Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2016

Trump ou le retour du politique (Dextra)

Trump ou le retour du politique

Trump.jpgAprès le Brexit britannique, la surprise provient des Etats-Unis où le candidat Donald Trump a été élu président des États-Unis d’Amérique en dépit d’une campagne médiatique acharnée en faveur de la candidate Hillary Clinton, pourtant  Donald Trump est un pur produit de système médiatique américain.

Une légère satisfaction nous vient en observant la réaction du « camp du Bien »: tristesse, consternation et larmes dans le camp bobo-social-démocrate. « La fin du monde » a écrit le journal Le Monde. D’accord, mais nous attendons toujours l’effondrement de la Grande-Bretagne depuis le Brexit, alors la fin du monde avec Trump… enfin, si cela peut faire frissonner les cosmopolites libéraux dépressifs.C’est étrange cependant  d’entendre le camp des athées découvrir l univers de l apocalypse…

Une autre satisfaction provient du fait que ce candidat, dès le début de sa campagne, avait promis de ne pas négocier le Tafta (et donc le Tisa), de supprimer le traité transpacifique et de renégocier l’Alena (l’accord d’échange entre les États-Unis et l’Amérique du Sud). Il a aussi promis de mettre en place des frontières dignes de ce nom entre le Mexique et les États-Unis. Entre la campagne électorale et la pratique il y a un grand pas, certes, mais il aura eu le mérite de mettre ces sujets sur la table.

Par ailleurs, Clinton est certes une démocrate, mais une va-t’en-guerre néoconservatrice (car la doctrine néoconservatrice est issue des franges gauchistes anticommunistes…). Parce qu’elle est démocrate, il faudrait soutenir une femme qui sous les oripeaux de la liberté et de la démocratie irait envoyer à la mort les enfants de sa Nation ?

C’est pour cette raison que la position actuelle de Trump est intéressante : la rupture face aux traités ultralibéraux qui tuent les peuples, une politique des frontières digne de ce nom afin d’endiguer l’invasion migratoire et l’abandon d’une vision messianique des États-Unis qui déchire les États du Moyen-Orient.

Cela fait-il de nous des pro-américains pour autant ? Bien sûr que non. Tout comme la politique de Poutine peut paraître intéressante à certains égards, il faut se tenir écartés de toute « Poutinôlatrie ». Il en va de même pour Donald Trump.

Se réjouir de sa victoire contre une sorcière ne nous égare cependant pas du chemin qui consiste à avoir une critique sur le système libéral initié, promu et organisé par les Américains, à vouer aux gémonies leur système financier, à honnir ces multinationales qui nous empoisonnent et nous lient à un mode de vie standardisé. Nous ne sommes pas non plus pro-américains car nous nous refusons à leur hégémonie culturelle et « disneylandisée ».

Cependant, nous saluons cette victoire qui est celle du peuple américain, des white trash. Les « élites » et gouvernants, en premier lieu français ont vite oublié les aspirations du peuple. Totalement déconnectés, ils ont oublié de relire (voire de lire tout simplement) Christopher Lasch, cet auteur que l’on peut qualifier de gauche, qui constate une aspiration conservatrice au sein du peuple américain. Le progressisme a ses limites et les récents référendums au sein des différents Etats montrent bien une aspiration conservatrice. Donald Trump n’est pas le sauveur des États-Unis, mais il a essayé de comprendre ce qui motivait le peuple.

Certains commentateurs Français ont pu dire qu’« il a été élu par les électeurs de la campagne, par des gens peu cultivés ». Les mêmes qui  s’étonnent d’être de moins en moins écoutés, regardés et considérés.

