Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2015

Regard sur l'Actu #14 spécial crise Grecque: référendum, €uro et géographie

 tsipras.jpegLe référendum grec: une imposture ?

Nombreux sont ceux qui ont salué le recours au referendum d'Alexis Tsipras dans la tragédie grecque qui se joue en ce moment. Dans cette Europe « technocratique », le recours au peuple est apparu comme une marque de « courage ». Pourtant à bien y regarder, les opinions publiques européennes, et les Grecs au premier chef, ce sont probablement fait blouser.

Tsipras a habilement joué avec la légitimité populaire à la fois contre son propre camp, c'est à dire son aile gauche qui veut des mesures concrètes et aller beaucoup plus loin dans le bras de fer avec l'Union Européenne, que contre son propre peuple. Dans un premier temps, Tsipras a fait se succéder la légitimité du peuple en lieu et place de la légitimité de son parti et de sa base électorale. Ainsi c'est donc une majorité « moins à gauche » qui se dégage. Autre intérêt du référendum, faire dire au vote ce qu'on veut lui faire dire. Ainsi Tsipras a déclaré immédiatement que les Grecs ne « voulaient pas de rupture avec l'UE ». En somme le NON était un OUI à l'Europe. Bref de l'enfumage politicien de premier ordre. Piège dans lequel sont tombés la plupart des mouvements populistes qui saluaient un pied de nez à l'Europe alors qu'il n'en était strictement rien. Enfin, on sait depuis longtemps que la démocratie à la sauce libérale a un objectif pour l'oligarchie : rendre le peuple consentant de sa mise en esclavage et de fait, maîtriser les velléités des classes populaires. On transforme les idéaux, les revendications et les rébellions en bout de papier. Au bout de quelques jours de feuilleton médiatique, le bilan est sans appel : le ministre de l'économie, Varoufakis a démissionné, Tsipras est venu les mains vide faire du bla bla au Parlement européen et au final sa dernière proposition passe pour une trahison et une capitulation.

Vers une sortie de l'€uro ?

La sortie de l'€uro de la Grèce est cependant sur toutes les lèvres. En raison de l'absence d'harmonisation fiscale et sociale au sein de la zone €uro, la Grèce y est comme un « intru ». Nous pouvons être, de prime abord, tout à fait favorable à la sortie de la Grèce de la zone €uro.

En conséquence, si le pays venait à sortir de la zone €uro, cela pourrait avoir deux effets tout à fait différents.

Première hypothèse : les marchés y voient un manque de crédibilité de la zone €uro, ils auront alors pour réflexe d'attaquer la zone €uro et de conduire à une augmentation des taux d'intérêt. Cela pourrait avoir un effet désastreux pour les états qui tentent de sortir la tête de l'eau comme l'Espagne et se retrouveraient soudainement avec des intérêts plus élevés. La spirale de l'endettement et/ou de l'austérité pourrait s'enclencher de nouveau et conduire à une sortie en chaîne des pays du sud. Cela serait un service rendu aux Etats-Unis, et même aux BRICS qui voient ces pays comme des maillons faibles.

Deuxième hypothèse : les marchés sont rassurés par le départ de la Grèce de la zone €uro, considérée comme un « mauvais élève ». Cela fortifierait la monnaie unique et permettrait aux européens de stabiliser la monnaie. Cela pourrait peut-être également conduire à une réflexion sur l'€uro, la politique fiscale et économique européenne sous fond de « plus jamais ça ». Cette situation aurait pour effet de renforcer le leadership allemand.

Au final, il faut un sérieux moratoire sur le sujet : l'€uro au service des européens et monnaie concurrentielle au dollar : OUI, l'€uro comme arme de destruction massive libérale : NON.

La Grèce, une marge de l'Europe

La Grèce pose la question des marges et donc des limites de l'Europe. Je parle bien évidemment de l'Europe politique. Pour tous ceux qui ont construit le projet européen après guerre, il était « naturel » que le berceau de la civilisation européenne soit dans l'UE. Mais une nouvelle fois, selon une approche que nous avons déjà abordé sur Méridien Zéro, il est des moments où la « mémoire » (et donc l'histoire) doit peut-être s'effacer face aux logiques territoriales. Si un « empire » n'a pas les moyens de contrôler ses marges (géographiques) alors celles-ci sont la convoitise des autres « empires ». Cela explique que la Turquie et la Russie sont aujourd'hui deux « empires » qui convoitent la Grèce, profitant des hésitations de l'UE. Il va de soi que pour nous, cette présence de la Turquie, qui occupe déjà la moitié de Chypre, est un véritable problème. Entre les volontés d'expansion jamais douchée, les liens potentiellement existant avec l'Etat islamique et le rôle clef que joue le pays sur la route de l'immigration asiatique et musulmane à destination de l'Europe et dans la route de la drogue, on ne peut qu'être inquiet de savoir l'Europe incapable de contrôler la Grèce.

Entre un gouvernement pro-clandestins, une Turquie qui voit une nouvelle fois la Grèce s'affaiblir et un grand nombre de territoires mités par des conflits ethno-culturels (Kosovo, Macédoine, Bulgarie, Bosnie Herzégovine) c'est une nouvelle fois dans le sud-est de l'Europe, puis dans les Balkans, que les rapports de force vont se nouer. Les récents accords entre la Russie et la Turquie ne sont pas rassurants. En effet la Russie ne peut plus apparaître comme le rempart « chrétien » face à la Turquie pour la Grèce puisque les intérêts gaziers ont très largement pris le pas sur toutes considérations culturelles.

Lâcher totalement la Grèce serait un crime, une porte ouverte pour nos adversaires du moment, ce qui explique que les BRICS, des Turcs et Obama se pressent au chevet de Tsipras. Cette crise grecque doit permettre de reconstruire l'Europe sur un principe concentrique. La Grèce est une marge, mais doit demeurer une marge intégrée.

Jean / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

Capitulation ? Je ne suis pas d'accord. Le libéralisme sociétal de cette gauche post-soixante-huitarde est parfaitement soluble dans le Système. Les faits sont là pour le prouver. La "capitulation" est dans la "doctrine" en somme.

Quant à la Grèce, abstraction faite des réalités géopolitiques, si je l'imagine fort bien en dehors de la tyrannique Union dite européenne, elle est naturellement consubstantielle à l'Europe. Pas d'Europe et donc pas de civilisation européenne sans la Grèce !

Écrit par : Aryosophe | 13/07/2015

Les commentaires sont fermés.