseurs in Black Metal today act as rock stars in Ray-Bans after having posted their GuitarPro songs on Soundcloud. They’ve got patches, t-shirts of their group before having proven themselves. Their only motivation is the illusion of fame. Their place is in the Air Guitar contests. They forget that we began as soldier-monks when nobody knew this style, when it was ultra-obscure and it didn’t attract chicks. When we ourselves were ashamed by this style, this ugly gargoyle style, and we had to hide in order to practise it, irresistibly. I never played this music as a hobby or for narcissism. I feel that the only thing that matters for these ponces today, now that BM is more popular, is to waddle on stage in front of twenty people as if they were Axl Rose. I call it the Big Brother syndrome: wanting to be famous from sitting on the sofa; posing without working. There aren’t many musicians now who really work in the shadows at their instruments or at having a distinctive playing style; these kids learn to play primitive styles like DARKTHRONE’s and BATHORY’s and stop there, whereas in my time we hurt our fingers at 13 years old on the three Ms (MAIDEN, METALLICA, MEGADETH). More worrying, there are less and less artists who think about their music before playing it, who have an experience, who experiment with new forms such as those who forged Industrial and Batcave in the 80s, less and less Black Metallers who really build an inner world such as was the case for NUIT NOIRE (two brothers who hiked a lot at night before thinking about learning to play and form a band to reflect what they felt during those sojourns), DARVULIA and CELESTIA did back in the day, groups that I started with and regardless of their quality, had their own universe and a unique thing to say. I’m talking about a time that those under 20 cannot know about. With a few exceptions, the nowadays French scene is full of clones, copycats, embittered reviewers and butthurt forum users whose main hobby is killing off the rare groups which have the balls to be at the forefront of the genre and who do not know the effort that goes into composing, creating a world, managing a group, recording and making a living from a genre that is judged and hurriedly categorised from their soft armchair. To me these useless people have the same form as those football supporters who are blobs of gelatine and insult and judge the professional players who have a supreme physical fitness when they miss a goal. You are spiritual look-alikes to French sports journalist Pierre Ménès. Look well at your soul in this fucking mirror:

 

pierre-menes-sera-aux-commandes-de-637x0-2o-BLOBFISH-570

[Check the clash between Joey Barton and Pierre Ménès: http://www.lephoceen.fr/infos-om/decla/tweet-clash-menes-barton-ca-continue-barton-menes-ca-envoit-du-lourd-sur-twitter-111012]

You are parasites. Impotent meatballs. And I am Usain Bolt, Alexei Yagudin. Keep a fair perspective. Or show us what you can do musically. From experience, the most vehement shit-talkers are also those who release the smelliest turds. Always ask yourself: ‘Where are you talking about? What did you do? What is your legitimacy? What are your high deeds?’ to paraphrase the horrible Arno Klarsfeld [French lawyer]. And concerning the errors that sprung from the naivety of youth that allowed labels and concert organisers to bend me over under the guise of the Underground being not a business but a free passion of love and spring water, friendship and consensual sodomy, whereas Black Metal has never been so profitable as it is today (I run my own label, so I know here what I am talking about), today I operate independently and no one, apart from the French state, will make more money from my music than myself. It also concerns the concerts we are now preparing hard for at the moment. Being exploited on the back of my own baby [KPN] is an error that I will never commit during the rest of my career. Otherwise you’ll have to deal with him:

Ardraos

Click here to read more: La Mesnie Herlequin

L'entrevue en Français. ICI

21/07/2014

Les vacances dont tu ne veux pas…

Les vacances dont tu ne veux pas…

Partir en vacances coûte cher, tout le monde le sait et de nombreuses personnes ne peuvent s’offrir ce luxe. Ceux qui partent ne sont pas tous à mettre sur la même échelle et, malheureusement, les destinations qu’ils choisissent en disent souvent beaucoup sur leur mode de vie et leur condition sociale. Les riches se retrouvent entre eux à Saint-Tropez ou au Touquet tandis que les gens plus modestes choisissent plutôt Berck ou le Grau-du-roi. Ce n’est donc pas durant les congés au soleil que l’on sort de son milieu, ou très rarement tout du moins.

C’est malheureux à dire mais les beaufs restent entre beaufs pour passer des vacances de beaufs. Ils sont ceux qui ont toujours été dédaignés par les plus aisés qui leur laissent les miettes tant au niveau des destinations que des activités. Seulement, on conviendra que le fait de se complaire de miettes n’est pas une option de rêve... La condition sociale d’un individu n’est pas une finalité et elle ne devrait pas, à priori, guider tous ses choix. Or, si l’on regarde les choses telles qu’elles sont, on ne peut que se désoler du contraire et constater que la classe des prolétaires dépeinte par Orwell dans 1984 existe belle et bien… et se complait dans son existence de pacotille.