Ces derniers n’ont pas compris, parce qu’ils ne veulent pas comprendre. Le temps semble être à la fin des idéologies mortifères du XXe s (communisme, fascisme, capitalisme) et au retour du réel: un retour justifié et légitime à l’autonomie et à l’enracinement, à des thématiques que l’on peut en partie trouver dans le programme de Trump. C’est parce qu’ils n’ont pas compris la vérité profonde des identités, parce qu’ils méprisent le peuple qu’ils seront tout autant surpris – espérons-le ! – lors des élections présidentielles et législatives en France. Restons prudents à l’égard du jeu électoral et rappelons nous   que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Nous nous réjouissons du signal fort lancé aux cosmopolites. Trump aux USA, Le Pen en France, ne sont pas des solutions en soit mais peuvent être un moyen pour les peuples de reprendre conscience d’eux même. L’élection n’est rien, mais elle ouvre la porte vers un plus grand champ de possible.

Fort de ce rappel à la prudence électorale, nous pouvons souhaiter qu’après la bonne nouvelle britannique, après la stupeur américaine, la France aura elle aussi une bonne surprise en 2017. N’en déplaise aux libéraux sociaux-démocrates pour qui la mollesse, la consommation et l’humanité dissolue est un mode de vie. Ceux-là sont au mieux perdus pour la cause, au pire des traîtres. Après cette première victoire que nous appelons de nos vœux pour 2017, le combat devra s’intensifier pour rebatir le pays car notre fin n’est pas la victoire électorale qui reste éphémère, mais la construction d’un nouvel avenir pour la France.

Source : Dextra

16/11/2016

Des marches russes anti-Poutine ont eu lieu sur tout le territoire de la Fédération de Russie

Des marches russes anti-Poutine ont eu lieu sur tout le territoire de la Fédération de Russie

marche russe 1.jpg

En cette date traditionnelle du 4 novembre, des Marches Russes et des cortèges solidaires se sont tenus dans 14 régions.

Dans l’ensemble, la Marche Russe de 2016 s’est déroulée sous l’égide de slogans reflétant la volonté d’obtenir la démission de Poutine et de son gouvernement, ainsi que la fin de la répression politique.

Les slogans principaux entendus étaient les suivants :

  • « À bas l’occupation, liberté pour la Nation russe ! »

  • « Supprimez le 282 ! »

  • « Russe, réveille-toi, Russe, bats-toi ! »

  • « Pour les droits et la liberté du peuple russe ! »

  • « La fierté russe est plus forte que la répression ! »

Localement, on a pu noter d’autres slogans comme :

  • « Les hôpitaux ferment, les Russes sont en voie d’extinction »

  • « À bas le système guébiste »

  • « La Russie, c’est l’Europe » (et non l’Eurasie !-NDT)

Et bien d’autres.

La Marche Russe a eu lieu à Moscou, Novossibirsk, Iékatérinbourg, Toula, Vologda, Pskov (là-bas sans aucun signes et emblèmes, à cause de l’arrestation d’un des organisateurs).

Des actions de solidarité on été aussi organisées à Ijevsk, Sosnogorsk, Krasnodar, ainsi qu’en Crimée et à Chypre.

À Moscou, les participants à la Marche Russe se sont écriés :

« Poutine et Medvedev, dégagez ! », « Nous échangeons Belov contre Serdioukov et Demouchkine pour Poutine », « La Russie, c’est l’Europe, liberté pour les prisonniers politiques ! », « À bas le pouvoir du KGB », « Les Russes sont contre la guerre avec l’Ukraine ! », « Nous en avons assez de supporter. Révolution. L’armée avec le peuple, arrêtez de servir les bâtards. Assez de voler le peuple », « Un pays russe pour les Russes. Supprimez l’article 282. Arrêtez de nourrir les terroristes ! ».

marche russe 2.jpg

Il est intéressant de remarquer qu’à Moscou, cet événement a été mis en place à 90% par une nouvelle génération de nationalistes, les organisateurs des marches précédentes ayant été, soit arrêtés, soit forcés de fuir la Fédération de Russie (généralement en Ukraine-NDT).

Par-dessus tout, les leaders nationalistes ont estimé que le bilan de cette action était positif, lorsqu’on tient compte du niveau énorme de répression politique et d’une atmosphère générale de peur.

