Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2014

Entretien avec Alexandre Douguine sur l'Ukraine (commenté par Pascal Lassalle)

Ukraine : « Unis par la haine »

Version française corrigée d’un entretien donné par Alexandre Douguine au journaliste allemand Manuel Ochsenreiter,  (première mise en ligne,  le 29 janvier 2014).

(http://manuelochsenreiter.com/blog/2014/1/29/united-by-hatred)

Commentaires critiques de Pascal Lassalle rédigés le 18 février 2014 (NB: les commentaires de Pascal Lassalle apparaissent en italique). Pascal Lassalle est historien et conférencier. Il anime un Libre-Journal sur Radio Courtoisie et est animateur du Cercle Georges Sorel, affilié au MAS.

___________

Officiers armés des forces spéciales du Ministère de l'Intérieur (MVS), Kyiv, 18 février 2014.jpg

Manuel Ochsenreiter : Professeur Douguine, les médias occidentaux mainstream et les politiciens établis décrivent l’actuelle situation en Ukraine comme un conflit entre, d’un côté, une alliance d’opposants pro-européens, démocrates et libéraux, et de l’autre, un régime autoritaire dirigé par un président-dictateur. Qu’en pensez-vous ? 

Alexandre Douguine : Je connais ces analyses et il est inutile de vous dire que je les considère comme totalement erronées. Il n’est plus possible, aujourd’hui, de diviser le monde comme à l’époque de la Guerre froide. Il n’y a pas, contrairement à ce que beaucoup de médias occidentaux affirment, un « monde démocratique » qui s’oppose à un « monde antidémocratique ».

Tout à fait d’accord.

Le monde qui se déploie sous nos yeux, est beaucoup plus complexe, avec des oligarchies transnationales ou non, qui se heurtent sur la vaste scène planétaire. En Ukraine, cette fois-ci, la partie la plus consciente du peuple ukrainien, son avant-garde, s’est levée face à un pouvoir oligarchique kleptocrate, prédateur et corrompu, qui a longtemps oscillé au gré de ses intérêts, entre Bruxelles et Moscou, dans une fragile logique multivectorielle, établie depuis la fin des années 90.

La signature des accords avec Moscou mi-décembre 2013, a signifié la fin de cette politique de bascule aux yeux de nombre d’Ukrainiens.

Si l’on en croit les médias mainstream, votre nation, la Russie, est un des principaux pays du « monde antidémocratique ». Et la Russie, avec le président Poutine, intervient dans les affaires nationales de l’Ukraine… 

C’est complètement faux. La Russie est une démocratie libérale. Lisez la constitution russe : nous avons un système électoral démocratique, un parlement qui fonctionne, la liberté du commerce. Notre constitution est basée sur des modèles occidentaux. Notre président Vladimir Poutine dirige le pays d’une manière démocratique. Nous ne sommes pas une monarchie, nous ne sommes pas une dictature, nous ne sommes pas un régime soviétique communiste.

« Démocratie libérale ? ». Alexandre Douguine croit-il vraiment ce qu’il écrit ? Allons donc ! La « démocratie souveraine », consolidée par Vladimir Poutine au cours de ses mandats, n’est que l’ultime avatar d’une tradition bien russe, en vigueur depuis le tsar Ivan III au moins, celle d’un régime autocratique patrimonial, porté par un messianisme orthodoxe et impérial, une « korpocratura  plébiscitaire », pour reprendre la lumineuse expression de l’universitaire français Jean-Robert Raviot. Une forme de pouvoir indiscutablement (néo-)eurasiste, mais bien étrangère à la tradition politique européenne (« romano-germanique » selon la terminologie eurasiste).

Les hommes politiques occidentaux affirment que Poutine est un dictateur. 

Ils se basent sur quoi ?

Le terme de « dictateur » est effectivement totalement inadapté pour définir la nature du pouvoir exercé par Vladimir Vladimirovitch Poutine.

À cause de ses lois sur l’homosexualité, de son soutien à la Syrie, des poursuites contre Mikhail Khodorkovski et les Pussy Riot… 

Ils le dénoncent comme un dictateur parce qu’ils n’aiment pas la mentalité russe. Chacun des points que vous avez mentionné est totalement légitime d’un point de vue démocratique et n’est nullement une marque d’autoritarisme.