561399409.jpg

Faire un tour dans les stations balnéaires prisées par les beaufs est le meilleur moyen de s’en rendre compte. Les zombies (qui sont les mêmes que ceux du centre commercial dont nous avons parlé ici) réagissent de manière similaire, mécanique, programmée. Ils sont accoutrés de la même manière, ont les mêmes expressions bovines sur leurs visages aux yeux las et sans flamme. Ils ont les mêmes activités : la plage, les salles de jeux, la pétanque et, le soir venu, la balade dans des rues remplies d’échoppes minables proposant camelote estampillée « été », sucreries diverses et babioles soi-disant régionales. La vulgarité y est omniprésente. Les filles maquillées comme des voitures volées ne font, après tout, que suivre l’exemple de génitrices tentant encore de mettre en valeur autant que faire se peut leurs formes grasses et fatiguées à l’aide d’ignobles vêtements moulants aux coloris fluos. Même les petites filles ne sont pas épargnées dans cette course à la féminité bon marché dictée par la pub’ et les concours de petites miss qu’elles fréquentent parfois durant l’année. Quant aux hommes, ils ne dépareillent pas : short de plage, marcel et bedaine ; les fils préférant tenter de singer les rappeurs noirs qui sont leurs seules idoles…

Dans cette atmosphère se nouent les rencontres entre zombies, amicales ou amoureuses. Elles n’influeront en rien sur la vie des uns et des autres car tous sont conditionnés par un Système qui ne leur a laissé que la médiocrité tant dans leur existence que dans leurs vacances. D’ailleurs, ils ne veulent pas vivre autre chose. Alors que les congés devraient être l’occasion de voir du pays, de se cultiver différemment et de prendre du bon temps autrement, ils ne sont souvent que la partie estivale d’une vie sans objectif et régulée par des modèles mortifères qui ne relèguent les individus qu’à être des moutons doublés de consommateurs de pacotille. L’esclavage a quand même évolué, il a 5 semaines de congés par an aujourd’hui.

Rüdiger / C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

19/07/2014

Regard sur l’actualité (2)

Regard sur l’actualité (2)

Condamnation d’Anne-Sophie Leclère : une injustice manifeste

http://www.lunion.presse.fr/sites/default/files/imagecache/vdn_photo_principale_article/articles/ophotos/20131022/1915899700_B971265368Z.1_20131022180357_000_GTU1DL7SV.1-0.jpg

Anne-Sophie Leclère, ancienne candidate FN aux municipales à Rethel a été condamnée à 9 mois de prison ferme et 50000 euros d’amendes. A cela s’ajoute la condamnation à 30000 euros du FN, sans qu’on sache trop bien pourquoi. Que ce soit clair, et ce n’est pas pour faire amende honorable, je trouve ce genre de montage photo parfaitement stupide, mais un partage Facebook justifie-t-il une telle condamnation ? A l’évidence non. Mme Leclère est une commerçante, française de souche et électrice FN. Elle représente ses millions d’anonymes, ses « petits », ses « sans grades », ses vaches à lait qui en prennent plein la gueule mais doivent la fermer, dont les maladresses sont toujours durement sanctionnées. Justice anti-populaire. Justice de classe. Justice communautaire également. Une justice en Guyane, par des guyanais pour une guyanaise. Tout ça au nom des « valeurs de la république »... Et si au lieu des « valeurs », on commençait par rappeler à nos républicains patentés des principes : l’indivisibilité de la république qui oblige à l’uniformité du droit et à l’égalité devant la loi, et l’indépendance de la justice. Pas sur que ces principes fondamentaux de leur république aient été respectés… y a comme un arrière-goût de vengeance et de justice politique vous ne trouvez pas ?

Affrontements lors des manifestations pro-palestiniennes …

Un autre sujet a créé quelques remous sur la toile : les affrontements en marge des manifestations pro-palestiniennes rue de la Roquette. Voila plusieurs jours qu’à coup d’analyses basées sur des videos et des photos, certains essayent de savoir qui sont les plus méchants entre les pro-palestiniens et la LDJ. Bien que je comprenne la volonté de dénoncer la collusion entre certaines milices communautaires et les autorités "républicaines", je ne sais pas pour vous, mais je trouve cela assez secondaire. En temps que « crétin du pays réel » je suis surtout préoccupé par la radicalisation des deux factions dans mon pays. Je doute que les nervis des deux camps mettent autant d’ardeur à sauver la France et l’Europe. Par contre je vois qu’en France, en 2014, on peut s'affronter en pleine rue pour défendre des causes qui n'impactent pas directement le peuple Français. Ici encore, j’ai comme un goût amer quand je vois que le moindre militant "nationaliste" subit des foudres de la justice sans retenue et sans la moindre preuves tangibles, qu’on défonce la porte d’un père de famille survivaliste sans aucun motif valable, sur la base de simples rumeurs et qu’on colle 9 mois ferme à une commerçante française du pays réel pour un partage Facebook parce qu’elle a le malheur d’avoir été au FN. Donc je le dis sans ambages : la France n’est pas un champs de bataille où doivent s’exporter des conflits étrangers, un point c’est tout.

