Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2015

Éléments de réflexion sur la « multipolarité », ou le capitalisme à plusieurs visages

Éléments de réflexion sur la « multipolarité », ou le capitalisme à plusieurs visages

brics.jpg

Que dire des BRICS ?

Les commentateurs politiques de la dissidence et de la sphère « patriote » ont une grande marotte : les BRICS. Au nom de la « multipolarité », certains nous présentent les BRICS comme LA solution face au « système américain». Certains vont même jusqu'à se réjouir du rapprochement entre la Grèce et les BRICS ou du renforcement du Yuan...

Pourtant les BRICS n'ont rien à envier aux Etats-Unis sur le plan du cauchemar libéral.

Brésil : agriculture productiviste et intensive aux mains des pires multinationales de l'agro-alimentaire (dont Monsanto) avec utilisation massive d'OGM et d'hormones pour le bétail. Déforestation occasionnant des déplacement de population de leurs territoires ancestraux. Problème des paysans sans-terre, recours au meurtre des écologistes, syndicalistes, chefs indiens, leaders paysans, empoisonnement de masses …), criminalité, bidonvilles (favelas)... (coefficient de Gini: 0.519)

Russie : producteur de gaz et de pétrole mais également d'uranium, de nickel, etc... pollution, équipements vétustes, corruption, criminalité (mafias). (coefficient de Gini: 0.420)

Inde: Agriculture productiviste et intensive extrêmement polluante depuis la mal nommée « révolution verte », industrie textile à bas coût, activités portuaires hautement polluantes, bidonvilles gigantesques.  conditions de travail cauchemardesques, absence totale de couverture sociale, de contractualisation, de protection de l’enfant au travail …, cataclysme écologique, extinction de masse des espèces, déforestation galopante …(coefficient de Gini : 0.368)

Chine : manufacture du monde abreuvant nos pays de gadgets inutiles, plus gros pollueur au charbon. Producteur de minerais rares utiles dans l'électronique et l'informatique. Activité portuaire hautement polluante (7 des 10 plus grands ports mondiaux sont chinois). Cataclysme écologique, modifications climatiques, extinction des espèces... Conditions de travail déplorables.  (coefficient de Gini: 0.610)

Afrique du sud : Pays gouverné par un clan ethnique, corruption généralisée, exploitation de matières premières par des multinationales, taux de criminalité parmi les plus élevés au monde, espérance de vie faible, racisme anti-blanc.

Et encore on pourrait également s’attarder sur les "non-alignés" (passé ou présent) du genre Algérie, Libye, Irak, Venezuela ... tous producteurs de matières premières polluantes pratiquant le népotisme et la corruption.

Voila de quoi remettre en perspective la "multipolarité" et le "non-alignement". En réalité, les BRICS constituent une face du cauchemar libéral mondialisé et ils n'ont que faire de nos intérêts vitaux d'européens et même de ceux de leurs propres peuples et encore moins de l'environnement. Par ailleurs, les BRICS n'existent qu'en raison de l'occidentalisation du monde. Le Brésil ne serait pas la « ferme du monde », la Chine ne serait pas la « manufacture du monde » et la Russie n'abreuverait pas un grand nombre de pays en gaz et en pétrole si l'Occident ne reposait pas sur la société de consommation.

De l'intox à la réalité, un passage par la géographie économique européenne et russe

