Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2015

Le choc de l'histoire

Le choc de l'histoire

La tragique soirée du vendredi 13 novembre constitue assurément un tournant. C'est un choc que nous inflige l'histoire. Un choc brutal, terrible, car il nous place face à nous-mêmes. Pour nous autres au C.N.C., ce mauvais scénario de film d'horreur, bien réel, prend une dimension toute particulière. Nous faisons partie de cette génération, avoisinant la trentaine, fréquentant les concerts de rock – ou de metal – et qui aurait pu être fauché par les balles des islamistes de Daesh. Et puis il y a aussi ceux qui étaient au stade de France et qu'un miracle a dû épargner, car personne en semble s'expliquer pourquoi les nouveaux « chahid » de l'islamisme se sont fait exploser après le début du match et pour faire un si faible nombre de victimes. Miracle qui renforcera la foi de notre camarade Marceau, qui assistait à cette confrontation footballistique. Très vite nous avons dû nous enquérir de la santé de nos camarades parisiens. Les nouvelles étaient bonnes.

J'aimerais, de façon assez solennelle, et avant de trancher dans le vif du sujet, que nous ayons tous une pensée pour les victimes et leur famille. Contrairement à Charlie, cette fois, c'était nous, la jeunesse française, les « babtous » qui étions visés. Et ce vendredi 13 ou n'importe quel autre jour, cela pouvait et pourrait être l'un d'entre-nous, dans un concert, à la terrasse d'un café ou attablé à un restaurant. Il n'y a rien de sulfureux, de scandaleux, de dégénéré à pratiquer ce type d'activités. Cela m'invite d'ailleurs et de façon parfaitement transparente à écrire tout le mépris que j'ai pour les déclarations de Jérôme Bourbon. J'ai entendu le récit de certains rescapés, dont ce jeune homme qui, malgré la présence proche des islamistes, n'a pas hésité à sauver une femme qui s'accrochait péniblement à une fenêtre. Après son acte héroïque, il fut repéré par les assassins et pris comme otage. Situation qu'il n'aurait pas connu si il n'avait pas pris le temps nécessaire à sauver cette jeune femme. Il y a une véritable noblesse européenne chez ce type que Jérôme Bourbon devrait méditer. Dominique Venner attachait de l'importance à la tenue et quand je vois et lis Jérôme Bourbon, j'y vois sur cette affaire l'antithèse du Samouraï d'Occident. Jamais Dominique Venner n'aurait accumulé les déclarations stupides dont fut auteur le rédacteur en chef de Rivarol à la suite de ce triste vendredi 13.

bourbon.jpg

Cela m'invite à parler rapidement du « nous ». J'ai une vision très claire du « nous » qui ne comprend pas une bonne partie de ce que le système range dans l'extrême-droite. Cette position m'a souvent été reprochée par des « camarades » : esprit de chapelle qu'on me disait ! Non messieurs, je ne suis pas un gamin et je sais très précisément ce que je veux et ce que je ne veux pas. Et mes camarades avec moi. La bouillie du « milieu » ne nous intéresse pas. Les récentes allocutions d'Arnaud de Robert à ce sujet dans « Pavillon Noir », dont je vous recommande l'écoute, sont très claires. Le combat politique ne peut souffrir d'entorse à la ligne qu'on se fixe. Cette « ligne » n'est pas seulement une question de « doctrine », car la « doctrine » peut s'adapter au réel et aux changements de paradigmes. Il s'agit aussi d'éthique. Derrière l'éthique il y a une tenue, une attitude face à la vie, face aux autres, il y a des principes et aussi des valeurs.
Parmi ceux-là il y a pour principe de ne pas vomir sur les cadavres de jeunes français et européens. Je ne vomis pas sur mon peuple, même si celui-ci peut être irritant, agaçant ou même carrément insupportable, alors qu'il vient de subir les affres de la barbarie islamique. Je n'aime pas non plus le relativisme en politique. Tout ne se vaut pas et tout n'a pas sa place. Je tâche de faire preuve de discernement et de soutenir ce qui le doit et de ne pas me préoccuper de ce qui m'apparaît comme étant une impasse politique. J'encourage les autres à en faire de même. Il est plus que temps de tourner la page du rance et des monomanies.

A ce sujet, cela m'invite à épingler, une nouvelle fois, la « dissidence ». On ne fait pas pire aujourd'hui en terme d'improductivité politique. J'ai passé un certain temps à lire les commentaires de certains sites « dissidents » bien connus. C'est un florilège d'âneries qui me feraient presque honte de m'être senti proche, fut un temps, de ces gens là.

