Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2014

Le couple franco-allemand doit-il faire chambre à part?

Le couple franco-allemand doit-il faire chambre à part?

Les résultats des Européennes ont montré un véritable euroscepticisme dans certains pays. Bien que nous soyons heureux de ce (modeste) sursaut des Européens contre la technocratie capitaliste euro-atlantiste, il pose tout de même la question de l’avenir de notre continent. Soyons clairs, nous sommes initialement des défenseurs de l’Europe carolingienne, celle dont rêvait aussi Bonaparte, et qui fut à l’origine de l’Europe des 6. Le « repli national » n’est donc pas pour nous la solution optimale. C’est à la limite un truc d’Anglais de se replier sur son île et d’œuvrer à saborder toute puissance continentale européenne. Le rôle de la France, c’est d’être le cœur politique de l’Europe, comme c’est le cas depuis de nombreux siècles. La France se doit donc de « penser l’Europe ».

Du rêve à la réalité, il y a un pas, donc soyons pragmatiques. Aujourd’hui il parait évident qu’il n’existe aucun couple Franco-allemand, on aura beau le fantasmer, dessiner des cartes de la Grande Europe sur Paint ou photoshop, la réalité est évidente, comme c’est malheureusement le cas depuis maintenant 150 ans, la France et l’Allemagne ne parviennent pas à agir de concert, à ne pas se vampiriser. Le couple franco-allemand ne vit que dans le spectacle médiatique fait des sourires hypocrites de leurs chefs d'états respectifs. Par ailleurs, combien de Français parlent l'allemand et combien d'Allemands parlent français? Il faut donc envisager la constitution de l’Europe sur des bases neuves, ou pas.

La France doit retrouver sa place, celle d’une grande nation d’Europe. La France a plusieurs forces. Tout d’abord elle dispose de la deuxième ZEE du monde (espace maritime), ce qui est essentiel vis-à-vis des Etats-Unis et de la Chine. De plus, elle est aussi un carrefour, un passage obligé entre l’Europe du nord et celle du sud et l’isthme de tous les trajets partant de l’est vers l’ouest. Enfin, elle est une puissance agricole (la première d’Europe). La France est aussi, intrinsèquement, une « mini Europe ». Il suffit par exemple de voir la diversité du bâti, entre les maisons en briques du nord, qui rappellent la Belgique voisine ou l’Angleterre, les grandes maisons en pierre du Pays-Basque ou les maisons au crépis chaud du sud méditerranéen qui rappellent l’Espagne ou l’Italie. La France ne peut donc pas aller contre l’Europe, au risque de renier une partie d’elle-même. C’est en s’appuyant sur ses forces (il y en a d’autres) qu’elle pourra se permettre de revenir ensuite vers l’Allemagne. La France se positionne aujourd'hui comme le seul pays capable de construire une autre Europe.

Dans l’état actuel des choses, il faut réfléchir sur quelles bases constituer l’Europe. Une idée, qui n’est pas neuve mais pourrait être pertinente me traverse l’esprit régulièrement : Diviser l’Europe actuelle en deux grandes familles et organiser des rapports bilatéraux entre la France et l’Allemagne. D'un côté une "union/confédération latine", de l'autre une "union/confédération germanique".

1004122-Charles_Maurras.jpgL'union latine est déjà un projet évoqué par Charles Maurras, qui lui même mentionne que cette idée a été défendue par des "révolutionnaires": Mazzini ou Victor Hugo. C'est d'ailleurs un projet qui a eu une actualité dans la deuxième moitié du XIXe siècle à la suite de l'unité italienne et des relations établies avec le Second empire.

La France pourrait coopérer avec l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Wallonie et disposerait de son importante ZEE. La France serait ainsi le moteur de cette union latine, ouverte directement sur deux mers et un océan et pouvant compter sur les territoires ultra-marins. Cette union latine disposerait d’une monnaie en rapport avec ses atouts économiques comme l’agriculture et le tourisme et pourrait aussi développer des technologies maritimes et s’engager sur la voie de la protection des océans. Elle serait un passage obligé pour le commerce international, en raison de son contrôle sur Gibraltar et le rail d’Ouessant et dispose de plusieurs villes portuaires comme Gênes, Marseille-Fos, Barcelone, Bilbao ou le Havre. Elle pourrait donc lourdement taxer les produits d’Asie de l’Est et du sous-continent indien, favorisant ainsi le développement d’un tissus de PME et engageant une forme de démondialisation. Elle aurait aussi en charge la lutte contre l’immigration et la coopération avec le Maghreb. Elle pourrait aussi être un partenaire de certains pays d'Amérique latine hostiles à la doctrine Monroe.