63% des échanges de l'UE se font entre pays de l'UE, les principaux partenaires des pays européens sont donc d'autres pays européens. La Grèce est un des rares pays à avoir moins de 50% de ses échanges avec ses partenaires de l'UE (48%).
La géographie est ici une donnée essentielle, la proximité géographique est pour beaucoup dans les échanges. D'après un document Eurostat du 27 mars 2015, la France par exemple exporte beaucoup en Allemagne (17%), en Belgique (7%) et en Italie (7%) et importe beaucoup d'Allemagne (19%), de Belgique (11%) et... d'Italie (8%). La Grèce qui est aux portes de l'Asie exporte beaucoup en Turquie, de même qu'elle importe beaucoup de Russie ou d'Irak. Toutefois, l'Allemagne est également un partenaire important (3eme dans les exportations et 2eme dans les importations). D'après un document de la direction générale du Trésor français, la Russie ne comptait en 2013 que pour 2% des échanges avec la France, ce qui relativise singulièrement la soit disant impérieuse nécessité de constituer un axe franco-russe. Et cela concerne essentiellement les hydrocarbures (gaz et pétrole), l'agriculture productiviste ou l'armement... Bref que des secteurs dont il va falloir interroger la pertinence dans un avenir proche. Par comparaison, les Etats-Unis sont 5ème et la Chine 6ème autour de 6,5%. La Chine est par ailleurs le premier partenaire économique pour la Russie et le deuxième pour l'UE (derrière les Etats-Unis).
Les Russes ont opté pour une politique économique eurasiatique en direction du Moyen-orient et de l'Asie de l'Est depuis quelques années, renforcée par le conflit en Ukraine (Organisation de coopération de Shanghai depuis 2001, Union économique eurasiatique effective depuis janvier 2015). De la Turquie au Japon en passant par l'Arabie saoudite, les partenariats chinois ou la Corée du sud, les contrats se multiplient ces derniers temps. Si on prend les 10 premiers partenaires économiques de la Russie en 2014, donc avant les contrats récents, six sont des pays frontaliers de la Russie (Dans l'ordre : Chine, Ukraine, Belarus, Japon, Etats-Unis, Corée du sud, auquel on pourrait ajouter la Turquie qui n'a pas de frontière terrestre mais partage un espace maritime). Les autres sont: Les Pays-Bas, l'Allemagne et l'Italie. Point de France. D'après Le Courrier de Russie, « près d’un tiers des investissements russes sont réalisés vers des paradis fiscaux ». La géographie économique est donc assez révélatrice des sphères d'influence réelles des différents états et de leurs stratégies en matière économique. (cf. Document annexe).
Le niveau de relation entre la France et l'Allemagne est très bon mais leurs autres partenaires peuvent sensiblement différer. Au final le couple franco-allemand a une véritable pertinence sur le plan géographique et économique, bien plus que de chimériques axes « Paris-Moscou ».

Les réseaux russes : une offensive du capitalisme national

C'est un projet purement idéologique qui est poursuivi par la « droite souverainiste ». La germanophobie des souverainistes français, couplée de leur poutinophilie leur fait totalement perdre de vue les réalités géographiques et économiques. Nous pourrions même émettre l'hypothèse que c'est le lobbying de Total, de la FNSEA et du complexe militaro-industriel auprès des droites françaises qui est une des clefs de compréhension des positions des Républicains ou du FN à l'égard de la Russie. Un article de la Croix nous informe à ce sujet :

Lors d'une coterie franco-russe « Étaient là, notamment, Nicolas Dupont-Aignan (député Debout la République, Essonne), Yves Pozzo di Borgo (sénateur UDI, Paris), Jean-Pierre Chevènement (sénateur MRC, Territoire-de-Belfort), Aymeric Chauprade (député européen FN), Joëlle Garriaud-Maylam (sénatrice UMP des Français de l’étranger), Jean-Yves Leconte (sénateur PS des Français de l’étranger), Jean-Claude Mignon (député UMP, Seine-et-Marne), Jérôme Lambert (député Radicaux de gauche, Charentes) et Jacques Myard (député UMP, Yvelines). » Puis plus loin nous lisons : « L’organisateur de la rencontre était Thierry Mariani (député UMP des Français de l’étranger) qui est également président de l’association du dialogue franco-russe. Autour de la table se trouvaient aussi des dirigeants de grandes entreprises françaises, dont le PDG de Total Christophe de Margerie, le numéro 2 de GDF Suez Jean-François Cirelli, ou Serge Dassault (qui est également sénateur) [et également PDG dans l'aéronautique et marchand d'armes NDLR]. ». Quant à la FNSEA, cliquez ici pour avoir un aperçu. Au final, des profils parfaitement désintéressés, tout à fait hors système... On navigue entre la quenelle anti-sioniste, les défilés nationaux-bolcheviques, les cellules révolutionnaires clandestines et les zadistes, n'est-ce pas ? Je me permets un commentaire acerbe : Le bal tragi-comique de la dissidence va-t-il s'arrêter un jour ?