Il faudrait quand même admettre que la Russie, dont on peut ne pas aimer la politique, est un pays dirigé de manière libérale et démocratique. Le Président Vladimir Poutine accepte les règles démocratiques de notre système et il les respecte. Il n’a jamais violé la moindre loi. De ce fait, la Russie appartient au camp libéral démocratique et la grille de lecture de la Guerre froide n’est pas opérante pour expliquer la crise ukrainienne.

« Manière libérale et démocratique » ? 

Nous ne discuterons pas des réalités d’un pouvoir fort, d’un état dysfonctionnel, d’une « dictature de la loi » purement formelle et à géométrie variable au gré du bon vouloir des gouvernants, du plus petit fonctionnaire au maître du Kremlin, cela nous entraînerait bien loin et dépasserait le cadre étroit de ces commentaires.

Comment peut-on décrire ce conflit violent et sanglant ? 

Il faut en faire une analyse géopolitique et civilisationnelle. Et nous devons prendre en compte les faits historiques, même quand ils sont contraires aux idées en vogue !

Je n’aurais pas dit mieux !

big 1.jpg

Que voulez-vous dire ? 

Que l’Ukraine est un État qui n’a jamais existé dans l’histoire. C’est une entité qui a été créée récemment et qui se compose au moins de deux parties complètement différentes tant par leur identité que par leur culture. Il y a une Ukraine de l’Ouest qui participe de l’identité de l’Europe orientale. Les Ukrainiens occidentaux se considèrent en grande partie comme des Européens et leur identité est basée sur le rejet total du panslavisme et de la Russie. Les Russes sont considérés comme les ennemis absolus. On peut dire qu’ils haïssent les Russes, la culture russe et la politique russe. Cette haine est une composante importante de leur identité.

Vision partielle et partiale, voire erronée, schématique et caricaturale. L’Ukraine fait partie de ces pays d’Europe, comme la Croatie ou la Slovaquie, qui ont vu leur construction étatique contrariée à cause des appétits impérialistes de puissants voisins (Pologne et Moscovie/Russie/URSS) ou de choix géopolitiques funestes. Des tentatives étatiques ukrainiennes ont donc bien existé. En décrivant d’une manière binaire, les fractures actuelles qui divisent le peuple ukrainien, Alexandre Douguine simplifie une réalité beaucoup plus complexe. Il se garde bien de préciser que cette traditionnelle division ouest/est, souvent exagérée, de l’ethnos ukrainien, ne correspond pas à une donnée civilisationnelle « naturelle », mais s’avère la conséquence d’une longue et récurrente politique de russification et de lutte contre tout ce qui pouvait incarner une identité distincte de celle porté par le pouvoir tsariste ou soviétique (à partir de Staline). Cette « haine » essentialisée et presque métaphysique que vous signalez n’est pas tombée du ciel, mais constitue la conséquences de politiques et de postures auxquelles les pouvoirs russes, quels qu’ils soient, rivés sur des schémas historiographiques et des représentations impérialistes, ont le plus grand mal à renoncer, pérennisant ainsi un contentieux qui ne peut que profiter aux forces occidentales et atlantiste.

En tant que Russe, cela ne vous inquiète pas ? 

Pas du tout ! Il s’agit de leur identité. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’ils veulent nous faire la guerre, juste qu’ils ne nous aiment pas. Nous devons respecter cela. Les Américains sont haïs par de nombreux peuples et ils l’acceptent bien. Que les Ukrainien occidentaux nous haïssent n’est pas une bonne ou une mauvaise chose. C’est juste un fait qu’il faut simplement accepter. Tout le monde n’est pas obligé de nous aimer !

Les Ukrainiens occidentaux pourraient revoir leurs sentiments à l’égard de votre pays si vous acceptiez de vous comporter différemment, dans une perspective « d’égalité et de réconciliation », en reconnaissant leur droit à bâtir une nation  unifiée au lieu de soutenir et de propager des visions séparatistes et clivantes, position qui serait inacceptable pour vous, rapportée à certaines régions de votre grand pays, multiethnique et multiculturel…

Mais les Ukrainiens orientaux apprécient quant à eux les Russes.

