Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2014

Regard sur l'actu (3)

 Regard sur l'actu (3)

etalement-urbain-france-lumiere-nuit-image-satellite.jpg

La relaxe des Femens, nouveau symbole d'une justice à deux vitesses ?

Nous apprenons aujourd'hui la relaxe des Femens, les militantes féministes « sextrémistes », dans l'affaire concernant leur irruption dans la cathédrale Notre-Dame de Paris à l'occasion de laquelle elles s'en sont courageusement prises à la cloche Marcel qui n'en demandait pas tant. Malgré le procès verbal et un devis chiffrant les dégâts à plusieurs milliers d'€, le juge n'a semble-t-il pas été en mesure de confirmer que les militantes du Bien sont bien à l'origine des dégâts. Il est en effet fréquent que des cloches se dégradent d’elles-mêmes, dans une sorte de pulsion auto-mutilatrice. Par ailleurs trois agents de sécurité ont été condamnés à une amende avec sursis pour avoir arrêté avec virilité cette œuvre de spectacle vivant érotico-sonore en milieu patrimonial. Rappelons que la justice a condamné les Homens pour leur irruption à Roland Garros, les Identitaires pour être monté sur le toit de la Mosquée de Poitiers en chantier et sur celui de la permanence du PS ou encore Anne-Sophie Leclère pour un partage Facebook. L'exposition de Christine Boutin, toujours présente quant il s'agit de parler de blasphème là où ce n'est pas le débat, ne va guère arranger les choses. Il ne s'agit pas d'un débat sur le « droit au blasphème », il s'agit d'un débat sur la justice française. Nous savons à quoi nous en tenir depuis longtemps, pour ceux qui en doutaient encore, il vaut mieux être une Femen qu'un Homen.

Mairies résistantes aux nouveaux rythmes scolaires, quelle place pour nos communes ?

Depuis la rentrée scolaire, certains maires ont refusé d'appliquer les nouveaux rythmes scolaires imposants une demi-journée de travail supplémentaire le matin. Les maires récalcitrants ont été convoqués au Tribunal Administratif pour s'expliquer de leur refus de n'être que des exécutants des réformes décidées dans les cabinets du ministère de la rééducation républicaine. Les concertations s'apparentant souvent dans ce type de projets à du « cause toujours » selon la formule de Woody Allen sur la démocratie. A Janvry, le maire est, semble-t-il, soutenu par sa population. La problématique des rythmes scolaires pose de vraies questions sur la place de l'école dans la société et celle des parents et des élèves dans le système scolaire. Mais au-delà de ça, l'entrée en résistance, désespérée, de certains maires, qu'elle soit justifiée ou non, doit nous interroger sur la philosophie politique de notre pays. L'omnipotence de l'Etat, imposant presque unilatéralement ses réformes à des communes très diverses, ne peut plus être considérée comme acceptable. L'Etat fait-il valoir ici son autorité dans un des rares domaines ou le diktat de la Commission européenne n'est pas encore trop fort ? Dans tous les cas, entre idéologie et crise d'autorité, l'Etat devient de plus en plus un ennemi pour nos libertés. Sur ce sujet, comme pour d'autres, il paraît plus logique que l'échelon communal soit au cœur des réformes au sein de la mosaïque territoriale française. Le renforcement du pouvoir des communes, perçu pour certain français avec crainte, est pourtant essentielle dans de nombreux domaines. L'éducation notamment.

Vers une rupture de l’approvisionnement en électricité ?

D'après le président de RTE, filiale autonome d'EDF, Dominique Maillard, la France risquerait une pénurie d'électricité à partir de l'hiver 2015. Bien qu'il s'agisse ici de simple prospective, cette information n'est pas dénuée d'intérêt car cela fait plusieurs années que le sujet des pénuries d'électricité traverse les différentes sphères dissidentes sur un mode plus ou moins alarmiste. Les choix en matière énergétique : énergies fossiles, énergie nucléaire, énergies « renouvelables » sont au cœur de la conférence de presse de M. Maillard. Quelques soient les intentions de M . Maillard, qui cherche sûrement à rendre indispensable le projet du réacteur EPR, il est absolument certain qu'avec une démographie conduisant à une augmentation des besoins globaux, il sera très difficile pour la France de faire face à une augmentation de la consommation énergétique. Les énergies « renouvelables » ne sont pas en capacité de supporter la consommation électrique globale du pays, le nucléaire pose d’évidents problèmes de sécurité et de traitement des déchets. Quant aux énergies fossiles, elles sont aux cœurs des problématiques d'indépendance énergétique (Russie, Qatar) et de pollution atmosphérique. M. Maillard propose entre autres aux Français de « décaler » leurs heures de consommation. Si cette idée, aussi futile soit-elle, n'est pas totalement farfelue, il faut pas se tromper de sujets : logements mal isolés, enseignes lumineuses allumées en permanence la nuit, croissance nécessitant toujours plus de ressources énergétiques, le tout conjugué à des hivers rigoureux, c'est notre mode de vie qui est au cœur de ce débat. La France pourrait bien avoir à affronter une crise énergétique comme l'annoncent les milieux décroissants, écologistes, localistes, survivalistes, etc... depuis de nombreuses années.

