Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2015

[Revue de presse] « Limite », revue chrétienne qui fait sienne la décroissance

 [Revue de presse] « Limite », revue chrétienne qui fait sienne la décroissance

 limite.jpgPublié par les éditions du Cerf, « Limite » est un trimestriel nouveau venu qui s'inscrit pleinement dans la ligne de l'encyclique papale Laudato si', avec un titre un peu provocateur « Décroissez et multipliez-vous ». Prenant à bras le corps les questions anthropologiques, « Limite » poursuit dans le domaine éditorial le combat des Veilleurs, avec par exemple dans ses colonnes Gautier Bès. Dépassant le simple combat contre le mariage dit pour tous, un certain nombre de chrétiens ont vu, à raison, dans la PMA et la GPA une extension de la marchandisation du monde, derniers délires progressistes qui refusent la limite, la mesure, etc.

Formellement bien faite, où l'esthétique a une place primordiale – à l'instar de ce que William Morris prônait –, « Limite » alterne chroniques, billets d'humeur et dossier de fond. Mais à lire certaines signatures, « Limite » s'inscrit dans les pas de la revue « Immédiatement » qui avait marqué la seconde moitiés des années 1990 et le début des années 2000, où de jeunes royalistes issus pour certains de l'Action française avaient voulu défricher de nouvelles pistes et se plaçaient déjà au cœur des questions anthropologiques. On peut en effet y lire Luc Richard, Falk van Gaver ou Jacques de Guillebon. A noter aussi la présence, au service « politique », d'Eugénie Bastié, dont on peut lire régulièrement des papiers intéressants dans « Le Figaro ».

Si « Limite » reprend à son compte le concept de la décroissance, pour autant l'écologie, la nature semblent être absentes de ce premier numéro. Il semble en effet que la question de la mesure, de la limite ne soit abordée qu'à travers le prisme de l'humain seul face à la création divine. Ce qui est certes logique pour des chrétiens car l'être humain est la seule créature de Dieu appelée au salut, via la figure du Christ, les autres êtres vivants n'ayant pas d'âme selon la théologie chrétienne. Pourtant, s'inscrivant dans la lignée du Pape François, on aurait pu penser que « Limite » rappelle l'importance de la nature dans la théologie franciscaine – issue de saint François d'Assise – à laquelle le souverain pontife est attachée. Mais ce n'est peut-être que partie remise... D'autant que certains rédacteurs de ce trimestriel se laissent aller parfois à quelques raccourcis quant au (néo)paganisme et sa conception de la nature.

Si la lecture de « Limite » s'avère stimulante, déjà en mettant en avant l'importance de la décroissance, on peut cependant regretter plusieurs éléments dans ce premier numéro et non des moindres. Au premier rang desquelles certaines chroniques contre des figures de communicants et de cathos embarqués dans le monde qui singent trop les billets du blog « A moy que chault ». Ensuite – s'agissant des questions migratoire – voulant se démarquer d'une certaine droite (souvent à raison dans la critique du capitalisme) « Limite », en particulier Pierre Jova à travers son papier « Regards sur la condition des migrants », cède un peu à la facilité de critiquer certes les partisans de l'immigration folle mais aussi et surtout les partisans de la remigration, sans pour autant avancer d'arguments valables autre que moraux contre celle-ci. On peut même dire que cet article un tantinet Bisounours ne répond pas à cette brûlante question, autrement qu'à travers le prisme de « pauvres » à évangéliser. C'est faire fi d'une donnée importante : les structures ethno-culturelles sont des écosystèmes qui doivent être préservés et les perturber au nom de bons sentiments même sans vouloir une immigration de masse est aussi grave que de porter atteinte aux forêts ou aux océans.

Enfin, c'est surtout au sujet du dossier principal que l'on peut exprimer le plus de regrets. En effet, la question de la démographie mondiale et du mathusianisme méritait d'une part plus de place et surtout d'autre part plus de fond. La plupart des articles, même le débat théologique autour du fameux verset « Croissez et multipliez-vous », reste dans le convenu et l'admissible pour des chrétiens. Certes, il ne s'agit pas pour « Limite » d'appeler à une réduction violente du nombre d'humains, mais on ne peut obérer l'incidence de 7 milliards d'êtres humains, surtout à l'aune de la submersion migratoire qui touche l'Europe. Et ce phénomène n'est pas près de s'arrêter, vu la croissance démographique africaine, alors que nous n'avons pas entrepris le moindre début de sobriété heureuse. La question démographique étant la question primordiale en politique, elle méritait mieux que ce dossier, y compris en invitant des partisans d'une décroissance de la démographie...

Cependant, malgré ces lacunes et ces imperfections, souhaitons longue vie à « Limite », et qu'ils invitent bientôt dans leurs colonnes des militants d'une écologie radicale...

Arnaud/C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

Merci pour ce compte-rendu de presse.

je rejoins vos critiques :

1/ Si la question démographique n'est pas traitée, rien n'est traité véritablement.

2/ Sur la remigration, idem : je ne suis pas étonné. Le Christianisme étant génétiquement universalisant et religion impériale, faut-il le rappeler, il ne peut penser des "entraves" frontalières. Les bons sentiments jouent également à plein. Mais c'est alors la religion d'esclaves dont parle Nietzsche.
C'est une manière de s'acheter une conscience à bon compte. Et une trahison nationale de surcroît.
Il faudrait absolument distinguer entre l'empire du Vatican ( ... et du B'nei brit) d'une part; et le reste du monde chrétien : pour l'instant je vois la FFSPX (que je ne connais que par le net et quelques messes) et le christianisme celtique (syncrétisme attesté tout le haut moyen âge entre monde celtique druide gaulois et christianisme non régenté par Rome, du moins jusqu'au XII° siècle en France) renaissant:

télécharger ici un document "en images" sur le sujet :

http://forum.arbre-celtique.com/forum.php

De la sorte, il est possible au monde Celte de refaire surface, sortant des décombres d'un Christianisme papal, romain qui a creusé sa perte et celle des nations occupées. Presque mort, il peut ressusciter en buvant à la source Celtique, s'il le souhaite. Il peut également refuser le Graal.

