Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2016

Réveil des peuples européens et prospectives

turning my back.jpg

Réveil des peuples européens et prospectives

L’élite globalisée qui nous mène tranquillement vers le grand carnage ne s’attendait guère à l’apparition d’une nouvelle réalité : le réveil des peuples européens. Car, oui, même si ce réveil a tardé à se réaliser force est d’admettre qu’il est désormais en train de s’opérer. Et à une vitesse insoupçonnée…

Plusieurs témoignages concrets viennent corroborer ce constat.

En premier lieu, de manière très prosaïque, les résultats des derniers scrutins s’étant déroulés en Europe : le vote autrichien et son annulation, les élections municipales italiennes et le référendum britannique.

Sur ce plan, il faudrait remercier Angela Merkel pour ses décisions concernant les « migrants »…

Mais d’autres observations peuvent se faire, hors du champ purement politique. Partout, le succès des « œuvres enracinées » ne se déments pas. Les émissions de télévision traitant de l’histoire battent des records d’audience et des centaines de milliers de personnes se pressent au Puy du Fou, parc où l’on ne trouve aucun manège (si ce n’est un carrousel) mais essentiellement des spectacles exaltant les grandeurs passées de la France. On ne parle pas suffisamment du succès des sites de généalogie.

Une prise de conscience accélérée et globale semble ainsi se produire autour de thèmes tels que le localisme, l’alimentation, l’écologie, la décroissance, etc.

Un ré-enracinement des peuples semble s’opérer.

La méga-machine tente de récupérer pour son compte une part de ce mouvement mais n’y parvient que difficilement. Cette dynamique est bien trop étrangère à son logiciel cosmopolite et marchand.

La question qui commence donc à se poser pour l’oligarchie est donc la suivante : comment endiguer le retour de l’Histoire et se maintenir en place ?

Plusieurs scénarios semblent se dessiner, plus ou moins heureux.

La stratégie de la tension (après nous le déluge)

Le système pousse la logique de l’état d’urgence à son paroxysme.

Un système répressif et tyrannique inouïe se met en place, avec un contrôle poussé d’internet, des moyens de communication et de l’ensemble de la population. Les discours alarmistes se succèdent. Les instances internationales grondent et des menaces d’interventions militaires pèsent sur les Etats désirant quitter l’Union Européenne. Les élections où les « populistes » l’emportent, véritables dangers pour la démocratie, sont invalidées.

La submersion migratoire se poursuit et s’accélère.

La récupération (le « populisme bis »)

L’oligarchie parvient à construire un discours alliant libéralisme et autoritarisme, une sorte de « populisme bis ».

Les populations se tournent vers les leaders incarnant cette voie. Ces derniers semblent être enfin en phase avec leurs préoccupations (remplacement de population, emploi, avenir des futures générations, etc.). Le système feint et parvient à récupérer à son avantage les crises qui se succèdent. Néanmoins rien ne change sur le fond, l’UE se maintient malgré quelques soubresauts.

Surtout, l’invasion migratoire se poursuit malgré quelques restrictions « cosmétiques » et les effets d’annonce.

L’abdication (les peuples reprennent la main)

La méga-machine ne contrôle plus la situation.

Les attentats se succèdent à une cadence de plus en plus rapide. La crise économique et financière s’aggrave. Les forces de l’ordre abandonnent progressivement les populations à leur sort. Elles se concentrent sur la garde des grandes métropoles, des lieux de pouvoir, des infrastructures et surtout sur leur propre sécurité. Plusieurs nations quittent l’Union Européenne. Partout les mouvements populistes prennent le pouvoir, tant au niveau local que national. L’oligarchie abandonne le navire et les peuples d’Europe reprennent peu à peu les rênes de leur destinée.

La remise en place de frontières strictement contrôlées tarie le flux migratoire. Des politiques de remigration sont mises en œuvre.

Un impératif : quitter le bocal et se mêler au peuple

Pour l’heure il semble délicat d’envisager laquelle de ces voies historiques sera empruntée. Il est néanmoins certain, dans l’interrègne que nous traversons, que les trois sont en train de se dessiner.

Les « radicaux », opposés frontalement au système, portent une grande responsabilité car ils ont la capacité de comprendre et surtout d’expliquer les enjeux de l’époque. Jamais, depuis ces 60 dernières années, les peuples européens n’ont été aussi réceptifs et ouverts à un discours de ré-enracinement et de réappropriation identitaire.

L’enjeu consiste à savoir si ces radicaux, qui ont beaucoup réfléchi et qui sont en mesure de proposer de nombreuses pistes, sauront quitter le bocal de laboratoire où ils ont été enfermés et converger vers les peuples. Vers ces peuples qui n’ont jamais été aussi menacés et qui ne sont jamais posés autant de questions…

Jacques Thomas pour le C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

bonjour, bonsoir,
j'ai écrit un article pour le saker sur le peuple, le fameux 99%.
je ne veux pas faire le malin mais...j'y explique quant même que le "troupeau" des citoyens-électeurs, ce ne sont pas des héros - plutôt des complices complaisants. Googeliser l'enigme-de-la-servitude-volontaire-etat-des-lieux - saker.fr
Réveil des peuples ? Plutôt prise de risques des éclairés (avant-garde ?)...
Geoffrey, communiste belge, humble devant Dieu, fier parmi les hommes

Écrit par : geoffrey | 06/07/2016

bonjour, bonsoir,
j'ai écrit un article pour le saker sur le peuple, le fameux 99%.
je ne veux pas faire le malin mais...j'y explique quant même que le "troupeau" des citoyens-électeurs, ce ne sont pas des héros - plutôt des complices complaisants. http://lesakerfrancophone.net/lenigme-de-la-servitude-volontaire-etat-des-lieux-12/
Réveil des peuples ? Plutôt prise de risques des éclairés (avant-garde ?)...
Geoffrey, communiste belge, humble devant Dieu, fier parmi les hommes

Écrit par : geoffrey | 08/07/2016

Ce que vous appelez "stratégie de la tension", nous en observons les prémices. Le "par tous les moyens" de Manouel Gaz, à propos du "juste combat républicain" mené contre la boutique Le Pen, en témoigne. La fraude autrichienne également. Et tout cela pour le "bien commun", naturellement. Les "mal-pensants" peuvent trembler.