La majeure partie de ceux qui vivent dans la partie orientale de l’Ukraine partage une identité commune avec le peuple Russe – historiquement, civilisationnellement et géopolitiquement. L’Ukraine orientale est une terre russe et eurasienne. En réalité, il existe deux Ukraine. Nous voyons cela très clairement lors des élections. La population est partagée sur toutes les questions politiques importantes. Et quand elles ont trait aux relations avec la Russie, nous constatons à quel point ce problème devient dramatique : une partie de l’Ukraine est absolument pro-Russe, l’autre est rabiquement anti-Russe. Deux sociétés différentes, deux pays différents et deux identités nationales et historiques coexistent dans une seule entité.

Il y historiquement un seul pays, l’espace géographique où s’est déployé l’ethnos ukrainien (qui dépasse d’ailleurs les frontières politiques actuelles). Une seule identité également, certes fragmentée, mise à mal par des fractures internes pesantes, mais pas insurmontables à moyen et long terme. Je ne parlerai pas des 17% de Russes ethniques, résultant de la politique de « grand remplacement » de Staline qui a remplacé les millions de victimes du génocide par la faim de 1932-33 (le « Holodomor ») par des colons russes.

Les Ukrainiens « ethniques », de l’Est et du Sud du pays, produits d’une colonisation mentale et linguistique intense, qui les a profondément « dénationalisés » et aliénés par l’intégration de stéréotypes infériorisants, ne peuvent cependant pas être considérés comme partageant une identité civilisationnelle commune avec le peuple russe. Parler les mêmes langues, regarder les mêmes programmes télévisés ou écouter les mêmes tubes chantés par les pin-up de service ne suffit pas à faire un même peuple (dans ce cas, pourquoi ne pas faire des Irlandais, des Anglais comme les autres ?). Les effets de la russification/soviétisation ne sont pas moins désastreux et condamnables que l’occidentalisation mentale, sociologique et même linguistique que subissent nos peuples européens.

Votre lucidité serait de le reconnaître au lieu de n’appliquer votre ethno-différentialisme qu’aux autres peuples, pour peu qu’ils ne situent pas dans votre « étranger proche ». Cette Ukraine russophone, russifiée et soviétisée est naturellement désireuse d’entretenir de bonnes relations avec sa puissante voisine (liens humains, économiques et culturels). Cela ne signifie pas pour autant qu’ils veuillent rejoindre Moscou dans un nouvel Anschluss, comme en témoignent régulièrement les études menées dans ce sens. Rappelons également que l’on ne parlait pas un mot de russe dans cette partie de l’Ukraine jusqu’au moins le début du XVIIIème siècle et que nombre de patriotes et de nationalistes ukrainiens, jusqu’au XXème siècle, sont nés dans ces régions. La translation vers l’Ouest (La Galicie sous une domination autrichienne plutôt souple) d’une Ukraine nationalement et identitairement consciente ne s’est faite qu’à cause d’une répression politique et culturelle impitoyable sous les tsars Alexandre II et III.

Ici donc, nous avons encore affaire à des phénomènes pas vraiment « naturels », résultant  plutôt d’une politique ethnocidaire de type coloniale et jacobine menée avec une intégration/assimilation/vampirisation des élites ukrainiennes, de la petite noblesse cosaque aux cadres de l’époque soviétique).

La question est donc, quelle société domine l’autre ? 

C’est un point fondamental de la politique ukrainienne. Nous avons deux Ukraine et nous n’avons qu’une capitale : Kiev. Mais à Kiev, nous avons les deux identités, cette ville n’est pas plus la capitale de l’Ukraine orientale que de l’Ukraine occidentale. La capitale de l’Ukraine occidentale est L'viv, celle de l’Ukraine orientale est Kharkiv. Kiev est la capitale d’une entité artificielle. Ceci est très important pour comprendre l’actuel conflit.

Vision simpliste et erronée. Kiev et l’Ukraine centrale sont situées dans un entre-deux identitaire, ayant subi de plein fouet les distorsions évoquées ci-dessus. Cette partie de la population, en particulier ses jeunes générations, penche depuis 1991, d’une manière croissante vers l’idéal de la construction de l’état national (c’est elle qui vote pour les formations politiques nationales-démocrates, comme celle de Yulia Tymochenko). Cela est nettement perceptible au regard des événements de l’EuroMaidan, sans être pour autant nouveau. Le reste de la population d’Ukraine centrale a commencé à abandonner ses comportements traditionnels d’apathie et d’indifférence politique pour prendre son destin en main, en tant que communauté du peuple consciente.

