Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2014

Métier: Assisté!

Les peu nombreuses mairies FN/RBM font beaucoup parler d’elles vu qu’elles sont les seules à annoncer des mesures qui divergent un tant soit peu de tout ce que nous sommes habitués à entendre. Récemment, c’est Joris Hébrard, maire du Pontet, qui a déclaré vouloir supprimer la gratuité totale de la cantine scolaire pour les familles « aux revenus les plus modestes » afin de «responsabiliser les parents d'élèves et leur montrer que tout n'est pas gratuit». Horreur ! Robert Ménard, à Béziers, ne veut plus quant à lui, que les élèves dont les deux parents sont au chômage puissent être accueillis avant le début des cours. C’en est trop !

Levée de boucliers ! C’est horrible ! Stigmatisant ! Scandaleux ! On ose s’attaquer aux « pauvres » du pays ! Certes… mais de quels pauvres parle-t-on ? De ceux qui triment pour un smic ? De ceux qui sont au chômage et qui peinent à retrouver un emploi décent ? Evidemment non, nous parlons ici ceux qui ont été créés par le système ! En majorité, il s’agit de gens qui accèdent à des tonnes d’aides diverses et variées car simplement ils ne travaillent pas. Et qui considèrent la plupart du temps que tout leur est dû et que tout doit être gratuit. Eux n’ont aucune contrepartie à donner, ils veulent, ils exigent, on doit les servir, c’est normal : on les a habitués comme ça depuis bien longtemps. Alors que beaucoup d’entre eux vivent finalement mieux que des familles modestes où les deux parents bossent et ont largement moins d’aides, on arrive encore à les plaindre. Car oui, la France est devenu un pays d’assistés revendicatifs.

abasta-caiss-alloc.jpg

Dure journée de travail mensuel!!

 

Cela a été encouragé par un Etat incapable qui n’a ni su ni voulu protéger l’emploi en France pour des raisons qui résident tant dans la forme (son incompétence, sa nullité) que dans le fond (soumission aux dogmes capitalisto-mondialistes). Résultat : des millions de chômeurs et d’oisifs qui ne peuvent compter que sur l’Etat pour subsister ! Comme sous l’empire romain où l’on tenait une bonne partie de la plèbe par du pain et des jeux ! Même chose aujourd’hui : l’Etat, complètement dépassé par ce qu’il a créé, est obligé de tout faire pour ses propres rejetons, ingrats et capricieux  avec ça ! Et comment ? En fournissant lui aussi du pain et des jeux !

Au lieu de se révolter pour travailler et recouvrer un certain honneur et une certaine dignité (si tant est que ces mots veuillent encore dire quelque chose dans leur esprit…) chaque nouvelle fournée de chômeurs se voit mettre systématiquement des bâtons dans les roues quant à sa recherche d’emploi. Finalement, ceux-ci seront consolés par le miroitement des aides à outrance qui les feront entrer dans la spirale de l’assistanat facile et les rendront encore plus dépendants de l’Etat… Mission accomplie ! L’Etat corrompu que l’on connaît possède une « clientèle » immense qui lui doit désormais tout et ne voudra jamais, sauf cas exceptionnels, le voir tomber… vu qu’il les nourrit, les entretient… et leur lave le cerveau ! Chômage signifie temps libre. Et comment occupe-t-on le temps libre aujourd’hui ? Par la télévision, le shopping (des merdes produites par des esclaves chinois qui sont vendues à des chômeurs français), l’abrutissement constant et massif de la part des médias et des loisirs phares de notre époque. Tout cela est destiné à promouvoir chez ces individus toutes les tares en vogue dans notre belle société libérale (multiculturalisme, pornographie, tolérance maladive, hédonisme incapacitant…)… C’est l’apologie du QI bas, la Ribéry attitude, l’involution totale et assumée !

