Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2016

7 films à voir ou à revoir sur le Féminisme

Les seins nus des Femen n'auront pas suscité le désir dans nos milieux ! Leurs actions à Notre-Dame de Paris et aux Manifs pour Tous n'auront pas plaidé en leur faveur et elles ne réclamaient pas notre enthousiasme non plus. Les militants de nos milieux, plus habitués aux nervis gauchistes ou aux forces de l'ordre, comptent dorénavant parmi leurs traqueurs les célèbres sextrêmistes aux seins nus. Qu'elles ont de jolis par ailleurs ! Les Romains savaient apprécier le nez de Cléopâtre après tout... Par contamination virale, l'antifemenisme s'est mué en un antiféminisme, couvrant d'un même opprobre la moindre remarque féminine perçue comme activiste. L'antiféminisme apparaît alors plus que jamais comme l'anti-Affaire Dreyfus. Or, l'irruption des Femen dans les rues parisiennes en 2012 aura surtout mis en évidence la pauvreté du débat dans nos cercles sur la question de la femme dans nos sociétés. Entre ceux qui estiment que la Femme a acquis tous ses droits et ceux qui ne cachent pas leur souhait de voir sa condition être rétrogradée au domicile, la conversation n'a pas de quoi fouetter une chatte ! Et soudain, Cologne inaugure une longue litanie de villes européennes, dans lesquelles des femmes blanches symbolisent le plus précieux butin de guerre en cette soirée de la Saint-Sylvestre. Le Taharrush gamea constitue la dernière trouvaille d'envahisseurs toujours plus prompts à tester la capacité de résistance des peuples européens. Et ils ne seront pas déçus ! Passons sur les déclarations des classes politiques européennes, hommes et femmes confondus, qui minimisent les évènements de la manière la plus effroyable maintenant qu'il n'est plus possible de les cacher. Pour les féministes aussi, il y aura un avant et un après Cologne. Car les réactions les plus odieuses proviennent bien de celles qui se revendiquent être à la pointe du combat pour la défense de la Femme. Certes, il est vrai que les migrants n'ont pas le monopole des agressions physiques et sexuelles commises contre les femmes et que la dénonciation de ces violences est la partie immergée de l'iceberg qui maintient sous l'eau d'autres discriminations moins visibles. Mais en refusant de percevoir la montée de l'islamisme comme un péril pour la condition féminine, les féministes viennent de dévoiler l'imposture de leur mouvement contemporain. L'embourgeoisement du prêt-à-penser féministe vient de sonner son glas et Cologne sera son tombeau sur lequel danseront les agresseurs. Et ils auront bien raison d'en profiter puisque les prétendues héritières de Simone de Beauvoir ne s'émeuvent des viols et attouchements que parce qu'ils ne sont pas le fait de la bête immonde. Il semblait pourtant qu'une main dans une culotte restait une main dans une culotte ! Non ! Les féministes ont admis que la gravité des actes serait désormais graduée selon l'origine des auteurs... Ce 31 décembre, l'Homme redécouvre brutalement que l'intégrité de la femme ne constitue nullement un acquis. Et pour l'homme européen, y aura-t-il aussi un avant et un après Zurich, Helsinki ? Les questions de la place et de la condition féminines dans nos sociétés du troisième millénaire comptent parmi les plus difficiles à aborder tant les réactions sont épidermiques. Le féminisme est-il une lutte des sexes qui viendrait s'agglomérer à la lutte des classes englobée dans un choc des civilisations ? Consiste-t-il à doter les femmes d'un pénis et offrir un pubis aux hommes ? Peut-être est-il un tort de battre en brèche la légitimité du questionnement sur l'existentialisme féminin... N'est-il finalement pas reproché aux femmes de penser leur rôle sociétal là où l'Homme a abdiqué sa réflexion et accepté son aliénation ? Seul le droit de vote des femmes ne semble être remis en cause par personne. La classe politique française, si prompte à donner la leçon, oublie d'ailleurs volontiers que celui-ci, accordé en France en 1944, le fut après d'autres Nations bien moins droits de l'hommiste, telles que le Salvador, Cuba, le Sri Lanka, la Mongolie et bien d'autres. Et aujourd'hui encore, le salaire des femmes est inférieur de 20% à celui des hommes. Il s'en trouve d'ailleurs pour justifier cela sans se poser la question de savoir à qui profite le crime ? Bien évidemment pas à la Femme. Mais à l'Homme non plus... A qui alors ? Le Capital, lui, se réjouit de justifier cette différence par les absences répétées pour cause de maternité, de la même manière qu'il jouit de l'arrivée massive des praticiens du Tamarrush gamea pour payer des salaires encore plus faibles que ceux des autochtones. Il n'y a pas de petites économies ! D'aucuns rêveront d'une société idéale ou la Femme échappera à l'aliénation par le travail en s'activant aux fourneaux. Lointaine chimère désormais que l'avènement du capitalisme a balayé depuis bien longtemps. Sans risquer le pilori, il faudra bien un jour se poser certaines questions que se posent les féministes, et justement sans elles puisqu'elles sont mortes bien qu'elles ne le sachent pas encore. Refuse-t-on de penser le socialisme à cause du Parti Socialiste ? Mais passons au cinéma.