… et communautarisation de la société

Quand je parle de radicalisation, ce n’est pas innocent. On connaissait les juifs engagés dans Tsahal comme l’inénarrable Arno K., on a maintenant des pro-palestiniens qui déambulent tranquillement avec le drapeau islamiste (comme par exemple le drapeau noir frappé de la profession de foi en blanc) sans que la presse ne prenne la peine de le mentionner ou de s’en étonner, alors qu'elle est prompt à exagérer le moindre symbole dès que c'est dans notre bord politique. Peut-être que cela serait trop gênant quand on sait que tout le gratin de la gauche morale et anti-raciste manifeste avec eux…. Que les choses soient claires là aussi, j’ai débuté en partie ma prise de conscience politique très jeune en raison du conflit israélo-palestinien, j’ai toujours été favorable à la cause palestinienne et je considère aujourd’hui que ce qui se passe à Gaza est indigne, mais là encore on ne peut que renvoyer dos à dos les (ultra) sionistes et les islamistes: nous n'avons pas à choisir. Je suis favorable à ce qu’on soutienne les gazaoui et à une politique arabe au Moyen Orient dans la plus grande tradition française, mais mon avis sur le sujet ayant peu de chance de faire évoluer la situation sur place, je m’en tiendrais simplement à refuser de cautionner des alliances contre-nature avec le pire des deux camps et je vois surtout que la France se communautarise à grand pas. On peut le déplorer ou s‘en féliciter, la question n’est pas là, c’est juste un fait et il serait temps d’arrêter de se mettre des œillères.

safe_image.php?d=AQD_AjJAVoSvklNj&w=484&h=253&url=https%3A%2F%2Ffbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net%2Fhphotos-ak-xfp1%2Ft1.0-9%2F10418975_298101087036255_6091507536933309426_n.jpg&cfs=1&sx=0&sy=9&sw=586&sh=306

Les primes des footballeurs pour Gaza : intox

La coupe du monde a encore été source de nombreuses intox. Pour faire un lien avec le sujet précédent, la grosse intox vient des « dons à Gaza » qui concernerait l’équipe d’Algérie. Diffusion virale de l’info, reprise dans des médias « sérieux », tweets, commentaires Facebook et puis… rien. Des communiqués sont venus démentir rapidement l’info concernant l’équipe d’Algérie, les propos de l’attaquant Islam Slimani ayant été déformés. Mais comme une fois n’a pas suffit, rebelote avec Mesut Özil, le meneur de jeu de l’équipe d’Allemagne d’origine turque. Là encore, rédaction d’articles creux et puis encore un démenti. En réalité le joueur a versé une partie de ses primes à un orphelinat brésilien. Cette intox est emblématique de la façon dont circule l’info aujourd’hui, y compris chez les "dissidents" et dans la "réinfosphère" : une rumeur, un propos mal interprété et la viralité du web fait le reste. Ajoutez à cela l’incompétence journalistique, le besoin de buzzer, la capacité pour les uns et les autres de voir le monde comme ils aimeraient qu’il soit et non comme il est, et vous avez tous les ingrédients des « hoax », des « fake » et autres intox en tout genre. Cet avertissement doit conduire à une règle d’or : pas de commentaires à l’emporte pièce sur des faits non établis.