L’assistanat, soit vivre « aux crochets de l’Etat », est devenu un mode de vie, a way of life, qui, en ces temps de nihilisme et de renversement des valeurs, n’est plus honteux mais même revendiqué haut et fort par de plus en plus de personnes (et pas seulement chez les immigrés, loin de là)… Qui pensent niquer le système alors qu’elles n’en sont qu’un des rouages! Les cassos le revendiquent avec fierté, les « chances pour la France » également ! Quelle allégresse de pouvoir compter sur l’Etat pour pouvoir consommer tranquille chez Lidl et Apple ! Et être oisifs à n’en plus finir ! Ne considérant que leur intérêt immédiat (vivre sans travailler) et se moquant de ceux qui, pauvres fous, continuent à trimer pour un SMIC qui ne leur ouvre aucun droit aux chères aides ni aucune perspective de construction d’avenir (devenir propriétaire de son logement, se racheter une voiture correcte…). Pour notre part, le travail n’est certainement pas une valeur absolue mais nous trouverions logique que celui qui travaille mène une vie plus digne et plus gratifiante que celui qui ne fait rien…

Nous en avions déjà parlé ici. Il est évident que les salaires de misère accordés par le capital à la majorité des travailleurs aujourd’hui sont quasiment équivalents aux aides accordées par l’Etat et ce pour un temps de travail nul.caf cassos.jpg Et encore ! Sachant qu’un individu percevant le RSA bénéficie d’aides en chaînes car il ouvre des droits à l’APL, puis à la CMU qui débouche directement à une réduction des factures EDF et GDF, sans compter les aides aux vacances, au transport, à la rentrée scolaire, la prime de Noël et une fois par an, le secours exceptionnel renouvelable, les crédits à 0%, les tickets repas et on en passe ! En bref, les allocations perçues sont de l’argent de poche qui permet de consommer largement plus qu’un travailleur. Voyez le nombre de ces familles qui roulent en 7 places flambant neuf, qui vivent dans des logements sociaux spécialement réservés pour eux (bien meilleurs parfois que ceux que peuvent se payer des salariés modestes), qui changent d’Iphone tous les 6 mois et qui passent leur temps (et Dieu sait qu’ils en ont) à claquer leur argent dans les futilités merdiques que le système propose pour la distraction... Et tout cela, sans travailler ! D’autant que lorsque l’on parle d’assistanat, il s’applique à tout. Le référent qui fait tout, qui remplit tous les papiers, tire les ficelles insoupçonnées des aides, qui se fait le « tuteur » au nom de l’Etat bienfaiteur de familles entières qui sont loin d’être véritablement aidées puisqu’elles sont annihilées intellectuellement. Mais contentes avec ça ! Le sentiment de honte ou de gêne, on connaît pas, c’est tellement simple de glisser vers le bas aujourd’hui…

Quand a-t-on vu une société qui place les fainéants au dessus des gens qui triment durement ? Non contents d’être considérés comme des esclaves par les gros profiteurs que sont les capitalistes, les honnêtes travailleurs sont également discrédités et dépréciés par des millions de petits profiteurs !

Cette « générosité » maladive et compulsive de l’Etat providence amène depuis longtemps en France une immigration massive et avide venant simplement « prendre le pognon ». Normal après tout, le système le leur offre sur un plateau ! Car on a besoin soi-disant de davantage d’immigrés chez nous… pour l’économie, les retraites et tout ça… C’est bien mal barré vu que 95% d’entre eux vivent aux crochets de l’Etat et que ceux qui les font venir le savent très bien… Mais attention ! Les immigrés ne sont pas les seuls à se servir ! Une multitude de Français « de souche » font de même et leur nombre est croissant, exponentiel, infini ! La démographie des assistés explose suite à une reproduction intensive (pour les allocs et/ou par culture) et le pire dans tout ça, c’est que les générations se succèdent très rapidement, sans transmission de valeurs saines. Tout ce qui compte, c’est procréer quitte à ce qu’on leur retire les gosses, pas grave, les allocs tombent toujours… et le nombre des futurs assistés ne fait que croître… Le futur de la France: immigrés et assistés!

konk.jpg

Dans l’idéal, le fait d’aider une personne dans le besoin, financièrement parlant, est tout à fait louable mais devrait rester un acte limité dans le temps jusqu’à ce que celle-ci puisse sortir de ses moments difficiles ou ait, au moins, l’intention de le faire ! Aider ad vitam eternam des gens qui ne veulent rien faire est stupide et montre bien qu’aujourd’hui, la société où nous vivons est mortifère.