Ils ont souligné que les nationaliste ont à nouveau démontré qu’ils constituaient une force politique indépendante et inébranlable, qui doit être prise au sérieux.

Comme l’a déclaré le secrétaire du Comité central pour l’organisation Vladimir Basmanov : « Aujourd’hui, il est devenu clair que la résistance russe est bien vivante et que la lutte continue ».

Traduction française par Pascal Lassalle

Sources :

http://reconquista-europe.tumblr.com/post/152806327416/anti-putin-russian-marches-2016-were-held-all-over

http://rmarsh.info/novosti/russkij-marsh-2016-16-regionov-fotoobzor.html

 

 

14/11/2016

Trump : ne pas bouder son plaisir

trump.jpg

Version écrite de la dernière chronique d'actualité d'Arnaud de Robert sur Radio Libertés. Il revient dans celle-ci sur l'élection de Donald Trump et l'emballement médiatique qui l'a accompagnée.

Hier, l’élection surprise de monsieur Donald Trump à la présidence des Etats-Unis d’Amérique a été pour beaucoup d’entre nous l’occasion de quelques moments de joie et de jubilation ne serait-ce qu’en voyant les mines déconfites des commentateurs, journalistes, spécialistes et sondeurs français ou américains. C’est bien simple, pour ceux qui ont suivi la nuit de dépouillement des scrutins, on est passé en quelques heures de l’euphorie médiatique pontifiante à l’abattement version gueule de bois. Rien que pour cette tragi-comédie, l’élection du 45e président des Etats-Unis valait le détour. Et j’ai beau ne pas être un grand démocrate, il y a des moments ou les élections sont tout de même un spectacle amusant.

Autre point de satisfaction, le dynamitage de la candidate des médias et de l’oligarchie par le bas et plus exactement par les reds necks, ces petits blancs que personne ou presque n’avait vu venir. Eux qui ont souffert ces dernières années autant sur le plan identitaire que social et économique, se sont massivement tourné vers Trump. Une leçon que beaucoup en Europe et en France devraient retenir. C’est en quelque sorte la victoire de monsieur tout le monde. Mais ce n’est pas pourtant la défaite de l’establishment, n’en déplaise aux enthousiastes et aux amateurs de raccourcis.

Non, sans doute qu’un pan de l’oligarchie est bien cocu depuis hier aux Etats-Unis, mais l’Etat profond demeure, les institutions demeurent, les corps administratifs sont en place, la finance n’a pas bougé, bref Trump ne gouvernera pas seul. D’autant que Trump n’a pas à proprement parler de programme politique mais un projet de société. Cette différence notable exige que ce projet soit transcrit techniquement, physiquement dans le réel. Pour cela Trump aura besoin de la coopération de toute la structure étatique, ce qui augure de nécessaires ajustements et concessions.

Ensuite, ne pas oublier non plus que la plupart des cadres du parti républicain, majoritaires aux deux chambres ont été massivement contre Trump, y compris pendant la campagne. Le président aura donc une majorité sur le papier mais dans les faits, cela risque d’être bien plus compliqué. Ne pas bouder son plaisir, mais aussi sevrer les engouements excessifs en rappelant qu’hier ce n’est pas le président de l’Occident qui a été élu. Et même s’il est indéniable que cette élection a et aura un impact fort en Europe et en France, et malgré des préoccupations populaires communes (immigration, chômage, précarité, perte d’identité), les Etats-Unis et l’Europe ne doivent pas être confondus. Symétrie ne signifie pas symphonie.

Les fondements historiques, culturels, politiques et économiques sont dissemblables. C’est l’immigration et un protestantisme sectaire et illuministe qui ont forgé la mentalité américaine. C’est en grande partie l’héritage gréco-chrétien et l’homogénéité ethnico-culturelle qui bâti l’Europe. Par bien des côtés, l’Amérique nous est aussi étrangement étrangère que la Russie. Et puis, il ne faut pas oublier que Trump a été porté au pouvoir par de forts courants isolationnistes, courants qui émergent cycliquement et voient l’Amérique se refermer sur ses seules préoccupations.