 

photo la belle saison.jpg

LA BELLE SAISON

Film français de Catherine Corsini (2015)

1971, Delphine travaille dans la ferme parentale de la campagne corrézienne. Ses parents verraient d'un bon œil qu'elle épouse Antoine, un agriculteur voisin amoureux de la jeune femme. La réciprocité sera difficile car Delphine aime les femmes. Lorsque sa petite amie lui annonce son prochain mariage avec un homme et son désir d'une vie normée, Delphine, désemparée, gagne la capitale afin de s'émanciper de la tutelle parentale et devenir autonome financièrement. A Paris, elle assiste à une curieuse scène lors de laquelle un groupe de femmes met la main aux fesses des hommes en hurlant des slogans féministes. Elle fait ainsi la connaissance de Carole, parisienne au fort caractère et militante du Mouvement de Libération des Femmes de la première heure. Delphine intègre la lutte féministe en même temps qu'elle tombe éperdument amoureuse de Carole qui est en couple avec Manuel...

Mélange de Brokeback Mountain et de Vie d'Adèle pour ses scènes de sexe, La Belle saison énonce clairement son souhait de faire fusionner la défense des droits des femmes et la volonté de vivre comme elles l'entendent. Au point que Corsini risque de créer l'amalgame entre féminisme et homosexualité, fait rare du cinéma féministe. Si le film contient tous les thèmes de la lutte pour l'égalité des sexes, et s'il illustre parfaitement l'incompréhension masculine, au sein du monde patriarcal et rural, quant à l'émancipation des femmes, il s'agit aussi d'une histoire d'amour passionnelle entre deux femmes. Le scénario peut apparaître parfois un peu faible. Mais notons, en revanche, l'excellent travail documentaire sur la période des débuts du M.L.F. Le tumulte des assemblées générales, meetings, manifestations et autres actions féministes est, au final, bien rendu. Film assez intéressant pour comprendre la genèse du féminisme contemporain.

 

photo la domination masculine.jpg

LA DOMINATION MASCULINE

Documentaire français de Patric Jean (2009)

Dans une clinique, des chirurgiens pratiquent des opérations d'élargissement du pénis. Le vendeur d'un rayon jeux explique de quelle manière les industriels sexualisent les jouets. A Montréal, un forcené séquestre une classe entière avant de libérer les garçons et abattre toutes les filles. Son mobile ? Une haine tenace des femmes qu'il juge prendre la place des hommes dans la société. Au milieu de tout cela, un nombre conséquent de témoignages et de confrontations des différents points de vue. Hommes et femmes s'expriment devant la caméra et exposent leurs motivations diverses, parfois à contre-courant. Des hommes "féministes" admettent l'existence de la domination masculine et acceptent la nécessaire émancipation de la Femme. Egalement, des femmes, parfois d'extraction bourgeoise, qui avouent leur attirance pour un compagnon dominateur. Et bien évidemment, des positions plus conventionnelles avec des femmes qui dénoncent l'inégalité des sexes et des hommes revendiquant la place de la femme aux fourneaux...