A la fin, c’est l’Allemagne qui gagne

Autre mensonge grossier : l’Allemagne devrait sa réussite au multi-culturalisme. En fait c’est un faux débat porté par des gens dont la connaissance du monde du football est limité. D’une part c’est un fait que les équipes ethniquement européennes réussissent globalement mieux que les autres (Espagne, Italie, Allemagne et même… Argentine), ensuite c’est oublier que le multi-culturalisme de l’équipe d’Allemagne est assez relatif avec trois joueurs d’origine extra-européenne (Boateng – Ghana, Özil – Turquie et Khedira – Tunisie). Cependant, pour éviter de tomber a contrario dans un essentialisme réducteur, il est important de souligner que l’homogénéité ethnique est une condition nécessaire mais non suffisante. Il est impossible de mettre de côté les choix de la fédération allemande de football en matière de développement car les progrès de la Nationalmannschaft vont de paire avec les progrès des clubs, la modernisation des stades, de nouvelles politiques de formation, la priorité donnée au jeu collectif et technique, le tout porté par une Allemagne puissante économiquement. Aussi, si on analyse les résultats en coupe du monde, l’Allemagne est bien placée à chaque compétition et a souvent eu le malheur de tomber sur le futur vainqueur ; Brésil en 2002 en finale, Italie en 2006 en demi-finale et Espagne en 2010 en demi-finale. C’est presque valable pour l’Euro, l’Allemagne est battue en finale en 2008 par l’Espagne et en demi-finale par l’Italie (qui finie 2e) en 2012. En réalité le foot allemand est (était ?) avec le foot espagnol le meilleur d’Europe depuis une dizaine d’année et il se base d’abord et avant tout sur un projet de jeu, sur l’intelligence, le collectif et la technique utile. L’Allemagne n’a que faire du « mulikulti », elle intègre dans son collectif les joueurs allogènes qui adhèrent à son projet, les autres n’étant pas sélectionnés. L’Espagne a fait pareil, en intégrant à chaque compétition un joueur brésilien (Senna puis Diego Costa). Il faut tout simplement se rendre à l’évidence : les équipes de foot 100% homogènes n’existent presque plus en Europe mais souvent les joueurs ne sont sélectionnés que si ils le méritent et que si ils ne dénaturent pas le projet collectif, un moindre mal?

Jean/C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Soutenir Anne-Sophie Leclère: Solidarité pour tous

Soutenir Gaza : Solidarité Identités (en italien)

17/07/2014

Coca-Cola: entre boycott et alternatives locales

Coca-Cola: entre boycott et alternatives locales

http://p0.storage.canalblog.com/08/69/1111121/97052851_o.jpg

La filiale espagnole de la marque Coca-Cola a annoncé un énorme plan social le 22 janvier 2014, prévoyant la fermeture de quatre usines et le licenciement de plus d’un millier de salariés. Peu concernée par la terrible crise systémique espagnole et le taux de chômage endémique ibérique, la grande firme internationale Coca-Cola n’a pas fait dans le détail.
 
La réponse ne s’est pas faite attendre. D’abord de manière assez classique avec une grève et des manifestations, puis de façon plus originale avec un appel au boycott des produits de la marque, comme l’indique un article du site internet de Courrier International en date du 18 juin 2014. Le slogan des salariés espagnols de Coca-Cola, patriotique et social, est éloquent : « Si Madrid ne fabrique plus de Coca-Cola, Madrid n’en boira plus. ». Une belle démonstration de patriotisme économique par la base, puisque les états européens sont défaillants à protéger leurs économies des circonvolutions des groupes prédateurs venus d’outre-Atlantique.
 
On pouvait douter du succès d’une telle initiative dans une Europe américanisée accro aux boissons gazeuses et trop sucrées du géant américain. Et pourtant, la consigne a été largement suivie par le peuple espagnol, et particulièrement dans les régions du centre (Vieille Castille, La Manche, Estrémadure et Madrid). Le journal espagnol El Economista a révélé que les ventes de la marque avaient diminué de moitié en Février, par rapport aux chiffres de l’année 2013. Il s’agit même de la plus grosse chute jamais enregistrée par la marque ! Le boycott a donc porté un dur coup à cette entreprise hégémonique, au combien symbolique de la globalisation sans visage. Un coup durable car les experts estiment même que les ventes ne devraient pas remonter avant 2017, ce dont on peut se réjouir franchement.
 
Quelle meilleure arme contre ces entreprises américaines apatrides qui licencient dans notre Europe en crise que de boycotter leurs produits ? C’est le seul langage qu’ils peuvent comprendre, et puis ne sommes-nous pas suffisamment compétents pour produire nous-mêmes des boissons gazeuses de qualité plus respectueuses de la santé (et tout aussi addictives) ?

L’idée des manifestants espagnols est donc brillante car d’une efficacité redoutable. Imaginons une telle chose à l’échelle européenne, ce serait un moyen de nous faire respecter, de montrer que nous ne sommes pas de dociles moutons de panurge prêts à acheter tout ce que l’on nous demandera. Nous devons montrer toute notre opposition à la laideur et à l’infamie qu’ils nous imposent, mais le faire réellement plutôt qu’en protestant dans le vide. Voilà donc une bonne initiative, mais elle ne saurait être durable en raison de la nature même du capitalisme contemporain qui génère des pseudo-besoins désormais si ancrés dans nos comportements quotidiens qu’ils nous semblent naturels.  Annihiler l'"envie de Coca", ou plus généralement l'envie de marques, est impossible à grande échelle dans le monde contemporain.