J'ai sélectionné un exemple :

Amandine : Merci Alain Soral je venais justement de la partager cette vidéo.. Les gens faut voir plus loin que le bout de votre nez.. L'armée israélienne tue beaucoup beaucoup plus d'innocents.. de femmes et d'enfants.. ce qui est arrivé au bataclan est effroyable ce sont également des innocents ont est d'accord mais on veut comprendre justement prquoi c'est arrivé au bataclan!!!

Alain Soral n'est certes pas responsable des commentaires et je me garderai bien de le charger, je me suis déjà exprimé à ce sujet, je conserve une certaine sympathie pour le bonhomme que j'ai lu adolescent et dont les réflexions ont suscité un vif intérêt pour moi, en particulier dans son Abécédaire de la bêtise ambiante qu'on s'est tous refilé dans ma famille. Mais chez cette Amandine, on y retrouve la culture de l'excuse, typique du gauchisme culturel, sur lequel je reviendrai. Ou comment les « dissidents », par monomanie anti-israélienne finissent par relativiser ce qui se passe en France, dans leur propre pays, parce que Israël « tue beaucoup beaucoup d'innocents ». Mais Amandine, au Bataclan ou au bistrot, ça aurait pu être ta famille ou tes amis tu vois ? Alors je me demande ce qu'il se passe dans ta tête ? Où est la « réconciliation nationale » avec des gens qui n'ont aucune compassion pour leurs propres compatriotes sous prétexte que les « sionistes » ont fait ceci ou cela en Palestine ? Oui, les bombardements sur Gaza sont horribles. Mais quel rapport ? Nous avons déjà pointé, dans un article qui nous a été reproché par l'aile gauche de ladite « mouvance nationale », les accointances, voire l'acculturation, aux thématiques issues de l'extrême-gauche. Voila un nouvel exemple qui nous donne raison. Qu'avons-nous à partager avec des gens qui se perdent en conjectures géopolitiques de salon et dont le « c'est les sionistes » n'est que l'autre face de la pièce où il est inscrit « pas d'amalgame » ? Ces gens passent le plus clair de leur temps à dédouaner la « communauté musulmane » des agissements qui lui sont imputés, exactement comme BFM TV, France 2, les imams sympas et la gauche qui défilent depuis 3 jours matin, midi et soir. C'est quoi la différence entre un gauchiste et un « dissident » à part que le second est antisémite ?

antisiouniss.jpg

J'avais d'ailleurs envoyé une nouvelle missive indirecte à cette « dissidence » en écrivant un article sur la géopolitique et le Nouveau Contexte Global. Là aussi, le réel a validé nos analyses. Les liens s'étaient déjà distendus entre les Etats-Unis et la Russie. Voila que maintenant, c'est Hollande qui accepte de travailler avec Poutine. Patatras, encore une fois. Lisons ce que dit l'ambassadeur de Russie à Moscou dans Paris Match :

Paris Match : La question du sort de Bachar el Assad a longtemps bloqué les négociations. Elle est peu évoquée aujourd’hui pourquoi ?

Alexandre Orlov : Je ne veux pas critiquer la France, mais sa position aurait du être un peu plus souple. Il ne faut pas créer des impasses. Quand on dit «Bachar doit partir», on se coupe des ailes et on ne peut plus rien faire. Bien sur qu’il doit partir, mais dans quelles conditions ? L’Arabie saoudite défendait la même position. Cela a crée une complexité qui retardé la constitution de cette grande coalition. Aujourd’hui tout le monde est d’accord pour régler le problème militairement avant. On a perdu du temps.

Vous avez bien lu « Bien sur qu'il doit partir ». Sur nos Facebook personnels nous avions relayé des propos d'Erdogan il y a quelques mois qui déclarait que la Russie s'apprêtait à lâcher al-Assad. Nous fûmes pris de haut, comme souvent. Et pourtant qu'a-t-on vu, dans le monde réel ? Erdogan inaugurant la nouvelle Mosquée de Moscou avec Poutine. La Russie traitant avec l'Armée Syrienne Libre (les fameux rebelles syriens honnis de la « mouvance ») et un diplomate expliquant que Bachar doit partir. Rien que ça. Échec et mat, une nouvelle fois, sur les théories en vogue sur la toile. On passe de la troisième guerre mondiale « imminente » à une coalition internationale incluant les Russes et les Iraniens, hérauts des « non-alignés » de tout poil.