On entend déjà les hurlements de prétendus socialistes défendant corps et âme l’assistanat proposé par un système que souvent, ils prétendent dénoncer et combattre. Non, le socialisme ne signifie pas entretenir des cohortes de personnes ne voulant rien faire et vivre dans l’oisiveté. Quelle vision de la société ! Car le problème est là : la volonté. Et elle sépare deux types d’individus : ceux qui veulent réellement s’en sortir et souffrent du chômage, de la précarité et de la pauvreté et ceux qui se complaisent à ne rien faire, à attendre les aides de l’Etat et, le plus souvent, à railler ceux qui travaillent. Cette seconde catégorie pompe un fric et une attention maximums de la part des pouvoirs publics alors que la première comprend une bonne partie des « oubliés » de notre époque… dont l’Etat n’a rien à foutre vu qu’il a tout fait pour que l’on en arrive là, soumis au mondialisme destructeur et désireux de tout sauf du bien-être commun. Le peuple n’est plus considéré que comme un amas d’esclaves potentiels du capital, de consommateurs débiles ou comme une clientèle politique visant à assurer la perpétuation du Système.

Pour nous, le socialisme, c’est la mise en place de la justice sociale pour les nôtres, pas la subvention à vie de tous les fainéants !

Rüdiger et Ann / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

 

Commentaires

salut, bon article,
juste une rectification, le maire du Pontet est Joris HEBRARD

Écrit par : Franck | 06/08/2014

Quand j'étais prof et qu'en début d'année, je demandais aux parents de mes élèves de prévoir l'achat d'un cahier d'activités parallèle au manuel (fourni par l'établissement), j'étais mal reçue de ceux dont vous parlez. Exclusivement de ceux-là, les autres en comprenant l'intérêt.

Je faisais ma petite enquête en interrogeant ces élèves-là (au risque de stigmatiser un max ces pauvres gamins^^), qui m'apprenaient que chez eux, ils disposaient d'une télé, d'un ordinateur et d'une console par chambre et d'une chambre par enfant (je sais que cette dernière clause n'est pas respectée partout...)
Je passais pour une femme des cavernes quand j'expliquais que chez moi, c'était la télé dans le salon, et une seule.

Depuis, avec l'évolution de la situation de l'éduc et du niveau de démagogie, le cahier d'activités est fourni gracieusement aux élèves si le prof en demande un.
Il n'est pas fourni gratos par l'éditeur, c'est le contribuable qui paie,évidemment

Écrit par : Carine | 07/08/2014

Bien d'accord avec votre billet.
La situation est telle que d'aucuns préconisent la suppression de toutes les aides sociales...
Ce que je trouve parfaitement inadapté, quand on pense aux souffrances de ceux des nôtres qui sont licenciés pour cause de désindustrialisation et de délocalisations.

L'aspirateur à migrants doit juste cesser de fonctionner, et la remigration se mettre à fonctionner.
Sans aide au retour, juste un billet aller.

Écrit par : Carine | 07/08/2014

Félicitation pour ce partage d'expérience fort intéressant. Continuez bien

Écrit par : coupon de réduction | 07/08/2014

Ce pays est devenu une poubelle.
Aux français qui bossent de nourrir tous les parasites qui viennent en masse.
rien n est fait pour le peuple, pour les personnes âgées, pour les handicapés, pour les familles monoparentales....
beurkkkkk j ai vomi...