                                                                                      ***
 
Jean Baudrillard, grand observateur de l’aventure américaine, trouva dans « La Société de Consommation », une exacte définition pour l’horizon de l’homme contemporain : « homo oeconomicus ». Il précise cette notion comme « fossile humain de l’âge d’or, né à l’ère moderne de l’heureuse conjonction de la Nature Humaine et des Droits de l’Homme, est doué d’un intense principe de rationalité formelle qui le porte : 1- A rechercher sans l’ombre d’une hésitation son propre bonheur ; 2- A donner sa préférence aux objets qui lui donneront le maximum de satisfactions. Tout le discours, profane ou savant, sur la consommation, est articulé sur cette séquence qui est celle, mythologique, d’un conte : un Homme, « doué » de besoins qui le « portent » vers des objets qui lui « donnent » satisfaction. Comme l’homme n’est jamais satisfait (on le lui reproche d’ailleurs), la même histoire recommence indéfiniment, avec l’évidence défunte des vieilles fables ».
 
Le sociologue français conceptualise un homme de besoins, un homme qui a le « droit » de « satisfaire » à ses besoins. Les « besoins » dont il s’agit, ne sont pas d’ordre naturel comme manger ou dormir à l’abri, mais bien des « besoins » d’ordre symbolique et répondant à des critères de confort annexe ou à l’hédonisme ludique. En somme, nous sommes infantilisés, tels le chien de l’expérience de Pavlov nous voulons notre Coca car son gout est étudié pour nous plaire. Et il n'est pas réaliste de penser pouvoir supprimer tous ces pseudo-besoins aux peuples d’Europe. Qui en « révolte contre le monde moderne » pourrait se priver de facebook ou n’a jamais déjeuné sur le pouce au Mac Donald ? Il nous faut d’abord faire notre examen critique et comprendre que loin d’être des personnalités extraordinaires hors du monde et de ses tentations, nous sommes, nous aussi, pleinement parties prenantes de ce monde moderne que nous critiquons.

http://www.breizhcola.fr/images/index/breizh-cola.jpg
Alors plutôt que de lutter frontalement contre un ennemi plus fort, nous devons nous adapter et pratiquer l’aïkido, c’est à dire retourner sa force de séduction contre lui même, produire des ersatzs de meilleur qualité que les produits de consommation de masse qu’ils nous imposent. Le but est de contourner ce système. Coca-Cola jouit d’une situation quasi monopolistique sur son secteur de marché malgré les initiatives de boissons régionales comparables, tel le « coca » breton Breizh-Cola, ces boissons n’arrivent pas encore à bousculer comme il le faudrait le géant américain mais elles doivent plus que jamais être soutenues. Elles donnent du travail aux européens vivant en zone rurale, elles font aussi travailler les agriculteurs locaux, enfin, et peut être plus important, elles affirment un enracinement local défiant l’autorité centrale. La lutte contre le TAFTA et le TISA passe par plus d’intelligence économique et d’innovation, au delà d’une future mise au pas de la finance spéculative qui n’est pour l’instant qu’un vœu pieux. Dans le Lot un brasseur produit la bière Ratz (je vous la recommande), après deux années de galères noires, il exporte désormais son produit dans tout le grand sud ouest sans le soutien d’aucune grande chaîne de distribution.

A nous désormais, de trouver les clés pour proposer une alternative au modèle consumériste imposé. Une troisième voie qui soit ancrée dans le présent tout en rejetant les manifestations les plus creuses et nihilistes du monde moderne. Nous ne sommes pas des réactionnaires, nous sommes des hommes d'action.

Frédéric de Grimal/C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

12/07/2014

Regard sur l'actualité

Regard sur l’actualité…

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b6/Odin%27s_ravens_right.PNG

Varg Vikernes condamné

Comme c’était à craindre, le musicien norvégien Varg Vikernes a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 8000 € d’amendes par la 17 e chambre correctionnelle. Pour nous qui suivons cette affaire depuis le départ, nous ne pouvons qu’être atterrés par une telle décision qui ne repose que sur du vent et les discours emphatiques des professionnels de l’indignation. C’est en tout cas la démonstration que la justice n’a plus comme raison d’être que de punir les récalcitrants au projet libéral mondialiste. Espérons simplement que cette décision n‘en entrainera pas d’autres et que Varg Vikernes pourra désormais tranquillement élever ses poules et planter ses salades en Corrèze. Et composer de la musique.

Une institutrice assassinée….

