Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2016

Méridien Zéro #278 : "De l'Ukraine et d'autres choses"

Ce vendredi, Méridien Zéro vous propose une émission patchwork composée d'un entretien avec un militant de retour d'Ukraine qui nous parlera de ce conflit qui a disparu des radars médiatiques et qui est pourtant, et hélas, toujours d'actualité. Ensuite le Lt Sturm nous livrera certaines considérations sur l'actualité.

flyer-emission_24-06-2016.jpg

20/06/2016

Orlando : un attentat homophobe ?

orlando-de-nuit1.jpg

 Orlando : un attentat homophobe ?

 « Tués parce qu'homosexuels ». Voila ce qu'on a pu lire un peu partout à la suite de la tuerie d'Orlando autant dans la bien-pensance que chez certains cadres du FN trop pressés de courir après les indignations victimaires du système médiatique. Il s'agit non seulement d'une erreur de lecture mais également d'une faute politique. Explications.

L'homophobe pas si homophobe …

Omar Mateen auteur de la tuerie d'Orlando s'est bel et bien revendiqué de l'Etat islamique et sa cible n'est pas un hasard sur ce plan. De nombreux homosexuels sont en effet victimes des agissements de l'EI en Irak et en Syrie. Des vidéos de propagande montrent par exemple des homosexuels ligotés jetés du haut d'un toit et s’écrasant au sol. Images glaçantes qui ont pour but de toucher en plein cœur les Occidentaux. Pourtant, une vidéo de Boris Le Lay, confirmée par la presse anglo-saxonne et même par la presse francophone dresse un portrait tout autre de l'auteur des faits. D'origine pachtoune, Omar Mateen provient d'une société sexiste et misogyne pratiquant l'homosexualité à tendance pédophile (c'est à dire en direction des jeunes hommes voir des jeunes garçons). La tradition du « basha bazi »1 qui signifie « jouer avec des enfants » est en effet très répandue. Une simple recherche sur Youtube nous permet d'ailleurs de trouver des vidéos d'adolescents maquillés et portants des vêtements amples, dansant au milieu d'hommes plus âgés qu'eux. Omar Mateen aurait par ailleurs fréquenté la boîte homosexuelle où il a commis sa tuerie pendant 3 ans2. Bien loin d'un homophobe, et sans tomber dans la psychologie de bistrot, Omar Mateen est probablement un homosexuel refoulé et l'islam salafiste constitue pour lui une façon de se « purifier ». En effet en Afghanistan la Charia tente de lutter contre le « basha bazi ». Hypothèse de la purification qui peut être validée par le succès du salafisme auprès de nombreux musulmans ayant eu à une moment donné une vie dissolue ou marquée par le grand banditisme. On se souvient de Brahim Abdeslam qui tenait un bar à Molenbeek...

Le cliché d'un Occident homosexuel

Boris Le Lay revient aussi sur le cliché d'un occident qui serait « homosexuel ». Là aussi ses propos sont dignes d'intérêt, même si on s'étonnera du coup que le même Boris Le Lay se fasse le relais de certains canaux « pro-russes » opposant une Russie « virile et sans LGBT » à un Occident « féminisé et pro-LGBT ». Mais fermons cette parenthèse. L'Occident n'est pas homosexuel. La part des couples homosexuels y est marginale et le nombre de mariages gay en France est très faible comparativement à la mobilisation qu'a suscité le mariage homo. Les modèles occidentaux demeurent globalement marqués par des figures hétérosexuelles et par des figures assez viriles (y compris dans la soupe cinématographique états-unienne des super-héros...). En revanche l'homosexualité y est acceptée car l'Occident distingue assez facilement la sphère publique de la sphère privée. L'homosexualité est considérée par la majorité des Occidentaux comme une affaire « privée » et c'est bien plus souvent la propagande LGBT et le lobbying « gay » qui agacent, plus que l'orientation sexuelle. Dans la pornographie, réceptacle des frustrations autant que des fantasmes, ce sont les actes hétérosexuels qui sont plébiscités et non les actes entre hommes. C'est à l'inverse le Pakistan qui arrive en tête des « Google trends » en ce qui concerne les recherches sur le porno gay...3 L'homosexualité refoulée s'accompagne d'un rejet de la femme qu'on voile et qu'on masque alors qu'en Europe, où l'hétérosexualité est majoritaire et vécue avec sérénité, le corps de la femme n'est pas combattu (si on excepte un certain puritanisme chrétien).

L'homosexualité n'est pas une identité

Un titre un peu abrupt, mais que je vais expliciter. Le piège des prises de positions du type « tués parce qu'homosexuels » est de résumer les individus à leur orientation sexuelle et de considérer l'orientation sexuelle comme une identité telle qu'on l'entend en histoire4. Or c'est faux. Il ne peut y avoir d'identité qu'en lien avec une origine ethnique et/ou avec une culture. L'orientation sexuelle ne peut pas consister en une « identité » comme le seraient d'autres formes d'identité qu'elles soient nationales, religieuses, culturelles, ethniques, linguistiques, etc... L'homosexualité est une affaire personnelle qui fait qu'un individu se sent plus proche sentimentalement (et/ou sexuellement) d'un individu du même sexe. Une identité et une culture supposent au préalable une transmission et ne sont pas du registre du choix, du sentiment ou de la construction personnelle. C'est un héritage. Même un couple homosexuel ayant un enfant (qu'il soit issu d'une FIV ou de l'adoption) ne cherchera pas a priori à faire de ce dernier un homosexuel. Pour être encore plus clairs, sauf cas marginaux, les homosexuels ne sont pas issus de couples homosexuels, mais hétérosexuels et ils ont une identité héritée et une culture (transmission d'un code génétique, d'une langue, de règles, de valeurs)5. L'importance du vote homosexuel pour le FN traduit en partie cette réalité. Bien qu'homosexuels, ces électeurs se perçoivent aussi comme appartenant à une société, à un peuple avec ses codes et ses valeurs. Et on peut parfaitement défendre une « certaine idée de la France » qui se basera sur un héritage culturel tout en étant homosexuel, puisque l'un n'a pas de lien avec l'autre. Comme c'était le cas en Grèce où l'homosexualité n'empêchait nullement de se sentir partie prenante d'une cité à part entière où d'un « monde grec » distinct d'autres aires culturelles. Il ne serait pas venue à l'idée aux Grecs de définir qu'homosexuel est une identité à l'instar de Perse, Grec ou Romain.