Écrit par : Brigitte | 07/08/2014

Je vous complimente pour votre critique. c'est un vrai exercice d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Finalement, ceux-ci seront consolés par le miroitement des aides à outrance …

L’assistanat facile …

Et comment occupe-t-on le temps libre aujourd’hui ? Par la télévision, le shopping (des merdes produites par des esclaves chinois qui sont vendues à des chômeurs français…

Chez ces individus …

L’assistanat, soit vivre « aux crochets de l’Etat », est devenu un mode de vie …

Les cassos …

Quelle allégresse de pouvoir compter sur l’Etat pour pouvoir consommer tranquille chez Lidl et Apple …

Sachant qu’un individu percevant le RSA bénéficie d’aides en chaînes car il ouvre des droits à l’APL, puis à la CMU qui débouche directement à une réduction des factures EDF et GDF, sans compter les aides aux vacances, au transport, à la rentrée scolaire, la prime de Noël et une fois par an, le secours exceptionnel renouvelable, les crédits à 0%, les tickets repas et on en passe ! En bref, les allocations perçues sont de l’argent de poche …

qui changent d’Iphone tous les 6 mois et qui passent leur temps (et Dieu sait qu’ils en ont) à claquer leur argent dans les futilités …

J’arrête ici ma façon de recopier vos écrits tellement je suis écoeuré . Chaque phrase que vous écrivez m’a tellement humilié que vous m’avez définitivement fait comprendre ce que sont les patriotes ici.

Vous ne pouvez imaginer tellement vous êtes ignorant de ce dont vous faites la leçon.

Loin de moi me mesurer à vous , je vois bien par vos écrits que vous êtes l’intellectuel intelligent.

Depuis des années , je vote, certainement la même chose que vous, et je cherche depuis ces quelques-mois de chômage dans les forums un peu de réconfort à minima moraux .

J’ai l’impression que je me suis fait avoir encore dans ma façon de voir l’esprit patriotique.

Chiche je vous mets au défit , moi ex-artisan je touche maintenant le minimum social de 499 € , j’ai l’huissier qui va me prendre jusqu’à mon seul véhicule qui me reste pour trouver du travail .

Je change ma place avec qui la voudra …immédiatement ! Vous ?!

Je suis Français de souche , j’ai 59 ans , j’ai élevé 3 enfants j’ai deux petits enfants. Un jour l’administration m’a dit, vos tarifs ne sont pas acceptés . Et j’en suis là !

Alors Monsieur , je vais passer mon chemin et continuer ma recherche de gens avec une vision plus humaine.

Vous l’aurez compris maintenant, vous mélangez tout . Pour vous le chômage est synonyme d'émigration Comme le Maire qui retire la gratuité aux plus pauvres …sans distinction .

Mais peut-être bientôt , dans le «  sans distinction  » vous y trouverez vos proches.

Écrit par : Accolade | 27/08/2014

Cher monsieur,

le sens de l'article a dû vous échapper et le fait de vous sentir visé prouve que votre lecture n'a pas été assez attentive puisque les gens qui galèrent réellement ne sont pas ceux qui sont décriés ici...

Voyez plutôt: "Certes… mais de quels pauvres parle-t-on ? De ceux qui triment pour un smic ? De ceux qui sont au chômage et qui peinent à retrouver un emploi décent ? Evidemment non, nous parlons ici ceux qui ont été créés par le système ! En majorité, il s’agit de gens qui accèdent à des tonnes d’aides diverses et variées car simplement ils ne travaillent pas."

Ou encore "Non, le socialisme ne signifie pas entretenir des cohortes de personnes ne voulant rien faire et vivre dans l’oisiveté."

Ce n'est pas les pauvres ou les travailleurs modestes que nous fustigeons mais les cassos qui sont des paresseux, des assistés et une plaie pour la France (qui en a beaucoup d'autres en plus...)

Bien à vous.

Écrit par : Rüdiger | 28/08/2014

Les commentaires sont fermés.