Le déficit de la France, vers la fin de l'Etat-providence ?

Michel Sapin, ministre des Finances, a annoncé ce mercredi que la croissance n'était « que » de 0,4% cette année, dans le même temps le déficit public atteindra 4,4%. En somme, la France ne sort pas de la crise et les augmentations d'impôts que nous avons tous constatés n'ont servies à rien. Il n'est pas question ici de discuter des objectifs de croissance (3%) fixée par la Commission européenne et la BCE. Cela nous est totalement égal. Nous ne jugeons pas la politique du gouvernement sur sa capacité à rentrer dans le moule eurocratique. En revanche, cette capacité à faire croire aux Français que « la croissance va revenir » comme si il suffisait de faire la « danse de la croissance » pour qu'elle revienne... devient insupportable car elle justifie absolument tous les tours de vis que doit subir la population. Les Français doivent savoir que leur économie repose sur la dette, qu'on a pas fini de la rembourser, que ce ne sont pas des économies de bout de chandelle tout en continuant les folles politiques immigrationnistes et déficitaires qui vont arranger la situation. Le système français est en bout de course, incapable de gérer à la fois la croissance démographique (naissance et immigration) et le vieillissement de la population. Le « remède » des libéraux de droite, consistant à diminuer les taxes et les impôts pour relancer la consommation (et donc la croissance) n'est pas non plus viable car il va se heurter lui aussi à des limites énergétiques ou démographiques. Cela fait de toute façon 40 ans, depuis le choc pétrolier et la loi de 73 que la situation s'est peu à peu dégradée, les obsessions dogmatiques des apprentis sorciers de l'économie n'arrangeant rien. Là encore, nous devons réfléchir à un autre modèle de société avec de nouvelles formes de solidarité plus en phase avec une France communautarisée et où la relocalisation économique devient une priorité.

U2 et la présentation de l'Iphone 6, nouvelle mystification de la société du Spectacle ?

Bien loin de la « relocalisation économique » : l'Iphone 6. La grande nouveauté qui n'en est pas vraiment une : l'Iphone 6 va pouvoir être synchronisé avec une montre. Fini la Swatch ou la Rolex, place à la montre Apple pour homo globalis. Non content d'avoir présenté son nouveau gadget, la firme à la pomme a joué le grand jeu, le groupe U2 est venu présenter son nouvel album ! Le projet est simple, Apple a payé le groupe de rock irlandais, qui en retour propose gratuitement le téléchargement de son nouvel album sur Itunes (la plateforme de téléchargement musicale d'Apple) jusqu’au 13 octobre, date à partir de laquelle le groupe va sortir une version digipack du CD et des bonus. Cela signifie donc que les fans de U2 qui n'ont pas Itunes et de produits Apple vont devoir s'y mettre... Intéressant de voir la trajectoire de la firme montée par feu Steve Jobs et du groupe de Bono, plutôt proches d'une philosophie libertaire, être au cœur de la machine implacable du capitalisme globalisé. Tous ces petits arrangements à coup de millions, toute cette machine commerciale et médiatique dont se nourrit le spectaclisme marchand, on est loin des grands principes humanistes dont se revendiquent les uns et les autres. On rappellera que Bono fut nominé au prix Nobel de la paix en 2003 et 2005 et élu « homme de paix » en 2008 . Oui mais voilà, les grandes déclarations sur la « pauvreté en Afrique » quant on s'associe à Apple et qu'on refuse de payer les impôts de sa société en Irlande, ça le fait moyen... Apple et U2, deux emblèmes de la culture « cool » urbaine du jeune occidental, deux tartufferies sur le plan de l'éthique et à l'arrivée un énorme coup de comm...

Jean/C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

Tu as bien égratigné notre gauchiste-capitaliste Bono, Jean :) Excellent article !

Écrit par : europaien | 14/09/2014

Les commentaires sont fermés.