Une erreur politique

Il s'agit donc d'une erreur politique de parler « des homosexuels » et aussi de résumer l'homosexualité à la fréquentation de boîtes gays6. Par exemple des homosexuels « patriotes » fréquentent de telles boîtes, mais ils le font à titre « privé » et non par esprit lobbyiste. En amalgamant ensemble « les homosexuels » on mélange dans le même sac ceux qui pratiquent une homosexualité privée7 et une homosexualité « publique », totalement politique8, qui a seulement pour objet de s'imposer dans l'opinion et le débat public alors qu'elle est extrêmement minoritaire et qu'elle n'intéresse pas grand monde en dehors de quelques quartiers de Paris9. C'est la même erreur qui consiste à fragmenter systématiquement la société française en communautés englobantes par exemple en résumant « les juifs » aux CRIF et « les musulmans » à l'UOIF, …. Ainsi on parle des « Juifs de France » pour regrouper les juifs de nationalité française et ceux de nationalité étrangère. Je rappelle à nos parangons de la République que celle-ci ne reconnaît pourtant aucune communauté. Les politiques sont donc face à un exercice périlleux mais nécessaire. En proclamant, même au sein du FN, que ces personnes ont été tués parce qu'elles sont homosexuelles, on introduit un facteur aggravant à la mort. Être tué parce qu'on est homosexuel serait donc « plus grave » que parce qu'on est hétérosexuel ? En vertu de quoi ? Si ce n'est en vertu de la sacro-sainte « victimisation » des minorités ? Minorités souvent autoproclamées d'ailleurs10. Au Bataclan ce n'était pas « des homosexuels » qui ont été tués, ce qui n'enlève strictement rien à l'horreur de la tuerie11. De fait, insister sur l 'orientation sexuelle des morts, c'est d'une part valider la stratégie de l'Etat islamique qui veut démontrer à ses hommes qu'elle combat un Occident « impur » et d'autre part offrir demain d'autres homosexuels en victimes sacrificielles aux assassins de l'EI qui pourront se « purifier » par ce biais. Si même au FN on valide le communautarisme gay et la hiérarchie des morts en fonction d'une analyse minorité/majorité anti-républicaine, on poursuit d'introduire le ver dans le fruit et de faire le jeu d'un communautarisme et d'une vision post-moderne de l'Occident qui nous détruit elle aussi.

Les islamistes s'en prennent à la société post-moderne

Le communautarisme gay, qui repose sur une approche biaisée de l'identité, est en effet le fruit du post-modernisme occidental et il est à l'homosexualité ce que sont les intégristes aux religions. Face à une morale religieuse puritaine, souvent hypocrite, on y oppose une sexualité libre et festive entre personnes du même sexe. L'un alimente l'autre comme l'a très bien compris René Girard dans ses théories sur la rivalité mimétique et sur la montée aux extrêmes. Ce sont donc les deux faces d'une même médaille qui se sont rencontrées à Orlando : l'islamisme salafiste puritain « purificateur » et l'homosexualité post-moderne libérale festiviste du sans limite. Il s'agit de deux faces du communautarisme, de deux faces du rejet de la société de la décence commune et du rejet de l'idée même de société. Nous avions également écrit quelques lignes qui allaient dans ce sens après la tuerie de Charlie Hebdo : c'est face à un Occident nihiliste qui blasphème sans limite et sans faire preuve de discernement que des salafistes réagissent. Encore une fois, cela ne justifie pas les meurtres, c'est une évidence, mais il est très intéressant de noter que les islamistes visent globalement les signes de la post-modernité chez nous alors qu'ils visent plutôt les signes de cultures enracinées et historiques au Moyen Orient (les ruines de Palmyre, les Yezidis, les chrétiens d'Orient…) comme s'ils avaient intégré que l'Occident ce n'était plus que la post-modernité. Erreur.

La troisième voie

C'est parce que nous refusons de choisir entre l'islam salafiste d'un côté et la post-modernité qui conduit au post-humain de l'autre que nous sommes l'unique solution raisonnable à la situation. Une excellente interview de Martha Duval, présentée comme une disciple de la philosophe Simone Weil, dans le numéro 129 de mai 2016 du journal La Décroissance va dans ce sens. Cette entrevue qui s'intitule « Ni peste ni choléra » refuse le choix qu'on nous impose entre Google et Daesh, entre le post-modernisme et le post humanisme d'un côté et l'oumma salafiste de l'autre. L'interview démarre comme suit : « Un jour en Angleterre j'ai vu un quartier de Londres où la « charia » était appliquée. Avec quatre interdits : interdits de l'alcool, de la pornographie, des jeux et de la musique. Les parents des quartiers fragiles se trouvent alors pris dans une alternative terrible : youporn, les tatouages, Cyril Hanouna, le rap ou l'intégrisme religieux. Entre la peste et le choléra une part de la population choisira logiquement le système qui offre des repères que la société ne peut plus donner […]. » Au même titre que le « Grand Effacement » pave la voie du « Grand Remplacement », c'est la post-modernité qui a œuvré à tout « déconstruire » au nom du rejet d'un certain « ordre bourgeois » ou d'un certain Occident « patriarcal » qui pave la voie de l'islamisme12. C'est parce que, comme l'explique judicieusement le Comité invisible, il n'y a plus de société13, c'est parce que l'Etat est devenue une simple courroie de transmission du droit global, l'Armée une milice du capital, l'Eglise un organisme de charité désacralisé et l'Ecole une structure d'intégration au monde du travail, que l'unique verticalité qui résiste dans les quartiers à majorité musulman est l'imam14. Il y a donc une certaine logique à vouloir utiliser Etat, Armée, Eglise et Ecole pour refonder une société car c'est le moyen de rejeter à la fois la fragmentation post-moderne du sans limite et l'unification islamique liberticide.