J'ai d'ailleurs la conviction profonde que, tel que nous l'avions suggéré, la Russie a utilisé la dissidence comme un pion dans son jeu d'échec. Après la défaite de Sarkozy qui s'était rapproché de Poutine suite à la crise géorgienne, c'est par certaines personnalités du FN, de la « dissidence » et de la « droite radicale » que les Russes se sont fait remarquer : de quoi inquiéter l'establishment qui a renoué progressivement contact avec les Russes. Depuis à quoi assistons-nous ? A du Giscard, du Sarkozy et j'en passe nous vantant les mérites de la Russie de Poutine, au retrait opportun de Chauprade du FN en faveur d'un hypothétique projet ethno-libéral pouvant inclure d'anciens proches de Sarkozy, etc... On passera sur le désintérêt complet de la part des « européens » de la situation en Ukraine et au Donbass particulièrement depuis quelques mois. La propagande moscoutaire nous bassinait avec les « euro-atlantistes » qui étaient sur le point d'enclencher une escalade de violence et pour finir ? Pschitt. Au passage le Congrès américain a condamné le bataillon Azov et refusé que des armes lui parviennent. Anecdotique dirons certains qui ne veulent toujours pas voir...

C'est donc contre un ennemi commun, Daesh, que se met progressivement en place le continuum de gestion autoritaro-libéral dont parle souvent Arnaud de Robert. Avec cette coalition, ce sont toutes les puissances de l'hémisphère nord qui sont main dans la main. Continuum de gestion qui risque d'avoir de beaux jours devant lui si la « droite » remporte 2017 (ce que je ne souhaite pas, cela va de soi). Car aujourd'hui la « droite » présente le double avantage d'être bien vue à la fois des Américains et des Russes. Et dès qu'il faut combattre l'islamisme, l'alliance néo-conservatrice saura toujours travailler ensemble puisqu'elle en tire un bénéfice intérieur important. L'islamisme est le meilleur allié du système pour renforcer son emprise sur la population. Songez que la plupart des « mesurettes » de François Hollande sont presque du même tonneau que celles réclamées par le Front National. Mais pour le bien de l’oligarchie, pas du peuple Français. La lettre sans l'esprit de la lettre, si vous voulez. La pratique du pouvoir aura rendu Hollande moins gauchiste. Il a bien compris qu'il fallait gouverner à droite : plus de liberté en économie et plus de sécurité et d'autorité. Le système commence à être mûr pour la coalition gauche/droite. C'est en ce sens que le FN devrait se démarquer. Quel intérêt de frayer avec les Russes qui ont des réseaux chez « les Républicains » à l'heure où le groupe de Visegrad constitue un potentiel important et qui est compatible avec la ligne Merkelosceptique du FN et sur sa ligne anti-immigration ? Quel intérêt d'en appeler à plus de sévérité avec l'islamisme, ce que n'importe quel gouvernement néo-conservateur est en mesure de faire, alors que le problème demeure l'immigration, qui englobe aussi des logiques socio-économiques et démographiques ?

Il faut aussi clarifier certaines relations en raison des discours qu'elles professent. Sputniknews aime à relayer des informations sur le prétendu « racisme » ou la prétendue « islamophobie » qui régneraient en Occident. Allant nous pondre un article digne de Libé sur quelques malheureux tags alors que 129 personnes viennent de se faire assassiner par des islamistes. J'imagine qu'en Inde où les tensions communautaires sont vives, ce genre d'attentat aurait légèrement irrité la population qui aurait probablement « amalgamé » si vous voyez ce que je veux dire. En France, tout le monde se tient bien sage et il faut vraiment être animé par la mauvaise fois la plus crasse pour imaginer un climat islamophobe dans ce pays... Les jeunes identitaires lillois ont même été chassés par la foule qui se recueillait place de la République à Lille alors qu'ils dénonçaient l'islamisme... Mais bon Sputnik vient d'un pays où l'on inaugure en grande pompe une Mosquée en nous parlant de l'islam humaniste et tout le tralala... La Russie utilise ses marges contre son centre : le peuple russe ethnique. De nombreux mouvements ont été interdits comme récemment le mouvement « Russians ». Ce continuum de gestion autoritaro-libéral repose sur le multiculturalisme et l'opposition à l'islamisme et il en est ainsi partout : Etats-Unis, France, Allemagne, Russie, …