Les médias occidentaux ainsi que les « nationalistes » ukrainiens ne seront pas d’accord avec votre description de l’Ukraine comme un État « artificiel ». 

Les faits sont clairs. La création de l’État d’Ukraine au sein de ses frontières actuelles, n’est pas le résultat d’une évolution historique, mais d’une décision bureaucratique et administrative de l’Union soviétique. La République socialiste soviétique ukrainienne fut une des quinze républiques constituant l’URSS de sa création en 1922 à sa chute en 1991. Cependant, durant ces soixante-douze années d’histoire, les frontières de la République d’Ukraine furent modifiées à de nombreuses reprises, principalement quand une part conséquente de l’Ukraine occidentale fut annexée par l’Armée rouge en 1939 et lorsque la Crimée lui fut rattachée en 1954.

Non, les faits ne sont aussi « clairs » que vous l’affirmez.

L’ethnos ukrainien a préexisté à la construction difficile ou trop brève de son état national et souverain. Les frontières actuelles sont le résultat des calculs cyniques de Staline qui a utilisé les réalités ethniques (réunion des populations ukrainiennes au sein de la « grande patrie du socialisme ») pour accroître son territoire et légitimer le déplacement des frontières vers l’Ouest (Galicie, Volhynie, Ruthénie subcarpathique, Bukovine du nord). Il a opéré de facto, ce rassemblement des terres ukrainiennes, qui avait été tenté le 22 janvier 1919 avec l’union de la République Populaire Ukrainienne (UNR) et de la République populaire d’Ukraine Occidentale (ZUNR) en un seul état.

Les Soviétiques, qui ont fait don de la Crimée sous Krouchtchev comme vous le rappelez justement, n’ont pour autant pas opéré de rectifications de frontières avec les terres ethniquement ukrainiennes des régions russes frontalières (Koursk, Rostov sur le Don, ou Krasnodar et le Kouban).

Quant au terme d’« état artificiel », nous pourrions discuter très longuement de l’« artificialité » de très nombreux pays et pas des moindres, dont celle d’une Fédération de Russie, qui n’a pas fini de se débattre dans des problématiques identitaires loin d’être résolues, en dépit d’une doxa officielle rassurante.

Certains hommes politiques et analystes estiment que la solution la plus simple serait la partition de l’Ukraine en deux États. 

Ce n’est pas aussi facile que cela semble à cause du problème des minorités nationales. Nombre de ceux qui vivent en Ukraine occidentale se considèrent comme des Russes. Nombre de ceux qui vivent en Ukraine orientale se considèrent comme des Ukrainiens uniquement. Une simple partition du pays ne résoudrait pas le problème mais en créerait de nouveaux. Seule la séparation de la Crimée est envisageable car elle est entièrement peuplée de Russes.

Concernant les perspectives de partition de l’Ukraine, vous semblez vous être éloigné (réalisme ?) de positions précédentes beaucoup plus tranchées (1). Quant à ceux qui se considèrent comme Russes en Ukraine occidentale, mis à part les petits groupes de Russes ethniques résultant du brassage de l’époque soviétique (familles de fonctionnaires et de militaires notamment), je devine que vous faites allusion à la tendance extrêmement minoritaire (représentée par l’écclésiastique Dmytro Sidor) et potentiellement séparatiste de la population roussyne/ruthène de la région naguère hongroise de Transcarpatie. Celle-ci est considérée en Ukraine comme une variante régionale de l’ethnos titulaire ou comme une ethnie propre dans certains pays voisins qui en hébergent des représentants (Slovaquie et Vojvodine serbe notamment).

L’immense majorité de la population ukrainienne (Crimée mise à part) ne souhaite pas de partition. Cette perspective menaçante est utilisée à des fins d’intimidation par des partisans du pouvoir actuel (des gouverneurs, comme celui de Kharkiv qui violent allègrement la constitution du pays) et des personnalités russes comme Serguei Glaziev. On parle d’ailleurs le terme de « fédéralisme » ou « fédéralisation », mais les mots n’étant pas les choses, on est loin dans ce cas de thématiques chères à certains de vos amis comme Alain de Benoist ou même à l’auteur de ces lignes. La praxis de cette région du monde depuis la chute de l’URSS nous renvoie plutôt à des logiques séparatistes, comme nous le rappellent les exemples caucasiens. La question de la Crimée et de Sébastopol est délicate et je conviens, sûrement avec vous, que supprimer son statut de République autonome, comme le souhaitent la plupart des nationalistes ukrainiens, pourrait déclencher un processus séparatiste aux conséquences incalculables pour la région.

