Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2014

Entretiens non-alignés avec A.Chauprade et F.Philippot.

Aymeric Chauprade

Florian Philippot

12/09/2014

Méridien Zéro #200: "Panorama actu: une rentrée de folie"

Chers auditeurs et auditrices,

Méridien Zéro fait aujourd'hui sa rentrée, pour une nouvelle saison durant laquelle nous espérons encore améliorer nos émissions et rétablir une qualité technique à laquelle nous aspirons depuis ce printemps. Cette semaine, pour fêter dignement la 200e de nos émissions, nous vous proposons un panorama actu sur l'actualité française, avec les commentaires éclairés d'Adrien Abauzit, Xavier Eman, Maurice Gendre et du Lt Sturm. Le système trébuche ? Aidons-le à tomber !

A l'abordage et pas de quartier pour cette quatrième année consécutive !

A la technique et parfois derrière le micro, Jean-Louis Roumégace

flyer-emission-12-09-14.jpg

10/09/2014

Regard sur l'actu (3)

 Regard sur l'actu (3)

etalement-urbain-france-lumiere-nuit-image-satellite.jpg

La relaxe des Femens, nouveau symbole d'une justice à deux vitesses ?

Nous apprenons aujourd'hui la relaxe des Femens, les militantes féministes « sextrémistes », dans l'affaire concernant leur irruption dans la cathédrale Notre-Dame de Paris à l'occasion de laquelle elles s'en sont courageusement prises à la cloche Marcel qui n'en demandait pas tant. Malgré le procès verbal et un devis chiffrant les dégâts à plusieurs milliers d'€, le juge n'a semble-t-il pas été en mesure de confirmer que les militantes du Bien sont bien à l'origine des dégâts. Il est en effet fréquent que des cloches se dégradent d’elles-mêmes, dans une sorte de pulsion auto-mutilatrice. Par ailleurs trois agents de sécurité ont été condamnés à une amende avec sursis pour avoir arrêté avec virilité cette œuvre de spectacle vivant érotico-sonore en milieu patrimonial. Rappelons que la justice a condamné les Homens pour leur irruption à Roland Garros, les Identitaires pour être monté sur le toit de la Mosquée de Poitiers en chantier et sur celui de la permanence du PS ou encore Anne-Sophie Leclère pour un partage Facebook. L'exposition de Christine Boutin, toujours présente quant il s'agit de parler de blasphème là où ce n'est pas le débat, ne va guère arranger les choses. Il ne s'agit pas d'un débat sur le « droit au blasphème », il s'agit d'un débat sur la justice française. Nous savons à quoi nous en tenir depuis longtemps, pour ceux qui en doutaient encore, il vaut mieux être une Femen qu'un Homen.

Mairies résistantes aux nouveaux rythmes scolaires, quelle place pour nos communes ?

Depuis la rentrée scolaire, certains maires ont refusé d'appliquer les nouveaux rythmes scolaires imposants une demi-journée de travail supplémentaire le matin. Les maires récalcitrants ont été convoqués au Tribunal Administratif pour s'expliquer de leur refus de n'être que des exécutants des réformes décidées dans les cabinets du ministère de la rééducation républicaine. Les concertations s'apparentant souvent dans ce type de projets à du « cause toujours » selon la formule de Woody Allen sur la démocratie. A Janvry, le maire est, semble-t-il, soutenu par sa population. La problématique des rythmes scolaires pose de vraies questions sur la place de l'école dans la société et celle des parents et des élèves dans le système scolaire. Mais au-delà de ça, l'entrée en résistance, désespérée, de certains maires, qu'elle soit justifiée ou non, doit nous interroger sur la philosophie politique de notre pays. L'omnipotence de l'Etat, imposant presque unilatéralement ses réformes à des communes très diverses, ne peut plus être considérée comme acceptable. L'Etat fait-il valoir ici son autorité dans un des rares domaines ou le diktat de la Commission européenne n'est pas encore trop fort ? Dans tous les cas, entre idéologie et crise d'autorité, l'Etat devient de plus en plus un ennemi pour nos libertés. Sur ce sujet, comme pour d'autres, il paraît plus logique que l'échelon communal soit au cœur des réformes au sein de la mosaïque territoriale française. Le renforcement du pouvoir des communes, perçu pour certain français avec crainte, est pourtant essentielle dans de nombreux domaines. L'éducation notamment.

