Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2015

Ré-infosphère, effet miroir et complotisme...

Ré-infosphère, effet miroir et complotisme...

effet miroir.jpg

En août 2014, je publiais un article intitulé "La vérité, rien que la vérité et toute la vérité" que je vous invite à relire. Je m'interrogeais au fond sur la capacité des ré-informateurs autoproclamés à ne pas tomber dans les travers qu'ils dénoncent dans les médias du système. Je prenais appui, entre autre, sur le conflit ukraino-russe en tentant d'expliquer qu'il fallait prendre autant de précautions avec les belligérants, quel que soit leur camp, et que les Russes aussi ne sont pas avares en manipulation et autres mensonges. Certains diraient même que c'est une vieille tradition héritée d'une certaine époque, mais ne polémiquons pas davantage à ce sujet.


L'assassinat de Boris Nemtsov, ancien proche d'Eltsine fut encore un grand moment. Pré-programmés par une intense propagande, les pro-occidentaux ont immédiatement pointés du doigt Vladimir Poutine alors que de leur côté les pro-Poutine ont immédiatement pointé du doigt les Occidentaux et en particulier la CIA. Effet miroir. Boris Nemtsov était un oligarque, de ceux qui ont participé à l'instauration du capitalisme sauvage dans le pays dans les années 1990. Nemtsov était un soutien de l'oligarchie pro-occidentale qui gouverne à Kiev et il s'apprêtait, dit-on, à révéler la présence russe au Donbass. La capacité avec laquelle les internautes ont résolu l'affaire, s'appuyant sur des raisonnements sophistiques, est encore une fois impressionnante. Beaucoup pourraient sérieusement songer à faire fortune dans le domaine. Deux photos pixellisées, Google traduction pour comprendre vaguement les articles de la presse russe, et hop, magie, nous sommes en mesure de vous révéler le coupable ! Poutine pour les uns, la CIA  pour les autres ! Or il apparaît que dans un cas comme dans l'autre, il y a des raisons objectives de douter de ces versions : Poutine aurait-il intérêt à assassiner un opposant alors que les projecteurs sont braqués sur lui? De son côté la CIA a-t-elle une seule raison d'assassiner un soutien zélé des desseins états-uniens en Russie ? Un peu comme si le FSB allait assassiner Marine le Pen ou Matteo Salvini, pro-russes affichés, pour embêter Valls ou Renzi.... grotesque non ?

Au-delà de tout cela, il faut une nouvelle fois pointer le manque de recul de nos propres rangs, ralliés massivement au poutinisme quand le système s'est rallié de son côté au charlisme. Pour les pro-Poutine, le fait de s'interroger sur l'implication du président russe est mentalement inconcevable ! Non, Poutine n'a rien fait ! Poutine est une blanche colombe porteuse de paix et d'amour ! Ce sont FORCEMENT les services secrets occidentaux ! Puisque comme vous le savez désormais par une lecture active de la ré-infosphère, ce sont TOUJOURS les services secrets occidentaux : CIA, MI6, Mossad, ... ce n'est JAMAIS la faute des russes ou des musulmans (sauf quand le pro-russe est un identitaire). Face à un tel manque de recul et de discernement, on se demande ce qu'il reste de la crédibilité d'une bonne partie de la ré-infosphère. Moi, en ce qui me concerne, je la considère désormais comme aussi peu fiable que la presse officielle à de rares exceptions (comme Breizh-Info que je salue au passage).

Une chose est certaine en tout cas, au C.N.C. nous ne sommes pour rien dans l'assassinat de Boris Nemtsov, pas plus que nous sommes responsables de la famine en Ethiopie. Cette piste peut donc être immédiatement écartée par les enquêteurs du Kremlin qui vont travailler avec sérieux et transparence, nous n'en doutons pas .