Vous oubliez, de plus, les Tatars dans la population de Crimée, traités comme des citoyens de seconde zone et qui ne semblent pas bénéficier de votre mansuétude proclamée, à l’égard du respect imprescriptible du droit des peuples (mais bon, malheur à ceux qui ont choisit à vos yeux, le mauvais camp géopolitique…).

Terminons également par le cas de certains partis nationalistes dans les pays frontaliers de l’Ukraine qui sont tentés de profiter des troubles pour faire valoir de vieux contentieux ou des revendications territoriales inasouvies. Le Jobbik, dont vous avez rencontré le leader Gabor Vona en mai 2013 à Moscou, n’exclue pas l’intégration de son pays à l’Union eurasienne chère à Poutine. Toujours nostalgiques d’une Grande Hongrie d’avant le traité de Trianon de 1920 (perte de 28% de son territoire), ils ont fait une déclaration publiée le 4 février dernier selon laquelle ils appelaient le gouvernement hongrois à profiter de la situation incertaine en Ukraine et d’une « opportunité historique » pour « résoudre la situation des Hongrois en Transcarpathie ».

Pourquoi l’Union européenne souhaite-t-elle tant intégrer tous ces problèmes dans sa sphère d’influence ?

L’Union européenne n’y a aucun intérêt. Ce sont les États-Unis qui y ont intérêt. On assiste actuellement à une campagne politique contre la Russie. L’invitation faite par Bruxelles à l’Ukraine de rejoindre l’UE a immédiatement entraîné un conflit entre l’UE et Moscou et un conflit interne en Ukraine. Cela n’a rien de surprenant pour qui connaît la société ukrainienne et son histoire.

Le conflit interne concernant l’UE a pourtant été initialement limité, dans la mesure où cette perspective initialement voulue par Ianoukovytch et les oligarques qui le soutiennent, a suscité dans l’Ukraine de l’Est et du Sud, au mieux une relative adhésion, bien que moins marquée que dans le reste du pays, au pire une certaine apathie ou indifférence comme c’est usuellement le cas sur de tels positionnements.

C’est ensuite que le pouvoir et ses relais, soutenu par Moscou, ont lancé l’offensive, fin janvier, avec l’activation, à l’initiative de l’aile dure du Parti des régions et des communistes, d’un grotesque « Front ukrainien » pour lutter contre « l’envahisseur fasciste » (sic), reprenant l’imagerie de la Grande Guerre patriotique, y compris le fameux ruban de Saint-Georges, au cours d’un congrès réunissant 6000 délégués dans un gymnase de Kharkiv.

Une démarche qui a peu d’assise populaire dans des régions qui constituent pourtant le bastion électoral traditionnel de l’actuel président.

Mais le président Viktor Ianoukovytch a refusé l’invitation de l’Occident. 

Bien sur qu’il l’a refusée. Il a été élu par l’Ukraine orientale pro-russe et non pas par l’Ukraine occidentale. Ianoukovytch ne peut pas agir contre les intérêts et les souhaits de sa base électorale. S’il avait accepté l’invitation de l’Union Européenne, il aurait immédiatement été considéré comme un traître par ses électeurs. Les partisans de Ianoukovytch veulent l’intégration avec la Russie. Pour parler clairement : Ianoukovytch a simplement fait ce qui était logique pour lui. Il n’y a ni surprise, ni miracle, simplement une logique politique.

Ianoukovytch a surtout reculé pour des raisons de basse cuisine électorale (volonté d’être réélu en 2015) et du fait de la réaction de Moscou, qui après une brève guerre commerciale en août 2013, lui a fait réaliser quel serait le prix à payer économiquement et socialement en cas de signature des accords avec l’UE. Il est vrai que dans la politique de chantage menée maladroitement par l’ancien gouverneur de Donetsk, l’UE sinistrée ne s‘est pas montrée désireuse de payer le prix nécessaire pour faire pencher la balance de son côté.