Vers une rupture de l’approvisionnement en électricité ?

D'après le président de RTE, filiale autonome d'EDF, Dominique Maillard, la France risquerait une pénurie d'électricité à partir de l'hiver 2015. Bien qu'il s'agisse ici de simple prospective, cette information n'est pas dénuée d'intérêt car cela fait plusieurs années que le sujet des pénuries d'électricité traverse les différentes sphères dissidentes sur un mode plus ou moins alarmiste. Les choix en matière énergétique : énergies fossiles, énergie nucléaire, énergies « renouvelables » sont au cœur de la conférence de presse de M. Maillard. Quelques soient les intentions de M . Maillard, qui cherche sûrement à rendre indispensable le projet du réacteur EPR, il est absolument certain qu'avec une démographie conduisant à une augmentation des besoins globaux, il sera très difficile pour la France de faire face à une augmentation de la consommation énergétique. Les énergies « renouvelables » ne sont pas en capacité de supporter la consommation électrique globale du pays, le nucléaire pose d’évidents problèmes de sécurité et de traitement des déchets. Quant aux énergies fossiles, elles sont aux cœurs des problématiques d'indépendance énergétique (Russie, Qatar) et de pollution atmosphérique. M. Maillard propose entre autres aux Français de « décaler » leurs heures de consommation. Si cette idée, aussi futile soit-elle, n'est pas totalement farfelue, il faut pas se tromper de sujets : logements mal isolés, enseignes lumineuses allumées en permanence la nuit, croissance nécessitant toujours plus de ressources énergétiques, le tout conjugué à des hivers rigoureux, c'est notre mode de vie qui est au cœur de ce débat. La France pourrait bien avoir à affronter une crise énergétique comme l'annoncent les milieux décroissants, écologistes, localistes, survivalistes, etc... depuis de nombreuses années.

Le déficit de la France, vers la fin de l'Etat-providence ?

Michel Sapin, ministre des Finances, a annoncé ce mercredi que la croissance n'était « que » de 0,4% cette année, dans le même temps le déficit public atteindra 4,4%. En somme, la France ne sort pas de la crise et les augmentations d'impôts que nous avons tous constatés n'ont servies à rien. Il n'est pas question ici de discuter des objectifs de croissance (3%) fixée par la Commission européenne et la BCE. Cela nous est totalement égal. Nous ne jugeons pas la politique du gouvernement sur sa capacité à rentrer dans le moule eurocratique. En revanche, cette capacité à faire croire aux Français que « la croissance va revenir » comme si il suffisait de faire la « danse de la croissance » pour qu'elle revienne... devient insupportable car elle justifie absolument tous les tours de vis que doit subir la population. Les Français doivent savoir que leur économie repose sur la dette, qu'on a pas fini de la rembourser, que ce ne sont pas des économies de bout de chandelle tout en continuant les folles politiques immigrationnistes et déficitaires qui vont arranger la situation. Le système français est en bout de course, incapable de gérer à la fois la croissance démographique (naissance et immigration) et le vieillissement de la population. Le « remède » des libéraux de droite, consistant à diminuer les taxes et les impôts pour relancer la consommation (et donc la croissance) n'est pas non plus viable car il va se heurter lui aussi à des limites énergétiques ou démographiques. Cela fait de toute façon 40 ans, depuis le choc pétrolier et la loi de 73 que la situation s'est peu à peu dégradée, les obsessions dogmatiques des apprentis sorciers de l'économie n'arrangeant rien. Là encore, nous devons réfléchir à un autre modèle de société avec de nouvelles formes de solidarité plus en phase avec une France communautarisée et où la relocalisation économique devient une priorité.