"Je veux que les spectateurs se disputent en sortant de la salle", indiquait le réalisateur. Pari réussi ! Faites l'expérience avec votre moitié ! Il est vrai que le documentaire pousse à la réflexion et chacun dans ses ultimes retranchements. De même, il pointe le décalage entre la pensée et la concrétisation du comportement de chacun. Certains passages sont drôles, d'autres dramatiques ou surprenants tel ces hommes, membrés normalement, rêvant d'un plus gros pénis ; comportement ultra-minoritaire certes. A l'inverse, les propos féministes tenus par d'autres hommes seront perçus comme la provocation ultime. Le début du sujet est habile en ouvrant son propos sur les hommes, eux-mêmes victimes de la domination masculine et ses ravages. Le réalisateur souhaite embrasser tous les aspects de la soumission des femmes. Et c'est là qu'il devient parfois brouillon. Le film a au moins le mérite de provoquer le débat. Le titre du documentaire est naturellement emprunté à l'ouvrage sociologique de Pierre Bourdieu.

 

photo foxfire.jpg

FOXFIRE, CONFESSIONS D'UN GANG DE FILLES

Film franco-anglo-canadien de Laurent Cantet (2012)

En 1955, dans un quartier populaire d'une petite ville du Nord de l'Etat de New York. D'allure garçonne, Legs est révoltée par le conformisme mièvre de la société américaine et les injustices sociales. L'adolescente regroupe bientôt autour d'elles de jeunes disciples féminins. Legs, Maddy, Rita et Goldy créent une société secrète, Foxfire. Leur but ? Se venger de toutes les humiliations infligées par les hommes, combattre le machisme et la domination masculine. Mais surtout, faire vivre la société secrète selon ses propres lois. Aux petits délits, se succèdent des méfaits plus graves. Le clan s'agrandit et les dissensions internes sur la manière de réaliser l'utopie ne tardent pas à venir. La solidarité se rétablit après que Legs soit condamnée à purger une peine de quelques mois dans une maison de redressement. A sa sortie, Legs a un rêve : acheter une ferme dans laquelle Foxfire subsistera en toute autonomie. Mais le projet n'est pas si simple à pérenniser...

Seconde adaptation cinématographique du roman de Joyce Carol Oates à la mise en scène sobre. Le Foxfire de Cantet est, en cela, largement supérieur à celui d'Annette Haywood-Carter avec Angelina Jolie qui campe difficilement une femme en pleine rébellion. Les Foxfire, ce sont un peu des Femen avant l'heure qui gardent leurs vêtements. Les jeunes filles sont en tout cas à l'extrême opposé du féminisme soixante-huitard qui triomphera peu après. En adoptant la violence et un mode de vie communautaire, ces adolescentes écorchées vives exaltent le triomphe de la fureur juvénile révolutionnaire. Le gang réagit ainsi à des pulsions instinctives et ne fait que peu de cas des théories féministes. Le réalisateur parvient facilement à susciter l'empathie du spectateur à l'égard de cette révolte de lutte des sexes, doublée d'une lutte des classes, dont on devine aisément qu'elle se terminera mal. Et Cantet distille avec adresse les thèmes de l'homosexualité féminine et du racisme lorsque se pose le débat sur l'intégration au gang d'une jeune noire. Est-ce un film féministe d'ailleurs ? Cantet dirige avec talent nombre de jeunes actrices, vierges de toute expérience cinématographique.

 

photo les suffragettes.jpg

LES SUFFRAGETTES

Titre original : Suffragette

Film anglais de Sarah Gavron (2015)

A Londres, en 1912, Maud Watts est une jeune blanchisseuse travaillant dans des conditions exécrables sous la surveillance de contremaîtres masculins. Tandis qu'elle livre du linge dans une demeure, elle aperçoit une manifestation de suffragettes durement réprimée par la police. Attirée, elle s'engage progressivement dans l'Union Sociale et Politique des Femmes, dirigée par Emmeline Pankhurst. Maud ne tarde pas à payer son engagement militant. Mise à la porte par son mari, les difficultés sont nombreuses pour maintenir le lien avec son petit garçon. Qu'à cela ne tienne ! Maud n'abandonnera pas la lutte. L'insuffisance des manifestations pacifiques contraint les jeunes femmes à entrer dans la clandestinité. Les réactions du gouvernement sont proportionnelles à la radicalité accrue des actions des suffragettes. En butte à l'incompréhension de leurs maris, elles savent qu'elles peuvent tout perdre, leur travail, leur famille. Parfois leur vie...

