Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2015

Approche spatiale de la mutation des systèmes productifs français - Partie 3 : Mutations des systèmes productifs frontaliers

 Partie 3 : Mutations des systèmes productifs frontaliers

 frontière NL - B.jpg

 La frontière en géographie est un objet polysémique. Elle peut être analysée en terme de limite politique, de barrière, mais aussi d’interface, de ligne continue, ou de gouttes.

 Si l’on reprend la définition de la frontière par le « Groupe Frontière » de la revue espacetemps.net, on peut relever huit fonctions principales pouvant la caractériser : « la frontière est une construction territoriale qui « met de la distance dans la proximité » (Arbaret-Schulz, 2002) ; elle est conçue comme un système de contrôle de flux destiné à assurer une maîtrise du territoire à travers un filtrage ; elle est un lieu privilégié d’affirmation et de reconnaissance de pouvoirs politiques ; elle institue une distinction par l’appartenance matérielle et symbolique à une entité territoriale dont elle est l’expression ; elle engendre des formes et des systèmes spatiaux originaux ; elle met en place des différentiels ; elle définit un espace des risques ; et enfin elle favorise l’émergence de lieux d’hybridation ».

 Dans notre étude sur les espaces productifs frontaliers français (ESPFF), on peut noter la présence de deux enclaves, Monaco et Andorre, dont les frontières apparaissent ici plus hermétiques qu’ouvertes. En outre, la France possède plus de 2880 km de frontières avec la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, mais aussi avec le Royaume Uni et le cas particulier des frontières de l’espace Schengen à la gare du Nord (pour l’Eurotunnel par exemple). On notera également les frontières très poreuses entre la Guyane française et ses deux voisins sud américains, Brésil à l’Est et au Sud et Surinam à l’Ouest (respectivement 730,40 km et 510 km). Enfin, les aéroports internationaux concentrent très localement des frontières dont la virtualité supposée s’évapore à mesure que l’on s’approche, dans les fils d’attente, des postes de contrôle douaniers.

 Face aux grandes mutations économiques et sociétales déjà entrevues dans nos études des espaces productifs ruraux et urbains, il va de soi que l’analyse de ces systèmes productifs des espaces frontaliers français s’inscrit dans un jeu d’échelle complexe, où le local s’intègre de façon graduelle et contrastée dans une ouverture européenne. Enfin, ces frontières se caractérisent aussi par la mise en concurrence qu’elles génèrent entre les territoires français et étrangers, le tout en lien avec les différents avantages comparatifs qu’offre un pays voisin par rapport à un autre.

 A/ Etats des lieux : la « disparition » des frontières ?

 Dans les faits, de par cette logique d’analyse des mutations des SPEFF, il apparaît un enjeu primordial que l’on peut résumer par une question : dans cette logique de « disparition » relative des frontières, comment les territoires réagissent-ils au passage d’une logique de « au bout de » à une logique de « au cœur de » ? En bref, comment, et à travers l’intervention de quels acteurs, cette transition spatiale se développe-elle ?

En effet, derrière l’expression de « disparition » des frontières se cache une grande variété de cas et d’effets. Dans le cadre de notre analyse économique, on retrouve, en lien avec les frontières, un vocabulaire assez spécifique, comme « dégraissement » ou « désindustrialisation » frontalière. Ce vocabulaire rappelle de façon implicite que la France, depuis 1951 et la CECA, puis 1957 et les traités de Rome, et enfin l’Acte unique de 1986, le traité de Maastricht de 1992 et l’abaissement des frontières de 1993, est entrée dans un processus d’effacement progressif des frontières. L’objectif des mesures mises en place par la CEE, puis l’Ue, est de faire des frontières non plus des « barrières », traces visibles de la limite de souveraineté et de compétence territoriale d’un Etat, mais des espaces de transit, d’échange, de continuité et de compétition. Les frontières doivent désormais faire office de « coutures » entre les Etats. La transition spatiale s’opère en France par une décentralisation parisienne amorcée en 1964 avec la mise en place des métropoles d’équilibre dont la visée à plus ou moins long terme était de devenir des carrefours européens, comme Lille ou Strasbourg. Aujourd’hui, cette transition se poursuit. On peut penser au transfert de l’ENA à Strasbourg décidé en 1991 et dont l’enjeu est clairement d’intégrer cette formation des ‘élites’ à l’Ue.