U2 et la présentation de l'Iphone 6, nouvelle mystification de la société du Spectacle ?

Bien loin de la « relocalisation économique » : l'Iphone 6. La grande nouveauté qui n'en est pas vraiment une : l'Iphone 6 va pouvoir être synchronisé avec une montre. Fini la Swatch ou la Rolex, place à la montre Apple pour homo globalis. Non content d'avoir présenté son nouveau gadget, la firme à la pomme a joué le grand jeu, le groupe U2 est venu présenter son nouvel album ! Le projet est simple, Apple a payé le groupe de rock irlandais, qui en retour propose gratuitement le téléchargement de son nouvel album sur Itunes (la plateforme de téléchargement musicale d'Apple) jusqu’au 13 octobre, date à partir de laquelle le groupe va sortir une version digipack du CD et des bonus. Cela signifie donc que les fans de U2 qui n'ont pas Itunes et de produits Apple vont devoir s'y mettre... Intéressant de voir la trajectoire de la firme montée par feu Steve Jobs et du groupe de Bono, plutôt proches d'une philosophie libertaire, être au cœur de la machine implacable du capitalisme globalisé. Tous ces petits arrangements à coup de millions, toute cette machine commerciale et médiatique dont se nourrit le spectaclisme marchand, on est loin des grands principes humanistes dont se revendiquent les uns et les autres. On rappellera que Bono fut nominé au prix Nobel de la paix en 2003 et 2005 et élu « homme de paix » en 2008 . Oui mais voilà, les grandes déclarations sur la « pauvreté en Afrique » quant on s'associe à Apple et qu'on refuse de payer les impôts de sa société en Irlande, ça le fait moyen... Apple et U2, deux emblèmes de la culture « cool » urbaine du jeune occidental, deux tartufferies sur le plan de l'éthique et à l'arrivée un énorme coup de comm...

Jean/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

03/09/2014

Valérie Trierwieler: "Dans la peau d'une victime"

Dans quelques heures paraît le livre Merci pour ce moment où Valérie Trierwieler, ex-première maîtresse de France, raconte sa vie et ses déboires avec le président normal Hollande. Venez écouter sa complainte avec nous !

Une relation avec Hollande? Pourtant, pas de quoi être fière en théorie, tant avoir partagé la couche d'un tel mollusque devrait, en plus de la honte, inciter à devenir relativement discrète... Franchement, Mesdames, il vous fait envie?

hollandeValerie_2230865b.jpg

Mais bon, pas mal de femmes sont des succubes et encore plus chez les "people"!! Le pouvoir, l'argent, il n'y a que ça qui attire ces créatures vénales pour qui « c’est ça la vie ». Et puis, on aime parler de soi, de ses problèmes, de son quotidien, on est narcissique et on déballe sans soucis sa vie privée… surtout si ça peut rapporter du fric ! Beaucoup de Français aiment ça en plus. Suffit de constater le succès des magazines people et les conversations de vos collègues...

Valérie Trierwieler vient de faire une superbe opération commerciale, euh non, d’écrire un livre poignant, une « bombe » dont parlent tous les merdiats !!

Voici ce que vous y trouverez :

« La jour­na­liste s'y livre sans détour, y compris sur l'affaire Julie Gayet – car c'est lors de l'annonce publique de l'infi­dé­lité du président de la Répu­blique qu'elle se réfu­gie dans sa salle de bains.

« Je saisis le petit sac en plas­tique qui contient des somni­fères (…) François m'a suivie. Il tente de m'arra­cher le sac. Je cours dans la chambre. Il attrape le sac qui se déchire. Des pilules s'épar­pillent sur le lit et le sol. Je parviens à en récu­pé­rer. J'avale ce que je peux. Je veux dormir. Je ne veux pas vivre les heures qui vont arri­ver. Je sens la bour­rasque qui va s'abattre sur moi et je n'ai pas la force d'y résis­ter. Je veux fuir. Je perds connais­sance. » (Merci à nos confrères de Gala.fr dont nous saluons encore une fois le combat pour les lettres françaises!)

