Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2015

Entrevue du C.N.C. #16: Philippe Milliau pour TV Libertés

Entrevue du C.N.C. #16: Philippe Milliau pour TV Libertés

tvl.jpg

Le C.N.C: 1) Merci Philippe Milliau d'avoir accepté de nous accorder cet entretien. Pouvez-vous rappeler à nos lecteurs la genèse du projet de TV Libertés et comment vous êtes parvenu à mettre sur pied ce projet ambitieux et unique en son genre ?

Notre projet est né du même sentiment d'indignation que ressentent les Français face au bourrage de crâne éhonté des grands médias et notamment des médias audiovisuels.

Comment rester sans réagir face à une télévision qui propage à jet continu des contre-valeurs en contradiction même avec ce que nous sommes depuis plusieurs millénaires ?

Eh bien, avec un groupe de personnalités, nous avons décidé de réagir. De ne plus se laisser faire. Nous avons été aidés dans notre entreprise par trois facteurs nouveaux qui expliquent notre réussite.

En premier, une révolution technologique venue des États-Unis qui divise par vingt ou trente le coût d'une télévision.

En deuxième, la généralisation de l'internet à haut débit au sein de la population française.

Enfin, une capacité nouvelle de mobiliser financièrement des Français autour de projets s'opposant à la pensée dominante.

Ces trois facteurs conjugués ont permis d'imaginer, de mettre sur pied et de financer la première télévision connectée libre de France.

Le C.N.C: 2) Comment votre projet a été reçu par les médias officiels, de TF1 à BFM TV ?

Les gros médias ne nous ont pas déroulé le tapis rouge, vous vous en doutez.  Bien au contraire, ils ont ourdi une conspiration du silence afin de retarder le plus possible notre développement.

Dans un autre pays, les journalistes se seraient bousculés devant notre porte pour présenter une initiative citoyenne aussi originale à leurs lecteurs, à leurs auditeurs ou à leurs téléspectateurs.

Ce n'est pas le cas chez nous. En France, et c'est un triste constat, la caste médiatique fonctionne d'abord sur des mécanismes de copinage idéologique et politique. Comme la très grande majorité des journalistes est à gauche et même à l'extrême gauche, ils détectent très vite toute initiative qui sort des clous du politiquement correct. Ils réagissent alors avec une célérité et une unanimité exceptionnelle soit pour l'anéantir par un tir de barrage de mensonges et de calomnies, soit par le silence de plomb.
Pour l'instant, c'est dernière arme qu'ils utilisent contre nous.

Le C.N.C: 3) Comment faire œuvre de vérité et réinformer sans tomber parfois soi-même dans ses propres préjugés ? Est-ce possible ? Ou le rôle d'un média est-il aussi d'avoir une teinte, une approche, nécessairement subjective, qui donne une interprétation de l'actualité ?

L'important est de s'en tenir aux faits. Dire les choses et les nommer. Appeler un chat un chat. C'est déjà considérable. Ne jamais céder au politiquement correct.

Ensuite, nos journalistes sont des professionnels bien formés et honnêtes. Cela leur permet de garder la tête froide, tant dans le traitement de l'actualité française qu'internationale. Nous sommes les seuls à traiter le Front national sur le même pied d'égalité que les autres partis. Nous sommes les seuls à nous intéresser à ce qui se passe vraiment en Syrie ou en Ukraine, sans répéter servilement les mots d'ordre de l'Otan  ou de M. Fabius.

Nos journalistes ne servent pas la soupe aux invités et ils ne les agressent pas non plus. Si nous interrogeons  une personnalité, c'est pour lui donner l'opportunité d'exposer ses idées, ses points de vue. Nos questions ne cherchent pas à la déconsidérer, à l'humilier ou à la ridiculiser aux yeux des téléspectateurs comme c'est trop souvent le cas dans les télévisions du système. Nous nous enorgueillissons d'accueillir sur notre plateau des personnalités qui ne sont jamais invitées ailleurs car elles apportent des points de vue différents de ceux de la caste politico-médiatique et financière qui veut régir nos existences.

Le C.N.C: 4) Pouvez-vous dresser le portrait du téléspectateur type de TV Libertés ?

Le téléspectateur type de TV Libertés se caractérise avant tout par son refus de la tyrannie médiatique et par son amour de la France que nous avons reçue en héritage de nos parents.
C'est une personne à l'esprit ouvert, capable d'entendre la vérité même lorsqu'elle est désagréable, en mesure d'apprécier le débat d'idées, même lorsqu'il est vif comme c'est souvent le cas dans l’émission bimensuelle Bistro Libertés.

C'est aussi un Français aimant notre culture sous ses différentes formes, littérature, peinture, danse, chant, cinéma ou encore musique.
Enfin, c'est aussi un homme ou une femme engagé qui a compris qu'il ne suffit pas de glisser un bulletin dans l'urne ou de manifester dans les rues mais qu'il est vital de participer au financement d'une télévision alternative, seul vrai moyen de réveiller nos compatriotes.

Le C.N.C: 5) Une présentation de TV Libertés aura lieu à Lille le 21 mars, quels sont ses objectifs ?

En collaboration avec le quotidien Présent, nous organisons une réunion publique à laquelle nous invitons quelques centaines de personnes sélectionnées. L'objectif est d’offrir la possibilité à nos compatriotes du Nord de découvrir deux médias alternatifs qui se complètent très bien.
Nous voulons aussi donner l'opportunité aux personnes qui viendront à cette réunion de poser toutes les questions sur nos médias respectifs et, je l'espère, nous apporter leur soutien financier. Je veux rappeler ici notre choix stratégique : seuls les dons nous permettent notre existence et notre développement ; cela nous rend ainsi réellement indépendants de toute pression commerciale ou financière.

Le C.N.C: 6) Quels sont aujourd'hui vos besoins principaux ? Et comment peut-on vous aider ?

En toute circonstance, je privilégie le langage de vérité.

Nous avons payé les investissements indispensables à la télévision, comme l’aménagement d’un premier studio d'enregistrement et des bureaux, les équipements techniques.

Nous devons maintenant financer régulièrement les frais courants (loyer, salaires et charges, réseaux) par des dons réguliers pour réserver les soutiens ponctuels à de nouveaux achats de matériels ou à des dépenses exceptionnelles.

Un accroissement du nombre de donateurs souscrivant à un prélèvement mensuel de trente, soit après déduction fiscale, à peine l'équivalent de la redevance de l'audiovisuel public, est notre objectif prioritaire.

Chaque téléspectateur acceptant de faire cet effort joue un rôle déterminant dans l'avenir de notre pays en contribuant à briser le monopole de la machine à ahurir les peuples que sont les grandes télévisions du système.

Par ailleurs développer la diffusion est l’acte militant le plus précieux qui soit. Nous avons déjà enregistré près de mille vidéos ; parmi il y en a sans nul doute certaines qui passionnent celui qui nous lit ; alors allez voir les archives, partagez les, et faites ainsi connaitre TV Libertés. Faites vivre l’outil et donnez une dynamique à l’information alternative ! Le site : tvlibertes.com.

TV Libertés,
BP 400 35,  94271 LE KREMLIN BICETRE,
01 43 90 51 30
contact@tvlibertes.com

www.tvlibertes.com

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.