Il est de toute façon bien trop tôt pour juger de quoi que ce soit de la politique de Donald Trump. Il a beaucoup promis, il devra démontrer. Il a levé d’immenses espoirs, gageons que ces derniers ne soient pas déçus. Mais ces espoirs sont d’abord ceux du peuple américain, lui qui a appelé et élu Trump. Si cette élection peut faire sauter en Europe et en France des verrous psychologiques lors des votes à venir, Donald Trump est et restera d’abord et avant tout le président des américains, serviteur de leurs intérêts.

Il ne faut pas surinvestir cet homme et ce qu’il représente. Et puis, il ne faut pas oublier surtout qu’entre l’Orient satrapique et l’Occident atlantique existe une entité à laquelle nous tenons pour notre berceau, l’Europe. N’étant ni vassaux de l’est, ni de l’ouest c’est pour elle que nous nous battons et pour son cœur ardent, la France. Si un quelconque effet Trump peut servir la France, Tant mieux ! Mais ses premiers serviteurs, c’est nous ! A nous forger les armes de notre volonté ! Bonne journée !

Arnaud de Robert

Source: Paris Vox

13/11/2016

Chronique de bande dessinée : Tom Kaczynski, Derniers tests avant l'Apocalypse

derniers-tests-avant-l-apocalypse.jpg

L’apocalypse sera urbanistique

Derniers tests avant l’apocalypse de Tom Kaczynski (éditions Delcourt) est une bande dessinée composée de plusieurs récits indépendants. Tous stigmatisent le vide existentiel, le manque de buts et de valeurs du monde contemporain, ainsi que l’errance et l’absurdité quotidienne qui en découlent. Le monde court à sa perte, et celle-ci se s’instille entre les chantiers d’immeubles, les laboratoires et les start-ups. Le « sauvage » reprendra le dessus sur « la civilisation », puisque celle-ci est morte.

L’automobile et les autoroutes, tout d’abord, sont évoquées : « La voiture est un incubateur, le centre-ville, lui, est devenu une coquille vide ; une périphérie urbaine s’est développée, avec ses voies sans issue, désespérantes allégories ; nous sommes piégés dans un labyrinthe sans fin, comme des anneaux de Moebius »(100 000kms). On y vit un cauchemar entre le Crash de Ballard et les échappées fantomatiques sur autoroute de Paris Texas de Wenders. L’automobile règne, et l’on travaille pour s’acheter une voiture qui nous conduit au travail.

L’urbanisme est aussi traité comme un fléau maléfique, où les tours en construction ont une âme et où les habitants deviennent fous au pied d’elles (976m2) : « Il s’agissait d’une amnésie géographique, d’une sorte de fragmentation mémorielle de l’espace ». Les aires de construction sont ici les non-lieux révélateurs du manque d’appartenance à un lieu, à son histoire, d’autres coquilles vides dénuées de sens et de but.

Bioéconomie est le récit le plus étrange et complexe du recueil. Une start-up isolée et aseptisée se fait théâtre de rituels pagans divers et vise à s’enfoncer vers le « sauvage » avec des employés poussés à retrouver leur « animalité », à « renouer avec leurs « ancêtres paléolithiques » au milieu de leurs open-space aux façades super designs. On nage ici en pleine hallucination de la projection d’un monde moribond qui se cherche une essence animale pour survivre : « J’ai plaqué ma main contre la vitre. C’était un geste primal, pas du tout prémédité, mais je restai là un bon moment à contempler mon sang se coaguler dans le logo de la prochaine méga-entreprise globale ».

On est bien loin des BD faciles distrayantes : ces récits sont des critiques glacées dans leur ton et virulentes dans leur contenu, ce sont presque des fables philosophiques. On ressort de la lecture tout aussi fasciné par tant de lucidité que vide et interloqué. La narration visuelle est de très haut niveau et les textes sont tout aussi soignés et acerbes. On trouve un côté Tetsuo-esque dans la relation homme-machine-environnement qui rappelle bien sur aussi Metropolis. Le trait est clair et précis, et évoque Daniel Clowes, Adrian Tomine ou Charles Burns.