Les BRICS ne peuvent pas apparaître comme des solutions. Sur le plan social, économique, politique et écologique, leur modèle de développement est l'antithèse de ce à quoi nous aspirons. Certains répondrons, au nom du pragmatisme, que ce n'est pas notre problème. Mais c'est une vision à courte vue que tôt ou tard nous paierons. L'anti-américanisme repose sur des arguments souvent anti-capitalistes, alors pourquoi se jeter dans la gueule béante d'un capitalisme qui n'a même pas développé les mécanisme sociaux de compensation ?

L'Europe enracinée que nous voulons, n'aura besoin ni du soja OGM brésilien, ni des gadgets inutiles chinois ni du pétrole russe, ni du textile bas de gamme indien.

Jean / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Document annexe :

Planisphère représentant les principaux pays investisseurs pour chaque pays.

Source: VoxEurope.eu

investissement.jpg

Faites clic droit puis cliquez sur "afficher l'image" pour la voir en entier.

Commentaires

Les souverainistes sont une plaie, il est impossible de leur faire entendre quoi que ce soit. Je n’ai jamais vu autant de personnes haïr les européens de l’Est (Hongrois, Roumains, Polonais, etc…) et se taire complètement sur l’algérisation et l’africanisation de la France que les souverainistes. Ils bénissent cette fameuse classe moyenne immigrée intégrée ; pourtant il suffit de lire Machiavel : le seul moyen d’envahir une république c’est de la coloniser et d’élever les petits (immigrés) et d’abaisser les grands (population de souche).

Vous avez souvent raisons, mais s’il vous plaît, ne faites pas l’idiotie de confondre le capitalisme d’état et les corporations à tendance soviétique (carrefour, total, bouygues, etc…) avec le libéralisme qui en sont profondément l’antithèse. Les BRICS sont le fruit de corporations et de capitalisme d’état, on est loin de l’économie libre (libéralisme) des petits et moyens entrepreneurs.

Cataclysme écologique certainement (pollution, OGMs, etc…), modifications climatiques à revoir : ce n’est pas parce que des gens ont peur des micro-ondes du fait qu’ils n’ont pas la moindre idée de comment ça marche que les micro-ondes sont dangereux, il n’a pas été démontré que l’homme est la cause des changements climatiques.

Je me pose la question suivante : comment résister à la montée en puissance des BRICS ? L’abandon de toute puissance économique au nom de « l’écologie » (terme bien mal définit) n’aurait pas pour effet de nous faire vassaliser et réduire en esclavage par les BRICS ? (Ca fait déjà un moment que les chinois nous rachètent nos sols et nos entreprises).

Il serait aussi intéressant que vous fassiez des articles ou une émission sur méridien zéro sur ce qu’est « la société de consommation ». Souvent faussement attribuée au « libéralisme » alors que la tendance à la consommer est un paramètre humain. Que l’on soit dans un système collectiviste, libéral, ou je ne sais quoi, si les gens ont besoin de consommer trop de poissons, tous les systèmes produiront ce surplus de poissons. Le mode de consommation dépend surtout du comportement des individus.

Écrit par : Godomar | 19/07/2015

"Souvent faussement attribuée au « libéralisme » alors que la tendance à la consommer est un paramètre humain."

Désolé mais c'est un truc qu'on entend sans cesse pour justifier la connerie des gens.
Mais vous êtes dans cette fausse vérité typiquement capitaliste du :" le client est roi"...
Comme si les gens étaient purement et simplement responsables des achats, décidaient des choix entrepris...

On peut voir ça comme ça, mais toute cette propagande...pardon!...le marketing est là pour faire vendre des choses qui ne vont pas de soit.
Il y a un travail d'orientation et de fabrique de tout un tas de chose qui poussent les gens à entretenir ce système....tout particulièrement le besoin ou plus précisément l'envie.
Sans oublier le travail bien réel sur la durée de vie du matériel...il me semble que l'on a pas vraiment demander l'avis aux clients?