Un peu de croustillant, des histoires genre Les Feux de l'Amour à l'Elysée pour que les Français s'intéressent et retrouvent de l'intérêt voire de la sympathie pour les politiques. En plus, ça assurera une belle rente à Trierwieler qui utilise la « peopolisation » de la vie politique française à son avantage tout en jouant la victime. Depuis Sarkozy, on constate bien que la politique se consomme de plus en plus à l’eau de rose et que les politiques deviennent des stars.

On en parle partout de cet évènement. Ça crée le buzz comme ils disent ! Grâce aux journaux et à la télé, les Français ne se préoccupent plus de l’intérêt de leur pays, se détournent des problèmes réels et ont l’esprit occupé à parler, entre autre, de ces politiciens people qui les attendrissent avec leurs problèmes de cul à défaut de les intéresser par leurs mesures !

Trierwieler, en bonne journaliste, joue donc le jeu de sa caste en occupant le temps de cerveau disponible des Français mais œuvre aussi dans son intérêt propre en feignant d’être une victime … en sachant surtout qu’elle ressortira de ce déballage de vie privée les poches pleines, à défaut d’honneur !

Ah oui, François était un enfoiré, voyez donc ce que son ancienne maitresse dit à propos de celui qui s’était présenté comme l’ennemi des riches : « Il s'est présenté comme l'homme qui n'aime pas les riches. En réalité, le président n'aime pas les pauvres. Lui, l'homme de gauche, dit en privé : ‘les sans-dents', très fier de son trait d'humour. »

S'il était si dégueulasse, Valérie, pourquoi as-tu attendu d'être trompée pour te barrer? Le pognon et la notoriété probablement... Et puis, à l'Elysée, pour son argent de poche de Desperate Housewife, on peut sacrément pomper dans le fric des Français, hein mesdames?

hollande-pose-on-the-steps-of-the-elysee-palace-in-paris.jpg

"Merci les Français pour vos impôts, euh notre argent de poche!"

Le plus beau est de voir l’empressement des autres pontes du PS (très axés show-biz en général) tels que Valérie Hildago, maire de Paris, à se désoler dans une pure inversion accusatoire de ce déballage alors qu’il y aurait d’autres sujets sur lesquels se focaliser. Que nous dit l’autre Valérie dans ce trépidant sitcom ?

« Je pense qu’aujourd’hui, dans la situation de crise de la société française, il y a peut-être d’autres messages à faire passer…. Je souhaite que l’on parle des vrais problèmes auxquels les Français sont confrontés. Et le spectacle politico-médiatique sur la vie privée des uns et des autres, les gens en ont marre.
Bien sûr que cela va avoir un effet négatif. Les Français élisent des politiques pour régler leurs problèmes pas pour parler de leur vie personnelle. Cela affaiblit la politique et la démocratie. Je le lui dirai. »

Si cela affaiblit vraiment la démocratie à la Hollande, on ne va pas s’en plaindre non plus… Mais, en attendant, celle-ci ramollit vraiment les cerveaux des uns mais continue effectivement à faire grogner les autres.

Rüdiger et Ann / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

 

 