Fabienne Terral-Calmès, 34 ans, a été assassinée par une dénommée Rachida, qui aurait des troubles psychiatriques. Combien y a-t-il chaque année de professeurs qui sont agressés par des parents « mécontents » ? Entre enfant roi, déficience psychiatrique, dénigrement de la profession, citoyen-client et un zeste de déterminisme culturel, il n’est pas bien compliqué de se douter que nombreux sont les drames dont on ne parle jamais comme ces jeunes enseignantes molestées à qui l'on demande de garder le silence… L’omerta est devenue la règle dans l’Education nationale et il faut attendre des drames comme celui-là pour se dire que peut-être ce n’est pas un métier facile et que quelque soit aujourd’hui le lieu où l'on enseigne, on peut se faire agresser.

… et une régularisation à la clef

Edifiant aussi, le profil de cette enseignante qui œuvrait à la régularisation d‘une famille africaine. Et c’est ainsi qu’en sa mémoire, la régularisation a été acceptée. Moins d’insécurité mais toujours autant d‘immigration. C’est ça le programme et c’est pour ça qu’on devrait agir ? Cette affaire est la preuve qu’on peut-être victime de la violence quotidienne sans que cela ne conduise à une prise de conscience sur l’immigration. Si les deux sujets peuvent être liés, il faut être prudent lorsqu’on aborde l’un et l’autre. Lier la sécurité et l’immigration, cela peut aussi faire le jeu de la droite sécuritaire et de l’immigration choisie. C’est aussi mettre sur le tapis le contrôle de la population (caméra, etc…). Nous, on ne veut pas plus de flics, plus de caméras, plus de répression contre tout ce qui trouble la quiétude des « bons Français », on veut la remigration.

Femmes, viols et violences

A la suite des agressions dont ont été victimes des jeunes femmes, j’ai lu un chiffre édifiant, en France il y aurait 75000 viols par an et pas loin de 200000 tentatives ! Une femme se ferait violer en France toutes les 7 ou 8 minutes ! Ces chiffres sont particulièrement inquiétants et nous concernent tous. Cela sans compter les agressions multiples et répétées, les insultes et tous les comportements grossiers et outranciers dont sont victimes les femmes. Qu’il y ait certaines femmes avec des comportements inappropriées, c’est un fait, mais il faut arrêter de nous faire croire que les victimes sont forcément des « chaudasses qui l’ont bien cherché ». En réalité de tout ça, les femmes en parlent peu, souvent par crainte d’être jugées ou qu’on les culpabilise. Il faut à l’inverse être à l’écoute de sa femme, de ses filles ou de toute personne de votre entourage, et vous verrez que pour certaines femmes c’est un véritable enfer quotidien. Pour conclure, il me semble aussi qu’il est impossible d’avoir certaines attitudes vis-à-vis des femmes quand on prétend être un militant de la cause européenne. Réfléchissez-y.

Le sport pris en otage

C’est une grande habitude, les événements sportifs sont l’occasion d’une intense propagande dont les sportifs sont parfois les relais zélés. Au Brésil, tout a été fait pour retarder l’échéance. Cette pitoyable équipe du Brésil, la plus mauvaise jamais vue dans l’histoire de ce pays, aura tout de même atteint les demi-finales pour occuper les esprits. « Samba », « capoeira », « soleil », « plage » nous ont été vendus pour un tableau bien clichesque de ce pays dont la réalité est pourtant moins glorieuse : misère, épuration sociale, police militaire, police privée, manque de perspective pour la jeunesse, déforestation, OGM, … il concentre le pire de la mondialisation. Nous saluons son élimination et nous espérons de grandes et belles révoltes populaires dans ce pays. Nous espérons aussi que nos adversaires se rendront compte que les campagnes anti-racistes de la FIFA ne sont là que pour masquer son mépris des luttes populaires et de l’exploitation des travailleurs. C’est l’illustration éclatante que l’anti-racisme est un combat pour tartuffes alors que le vrai combat est toujours le même : contre l’oligarchie mondialiste qui assassine  les peuples.

Les affaires de l’UMP

Pendant que le foot occupe les esprits (26 millions de téléspectateur pour France – Allemagne d’après un dernier chiffre). L’UMP se déchire sous fond de magouilles en tout genre. Un tel niveau de magouilles n’a d’ailleurs me semble-t-il jamais été vu. On parle aussi d’une dette de 75 millions d’€. Une paille, en somme. Cette affaire ne fait que démontrer, et au fond les politiciens de droite, comme de gauche, le savent, les limites du système. Non seulement les sommes utilisées pour pérenniser leur pouvoir, leurs intérêts et donc leur système sont de plus en plus fortes pour des résultats peu reluisants mais cela traduit également l’impossibilité d’une démocratie véritable puisque seuls les plus riches (et non les plus avisés ou les plus talentueux) et ceux à qui l'on veut bien prêter peuvent faire de la politique. Ce système conduit donc inévitablement au copinage, aux collusions, aux conflits d’intérêts, … je ne sais pas comment font encore les électeurs pour voter pour ces partis, mais je ne peux pas rationnellement envisager que cela va pouvoir durer encore longtemps. Si l’argent a pu être source de mobilité sociale (parce que le système y avait un intérêt) il est aujourd’hui facteur de sclérose de la société.

