Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2016

Création d’un parti politique par le mouvement Azov et « Marche de la Nation », le 14 octobre 2016 à Kyiv, Ukraine

azov congrès.jpg

Création d’un parti politique par le mouvement Azov et « Marche de la Nation », le 14 octobre 2016 à Kyiv, Ukraine

Le 14 octobre 2016, journée du défenseur et du guerrier traditionnel de l’Ukraine, s’est tenu à Kyiv le congrès inaugural du parti politique du mouvement AZOV, le Corps National (Natsional’niy Korpous).

Fondé sur la base du Corps civil AZOV, il unit les vétérans du régiment AZOV, des patriotes et des militants.



Andriy Biletskyi, fondateur et premier commandant du régiment AZOV, député à la Verkhovna Rada (Parlement), a été élu à l’unanimité chef du parti par 292 délégués venus de toutes les régions de l'Ukraine.

Levko Loukianenko et Myroslav Symtchytch, anciens prisonniers des camps soviétiques et vétérans de la lutte pour l'indépendance, ainsi que le célèbre écrivain ukrainien Vassyl Shkliar, entre autres auteur du livre « Sur le chemin glorieux du régiment AZOV », ont célébré l’émergence de la nouvelle force nationaliste devant les participants du congrès.

Le musicien Arseniy Bilodoub, chanteur du célèbre groupe Sokyra Peruna, au nom du Secteur Droit (Praviy Sektor), a souhaité bonne chance au Corps National et a souligné que les organisations nationalistes ukrainiennes entretenaient des liens de camaraderie, non des relations de rivalité.

Le régiment AZOV était représenté à la tribune en la personne de son commandant par intérim qui a précisé que le nouveau parti défend les intérêts supérieurs de l'Etat et de tous les soldats ukrainiens qui se sont battus et ont donné leur vie pour l’Ukraine : leur objectif n'a jamais été la capitulation, presque signée par les autorités ukrainiennes actuelles.

Avant la présentation du programme du parti, une vidéo qui retraçant l’histoire du mouvement AZOV a été projetée. Ensuite, les délégués ont approuvé le programme et la charte du Parti.

Dans son discours salutaire, Andriy Biletskyi, le chef du Corps National, a souligné ce qui suit : « Nous ne devons pas devenir le parti des mots, mais celui des actes. Assez de mots. L'Ukraine a besoin d’actes ».

Le premier principe tiré de la présentation du programme soulignait la nécessité de mettre en place l'Union Baltique-Mer Noire (Intermarium).

L'Occident, les Etats-Unis en particulier, a trahi l'obligation de défendre l'intégrité territoriale du pays au nom du mémorandum de Budapest conclu par l’Ukraine en échange de sa renonciation aux armes nucléaires.

Au lieu de développer un bloc géopolitique composé des alliés naturels régionaux de l'Ukraine, le gouvernement ukrainien et le président se mettent littéralement à genoux face à la communauté internationale, en demandant l'aide.

Ainsi, la priorité de la défense de l'Ukraine résiderait dans la restauration de son potentiel nucléaire, de ses capacités de production dans le domaine de l’aéronautique et des missiles balistiques, ainsi que dans la création de puissantes forces armées composées d'une armée professionnelle fondée sur un système contractuel et une armée de défense territoriale.

En outre, serait créée une Légion étrangère professionnelle visant à protéger les intérêts ukrainiens sur la scène internationale.

"Nous avons la connaissance en interne de la situation sur le front, ce qui nous met ainsi en mesure d'assurer la victoire de l'Ukraine", a déclaré le représentant du parti.

Dans le domaine de la politique étrangère et de défense ont été suggérées les étapes suivantes:


- La dénonciation unilatérale du traité d'amitié de 1997 entre l'Ukraine et la Russie.


- La reconnaissance de la Fédération de Russie, en tant que puissance belligérante et agresseur, ceci à tous les niveaux de la politique mondiale et de la diplomatie internationale.


- Le rétablissement des relations diplomatiques avec la Russie seulement après la désoccupation de la Crimée et du Donbass, ainsi que le paiement de réparations par la Russie.

- La légalisation du droit à l'autodéfense armée en Ukraine.