Pourtant il y a des germes d'optimisme sur lesquels il faut s'appuyer. Ces attentats ont marqué une prise de conscience de beaucoup de Français sur les dangers de l'islamisme et ce qui est lié : immigration, ouverture des frontières, délinquance, inconsistance de nos gouvernements, faillite de notre diplomatie … Ce que nous expliquons a été validé par le réel. Il m'est insupportable qu'il ait fallu 129 morts pour en arriver là. Je suis, à vrai dire, assez mélancolique depuis vendredi. Comme une forme de pessimisme actif. Tout engagement politique sérieux est motivé par une prise de conscience des dysfonctionnements de la société dans laquelle on vit. Il y a une volonté d’œuvrer pour la justice, la liberté et la paix qui est évidente. Or je ressens dans ma chair une forme d'injustice, de voir tous ces jeunes gens fauchés de la sorte alors que tout ceci était prévu et prévisible. Je ressens également la restriction de nos libertés au quotidien, par l'agissement de bandes crapuleuses qui quadrillent certains quartiers et se répandent dans nos rues, par la multiplication des contrôles, par la vidéosurveillance ou par les lois pour internet. Je crains, en quelque sorte, le coup d'Etat permanent. Je ressens aussi un état d'insécurité lié à la situation de guerre, mais de cette drôle de guerre, bien française, où on sait qu'il y a un ennemi mais où on ne le combat pas vraiment. On ne sait plus trop bien si on doit être au garde à vous ou vivre « normalement ». Car au fond on sait que tout cela n'est pas « normal » et c'est ce flottement qui rend le contexte politique assez pénible et c'est là dessus que joue le gouvernement en place.

Et puis il y a le patriotisme. Je sais que nombre de camarades sont très critiques à l'égard du patriotisme de façade qui s'affiche sur Facebook ou ailleurs. C'est pourtant, pour moi, un phénomène d'une ampleur presque comparable à ce que fut la Manif pour tous dans le combat contre le gauchisme culturel. Je le dis d'ailleurs sans far, le gauchisme culturel a pavé la voie de l'islamisme. Trop de complicité entre la gauche et les « associations culturelles », trop de laxisme, trop d'excuses, trop d'anathèmes à toutes les sentinelles qui alertaient sur la situation, trop d'attaque contre l'âme française. Je ne suis pas « réac », mais je considère qu'une société a besoin de cadres, de murs porteurs. L'islamisme prospère sur le nihilisme de la génération 68. On a salué tout et n'importe quoi au nom de la « jeunesse révoltée des banlieues» qui devait être le nouveau prolétariat mais cette « révolte » s'est muée en terrorisme. Le nihilisme gauchiste a engendré des démons. Ils ont voulu créer l'homme nouveau, le post-humain, festif et métissé et ils ont renvoyé toute une part de la jeunesse issue de l'immigration vers le VIIeme siècle. Sans oublier tous les convertis d'origine européenne ou issus des territoires d'outre-mer, dont le toulousain Fabien Clain, proche de Mohammed Merah. Encore une fois l'utopie gauchiste est devenue une dystopie. La gauche culturelle est incapable de comprendre vraiment l'Homme, son besoin de verticalité, d'enracinement, de sens, … Le réflexe du drapeau Bleu Blanc Rouge est en ce sens positif, car il démontre que la patrie apparaît comme le cadre protecteur et rassembleur pour de nombreux Français. Qui s'en est exclu ? La racaille et les gauchistes. Je ne ferais pas parti du cortège des « natio » qui se retrouvent avec ceux qui veulent « niquer les babtous » et des gauchistes qui crachent sur les symboles pour lesquels nos soldats ont versé leur sang. Je ne veux pas être éternellement le paria, le marginal, le « sachant » qui toise de son cynisme et de sa morgue le peuple Français, alors qu'il sait très bien faire dans le moutonisme lorsqu'il s'agit de choisir sa marque de chaussure ou son motif de tatouage.

gauchiste.jpg

C'est pour cette raison que j'ai toujours appuyé le Front National, sans me soucier des virgules doctrinales. Il faut renverser la table. La Manif pour tous, le patriotisme qui se manifeste, les scores élevés du FN, le « consommer Français » et les succès en librairie d'un Zemmour ou d'un Obertone sont des éléments qui traduisent le changement du jeu de carte. Encore une fois, nous pouvons rester sourd, aveugle et muet ou bien prendre part à cela, sans illusion sur les limites que cela comporte, mais avec sérieux et discipline. Nous ne sommes de toute façon pas maîtres du jeu. Pour devenir l'avant-garde populaire, il faudra être avec le peuple et dans le peuple. A notre échelle nous ne pouvons pas combattre l'islamisme, ni l'immigration : tout cela est du ressort de l'Etat et donc in fine, dépend d'une élection du Front National. Notre rôle à nous c'est en partie d'attaquer, impitoyablement, le gauchisme culturel. Nous ne pouvons plus nous permettre les accointances avec tous ceux qui manient le double langage, qui se rapprochent soit disant de « chez nous » alors que dans les moments capitaux, ils font montre de leur inconsistance, je pense au philosophe médiatique Onfray, par exemple, dont la réaction sur « l'islamophobie » confine au grotesque et à tous les « anti-impérialistes » aux réflexes bolchevisants qui trouveront toutes les circonstances atténuantes aux islamistes.