Dans cet univers malheureusement si proche du nôtre, à la fois post-new age, design et aseptisé, pré-transhumaniste, les humains sont tout aussi soumis et dociles. La sacro-sainte société de consommation est traitée par l’auteur pour ce qu’elle est : un rassemblement d’icones vides et de rituels absurdes, et son analyse nous laisse un arrière-goût de nihilisme lucide.

Aspasie / C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

09/11/2016

Une nouvelle révolution atlantique ?

trump bis.jpg

 Une nouvelle révolution atlantique ?

 
La victoire de Trump s'inscrit dans une dynamique d'ensemble de l'Occident que nous allons tenter de décrypter.

Les « révolutions atlantiques »

A la suite de Jacques Godechot auteur de La Grande Nation en 1956, de Robert R. Palmer avec The Age of Democratic Revolution en 1959 et 1964 puis des Atlantic Studies s'affirme le concept de « révolutions atlantiques ». Il s'agit d'une approche globale des mouvements d'idées et des révolutions de la deuxième moitié du XVIIIeme siècle qui permet d'appréhender les bouleversements aux Amériques et en Europe comme un phénomène commun.

En effet, outre les Lumières, véritable phénomène européen qui s'exporte aux Etats-Unis notamment via Jefferson (ambassadeur en France sous Louis XVI), le monde occidental subit de nombreux bouleversements autour de 1780/1790. Les deux principales révolutions, américaine (1774-1783) et française (1789-1799) auxquelles on peut ajouter celle des Caraïbes dès 1791 puis d'autres révolutions, inachevées, en Belgique (1786-1791) ou en Pologne (1791-1794) ou même l'échec aux Provinces-Unies de la révolte contre le Stadhouter (1783 – 1787).

Aux Etats-Unis et en France, les deux révolutions ont une certaine proximité. Elles mobilisent toutes les deux une symbolique et des préoccupations issues de l'Antiquité gréco-romaine comme l'affirmation du citoyen, idéal du propriétaire terrien (1) qui doit être un soldat et un acteur de la vie publique. Toutes deux excluent les femmes de la citoyenneté. Le député montagnard Amar proclamera même devant la Convention le 30 octobre 1793 : « En général, les femmes sont peu capables de conceptions sérieuses. [...] Nous croyons donc qu'une femme ne doit pas sortir de sa famille pour s'immiscer dans les affaires du gouvernement. ». Plus tard, Bonaparte, dans le Code Civil, placera le père au centre du foyer et les femmes seront considérées comme mineures. Les Noirs aux Etats-Unis et les étrangers en France, terre d'invention de la « nation », sont aussi exclus de la citoyenneté.

Si, dans le monde protestant, les révolutions sont plutôt lockienne (de John Locke) ou hobbesienne (de Hobbes) et centrées sur les libertés individuelles, en France celle-ci sera plutôt rousseauiste et centrée sur les libertés collectives. De là le fédéralisme d'un côté et le jacobinisme de l'autre.

On le comprend, depuis les Grandes Découvertes initiées par les Portugais puis par les Espagnols, l'Europe a basculé vers l'Atlantique et cette « mer occidentale » est le théâtre sur lequel s'est joué une partie de notre histoire comme l'atteste l'exemple des « révolutions atlantiques ».

Du 9 novembre au 9 novembre

Le 9 novembre 1989, les habitants de Berlin-est font une brèche puis franchissent le mur de Berlin. C'est alors un vent de liberté qui souffle en Occident et, avec la fin de l'URSS en 1991, c'est la fin du bloc de l'est et du communisme dont il subsiste toutefois quelques scories comme en Corée du Nord ou quelques nostalgies comme en Russie. Fukuyama publie en 1992 La fin de l'histoire ou le dernier homme. L'idée d'un monde en paix, unifié et uniformisé par le libre-échange sous le regard paternaliste des Etats-Unis fait alors son chemin.