En écho à mon article intitulé « Occident ? » c'est bien parce que nous devons réaffirmer ce que nous entendons par « liberté » que nous parviendrons à la fois à vaincre d'une côté l'égalitarisme théocratique islamique et de l'autre l'absence de limite. Comme l'explique Martha Duval « On pense que deux logiques s'affrontent alors qu'elles s'alimentent. » Comme l'illustre la réaction ridicule de Coeur de Pirate qui ne fait qu'alimenter la rivalité mimétique et la focalisation sur une homosexualité marketing et médiatique bien utile à la propagande islamiste. C'est parce que nous avons compris le mécanisme de la montée aux extrêmes et que nous savons qu'une dialectique s'est établie entre l'Occident ultra-libéral post-moderne et l'islam salafiste que nous devons veiller à adopter une stratégie qui nous permettra de combattre puis de vaincre à la fois l'un et l'autre. Nous devons donc aussi renvoyer dos à dos les « anti-islam » qui le sont au nom du progressisme (la religion du progrès) et les « anti-Occidentaux » qui cherchent le salut dans un islam prétendument traditionnel.

Jean / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

1  http://www.lalibre.be/actu/international/le-bacha-bazi-la-tradition-afghane-des-jeunes-esclaves-sexuels-5766391835708dcfedb26782

2  http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/06/14/orlando-le-tireur-avait-frequente-le-pulse-et-se-serait-radicalise-sur-internet_4950091_3222.html

3  http://www.lepoint.fr/monde/homosexualite-la-face-cachee-du-pakistan-18-12-2014-1890816_24.php

4  L'étude de l'homosexualité comme « identité » provient de la sociologie anglo-saxonne et donne les « gender studies ».

5  Si on ne considère pas l'homosexualité comme un choix personnel, alors on introduit l'idée que l'homosexualité d'un individu est génétique. Cela revient à avoir une vision biologique de l'homosexualité et non une vision existentialiste. Ce débat a été important dans les années 1960/70.

6  Ou bien l'homosexualité est une affaire sérieuse ou bien il s'agit d'une affaire futile. Soit on parle d'amour, de construction personnelle, de rapport à soi et à l'autre, soit on parle d'une posture narcissique et festiviste générée par la société du spectacle et la société de consommation. J'aurais tendance à parler d'une « homosexualité médiatique » qui ne correspond qu'imparfaitement à l'homosexualité vécue ou à l'homosexualité historique.

7  Par privée je ne parle pas de gens qui se cachent, mais de gens qui vivent cela de façon intime.

8  Comme souvent le combat politique part d'une demande pour « l'égalité des droits » et se transforme en énième avatar de la société du spectacle.

9  Ce sujet n'a par exemple jamais été source de préoccupation dans mon environnement familial et social.

10 A l'échelle mondiale les musulmans ou les sub-sahariens ne sont pas vraiment « minoritaires » pourtant ils agissent comme des « minorités » sur notre territoire et se constituent en lobbies.

11 Ce sont des amateurs de rock qui la aussi, en vertu de la fragmentation communautaire de la post-modernité pourraient tout autant être considérés comme une « communauté » voire même une « identité » avec ses codes esthétiques, son vocabulaire ou ses lieux de rassemblement par exemple.

12 « Je le dis d'ailleurs sans far, le gauchisme culturel a pavé la voie de l'islamisme. » http://cerclenonconforme.hautetfort.com/archive/2015/11/18/le-choc-histoire.html

13 Lire la partie « Notre seule patrie, l'enfance » pages 171 à 197 de l'ouvrage A nos Amis

14 Allocution d'Arnaud de Robert : http://cerclenonconforme.hautetfort.com/archive/2014/11/26/allocution-d-arnaud-de-robert-au-congres-du-gud-le-reveil-de-5497872.html

05/06/2016

La fin du collège unique : un marronnier ?

 La fin du collège unique : un marronnier ?

e414dde6-cd9d-11df-bd08-4dd5630ea1b5.jpg

Proclamée comme une des mesures phares à l'issue de la réunion de Béziers intitulée « OZ ta droite ! », celle-ci m'a fait rire jaune. Le collège unique a été instauré dans les années 70 car l'Etat voulait créer une société de services et de diplômés... L'idée était bonne en elle-même mais s'est heurtée à certaines réalités dont l'une d'elle est l'immigration. Le collège unique n'est peut-être pas la racine du problème. Mis en place alors que notre tissu industriel commençait à diminuer, que le chômage augmentait et que l'immigration se faisait plus importante (regroupement familial), le collège unique est bien plus une victime du contexte que la cause du problème. Ainsi plutôt que de vilipender le « collège unique » il faudrait se questionner surtout sur ce qui a contribué à son échec, ce qui n'est jamais vraiment fait ni chez ses promoteurs, ni chez ses détracteurs.

Pour supprimer le collège unique il faudrait pouvoir proposer des filières professionnelles plus tôt : or nous n'avons plus que 2 à 3% des actifs dans l'agriculture et une grosse vingtaine dans l'industrie et le bâtiment, pas de quoi permettre de trouver des débouchés à la plupart des ados... Si on part du principe que le cursus scolaire sert essentiellement à former des agents économiques, alors il faut partir de l'objectif, le projet économique, et repartir vers la base, le cursus scolaire. Tout en prenant en considération qu'un cursus dure environ 20 ans, c'est pour un projet économique à l'horizon 2040 qu'on mettrait en place vers 2020 un nouveau système scolaire en cas de victoire de la « droite dure » ! On se rend donc bien compte qu'entre les paroles (la suppression du collège unique) et la réalité (mettre en place un système scolaire correspondant au projet économique souhaité), il y a un gouffre ! D'autant que nous peinons à croire qu'un mauvais élève fainéant et indiscipliné fera un bon ouvrier, un bon artisan ou un bon agriculteur capable d'effort, de sérieux et de rigueur...

