Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2015

Réponse à Jean-Yves Dufour: L'Islam et ses « collabos »

Réponse à Jean-Yves Dufour: L'Islam et ses « collabos »

mosq6.jpg

Jean-Yves Dufour a publié un texte disponible sur Synthèse Nationale intitulé « Pour en finir avec l'islamophilie dans la mouvance nationale ». Il nous a semblé opportun de diffuser la réponse de Claude Bourrinet à laquelle nous souscrivons.

***

Pour peu qu'on essaie de ne pas se contenter de slogans, lorsqu'on cède à la tentation de débattre au sujet du terrorisme, de l'Islam, et des dangers que courrait un Occident déjà parfaitement occis par les coups de gourdins que lui assène, depuis près d'un siècle, l'Amérique matérialiste et nihiliste, on se sent contraint de s'aligner sur la doxa qui veut que, comme le fascisme, l'Islam soit un danger pour l'intégrité d'une société qui ne demande, au demeurant, que de continuer à « jouir sans entraves ». Aussi, dès lors qu'on s'écarte des chemins balisés, on est vite catalogué. Par exemple comme « collabo ». Bien sûr, ce genre d'insulte ne visera jamais l'amateur de Las Vegas, ou de Tel Aviv, mais celui qui a la faiblesse d'étudier, comme Guénon ou Corbin, d'un peu trop près - c'est-à-dire intelligemment - la spiritualité et l'histoire musulmanes.

Le problème récurrent du mouvement national est qu'il a subi, comme l'ensemble de la nation, l'effondrement culturel dont on voit les résultats désastreux dans le niveau des échanges politiques. La droite d'avant-guerre présentait des figures autrement plus riches que les misérables « intellectuels » de notre temps. Certains ne réussissent à dérouler que péniblement un semblant d'argumentation, en usant des suffixes -phobe et -phile. Ils sont incapables d'imaginer qu'on déploie une réflexion nuancée. La binarité est leur rythme de pensée, comme la techno pour les amateurs de danse hautement sophistiquée.

Au lieu de se contenter d'agiter, en guise d'amulettes, des clichés lexicaux pour voiler le vide sémantique, il est nécessaire de prendre du champ. L'Islam est-il donc une anomalie, une sorte de monstre civilisationnel ? La oumma, c'est la communauté. Les Grecs connaissaient la koinè, les Romains, la romanité (qui a donné les langues romanes), les chrétiens, la chrétienté. Toute communauté à vocation impériale, c'est-à-dire qui dépasse le cadre strict de l'ethnie, comme l'empire omeyyade, ou l'empire abasside, a une visée expansionniste. Ainsi l'empire romain, l'empire chinois, l'empire byzantin, l'empire russe orthodoxe, l'empire russe soviétique, l'empire aztèque... Rien à voir avec les nomades, qui pillent et s'en vont avec leur butin.

L'islam, c'est une religion qui a intégré des aires civilisationnelles. Arrêtons avec ces sempiternelles références au désert. Dans le domaine d'expansion musulmane, de l'Indonésie au Maghreb, il existe aussi des forêts, des montagnes... Et si on commence à reprocher à ces guerriers d'avoir conquis des peuples, voire d'avoir massacré (encore qu'il faille aussi rappeler la noblesse, la générosité de ces gens de guerre, et ne pas oublier que, durant les croisades, une part de l'éthique chevaleresque s'est transmise à l'Occident par leur intermédiaire), il faut aussi s'en prendre aux soldats d'Alexandre, de César, de Charlemagne, aux armées de la colonisation, aux militaires engagés dans les deux guerres mondiales. Les Arabes, puis les Perses islamisés, ou les Berbères, étaient de fiers guerriers, dignes d'admiration.

Certes, ils ont changé. Comme nous, les enfants de France, la patrie de héros, pour l'heure, bien fatigués. Les musulmans, en masse, sont accros aux nouvelles technologies ?  Les Japonais, les Américains, les Français athées aussi. Qui échappe à la modernité ? D'autant plus que l'islamisme intégriste est un produit de cette modernité, dans ses usages, sa genèse (c'est, en partie, une création de l'Occident et de la CIA), ses visées. L'individualisme, qu'on met en parallèle, sans avoir peur d'être incohérent, avec le "collectivisme" ostentatoire, est un produit de la modernité. Plusieurs siècles de colonisation, d'occupation, d'influences sournoises, ont conduit à un déracinement.

