Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2016

Colloque de l'Institut Iliade "Face à l'assaut migratoire, le réveil de la conscience européenne" (Paris, 09.04)

ILIADE-colloque-2016-affiche.jpg

Dans deux mois, jour pour jour, l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne organise son grand colloque annuel, à Paris, sur le thème : « Face à l’assaut migratoire, le réveil de la conscience européenne »

« Les grandes migrations du début du troisième millénaire sont-elles le signe de l’effondrement de notre civilisation ou à l’inverse vont-elles lui permettre un rebond salvateur ? » C’est la question que pose Thomas Flichy de la Neuville, professeur à l’ESM de Saint-Cyr Coëtquidan, en préface du récent ouvrage de Jean-Baptiste Noé : Le défi migratoire, L’Europe ébranlée.

C’est à cette question vitale, et désormais brûlante, que s’attachera le colloque annuel de l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne, fort de l’incontestable succès de sa vidéo « Ni Bruxelles, ni Lampedusa, être Européen » (plus de 2 millions de vues sur YouTube pour sa seule version française). Cette manifestation est organisée le samedi 9 avril 2016 à partir de 10h à la Maison de la Chimie, 28 Rue Saint Dominique, 75007 Paris.

La journée sera divisée en deux séquences, et les interventions entrecoupées d’animations vidéos et de témoignages enregistrés d’invités européens, en provenance notamment d’Allemagne, d’Italie, de Hongrie, de Pologne et d’Espagne.

La matinée (10h-12h30) est consacrée à l’analyse de l’assaut migratoire. Après une introduction de Philippe Conrad, président de l’Institut Iliade, seront abordés les thèmes suivants : « La grande invasion des années 2000, un phénomène sans précédent dans l’histoire de l’Europe et du monde » (Bernard Lugan), « Un exemple de submersion migratoire islamique : la situation au Kosovo » (diaporama commenté), « L’idéologie ‘Big Other’ : les autres avant les nôtres » (François Bousquet), évocation du Camp des Saints avec une discussion entre Christopher Gérard et Jean Raspail.

L’après-midi (14h-19h) vise à définir, face à la menace, les conditions et leviers du nécessaire réveil de la conscience européenne. Interviendront en particulier Ivan Blot (« L’Être des nations contre l’avoir des marchands »), Renaud Camus (« La fierté contre la repentance »), Jean-François Gautier (« La pérennité de l’âme européenne ») et Jean-Yves Le Gallou (« Pour la préférence de civilisation »). Une table ronde animée par Patrick Pehele réunira des représentants de la « Génération 2013 », jeunes engagés dans la Cité dont les initiatives sont autant de « signes du réveil » européen. Une pause permettra de rencontrer les orateurs et de se retrouver autour d’un verre, dans la convivialité d’une communauté de civilisation ainsi reformée.

A noter :

  • Un espace où les intervenants dédicaceront leurs ouvrages.
  • Le doublement de la surface dédiée aux stands partenaires : librairies, associations, revues et autres médias, artisanat…
  • Le colloque constitue la manifestation publique annuelle de l’Institut Iliade. En 2014, plus de 500 participants avaient répondu « présents » pour la première édition consacrée à « Dominique Venner, écrivain et historien au cœur rebelle». Et près du double l’année suivante, en 2015, sur le thème : « L’univers esthétique des Européens ». Pour être certain de disposer d’une place et accéder plus rapidement à la salle, il est vivement recommandé de réserver en s’inscrivant en ligne dès maintenant via weezevent.com/colloque-institut-iliade-2016

Contact, demandes d’interviews et renseignements complémentaires : contact@institut-iliade.com

Commentaires

Quelle affiche !

Écrit par : Carine | 11/02/2016

Rien sur le général Piquemal et Pediga à Calais ?

On n'a pas fini d'être étonné.

Reste le très talentueux (et Celte) Lugan !

Son site perso est une mine sur l'Afrique : l'Algérie va s'effondrer sous deux ans et nous envoyer d'autres millions de berbères arabisés.

Écrit par : gilles | 12/02/2016

Les commentaires sont fermés.