Quant au "paganisme", on ne peut rien en dire, étant avant tout une définition chrétienne, et récemment une auto-définition de groupes politiques très divers, traversant la totalité du champ politique d'un "extrême" à l'autre.

Je préfère m'en tenir à une recherche autonome, fondée sur l'érudition dont je peux être capable ( voir mon blog : http://angoulmois.hautetfort.com/ )

Mais je trouve les "païens" bien timides. En dehors d'un certain "immanentisme", bien compréhensible vu l'origine matérialiste de nos "païens", je ne vois pas de position clairement transcendante déclenchant la reconfiguration anthropologique nécessaire.

Très peu de choses sur Lug, Ann et Taranis. Or en Gaule, la religion pré-chrétienne passe obligatoirement par ceux-là.

Écrit par : ericbasillais | 29/09/2015

N'importe quoi, comme un peu trop souvent ces dernières semaines, ericbasillais.
Je comprends pas qu'on puisse encore se toucher la nouille sur le paganisme celtique (ou n'importe quel autre paganisme "européen") quand on désire changer les choses de manière profonde et structurelle sur un continent dont la masse a encore bien du mal à rester un tant soit peu spirituelle. Les gens, en Europe, n'en ont rien à faire de ces blogs ridicules que personne ne lit vraiment, et d'une "renaissance" païenne qui ne se place au mieux qu'au même niveau qu'une éthique de vie comme le propose le yoga.
OK pour la décroissance, évidemment.
Mais amener le folklore "païen", tout juste bon au tourisme vert, dans ce débat, c'est nase.
Cette revue semble excellente et touchera certainement plus de gens que votre blog, que même les plus idéologiquement proches j'imagine, ont bien du mal à lire sans sourire.

Écrit par : aristide | 29/09/2015

Bah... Il se "touche bien la nouille" en écoutant le gentil petit poutine adoré... Comme tu dis, sa "novo-sauce" "yoga - pagano - russophile " prête à sourire.

Écrit par : Thomas R | 29/09/2015

Une revue chrétienne d'écologie dite "intégrale" ? Qu'est-ce que cela veut dire au juste ? Sans qu'il soit nécessaire de se "toucher la nouille", hein ! Pour ça il y a l'actuel lider maximo de l'Eglise catholique apostolique et romaine...

Bref. Notre raison d’être, c’est de constituer une communauté de femmes et d’hommes en lutte pour l’avenir de leur terre et de leur sang. Alors, païens, néo-païens, catholiques, chrétiens, papistes émasculés, etc. cela n'a que peu d'importance.

Eric Basillais, abstraction faite de vos bafouilles embrumées, si vous cherchez des racialistes paneuropéens de sensibilité païenne ou "paganisante" voire pagano-chrétienne, c'est, notamment, au sein de la communauté Terre et Peuple/Europe Identité que vous les trouverez. Je ne prie moi-même aucun(s) dieu(x), je n'en éprouve pas le besoin. Mais c'est sans doute que la mystique de l'enracinement de type racialiste/völkish à laquelle je suis attachée est aussi puissante que n'importe laquelle des religions issues d'Abraham.

Écrit par : Aryosophe | 05/10/2015

Merci pour votre hauteur de vue.

Le côté paien est cité dans votre revue de presse....je me suis encore imaginé que la ligne défendue sur ce blog était proche de la ligne défendue sur mon blog : encore raté !

C'est énervant de fonctionner avec des zombies qui ne répondent jamais au fond et ne savent à peine qu'agiter les mains. Mais l'aversion que je déclenche me réconforte : il n' y pas de logique dans vos propos et les sentiments sont la seule chose qui vous anime.

Je considère que vous ne défendez aucune composante (pas même spirituelle) de la patrie.

Donc vous êtes probablement un blog fake. Vous avez bien vous ennuyer seuls dans votre bocal idéologique. Bon courage à vous quand même. je m'en vais retrouver de vrais Gaulois. Vous pouvez encore déménager à Berlin, Rome ou Kiev si ça vous chante.

Écrit par : ericbasillais | 30/09/2015

Il vous est venu à l'esprit que les commentateurs ne sont pas forcément à 100% sur la ligne du blog et que le principe des commentaires c'est de permettre l'expression des idées, des opinions et l'échange de point de vue, même un peu vif ?

Les seules communications officielles du blog sont les miennes. Toutes les autres sont des points de vus individuels ou les réponses des auteurs des différents articles.

Un fake ? Mais comment osez-vous ? Des heures de travail bénévole, des articles, des conférences, une communauté sur le terrain, mais tout cela ne serait qu'un fake ?
Votre égo est tel que vous n'êtes même pas capable de respecter le travail fourni par d'autres et de respecter leur engagement et leur implication.
Un peu de recul ne vous ferez pas de mal.

Écrit par : Gardien du phare | 30/09/2015

OK

Écrit par : aristide | 30/09/2015

J'ai dit !
Donc Adieu !

Écrit par : ericbasillais | 30/09/2015

Les commentaires sont fermés.