Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2015

Hommage du C.N.C. à Terry Pratchett

Hommage du C.N.C. à Terry Pratchett

terrypratchett.jpgJeudi dernier, « La Mort », représentation anthropomorphique dénuée de sentiment mais qui aimerait néanmoins en avoir, s’exprimant toujours en majuscules, amoureux des chats, est venu chercher Sir Terry Pratchett, qui a si bien su lui donner forme. Jeudi dernier, Sir Terry Pratchett s’est éteint à 66 ans, après un long combat contre la maladie d’Alzheimer.

Vous avez forcément entendu parler de lui au moins une fois, ou au moins de sa création la plus célèbre : le Disque-Monde, porté par quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur le dos d’une immense tortue, la Grande A’Tuin, qui sillonne sans fin l’espace du Multivers. Pas moins de quarante romans prennent place dans cet univers med-fan burlesque et parodique, aux personnages hauts en couleurs –Rincevent, Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg, Vétérini, Vimaire, Deuxfleurs (le premier touriste du Disque-Monde)… et La Mort, évidemment.

J’ai découvert Terry Pratchett et le Disque-Monde en commençant par Le Faucheur : La Mort (ce mâle nécessaire) décide de prendre sa retraite anticipée, ce qui évidemment va poser quelques problèmes. Les Annales du Disque-Monde ont ceci de particulier qu’on peut s’y aventurer en commençant par n’importe quel opus. Et au cours de nos lectures, on retrouvera des personnages récurrents, les accueillant comme de vieux amis qu’on n’aurait pas vu depuis longtemps.

illu prat.jpeg

Auteur prolifique, Pratchett n’a pas écrit qu’autour du Disque-Monde. De Bons Présages est une autre de ses œuvres les plus connues, et rédigée à quatre mains avec son vieux camarade Neil Gaiman, auteur de la célèbre BD Sandman : un ange et un démon décident de s’allier afin d’empêcher la fin des temps. Presque une parodie du film de David Seltzer, La Malédiction !

Sir Terry Pratchett n’est plus, et il va nous manquer. Mais comme il l’a si bien dit lui-même, un homme n‘est vraiment mort que quand se sont éteints les derniers remous que sa vie a provoqués…

Elvire / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.