Je ne suis pas pour retirer la responsabilité des gens qui se vantent tout le temps d'être des citoyens, alors que 99% du temps il n'en ont rien à cirer si ça ne colle pas à leurs petits intérêts, mais les responsables ce sont ces escrocs, toutes ces "usines" à fabriquer de la merde et les victimes.... les gens qui les achètent, aussi bêtes soient-ils.

Il convient de ne pas complètement inverser les rôles. d'ailleurs c'est le côté sympa de cette démocrassie: "si les gens votent encore pour les salopards qui nous dirigent c'est qu'ils les considèrent comme légitimes."

Tout cela est un peu facile.

J'ai peut-être une vision peu populaire, mais les gens sont des suiveurs, quant aux individus, ils n'existent pas en tant que tels, ils suivent ce qu'on leur montre.
En particulier quand on parle de masse...pas de personne. D'ailleurs le terme d'individu est tout à fait moderne et désincarné, il se suffit à lui même.

Quant on dit que le poisson pourri par la tête, on saisi mieux qui dirige et pourquoi il devient décadent. Notre tête est pourri jusqu'à la moelle et cherche par tous le moyens à contaminer le reste, car le peuple, le vrai, il est plutôt réactionnaire, cette fameuse "common decency" et résiste à tout ce qui cherche à le transformer. Du moins au départ....petit à petit.

Pour ce qui est du texte, je dois dire que partage complètement les avis énoncés. Il s'agit simplement d'une exaspération qui confine à des raisonnements puériles et manichéens qui font penser que tout ce qui est anti américain est forcément bon.
On a aussi un peu vite oublier que l’extrême gauche, avant d’avoir été un crypto défenseur de la nature, a compté parmi ces principaux théoriciens les pires idéologues de la "pollution pratique": il suffit de voir l'URSS, puis maintenant la Chine, ce pays de daube qui cultive les pires tares du Communisme et du Capitalisme. Sans doute est-ce la synthèse rêvée de beaucoup de nos dirigeants. Tout un symbole: un communisme de marché.

Écrit par : DolFuSa | 19/07/2015

Vous m'avez mal lu, je ne défends en aucun cas les multinationales ni même le capitalisme avec leur masses d’objets de basse qualité (que j’assimile aux corporations soviétiques), ni n'ai prophétisé le « client roi », je parle d’entrepreneurs. C’est peut-être utopique mais certainement moins que d’espérer un soudain retour à la terre du monde entier.

Par contre vu ce qu’on est devenu aujourd’hui j’ai de gros doutes sur l’existence hypothétique de la « common decency ». Le peuple réactionnaire c’est quoi ? 2% de la population à tout cassé en tout temps et à toutes époques ? Individu terme moderne et désincarné ? Est-ce qu’un moderne peut être anti-moderne et ne pas avoir une vision biaisée parce qu’il est moderne ?

Écrit par : Godomar | 19/07/2015

Tout ce qui est anti-américain n'est naturellement pas forcément bon... ni juste ! Chine et Brésil sont d'ailleurs même de véritables contre-modèles. Et je n'ai nul besoin d'évoquer le Poutinistan sinon pour rappeler que la Russie, elle, est indispensable à l'Europe impériale jadis théorisée par Yockey.

Cependant, il nous faut faire des choix et éviter de brûler les étapes. Si les BRICS ne sont probablement pas l'alternative idéale à la presque totale domination yankee sur la planète, elles ont le mérite d'exister. Ce qui n'est hélas pas le cas de "notre" troisième voie géopolitique. Quoi qu'il en soit, le "système américain", le "Système", ZOG et ses armées de larbins, etc. EST l'ennemi principal. Inutile donc de s'émouvoir de la stupidité (relative) des "souverainistes" ou de pleurnicher sur le sort des écologistes brésiliens (le sort des Afrikaners me touche bien davantage), nous avons un ennemi à combattre. Par tous les moyens.

Écrit par : Aryosophe | 20/07/2015

Imperium de Yockey, ouvrage absolument remarquable pour l’époque. Mais il ne l’a pas théorisée, Nietzsche dans « Par-delà bien et mal » l’avait déjà fait et même Evola dans « Impérialisme païen » de façon écliptique certainement mais ce n'était déjà pas une idée originale.

