Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2016

La solidarité ukraino-polonaise a validé avec succès l'idée du nouveau nationalisme

La solidarité ukraino-polonaise a validé avec succès l'idée du nouveau nationalisme

drapeau au sol.jpg

La marche annuelle  de l’indépendance polonaise (Marsz Niepodległości) a lieu traditionnellement le 11 novembre à Varsovie et dans tout le reste du pays, attirant des douzaines de nationalistes d’autres pays qui visitent la Pologne en tant que cœur battant de la volonté nationaliste pour tout le continent.
Les invités venus d’Ukraine ne faisaient pas exception cette année, en dépit de tensions ravivées entre les deux pays en raison de plaies mémorielles non refermées (les événements de Volhynie en 1943-NDT).
Les attaques variées s’en prenant aux symboles du globalisme moderne et du déni gauchiste de l’identité nationale, comme l’arc-en-ciel géant au centre de Varsovie ou l’ambassade russe, sont devenues la marque de fabrique de la marche de l’indépendance polonaise.
Cette année, certains ont fait une tentative d’enrichir cette liste avec une provocation anti-ukrainienne, qui est, au final tombée à l’eau du fait d’une saine et prompte réaction des nationalistes polonais sur le terrain.
Il n’a pas été surprenant d’apprendre que cette provocation avait été l’œuvre d’une organisation plutôt marginale, la Narodowa Wolna Polska (NWP) qui, dirigée par Damian Bienko, défend des positions clairement pro-Kremlin, soutient les pseudo-républiques séparatistes de la « LNR » et de la « DNR » dans l’est de l’Ukraine et collabore avec le parti polonais pro-Poutine « Zmiana ».
En mai 2016, le leader de ce dernier, Mateusz Piskorski, a été mis en détention par l’Agence de Sécurité Intérieure Polonaise sous l’accusation de collaboration avec les service de renseignements russes.
Il n’est pas moins évident que Moscou a un intérêt particulier à tout faire pour raviver des tensions ethniques entre Polonais et Ukrainiens et empêcher ces pays de s’allier dans le cadre de l’Intermarium.
Au cours du défilé festif, des membres du NWP ont commencé par fouler aux pieds un drapeau ukrainien avant de le brûler.
Par « une étrange coïncidence », plusieurs journalistes de télévision, présents sur les lieux, ont filmé la scène et la vidéo a été largement diffusée par les médiats ukrainiens et russes.
L’ambassade d’Ukraine a envoyé une note de protestation au gouvernement polonais qui a condamné les auteurs de ce geste.
Mais ce n’est pas la fin de l’histoire : de véritables nationalistes polonais sont venus au contact des organisateurs de cette action infâmante et les ont sommés de s’expliquer.
Sans réponse convaincante de la part des « agitateurs » anti-ukrainiens, les nationalistes ont décidé de leur donner une petite leçon.
Ainsi, les « activistes », se sont retrouvés dans une position horizontale imprévue sur les rives de la Vistule comme cela est expliqué dans une lettre envoyée aux médiats ukrainiens par des nationalistes autonomes polonais.
Dans celle-ci, il est précisé que les actions passées de Bienko, comme le fait de brûler un drapeau rouge et noir de l’UPA (Armée Insurrectionnelle Ukrainienne-NDT), ont provoqué de l’embarras et de la désapprobation, y compris dans les rangs des patriotes polonais ayant d’ordinaire une opinion tranchée sur la lutte des nationalistes ukrainiens.
Dans tous les cas, il est clair désormais que les droitistes chauvinistes et pro-Poutine, ceux qui, en particulier, essayent de créer la discorde entre Ukrainiens et Polonais lors des manifestations publiques, auront à assumer physiquement les conséquences de leurs actes.
De même également pour ceux qui répandent en ligne leurs calomnies anti-ukrainiennes.
Pour évoquer brièvement la préhistoire de cet incident, il est nécessaire de préciser que le Parlement polonais (Sejm) a adopté le 22 juillet 2016 une résolution visant à reconnaître le conflit ethnique en Volhynie pendant les années 40 en tant que génocide contre la population polonaise, perpétré par un symbole de la lutte de libération nationale ukrainienne, dirigé en premier lieu contre l’URSS, l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) et l’Armée Insurrectionnelle Ukrainienne (UPA), sans tenir compte du fait que des civils ont été tués des deux côtés, et principalement par des civils eux-mêmes.
Les Ukrainiens s’étaient rebellés contre les politiques anti-ukrainiennes des autorités polonaises sur les terres ethniquement ukrainiennes (polonisation et implantations de colons polonais notamment-NDT). Le NKVD soviétique avait déclenché des opérations anti-polonaises, mises ensuite sur le dos de « partisans ukrainiens », les organisations polonaises Armia Krajowa et Wolność i Niezawisłość avaient mené des actions conjointes avec l’UPA ukrainienne contre les Soviétiques.
Des ordres directs de tuer les Polonais rédigés par les leaders de l’OUN-UPA manquent à l’appel ou sont discutés par les historiens.
Personne ne se souvient de « l’opération polonaise » perpétrée par le NKVD en 1937-1938 contre la nation polonaise ( en fait, le nettoyage ethnique des populations polonaises au sein des républiques soviétique d’Ukraine et de Biélorussie, qui a débouché sur l’exécution de 111 000 personnes ) et ainsi de suite.
Il va sans dire que plusieurs nationaliste et patriotes ukrainiens ont requis une réaction symétrique de la part du gouvernement ukrainien, ce qui a seulement pour effet de perpétuer ce cercle vicieux.

