Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2016

Tchétchénie, l’autre Etat islamique? (Causeur)

Tchétchénie, l’autre Etat islamique?
Poutine tenté de lâcher le fidèle Kadyrov

Par Ella Micheletti
 
Jusqu'ici protégé du Kremlin, le président tchétchène Ramzan Kadyrov a annoncé son prochain retrait de la vie politique. En coulisses, certains pointent du doigt l'islamisation de la république caucasienne qui fournit l'un des plus grands contingents de combattants à l'Etat islamique.
kadyrov daech russie tchetchenie

Défilé d'étudiantes lors de la journée de la Femme tchétchène (Grozny, 2010). Sipa. Numéro de reportage : AP21025754_000003.

Il y a une quinzaine de jours, la déclaration de Ramzan Kadyrov, le président de la République tchétchène, à la télévision russe a eu l’effet d’une bombe : celui qui règne en tyran depuis plus de dix ans propose de prendre sa retraite politique. Il est difficile d’imaginer Kadyrov, qui soufflera ses quarante bougies le 5 octobre prochain, céder la place pour démarrer une deuxième carrière. S’agit-il d’une marque de défiance adressée à Poutine ? Quoi qu’il en soit, cette annonce reflète-t-elle des tensions avec Moscou. Mais pourquoi ? Kadyrov est plutôt un « bon élève »  du Kremlin qui « tient » bien la Tchétchénie. Pour quelle raison Poutine risquerait-il de réveiller le chat qui dort ?  Un rapport publié par l’opposition russe pourrait permettre de percer le mystère : selon le texte, Kadyrov représente un risque islamiste élevé pour la Russie.

Pour Silvia Serrano, chercheuse au Centre d’étude des mondes russes, « Ramzan Kadyrov instrumentalise depuis longtemps la religion dans le but d’asseoir sa légitimité et de trouver un écho dans la région. Il procède depuis une dizaine d’années à une politique de réislamisation et de terreur.» Rappelons que Ramzan Kadyrov est le fils d’Akhmad Kadyrov, mufti de Tchétchénie et l’un des leaders du mouvement indépendantiste après la dislocation de l’URSS. Il a été un soutien du leader séparatiste Dudayev, pendant la première guerre de Tchétchénie en 1994-1996 et s’est battu contre les Russes. Il a cependant fini par rallier le camp russe au cours de la deuxième guerre tchétchène de 1999-2000. Grâce au soutien de Poutine, il s’est ensuite imposé à Grozny, capitale de la petite république (1 250 000 habitants) à forte capacité de nuisance. S’il s’est éloigné des séparatistes, ce n’était pas uniquement par des calculs – essentiels – de pouvoir et de clans, mais aussi par peur de voir le djihadisme wahhabite du type Al-Qaïda, importé par les combattants étrangers répondant à l’appel au djihad contre la Russie, se substituer à l’Islam sunnite pépère de l’ancienne république soviétique. Quoi qu’il en soit, Akhmad Kadyrov a trouvé en Poutine un allié qui, à partir de 2000, l’a soutenu sans faille.

Ce n’est qu’après son assassinat par des islamistes pendant le défilé de la victoire le 9 mai 2004, que son fils lui succède. Pour s’imposer, Kadyrov junior recourt aux mêmes sources de légitimité : le nom du père mais surtout la religion. Ainsi, en 2005 il lance la construction d’une mosquée monumentale au cœur de Grozny, dédiée à la mémoire de son père assassiné.

[...]

Lire la suite sur Causeur

Commentaires

Je suis assez surpris que vous relayiez un média sioniste.

Écrit par : Samuel D'Assenc | 28/03/2016

C'est amusant, nous avions parié avec quelques camarades le temps qu'il faudrait à un commentateur pour nous parler de "média sioniste". Il aura fallu moins d'une heure.

Sur les faits vous avez quelque chose à redire sinon ? Les citations de Kadyrov sont tronquées ? C'est un philanthrope ? Poutine gère la situation de main de maître ?

Vous devenez comme les gens qui considèrent qu'on ne peut pas dire telle ou telle chose car "c'est parler comme Le Pen".

L'anti-sionisme est devenu un conformisme dans la "dissidence".

Écrit par : Gardien du phare | 28/03/2016

De plus, ça veut dire quoi un "média sioniste" ?

Un média tenu par un juif ?
Un média ayant une ligne pro-israélienne ?
Un média anti-islam ?

L'emploi du terme sioniste est à certains fafs ce que le terme facho est aux gauchistes.

Écrit par : Antonin | 28/03/2016

On peut toujours rappeler que si les forces aériennes engagées par le satrape soviétoïde frappèrent d'abord les positions du Front al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda), c'est parce que la majorité des combattants de cette organisation sont des caucasiens et des rejetons des anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale. Tchétchènes, Daghestanais, mais également Tadjiks et Ouzbeks.

L'ennemi particulièrement retors des nationalistes ukrainiens (et russes, il est bon de le souligner !) peut donc ne pas maitriser la situation, je ne suis pas convaincu que celle-ci lui échappe pour autant.

En tout cas pas dans l'immédiat.

Quant à "Causeur", média sioniste, je crois inutile d'insulter l'intelligence de vos lecteurs sur le sujet ! Elisabeth Lévy, dans un entretien donné au magazine "Actualité Juive Hebdo" (septembre 2014) déclarait, je cite : "Je suis moi-même issue d’une famille plutôt religieuse, mon associé, Gil Mihaely, est israélien. Tout cela est notoire, et nos ennemis ont quelques raisons de nous dénoncer comme un foyer de propagation sioniste." Fin de citation.

Écrit par : Aryosophe | 28/03/2016

Gardien du Phare a résumé le problème de certains commentaires (pas les plus fins...) en 3 lignes :

Vous devenez comme les gens qui considèrent qu'on ne peut pas dire telle ou telle chose car "c'est parler comme Le Pen".

L'anti-sionisme est devenu un conformisme dans la "dissidence".

Écrit par : Thomas R | 31/03/2016

Si l'hostilité à l'endroit de l'entité sioniste est un "conformisme" (sic), le soutien - par le Système et ses nombreux larbins - de cette même entité est LA norme. Qui peut le nier ? Mais peut être, en rappelant cette évidence, "parlons nous comme Soral"...

Écrit par : Aryosophe | 01/04/2016

Le conformisme du C.N.C. est d'être contre Soral j'ai l'impression et c'est bien dommage.
PS : Je tiens à préciser que je ne suis pas un inconditionnel de ce dernier mais quand même ...

Écrit par : Tchiiip | 01/04/2016

Qui écoute encore ce vieux gâteux de Soral et ses copains islamistes ?

Écrit par : Thomas R | 01/04/2016

« Si vous voulez savoir qui a réellement le pouvoir, demandez-vous de qui on ne peut pas parler. »


Plus serieusement, oui vous avez raison de votre point de vue, c'est très profitable de relayer les articles de Causeur et compagnie... au moins ça vous permet de passer entre les mailles du filet. C'est une vision des choses...

Écrit par : KM | 05/04/2016

Les commentaires sont fermés.