N’oublions pas que nous avons des alliés en Amérique, notamment l’American Renaissance et quelques autres groupes qui gravitent autour (Radix Journal ou Counter-Currents pour ne citer que ceux-là).

Aryosophe a-t-il un rapport avec l’ariosophie ? Si oui est-ce intéressant ?

Écrit par : Godomar | 20/07/2015

Je n'ai pas écrit que Yockey avait été un précurseur. Mais non seulement il théorisa ce que nous pouvons nommer "nationalisme paneuropéen" (et non "grand-européen", ne serait-ce que pour distinguer sa vision de celle d'un Thiriart) mais il incarna ce "nationalisme" en créant le Front Européen de Libération. En somme il fut, comme Freda, un soldat politique. Ce qu'Evola n'a jamais été malgré son indiscutable influence.

Des alliés en Amérique ? Je n'en doute pas. Là ou il y a des hommes blancs de souche européenne... Cependant je crains que leur sort ne soit scellé.

Avec l'aryosophie, oui. Avec Guido von List, notamment. Et le "mouvement" völkisch.

Écrit par : Aryosophe | 20/07/2015

Bravo @Jean et merci, c'est sans doute la meilleure synthèse sur les BRICS que j'aie pu lire.

Quant aux fantasmes de la "dissidence" souverainiste, à commencer par son anti-impérialisme américain mais son pro-impérialisme russe, bah...

Céline avait raison, les cons sont toujours les plus nombreux, que voulez-vous. Mais cette fois, ils ne gagneront pas. La Russie de Poutine finira en eau de boudin, tant la vitrine ne correspond pas à l'arrière-boutique.

Dommage quand même. Au lieu d'encenser un potentat oriental archi-corrompu et menteur et de tout attendre de lui, il serait temps de travailler à une Europe indépendante (sans la Russie, qui n'a rien à y faire et a, au mieux, vocation à en être un partenaire privilégié, à condition qu'elle ne domine pas).

Écrit par : Olivier | 22/07/2015

Une étude complémentaire sur la réalité macroéconomique des BRICS à remettre en perspective :

http://cestpassecretcestdisret.blogspot.fr/2014/07/de-brics-et-de-broc.html

Et encore, ça c'était en 2014 ...

Écrit par : Lothaire | 23/07/2015

Merci !

Écrit par : JB | 24/07/2015

Deux points :
1/Le problème, dans ce blog, est que vous niez la géographie pour des raisons que vous laissez dans l'obscurité :

Considérer la RUSSIE comme non européenne est tout simplement une lubie.

(Mais c'est le paramètre idéologique propre à ce blog, semble-t-il, avec le renoncement à la France.)

Vous avez le droit d'effectuer les regroupements géopolitiques comme vous le voulez; mais assumez plutôt que de produire des justifications "géographiques" ou "ethniques " fausses; car les RUSSES font partie du monde blanc, indo-européen au même titre que tous les autres slaves, à commencer par les Ukrainiens.

Du coup ne vous étonnez pas que la propagande ne prenne pas : elle est démente. L'époque violente actuelle a au moins la vertu de ne pas anesthésier complètement les cerveaux capables.

2/ Ceci dit, il y a un évènement récent que vous devriez plutôt exploiter(comme quoi je suis impartial) : c'est la guerre entre les Oligarques de Kiev et Pravy Sector...
Au moins, il SEMBLE que ce groupe soit réellement antagoniste à Porochenko et Iatsenouk....(il faudra du temps pour le vérifier).

Écrit par : ericbasillais | 23/07/2015

Ce qui a été pris en compte, vraisemblablement par les auteurs de ce blog et assurément par certains commentateurs mais pas par vous, c'est que la Russie - ou plutôt le Poutinistan - est elle-même délibérément sortie de l'Europe et mène sa politique essentiellement contre les intérêts stratégiques et économiques des Européens !

Sur ce coup, c'est surtout vous qui restez confiné dans le déni du réel, malgré toute votre "impartialité" ...

Écrit par : Lothaire | 23/07/2015

En effet, Eric. Le Poutinistan n'est pas la Russie. Cette dernière a pour vocation à devenir l'une des marches-frontières de l'Europe nouvelle, antithèse de l'actuelle union dite européenne vassalisée.