Par ailleurs, le collège unique n'empêche absolument pas les écarts de niveau entre classes et entre établissements. Les classements publiés dans les sacs à pubs hexagonaux établissant les « meilleurs collèges » sur différents critères l'attestent. Ainsi le collège unique n'est pas un véritable problème puisque la carte scolaire d'un côté et le privé sous contrat ou hors contrat de l'autre permettent globalement à tout le monde de s'y retrouver. Sauf cas exceptionnel, les élèves d'un établissement ont un niveau très similaire. Et s'il y a bien un domaine dans lequel les parents sont généralement soucieux de leurs enfants, c'est bel et bien l'enseignement... Aujourd'hui les établissements privés des grandes métropoles se métamorphosent avec de plus en plus de familles issues de l'immigration qui y inscrivent leurs enfants pour leur « éviter » le collège de quartier. Ce sont parfois des familles extrêmement soucieuses de l'éducation reçues et des valeurs véhiculées.

En d'autres termes : le problème n'est donc pas que le collège soit unique ou non, puisque de toute façon les écarts de niveau existent entre établissements et tout le monde le sait très bien, le problème c'est plutôt de savoir ce qu'on a à proposer aux "jeunes" à l'issue de leur cursus scolaire...

Sur ce point, faisons un peu de sociologie, on pointera du doigt le fait que la génération post 2001 est née dans un monde particulièrement anxiogène (terrorisme, chômage, insécurité) et qui a toujours connu le numérique (ordinateurs, téléphones portables, tablettes, …). Les « jeunes » auxquels les enseignants doivent faire face n'ont donc plus rien à voir avec ceux par exemple des années 80 ou même 90, époque où rien n'allait déjà plus pour certains... Hyper-connectés mais victimes d'une pauvreté relationnelle avec l'entourage familial, les adolescents sont souvent confrontés à une absence de référentiels solides et de verticalité. La question du collège unique est donc secondaire, ce qui compte c'est que le collège soit un creuset de formation et d'éducation permettant d'introduire une certaine verticalité qui contraste avec l'horizontalité introduite par le numérique. Évidemment à cette nécessaire verticalité il faut ajouter la hiérarchie des valeurs. Bien loin d'une absence de valeurs, les adolescents sont confrontés à une profusion de valeurs*. En un clic ils peuvent avoir accès à tout, et aussi à n'importe quoi. Le rôle de l'éducateur et du pédagogue revient donc à les aider à hiérarchiser, à faire preuve de discernement et d'esprit critique. Et cette tâche est extrêmement ardue. Le problème n'est donc pas qu'on apprend plus rien à l'école, mais que les élèves considèrent le savoir scolaire comme une information parmi d'autres et les valeurs et référentiels de l'école comme des valeurs parmi d'autres. En somme, le numérique aura réussi là où le pédagogisme post-moderniste avait échoué.

Avant l'an 2000, malgré les divorces ou les familles recomposées, la plupart des enfants vivaient dans des milieux de classes moyennes où subsistaient un tissu social et des grand-parents garants de certaines « valeurs ». Les ado actuels sont victimes de la double peine : d'un côté leur environnement familial n'est pas toujours porteur (parents post 68 et grand-parents 68ards) et de l'autre le numérique les coupe de leur environnement familial. Ils ne peuvent donc connaître rien d'autre que l'horizontalité et le relativisme car aussi bien leur famille que le numérique les maintiennent dans cet univers de pensée. Ainsi, une observation fine des collégiens actuels permet de se rendre compte que le collégien (et le lycéen) ne cherchent pas la distinction mais l'uniformisation. Alors que des années 50 aux années 90, toutes les générations ont connu leurs lots de rebelles (des teddy boys aux neo-metalleux en passant par les mods, les rappeurs, les punks, les skins, etc...) la plupart des ados aujourd'hui ne cherchent pas à appartenir à des tribus de ce type mais tout au contraire cherchent des référentiels qu'ils n'ont pas. Ainsi s'explique le succès de l'islam dit « radical » chez les jeunes issus de l'immigration dont les revendications ne passent plus par le rap contestataire et une culture gauchisante (de type I AM ou Zebda...) mais plutôt par le rap ultra-violent mêlé à l'islamisme. C'est donc sans grand étonnement qu'on constate la porosité entre le grand banditisme et le jihadisme, elle existe aussi chez les plus jeunes entre petite délinquance et revendication identitaire.

Ce que nous avons à proposer à nos jeunes, autant sur le plan professionnel que des valeurs, est donc bien plus important que la structure même du collège qui n'est qu'un outil pour atteindre un ou plusieurs objectifs.

Ici on se heurte alors à la conception de l'enseignement. Celui-ci a-t-il pour objet de former de futurs employés ou bien de permettre l'acquisition d'un socle culturel commun ? Sans opposer les deux, c'est un débat de fond que ne tranche pas le débat sur le collège unique si celui-ci est mal posé. Mais cela nous donne une piste. Jusqu'à preuve du contraire, les partisans de la suppression du collège unique perçoivent l'école essentiellement comme un lieu de formation. Mais ils font fausse route, car les systèmes éducatifs ont toujours peu ou prou pour mission de faire adhérer les enfants aux valeurs de la communauté. On en revient donc à cette question des valeurs. L'hystérisation autour des « valeurs républicaines » vient bel et bien de ce constat. Et si nous sommes attachés à la liberté éducative (cf. ici) nous ne sommes pas dupes : quelle société peut tolérer qu'au nom des « libertés » certains prônent des valeurs rigoureusement inverses ? Les libéraux naviguent eux aussi en plein relativisme en défendant la liberté éducative sans condition et la fin du collège unique pour des motifs économiques : cela ne peut conduire qu'à toujours plus d'atomisation sociale là où l’école républicaine s'essaye bon an mal an de maintenir ce qui peut encore subsister de « société ». Ils font une nouvelle fois fausse route : non seulement l'organisation de l'éducation d'un Etat / d'une société / d'une communauté doit être a minima déterminée par des objectifs économiques, mais elle doit également être réfléchie pour des objectifs de cohésion sociale reposant sur des valeurs et des principes partagés.