Autre front sur lequel la ré-infosphère se déchaîne : le Moyen Orient. Alors que je m'apprêtais à préparer tranquillement mon petit déjeuner et à déguster un excellent miel d'un producteur local, je me suis connecté sur un réseau social bien connu le temps que mon pain grille et je suis tombé (oui c'est un peu l'effet que cela m'a fait) sur une information capitale : le saccage du musée de Ninive est un faux grossier ! Stupeur ! J’ai alors senti ma main se resserrer sur la souris de mon ordinateur et j’ai cliqué sur le lien d'un site dont je n'avais, jusqu'à présent, jamais entendu parlé. Première remarque, le titre de l'article indique que c'est « un faux GROSSIER ». Comprendre : si tu y crois t'es vraiment un gros bouffon, mec. Bon alors, admettons que je sois un gros bouffon, je vais donc lire l'article en m’accommodant de mon QI de bulot et tâcher d'être convaincu par celui-ci.


Déjà l'article attaque dans le dur avec une diatribe hostile aux médias du système qui nous place immédiatement dans le bain : "idiots utiles, de faux journalistes et de pitoyables speakers et chroniqueurs”. Vous noterez le nombre impressionnant d'idiots utiles depuis des mois: l'extrême-gauche, le bataillon Azov, les journalistes, c'est la grande communauté des “idiots utiles”. Vous noterez également que le doute n'est pas permis. Dès la deuxième ligne le message est clair: vous êtes un bouffon et vous croyez des idiots utiles.

On enchaîne avec une référence à la destruction des bouddhas de Bamiyan, “quelques mois avant le 11 septembre” histoire de vous faire comprendre qu'en fait on a préparé l'opinion publique aux méchants talibans (qui seraient en fait gentils ?) en perspective du 11 septembre 2001, puisque le 11 septembre est un coup des services occidentaux (oui encore eux) même si les mouvements comme Reopen 911 eux-mêmes pointent non pas directement les occidentaux mais les saoudiens. L'objectif étant celui-ci : "Il est essentiel de sidérer l’opinion pour la terroriser et obtenir son blanc-seing." On lit très souvent sur les articles de la ré-infosphère qu’il faudrait “préparer l'opinion” pour justifier la guerre. Mais c'est une erreur d'analyse, l'opinion n'en a strictement rien à faire. Il n'y a donc pas besoin de “préparer l'opinion” que ça n'intéresse pas. Comparez simplement le retour d'un soldat français mort au front et celui d'une équipe de sport victorieuse et vous comprendrez vers où se dirige l'intérêt de vos compatriotes. En revanche il faut probablement occuper l'espace médiatique avec autre chose que les problèmes quotidiens, mais c'est très différent.

On nous explique ensuite que les œuvres d'art auraient été pillées depuis longtemps par les États-Unis et leurs alliés, ce qui n'est, effectivement et je le concède, pas à exclure puisque comme le rappelle l'article, le pillage des sites historiques continue un peu partout, y compris en Grèce. Mais là encore, c'est très intéressant : aucune source ne vient étayer les allégations concernant les pillages en Irak, en revanche on nous cite une source pour la Grèce. Cette source datée de 2012 nous explique qu'à cause de la crise, la Grèce a réduit les budgets dédiés à la culture et à l'entretien du patrimoine.  Justifier par la Grèce ce qu'on veut démontrer sur l'Irak… curieux procédé typique des méthodes sophistiques de la ré-infosphère. D'autant que la Grèce n'est pas, jusqu'à preuve du contraire, en guerre et occupée par l'armée américaine. Les deux situations n'ont donc rien à voir.

Poursuivons. L'auteur écrit: “Des djihadistes de l’État islamique (Daesh) auraient donc démoli des statues assyriennes et hellénistiques vieilles de plus de 3000 ans dans le musée de Mossoul.". Bon, rappelons simplement à l'auteur que l'époque hellénistique date du IV siècle avant J.C., que l'empire assyrien a atteint son apogée quant à lui au VIIe siècle av. J.C. et que Hatra fut une cité importante surtout à partir du IIe siècle av. J.C.. Ce flou chronologique pourrait déjà nous informer sur la crédibilité de l'auteur... Par ailleurs nous ne savons pas exactement ce qui a été détruit, ni pourquoi. L'auteur ne mentionne pas qu'un certain nombre d’œuvres représentent des rois et non des dieux.