Oui mais voilà, la mondialisation heureuse est en réalité depuis 25 ans un cauchemar qui n'a profité qu'aux 1% les plus riches et à une caste d'oligarques et d'apparatchiks qui a su s'entendre avec ces 1%. Le reste ? Ils n'ont plus que la consommation et la société du spectacle pour seul horizon. Endettement, chômage, délocalisation, précarisation, violence, communautarisme, terrorisme, sans oublier le basculement vers le Pacifique, le quotidien des sociétés occidentales s'est profondément dégradé depuis 1991 et l'influence des puissances occidentales a progressivement diminué. Le chaos multiethnique sous fond d'économies arasées par la finance et les pays asiatiques.

A l'international, si quelques puissances émergentes tirent leur épingle du jeu c'est au détriment des conditions de travail, de l'environnement ou des populations autochtones comme les nombreuses populations amérindiennes menacées en Amérique du sud ou les minorités ethno-confessionnelles décimées au Moyen-orient (Chrétiens, Yezidis). Les conflits pour les ressources n'ont fait que s'accroître pour nourrir la bête de la consommation et enrichir quelques privilégiés occasionnant des guerres à répétition en particulier au Moyen-Orient mais aussi en Afrique. Aujourd'hui, la mer de Chine est un territoire explosif du fait des prétentions chinoises.

L'idéologie mondialiste s'est diffusée partout via les médias, le cinéma et la terreur politique : aux Etats-Unis, un propos jugé offensif peut vous valoir une diffusion publique sur Youtube par un.e cinglé.e qui prétend défendre les « minorités » ethniques et sexuelles. Le politiquement correct est omniprésent, les grosses entreprises pratiquent la discrimination positive, vous pouvez être traqué chez vous ou sur votre lieu de travail si vous refusez l'utopie multiculturelle de la mondialisation heureuse.

Voila ce que le peuple des Etats-Unis a envoyé valser le 9 novembre 2016.

Une nouvelle révolution atlantique ?

Après la constitution du groupe de Visegrad, la victoire volée au FPÖ en Autriche, les hauts scores du Front National, le Brexit, voilà que les Etats-Unis portent Trump à la plus haute fonction sur un programme assez clair : rendre l'Amérique grande à nouveau. Comment ? Et bien en s'attaquant à la finance, à l'immigration illégale ou au terrorisme islamiste. Le fera-t-il ? Difficile à dire. Mais ce n'est pas important, comme au XVIIIème siècle, car malgré les différences évidentes entre l'Europe et l'Amérique, l'Occident bat en rythme autour des mêmes préoccupations. Cocus de la mondialisation, menacés dans leur identité, les classes moyennes et populaires blanches, pour la plupart, ont entamé un processus de reprise en main du pouvoir, de rejet de l'oligarchie, de la défense de leurs pays d'un même pas. Le FPÖ, le FN, le Brexit ou Trump sont autant un symptôme qu'un baromètre, à l'instar de ce que fut le « printemps-arabe » dans l'ère civilisationnelle arabo-islamique.

Si Christophe Guilluy parlait de « France périphérique », on pourrait désormais parler « d'Occident périphérique » tant les cartes électorales se ressemblent. Les grandes métropoles multiethniques et les territoires gagnants de la mondialisation soutiennent systématiquement les candidats du Système (Vienne, Paris, Londres, New-York, Los Angeles, etc...) là où les territoires des périphéries et des marges voient leur électorat soutenir massivement les candidats « anti-Système » ou anti-establishment. Même un milliardaire comme Trump car il représente le capitalisme entrepreneurial national et non le capitalisme financier international. Si ce phénomène était isolé à la seule France, on pourrait en tirer des conclusions nationales, mais aujourd'hui, ce n'est plus possible. La victoire de Trump, c'est la victoire des « petits blancs » de l'Amérique oubliée. La victoire de ceux qui en ont marre de subir la culpabilisation en plus du déclassement et de la criminalité.