Si on ne peut pas résumer ce sujet à un marronnier en raison de son importance, il n'en demeure pas moins souvent traité de façon démagogique par des individus qui soit n'y connaissent rien, soit ne sont pas honnêtes quant à leurs objectifs.

Jean / C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

* « Le rapport aux idées et valeurs

Pour ces deux auteurs, les termes employés ne sont aucunement péjoratifs.

Il s’agit du septième rapport en pleine mutation, qui transforme la nature des engagements de l’individu hypermoderne. À présent, les individus sont particulièrement critiques et réflexifs. Critiques, parce que leurs jugements de valeur reposent sur un raisonnement qui se réclame de la démonstration scientifique (de plus en plus de personnes ont le baccalauréat, font des mathématiques, des sciences dites « dures » ou humaines…). Ils réclament le droit de critique et de proposition à l’égard de toutes les normes en vigueur. Réflexifs, parce que les individus s’interrogent sans cesse et fonctionnent par tests, essais, erreurs. Ils se donnent les moyens d’une distance d’avec eux-mêmes. C’est la « prise de tête », comme disent les élèves et étudiants. Ils sont avant tout en quête de « sens », comme en témoigne la fortune du mot. Avant, ils recevaient le sens des religions et des idéologies ; aujourd’hui, ils les mettent à l’épreuve. L’encadrement communautaire laisse place au tâtonnement individuel qui prend deux formes principales : celle d’un « bricolage » au sens de Claude Lévi-Strauss et d’un « braconnage » au sens de Michel de Certeau.

C’est en effet le règne du « bricolage » des valeurs. Dans son œuvre La Pensée sauvage, l’anthropologue Claude Lévi-Strauss met en lumière la notion de « bricolage intellectuel » pour spécifier la façon dont, dans les « sociétés premières », on s’exprime par « un mouvement incident » « avec les moyens du bord », avec ce que l’on a « sous la main », c’est-à-dire « un ensemble à chaque instant fini d’outils ou de matériaux, hétéroclite ». Le résultat en est contingent et n’est pas définissable par un projet ; le bricolage se fait « avec les résidus de constructions et de destructions antérieures » (Lévi-Strauss, 1962, pp. 31-32). Cela s’applique à nos contemporains quand il s’agit de leur recherche de valeurs.

Il existe également un « braconnage » des valeurs. Pour Michel de Certeau, le « braconnage » est une pratique culturelle qui consiste à « voyager », « circuler sur les terres d’autrui » et « ravir les biens d’autrui » en toute impunité. C’est ne pas avoir de lieu, « ne pas être ici ou là, l’un ou l’autre, ni l’un ni l’autre, à fois dedans et dehors, perdant l’un et l’autre en les mêlant », associant des éléments épars dont on est « l’éveilleur et l’hôte » mais jamais « le propriétaire » (de Certeau, 1990, p. 251). Le braconnier « esquive la loi du milieu social » et déroute, « fugue », pille et invente au gré de son bon vouloir, « ruse » et « joue » avec différents éléments et contenus culturels (ibid., pp. 252-253). Les individus braconnent ainsi leurs valeurs. Dès lors, l’engagement n’est plus de l’ordre de l’évidence communautaire, il est vécu comme une mise à l’épreuve des idées et des valeurs de chacun.

Ce « braconnage » ou ce « bricolage » des valeurs est souvent interprété – lorsqu’il s’agit des plus jeunes générations – comme une perte de valeurs. Combien de fois entendons-nous que « les jeunes n’ont plus de valeurs », que « les jeunes n’ont plus de repères »… De fait, le diagnostic est très mal posé. En effet, il n’y a aucune perte des valeurs ou des repères. D’un point de vue sociologique, c’est exactement l’inverse qui se produit dans les sociétés occidentales. Jamais des générations n’ont eu accès à une telle palette des valeurs. Avec Internet, les groupes de pairs, la multiplication des réseaux et des connexions dans un monde globalisé… tout devient possible, car accessible. À l’heure de la remise en cause des religions institutionnalisées, des idéologies et des grands récits qui ont fait l’identité des générations antérieures, notre société connaît par contraste une effervescence axiologique, c’est-à-dire une prolifération des valeurs, une ébullition des références, celles-ci pouvant être contradictoires et déconcertantes. Dans le cadre de ce brouillage des balises de sens, l’enjeu pour les adolescents mais aussi pour les jeunes adultes est alors de hiérarchiser, de faire le tri dans le charivari des valeurs. Le problème majeur en effet n’est pas celui de la perte ou de la fin des valeurs, mais bien celui de leur profusion et de leur hiérarchisation. »

Source : Olivier Bobineau, La troisième modernité, ou « l'individualisme confinitaire », https://sociologies.revues.org

Crédit photo : lefigaro.fr

29/05/2016

Nouvelles de Verdun

verdun.jpg

Je discutais il y a peu de « l’affaire de Verdun » avec une de mes connaissances. Voici un petit résumé de l’entretien :

― Ça t’étonne qu’ils aient prévu ça ? Quand j’ai vu les titres j’ai cru qu’il s’agissait d’un article du Gorafi… Tu sais, c’est comme ça, ils oseront tout.

Mon ami était d’évidence résigné. Pour ma part je pestais rageusement.

