Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2015

Politique du réel

 Politique du réel

macron.jpg

Alors que le cessez-le-feu conclu entre Kiev et les rebelles prorusses entré en vigueur samedi 14 février à minuit, heure locale semble tenir, la première étape du plan de paix destiné à mettre fin au conflit qui a fait plus de 5500 morts en dix mois dans l'Est de l'Ukraine est plus fragile que jamais1. Cette guerre au sein même de l'aire territoriale européenne est un combat fratricide, une mise à mort entre slaves orientaux qui est inacceptable. C'est une sottise absolue comme put l'être le conflit dans l'ex-Yougoslavie au cours des années 90. A terme, n'est visé que l'affaiblissement de l'Europe. L'histoire nous a montré maintes fois combien les guerres intra-européennes furent en vérité de véritables ethnocides.

Je me garderais bien de formuler un avis sur les tenants et les aboutissants de ce conflit. D'une part parce que je ne connais pas suffisamment le sujet et les véritables enjeux. D'autre part, parce qu'il me semble que les interpénétrations de services et de forces occultes agissant sur le terrain rendent pour le moins trouble la situation réelle. Enfin et surtout, oserais-je dire, parce que se fixer comme seul horizon ce micro-phénomène, aussi terrible soit-il, c'est rayer d'un trait le véritable combat qui se livre ici et maintenant. Je me refuse en toute conscience à prendre part à cette diversion, sinon orchestrée, du moins entretenue. D'ailleurs, le fameux conflit « triangulé » est en passe de gagner la « mouvance dissidente ». La division est une arme aussi vieille que le monde. Sur les réseaux sociaux, chacun y va de son invective et n'oublie pas de traiter ces anciens camarades de tous les noms d'oiseaux. Les stratèges de bac à sable et les guerriers de fêtes foraines ont un avis sur tout et se chargent de le faire connaître. Je l'ai déjà écrit ici et je le répète : ceux qui rêvent de faire des stages en Ukraine ne valent guère mieux que les djihadistes en route pour la Syrie.

Pendant ce temps, alors que nous assistons à la grande transhumance d'hiver des zombies consommateurs vers les sommets enneigés, la loi Macron, dite « projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques », prépare la plus grande dérégulation du droit du travail effectuée depuis le XIXe siècle. Les députés ont adopté le 14 février dernier l'article 80 du texte qui prévoit que le nombre possible d'ouvertures dominicales des commerces passe de cinq à douze par an, sur décision du maire jusqu'à cinq, et après avis de l'intercommunalité au-delà. Nos élus ont également voté la création de « zones touristiques internationales » (ZTI), où les commerces pourront ouvrir tous les dimanches et les soirs jusqu’à minuit. 
Bien pire, le projet contient des articles liberticides sur le fonctionnement des conseils de prud’hommes, les plans sociaux et les infractions commises à l’encontre des instances représentant le personnel dans une société.

Au sein des entreprises, qui sont devenus pour certaines d'entre elles de véritables goulags, le record des 320000 ruptures conventionnelles atteint en 2012 devraient être dépassé en 20142. La France compte environ 70000 hospitalisations par an pour des tentatives de suicide alors que l'on tente encore et toujours de nous vendre le Fairphone, premier téléphone équitable, et que les agences de pub vantent les mérites du Self Selp, « développement personnel qui repose sur la réalisation de soi, une quête d'authenticité qui permet d'explorer de nouvelles dimensions existentielles ».La démesure dans toute son horreur.

Notre combat prioritaire reste de penser un dépassement du capitalisme et de rompre avec la logique de l'accumulation illimitée intrinsèquement destructrice. Pour nos ennemis, le libéralisme est la seule voie possible et le marché, unique lieu de socialisation compatible avec la liberté individuelle (Jean-Claude Michéa). Nous sommes entrés dans l'ère du règne absolu du cosmopolitisme bourgeois où l'homme, devenu un être abstrait, ne se définit plus que par son adhésion aux valeurs marchandes. Il nous faut revoir nos rapports à la consommation, à la production, au travail. Nous devons impérativement nous recentrer sur une démocratie écologique et une autonomie économique locales.

Notre combat est avant tout un combat politique.

Mais une fois que l'on a dit cela, a-t-on tout dit ?

Toutes les coutumes et traditions, nous dit Hervé Juvin3, toutes les frontières et structures sociales ne sont que des « empêchements à commercer librement ». Le capital allié au progressisme effréné nous entraîne vers un marché mondial des hommes.

L'immigration de masse n'est pas un hasard. C'est tout l'intérêt du capital que de déplacer les individus là où il y a du travail et là où ils seront utiles.

Qu'on ne s'y trompe pas ! L'immigration qui touche tous les pays européens est une immigration de remplacement destinée à redynamiser économiquement les régions vieillissantes et à accueillir le « trop plein » des populations d'Afrique du nord et subsaharienne. Hervé Juvin cite à cet égard les mots de Peter Sutherland souhaitant « détruire l'unité interne des nations européennes » afin de faciliter le commerce mondial.

S'opposer à l'immigration massive c'est combattre le système capitaliste et sa logique de l'accumulation illimitée.

Mais c'est également devenu un combat en soi et qui se justifie à lui seul. Rien ne laisse en effet présager que si les « pompes aspirantes » venaient à disparaître, elle en viendrait elle aussi à s'effacer. Selon l'UNICEF, un quart de la population mondiale sera africaine en 2050. A cette date, 40% des enfants de moins de 5 ans dans le monde, vivront sur le continent africain4. Continuer sans prendre en compte ces paramètres est suicidaire.