En outre, ont été mis en évidence les points économiques pour permettre de conférer à l’Ukraine le statut d'un super état : au lieu de brader les restes de l'héritage soviétique et d’offrir des ressources naturelles à bas prix à l'Ouest ainsi que des produits semi-finis, l'Ukraine devrait mettre en œuvre de nouveaux projets mondiaux sur la base de son immense potentiel dans les domaine scientifique et de l’éducation.

Elle devrait tirer parti de sa position géopolitique, de sa situation de corridor, de son sol riche, ainsi que de ses autres ressources naturelles.

Le temps du nationalisme économique est venu : l'Ukraine devrait mener la Quatrième révolution industrielle dans des domaines comme les technologies de l'information, les biotechnologies, l’énergie, les transports, le complexe militaro-industriel et l'agriculture.

L'économie de l'Ukraine doit être mixte : le Corps National suggère la nationalisation des branches stratégiques de l'économie et en même temps un soutien maximal aux entrepreneurs privés dans le reste du champ économique, national et étranger, avec la réduction du fardeau de la fiscalité en particulier.

La modernisation rapide de l'économie ukrainienne suppose la mise en place d’un Fond d'investissement national.

L’autarcie énergétique serait basée sur le développement rapide de l'industrie nucléaire et thermonucléaire.



En politique intérieure, en ce qui concerne la structure du gouvernement, l’accent est mis sur la place tenue par un puissant leader national qui serait à la fois le commandant en chef et la tête du pouvoir exécutif.

Simultanément, sa responsabilité personnelle serait garantie par une procédure stricte de mise en accusation.

La même chose vaut pour les fonctionnaires qui doivent être prêts au rétablissement de la peine de mort comme mesure exceptionnelle pour trahison et détournement de fonds publics.

Les juges et les représentants des forces de l'ordre devraient être élus sur une base régionale.

De plus, la majorité des questions sociales devrait être discutée lors de référendums locaux.

La décentralisation, la liquidation de la brueaucratie et de la corruption pourraient être, entre autres, réalisées grâce au recours à un mode de gouvernement électronique.

Force, Prospérité et Ordre sont les grands principes qui résument le programme du parti.



Le congrès a réuni des délégués étrangers en provenance d'Europe occidentale, centrale et orientale (Pologne, Lettonie, Croatie, Grèce, Italie, Allemagne).

azov2.jpg

La célébration du congrès du parti et du Jour des Défenseurs de l'Ukraine par le Corps National s’est conclue par la massive « Marche de la Nation «  ayant réuni de plus de 10 000 personnes avec la participation du Secteur Droit (Praviy Sektor), de C14 et d'autres formations nationalistes qui ont rejoint le cortège, avec de nombreux habitants de Kyiv.

La marche, qui a duré 3 heures, était accompagnée par les hymnes de fameux chanteurs patriotes ukrainiens.

Elle a démarré au pied de la statue de la Mère Patrie pour traverser le centre historique de Kyiv jusqu’à la place Sainte Sophie et le monument de Bohdan Khmelnytskyi.

L’arrêt le plus long fut effectué dans la rue Hroutchevskyi où, il y a plus de 2 ans, au cours de l’hiver 2014, sont morts des héros de la Centurie Céleste.

Les leaders des mouvements organisateurs de la marche ont déposé des gerbes de fleurs à la mémoire de ceux qui sont tombés, pour honorer leur mémoire et celle des soldats ukrainiens de la guerre en cours.

« La paix, après la victoire », pouvait-on lire sur une des bannières brandies par les participants.

Aussitôt arrivés à destination, ces derniers ont pu écouter les discours des chefs d’organisations qui ont mis l’accent sur deux points principaux.

Ils ont envoyé tout d‘abord un message très clair au gouvernement ukrainien : « Nous avons battu le pavé pour montrer aux autorités que nous ne lâcherons rien et que nous sommes prêts à entreprendre des actions décisives au cas où elles trahiraient l’Ukraine et le peuple ukrainien ».

Ensuite, ils ont souligné l’impératif de la solidarité entre organisations nationalistes qui ont uni leurs forces au cours de la marche et sont prêtes à former un front politique commun.

« La force est dans l’unité » a souligné Andriy Biletskyi, le leader du « Corps National » et de l’ensemble du Mouvement Azov.