Fruit d'un travail historique approfondi sur le mouvement des suffragettes, l'œuvre de Gavron dresse un remarquable panorama de la condition féminine du Londres du début du vingtième siècle ; l'accent cockney des actrices en moins. Si l'on peut qualifier la présente réalisation de film historique, le personnage de Maud Watts est, quant à lui, fictif. Aussi, la reconstitution est-elle soignée bien qu'elle n'échappe pas, parfois, à un certain manque de spontanéité. Plus de lâcher-prise dans la réalisation eût pu être souhaitable. On a du mal à imaginer comment des femmes engoncées dans de tels vêtements pouvaient pratiquer une lutte aussi radicale. 1918, les femmes propriétaires de plus de trente ans obtiennent le droit de vote, bientôt élargi sans conditions dix ans plus tard. L'action des suffragettes a joué un rôle déterminant, en même temps que le concours manufacturier des femmes dans la victoire de 1918. Un film poignant, peut-être un peu trop court !

 

photo thelma et louise.jpg

THELMA ET LOUISE

Titre original : Thelma and Louise

Film américain de Ridley Scott (1991)

Thelma Dickinson et Louise Sawyer sont deux amies qui s'ennuient fermement dans leurs vies monotones. Thelma mène ainsi une vie morne de mère au foyer sous la coupe de Darryl, époux machiste et violent, tandis que Louise, serveuse dans un snack qu'elle ne supporte plus, est délaissée par son petit ami Tommy. Louise convainc son amie de s'offrir un week-end en célibataires sur les routes désertes de l'Arkansas. Sans trop savoir pourquoi, la serveuse emporte un revolver. Les deux amies s'arrêtent dans un dancing. Thelma a l'impression de recouvrer sa liberté. Alcoolisée, elle suit un homme ivre sur le parking qui tente de la violer. Louise arrive à temps avec son revolver. Face à la vulgarité et l'agressivité de l'homme, elle appuie sur la gâchette. Refusant de se rendre à la police, la meurtrière emmène Thelma dans une cavale improvisée en direction du Mexique. De nombreux policiers se mettent à la poursuite de la Ford Thunderbird décapotable...

Curieuse anomalie dans la filmographie de Scott, le réalisateur met en lumière deux femmes frustrées de leur existence terne dont la soif de liberté est vite rattrapée par la fatalité sur un minable parking. Avec Susan Sarandon en femme de fort caractère mais sans grande intelligence et Geena Davis en minette plus légère et ingénue, le tandem fonctionne à merveille. C'est dans la violence qu'elles vont acquérir leur liberté et l'accomplissement d'elles-mêmes. Et si la précipitation des évènements les entraîne dans une spirale infernale de laquelle elles ne parviennent plus à sortir, au moins sont-elles désormais actrices de leur vie. En répondant par les armes à la violence masculine, l'œuvre est devenue l'un des films cultes des féministes les plus radicales. Le film ne faillit jamais voir le jour devant la méfiance des producteurs ultra-majoritairement masculins. Il est vrai que les hommes n'y ont pas le beau rôle ! Ce scénario a fait des émules depuis... Les plans sont, enfin, très convaincants et que dire des sublimes décors de l'Ouest américain !

 

photo la victoire des femmes.jpg

LA VICTOIRE DES FEMMES

Titre original : Josei no shori

Film japonais de Kenji Mizoguchi (1946)

1945, la reddition du Japon impérial favorise la sortie de prison de nombre de figures progressistes hostiles à Hiro Hito et considérées jusqu'alors comme des criminels politiques. Parmi elles, Keita est l'amant de la jeune avocate Hiroko. Les retrouvailles sont tendes entre les amants bien que Keita soit affecté par une grave maladie. Hiroko accepte de défendre une pauvre veuve qui a provoqué par inadvertance la mort de son bébé. La mère est accusée d'infanticide par le procureur qui n'est autre que le beau frère de Hiroko. Par crainte du scandale, le procureur somme sa belle sœur de renoncer à la défense de sa cliente. Déchirée entre son devoir familial et sa conscience professionnelle, la jeune avocate décide, après réflexion, de conserver la défense de la mère. De surcroit, prenant conscience de la condition féminine sur l'archipel nippon, Hiroko entend bien que ses plaidoiries servent la cause de la libération des femmes...