Jean / C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

10/07/2014

Unité et diversité: nature, culture et politique

Unité et diversité: nature, culture et politique
Insectes_copie.jpg

 

Le rapport entre la diversité et l’unité est un classique des débats philosophiques, politiques, scientifiques ou religieux. Nos représentants valorisent par exemple la diversité en même temps qu’ils vantent l’unité nationale républicaine.

Ainsi la république française est « une et indivisible », le slogan de l’Union européenne n’est autre que « Uni dans la diversité », telle personnalité politique appelle à « l’unité de la gauche », là où d’autres prônent « l’union des droites », « l’unité des nationaliste » ou même « l’unité des dissidents ». Le christianisme ou l’islam veulent réaliser l’unité spirituelle de l’humanité, diffusant la croyance en un seul dieu qui a pris la place de plusieurs dieux. Les hommes ont pu se questionner, dès la plus lointaine antiquité sur l’unité ou la diversité du divin.

Si on observe la nature, c’est évidemment la diversité qui apparaît. Diversité des formes, des couleurs, des tailles, des textures. Diversité des fonctions. Diversité des être vivants, des habitats, des organisations sociales, des modes de reproduction. La « nature » est diverse. Mais elle est comprise dans un « tout », la planète Terre, qui est unique. L’humanité aussi est diversifiée, les types ethniques, les couleurs de peau, de cheveux, d’yeux, les tailles, les façons d’habiter, de percevoir le monde, les langues, la cuisine, la musique, les religions, les philosophies, l’organisation sociale, ici aussi nous sommes face à une grande diversité. La diversité est naturelle, la diversité est humaine et le temps, comme l’espace, produisent toujours plus de diversité. Ainsi le latin a donné naissance à un grand nombre de langues par exemple. En changeant d’échelle, nous pouvons aussi constater la diversité au sein de l’Univers : diversité des planètes, des corps célestes, par exemple.

L’unité c’est le contenant, la diversité c’est le contenu. L’univers contient les planètes et les corps célestes, la Terre contient la faune et la flore, et l’humanité se divise en différentes ethnies ou cultures. Ce ne sont que des exemples. Au sein de ses entités la question du rapport entre la diversité et l’unité se pose également. En effet, chaque personne est différente. Les hommes ont donc cherché dans leur processus de socialité à unifier, de la famille à l’empire en passant par la cité ou le royaume.

En effet le rapport entre l’unité et la diversité ne peut faire l’économie de la question de la complémentarité, de la solidarité, de l’entraide et de la coopération. La diversité est un système qui permet la pérennité du vivant. La mort elle-même s’inscrit comme une nécessité pour le bon fonctionnement du vivant. Que ce soit la complémentarité entre espèces et même entre la faune et la flore, la solidarité entre des êtres vivants, l’entraide au sein d’une communauté ou la coopération entre deux groupes sociaux, tout cela participe à la continuité du vivant, mais aussi à l’évolution. Contrairement à un cliché qui voudrait que le plus fort survit et que le plus faible meurt, il serait plus logique de constater qu’il existe une multitude de formes d’adaptations et d’évolutions. Ainsi un troupeau de gnous est en mesure de mettre en déroute un lion, mais un gnou isolé risque de servir de repas au roi des animaux. La force de l’un réside dans ses capacités physiques et son instinct de prédateur, là où les autres survivent grâce à la solidarité du groupe. Les lions peuvent eux-mêmes répondre à cette stratégie par leur propre solidarité de groupe. Ainsi la diversité permet la mise en place d’une société organique, au même titre que chaque organe a une fonction dans notre corps, chaque personne peut avoir sa fonction dans une société et chaque être vivant sur Terre. Cette société organique a toutefois dans le cas des êtres humains conscience d’œuvrer pour le « Tout » matérialisé par l’Etat.

