Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2015

Chronique musicale: Division Germania "2003-2006"

divgerm.jpg

Division Germania - 2003-2006

(Das Zeughaus, 2015)

 

La vivacité de la scène musicale allemande n’est plus à démontrer et je m’en suis souvent fait le relai en ces pages. Aucune germanolatrie excessive mais un simple constat : les militants allemands ont fait de leur musique une réelle arme. Arme qui dérange sacrément les autorités de leur pays qui interdisent à tour de bras les œuvres les plus politiquement incorrectes et poursuivent en justice les principales figures de cette résistance musicale (à l’image de Lunikoff ou de Daniel « Gigi » Giese, le chanteur de Stahlgewitter). Regorgeant d’excellents musiciens, de labels solides et d’idées novatrices, la scène allemande est à des années-lumière de la scène française. Celle-ci ne lui est malheureusement comparable ni en qualité (hormis Frakass que nous avions interviewé et quelques rares autres), ni en sérieux et encore moins en impact réel. Voyez d’ailleurs ce que j’écrivais sur la question dans l’article : La musique natio est-elle réellement une arme ?

photoDG.jpg

Parlons maintenant de Division Germania, l’un des grands noms du RAC allemand. Le groupe s’est fait plutôt discret pour diverses raisons depuis 2009, date de son dernier album : Manifest. Excellent en live, Division Germania a heureusement continué à se produire en concert (comme ce sera le cas le 28 novembre en Italie). Pour patienter jusqu’à la sortie du prochain album, les Allemands ont eu la bonne idée de compiler 20 titres provenant de leurs trois premiers albums, tous interdits outre-Rhin. Leur œuvre maitresse, l’album Nemesis (2006), se trouve par exemple en grande partie sur 2003-2006 mais seuls 8 titres sur les 12 originels y sont présents.


C’est avec plaisir que l’on se replonge dans les premières années d’un groupe qui avait, dès 2003, établi de sérieuses bases musicales dans un style où il n’est pas toujours évident de se démarquer. Sens de la mélodie, compositions solides, influences Heavy Metal, on a affaire ici à un RAC carré et moderne dans la plus pure tradition allemande. Fabrication germanique oblige, les vocaux sont très graves et mis en avant… c’est l’aspect militaire ! On ne prend pas le nom Division Germania pour rien ! Je préfère le dire avant d’entendre les complaintes de camarades aux oreilles trop délicates… qui devraient toutefois laisser une chance à une formation qui le mérite amplement !

Rüdiger/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.