― Mais non ! Ça ne doit pas être comme ça ! C’est Verdun ! Verdun, quoi ! Douaumont, Vaux, le Mort-Homme, la Tranchée des Baïonnettes, des milliers de jeunes gars venus des quatre coins de France et d’Allemagne pour se faire tuer au combat !

― Tu sembles prendre ça très à cœur. Comment une telle boucherie pourrait-elle être glorieuse ?

― Oui, je prends ça très à cœur. Toutes les familles de France ont perdu quelqu’un là-haut. Des dizaines de milliers de corps sont encore dans le sol. Le fait qu’ils aient imaginé de commémorer le centenaire de cette manière est une abomination. Oui, une putain d’abomination… Le simple fait d’avoir pu fantasmer des gesticulations pareilles à Verdun me plonge dans une rage que tu ne peux imaginer.

― Je dois bien admettre que je ne connais pas grand-chose sur cette bataille, si ce n’est qu’il y avait beaucoup de boue, que c’était l’horreur…

― Ce n’est pas que ça Verdun. Quasiment tous les régiments de l’Armée française sont passés à tour de rôle à Verdun, c’était la noria. Il fallait monter sur les Hauts-de-Meuse, au dessus de la ville, pour défendre les forts et empêcher que les Allemands n’atteignent la rivière. Les Allemands se battaient bien eux aussi. Ils remontaient à l’assaut sans cesse, mais nos vieux poilus s’accrochaient. Ça explosaient de partout, pendant 300 jours près de 50 millions d’obus ont été tirés… 50 millions, c’est inimaginable ! Plus de 80% des 700 000 morts et blessés l’ont été à cause des obus. Ça a vite transformé le tout en un décor lunaire. On parle souvent des tranchées, mais à Verdun il n’y avait plus vraiment de tranchées… juste des trous, des trous partout. Ces trous aujourd’hui recouvert par la forêt de sapins mais qu’on devine encore.

Les gars des deux camps s’accrochaient, par petits groupes. Ils combattaient là et se faisaient tuer sur place, dans les trous, en attendant la relève pendant trois, voir cinq ou six jours d’affilés.

La soif, car pas d’eau potable, il valait mieux prendre un ou deux bidons d’avance sur soi, quitte à s’enfoncer un peu plus dans la boue crayeuse. Le manque de sommeil. La pluie. Le soleil. Et puis le combat. Les gaz. Les obus. Les obus en permanence. On dit qu’ils avaient acquis un sixième sens, qu’ils les sentaient arriver sur eux. Les témoignages s’accordent pour dire que cette sensation était indescriptible, sauvage, terrible…

Et au retour de tout ça l’incompréhension, les mesquineries de la vie ordinaire. Des amis perdus, une gueule fracassée ou un membre sectionné…

Et encore après tout ça, après ce putain de merdier grandiose, ce déchainement d’énergie inouïe, on ose nous ramener… Black M…

― Maintenant tu comprends ce que ça fait que d’avoir une mémoire meurtrie. En gros Verdun, c’est un peu comme Auschwitz pour les juifs ou l’île de Gorée pour les esclaves noirs… C’est normal que tu te sentes touché. Imagine un concert de Black Metal à Treblinka !

― Au contraire ! D’ailleurs on parle ici de Black M et non de Black Metal… Les Juifs ou les esclaves noirs ont été des victimes passives, en tout cas symboliquement. Les gars de Verdun, Français ou Allemands, ne sont pas morts en martyrs, ils sont morts en héros. Verdun, c’est un champ de gloire, un champ d’honneur, non seulement pour les deux belligérants de la bataille, mais pour l’ensemble des peuples européens. C’est aussi un symbole de l’absurdité des guerres fratricides.

― Oui, je suis d’accord, mais on te rétorquera toujours le sacrifice des troupes coloniales, avec les tirailleurs et les autres. On te dira que Black M est légitime car noir…

― Il faut remettre les choses à leur place, et clairement. Les pertes militaires françaises de la Première guerre mondiale s’élèvent à environ 1 400 000 morts et plus de 4 000 000 de blessés. Parmi ces pertes on peut compter environ 80 000 morts issus de l’empire colonial, ça représente environ 5% des morts français. Beaucoup de ces morts étaient des Français blancs qui venaient d’Afrique du nord.

Ce qui est lourd à digérer c’est le mythe de l’emploi systématique en première ligne, comme boucliers humains, ou pour préparer le terrain. C’est faux, horriblement faux. Les troupes de l’empire se sont battues honorablement, mais dans les mêmes conditions et circonstances que l’immense majorité des soldats.

De toute façon je me sens aussi proche, quand je songe à cette guerre dégueulasse, d’un français que d’un allemand. Quelles différences entre un paysan du Berry et un autre de Basse-Saxe ? Dans les deux camps l’expérience est similaire. Je sais juste que je suis européen et que Verdun c’est la mémoire des Européens, donc la mienne.

― Bien. Mais dans ce cas on mettra en avant la dimension ludique de ce genre de concerts. Tu sais, le « langage universel de la musique » qui lève les frontières et nous fait communier ensemble dans la joie…

― On dirait le discours d’un témoin de Jéhovah, sans dec’… Plus sérieusement c’est comme le sport spectacle et ses prétendues « vertus ». Homo Festivus, l’amusement, le divertissement comme seul horizon. Tu le verras à nouveau durant l’euro de football… D’ailleurs le fameux Black M le dit très bien quand on lui demande pourquoi il désirait venir à Verdun : « C’est de la scène, et c’est quelque chose que j’aime énormément alors je réponds présent. Tout simplement. » T’as vu la poésie ! On dirait du Lucchini… On pourrait peut-être lui demander combien il aurait touché pour sa prestation sur la tombe de nos ancêtres. On parle de 150 000 euros…

Plus sérieusement je ne pense pas que se taper une charge sous les shrapnels pour reprendre Douaumont ou Vaux ressemblait à un concert de Black M...