Notre pays est rongé par ce gauchisme et la guerre culturelle, la guerre des valeurs, des principes doit donc être totale. Parce que nous avons raison et parce que nous devons le faire pour ceux qui sont tombés aux champs d'honneur et pour tous ceux qui aujourd'hui ressentent l'angoisse et la peur des lendemains difficiles.

N'oublions pas ce que nous a enseigné Dominique Venner.

L'Europe est en dormition : l'actualité récente est en train de la réveiller, soyons prêts.

Jean/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

Vraiment un bon texte.

Ça fait un moment que je me demande ce qui pousse autant de gens à vouer aux gémonies Daesh...le nouveau grand Satan, taliban puissance 1000.

Quant à sa cruauté elle n'a rien à envier à celle des pourritures communistes sur nos soldats pendant la guerre d'Indochine. Mais Daesh marche à fond avec sa comm et rentre tout à fait de le rôle du méchant. Ce qui est assez nouveau, même si au final tout cela reste très spectaculaire.

Je suis loin d'être fan, ni même ne soutiens aucune position de Daesh, mais ce conflit prend aussi sa source dans tout un tas d’éléments complexes: les frontières tracées artificiellement, des pays multiconfessionnels et ethniquement différents, l’intervention de toutes les puissances locales et extérieures dans la région....


Le vrai problème au fond, c'est que l'Islamisme est bien plus dangereux chez nous....pour nous...avec des victimes sélectionnées (concert de métal et pas un concert de rap) et avec les recrues potentielles déjà naturalisées ou nées sur notre territoire à hauteur de plusieurs millions.

Fermer les frontières n'est plus la solution depuis longtemps. C'est une simple formule marketée.

De ce fait, le phrase polémique de Zemmour prend tout son sens: "bombarder Molenbeek plutôt que Raqqa"

Écrit par : DolFuSa | 18/11/2015

Le point de vue de Xavier Raufer sur les évènements du 13 novembre :
https://www.youtube.com/watch?v=IMIyrecXPsw
Très intéressant !

Écrit par : Tchiiip | 18/11/2015

L'auteur de ce texte se débat parmi toutes sortes d'"ennemis" et ne sait pas qui est important et qui ne l'est pas.

Qui complote contre les Européens depuis au moins deux siècles? Qui a provoqué des ruines financières, de la corruption, des guerres? Qui a excité les "colonisés" à se révolter contre le Blanc, puis les a fait venir et en a fait une masse d'anti-blancs, anti-Europe...? Qui est derrière le féminisme comme derrière l'immigration?

Les mêmes qui appellent aujourd'hui pour toujours plus d'islamisation.
Cukierman (http://www.theoccidentalobserver.net/2015/11/head-of-french-jewish-lobbys-solutions-to-paris-attacks-more-muslims-more-wars-and-more-censorship/), salon.com, et des rabbins qui se félicitent de ce qui passe en Europe (http://www.theoccidentalobserver.net/2015/11/islamization-of-europe-a-good-thing/).
Ce sont des juifs qui alimentent le gauchisme, de la révolution bolchévique au féminisme et jusqu'à aujourd'hui.

Ce sont des juifs qui nous subvertissent de l'intérieur, noircissent notre vision de nous-mêmes par la réécriture culpabilisant de l'histoire, des juifs qui détruisent la famille traditionnelle, poussent à l'ethnomasochisme, font venir toujours plus d'immigrés.

Et ce sont encore des juifs qui ont semé le chaos au Moyen-Orient via les USA et Israël.

Les juifs anti-aryens et les gauchistes sont nos pires ennemis.

Les arabes et les noirs, dans leur violence outrancière, nous aident dialectiquement à nous regrouper. Face à eux, nous faisons peuple.
Mais avec les gauchistes, jamais on ne peut faire peuple. Les gauchistes ont choisi de sucer du juif pour nous sacrifier. Ils nous persécutent depuis toujours, nous obligent à nous renier pour exister parmi eux. Ils ont l'hégémonie, ils font de nous des parias, comme l'auteur l'a compris.

Alors pourquoi s'acharner sur les musulmans?

Moi aussi j'aimerais que l'Europe reste européenne, mais ce ne sont pas les musulmans qui font le plus de mal. Face aux musulmans les européens ont su se battre. Alors que face aux juifs et à la gauche les européens se font subvertir et enc...r.