Dans les années 60 les Occidentaux battaient en rythme autour de la libération des mœurs, du rock n' roll ou des revendications politiques contre la guerre du Vietnam, désormais ils ont des inquiétudes en lien avec les différentes formes d’insécurités : économique, sociale, culturelle ou identitaire. N'en déplaise aux anti-occidentalistes et aux anti-américains primaires, l'Occident fonctionne comme un organisme. Aujourd'hui c'est un organisme qui se défend. La victoire de Trump est donc bien plus significative pour nous que la main mise de Poutine sur la Russie. Pourquoi ? Car Poutine est dans la tradition russe de l'impérialisme tsariste d'origine eurasiatique là où Trump porte une contestation de la mondialisation dans son cœur, les Etats-Unis. La Russie a une histoire très différente de l'Occident sur le plan politique et son rythme lui est propre. L'Angleterre, les Etats-Unis ou la France sont des piliers de la civilisation occidentale (telle que déterminée par Huntington). La victoire de Trump valide donc au moins symboliquement nos orientations récentes sur la Russie et l'Occident.

L'imprévu dans l'histoire ?

Dominique Venner était un passionné de l'histoire des Etats-Unis et il avait bien vu qu'il existait deux Amériques. Mais peut-on pour autant affirmer que l'imprévu dans l'histoire vient de l'élection de Trump ?

Le développement du numérique a beaucoup contribué à ce phénomène, au même titre que l'imprimerie avait pu favoriser le développement de la Réforme au XVIeme siècle qui était un mouvement d'émancipation de Rome assez classique chez les populations germano-nordiques. Perçu comme un moyen de connecter l'humanité, internet a au contraire accentué le phénomène de tribalisation en regroupant les utilisateurs par groupes d'intérêts. Les mouvements patriotes, identitaires et populistes ont su tirer profit d'internet qui permet de contourner la presse officielle, acquise à la mondialisation, par le biais des medias de réinformation. L'imprévu dans l'histoire porte peut-être un nom : Julian Assange. Les révélations de Wikileaks ont grandement aidé Trump, bien qu'évidemment aucun média traditionnel n'en ait parlé. Cela vient en tout cas appuyer une idée que j'ai depuis longtemps et qui déplaira à une partie de notre lectorat, les hackers sont plus utiles que des bataillons de militants impuissants. La victoire de Trump scellera par exemple probablement le sort du TAFTA, ce que n'aurait permis aucun collage d'affiche et aucune manifestation.

La victoire de Trump illustre un phénomène assez récurent : l'homme qui porte les aspirations de son époque et bénéficie des nouvelles méthodes de communication. Même si cela pourra paraître caricatural, reconnaissons que l'excommunication de Luther ne l'a jamais empêché d'impulser la Réforme, car il pouvait s'appuyer sur la création de l'imprimerie dans des territoires qui lui étaient favorables. De la même façon, les mandats d'arrêts contre Julian Assange n'ont pas pu empêcher l’œuvre de Wikileaks. La « nouvelle opinion publique occidentale » est désormais une réalité et elle a peut-être conquis la première puissance mondiale. Il ne s'agit pas ici de voir Trump comme le héraut d'une révolution quelconque, mais d'analyser le phénomène comme un événement de l'histoire immédiate dans le temps long historique.

Une question se pose désormais : la France sera-t-elle à la hauteur de son histoire dès 2017 ?

Jean / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Relire notre article : Trump sans l'aimer ?

Notes :

1 Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, article 2 : « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression. »

Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, article 17 : « la propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé [...]»

03/11/2016

Chronique de livre : Sylvain Tesson "Sur les chemins noirs"

Sylvain Tesson, Sur les chemins noirs

(Gallimard, 2016)

sur les chemins noirs.jpgSylvain Tesson est géographe, aventurier et écrivain. Aucun de ces trois termes n'est usurpé pour le qualifier.

Géographe, Sylvain Tesson l'est par ses diplômes – un DEA de géographie – mais aussi, et peut-être surtout, par son regard sur le monde.