Bundesarchiv_Bild_183-R68588,_Otto_von_Bismarck.jpgLa "confédération germanique" quant à elle rappellera la situation avant l'unité allemande, à l'époque où celle-ci était dominée principalement par l'Autriche. Les prussiens ayant affaibli la position de l'Autriche, il reviendrait très naturellement à l'Allemagne rhénane de mener cette confédération. D'autant que la réunification n'est pas encore totalement réussie.

L’Allemagne est la maîtresse de la Mitteleuropa, son espace géostratégique et économique comprend la Baltique, une partie du Danube et les pays de l’Europe orientale. Ainsi l’Allemagne pourrait structurer un espace de coopération avec l’Autriche, la Flandre, les Pays-Bas, la République-Tchèque et le Danemark. Je préfère ne pas trop élargir pour définir une union resserrée. Elle serait en tête dans l’industrie de qualité, la recherche ou les énergies « vertes »*. Cet espace aurait le contrôle sur le Rhin, le Danube et bénéficiait des grands ports comme Rotterdam ou Anvers.

L’établissement de ces deux grandes unions ou confédérations pourrait ensuite permettre la mise en place de rapports d’égal à égal entre la France et l’Allemagne, entre les latins et les germains, entre une Europe ouverte sur les mers et une Europe continentale, entre une Europe agraire et une Europe plus industrielle (ce qui n’exclue pas l’existence d’agriculture du côté de l’union allemande et d’industrie dans l’union latine). Bien sur tout cela relève de la fiction et il faudrait passer au-dessus de certaines blessures historiques, comme celle entre la France et l’Espagne ou celle entre l’Allemagne et la République-Tchèque qui serait le seul état "slave" de cette confédération, à moins que la Pologne s'y joigne. Pourtant ce serait dans l’immédiat la meilleur façon de sortir de la crise que traverse l’Europe en repositionnant les deux grands pays sur leur espace géopolitique naturel et en coupant l’Europe en deux grandes zones économiques structurellement différentes.

Ces deux unions œuvreraient ensuite pour une politique internationale commune, ou du moins, non divergente. Ce qui pose par exemple la question d‘un partenariat avec la Russie, beaucoup plus simple à réaliser pour l’Allemagne que pour la France mais qui garantit le fameux axe "Paris-Berlin-Moscou" sur des bases équitables. L’Angleterre quant à elle serait repliée sur son île et chercherait à favoriser le libre-échange avec les Etats-Unis, comme elle l’a toujours fait. L’union latine serait sa principale concurrente sur les mers.

A travers ce modeste article, qui relève de la prospective fictionnelle, j’ai cherché à proposer une sortie de crise possible pour résoudre les problèmes que nous traversons : difficultés monétaires, austérité en Europe du sud (particulièrement en Italie), immigration, asphyxie économique, absence de protectionnisme, absence de politique étrangère, relations avec la Russie, résistance à l’impérialisme anglo-américain, riposte économique et géostratégique à la Chine et à l’Inde. Peut-être que certaines personnes bien placées seront à même de soulever cette idée, pas neuve, mais qui pourrait retrouver une actualité.

Jean/C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

NB: ces considérations n'entrent pas en conflit avec des volontés localistes, auto-gestionnaires ou décroissantes qui peuvent aussi nous préoccuper. Ces dernières sont essentiellement le produit d'une politique intérieure alors que cet article concerne simplement la politique extérieure.

Commentaires

L'Europe contre la nouvelle alliance néo-souverainiste http://lheurasie.hautetfort.com/archive/2014/08/04/l-europe-contre-la-nouvelle-alliance-neo-souverainiste.html

Écrit par : Pendragon | 06/08/2014

Les commentaires sont fermés.