Mizoguchi fut marqué de manière indélébile par la vente de sa sœur par son père. Le cinéaste prolixe qu'il devint consacra la majorité de son œuvre à la place de la femme au sein de la société japonaise. La présente réalisation est loin de figurer parmi les plus beaux films de l'auteur. Elle n'en constitue pas moins une œuvre intéressante dans sa triple dénonciation d'une société qu'il juge trop archaïque. Par le biais de l'avocate Hiroko, le réalisateur condamne la rigueur d'une caste judiciaire qui entend maintenir coûte que coûte son statut élitaire en jugeant de manière arbitraire le petit peuple. L'argent également qui gangrène progressivement l'un des futurs fleurons du capitalisme et favorise le creusement des inégalités sociales. La femme, enfin, évidemment, qui apparaît sans défense face au système patriarcal et est condamnée d'avance, à l'image de la mère accidentellement infanticide. Cette mère qui est le point d'ancrage de Hiroko dans sa volonté d'entamer sa rébellion morale contre l'injustice.

 

photo we want sex.jpg

WE WANT SEX EQUALITY

Film anglais de Nigel Cole (2010)

Le printemps 1958 en Angleterre. Rita O'Grady, ouvrière de la succursale de l'usine Ford de Dagenham, découvre que les femmes sont moins bien payées que les hommes. Poussée par le syndicaliste Albert Passingham, elle enjoint les 187 couturières chargées de l'assemblage des revêtements des sièges autos à se mettre en grève pour la première fois, malgré l'hostilité de la majorité des syndicalistes. Leur revendication est simple. A travail égal, salaire égal entre les sexes ! Les femmes apprennent sur le tas la manière de monter des piquets de grève et confectionner des banderoles. Galvanisées par Rita, leur discours s'affermit en même temps qu'elles prennent confiance en elles. Déterminées à aller jusqu'au bout, Rita et ses collègues se battent malgré l'hostilité de la maison-mère de Detroit qui somme la direction de Dagenham à faire cesser l'agitation des jupes...

Film librement inspiré de la révolte des ouvrières de Dangenham qui aboutit à l'Equal Pay Act de 1970 et consacra l'égalité salariale entre hommes et femmes. La réalisation de Cole montre parfaitement les réactions que suscitent les révoltes du pot de terre contre le pot de fer. La grève suscite tout d'abord la moquerie des hommes, dont les époux de ces dames, puis l'incompréhension devant leur détermination et, enfin, l'hostilité lorsque l'action des grévistes provoque l'arrêt des chaînes de montage et la mise au chômage technique des 50.000 ouvriers pendant trois semaines ; Dagenham constituant la plus grande usine d'Europe de l'époque. Une partie de la gente masculine s'inclinera devant leur courage. Un film pimpant, drôle et truculent, en opposition au légitime pathos de ce type cinématographique. Un film glamour également. Trop peut-être ! On imagine mal les ouvrières du lointain East End si sexy... Passons ! La kyrielle d'actrices acidulées sont toutes plus à l'aise les unes que les autres. Une comédie sociale efficace comme les Anglais savent si bien les faire. Attention Messieurs, il se pourrait que vous appréciiez ces femmes !

Virgile / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

La question du féminisme me semble traitée un peu légèrement. Mais c'est sans doute l'intention de l'auteur qui invite au débat plus qu'il n'apporte un contenu.
Passons sur Cologne et la nécessité d'apporter une réponse sociale et européenne à la question sans se bloquer au prétexte que certains imposteurs ent on monopolisé le mot. Ainsi du mot République, que je défendais jadis devant Jean, lequel me donnait raison au fond avant de grincer des dents en concluant qu'il avait décidément trop été traîné dans la fange.

(à suivre)

Écrit par : SG | 24/01/2016

Jean prévoit un article sur la République, justement. :-)

Écrit par : JB | 25/01/2016

Je reprends, pardon pour cette interruption, j'ai été pris dans un échange croisé de tirs entre deux bandes de grammairiens rivaux, ils ont détruit une avenue entière, je crois qu'il s'agissait de savoir si l'on écrit ariosophe ou aryosophe. Bref.

Quant à Jean et son article sur la République, ce sera formidable, comme toujours.

Je disais donc qu'on ne peut que souscrire à la condamnation des attaques de Cologne (nous ne sommes pas dans une civilisation où la femme de la cité est une proie) et qu'il convient d'avoir une position sur la condition de la femme étant donné que nous proposons un modèle social.