Quant à la France, pour ma part il n'est pas question de diluer notre identité, de dissoudre nos spécificités dans un nouvel empire de la confusion. La France, pas plus que l'Italie ou l'Allemagne ne disparait dans cette Europe aujourd'hui encore (hélas !) fantasmée, cette Europe qui ne peut, qui ne doit pas être jacobine et centralisée. Rappelons qu'au Moyen-Age, le mot "nation" a un sens exclusivement ethnique, un sens qu'il doit retrouver aujourd'hui. Rappelons également que l'Empire est avant tout un principe ou une idée. Comme l'écrit A de B : "L’Empire vise à unifier à un niveau supérieur sans supprimer la diversité des cultures, des ethnies et des peuples. Il constitue un tout dont les parties peuvent être d’autant plus autonomes que ce qui les réunit est plus solide. Ces parties restent organiques et différenciées. L’Empire s’appuie par là beaucoup plus sur les peuples que sur l’État ; il cherche à les associer à une communauté de destin sans les réduire à l’identique. C’est l’image classique de l’universitas, par opposition à la societas unitaire et centralisée du royaume national."

Inutile de préciser qu'il ne peut y avoir de "communauté de destin" sans "communauté de sang". C'est là ce qui distingue les racialistes paneuropéens d'un Evola ou d'un Thiriart.

Écrit par : Aryosophe | 23/07/2015

Il fallait oser nous accuser de "nier la géographie" sur un des rares blogs/sites où une partie des contributeurs ont une (solide) formation géographique, à commencer par le rédacteur de cet article... Mais passons.

En réalité vous confondez, comme de nombreux Français, le russe ethnique avec le "russien", qui est citoyen de la Fédération de Russie qui elle-même ne peut se résumer à sa dimension européenne puisqu'elle s'étend sur 11 fuseaux horaire. Je pense que vous n'arrivez pas à appréhender "l'espace russe" (ce qui est justement de la géographie).
La Russie est un monde à part, à cheval sur deux continents, avec plus de 100 nationalités et une diversité de territoires très importantes de la Carélie aux Îles Kouriles et du Caucase au Détroit de Béring.
La Fédération de Russie est le produit de l'histoire de la Moscovie et non de la Ruthénie (Rus') ni de l'ensemble polono-balte.
L'Intermarum que vous mentionnez est d'ailleurs pour moi la limite de l'Europe. Je suis en train de rédiger un article qui le mentionne.
La pérennité d'un Etat est grandement conditionnée par la gestion de ses marges et les marges de la Russie sont en contact avec l'Arctique, l'Asie centrale, la Mongolie, la Chine, le Japon et l'Amérique du nord. La Russie a donc d'autres enjeux que l'Europe, précisément parce qu'elle est eurasiatique et même si Moscou n'est qu'à 3h30 de vol de Paris...
La politique de Poutine est eurasiatique: depuis la fondation de l'OCS en 2001, jusqu'à celle de l'Union eurasiatique en 2015. Ce sont les nationalistes ukrainiens (et russes) qui incarnent la dimension européenne, héritée de l'ancien Rus', mais aussi de la principauté de Novgorod et de tous les micro-Etats qui existèrent avant d'être avalés par la Moscovie.

Basez vous sur des faits, et non sur la pensée magique.

Écrit par : JB | 24/07/2015

Merci à tous pour vos pour vos réponses.
Je ne suis toujours pas convaincu par la notion de Poutinistan.

Votre projet impérial est bien trop grand déjà pour que vous ne puissiez l'étendre naturellement à la RUSSIE, (voire à tout le bassin ARCTIQUE).

Et puisque vous êtes racialistes, rien dans le sang russe ne s'oppose à l'Imperium (Indo-Européen Blanc en somme) que vous appelez de vos voeux.

Rien, si ce n'est POUTINE...

Indépendamment de l'appréciation de sa politique eurasiste, par quel miracle ce personnage peut-il contrarier à ce point vos fondamentaux alors qu'il propose une fusion de Brest à Vladvostok ?