C’est pourquoi le mouvement Azov, représenté à la fois au sein de la marche et à la conférence organisée la veille, le 10 novembre, par la communauté métapolitique « Niklot » a opté pour une autre stratégie, celle de la solidarité des mouvances néo-nationalistes.
Le parti politique « Corps National », créé sur les bases du Mouvement Azov, ne confond pas les questions de mémoire et de justice historique avec les impératifs relatifs à l’unité des nationalistes.
Il ne laissera pas les premières compromettre l’idéal d’une Europe unie et de sa première étape à l’est, l’Intermarium.

Vous pourrez entendre sur la vidéo la présentation des réalisations du régiment Azov et de l’ensemble du mouvement nationaliste ukrainien, par Vlad Kovaltchouk, un porte-parole prometteur qui s’est exprimé au nom du Mouvement Azov pendant la conférence. Son allocution avait été précédée par celle de Sébastien Manificat, qui exprimait le point de vue italien en tant que représentant bien connu de la CasaPound Italia.

La réaction des nationalistes polonais aux provocations anti-ukrainiennes durant la marche et leur connection rapide avec les médiats et les communautés nationalistes ukrainiennes démontrent que des conférences comme celle-là, ainsi que les actions de réconciliation polono-ukrainiennes menées par le Corps Civil Azov, visent juste.
Faisons en sorte que cela devienne la règle pour tous les nationalistes européens qui doivent se focaliser aujourd’hui sur ce qui unit, pas ce qui nous divise, pour la cause de notre lutte commune en faveur de la Grande Europe.

Le (nouveau) nationalisme contre les chauvinismes !

Olena Semenyaka

(Traduit par Pascal Lassalle)

Source : Europe Reconquista

Commentaires

Je ne sais ce qu'il peut y avoir de "néo" dans ce nationalisme là. En revanche, cette illustration du combat mené par des nationalistes paneuropéens (et Slaves ethniques) pourrait demain devenir référentielle. La solidarité raciale ou l'indispensable combat contre ZOG, quel que soit l'apparence qu'il a choisi d'adopter...

Écrit par : Aryosophe | 20/11/2016

Les commentaires sont fermés.