La marche s’est achevée avec la récitation collective de la prière du nationaliste ukrainien, un rite traditionnel du Mouvement Azov.

Olena Semenyaka

(traduction française effectuée par Björn Sigwald et Pascal Lassalle)

Toutes les photos à la source: http://reconquista-europe.tumblr.com/

Commentaires

"L'Occident, les Etats-Unis en particulier, a trahi l'obligation de défendre l'intégrité territoriale du pays au nom du mémorandum de Budapest conclu par l’Ukraine en échange de sa renonciation aux armes nucléaires."
Merci pour cette confirmation de l'instrumentalisation des nationalistes ukrainiens par l'occident et les USA. Au moins c'est dit! "On était sensé être copains comme cochon avec les américains, mais ils nous ont trahi!!!". Il y a quand même de quoi être étonné par cette volonté (certes déçue) de confier "la défense de l'intégrité territoriale" de l'Ukraine à un tiers. Drôle de conception de la souveraineté pour des nationalistes... D'autant plus quand ons 'apperçoit que pour un peu que le soutien étranger fasse défaut patatra! Avec les jérémiades de vierges éconduites en prime. Voilà ce qui arrive quand on se repose sur les USA. Demandez à Saakachvili!
Peut-être commencent-ils à réaliser que les USA n'ont aucun intérêt à l'émergence d'une Ukraine souveraine et forte. Ce pourquoi ils seront sûrement les premiers à mettre des bâtons dans les roues de ce nouveau parti politique et à réprimer ses militants après les avoir envoyé se faire tuer pour défendre leurs intérêts sur le terrain.
Le plus forts dans cette histoire, c'est qu'en lisant la liste abracadabrante de mesures toutes plus excessives les unes que les autres dirigées contre la Russie que propose AZOV, on s’aperçoit qu'ils continueront, malgré cette porte claquée à leur nez, à défendre les intérêts américains jusqu'au bout. Belle abnégation.
Pour le reste, leur programme ne se compose que d'une série de réformes parfaitement irréalistes, ne serait-ce qu'à cause du fait qu'aucune nation dans le monde, y compris occidentale, n'y trouverait son intérêt, bien au contraire. Qui peut sérieusement croire que l'Allemagne, la France, les USA, l’Angleterre et les autres nations d'Europe centrale (je ne parle même pas de la Russie) soutiendrait l'apparition d'une nation puissante, indépendante, armée et belliqueuse dans cette zone hautement sensible? Sans parler du coût économique que cela aurait pour les nations occidentales (notamment l'Allemagne) qui ne voit dans l'Ukraine qu'une source de matières premières et de main d’œuvre bon marché à exploiter. Vous croyez vraiment que ces gens veulent aider l'Ukraine à devenir forte, libre et indépendante?
Tout ce que ces gens veulent, c'est une zone chaotique, que l'on peut aisément pillé et définitivement coupé de la Russie. Rien de plus. Et quand ils en auront assez des rodomontades des Azovistes, si le massacre du front ne les décime pas, ils aideront le gouvernement ukrainien à leur solde à purger le pays de ses éléments radicaux ou,au pire, enverront l'artillerie régler le problème au nom de l'antifascisme. La situation du "seul contre tous" est rarement porteuse en (géo)politique.

Écrit par : EVS | 26/10/2016

Répondre à ce commentaire

Jusqu'à récupération de la Crimée et du Donbass, le bordel n'est pas près de finir. Et qu'en pensent les gens de Crimée et Donbass?J'en arrive à ne plus comprendre la lutte des nationalistes ukrainiens, normal car je ne suis pas ukrainien et ne vit pas en Ukraine. Ils mènent une guerre meurtrière et dévastatrice au service de qui? des ordures de Kiev inféodées à l' OTAN? La "Grande Europe" amicalement liée avec la Russie n'est vraiment pas pour demain! commençons par bloquer les envahisseurs, et les virer, les US et OTAN avec! sinon on va tous crever.

Écrit par : Tonton Cristobal | 31/10/2016

Je vous mets juste ça là, histoire que chacun sache qui est avec qui.
https://www.dailymotion.com/video/x4z1uj3_les-funambules-de-2016_new-

Écrit par : EVS | 27/10/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette info.
J'ai relayé.