02/09/2014

Martine... euh Najat à l'école

Avec Najat Vallaud-Belkacem à l'Education (anti)Nationale, on constate que le gouvernement actuel, le plus impopulaire et le pire de la 5ème République (qui nous avait déjà habitués à un piètre niveau certes) prouve qu'il joue ses dernières cartes dans son seul objectif réél: détruire la société traditionnelle ou plutôt ce qu'il en reste. C'est la fuite en avant, la politique d'"Après nous le déluge!" et vu que le PS se sait condamné à court terme, il espère bien faire changer la société le plus possible tant qu'il le peut encore et que les porte-feuilles ministériels sont toujours entre ses mains... Véritable pied-de-nez à tout ceux qui espéraient un changement des choses après la Manif' pour tous, Vallaud-Belkacem a été placée là comme un symbole fort: première femme -née au Maroc en plus- à occuper ce poste, obsédée par une égalité qui n'existe pas et la promotion des déviances, elle est bien à sa place, avec les Fabius, Macron, Taubira et consorts dans ce gouvernement qui n'est qu'un ènième crachat à la gueule de la France. Inutile cependant de jouer les hystériques: elle n'est pas grand chose de plus qu'une image, une marque, une marionnette comme tous les autres qui, sans compétence aucune, passent de ministère en ministère où ils ne font qu'avaliser des plans politiques prévus de longue date, en autre par une foule de hauts fonctionnaires (souvent doublés d'idéologues nocifs) dont on ne parle jamais...

L'Education Nationale avait d'ailleurs lancé cette rentrée sous le signe de la diversité avec la fameuse photo qui suit et qui annonçait la couleur, avec ou sans mauvais jeu de mots. Wesh, c'est la rentrée à Najat!

la-page-facebook-du-ministere-de-l-education-nationale_440254_536x290p.jpg


Franchement pas la peine d'en faire une histoire... Tout le monde sait bien que le grand remplacement, c'est maintenant et que nos chères petites têtes sont de moins en moins blondes mais de plus en plus crépues. Dans certaines classes, il n'y a même plus un blanc et cela ne date pas de cette rentrée ou de
Hollande... La France change mais ils aimeraient que vous vous y fassiez plus vite. Ils vont loin quand même! Les Français ne sont pas réveillés depuis bien longtemps non plus! Ils ont tout accepté pendant des années sans rien dire et avec le sourire... On l'oublie ça!

Et quand arrive la rentrée, ces gens qui ont été floués depuis si longtemps se demandent pourquoi l'école a changé, pourquoi l'insécurité y est désormais présente et pourquoi les résultats ne font que baisser... Eh bien, on leur demandera d'ouvrir un peu les yeux sur le monde qui les entoure et qui, le premier, leur procurera les réponses aux questions qu'ils se posent.

Nous sommes tout d'abord au sein d'un monde de tension où le manque d'homogénéité du corps social se fait de plus en plus sentir. Qu'elle soit sociale ou raciale, la fracture est réelle et on retrouve à l'école, à un autre niveau, les mêmes problèmes que ceux qui existent au dehors.

C'en est fini de l'école telle que nos parents l'ont connue. Les idéologues de l'Education Nationale, bien plus que les professeurs eux-mêmes (bien que gauchistes de base trop souvent), ont tout fait pour faire changer les pédagogies simples et efficaces du passé où l'on se concentrait sur l'essentiel tout en conservant un niveau d'exigences valable. Mais, dans une société où l'on promeut depuis des décennies l'ignorance, la médiocrité, le laxisme et la légèreté, où l'instruction et la culture ne sont plus des marqueurs sociaux de poids, où l'excellence ne sert plus qu'à amasser du fric, seul motif de réussite pour bien des parents, comment s'étonner de ce à quoi ressemble l'école? D'autant qu'actuellement, elle est avant tout utilisée par l'Etat pour faire de nos enfants de futurs "bons citoyens" (c'est à dire des individus "gris" isolés de toute communauté réelle prêchant l'"égalité", l'hédonisme, l'individualisme et n'ayant comme buts dans la vie que le fric et la consommation).

Et les enfants ressemblent de plus en plus à leurs parents: toujours moins intéressés par quoi que ce soit hormis par ce que le système leur vend en tant que jeunes consommateurs: un style vestimentaire qui calque celui de certains adultes (pas les meilleurs évidemment) et centré sur les "marques"; de la musique de supermarché visant à leur faire accepter la diversité et les autres "cultures" de manière insidieuse; une culture de l'écran rendant vite paresseux et sans imagination etc.