 Cependant, il ne faut pas omettre une donnée fondamentale dans ce processus de « disparition » des frontières : l’humain, les acteurs des territoires concernés. En effet, les hommes sont au cœur de l’appropriation du différentiel frontalier qui anime les territoires qu’ils habitent. Dans cette appropriation, on retrouve des thèmes déjà entrevus précédemment à savoir les mobilités, les pratiques spatiales de consommation, de divertissement, de travail, etc. Il faut se rendre compte que même si la frontière est entrée dans un processus de relative disparition, il existe encore un « effet frontière » dans les têtes des habitants, parfois encouragé par les différences de prix existant sur certains biens de consommation (le tabac et l’alcool notamment). On est donc ici dans une géographie des systèmes productifs qui doit prendre en compte l’espace vécu, la subjectivité. En outre, les acteurs concernés sont donc tout autant les habitants des espaces frontaliers que les acteurs politiques mettant en place les mesures économiques et administratives. A ces acteurs, il faut ajouter les différentes populations qui traversent, transitent ou séjournent dans ces territoires et qui génèrent et/ou consomment des espaces productifs : touristes, migrants légaux ou illégaux. Pensons à Calais et aux milliers de migrants dont les medias se font de plus en plus les relais. Pensons au cas de l’opposition entre la Suisse et la France en matière de sport d’hiver : les coûts en France étant plus bas qu’en Suisse, même les Suisses viennent dans les stations blanches françaises, preuve s’il en est que les logiques frontalières sont assez variables, contextuelles et conjoncturelles.

 B/ Réseaux

 Les frontières recouvrent donc plusieurs sens, dont les premiers sont celles de limite et de discontinuité. Cependant, et dans la suite des travaux de Jean Pierre Renard depuis 1993, la frontière peut recouvrir différentes formes spatiales relevant d’une mise en réseau : les formes ponctuelle (frontière nodale, point de passage), linéaire, aréolaire (marche, front), et réticulaire (réseaux-frontières).

Cette dernière forme est celle qui nous intéresse le plus ici. C’est celle aussi qui est la plus complexe à définir, puisque que les réseaux-frontières varient évidemment en fonction du système urbain, des modes de transport et d’accessibilité, des dynamiques de production et des acteurs.

Les réseaux de communication, d’abord, créent des « transversalités » qui peuvent faire tomber les discontinuités. En France, les réseaux de LGV sont au cœur de ce processus, avec la mise en place d’une adaptation des réseaux français avec les réseaux ferrés des pays frontaliers : Espagne, Bénélux, Allemagne, Italie, R.U. On rend également compatible les codes qui sous tendent ces réseaux. Cette transversalité permet d’améliorer la fluidité du réseau.

Derrière ces réseaux se trouvent des acteurs qui créent le cadre propice à son développement. L’Etat et les acteurs publics interviennent selon une logique de subsidiarité, selon la pertinence des échelons et des actions à mener.

A l’échelle supranationale, on peut déjà noter, via l’OMC, qu’un produit est français si 80% de sa valeur ajoutée est française (comme par exemple avec Toyota à Valenciennes).