Sur le peuple, j'avoue être plutôt partagé. Les oligarques, nous le savons, méprisent le peuple (voir notamment les récentes déclarations du cloporte non européen Moscovici) mais il faut bien avouer que le peuple, en Occident, n'est désormais guère plus qu'un agrégat de jouisseurs déracinés. Dés lors, sans doute faut-il distinguer le "peuple" de la "communauté du peuple" et tout cela dans une perspective très eurocentrée, celle de la démocratie athénienne.

Cependant, nous devrions toujours relire nos "classiques" et je suis précisément en train de relire "L'Homme cet inconnu" d'Alexis Carrel.

Il écrit notamment : "Il n’y aurait pas besoin d’un groupe dissident très nombreux pour changer profondément la société moderne. C’est une donnée ancienne de l’observation que la discipline donne aux hommes une grande force. Une minorité ascétique et mystique acquerrait rapidement un pouvoir irrésistible sur la majorité jouisseuse et aveulie. Elle serait capable, par la persuasion ou peut-être par la force, de lui imposer d’autres formes de vie. Aucun des dogmes de la société moderne n’est inébranlable. Ni les usines gigantesques, ni les offices buildings qui montent jusqu’au ciel, ni les grandes villes meurtrières, ni la morale industrielle, ni la mystique de la production ne sont nécessaires à notre progrès. D’autres modes d’existence et de civilisation sont possibles. La culture sans le confort, la beauté sans le luxe, la machine sans la servitude de l’usine, la science sans le culte de la matière permettraient aux hommes de se développer indéfiniment, en gardant leur intelligence, leur sens moral et leur virilité..."

Aryosophe, paléo-fasciste français.

Écrit par : Aryosophe | 08/07/2016

paléo-fasciste ? : - ) je vois qu'on s'amuse...
ta description en fin de paragraphe, c'est notre communisme 2.0 : tu es le bienvenu...
une minorité mystique et décidée pour forcer le changement ? mouais...mais personne n'est prophète en son pays ! et 'y aura du sang !!! moi, je visionne des vidéos et télécharge des pdf de snipers...au cas où.

Écrit par : geoffrey | 09/07/2016

Je ne m'amuse pas. Sinon dans la forme. Sur le fond, les nationalistes révolutionnaires français n'ont jamais hésité à se réclamer du fascisme originel (celui de 1919) ou encore celui de la république sociale italienne. Entre autres.

"Communisme 2.0" ? Customisé ou momifié, cela reste le communisme. Et je suis profondément anti-marxiste. Comme pour la pensée libérale, l'esprit sémitique en constitue le mortier. Le "socialisme médiéval" raillé par Marx convient davantage à un Européen hostile à l'économisme et donc radicalement anti-matérialiste.

Écrit par : Aryosophe | 09/07/2016

le problème, c'est que ce support ne convient pas pour dialoguer. Marxisme = sémitisme ? ridicule ! j'ai écrit une recension sur arrêtsurinfo.ch - rubrique culture puis histoire, 2ème page. en bref : les juifs de l'origine sont des serviteurs du pharaon; mais si tu as une arme chez toi et TON lopin de terre bien à toi, ...où est le juif ? dehors !, à se geler les couilles - et c'est SON problème (qu'il travaille !!!). Le communisme est avant tout une critique du capitalisme (où les juifs y sont pour bcp, non ?). De tte façon, les soeurettes aryennes sont d'accord avec moi - travailler en usine et y perdre sa santé (qu'on soit aryen ou pas), c'est inhumain...l'individu n'est pas né pour enrichir les parasites capitalistes (youpins, chin'tok ou goyims).
Geo', le communiste belge invincible

Écrit par : geoffrey | 12/07/2016

Ridicule ? Marx est le descendant d'une lignée de rabbins. Vous l'ignoriez ? Par ailleurs, l'esprit sémitique n'a nul besoin que des sémites "ethniques" soient en première ligne pour s'exprimer. C'est une tournure d'esprit, une sensibilité, en quelque sorte. Cependant lorsqu’on le dépouille de ses oripeaux pseudo-scientifiques, lorsqu’on le considère brut, dans son essence, le marxisme apparaît comme la dernière incarnation, la plus moderne, du messianisme j..f, avec son trésor d’espérances contrariées, de rancunes, et de haines accumulées à travers les millénaires.

Quant au libéralisme (ou capitalisme), je crois n'avoir pas besoin de démontrer en quoi l'esprit évoqué plus haut y participe activement.

Écrit par : Aryosophe | 12/07/2016

Arrêtez de parler de soi-disant "peuples européens". Vous êtes de la chiasse orientale du sud, des héritiers de la culture de macaque agriculteurs du proche orient. Des suceurs a bouche ouverte de tous les males dominants méditerranéens. Retournez avec vos héros bougnoules au delà des Alpes. Vous n'êtes pas tolérés ici dans le nord.

Écrit par : Hermann der Cherusker | 14/07/2016

Les commentaires sont fermés.