Finies les billes et la marelle! Ça n'intéresse pas le jeune consommateur qui ne se rêve plus en chevalier mais en rappeur... La culture a changé dans la société, les valeurs aussi et quand on sait à quel point les enfants sont perméables à leur environnement, il ne faut pas être étonné du résultat! Et puis, savoir écrire le français à l'heure du langage SMS, à quoi ça sert?

D'ailleurs, l'image que les parents ont de l'école imprègne celle des enfants. Elle n'est plus un lieu où ceux-ci s'instruisent mais une garderie où l'on fourre le petit dès 2 ans pour ne pas payer la nourrice ou, pour les cassos: pouvoir être débarrassé au plus vite de ces êtres qui ne servent qu'à toucher les allocs!

L'Etat et la société actuelle pervertissent nos enfants, consciemment et inconsciemment. Ils cherchent à établir à travers eux une future société encore plus décadente et anormale, à l'image de leurs idées dégénérées! A nous de ne pas être dupes et de déjouer, par tous les moyens, leurs plans machiavéliques. Ceci pourra d'ailleurs faire l'objet d'un article futur tant il devient primordial d'évoquer sérieusement le sujet: où et comment scolariser nos enfants? 

Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

31/08/2014

“Doit-on soutenir le Donbass communiste ?” (Tribune Libre d’un lecteur de Breiz Atao)

Note de Breiz Atao:

Tribune libre de Grégory M., un de nos lecteurs qui veut faire valoir son opinion sur les événements d’Ukraine. BREIZ ATAO voulant permettre aux opinions diverses de s’exprimer a naturellement accepté, quoique la rédaction n’adopte pas le point de vue présenté dans cette tribune.

Lecteur assidu de BREIZ ATAO et de nombreuses publications nationalistes ou identitaires, je veux écrire pour interroger nos milieux à propos d’une question simple : doit-on soutenir le Donbass qui, de plus en plus, s’affiche comme communiste, avec force faucilles, marteaux, statues de Lénine, rhétorique antifasciste sur fond de nostalgie stalinienne ? Je pense pour ma part qu’il faut être nuancé.

Tout d’abord parce que les deux camps utilisent une même rhétorique, que je qualifierai de culturellement marxiste. Les partisans du Donbass usent jusqu’à en vomir la rhétorique antifasciste, que l’on croyait enterrée dans cette partie du globe depuis 1992. Au début, on pouvait mettre cela sur le compte de quelques attardés perdus dans leurs campagnes, encore membre du Parti Communiste Ukrainien. Mais les mois passant, ce sont les autorités des deux républiques autoproclamées qui se sont mis à utiliser le plus sérieusement du monde une argumentation de type soviétique et marxiste pour analyser la situation et délégitimer l’adversaire.

Par exemple, sur l’agence de presse officielle de la “Nouvelle Russie”, on peut lire cet article que ne renierait pas L’Humanité ou la faction trotskyste “Riposte” du PCF.

Je citerai un extrait de ce texte intitulé de façon grandiloquente “14 thèses sur le fascisme” :

“12. Comme l’héroïsme et la guerre sont des jeux difficiles à pratiquer, les fascistes ukrainiens transfèrent leur volonté de puissance sur des objets sexuels (ce qui implique à la fois un dédain pour les femmes, une intolérance et une condamnation de pratiques sexuelles non conformes, de la chasteté à l’homosexualité). Mais comme même le sexe est un jeu difficile à pratiquer, les fascistes ukrainiens tendent à jouer avec des armes, ce qui revient à un ersatz de pratique phallique. La motivation sous-jacente des exercices militaires étant d’avoir en permanence un “pénis individuel”.

Cette bouillie pourrait être validée par un psychanalyste juif, par un représentant d’une association LGBT ou par un site web antifa. Bien loin d’être publié sur une page facebook obscure, il s’agit d’un article publié fièrement en première page de “l’agence de presse de Novorossya”, qui serait donc, selon certains et même selon BREIZ ATAO, le bastion avancé de l’orthodoxie slave face à la décadence occidentale. Force est de constater que le marxisme culturel y est pourtant tenu en haute estime et qu’il entend donner des leçons à l’antifascisme occidental.