Par ailleurs, la législation de l’espace européen dépend du conseil de l’Europe qui, depuis 1975 à travers le FEDER, soutient le glissement vers une mise en concurrence des espaces productifs des pays de l’Ue. A l’échelle nationale, on constate que les français doivent s’adapter aux « coups de boutoir » étrangers en matière de production et de consommation. On peut prendre l’exemple des jours fériés ou des dimanches non chômés. Jusqu’à quand, par exemple, le Vendredi Saint restera férié en Alsace, ou dans les DROM ? A l’échelle des collectivités territoriales, le processus de décentralisation rentre en tension avec une certaine volonté jacobine, notamment sur les marges de manœuvre laissées aux collectivités pour gérer les frontières. On peut citer le cas du Pôle européen de développement (PED) entre la Belgique, la France et le Luxembourg, où les collectivités territoriales (communes, départements, provinces, cantons) travaillent ensemble pour sortir de la crise industrielle, développer l’économie de l’espace, attirer les investisseurs et les projets. A l’inverse, on peut citer les cas de certains PNN dont la délimitation traverse ou non les frontières : le PNN des Pyrénées bloque à la frontière espagnole, alors que le Mercantour se poursuit d’une certaine façon avec le parc naturel jumelé Parco Naturale Alpi Maritime italien. En somme, les pouvoirs sont transférés progressivement depuis l’Etat vers les collectivités territoriales, générant des profils très contrastés en matière de coopération transfrontalière. Le jeu d’échelle institutionnelle est donc au cœur des systèmes productifs des espaces frontaliers, comme le prouvent les différents programmes interreg, ou de développement des métropoles européennes (MEL (Métropole Européenne de Lille), Strasbourg, Nice).

Derrière ces réseaux se trouvent également des acteurs entrepreneuriaux dont les trois critères de prise de décision en matière d’investissements et de développement des EPFF sont la distance, le temps et le coût (notamment de la logistique). En outre, ces acteurs doivent connaître les différentiels qui existent entre la France et les pays concernés par les projets pour être attractif. Ces différentiels doivent être compris dans le but de les exploiter ou de les réduire, selon leurs natures. Par exemple, pour attirer les entreprises japonaises, on sait qu’il faut mettre en place un cadre nippon, comme un enseignement spécifiquement japonais pour les enfants des cadres dirigeants par exemple, car ces familles japonaises ne restent jamais suffisamment longtemps pour ressentir le besoin ou la nécessité d’intégrer leurs familles au système d’enseignement français. Développer et proposer un cadre japonais est donc un bon moyen d’attirer les investisseurs et les entreprises japonaises (ex : Valenciennes).

            C/ Hiérarchie des espaces frontaliers en fonction du processus d’effacement de la frontière.

De façon générale, on observe que la frontière n’est jamais totalement effacée. Même les territoires les plus ouverts maintiennent consciemment ou inconsciemment une certaine discontinuité. Dans le cas du Mercantour par exemple, la mutation des systèmes productifs peut être considéré comme douce car dans les faits, on y rentre, on y passe, et on en sort. Les randonneurs peuvent être accompagnés de guide, mais ce n’est pas systématique. Les Alpes sont d’ailleurs assez révélatrices du fait que la frontière n’existe pas vraiment dans la tête des habitants traditionnels de ces reliefs : les alpages lors des transhumances se font d’un côté et de l’autre de la frontière.

Dans le Nord, la Champagne-Ardenne, et la Lorraine, le contexte économique est à la reconversion des systèmes productifs. Dans ce cas précis, les frontières sont à la fois une chance mais aussi un risque dans la mesure où elles sont déstructurantes et multiplient les fragilités. La proximité avec la mégalopole européenne résume bien cette situation : elle est une force pour les territoires déjà en position de force et/ou soutenue par les collectivités territoriales et par l’Ue (comme les métropoles et les régions déjà très dynamiques), et une difficulté supplémentaire pour les entreprises ou territoires déjà affaiblies par les conjonctures (on peut penser à l’exemple de la Cristallerie d’Arques près de Saint Omer, récemment rachetée par un groupe américain, mais dont la pérennité est bien loin d’être assurée). En somme, donc, la frontière dans ces cas précis n’a pas totalement disparue même si au regard des autres territoires, elle semble la moins présente, la plus proche d’un rôle d’interface.