Pour satisfaire sa base électorale « naturelle », mais aussi Moscou, il a fait quelques concessions symboliques dans les domaines linguistiques (russe devenu langue officielle dans les régions russophones), mémoriels et identitaires (réécriture des manuels d’Histoire dans un sens plus favorable aux schémas historiographiques russes, ceux de l’Histoire dite « commune »).

Sotnia féminine de l'autodéfense dre l'Euromaidan (Kyiv, février 2014).jpg

L’alliance anti-Ianoukovytch comprend des libéraux, des anarchistes, des communistes, des militants des droits des homosexuels, ainsi que des groupes nationalistes qui sont parfois néo-nazis. Qu’est-ce qui unit ces différents mouvements ? 

Ils sont unis par une seule chose : leur haine de la Russie. Ianoukovytch pour eux est l’homme de la Russie, l’ami de Poutine, l’homme de l’Est. Ils haïssent tout ce qui a un rapport avec la Russie. Cette haine les tient unis ; ils forment un bloc de haine. Pour le dire clairement, la haine est leur seul idéologie politique. Ils n’aiment ni l’Union européenne, ni Bruxelles.

Encore cette « haine » tombée du ciel, chez des gens déshumanisés et animalisés par vos soins, que l’on pourrait croire génétiquement programmés pour détester une vertueuse et innocente Russie. On est loin des beaux principes énoncés dans le cadre de la Quatrième théorie politique dont vous vous faites l’ardent promoteur et ses belles paroles sur le respect des identités, des traditions et des souverainetés pour tous les peuples. Certains sont visiblement plus dignes d’en bénéficier que d’autres (plus égaux aurait dit George Orwell). Un double standard dont vous créditez, à juste titre, les médias mainstream occidentaux, mais que vous n’hésitez pas à pratiquer cyniquement lorsqu’il est question de vos intérêts. Ce qui peut amener le lecteur, un tant soit peu perspicace, à se demander si la vision du monde néo-eurasiste qui est la vôtre ne constitue pas en fin de compte un nouvel habillage du traditionnel impérialisme et chauvinisme que la « Sainte Russie », quelles que soient ses incarnations historiques, a pratiqué de manière récurrente depuis le XVème siècle. Ce qui est autorisé pour certains peuples ne l’est pas pour d’autres, comme les Ukrainiens que vous persistez à vouloir inclure dans votre sphère géopolitique et civilisationnelle, en dépit des enseignements de l’histoire ou de l’ethnologie.

Ceux-ci, diabolisés par vos propos, ne peuvent se prévaloir d’une démarche positive, celle de construire un état souverain et une nation unifiée, dans une conscience identitaire enfin retrouvée. Dans votre aveuglement et votre obstination à leur dénier ce droit légitime, vous contribuez à être le meilleur promoteur de réflexes russophobes, sans parler du fait de les repousser, par réaction, dans les bras des puissances occidentales et atlantistes.

Par cette posture funeste, vous faites indiscutablement le jeux de nos ennemis qui ne souhaitent pas voir émerger un monde multipolaire.

Quels sont les principaux groupes ? Qui détermine les actions de l’opposition ? 

Au sein de ce qu’on nomme les EuroMaidan, ce sont clairement les groupes néo-nazis violents qui dominent. Ils incitent à la violence et tentent de provoquer une situation de guerre civile à Kiev.

Comme j’avais pu le voir, il y a quelques années, dans vos interventions télévisées à destination d’un public russophone, vous n’hésitez pas, comme les autorités et les médias de votre pays, ainsi que leurs fidèles relais en Occident, à avoir recours à cette reductio ad Hitlerum diabolisante cet « antifascisme » anachronique, inquisitorial et mensonger, pratiqué également par nos pouvoirs oligarchiques, pour discréditer les pensées et les actions des dissidents.

Nous trouvons ces procédés indignes et déshonorants, qu’ils soient employés à l’Ouest ou à l’Est du continent.

Décidément, au-delà de leurs oppositions géopolitiques, il semblerait que toutes les oligarchies se ressemblent, dans le « traitement » de leurs opposants ou de leurs hérétiques.

Tous ceux qui ne se soumettent pas à votre vision mythifiée de l’Histoire (vulgate de la « Grande guerre patriotique ») ou à vos perpectives géopolitiques sont diabolisés, anathémisés et ostracisés, par le recours à ces pratiques totalitaires qui montrent, comme l’écrivait Lampedusa, que « plus les choses changent, plus rien de ne change ».