Mais venons-en au vif du sujet: “Le problème est que nous voyons immédiatement que ces statues sont de simples et surtout de très très mauvaises copies en plâtre. Inutile d’être un expert pour le constater. Nous voyons très bien la poussière blanche du plâtre et sa poudre au sol. De même nous pouvons constater sur l’image qui illustre l’article (capture d’écran de cette vidéo) que cette statue est creuse.

Une nouvelle fois, comme la ré-infosphère en a désormais le secret, on commente et on “analyse” à partir de vidéos et de photos de basse qualité sans aucun autre élément à disposition. Un minimum de rigueur scientifique aurait conduit l'auteur à nous citer un spécialiste de l'art assyrien ou hellénistique nous expliquant de quelle façon ont été construites ces statues, ce qui pourrait déjà nous aider à mieux cerner le sujet. Mais non puisque de toute façon il est “inutile d'être un expert”. Procédé rhétorique mettant le lecteur dans le doute : “mais regarde abruti, ça crève les yeux que c'est bidon !” et bien non justement, ça ne crève pas les yeux. Ayant étudié un peu l'archéologie, je sais que les Romains par exemple utilisaient le tuf calcaire présent dans le Latium. Du coup, je m'interroge assez logiquement sur les procédés de fabrication et les matériaux utilisés dans cet espace géographique qu'est la Mésopotamie que je connais moins. Une simple affirmation péremptoire d'un blogueur n'est pas à même de me convaincre... Par ailleurs je constate que de gros morceaux se détachent, comme sur les statues gréco-romaines. Sur ces dernières, il manque parfois des portions complètes (tête, pied, avant bras par exemple) lors des fouilles archéologiques. Quant aux fameuses “traces de plâtre”, je ne vois que de petits éclats que la photo rend d'une mauvaise qualité. L'auteur a peut-être raison et il y a peut-être des copies, mais alors il faut nous trouver une source, une référence, enquêter, se renseigner. Le questionnement est permis, le rapprochement avec le déjà connu, aussi, mais avec rigueur.

En parallèle l'auteur se dispense bien de nous montrer cet imprime-écran là qui pour le coup est plutôt d'une bonne qualité:



musée mossoul.jpg

Du plâtre ?

Nous voyons clairement un homme attaquer avec un outil la pierre et il a l'air d'éprouver des difficultés (on le voit bien mieux sur la vidéo). Il s'agit visiblement d'une statue massive réalisée dans un matériau plutôt dur et dense (comme le granit ?). Bizarrement c'est exactement ce que dit l'auteur plus loin: “Si ces archéologies [sic] avaient été authentiques, elles auraient été en pierre dure, principalement en granit, voire en argile et, croyez-moi, ce n’est pas un type avec une masse qui auraient été en mesure de les détruire en quelques secondes.” Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais tout cela semble contradictoire... L'auteur nous explique que les statues auraient été en granit et il se dispense de montrer dans son article les pièces archéologiques qui semblent être en granit... Quant à l'argile il s'agit au contraire d'un matériau fragile comme nous le rappelle l'expression “un colosse aux pieds d'argile” (d'où le nombre très important de poteries cassées dans les vestiges archéologiques et de l’abandon progressif de l'amphore dans le commerce...). Visiblement l'auteur n'y connaît rien, mais il donne quand même son avis. De toute façon, il a un argument d'autorité avec lui: “Ceux qui ont des doutes peuvent demander à n’importe quel sculpteur, antiquaire ou plâtrier de leur confirmer.” Ai-je besoin de commenter ce type d'arguments ???


Mais comme on s'en doute, cet article a forcément un objectif autre que celui de rétablir la vérité. Son objectif final est de dédouaner les uns et d'accabler les autres:


“Cette pseudo tragédie culturelle devrait néanmoins amener certains à se poser la bonne question ou les bonnes questions : Pourquoi cet énième faux et pour qui travaillent réellement les mercenaires de Daesh, de Boko Haram et les autres groupes terroristes ? Ces boucs émissaires servent les intérêts de qui, à protéger qui et à masquer quelle puissance criminelle ?