Le second type de systèmes productifs correspond aux régions qui demeurent d’une certaine façon adossée à leur frontière, malgré certaines formes de particularisme. C’est le cas de la Franche Comté, de l’Alsace et de la région Rhône-Alpes. Ces formes de particularismes régionaux permettent un localisme. On peut citer les cas d’Oyonnax et de son SPL (Système productif local) de la plasturgie maintenu, notamment avec l’Ecole d’Ingénieur en plasturgie. Celui d’Annecy qui se résiste grâce aux commandes de pièces par la Suisse. En Alsace, la petite mécanique et l’agroalimentaire permettent l’existence d’un tissu de PME et PMI qui se développe grâce à leur adaptabilité. De même on y trouve encore l’acteur rhénan Schmidt. Les différents AOC, également, comme le Comté et le Reblochon, les AOC d’Alsace en matière de vin, sont des particularismes productifs qui se maintiennent adossés à leurs frontières mais qui ne rechignent pas à leurs diffusions transfrontalières.

Enfin, le troisième type de systèmes productifs concerne les espaces peu polarisés par la frontière. Pour ces territoires, la frontière a un rôle lointain, neutre, anodin. Elle importe peu. On peut citer les cas des DROM, comme la Guyane qui possède des frontières très longues avec le Surinam et le Brésil mais dont la portée est peu productive. Les territoires du briançonnais ou l’arrière pays niçois, dans le Mercantour, semblent aussi se caractériser par une sorte d’ignorance respectueuse avec les voisins plutôt que par un partenariat vraiment complet (à l’exception du parc naturel italien… mais là encore la portée productive reste très minime). Dans les Pyrénées, enfin, la frontière est clairement un vecteur de discontinuité territoriale : son franchissement est difficile. L’économie frontalière, quand elle existe, n’est qu’une économie agricole, sylvicole, qui profite au parc naturel, mais en indifférence quasi totale avec la frontière.

En conclusion, cette troisième partie nous a permis de constater la très grande pluralité des réponses des systèmes productifs des espaces frontaliers français face à la mondialisation et au processus d’européanisation du continent. Il est bien entendu que les territoires urbains, notamment des métropoles, sont les plus enclins à l’ouverture et à la prise en compte des échanges et de la compétitivité de ces frontières. Nous n’avons pas insisté outre mesure sur les différents systèmes productifs liés aux Services qui sont boostés par la coopération transfrontalière (comme l’aéroport Bâle-Mulhouse-Saint Louis), mais il est indéniable que ces territoires déjà bien intégrés au système métropolitain européen profitent de ces mutations. Nous avons cependant pu relever l’importance des acteurs – politiques et entrepreneuriaux – et des réseaux dans l’émergence d’une continuité transfrontalière et de nouveaux systèmes productifs. Ces critères permettent alors de distinguer une hiérarchie des territoires à l’échelle nationale : les plus dynamiques sont bien évidemment ceux qui sont les mieux intégrés à la mégalopole européenne. Mais comme nous l’avons vu, les effets ne sont pas toujours bénéfiques, tant la compétitivité entre les territoires y sont intenses. D’autres régions françaises semblent maintenir l’existence de la frontière, en y adossant son système productif. Evidemment, là encore, les particularismes locaux génèrent une mosaïque de systèmes productifs qui sont autant de réponses au changement d’échelle dans leurs productions. Enfin, quelques régions périphériques font de leurs frontières des objets lointains, non polarisants, maintenant de ce fait des systèmes productifs hérités de l’époque où la frontière était clairement une barrière.

Aristide/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Lire l'introduction et la partie 1 : Mutations des systèmes productifs ruraux : le mythe du retour à la terre.

Lire la partie partie 2 : Mutations des systèmes productifs urbains.

Les commentaires sont fermés.