Il n'empêche que les résistances au nouvel ordre mondial libéral peuvent être identifiées : l'orthodoxie, encore attachée à ses traditions ; l'indianisme latino-américain ; le chiisme, et certains courants musulmans sunnites. On omet souvent d'évoquer le soufisme, les spiritualités qui ont accompagné l'histoire de l'islam. Comme toute société traditionnelle, ces traditions concevaient la société de façon holiste. On pourrait en dire autant du bouddhisme antique, du christianisme orthodoxe et catholique encore enracinés, qui, dans leur essence, sont anti-modernes.

Il est indispensable de ne pas se contenter des idées toutes faites glanées dans les supermarchés du prêt-à-penser. Il est évident que le système préférera cent fois qu'on diabolise l'Islam, pour susciter un ennemi en lieu et place de ceux qui importent : l'occidentalisme, le libéralisme, le déracinement, l'américanisme (en tant que mouvement éradicateur). C'est un terrain, pour lui, sans problème : il pousse les musulmans à se radicaliser bêtement, et en profite pour instaurer un régime policier, répressif, qu'appellent de tout cœur les patriotes dévoyés. Le peuple révolté en subira durement les conséquences. Nous commençons même à en connaître les charmes, grâce au charlisme...

Claude Bourrinet/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

M. Claude Bourrinet,
d'un point de vue qui semble être celui de ce blog :

"Europe-puissance souchée sur des patries charnelles", il est clair que l'Europe n'est pas la "maison" (home) des Musulmans. Dixit Cheik H. Hossein, après les attentats du MOSSAD en France début 2015.

Mais dans la mesure même où il s'agit d'un jeu "à trois", il faut être émotionnellement froid (ce qui n'est jamais facile lors d'un attentat , surtout si on est drogué aux medias mainstream) : l'Islam, contrairement au JUdaïsme et au Sionisme, est AUSSI une religion de JESUS alias ... LE ...Messie.

Ce point est SPIRITUELLEMENT CAPITAL : le Judaïsme attend toujours le Messie; le Sionisme veut forcer sa venue (ou son retour selon les courants).

A ce titre, il est possible d'édifier un socle éthique minimum commun aux deux aires civilisationnelles Chrétienté /Islam, en se limitant, par faveur diplomatique réciproque, aux personnages de Jésus et, au besoin, de Marie.

Le mérite de E&R est de prévenir toute confrontation sur le sol national voire européen et mondial entre deux religions spirituellement fondées aux antipodes au Judaïsme et du Sionisme.

Les débats sur les *-philies" ou les "*-phobies" sont donc dénués de tout bon sens.

A titre personnel, je sais que la spiritualité en "Occident" ( en Europe de l'ouest par exemple) est plus complexe. Mais cette complexité n'est pas requise par les données du problème actuel, largement assimilables à l'Antéchrist / Dajjal.

Il s'agit donc de l'Armaggedon, et la dernière chose à faire est de se tromper d'ennemi spirituel (et temporel).

Evidemment, la mouvance 'faf' pour aller vite est un terrain rêvé pour porter le tison. Tandis que la mouvance "antifa", pour aller tout aussi vite, est un terrain rêvé pour porter le tison. Tandis que la mouvance "salafiste", pour aller vite, est un terrain rêvé pour porter le tison. Tandis que la mouvance " juive", pour aller vite, est un terrain rêver pour porter le tison...

Mon conseil WU WEI : non agir.
En termes européens : Attacher Ulysse au mât du bateau ou bien boucher les oreilles (et les yeux) de ses comparses.

En termes opérationnels : se couper des médias et en ville rester chez soi.

Écrit par : ericbasillais | 16/02/2015

Mon cher ami,

je vous lis, et j'ai l'impression de trouver mes pensées. Nous nous sommes compris.
Je viens d'étudier de près Ibn Arabî, qui a été appelé à la spiritualité par Jésus. En me frottant aux arcanes du soufisme, j'ai soudain compris le christianisme. Pas tout à fait, du reste, du point de vue des chrétiens que je rencontre, dont mon curé, qui est assez borné.
La figure d'Ulysse, qui est l'une de mes sources d'inspiration, est en effet d'une très riche suggestion. D'ailleurs, à mesure que je parcours nos Anciens, surtout les Grecs, je m'aperçois combien ils étaient proches de la Tradition, au sens que lui donnait Guénon. Il y aurait beaucoup à dire, notamment en revisitant le grand penseur Sohrawardî, ce que je fais. Je me demande même si le "renouveau", s'il doit y en avoir un, ne viendrait pas d'une reviviscence de ces sources de convergence entre l'hellénisme, le zoroastrisme, l'islam soufi, l'hindouisme et le bouddhisme (ainsi que le taoisme). Sans doute aussi l'orthodoxie. Certes, l'islam n'est pas notre maison. Mais le christianisme l'est-il ? Pour ma part, je crois que la maison est au ciel. Mais ce ciel, nous le voyons d'un certain point de vue, et c'est là, notre patrie.
Quant aux devoirs de l'esprit, de l'Esprit, ainsi que ceux qui découlent des vertus aristocratiques, ils sont de tous lieux, et de tous temps. Aussi pouvons-nous nous comprendre entre sages et guerriers.

Écrit par : Claude Bourrinet | 16/02/2015

Messieurs je vous rejoins également. J'ai envie d'intervenir pour me situer entre vos deux points de vue à propos de "l'islam n'est pas notre maison".
C'est vrai. Mais le catholicisme est éteint. Et si il reste éteint d'un point de vue métaphysique ce sera la disparition du peuple qu'il portait d'une manière ou d'une autre. Mais comme le disait Guenon, il existe des remèdes contre cette mort certaine.
1) le retour spontané au christianisme (mais en ayant rompu la chaîne il précise que c'est très improbable. De plus il y a le risque d'aller vers un pseudo christianisme qui serait à coup sûr contre-traditionnel, donc pire que l'athéisme).
2) la revivification via une élite qui irait chercher l'esprit en orient et le restituerait dans une forme occidentale. Clairement cette élite ne sera pas composée de jeunes boutonneux complexés ne sachant qu'insulter ces putains d'arabes.
3) l'arrivée d'une tradition orientale en France. C'est ce qui se passe avec l'islam. Guenon dit que c'est la solution la plus probable mais la plus difficile aussi pour les occidentaux.
4) la substitution ethnique. C'est aussi ce qui se passe, ça veut dire la disparition des blancs et quoi de plus dure que de voir que sa propre race n'est pas la plus compétitive en terme de reproduction sur son propre sol (alors que dans l'absolue c'est l'une des races les plus compétitive au monde)?? Très dure cette solution aussi mais sa cause est d'abord et avant tout l'abandon de Dieu (même si ça ne se voit pas à première vue).

Enfin, je pense que la réalité sera un mélange de toutes ces probabilités comme on peut déjà le constater.

Écrit par : julien venu | 16/02/2015

Exactement ce que je pense. Dont acte.

Écrit par : Claude Bourrinet | 17/02/2015

Je suis d'accord (et content de l'être) avec tous les commentateurs précédents.

Pour ma part, je suis encin à espérer encore du point 2) précédemment écrit et qui correspond à une des possibilités énoncées par GUENON :

"la revivification via une élite qui irait chercher l'esprit en Orient et le restituerait dans une forme Occidentale."

Raison en partie pour laquelle mon blog s'intéresse au Yoga, pourtant a priori hors du champ exploré (spiritualités en Europe de tous temps).

Les conditions sont très difficiles à réunir pour moi et je dois dire modestement que, au niveau de la RÉALISATION, je suis encore débutant.

Et puis qui dit élite dit groupe. Et là c'est encore plus compliqué de trouver des comparses (peut-être ici ferai-je des contacts ?).

Je m'aperçois que, de ci de là, des individualités motivées voire dotées cherchent la source, le GRAAL, plutôt en Extrême Orient (Inde, Tibet, Népal, Chine, Sibérie, Japon) que dans les monothéismes pourtant sensés plus "proches".

Ce qui vient d'être écrit est de nature à donner espoir.

Par ailleurs, sur le plan ethnique, les "Arabes" qui sont sensés nous "remplacer" sont en grande majorité des Berbères, des Hamites (acculturés eux-même ni plus ni moins que bon nombre de Gaulois de souche).
Pas exactement de Indo-Européens. Mais pas des Sémites tout à fait non plus. Des Africains de l'Ouest Méditerranéen...des sortes de "Basques".

Hormis au Maroc, je crois, ils ont connu, aux premiers siècles, le Christianisme, comme le reste de l'Empire Romain. Et il est remarquable qu'en France, l'apostasie (changement de religion) étant permise par la "Laïcité", à ce qu'on dit, bon nombre de Kabyles se convertiraient au Christianisme (évangélique...ce qui va de soi, compte tenu de la situation spirituelle pervertie du Vatican... bien avant Vatican II qui est une chute continuée).

Cela indique qu'en tant que religion de masse, l'Islam n'apporte pas davantage que le Christianisme institutionnel décadent...donc, contrairement à ce que pouvait espérer Guénon au début du XX siècle, il n'est pas garanti que l'Islam d'aujourd'hui (ni les autres religions Traditionelles) corresponde à son exigence "initiatique" d'alors.

De même, en Russie, le retour à l'Orthodoxie est un trompe-l'oeil, semble-t-il, car les Russes recherchent, eux aussi, quelque chose de plus souterrain, sous les décombres de la Religion Séculière d'Etat (Le Communisme Soviétique) et plus profond que ce qu'offre l'Orthodoxie officielle en surface.

Tout cela est un signe des temps également.

Concernant la Gaule proprement dite, rien n'est perdu, car le "Christianisme" "populaire", comme c'est le cas en pareilles circonstances, a conservé, INCONSCIEMMENT, des morceaux de religion Druide, homologues aux doctrines de l'Inde (on a même des traces de Yoga-Fakirisme au XIII siècle en Europe : le rope trick, peut-être autochtones).

Mais le plus simple en ces temps apocalyptiques est tout simplement d'inverser toutes les propositions de la NON-civilisation anti-traditionnelle mondialisée.

Écrit par : ericbasillais | 17/02/2015

Nous sommes un peuple millenaire, héritier d'Homère et du monde grec, celte, latin et germain. En quoi des concepts venu d'orient serait salvateur pour l'Europe ? La secte du désert qu'est le christianisme a deja fait assez de mal à notre peuple. Retrouvons nos propres racines, les anciens européens nous ont légués assez de choses pour pouvoir nous reconstruire sans avoir besoins faire appel a des cultures allogène.

Écrit par : Cypher | 19/02/2015

Mon cher ami,

Les Grecs, à commencer par Platon, qui reconnaît sa dette envers l'Egypte, Zoroastre et d'autres "sages" orientaux, ne se considéraient pas comme absolument coupés des influences d'alors, qui venaient d'Orient (ce serait trop long d'en énoncer les apports) et non de Gaule. Thalès, par exemple, a conçu la géométrie à partir du savoir des arpenteurs égyptiens. Les cités hellènes d'Asie servaient aussi d'intermédiaires.
Du reste, beaucoup de traits mentaux, sociétaux, politiques, rappellent, chez les Grecs, l'Orient. La conception de la monarchie, par exemple, qui vient d'Iran. La démocratie fut minoritaire et méprisée. Il ne faut pas non plus survaloriser la raison : c'est une exagération de la bourgeoisie rationaliste du 19ème siècle, qui se voulait des racines idéologiques.
Les Perses et les Arabes musulmans ont autant exploité les philosophes grecs que non, non seulement Aristote, mais surtout Platon, Plotin, Proclus, Jamblique...
Je souhaiterais qu'on arrête avec ces déserts et ces forêts. Il faut essayer de penser, non ?
Quant à nos "racines"... Vaste problème, comme dirait l'autre !
Je vous conseille de lire mes articles, à ce sujet, dans le nouveau numéro de Krisis, qui va paraître à la fin du mois.

Écrit par : Claude Bourrinet | 19/02/2015

On peut également lire l'excellent essai de Guy Rachet consacré aux racines de l'Europe ! Une Europe qui ne doit rien à l'islam, n'en déplaise aux faiseurs de sornettes oublieux de leur race ou, si vous préférez, oublieux de leur riche "mémoire identitaire".

Qu'il existât une homologie entre les efforts de l'islam et ceux des nationalistes paneuropéens, cela ne fait pas le moindre doute. Mais nous n'avons pas besoin de cesser d'être ce que nous sommes pour en mesurer l'importance.

Écrit par : Aryosophe | 20/02/2015

@Aryosophe
Oui tout à fait d'accord on ne doit rien à personne, ni à l'empire Ottoman, ni aux arabes qui ne conquirent pas du tout l'espagne non sans douleurs mais au moins pour la faire prospérer, grâce aux échanges culturels. Ceux ci n'avaient pas du tout étaient influencés ni par les Romains eux-mêmes inspirés des Grecs et des Egyptiens.
N'oublions pas que les Gitans n'ont jamais été nomades et que la russie ne s' est jamais étendu de l'Asie à l'Europe occidental. Les mongols ne sont jamais venu foutre les pieds jusqu'en Europe et les vikings ne faisaient que joyeusement du tourisme main dans la main. Les premières civilisations n'ont jamais été en Turquie, ni l'Afrique le berceau de l'humanité.
OUI, c' est exactement ce que je dirais si j'étais un récentiste, révisionniste, conspirationniste!

Écrit par : ZoukrM | 12/04/2015

L'islam et les populations allogènes associées n'ont rien à faire en Europe, sauf à accélérer la destruction des cultures et peuples autochtones et à nous paupériser/tiersmondiser, comme le souhaitent les apatrides de la communauté organisée haineux envers les peuples européens, dont les exigences de qualité de vie, d'enracinement, de normes sociales, environnementales et morales, sont une véritable horreur pour ces libéraux mondialistes qui rêvent d'esclaves au service du turbocapitalisme et de la dette. Toute tergiversation avec l'envahisseur ne devra être traitée que comme une trahison rampante, la seule et unique solution étant la Remigration à court terme, autant y préparer les musulmans en les informant Clairement. L'infiltration des milieux nationalistes par l'islam doit être combattue au même titre que l'infiltration par des éléments judéo-libéraux ou encore millénaristes/obscurantistes. Le CNC fait preuve de faiblesse identitaire manifeste en publiant ce genre d'article quasiment prosélyte.
Je rappelle aussi que l'identité européenne existe en tant que diversité ethnique blanche, avant la chrétienté importée et que le catholicisme, systématiquement combattu et affaibli par la république d'essence judéo-libérale, s'est aussi égaré dans l'universalisme xénophile de goche ainsi que dans le cathofric de droate... en dehors de ces dérives, cette religion est hautement respectable lorsqu'elle sert les intérêts de la communauté des peuples européens comme elle a su le faire pendant des siècles.

Écrit par : ebsa8 | 19/02/2015

Oui tout à fait d'accord on ne doit rien à personne, ni à l'empire Ottoman, ni aux arabes qui conquirent pas du tout l'espagne non sans douleurs mais au moins pour la faire prospérer, grâce aux échanges culturels. Ceux ci n'avaient pas du tout étaient influencé ni par les Romains eux-mêmes inspirés des Grecs et des Egyptiens.
N'oublions pas que les Gitans n'ont jamais été nomades et que la russie ne s' étend pas du tout de l'Asie à l'Europe occidental. Les mongols ne sont jamais venu foutre les pieds jusqu'en Europe et les vikings ne faisaient que joyeusement du tourisme main dans la main. Les premières civilisations n'ont jamais été en Turquie, ni l'Afrique le berceau de l'humanité.
OUI, c' est exactement ce que je dirais si j'étais un récentiste, révisionniste, conspirationniste!

Écrit par : ZoukrM | 12/04/2015

Ceux ci n'avaient pas du tout été* (pas étaient)

Et désolé, désolé, désolé, désolé, le message été destiné à Aryosophe...
Par contre pour la destruction des cultures je suis pas trop d'accord avec toi, on s'en occupe très très bien tout seul.
Et ça, rien qu'en étant entrain de discuter ici, on y contribue, juste pour ne citer que l'exemple le plus bête ; )

Écrit par : ZoukrM | 12/04/2015

était destiné* (décidément, faudrait que je me relise un peu plus...)
On peut modifier les messages ou supprimer? Pas trouvé d'options.

Écrit par : ZoukrM | 12/04/2015

Les Arabes sont blancs, ainsi que les Berbères, qui, de plus, ne sont pas sémites. L'Empire romain s'est étendu au Proche et Moyen Orient (Syrie, Liban, Asie mineure, Egypte) et en Afrique (Libye, "Tunisie", "Algérie", "Maroc"). Saint Augustin, était d'origine berbère.
Le christianisme est une religion orientale, comme du reste le mithraisme. Les Indo-Européens, qui n'ont toujours constitué qu'une minorité, venaient d'Orient.
Certes, je suis bien d'accord que l'immigration massive déstabilise la société française. Mais je répète que cette société a cessé d'exister avec l'exode des paysans, après la guerre, l'urbanisation, la montée des classes moyennes, et l'américanisation profonde des corps et des âmes. Les immigrés achèvent un processus de destruction, c'est tout. Mais ils ne sont pas les seuls. La communauté qui n'existe pas a sans doute plus de responsabilité. Qui étaient les responsables de 68 et de l'extrême gauche ? Qui dirige les médias ?
Il vaut mieux prendre un point de vue plus haut que le nationalisme. La France est finie, ce qui ne veut pas dire que l'Eurasie n'ait pas un avenir. Mais il est clair que nous n'aurons aucune espèce d'importance dans la constitution de ce bloc géopolitique et civilisationnel. Notre temps historique est passé. Ce qui ne signifie pas que nous n'ayons encore quelques créations culturelles en perspective.

Écrit par : Claude Bourrinet | 19/02/2015

Les Arabes sont "blancs", en effet. Mais ils ne sont pas de souche européenne. Penchez-vous donc sur leur profil génétique. Si le christianisme primitif est "sémite" (en grande partie), le christianisme dit "populaire", débarrassé du ritualisme juif, est lui profondément européen, c'est-à-dire païen. Les premiers locuteurs des langues dites indo-européennes pourraient ne pas venir d'Orient. Vous ne pouvez donc pas l'affirmer ! Le sud de la Russie tient toujours la corde lorsqu'il s'agit d'évoquer l'habitat originel des proto-Indo-Européens.

La France serait finie ? Quelle sinistre farce. Si comme Toynbee (ou comme l'arabolâtre Gustave Le Bon), je pense que la France est tombé au champ d'honneur en 1918, c'est de la France républicaine dont il s'agit. C'est-à-dire l'anti-France. Et son "temps historique" est en effet passé. Rien donc qui vous autorise à nous condamner à disparaitre ! Ni dans les marais putrides du Système judéo-libéral-libertaire, ni dans les culs-de-basse-fosse de l'islamondialisme, ni même dans les plis d'une grande Europe oublieuse de ses peuples et de ses communautés.

Écrit par : Aryosophe | 20/02/2015

Je tiens à modifier les perceptions concernant la spiritualité européenne, avant et après le Christianisme :

1/ Le Druidisme est une spiritualité européenne.

2/ Lors de la conquête romaine, puis de la christianisation des élites gallo-romaines urbaines, il s'est replié dans les forêts puis a dégénéré sous forme populaire, étant ainsi "conservé" mais" momifié" (le souffle de vie manque aux Gaulois de souche pour vivre le druidisme et rien n'indique que le néo-druidisme comporte quelque authenticité...à vérifier).

3/ Le Christianisme s'est véritablement installé, pendant l'effondrement impérial romain, en IRLANDE puis en ECOSSE et enfin a commencé à essaimer en Galles, Cornouaille, Angleterre puis en (petite) Bretagne et dans le reste de la Gaule. C'est le premier chiristianisme ouest européen mais "digéré" par le DRUIDES Irlandais.
Le Christianisme CELTIQUE. De ce point de vue, en dépit de l'origine palestinienne des Evangiles, il reste une religion très typée par la culture et les divinités (sanctifiées) CELTIQUES.

Ensuite est venu le christianisme "provençal", méditerranéen, avec (Saint) Cassien, issu de la tradition des "Pères du désert", des ermites réunis parfois en communautés cénobites. Celui là est clairement proche-oriental. Mais il ne faut pas oublier que le proche-orient, lui-même, est un carrefour entre sémites et indo-européens depuis des millénaires et il n'est que de rappeler les peuples hittites, galates, Grecs (Alexandre), romains, kurdes, perses (aryas) et indiens installés et/ou mélangés dans la région.

Le Catholicisme, surtout avant la mainmise de la Papauté, sous Charlemagne en premier puis à partir des croisades (XII-XIII siècles) était encore riche de l'ésotérisme druide. Il l'est resté sous une forme complètement inconsciente, pour des raisons de persécution mais aussi à cause des changements de civilisation ( essartages massifs, technologies diverses, essor commercial et son cortège de perversions spirituelles).

Alors traiter le christianisme de religion non européenne, c'est un peu rapide. C'est justement le lieu de survie des religions européennes antiques. seule la myopie en fait un rite sémite. Faut-il rappeler que du point de vue sémite nous avons trois dieux ? Et que dire du culte à Marie et aux saints ? Polythéisme peut-être.
Bien sûr, ROME ne confirmera jamais mes dires. Mais le PEUPLE chrétien, a gardé ainsi ses réflexes.

Écrit par : ericbasillais | 20/02/2015

M. BOURRINET, concernant la "fin de la France" je ne suis pas d'accord : un peuple qui fait des enfants et garde ses racines spirituelles (druidiques s'il le peut sinon catholiques celtique, l'essentiel est au delà des mots écrits) n'est pas fini.

30 ans de propagande européiste n'auront pas suffi. Après la crédulité (souvent fille du confort) le temps de la colère est venu (pour 99 % de la population). Colère qu'il va falloir maîtriser et organiser, car nos ennemis spirituels et culturels nous attendent au tournant mais la peur au ventre. Voyez l'exemple Corse : intimidant, non ? Je suis donc sur la position d'Aryosophe concernant notre communauté de destin. La Gaule n'est pas finie.

Sa force de vie ne réside pas dans un sauveur hypothétique, monarque ou républicain, mais dans sa faculté à exister et survivre par tous les moyens sur son territoire. Cette force viscérale n'est pas objet de cartographie...raison pour laquelle ...l'Europe, l'Europe, l'Europe du G.R.E.C.E. attendra.

La reconstruction et la survie d'une nation se fait par la base pas par les sommets...inutile de gloser sur l'élite de nos coeurs...c'est du temps perdu : les Gauloises tiennent l'avenir du pays dans leurs entrailles. Les Gaulois dans leur queues. Et tanpis pour tant de Gauloiserie.

La vraie religion Gauloise est celle qui sanctifie ces rôles tout simples mais empêchés par nos ennemis.

Écrit par : ericbasillais | 20/02/2015

Enfin concernant les produits éditoriaux, ce serait bien d'élargir l'audience en les mettant gratuitement en ligne au bout d'un certain temps.

LA MONNAIE est à la fois notre drogue ( personne ne peut s'en passer) et la principale cause de nos malheurs, sinon la PREMIERE.

J'ai documenté ce fait dans mon blog, catégorie monnaie, notamment cet article (voir la fin de cet article) :
http://angoulmois.hautetfort.com/archive/2014/10/23/apres-l-euro-5474450.html

extrait : "monnaie :norme d’homogénéisation d’une réalité non homogène, une réalité que la théorie standard se refuse à reconnaître".(dixit J.Sapir)

...
"Depuis 700 av JC, en LYDIE ( Turquie actuelle), on a créé cette fiction DE-MONIAQUE : le NOMBRE comme référence "spirituelle", évidemment dégénérée et matérialisant une fissure au sein de l'appareil intellectuel de l'espèce Homo Sapiens, une vision homogène (MORBIDE) d'une réalité non homogène (FRACTALE, VIVANTE).

La poursuite de l'HOMOGENEITE semble être un moteur secret courant depuis lors sur la planète. Sa seule réalité concerne le biotope mais aucune ESPECE VIVANTE. JAMAIS ! SAUF PEUT-ETRE A LA VEILLE DE SON EXTINCTION !"

...


" La problématique devrait être inversée : comment revivre dans un monde VIVANT donc HETEROGENE (je n'ai pas dit "inégal", qui est un terme du lexique socialiste donc interne à la logique mortifère liée à la quantité-monnaie)?

Il reste suffisamment de peuples sur la planète pour répondre concrètement à cette question. Pour les peuples largement influencés par la Philosophie Quantitative,ce sera plus long : il faut une enquête historique préalable."

Écrit par : ericbasillais | 20/02/2015

A nouveau sur le site internet de la revue créée par Roland Hélie, on peut y lire un billet dénonçant l'islamisation de la perfide Albion. Que cette petite île enj...ée depuis des lunes puisse devenir musulmane, rien qui ne m'émeut vraiment sinon qu'il s'agit, là encore, d'une grave erreur d'interprétation. La visibilité de l'islam est une conséquence de la colonisation migratoire favorisée par le Système et ses larbins. Or, parmi les Oliver, Jack et Harry, sans doute peut-on y trouver les rejetons des nombreux afro-caribéens de l'île, chrétiens pour la majeure partie d'entre eux. Dans les deux cas, cette insignifiante petite île (les Mosley ou les Donaldson y sont aussi rares que l'intelligence dans le regard de Cameron) est condamnée à partager notre sort.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2015/02/22/islamisation-de-la-grande-bretagne-la-conquete-par-les-ventr-5564405.html

Écrit par : Aryosophe | 22/02/2015

Les commentaires sont fermés.