Au combat politique s'ajoute nécessairement un combat culturel. S'engager dans l'un en négligeant l'autre serait une erreur grave.

Nous devons sans cesse marteler notre adhésion au relativisme culturel, à cette doctrine qui proclame très justement que toutes les cultures se valent ou sont égales. La richesse de l'humanité réside dans sa diversité. La culture n'existe que si elle est plurielle. De même, l'identité n'existe que dans l'altérité. Comme le dit Alain de Benoist, « l'universel s'atteint à partir de la singularité ».

Nous ne devons pas hésiter à défendre l'idée que chaque homme possède un besoin archaïque à s'enraciner dans la culture de son groupe. Nous sommes en présence aujourd'hui d'un contact de cultures très éloignées les unes des autres, possédant des codes très différents et rendant toute assimilation – c'est à dire absorption – impossible. Le devenir de notre communauté de destin n'est pas d'être lié à ces identités culturelles. Tout nous en éloigne : nos comportement, nos pensées et nos sensibilités qui structurent nos rapports à la nature, à la société et au transcendant.

Chacun désormais s'enferme dans son identité. Selon l'explication de son fondateur Najib Azergui, pour les élections cantonales de mars prochain, l'Union des démocrates musulmans français (UDMF) encore marginale compte présenter des candidats dans 8 cantons. Elle possède déjà un premier élu à Bobigny, après que le parti ait apporté son soutien à la liste de l'actuel maire UDI Stéphane de Paoli5. Le communautarisme est en marche.

Il ne suffit plus de dire que l'immigration est l'enfant du capital. Le combat doit être simultanément mené sur les deux fronts : combat politique et combat culturel.

Bien loin des théâtres d'opération ukrainiens que nos géopoliticiens de salon ne distinguent qu'au travers d'écrans interposés.

Guillaume Le Carbonel pour le C.N.C

Notes:

1Le Monde, édition du 14.02.2015

2Chiffres du Ministère du Travail

3La grande séparation, Gallimard 2013

4Libération, édition du 12.08.2014

5Le Figaro, édition du 12.02.2015

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

"Géopoliticien de salon", qui aperçoit la question ukrainienne "par écran interposé" (à propos ... votre site, comment est-il perçu), je voudrais vous signaler que les gens qui mentent, qui trichent, qui jouent à fond le jeu de l'Empire anglo-américain, qui massacrent des populations civiles et qui ne respectent pas le droit des peuples (en l'occurrence le peuple russophone d'Ukraine), sont du côté de la Junte de Kiev qui a été organisée par la CIA et par leurs fidèles valets, notamment les services secrets allemands qu'on a déjà vu à l'action en ex-Yougoslavie ... Ils semblent avoir gardé une dent acérée depuis 40-45 contre les Serbes et les "partisans" d'Ukraine et de Russie.
Votre relativisme, je ne sais trop s'il est "de salon" mais en tout cas il joue le jeu de ces salauds qui cherchent ni plus ni moins la guerre avec la Russie, avides qu'ils sont d'anéantir l'Europe. Vous semblez aussi ignorer que la "Novorussie" (en avez vous jamais entendu parler), fédération de républiques populaires, offrent un concept politique novateur, anti-oligarchique (craint à Moscou, d'ailleurs) qui mérite infiniment plus de respect que la république bananière d'Ukraine.

Écrit par : Oscar | 18/02/2015

Vous êtes passé à côté de l'essentiel dans cet article. Ce qui n'est guère étonnant.

Écrit par : Gardien du phare | 18/02/2015

"L'essentiel" : une invitation à une approche relativiste ?
Non merci.
Votre double mépris, à la fois des réalités et des gens qui s'attachent aux réalités, participe d'une sphère mentale de type proche-orientale, ou disons : sémitique, à laquelle je ne participerai jamais.

Écrit par : Oscar | 18/02/2015

"Comme le dit Alain de Benoist, « l'universel s'atteint à partir de la singularité »."

En fait, la formule est inspirée de Jean-Paul Sartre (Situations Philosophiques : l'universel singulier); mais son application ne concerne alors pas l'ethnos, le groupe, mais l'individu.

Ce qui n'enlève rien à la possibilité qu'elle s'applique aussi à des groupes.

Hélas, la technologie en général et la monnaie en particulier conduisent à l'uniformité des produits, des méthodes, des rapports de production voire des rapports politiques.

Le fait que l'impérialisme soit une vérité actuelle (incluant notre vassalisation aux USA depuis la "LIBERATION"de 1945) particulièrement visible à travers la reformation de blocs géants tyranniques et rivaux (OTAN2.0/ BRICS-OCS), façon Orwell (1984) indique une tendance à l'homogénéité de la fourmilière.

Écrit par : ericbasillais | 18/02/2015

L'homogénéité de la fourmilière ?
Et qu'est-ce que Brics et Ocs ont de "tyrannique" ?
Assez de périphrases pompeuses, et d'insinuations oiseuses.
Pour le moment, les pays d'Europe ont un très gros et sérieux problème : ils sont sous la botte de leurs pires ennemis, qui ont parmi nous de vastes légions de valets. Il faudra s'allier s'il le faut avec l'Inde, la Chine voire avec le Mozambique et la Papouasie, pour réussir à se tirer de l'ornière occidentale. Entre-temps, l'Europe orthodoxe qui a déjà souffert depuis des siècles (siège de Byzance, guerre de Crimée etc) du joug occidental est naturellement notre alliée.
C'est clair que si on se pose en tant que nationaliste de la république caniche d'Europe, on n'y est pas prêt.

Écrit par : Oscar | 20/02/2015

Les commentaires sont fermés.