Aventurier, car il a fait un pas de côté pour se rendre dans les confins du monde : la Sibérie, les altitudes de l'Himalaya et bien d'autres territoires inaccessibles.

Ecrivain, avec une vingtaine d'ouvrages dont le dernier, Sur les chemins noirs, paru en 2016 chez Gallimard, que nous allons présenter.

Sylvain Tesson a perdu sa mère et aussi l'équilibre, se fracassant huit mètres plus bas du toit où il faisait le pitre. Les deux événements, tragiques, vont agir sur lui comme un révélateur. Perdre sa mère et une partie de ses facultés quand on est un cœur aventureux, voilà deux épreuves que l'on doit surmonter. Si le deuil est inévitable, les limites physiques, elles, peuvent être repoussées. C'est ainsi qu'à sa sortie de l'hôpital, Sylvain Tesson se décide à une aventure assez banale pour un aventurier du bout du monde : traverser la France du sud-est (aux alentours du Mercantour) vers le nord-ouest (la presqu'île du Cotentin, en Normandie).

Pendant deux mois et demi, du 24 août au 8 novembre, Sylvain Tesson va parcourir ce qu'il nomme les chemins noirs, d'après le titre du livre de René Frégni, Les chemins noirs. S'appuyant sur un très sérieux rapport traitant de « l'hyper-ruralité », il va bâtir sa route grâce aux précieuses cartes IGN au 1/25000e. Une façon au passage de nous rappeler que nos cartographes ont effectué de très notables progrès depuis la guerre de 1870... Il pourrait paraître étonnant que notre écrivain baroudeur ne se soit pas aventuré sur la route du sud-ouest au nord-est, la fameuse « diagonale du vide » aujourd'hui appelée « diagonale des faibles densités », mais il n'en est rien car son objectif est de rallier la Manche pour terminer son périple du haut des falaises surplombant l'horizon maritime.

Le regard de Sylvain Tesson sur la France est, fait rare chez lui, emprunt de nostalgie. Témoin impuissant d'une France rurale et enracinée qui disparaît sous les coups de boutoir de l'aménagement du territoire, de l'Union européenne et de la mondialisation, ce périple constitue un témoignage nécessaire autant que cynique. Agrémenté de nombreuses réflexions personnelles et de quelques développements que ne renieraient pas la géographie libertaire des éditions l'Echapée, puisant ses références dans un panel varié de philosophes et d'auteurs comme Xénophon, Jünger, Maurras, Braudel ou Vidal de la Blache, cheminer avec Sylvain Tesson est riche d'enseignement et ne peut laisser insensible le lecteur.

Bien qu'assez court, 142 pages, on ne sait pas dire en refermant le livre si on en voudrait plus ou pas. Peu de mots suffisent parfois à capturer une réalité complexe et Sylvain Tesson est passé maître dans l'art de faire fuser ses phrases comme des balles. Véritable géographe du sensible, il porte un regard acéré sur le monde, faisant sienne une philosophie qui puise dans la géographie. Celle de Tesson a une âme, elle n'est pas la discipline parfois rébarbative des bancs de l'école ou celle des Commissaires au plan, des gestionnaires ou des économistes.

A la lecture du livre, pour ceux qui en doutent, on mesure que la France n'est pas juste un territoire qui doit être compétitif et que « l'hyper-ruralité », ce concept terrible, n'est pas une malédiction. Les croyants en la religion du progrès peuvent-ils vraiment comprendre cela ? Comprennent-ils la France éternelle ? La lecture de Sylvain Tesson sonnera sûrement comme une sentence : ceux qui refusent cette France des ZAC, des ZUP, des périph' et autres stigmates sont de la confrérie des chemins noirs.

« Certains hommes espéraient entrer dans l'Histoire. Nous étions quelques-uns à préférer disparaître dans la géographie. »

Un livre à lire et à offrir, pour que les chemins noirs de la littérature ramènent nos contemporains dans le réel. Une ode à la redécouverte de notre pays et au dépassement de soi. Un signe des temps.

Jean / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.