Concernant les éléments nationalistes présents sur les barricades de l’EuroMaidan, ceux-ci se rattachent majoritairement à l’héritage de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) dans sa branche révolutionnaire, celle de Stepan Bandera (horresco referens !) et de l’Armée Insurrectionnelle Ukrainienne (UPA) qui en est, d’une certaine manière, l’émanation, avec sa bannière noire et rouge et son cri de guerre omniprésents ces dernières semaines. Ces militants et guérilleros ont lutté d’abord contre les Polonais, puis contre les Allemands (après avoir vainement cherché leur appui) et les Soviétiques, jusque dans les années 50.

Votre honnêteté devrait vous amener à reconnaître que vouloir chercher des soutiens allemands pour édifier un état ukrainien social et national ne fait pas nécessairement de vous quelqu’un d’acquis au racisme national-socialiste (que vous pourriez presque « bénir » d’ailleurs, car il a empêché une synergie germano-ukrainienne, voire germano-russe qui aurait pu changer le cours de la guerre à l’Est). Ce raisonnement est globalement valable également pour la majorité de ceux qui ont servi dans des divisions de la Waffen SS, qu’ils aient été Ukrainiens, Bélarussiens, Baltes ou mêmes Russes.

Cet héritage « bandériste » connaît un certain regain chez un nombre croissant de jeunes ou de moins jeunes à Kyiv, mais aussi dans toute l’Ukraine.

Tous ces supposés « néo-nazis », naturellement antisémites comme ne se privent pas de le répéter ad nauseam les médias mainstream russes, comme la chaîne de télévision Russia Today, ne sont pas uniquement des « bandéristes » accourus d’Ukraine occidentale (Galicie avec les régions de L’viv, Ternopil’ ou Ivano-Frankivsk), mais des patriotes venus de l’ensemble du pays, ukrainophones et russophones mêlés.

Ne vous en déplaise, comme vous l’avez montré à de multiples reprises avec des actions hostiles à l’Etat ukrainien initiées par l’organisation de jeunesse de votre mouvement, ces dernières années(2), une nation est peut-être en train de naître difficilement, mais irrésistiblement, quels que soient les combats d’arrière garde des nostalgiques d’une intégration impériale et eurasiatique, minoritaires dans l’ensemble du pays.

Les Altereuropéens sincères ne peuvent qu’espérer que le bon sens finisse par l’emporter, d’un côté comme de l’autre, pour faciliter la résolution durable de contentieux qui ne font que profiter aux ennemis de nos peuples.

Dans le cas contraire, et sans avoir les capacités oraculaires de la Pythie de Delphes, je dirai vous n’avez pas fini d’entendre parler des Ukrainiens, ce que vous savez parfaitement d’ailleurs.

Right Sector banner.jpg

Les médias mainstream occidentaux affirment que le rôle de ces groupes extrémistes est artificiellement amplifié par les médias pro-russes afin de nuire à toute l’opposition.

S’ils affirment cela, c’est pour botter en touche. Comment pourraient-ils justifier que l’Union européenne et les gouvernements européens soutiennent des mouvements racistes, extrémistes et néo-nazis à l’extérieur des frontières de l’Union européenne alors qu’à l’intérieur de celles-ci, ils mènent des campagnes mélodramatiques contre des groupes d’extrême droite mille fois plus modérés ?

Peu nous importe en définitive le traitement médiatique en Occident d’une réalité qui s’avère être la suivante : Une minorité active et déterminée, porteuse d’une vision du monde et d’un projet alternatif, comptant quelques centaines de militants nationalistes radicaux, a transformé une contestation initialement pro-UE, en une lutte révolutionnaire pour abattre une clique mafieuse, incarnant un mode de gouvernance étrangers aux traditions politiques nationales et soutenue obstinément par une puissance étrangère. Ces nationalistes révolutionnaires ont su saisir ce moment propice, aidé par la maladresse d’un pouvoir discrédité (violences du 30 novembre 2013 sur Maidan, passage en force le 16 janvier à la Rada d’un arsenal législatif répressif encore pire que ce qui se fait de mieux en Occident ou en Russie). Réunion de plusieurs petits groupes (Tryzub Stepan Bandera, UNA-UNSO…) sur le modèle réticulaire de la leaderless resistance , ce Praviy Sektor (« Secteur Droit ») a su forcer les événements, en « chevauchant le tigre », ravivant un mouvement qui stagnait, radicalisant vers eux des milliers de personnes initialement non politisées et imposant en grande partie leur dynamique à des partis politiques perçus comme trop mous, y compris les nationalistes du parti Svoboda d’Oleh Tyahnybok.