C’est donc l’Etat qui historiquement réalise l’unité dans les sociétés humaines par nature diversifiée. Nous pourrions trouver un certain nombre d’exemples tout à fait édifiant. Le Pharaon, l’Empereur romain, le roi absolu sont par exemple des figures qui incarnent l’État et sont garantes de l’unité. Nous pourrions songer également au Pape dans l’Église catholique qui est la figure unitaire de l’Église alors qu’il est possible d’être catholique de différentes façons. Les différentes institutions, liées ou non à l’État, ont toujours pour objectif de favoriser l’unité, ainsi l’État doit favoriser l’unité des citoyens, l’Église, celle des croyants. Cela sans pour autant nier leur diversité. Pour faire simple, si la diversité est un fait de nature et de culture, l’unité est politique. C’est l’action politique qui favorise l’unité d’un groupe humain à travers des institutions. La diffusion de l’écriture, les lois ou la conscription sont autant d’éléments vecteurs d’unité. Le fait de partager la même langue, les mêmes lois et de servir militairement la même entité politique ont pour effet de créer l’unité. Ainsi, bien que l’unité soit le fruit de l’action politique, elle nécessite aussi souvent un ennemi, contre le lequel s’agrège la communauté. Chez les animaux, l’attaque du lion va nécessairement créer une solidarité entre les gnous qui n’existerait pas dans un contexte de paix. Il en est de même pour les communautés humaines, c’est dans l’adversité qu’elles prennent conscience de leur unité, c’est ce qui explique aussi le communautarisme et la forte solidarité qui règne chez les minorités. Ainsi en 1914-1918, des mouvements totalement opposés ont proclamé « l’union sacrée » contre l’Allemagne. Cela implique également souvent la désignation d’un ennemi intérieur, celui qui va gêner cette unité, comme par exemple le pacifiste en 1914. Ainsi en politique, un libéral-libertaire considèrera le nationaliste comme un facteur de désunion, empêchant l’unité de l’humanité dont il rêve, là où le militant nationaliste et identitaire identifiera souvent le libéral-libertaire, ou toute communauté constituée comme un facteur de désunion de la nation. On songera ici aux quatre états fédérés de Maurras. Les deux camps répondent donc au même schéma de pensée bien que leurs opinions et leurs idées diffèrent et sont en réalité le produit d’un jeu d’échelle.

Schématiquement, le militant anarchiste, hostile à l’État, aura tendance à rejeter ce qui nuit à la diversité, là où le nationaliste, souvent étatiste, n’a généralement que le mot « unité » à la bouche. Pourtant les deux démarches sont totalement compatibles, il est possible d’avoir une unité politique tout en ayant une diversité culturelle. Il ne faut pas pour autant en conclure qu’il serait possible d’avoir un « gouvernement mondial » préservant la diversité culturelle du monde, et ce pour une raison essentielle, les formes politiques sont propres aux différentes cultures. C’est ce qui rend l’unité politique d’ethnies et de cultures trop différentes impossible. Les formes d’unités sont donc elles-mêmes diversifiées, ce qui pourrait paraître paradoxal. C’est donc au nom de la diversité qu’il faut combattre tout projet mondialiste, les institutions étant souvent incapables d’accepter la diversité. L’absolutisme royal, le jacobinisme, le nazisme, le stalinisme ou le mondialisme ne brillent pas par leur volonté de bâtir avec la diversité, ils se sont construits contre la diversité.

La diversité en politique porte un nom : le fédéralisme. C’est un moyen de réconcilier la diversité, qui est un fait de nature et de culture avec l’unité qui est une nécessité politique. C’est pour cela qu’il ne faut être ni totalement anarchiste, ni totalement étatiste. L’Europe (ou la France) de demain aurait besoin d‘un État qui garantisse l’unité politique, mais elle aurait autant besoin de communautés autonomes et de garantir la diversité culturelle qui a toujours fait la force du continent. La renaissance italienne n’est pas la renaissance française ni la renaissance allemande ou hollandaise, par exemple. Le fédéralisme est d’ailleurs incompatible avec le totalitarisme, ce qui évacue toute accusation allant dans ce sens. Le fédéralisme est peut-être, paradoxalement, le meilleur garant de l’unité, car les communautés ont besoin d‘être respectée dans leur diversité pour accepter de donner une part d’elle-même à un ensemble unitaire selon le principe de subsidiarité.

Ce modeste exposé peut aussi nous conduire à envisager que « l’unité des nationalistes » n’est pas une impérieuse nécessité. C’est au contraire la diversité des mouvements politiques et des initiatives qui permet la richesse du militantisme, des débats et des façons de conquérir les cœurs et les esprits. La seule unité qui pourrait exister serait soit conditionnée par un homme d’exception, soit conditionnée par le combat. Mais il faut au contraire se satisfaire de la diversité, qui est le signe d’un dynamisme, mais aussi, on a tendance à l'oublier, de traditions politiques différentes, parfois antagonistes, qui ont chacune quelque chose à apporter. C’est aussi le signe de différentes stratégies d’adaptation, de survie et d’évolution. Cette diversité est tout simplement le fruit d'une adaptation différente à l'environnement social et politique. Il ne faut pas se leurrer sur le fait que certaines conceptions de la France, de l’Europe et du monde meurent et que d’autres naissent.

Jean/C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.