10610615_624833517635556_7739741881678733566_n[1]Jeunes du Parti Communiste Italien engagé pour le Donbass

Je citerai un autre extrait :

“7. Aux gens qui se sentent privés d’une identité sociale claire, les fascistes ukrainiens disent que leur seul privilège est le plus commun, celui d’être nés dans le même pays. C’est l’origine du nationalisme. Par ailleurs, les seuls qui peuvent fournir une identité à la nation sont ses ennemis. Ainsi, à la base de la psychologie fasciste y a-t-il l’obsession du complot, si possible un complot mondial. Les participants doivent se sentir assiégés. La façon la plus simple pour régler ce complot est l’appel à la xénophobie.”

Cette rhétorique antiraciste et antifasciste est la règle en Europe de l’Ouest, nous la connaissons parfaitement. Elle est aussi en usage, avec une ampleur plus grande peut-être, dans ce Donbass révolté. Naturellement, les accusations de nationalisme et de xénophobie sont adressées dans les mêmes termes depuis l’Ouest à la Russie de Poutine, les médias français n’oubliant jamais de dire à quel point les skin-head sévissent dans ce pays. Mais ce que j’y vois, c’est bien que l’Ouest et l’Est partagent les mêmes catégories marxistes culturelles. Les deux s’accusant d’hypocrisie quant à leur orthodoxie sur le sujet.

Donc, quelle différence entre le Donbass antiraciste et antifasciste et l’UE antifasciste et antiraciste ?

10469198_1464626483801871_3994589333805905109_n[1]Antifas du Donbass

Je pense qu’à minima, il faut être nuancé. Les abrutis qui assurent la communication en faveur du Donbass, sur Twitter et les réseaux sociaux mais aussi sur les blogs, sont des attardés ou des autistes, adeptes d’un communisme dépassé depuis longtemps par le gauchisme européen et nord-américain. Ce marxisme-là date du siècle dernier. Notre marxisme contemporain, c’est-à-dire le trotskysme, a fait son aggiornamento et a poussé depuis belle lurette la destruction des hiérarchies naturelles du champ économique au champ anthropologique. Mais comme je le disais, ce trotskysme que nous connaissons et qui veut détruire ces hiérarchies naturelles, sexuelles ou identitaires, devient tout aussi central chez les communistes du Donbass. Leur application à singer leurs cousins occidentaux est d’ailleurs assez “touchante” si j’ose dire.

Je citerai encore le point numéro 5 du texte officiel :

“Ainsi, le fascisme ukrainien est raciste par définition. Plus de 2 millions d’Ukrainiens ont voté pour Svoboda lors des élections législatives de 2012. Les chefs et activistes de ce parti appellent ouvertement à des représailles contre des gens sur la base de leur langue et de leur ethnie, particulièrement les juifs et les Russes”.

Et je citerai encore :

“Le fascisme est devenu un terme général car on peut enlever à un régime fasciste un ou plusieurs de ses traits de caractère, mais sera toujours reconnaissable comme régime fasciste. Enlever l’impérialisme du fascisme, et vous avez Franco et Salazar. Enlever le colonialisme et vous avez le fascisme des Oustachis. Ajoutez au fascisme italien  une forme radicale d’anti-capitalisme – ce qui n’a jamais fasciné Mussolini – et vous avez Ezra Pound. Ajoutez un  culte à la mythologie celtique et à la mystique du Graal – totalement étrangère au fascisme officiel -  et vous avez un des gourous fascistes les plus respectés, Julius Evola”.

Ce que j’appellerai une diarrhée verbale gauchiste typique est bel et bien ce qui compose le discours officiel des deux républiques séparatistes. Les gens de nos milieux qui comme moi apprécient Evola ou Guénon pourront mesurer en quelle estime on les tient chez les antifas du Donbass ou du moins chez les demeurés qui écrivent leurs textes. [...]

Lire la suite ICI