Les bobos ne sont pas de mon peuple. Ceux qui choisissent de nous condamner à mort pour rester dans leur petit confort et leurs petites certitudes ne sont pas de mon peuple. Ce ne sont même pas des hommes. Ce sont des merdes, de la merde.

La vraie ligne de fracture est entre ceux qui veulent que les blancs existent et ceux qui veulent nous éliminer. Les seconds sont des ennemis, même, et surtout d'ailleurs, s'ils sont blancs ou juifs. Point.

Écrit par : Charles J | 19/11/2015

Votre commentaire illustre au moins trois choses:

- vous n'avez pas compris l'article
- vous ne comprenez pas ce qu'est la politique
- vous ne percevez pas la compléxité du monde

Écrit par : JB | 19/11/2015

Ce que j'ai compris, c'est que vous préférez vous focaliser sur un verre d'eau, la dissidence, plutôt que de vous confronter à l'étang ou à la mer du pouvoir judéo-gauchiste.

"La complexité du monde" pour taper sur des dissidents (qui certes déresponsabilisent parfois les musulmans, mais est-ce si important? pourquoi se focaliser sur le négatif? Soral lui continue une tâche vraiment positive) et sur la mouvance, plus taper sur la Russie, en laissant les bobos trkl oklm dans leur vie dorée... Non, honnêtement, je vois plutôt un mauvais sens des priorités qu'une vraie analyse de fond.

Votre texte semble surtout s'adresser aux gens du "ghetto", de la mouvance, mais un minimum de sens stratégique devrait vous conduire à prôner l'union plutôt que les disputes intestines inutiles.
Réduire les nombre d'ennemis à l'ennemi principal, à la némésis par excellence, se focaliser dessus et unir au maximum contre elle. Voilà une bonne stratégie. Là, j'ai l'impression de voir exactement le contraire. Vous faites un bel effort, mais sans vouloir être vexant, cet effort gagnerait à être mieux orienté.

Écrit par : Charles J | 19/11/2015

Excellente synthèse sur ces événements.

Écrit par : RM | 19/11/2015

Salut Jean,

C'est rare quand je suis en désaccord ,certes partiel, avec u des articles du CNC.

Je peux te dire qu'il y a une bien grande méconnaissance du phénomène idéologique islamiste qui en transparait, quand à la nature de l'attentat et des victimes de cet attentat... je pense que vous vous trompez un peu.

D'ailleurs je vais commencer par cela: les victimes.

Les victimes n'étaient pas le peuple français, ils était le nouveau peuple français, un public métissé et pro-métissage, avec beaucoup de blacks, de blancs et de beurs, idem au stade de France, je dis cela par rapport aux images des familles de victimes que j'ai pu voir...à la télé on a vu pas mal d'africains aussi. Mais bon les statistiques raciales étant interdites en France, on vous présente la chose comme étant un massacre où seul une majorité de bon français est tombée. La réalité est autre.

Maintenant pour ce qui est du terrorisme islamiste, il serait judicieux de l'étudier pour bien comprendre son perfide mécanisme afin de mieux le comprendre. Le probleme n'est pas simple, mais alors là pas du tout.

Les racines de Daesh remontent à plus d'un siècle de fondement idéologique continue, sans aucune interruption, parfois dans l'ombre, parfois au grand jour, ils agissent et œuvrent à aiguiser les arguments,dénaturant par là même occasion l'Islam (quand vous parlez de "barbarie islamique" sachez que vous donnez raison aux islamistes, et un tant soit peu qu'un maghrébin sans culture politique lise ce genre de choses, ça le pousse à aller vers eux) .

Les pays musulmans, tel que le mien, ont combattu les racines de cette peste bien avant les USA et le reste du monde, par ailleurs ce poison étant partiellement crée et encouragé par l'Occident libéral-démocrate, personne n'a levé le petit doigt quand en Kabylie et dans les Aurès nous les combattions. A cette époque ils étaient encouragés par Mitterrand et sa clique.

Comme l'a très justement évoqué le Lieutenant Sturm, cette attitude globale de l'occident vous aliène une aide réelle de pays qui ont TRÈS bien connu ces phénomènes, tel des pays du tiers monde, tôt confrontés a ce mal (combien de fois l'Algérie a prévenu les services français d'attentats,y compris Charlie Hebdo et ce dernier au Bataclan?)

Sinon, je pense que Bourbon est lui aussi un défenseur d'une Europe blanche, ni sionisée , ni islamisée, et qu'il est fort probable que vous ayez plus d'atomes crochus avec lui qu'avec les jeunes qui sont morts lors des attentats. Même si je reconnais que son propos a été maladroit.