Par ailleurs, sauf erreur de ma part, Pravy Sektor prône un verrou Mer-noire-Baltique, historiquement centré sur KIEV, et hermétique sur ses deux flancs... êtes -vous sûr, au delà des soutiens idéologiques en cours, que sa politique INDEPENDANTISTE et de bloc local soit compatible à long terme avec votre Imperium ?

Enfin, votre anti-nationalisme (c'est ça que je retiens d'abord) est patent. Certes vous prenez la précaution oratoire de parler de nation ethnique, souchée etc... mais je ne marche pas : Toute perte de SOUVERAINETE de la FRANCE est une insulte à mes ancêtres morts au champ d'honneur pour leur PATRIE, la FRANCE.

Il ne suffit pas d'une information circulante "pacifique" quelconque pour que je perde la mémoire de ces guerres qui font mon HISTOIRE, mon IDENTITE.

Je suis Gaulois et Français. Je suis co-ROI de FRANCE en somme. Aucun ORGANE SUPRA-NATIONAL m'enlèvera la COURONNE sans me l'avoir arrachée MANU MILITARI. Et même là, je la récupèrerai...

Par cette POSITION contre la FRANCE, vous êtes simplement des TRAITRES à la PATRIE.

Que vos ancêtres qui ont payé le PRIX du SANG reviennent du SID ( ou du VALHALLA pour certains) pour vous hanter dans votre sommeil jusqu'à ce que vous repreniez le chemin DROIT.

Écrit par : ericbasillais | 23/07/2015

Merci de votre contribution et n'oubliez pas votre chapeau pointu en aluminium avant de retourner à votre station orbital autour de Sirius, s'il vous plait ...

Pour répondre quand-même à votre question :comment Poutine pourrait s'opposer au projet européen qui nous tient à cœur ?
Par exemple en étant président de la Russie, doté d'un arsenal nucléaire pour continuer à menacer "Notre frontière" et continuer à assurer son impunité face à ses crimes de masse, tout simplement ...

Écrit par : Lothaire | 23/07/2015

Des traitres à la Patrie ? Si je n'étais pas serein quant à mon attachement - sur le mode barrèsien - à la terre de mes ancêtres, je réagirai sans doute fort mal à votre accusation. Stupide, convenez-en. Je ne sais quel est votre parcours politique, ni même si vous avez jamais milité, mais pour moi qui "barbote" activement depuis plus de 30 ans dans la mouvance dite NATIONALISTE, j'avoue que c'est un peu fort. Mais ce n'est sans doute pas très sérieux. Enfin, si vous n'êtes pas complètement idiot, vous avez sans doute compris que la France n'est, depuis longtemps, qu'une province étasunienne parmi d'autres et que donc sa souveraineté, son indépendance n'est désormais plus qu'un souvenir. J'ajoute que comme Céline, je suis convaincu que "le problème racial domine, efface et oblitère tous les autres."

Écrit par : Aryosophe | 24/07/2015

Un article intéressant (merci @Tarkan), sur l'intérêt financier de certains collabos français :

https://medium.com/@antoine_sans/un-d%C3%A9put%C3%A9-ump-a-t-il-cherch%C3%A9-%C3%A0-masquer-ses-liens-avec-un-oligarque-russe-sous-sanctions-e96d2052958e

Écrit par : Olivier | 24/07/2015

Celui-là n'est pas mal non plus :

https://medium.com/@antoine_sans/les-petites-histoires-de-la-nouvelle-banque-du-front-national-14d7cc66cdb2

Écrit par : Olivier | 24/07/2015

En voilà la deuxième partie :

https://medium.com/@antoine_sans/timchenko-et-la-france-408469ac3e6

La troisième n'est pas encore publiée, a priori.

Écrit par : Olivier | 24/07/2015

Bonjour;

Je me sens un peu comme chez moi, c'est agréable de revoir les mêmes têtes ;)

Alors déjà, je ne me sens pas traître à la nation, ou alors, je donne un ticket avec un numéro pour qui veut me fusiller, y a la queue ;)))

La Russie n'est pas l'Europe, parce que... Elle ne se sent pas européenne. Punto finale. La plupart des russes ont trop barboté dans un bocal vicié de propagande pour 3ème age pour qu'ils se sentent européen même dans le sens géographique du terme. C'est un fait. Je souhaite une alliance avec la Russie, mais alors une Russie pacifiée et sereine, qui n'agresse pas ses voisins et qui ne tombent pas l'hystérie de la citadelle assiégée comme c'est le cas en ce moment.