A la suite d'un non raisonnement sans argument, sans source, sans historien de l'art, sans archéologue, sans connaissance chronologique et archéologique, il convient donc de désigner Daesh comme, vous avez bien lu, “ces boucs émissaires”. En réalité et c'est valable pour la plupart des sites de ce qu'il est quand même convenu d'appeler la chiassidence, l'objectif est systématiquement le même: dédouaner l'islam et les musulmans et nous expliquer que ce sont les occidentaux ou des forces secrètes qui manœuvrent. On sait la proximité de certains d'entre eux avec le régime iranien et avec les milieux anti-sionistes musulmans et ce n'est pas en soi un problème, au C.N.C. nous avons souvent fait partie de ceux qui préféraient une analyse complexe de l'islam en lieu et place des raccourcis qui sont réalisés au sein du “camp national”. Pour autant doit-on continuer à nous ré-informer sur des sites qui dédouanent systématiquement les musulmans, y compris lorsque ceux-ci sont des salafistes ? La question s'était également posée avec les frères Kouachi où un étrange double discours existait : d'un côté la dissidence nous expliquait que l'islam ce n'est pas ça, tout en expliquant de l'autre que de toute façon ce sont les services occidentaux qui sont derrière (encore et toujours). Puis selon une grosse ficelle, on en appelle toujours au Peuple pour chasser tous les menteurs et les manipulateurs qui veulent nous conduire au choc des civilisations, comme si Daesh en avait quoi que ce soit à faire d'enclencher le “choc des civilisations”.

Un glissement s'est clairement opéré depuis une volonté de rétablir la vérité, de dénoncer la folie criminelle de certains de nos dirigeants et de dénoncer nos erreurs en matière de géopolitique vers une volonté systématique d'innocenter certains : les musulmans ou le gouvernement russe, le tout avec des procédés qui pour le coup, sont vraiment grossiers. On ne réfléchit plus on évoque TOUJOURS les mêmes schémas: services occidentaux par ci, sionistes par là. Certains semblent s'être engouffrés dans la brèche de la ré-information pour mener de vastes campagnes de propagande et de manipulation à l'endroit des dissidents, des cœurs rebelles, des patriotes et autres identitaires. S'il ne faut pas confondre complot et complotisme... là, pour le coup, on sombre de plus en plus dans le complotisme. Même les esprits les plus brillants de nos mouvances ne semblent pas être épargnés par cette tendance.

PS: Je ne vise jamais lorsque je parle de dissidence et d'identitaire les mouvements éponymes.

Jean/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source

Commentaires

Je suis d'accord à 100% avec ton article, il n'y a pas un seul point auquel je n'adhère pas, et ça m'a fait du bien de le lire. D'un autre côté je suis amère car je sais que ça ne changera rien vis à vis de ceux qui propagent ce genre d'analyses, ils se braqueront encore plus, nous traiterons de pantins, de moutons et tout ce que tu veux. Ils sont dans un système de pensée complètement clos, une grille de lecture figée qui s'applique à tout et permet de justifier les pires de leurs contradictions. Personnellement je pense que ces histoires de complots et compagnie, c'est un peu la caverne de Platon. Au début on est tous dans la caverne, on perçoit la réalité de Claire Chazal comme étant unique et universelle. Lorsque l'on se détache et qu'on accède à l’extérieure, avec d'autres sources d'information comme internet, certains d'entre nous restent aveuglés longtemps et ne s'adaptent pas aux nouvelles possibilités de comprendre la réalité. Plus que le manque de méthode, c'est souvent les excès d'égo qui enferment ces gens dans leurs sophismes. Faut avoir un certain courage intellectuel pour dire à un moment "je me suis planté sur ce point". Les médias mainstream cautionnent ce genre de comportements, tout comme la médiocre médecine occidentale fait monter les guérisseurs charlatans.

Écrit par : Franck | 03/03/2015

Poutine ne serait pas autant adulé par certains s'il n'était pas autant diabolisés par tous les médias occidentaux.
D'ailleurs c'est cocasse de noter que les médias mainstream ne se gênent pas pour tomber dans le complotisme dès qu'il s'agit d'accuser le Kremlin.
Ce qui m'ennuie davantage dans notre "mouvance", c'est l'espèce d'anti-occidentalisme primaire jusqu'à un amour immodéré des "valeurs" de l'islam, en gros le voile et le niqab c'est tellement mieux que la mini-jupe !