Ce qui m’attriste le plus dans toute cette histoire, c'est qu'a l'instar de ces identitaires qui ont été rejetés d'un rassemblement je ne sais plus où... c'est partout pareil, ces gens ont peut être marre de la "barbarie islamique" mais c'est pas pour autant qu'ils en ont marre de voire leur pays bamboulisé,arabisé et talmudisé à vitesse grand V, j'ai même l'impression qu'ils en redemandent.

Enfin, sur l'Ukraine et Poutine etc...on est sur la même longueur d'ondes.

Salutations nationalistes et amicales,

KM

Écrit par : KM | 19/11/2015

C'est vrai que les attentats de Seine Saint-Denis ne visait que les "Gaulois". En tout cas ça n'était l'objectif principal je pense.

Écrit par : Tchiiip | 19/11/2015

Je pense cher KM que vous défendez un islam qui a été "acculturé" en partie.
Pour ma part je considère que la race, la nation, le droit ou la laïcité sont des concepts purement européens et étrangers à l'islam. Les idées que tu défends (nationalisme révolutionnaire) sont un produit de l'influence européenne. C'est le recul de l'Europe sur tous les plans, ajouté à la domination américaine qui est une puissance cosmopolite, qui a favorisé le recul de ces concepts et donc le développement du salafisme. Celui-ci est débarrassé de toute influence européenne, et cela ce sent également dans le recul, et la quasi disparition, du nationalisme arabe.
C'est peut-être avec la guerre d'Algérie que ce recul a commencé. Je sais que tu ne seras pas d'accord... mais pour nous en France, il n'est pas rare qu'un gamin qui a eu un grand-père FLN l'ayant élevé dans la victoire de la France soit aujourd'hui sensible au discours anti-Occidental du salafisme. Ce qui explique aussi peut-être ce que tu as vu sur Zentropa.
En tant qu'européens, le débat sur le bon/mauvais islam me semble secondaire, puisque de toute façon le rapport de force est du côté de l'Etat islamique, des petromonarchies et des Turcs et ce sont donc eux qui tiennent les manettes du destin de l'islam en Europe et non les nationalistes arabes. Et c'est face à ça que nous devons agir.

Écrit par : JB | 21/11/2015

Où faut-il signer la pétition pour nommer le Colonel dictateur de Salut Public ?

Écrit par : SG | 19/11/2015

Il n'est pas facile de réagir à un billet d'humeur. Un billet ou le désarroi côtoie la colère. Légitime, cela va sans dire et a des années-lumières de l'émotion femelle qui étreint la "république en danger" depuis plusieurs jours.

Sur la "jeunesse française" tout d'abord. Que le journal officiel du totalitarisme libéral/libertaire, "Libération", puisse parler de "Génération Bataclan" à propos des jouisseurs dévirilisés venus s'ébattre aux pieds de "gentils rockers rigolos" venus de la puissante Amérique dégénérée, est assez significatif. Ces métrosexuels insouciants ne méritaient naturellement pas d'être exécuté de la sorte mais ils n'étaient la "jeunesse française" que très superficiellement (par l'hérédité pour la plupart d'entre eux). Les déclarations de notre tout nouveau chef de guerre, François Hollande, au sujet de sa vision de la jeunesse de France, en témoigne. Alors certes, sans doute les sous-hommes mandatés par le khalifat 2.0 (khalifat parodique dans le sens guénonien du mot) n'ont-ils pas choisi un concert rock par hasard ! Les singes hurleurs "Wesh" "Wesh" casquette vissée sur le crâne y sont rares, sinon totalement absents.

Abstraction faite du profil résolument "moderne" (avec tout ce que cela implique d'esprit sémitique) des victimes, on peut donc brandir cette phrase d'Hippolyte Taine : "A l'origine et au plus profond dans la région des causes, apparait la race".

Sur les commentaires du rédacteur en chef du très paléo-nationaliste hebdomadaire Rivarol. Jérôme Bourbon est une tête molle et sans doute faudra t-il lui rappeler que le diable n'est guère plus qu'un symbole de la transgression pour adolescents. Un gimmick pour la majeure partie des groupes de Rock, de Hard Rock et de Metal. Rien de plus. Mais que pouvions-nous attendre d'une plume nationaliste qui avait appeler à voter, au lendemain du 1er tour du carnaval électoraliste présidentiel, pour un juif de Hongrie, Français de fraiche date ?

Cependant, les membres (et sympathisants) du Parti Nationaliste Français sont d'excellents soldats politiques. Ne nous trompons pas d'ennemis car le compte à rebours de notre extinction a bel et bien commencé.