Le drame de l’époque, de notre époque, c’est l’oubli total et complet de ce que peut être l’esprit de sacrifice. La souffrance volontaire pour servir un but plus élevé…

Regarde le regard des gens quand tu leur parles de sacrifices. Ils ne comprennent pas… Ils ont oublié la guerre et ses tourments. Ils ont oublié Vercingétorix déposant ses armes, les charges folles des cuirassiers de Napoléon à Eylau et Waterloo ou encore les kamikazes japonais.

C’est d’ailleurs pour ça qu’ils sont complètement largués face à des types qui se font péter le bide en hurlant « Dieu est grand ! ». Ils ne comprennent pas, les prennent pour des fous, alors que les gars en question n’accomplissent qu’un sacrifice logique.

― Je vois. Et donc, qu’est ce qu’on doit faire ?

― Se montrer digne des sacrifices consentis en notre nom.

Jacques Thomas pour le CNC

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

27/05/2016

Le pouvoir réside dans les infrastructures

bloquons tout.jpg

A l'heure où certains critiquent les blocages, il serait bon de réfléchir à ce qui permet concrètement, et non idéalement, de lutter contre le pouvoir. Les récentes élections en Autriche démontrent qu'il est difficile de s'emparer des institutions. Mais il serait tout aussi difficile de gouverner ces institutions sans avoir le pouvoir sur les infrastructures et ceux en charge de les faire fonctionner.

A l'ère de la mondialisation, plus encore qu'à l'époque de Georges Sorel, il convient de couper les flux.

Les "gauchistes" ont compris que le pouvoir réside en grande partie dans les infrastructures. Avec la mondialisation et la liberté accrue des biens et des personnes, "bloquer" c'est réactiver symboliquement une frontière, poser une limite entre le globalisme et la France. Ça signifie "dans ce pays on ne veut pas de vos lois néo-libérales". Tout patriote devrait se satisfaire du blocage, qui attaque directement le rêve du libre-échange sans entrave.

En effet, contrairement à ce qu'affirment certains qui parlent souvent trop vite d'une mondialisation hors-sol, la mondialisation est au contraire génératrice de territoires. Les flux, loin d'être abstraits, sont des traits d'union entre des territoires concrets, aménagés avec des infrastructures concrètes : un terminal méthanier, un pont, une ligne de chemin de fer, une piste d'aéroport, un centre d'affaire, une zone commerciale... les flux relient des territoires qui concentrent et polarisent des activités.

C'est donc paradoxalement un milieu politique favorable à l'ouverture - l'ultra-gauche - qui appelle au blocage des flux, et un milieu politique favorable aux frontières, aux limites, aux murs, qui s'oppose au blocage : la droite nationale.
Ainsi, pour mieux appréhender ce qui se passe et pour nourrir la réflexion d'une droite nationale quelque peu embourbée dans ses réflexes réactionnaires, nous vous livrons un court extrait de l'ouvrage A Nos Amis du Comité Invisible.

"Mais lorsque les insurgés parviennent à investir les parlements, les palais présidentiels et autres sièges des institutions, comme en Ukraine, en Libye ou dans le Wisconsin, c’est pour découvrir des lieux vides, vides de pouvoir, et ameublés sans goût. Ce n’est pas pour empêcher le « peuple » de « prendre le pouvoir » qu’on lui défend si férocement de les envahir, mais pour l’empêcher de réaliser que le pouvoir ne réside plus dans les institutions. Il n’y a là que temples désertés, forteresses désaffectées, simples décors – mais véritables leurres à révolutionnaires. L’impulsion populaire d’envahir la scène pour découvrir ce qu’il se passe en coulisse a vocation à être déçue. Même les plus fervents complotistes, s’ils y avaient accès, n’y découvriraient aucun arcane ; la vérité, c’est que le pouvoir n’est tout simplement plus cette réalité théâtrale à quoi la modernité nous a accoutumés."

La vérité quant à la localisation effective du pouvoir n’est pourtant en rien cachée ; c’est seulement nous qui refusons de la voir tant cela viendrait doucher nos si confortables certitudes. Cette vérité, il suffit de se pencher sur les billets émis par l’Union européenne pour s’en aviser. Ni les marxistes ni les économistes néo-classiques n’ont jamais pu l’admettre, mais c’est un fait archéologiquement établi : la monnaie n’est pas un instrument économique, mais une réalité essentiellement politique. On n’a jamais vu de monnaie qu’adossée à un ordre politique à même de la garantir. C’est pourquoi, aussi, les devises des différents pays portent traditionnellement la figure personnelle des empereurs, des grands hommes d’état, des pères fondateurs ou les allégories en chair et en os de la nation. Or qu’est-ce qui figure sur les billets en euros ? Non pas des figures humaines, non pas des insignes d’une souveraineté personnelle, mais des ponts, des aqueducs, des arches – des architectures impersonnelles dont le cœur est vide. La vérité quant à la nature présente du pouvoir, chaque Européen en a un exemplaire imprimé dans sa poche. Elle se formule ainsi : le pouvoir réside désormais dans les infrastructures de ce monde."

Jean / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

23/05/2016

Regard sur l'Actu #27: La passion du migrant

of.jpg

Regard sur l'Actu #27: La passion du migrant

Le Système ira jusqu'au bout pour nous imposer ses « migrants ». Constatant que les peuples européens sont de plus en plus réticents à accueillir des millions de faux-réfugiés venant profiter, piller et affaiblir à dessein notre continent, il met toutes ses forces en action depuis des mois pour contrer la réaction populaire et cette passion hystérique l'amène à affirmer les sottises les plus éhontées. Place à quelques bobards récents sur ces chers "citoyens du monde" que l'oligarchie mondialiste utilise contre l'Europe et les Européens.

Les Français aiment les migrants!

