Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2014

Chronique de livre: Emmanuel Ratier "Le vrai visage de Manuel Valls"

Emmanuel Ratier "Le vrai visage de Manuel Valls" (Editions Facta, 2014)

le-vrai-visage-de-manuel-valls-emmanuel-ratier.jpg

Cet ouvrage d’Emmanuel Ratier a fait grand bruit depuis sa parution il y a quelques semaines et ça n’a pas dû plaire à celui qui y est dépeint, ce qui nous procurera un plaisir non feint ! Pour une fois qu’on peut accéder à un portrait documenté et sans concessions de l’un de nos hommes politiques, on ne va pas se priver ! D'autant que celui-ci a les dents très longues et qu'il est prêt à tout pour réaliser ses ambitions. On a déjà beaucoup parlé ici et là du Vrai visage de Manuel Valls ; les quelques lignes qui suivent ne reviendront en conséquence que sur les aspects qui me semblent être les plus importants.

On constate grâce à ce petit ouvrage très documenté à quel point « notre » premier ministre est un personnage haïssable à l’image de cette caste politique vile, incompétente, et  ennemie de tout ce que nous sommes. On notera tout d’abord l’opportunisme de ses « convictions » (changeantes selon le vent comme on dit). A l’origine, Valls était un pro-Palestinien qui ne manquait pas de montrer son soutien à cette cause. Le premier sinistre est cependant devenu un ardent sioniste à partir du moment où il s’est mis à fréquenter celle qui deviendra sa seconde femme en 2010 : la musicienne Anne Gravoin, d’origine juive. Depuis, finies les allocutions pro-Palestine (Ratier en donne quelques exemples d’ailleurs… des discours très communs voire ridicules sur la paix entre les peuples etc). Valls, par le biais de sa femme (qui l’a soumis ?), est devenu un laquais du sionisme et d’Israël en France. Comme vous le savez, il est d’ailleurs lié grâce à elle « de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ». Ayant aujourd’hui fait allégeance aux associations communautaires juives dont il est le serviteur zélé, son passé de pro-Palestinien est pardonné par celles-ci… et comme effacé par une caste médiatique qui n’a la mémoire longue que lorsqu’il s’agit de remémorer ad nauseam certains calembours de Jean-Marie !  

Un autre trait qu’il partage avec ses collègues de la politique est sa tendance à mentir. Pour le coup, Valls est un autre « super-menteur » ! Que de foutaises il a répandu sur son propre compte pour se donner une image de fils de Républicain espagnol persécuté par le Franquisme… Tout est faux ! Son père n’était pas républicain, n’a pas souffert sous Franco et s’est tout simplement installé en France pour son activité de peintre, il n'a rien fui du tout... Ce dernier était d’ailleurs très catholique et Manuel Valls a même été enfant de cœur dans ses jeunes années (vous vous en doutiez non ?) !

Comme beaucoup de « nos » politiciens, Valls n’a jamais exercé de vrai métier. Elève moyen qui réussira à simplement valider une licence d’histoire, il était entré très jeune en politique, au PS (17 ans). Il a occupé de tas de postes au fur et à mesure des années jusqu’à arriver Premier sinistre. Vous trouverez toute sa carrière détaillée dans le livre qui révèle également comment son destin politique s’est progressivement construit à l’aide de deux personnages avec qui il est lié depuis plus de 30 ans : Alain Bauer (ancien Grand Maître du Grand Orient de France et ponte de la sécurité urbaine, membre de la LICRA) et Stéphane Fouks (multimillionnaire spécialiste de la communication qui a travaillé aussi bien pour Jospin que pour Shimon Peres ; membre du comité directeur du CRIF). Valls, Fouks et Bauer ont une destinée commune qu’ils ont liée depuis des décennies afin de gravir les échelons du pouvoir et si les noms des deux derniers vous sont inconnus, sachez que leurs réseaux et leur influence sur la politique française est énorme. C’est le grand mérite d’Emmanuel Ratier de nous aider à décortiquer ces réseaux de pouvoir qui sont fondamentaux pour quiconque voulant réussir en politique. L’auteur revient d’ailleurs sur la carrière et l’influence de Bauer et Fouks dans de copieuses annexes d’une grande utilité.

Mondialiste convaincu, membre du Siècle depuis 2001, marié à une femme d’origine juive, on comprend combien Valls était prédestiné à « la haine des nationaux » qu’il poursuit de toutes les manières possibles ! Peu importe le droit, Manuel est le roi ! Parti en croisade antifasciste contre la bête immonde, la Manif pour Tous et les « nazis » du genre Dieudonné (détesté par sa femme Anne Gravoin qui aurait été l’instigatrice de la persécution de l’humoriste), Valls n’a pas fait grand-chose d’autre en tant que ministre de l’intérieur. Son bilan est désastreux (hausse de la délinquance, des régularisations etc) et il n’a pas hésité à recourir aux plus odieux mensonges pour justifier sa chasse aux « nazis ». Souvenez-vous seulement de l’affaire Méric ou des provocateurs policiers lors des Manif’ pour Tous (sans oublier les clichés truqués !). Manuel Valls, par ses actions, a satisfait les associations communautaires juives et a placé ses pions pour aboutir là où il en est aujourd’hui…

Bourré d’infos fiables et de documents, ce petit ouvrage de 120 pages est d’une densité réelle qui permettra au lecteur de rentrer dans ce monde particulier et bien pourri de la politique française actuelle, de ses acteurs et de ses réseaux d’influence. Il prouvera une fois encore, si besoin était, que le Système et ses dirigeants sont notre ennemi prioritaire.

Rüdiger / C.N.C

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

 

Les commentaires sont fermés.