Écrit par : Aryosophe | 20/11/2015

"les sous-hommes mandatés par le khalifat 2.0 (khalifat parodique dans le sens guénonien du mot) "

Beau, très beau!et très vrai!

Écrit par : KM | 20/11/2015

Sur le "rance" et les "monomanies". Derrière l'argument (en fait il s'agit plus précisément d'une accusation rituelle), derrière l'argument du "rance", disais-je, il y a, là encore, le visage déformé de la "modernité". Celui de la globalisation par la désintégration des identités, le laminage des cultures, la déstructuration des peuples. Or le "monde moderne" est la négation des valeurs auxquelles tout honnête homme européen de vieille race se doit d'être attaché. Par ailleurs c'est un mot très largement utilisé par les larbins du système à broyer les peuples et les identités. La France "rance", l'idéologie "rance", etc. etc.

Si la dhimmitude mal assumée des néo-dissidents soraliens devrait être un repoussoir pour tout racialiste/identitaire européen, la nocivité intrinsèque de l'entité sioniste n'est plus à démontrer.

Sur l'unanimisme hypocrite de "notre" classe politique ou la vengeance de l'eunuque patriote. La démocratie terrassée par une poignée de petites frappes non européennes nourris au sein. Celui de la république, celui des valeurs avec lesquelles on ne transige pas, celui du vivre-ensemble. Celui du Molenbeekistan, enclave (nord)-africaine au beau milieu de l'ancien territoire des Francs. Les khmers rouges de cette même république (copyright R et A) s'en donnent à cœur joie, plus martiaux que jamais. Même le plus timoré, c'est-à-dire le plus "modéré" des parlementaires se sent, enfin, pousser des couilles. Tous unis dans l'adversité, que dis-je, dans la diversité. La Patrie est en danger ! La Patrie désincarnée, naturellement, la Patrie pour tous, celle de la "mixité" imposée démocratiquement.

L'Europe (et avec elle la France, notre France) n'est hélas pas en dormition. Elle est en réalité dominée, vassalisée, et, pourquoi ne pas le reconnaitre, irrémédiablement souillée.

Écrit par : Arysophe | 20/11/2015

Ce n'est pas une question de modernité mais de posture, de discours et d’éthique.

Je n'ai aucun mal, à la suite de DV, à revendiquer un héritage grec, romain ou autre. Mais il s'agit d'un héritage civilisationnel, façonné par les peuples au cours de l'histoire, ce que ne sont pas les codes de la mouvance dite "nationale". Ces codes sont de même nature que tous les codes de la modernité justement : habillement, marque de chaussure, etc... et nous éloignent de l'essentiel : le politique.

Écrit par : JB | 21/11/2015

Ce n'est pas important. Je comprends que cela puisse vous irriter mais ce n'est pas important. Malgré leurs travers, les jeunes nationalistes/identitaires, au lendemain des meurtres parisiens, ne s'exhibent pas devant les caméras de télévision en pleurnichant ni même en agissant frénétiquement le drapeau de la république. Celle-là même qui a permis à des métèques non-européens de faire couler le sang de quelques centaines de jeunes blancs ramollis. Non, pas de "danse africaine" autour du drapeau jadis défendu par nos frères de sang. Pas de couinements femelles, la trouille chevillée au corps. Pas d'hommages hypocrites. Pas de Front ex-National, qui n'est désormais plus qu'un indicateur des insatisfactions de la plèbe et non LE mouvement nationaliste de combat que nous voudrions qu'il soit.

La république serait en danger ? Si c'est le cas, laissons là crever la gueule ouverte et nous retrouverons notre France sous le vernis déjà très largement craquelé.

Écrit par : Aryosophe | 21/11/2015

C'est une vision partialle et partielle des choses. Beaucoup trop emprunte d'idéologie et de réflexes "milieux". Très exactement ce dont je parle dans mon article. ;-)

Écrit par : JB | 21/11/2015

Vision partiale ? Je ne prétends pas être objectif et je ne le suis d'ailleurs sans doute pas. Mais pas plus que vous ! Idéologie et "réflexes" ? Mais de quel milieu vous réclamez-vous, au juste ? Le "milieu" auquel j'appartiens, c'est celui de la Nation, de la race, du sol, du sang. Celui dont Dominique Venner se réclamait. Celui de la communauté à laquelle j'appartiens.

Écrit par : Aryosophe | 21/11/2015

Excellent billet - et je ne dis pas cela seulement parce qu'il synthétise à merveille ce que mes commentaires ont pu exprimer jusqu'ici - du non moins excellent Georges Feltin-Tracol :

http://www.europemaxima.com/?p=4609

Écrit par : Aryosophe | 26/11/2015

Les commentaires sont fermés.