J'ai assez fréquenté les russes pour savoir qu'ils ne sont pas comme nous, c'est pas une critique, c'est un fait. L'allogène n'est pas comme nous, le russe idem, c'est tout.

Ensuite, l'un des corollaires important de la géographie - afin de maitriser son espace - est la démographie, et là, c'est la cata pour les slaves en général. Ils sont condamnés. Vous allez me dire, oui mais nous c'est pas mieux. Ok, mais le temps est à la réflexion sur un autre paradigme, pas à imiter un faux contre modèle en toc.

en parlant de démographie avec un minable petit propagandiste dont le nom commence par La pour finir par tsa, on mesure combien le foutage de gueule est important. Il pérorre à qui veut l'entendre que la situation est positive. De un, il ne fait pas la différence entre les orthodoxes et les musulmans. de deux il se base sur les anciens chiffres issus de l'après chute du mur où là c'était l'hécatombe donc il parle en détail de stabilisation de la démographie : oui si on compte 30 % de naissances non russes rien qu'à moscou. Tu vas à moscou : il n'ya plus qu'une minorité d'enfants blancs dans les jardins d'enfants : c'est ce qu'on peut voir dans les villes de l'ouest à forte immigration. Les données sont disponibles par région (Rosstat): donc c'est facile de voir où il y a les taux les plus importants de fécondité...

La moyenne d'age est en hausse, la mortalité va certainement augmenter vu la crise : le nombre d'enfant par femme ( qui doit être de 2,05 pour maintenir la population ) tombe à 1,2 ou 1,5 : certaines régions en dessous de 1 ( qui est la disparition à court terme) seules les populations musulmanes et asiatiques sont encore plus ou moins correctes. Moscou c'est 30 % de naissances non russes quasi toutes issues de l'immigration musulmane d'asie centrale et du caucase non russe. Si on rajoute les naissances caucasiennes russes, l'orthodoxe de souche "blanche" disparait . Le projet est de maintenir des bantoustans ( comme pendant l'apartheid) en essayant de regrouper les musulmans dans leurs régions d'origine ( exemple type tchetchenie )

Ajoutons à cela les sommets des avortements en russie "européenne" ( qui va probablement encore s'aggraver avec la crise et la géopolitique ). Autre problème :les abandons d'enfants ( 600 à 800 000 enfants dans les orphelinats, famille d'accueil etc ) dus surtout à la pauvreté dans certaines régions et au fait du "fuck and run", pas de contraception ( ou très peu ) donc le type tire son coup et laisse la femme avec son gosse...

La politique familiale promise par poutine ( notamment via des aides à la maternité ) et plus généralement le bien être sanitaire et "hospitalier" russe a été sacrifié sur des budgets défense , propagande et des rêves d'empire. De plus le développement d'une classe moyenne plutôt avec les mêmes valeurs que l'occident était politiquement néfaste pour le régime

Et le meilleur pour la fin: en 2013, le nombre de migrants sur l'année ( nombre d'entrée : les sortie je ne m'en souviens pas ) était de 10 à 15 millions ( principalement des musulmans d'asie centrale et caucase hors russe ) pour un pays de 140 millions : c'est comme si 6 à 7 millions de migrants entraient en france...

Même Douguine fait volte face maintenant. On prend tous les territoires russes et russophones et finalement cela devient plus homogène ethniquement : le cas de la crimée par ex , des russes du kazakhstan , des biélo qui sont assimilés à des russes. Le but étant de contenir dans les confins avec des passeports internes du type propiska et autres...

Écrit par : tarkan | 27/07/2015

C'est à dire "même Douguine fait volte-face" ?

Écrit par : JB | 28/07/2015

que le panslavisme a tout crin, c'est terminé. Recentrage vers les russes ethniques...

Écrit par : tarkan | 28/07/2015

Les commentaires sont fermés.