Je ne m'étendrai pas sur les films, je ne suis pas cinéaste confirmé. Il me semble juste cependant de discuter de féminisme. L'auteur a amorcé à mon sens une démarche intelligente qui est de distinguer le féminisme du femenisme, et plus généralement de tous les avatars gauchistes de la contestation de l'Europe qui ne se sert de la condition de la femme, comme de l'écologie, de la question sociale, et bien d'autre, que comme alibi de leurs psychoses.

Il faut donc penser la condition de la femme, comme la condition sociale, comme l'écologie, comme la res publica en dehors du cadre formé pour nous par l'architecture dominante. Il faut retrouver la maîtrise des significations, c'est une question essentielle de méthode.

Mais, ces points généraux (et qui ne surprendront personne) établis, je me demande tout de même ce que pourrait bien nous apporter d'inclure le féminisme dans nos réflexions.

Le féminisme, même non femeniste, n'est en effet pas la simple protection, ou prise en considération, d'une dignité de la femme. C'est une approche idéologique, une systématisation du monde selon certaines bases. Il s'agit d'expliquer la société par le femme, ou ce qui est la même chose, du point de vue de la femme ou en tenant compte des intérêts de la femme. C'est donc, quelque soit la mesure du propos, une approche séparatiste et catégorielle de la société. La Cité n'est plus au centre des réflexions, et la Femme apparaît en majesté.

Dans cette optique, le femenisme ne me semble pas être un féminisme devenu fou. Ce ne sont que deux séquences d'un même mouvement, l'un étant, comme l'époque, moins lettré, plus grossier, pornographique comme la première publicité venue. Ce n'est - c'est certes déjà énorme - que ça.

Systématiser tout par la femme - comme tout systématiser par l'homme - me semble être une pensée faible. C'est méconnaître la complexité du monde et la subtilité des rapports qui président à l'établissement et au bon fonctionnement de la Cité.

Je n'ose ici développer plus avant ma pensée. Cela me ferait tenir des considérations sur la mythologie de la femme dans les mondes germaniques, romains et chrétiens et il me semble que le phare est depuis quelque temps le lieu d'une querelle de religions entre païens hurlants et chrétiens bavants et je ne voudrait surtout pas être réduit à l'une ou l'autre position. Toujours est il, pour faire simple, que l'europe hérite d'une vision complémentariste, et non hiérarchique, des sexes. La femme n'est pas inférieure à l'homme, elle participe d'une façon propre à la vie de la Cité.

Je voudrais également revenir sur la nécessité d'une discussion décomplexée sur le sujet. L'auteur amorce les perspectives économiques et politiques de la question féminine, et ce à juste titre. L'homme n'est pas - en europe - ce proxénète rutilant vivant en chaque instant de l'exploitation totale d'une femme soumise par la force. Mais c'est bien cela, tout de même, que l'inconscient collectif se représente. Il convient donc, dans la démarche intellectuelle que nous pouvons engager, de ne pas céder au réflexe culpabiliste.


Résumons-nous : Il convient d'analyser les causes et les implications de la pensée féministe sur notre désastre contemporain. Il convient d'affirmer la spécificité de l'approche européenne des femmes.
Mais il convient surtout, peut-être, et là réside sans doute mon désaccord, de renoncer totalement à employer l'arsenal féministe, même débarrassé de ses Erinyes.

Écrit par : SG | 25/01/2016

Bonjour

Je vous cite : "Systématiser tout par la femme - comme tout systématiser par l'homme - me semble être une pensée faible"

Le soucis étant que le patriarcat a tout systématisé par l'homme. Et donne à voir la société de façon réduite, du seul point de vue masculin. Votre argumentaire ne tient pas la route. Bourdieu a tout repris de la pensée féministe qui est juste une pensée humaniste appuyé sur des recherches, qui n'omet pas les femmes et dépasse justement l'univers étriqué de la pensée masculine phallocrate; que vous définissez vous même de "faible". ce ne sont pas les analyses dites féministes (disons genrées) qui excluent les hommes, mais un système culturel et économique qui a exclu et exclu encore la moitié de l'humanité, à coup de justifications toutes les plus crasses les unes que les autres, comme pour toute esclavage et racisme d'ailleurs. Le misogyne qui s'ignore est probablement le pire.

Aurevoir

Écrit par : buchanan | 20/05/2016

Les commentaires sont fermés.