Écrit par : Automatics | 03/03/2015

Propos de comptoir sans grand intérêt, désolé. Sous-informée (et plus généralement désinformée), la nébuleuse nationaliste/identitaire n'est pas mieux armée, malgré les apparences, que le quidam peu ou pas politisé. Cela n'a rien d'une révélation.

L'essentiel est de s'en tenir aux convictions, aux idées, aux faits, lorsqu'ils sont avérés. Poutine est un atout (certes encombrant) et les nationalistes radicaux ukrainiens, des camarades européens qu'il nous faut soutenir sans naïveté. Contradictoire ? Sans doute. Mais seulement si on refuse de gratter le vernis.

Écrit par : Aryosophe | 04/03/2015

Analyse très juste.

Écrit par : Henry | 08/03/2015

Un article essentiel car il est toujours bon de faire comprendre que les sites estampillés "réinformation" sont dans la plupart des cas de simples relais de la désinformation la plus crasse venus des pires potentats orientaux. A commencer par le site de celui qui vraisemblablement forgé le mot réinformation, Jean-Yves le Gallou ...
La vraie réinformation, c'est un long travail de recherche et de comparaison, de confrontation et de confirmation.
Le seul site de réinformation que je recommande aujourd'hui, c'est celui de Symmaque ("c'est pas secret, c'est discret, c'est pas pareil").
Il y en a d'autres, assurément, mais m'étant éloigné d'internet, je les connais moins et ne saurais m'engager comme je le faisais un peu trop facilement auparavant en recommandant des sites qui apparaissent aujourd'hui indéniablement pour des relais de propagande étrangère comme "de defensa" et realpolitikTV.

C'est quasiment toute la caste "intellectuelle" de la mouvance nationale qui s'est spontanément mise au diapason de la propagande néo-soviétique.
Ce constat est affligeant mais il est enfin temps de cesser de se voiler la face.
Ces "élites", ces "chefs" en qui nous avions placé toute notre confiance (mais à la réflexion, les avons nous vraiment choisis ?) ont menti et trahis avec encore plus de célérité que ceux que nous combattons depuis notre premier engagement politique.
Quand je dis nous, je parle de ceux qui ne sont pas passés par la gauche ou l'extrême gauche en "oubliant" de passer par la case lustration, très nombreux ces dernières années à se camoufler en "militant exemplaires de la défense de la nation" ...

Il est temps de nous réveiller et de constater que nous nous sommes laissés bernés d'abord parce que nous avons oublié d'être anti-soviétiques, tant on nous a rabâché jusque dans nos rangs que cette idéologie était morte.
J'ai beau rechercher dans l'histoire contemporaine, nulle part je n'ai vu son cadavre ...
Comme bien d'autres, j'ai fini par en accepter l'idée à force de la lire mais certainement pas en en constatant la véracité. Nous avions surtout une multitude d'autres ennemis vers lesquels il fallait engager nos combats, à commencer par l'américanisme.
Nous avons donc laissé sans surveillance ce principal ennemi, blessé et agonisant mais nullement achevé. Lui qui n'est que mensonge et tromperie a profité du relâchement de notre vigilance pour se faire passer pour l'un des nôtres ...
Aussi facilement que cela.

Si j'ai mis plus de temps que d'autres à me laisser séduire (pas avant 1999 lors de l'intervention de l'OTAN en Serbie mais j'étais loin d'avoir en main toutes les connaissances des faits qui ont conduit à ces événements, par excès de confiance en mes formateurs politiques, vraisemblablement), j'avoue avoir été pendant près d'une dizaine d'années l'un des plus farouches défenseurs de cet ennemi camouflé en allié alors même que j'avais analysé l'une de ses armes de prédilection comme la plus dangereuse dirigée contre notre cohérence publique, le conspirationnisme.

Pour rappel : Je me suis fait connaître - et surtout haïr - sur le site fdesouche comme l'un des plus importants pourfendeurs de cette inconséquence alors que je défendais une ligne pro-russe et pro-Poutine jusqu'en 2011 où j'ai commencé à avoir quelques doutes sur le "bien fondé" du poutinisme.

Écrit par : Jack Merridew | 16/03/2015

Les commentaires sont fermés.