Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2015

Chronique musicale: Evil « Ashes of Old »

Evil "Ashes of Old"

(Hammer of Damnation/Darker than Black, 2015)

evilashesofold.jpg

Tout nous pousserait à croire qu’Evil serait un groupe de Black Métal européen comme un autre… Et pourtant, il est originaire du Brésil, de São Paulo plus exactement. Pas étonnant quand on sait que l’ancienne colonie portugaise compte une communauté de descendance européenne parmi les plus importantes du monde. Même si (à raison), on présente le Brésil comme la nation métissée par excellence, il convient de réaliser que les blancs y représentent encore près de 48% de la population soit près de 100 millions de personnes !

Le Black Métal, musique d’essence européenne, ne pouvait donc que trouver un terreau fertile dans ce pays qui a apporté à ce genre musical et même au Métal en général nombre de formations originales. Sepultura tout d’abord qui, avant d’être le risible groupe métissé que nous connaissons aujourd’hui, est, à ses origines, un groupe entièrement composé de blancs. Dès le milieu des années 1980, le Brésil se distingue des autres scènes par la bestialité musicale de ses groupes phares qui, à l’image de Sarcofago et de Vulcano, vont laisser une empreinte indélébile sur une certaine partie du Black Métal actuel (version non commerciale). Si l’on trouve certes quelques exceptions (les très colorés mais néanmoins excellents Mystifier par exemple), le Black Métal brésilien, fortement développé mais plutôt underground, reste une musique blanche à 95%.

evil15.jpg

Evil est l’un des plus vieux groupes de Black Métal brésilien et célèbre avec Ashes of Old ses 20 ans d’existence. Vingt ans dont on retiendra d’une part les péripéties de jeunesse (le meurtre par l’un des membres fondateurs –décédé depuis et auquel  groupe rend hommage dans son récent EP To the Fallen and Free- d’un homosexuel ; les problèmes avec la justice à cause de l’orientation politique du groupe…) et d’autre part une discographie assez conséquence composée de dizaines de réalisations : démos, EPs, compilations, splits divers. Evil n’a sorti son premier album, Hammerstorm, qu’en 2009 et Ashes of Old n’est que son deuxième enregistrement longue durée mais mieux vaut la qualité que la quantité n’est-ce-pas ?

Pour écouter l'album: ici.

Composé d’un mélange de nouveaux et d’anciens titres, Ashes of Old synthétise à merveille l’univers d’un groupe qui n’a d’exotique que son origine géographique. Le Black Métal des Brésiliens est égal à ce qu’il a toujours été : froid, sombre mais néanmoins d’une grande intensité. Le son Evil, développé depuis des années, est absolument inimitable de par sa profondeur et son côté implacable qui mêlent l’aspect ténébreux du Black Métal à l’esprit sauvage et guerrier du paganisme européen. C’est d’ailleurs sous le signe d’Odin/Wotan que se place ce nouvel album qui, pas plus que les réalisations précédentes, ne plaira, tant idéologiquement que musicalement, aux « fans » de Black Métal satanico-commercial. Ashes of Old est l’antithèse de tout cela, c’est du Black Métal orthodoxe à l’ancienne, non construit sur le schéma rock traditionnel, qui trouve sa force dans son atmosphère unique (en témoignent ces longues parties instrumentales très typiques du groupe) et qui n’a que faire d’employer la violence musicale si ce n’est au service de l’ambiance qu’elle peut procurer. Parfaite jonction entre l’ancien et le nouveau Evil (qui se permet quelques nouveautés du meilleur goût sur un titre tel que « The Wolf Order »), Ashes of Old confime que le duo brésilien reste l’un des plus grands groupes du genre.

 

Rüdiger / C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.