Le Système perd tellement les pédales qu'il commet des erreurs de plus en plus grossières, à l'image de ce sondage d'Amnesty International (ONG recevant des millions de dollars de la part de George Soros, signe de confiance !) qui décrit les Français comme « plutôt accueillants » envers les envahisseurs. Pensez... nos compatriotes seraient 82% à être favorables à l'accueil des migrants. Quel score soviétique ! Le même que Chirac en 2002 ! Tous les faits, tous les autres sondages (voir ici) ont beau prouver le contraire, peu importe ! Jean-François Dubost, responsable du programme protection des populations pour Amnesty France, ose même venir affirmer que les Français ont pu constater qu'ils "n'avaient pas été envahis par des hordes de barbares, mais qu'au contraire les choses se passaient plutôt bien" dans les endroits ou des réfugiés ont été installés légalement. A Calais par exemple ?

Les migrants : un moteur économique puissant!

Vous ne vous en doutiez sans doute pas : les « réfugiés » sont des créateurs de richesse et ils rapportent bien plus qu'ils ne coûtent nous annonce Ouest-France (qui ne sera pas le premier journal à reprendre cette ridicule propagande libérale visant à nous endormir grâce à l'argument "pognon"! En France, on sait que le budget 2015 lié à l'immigration illégale a dépassé celui de la santé (1,38 milliards d'euros contre 1,25 milliards). Mais les retombées économiques arrivent, pas d'inquiétude !

L'Allemagne, où « réfugiés » est devenu le mot de l'année, s'apprête justement à débourser 94 milliards d'euros d'ici 2020. Ayant reçu plus d'un million de clandestins en 2015, le pays de Goethe devrait en accueillir encore 2 millions dans les prochaines années (d'après le ministère fédéral des finances). Même si les 94 milliards seront pompés aux contribuables allemands, ceux-ci ne pourront que se réjouir d'aider à la sacro-sainte croissance économique de leur pays  car « investir un euro dans l’accueil des réfugiés en rapportera presque deux, dans les cinq ans. » Les clandestins comme solution à la crise en quelque sorte... Il fallait oser! Cette idée magique, on la retrouve dans le rapport Refugees Work de la fondation Tent et du think-thank Open (ce dernier est évidemment l’œuvre d'un mondialiste acharné prônant le métissage et le libéralisme intégral : Philippe Legrain). Basé sur les chiffres de l’Institut monétaire international (IMF) et la pensée vaudou, le rapport est sans surprise. En effet :

« L’investissement public dans l’accueil des réfugiés stimulera immédiatement la demande économique. Quand les réfugiés travaillent, qu’ils exercent un métier, peu importe le niveau de compétence, ils payent des taxes, consomment et investissent. C’est un surplus pour l’économie. » nous explique-t-on.

Voici les préconisations du rapport :

« Les gouvernements devraient en priorité intégrer les réfugiés et les demandeurs d’asile sur le marché du travail. En France, les procédures de demandes d’asile prennent du temps, parfois des années. Pendant ce temps, les demandeurs d’asile sont exclus de l’emploi. De même, très souvent, les gouvernements ne reconnaissent pas les diplômes des pays d’origine et ne proposent pas suffisamment de formations linguistiques. Enfin, les réfugiés sont réinstallés dans des lieux où les logements sont abordables mais où l’emploi est rare. Toutes ces choses doivent être changées. »

C'est bien pour cela qu' « il est important d’avoir un marché du travail ouvert (NDR: L'éternelle obsession libérale de l'ouverture et de la suppression de toute barrière, de toute limite), et des investissements publics pour améliorer les compétences professionnelles et linguistiques des demandeurs d’asile. » Quant à l'Union Européenne, elle « doit maintenant se concentrer sur les mesures à prendre pour permettre aux réfugiés de contribuer économiquement à leur nouvelle société. » Sans doute n'en fait-elle pas encore assez...

Connaissant -de une- la passion des clandestins pour le travail (l'Allemagne va cependant leur créer exclusivement 100.000 emplois d'utilité publique pour mieux les "intégrer") et -de deux- le taux de chômage dans l'Union Européenne (autour de 10%), on peut légitimement émettre certaines réserves... En tout cas, nous n'en avons aucune concernant la stimulation de la consommation ! Les supermarchés en savent quelque chose et, dans notre pays qui se serait pris de passion pour les « migrants », on trouve de remarquables initiatives à l'image de celle de la commune de Grande-Synthe qui « va mettre en place une navette à destination des usagers du camp de migrants de la Linière pour les amener en toute sécurité jusqu’à Auchan. »

Une passion partagée ?

Nous connaissons tous la réponse à cette question. Les Français sont majoritairement opposés à l'immigration sauvage et ne font plus confiance aux médias et au gouvernement qu'ils savent être des menteurs et des manipulateurs. « 67% des Français interrogés pensent que le gouvernement et les médias fournissent des informations mensongères sur les crimes commis par les migrants » nous dit un sondage qui semble bien plus digne de confiance que celui d'Amnesty International. Car déjà bien plus conforme à ce que l'on entend auprès des gens dits « normaux » car, hormis les abrutis, les gauchistes et les catholiques tendance Vatican 2, personne n'en veut.

Nous l'avons déjà dit, notre pays est divisé en deux parties quasi-irréconciliables. Et la question des migrants en est la preuve. L'éternelle différence entre pays légal et pays réel. Que le Système en soit amené à avaliser des procédés de propagande aussi minables que ceux présentés plus haut montre certes sa détermination à détruire l'Europe (ce qui est le but des Etats-Unis et de leur mentor Soros affirme fort justement le gouvernement de Viktor Orbàn) mais témoigne surtout de son inquiétude quant à l'état actuel des choses et à un divorce qu'il sait inéluctable avec les populations européennes. D'où ses mensonges répétés et sa répression implacable envers ses vrais ennemis (des pays « frondeurs » d'Europe de l'est à Boris Le Lay).

Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Photo: Ouest-France