Écrit par : Carine | 30/10/2016

Répondre à ce commentaire

Je n'arrive tjs pas à comprendre qu'un militant identitaire français ne puisse pas se mettre à la place des natios ukrainien.

Toujours les mêmes rengaines, les mêmes leçons de géopolitique derrière un ordi. Toujours le même mépris pour des jeunes gens qui ont su risquer leur vie, et pour certains la perdre, pour leurs idées.

Et jusqu'à preuve du contraire, les mecs qui font des thèses sur ce conflit vivent ds un pays de l'OTAN allié des américains. Qu'ils utilisent leur énergie à tenter d'en sortir plutôt que de faire la leçon à des mecs qui ont encore des couilles

Écrit par : Mandrin | 01/11/2016

Répondre à ce commentaire

Nul mépris de ma part, une grande est sincère admiration pour quiconque a le cran de défendre son pays, son idéal les armes à la main au prix du plus grand sacrifice. Ukrainiens, Russes, combattants de Novorossia, tous méritent le plus grand respect. Dans cette mesure un militant identitaire français peut (et même doit d'une certaine manière) se mettre à la place des natios ukrainiens. Sauf que, précisément, en tant que militants FRANCAIS et non pas UKRAINIENS nous devons considérer les intérêts de la France comme primant sur ceux de l'Ukraine. Et du point de vue français, dans le cadre de la nécessaire libération nationale des forces d'occupation atlantistes qui nous dominent, la lutte contre les forces de l'Otan est prioritaire et l'entente avec la Russie (avec tous ses défauts) indispensable.
Vous soulignez avec justesse que la France fait malheureusement partie de l'alliance atlantique. Est-ce une raison pour encourager d'autres à la rejoindre? Je ne le crois pas. Comme je ne crois pas que critiquer les stratégies d'alliance des nationalistes ukrainiens soit incompatible avec la volonté de faire sortir la France de l'OTAN.

Écrit par : EVS | 02/11/2016

Répondre à ce commentaire

Et pour répondre à Tonton Cristobal,

Manifestement notre camp n'a pas retenu les leçons de son histoire, celle de l'instrumentalisation des militants natios dans le cadre du projet Gladio par les réseaux Stay Behind. Hier comme aujourd'hui, ils sont toujours aussi enthousiastes quand il s'agit de faire le sale boulot de leur maître américain.

Écrit par : EVS | 02/11/2016

Répondre à ce commentaire

Nous sommes d'accord sur la quasi-totalité des points.

L'existence de votre blog représente un soulagement : En effet il prouve qu'il y a encore une PENSÉE libre ou affranchie dans votre pays ...

Écrit par : Roger | 02/11/2016

Répondre à ce commentaire

En tant que Français nos intérêts demeurent en Europe centrale et orientale (Autriche, Visegrad).

Écrit par : Gardien du phare | 02/11/2016

Répondre à ce commentaire

Entièrement d'accord avec vous et ce, d'autant plus que des pays comme la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et l'Autriche (future membre d'un "V5"?) se rapprochent précisément de la Russie.

Écrit par : EVS | 02/11/2016

Je vois avec plaisir (et un certain soulagement, aussi, étant donné la masse informe de socio-démocrates lobotomisés par les mass-médias, notamment les mass-média dans l'hexagone...) que dans ce Blog nous sommes nombreux à être d'accord sur les points essentiels ; et, encore MIEUX, que nous aimons tous la Réflexion ici, avec l'échange d'arguments qu'il (pré)suppose ...
Vive la Dialectique! Et débarassons-nous de la gangue rebarbative étatsunienne, relayée par les vassaux fidèles & les caniches de politicards à la botte de la CIA & du pentagone. La gôche hexagonale-parisienne nous fait gerber, elle est peut-être encore plus (perfidement) libérale que la Droite.
La Tragédie de l'EUROPE, c'est l'anéantissement de l'Autriche-Hongrie (digne héritière du Grand-Empire romain-Germanique) dû aux velléités mercantiles du capitalisme anglo-étatsunien et ses valets de la haute-bourgeoisie parisienne.

Écrit par : Roger | 12/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire