Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2015

Chronique musicale: A.D.L. 122 « L’Angelo della morte »

A.D.L. 122 « L’Angelo della morte »

(Black Shirts Records, 1996/2015)

angelo.png

Datant de 1996, L’Angelo della morte est le second album d’une formation phare du Rock non-conforme italien : A.D.L. 122. Créé en 1993 à Milan, A.D.L. 122 (Anti Decreto Legge 122) doit son nom à un décret de loi antiraciste datant de la même année et portant le numéro 122… Même s’il n’existe plus aujourd’hui (bien que se reformant à l’occasion pour quelques rares concerts), le groupe milanais a laissé une empreinte décisive dans l’histoire du RAC italien et européen avec trois très bons albums studios et quelques singles qui valent largement le coup eux aussi (Black Shirts Records a d’ailleurs réédité l’un d’entre eux, La Notte dei Regali, l’année dernière).


Étrangement, L’Angelo della morte était la seule réalisation d’ A.D.L. 122 qui n’avait jamais bénéficié d’un tirage vinyl. C’est chose faite désormais et on se félicitera de cette réédition d’un album devenu très difficile à trouver en CD et qui méritait vivement d’être redécouvert.


Je trouve pour ma part que la qualité des productions d’ A.D.L. 122 a été croissante au long de leur carrière. De fait, ce second album constitue une réelle charnière entre les débuts du groupe et leur apogée musicale avec leur ultime –et splendide- troisième album : O.F.F. (2006). Le RAC plus typique développé sur leur premier CD prend ici une tournure tout autre avec des sonorités lorgnant de plus en plus vers le punk voire le hardcore. L’Angelo della morte est ainsi un album bien plus rythmé que Fuorilegge, son prédécesseur. Ayant conservé aussi bien son côté brut que son sens de la mélodie simple et ultra efficace, A.D.L. 122 a su se renouveler avec cette production remplie de rage et d’énergie.  Regorgeant de classiques aux noms évocateurs (« Nato per odiare », « Toni era uno Skin », « Skinhead 88 » ou encore l’excellent titre éponyme), L’Angelo della morte doit se trouver dans la discographie de tous les amateurs du style… qui risquent de l’écouter fort souvent sur la route du boulot le matin afin de se réveiller ou de canaliser leur énervement...

Rüdiger / C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.