Un processus révolutionnaire-conservateur semble donc à l’œuvre, processus qui devrait logiquement vous inspirer, cher Alexandre Guelievitch, une certaine sympathie, ainsi que l’aviez fait à l’égard de tous les camps en présence durant la guerre de Bosnie, avec un article publié dans le numéro de la revue belge Vouloir de janvier-mars 1933(3).

Mais comment les militants des droits des homosexuels et les groupes de la gauche libérale peuvent-ils combattre côte à côte avec des néo-nazis qui sont bien connus pour être homophobes ? 

Avant tout, tous ces groupes haïssent la Russie et le président russe, cela en fait des camarades de combat. Et les groupes de la gauche libérale ne sont pas moins extrémistes que les néo-nazis. Nous les nommons libéraux, mais c’est une erreur. On peut constater en Europe de l’Est et en Russie que, très souvent, le lobby homosexuel et les goupes néo-nazis et ultra-nationalistes sont alliés. De même, le lobby homosexuel a des idées très extrémistes sur la manière de déformer, rééduquer et influencer la société. Nous ne devons pas oublier cela. Le lobby des gays et des lesbiennes n’est pas moins dangereux pour la société que les groupuscules néo-nazis.

Une série d’amalgames qui peuvent montrer leurs limites lorsqu’on analyse la situation en détails. Cela me fait penser à un article remarquablement documenté à propos des FEMEN, récemment mis en ligne sur internet (4).

L’offensive chromatique se poursuit : après les « oranges-bruns », voici venu le temps des « roses-bruns » !

Praviy Sektor poster.jpg

Nous avons pu observer une situation similaire à Moscou. Alexei Navalny, le blogueur libéral qui y était candidat aux dernières municipales, était soutenu par une alliance allant des mouvements activistes pour les droits des homosexuels aux groupes néo-nazis.

Tout à fait. Et cette coalition était soutenue par l’Occident. Ce qui pour lui est important, ce n’est pas l’idéologie de ces groupes, elle n’intéresse pas les dirigeants occidentaux.

Il arrive néanmoins, comme on a pu le voir ces dernières semaines, que le naturel des « bonnes âmes » qui peuplent les rédactions des médias occidentaux revient au galop.

Que voulez-vous dire ? 

Selon vous qu’est-ce qui arriverait si une organisation néo-nazie soutenait Poutine ou Ianoukovytch ?

On aurait le retour des « rouges-bruns », plus de 20 ans après.

L’Union européenne mènerait une campagne politique, tous les médias rendraient compte de ce fait et seraient scandalisés. 

C’est exactement ce qui se passerait. Cela montre que l’important, c’est de quel côté un groupe se tient. Si ce groupe est contre Poutine, contre Ianoukovytch ou contre la Russie, l’idéologie de ce groupe n’a pas d’importance. Si ce groupe soutient Poutine, la Russie ou Ianoukovytch, l’idéologie devient immédiatement un problème majeur. Tout dépend du côté géopolitique que le groupe adopte. Tout se réduit à la géopolitique. Ce qui se passe en Ukraine en est une bonne leçon. Elle nous dit que la géopolitique domine ces conflits et rien d’autre. La même chose se vérifie en Syrie, en Libye, en Égypte, dans le Caucase, en Irak, en Iran …

Il n’y a pas que la géopolitique ou l’idéologie pour justifier certains positionnements sur les grandes questions internationales

Tous les groupes qui prennent parti de l’Occident sont donc considérés comme de « bons » groupes, indépendamment de leur extrémisme ? 

Oui, et tout groupe qui prend parti contre l’Occident – même s’il est séculier et modéré – sera traité d’extrémiste par la propagande occidentale. Cette approche domine le champ de bataille géopolitique actuellement. Vous pouvez être le combattant salafiste le plus radical et le plus brutal, vous pouvez haïr les juifs et manger de la chair humaine devant les caméras, tant que vous combattez pour les intérêts occidentaux contre le gouvernement syrien, vous serez un allié respecté et soutenu. Si vous défendez une société modérée, laïque et multi-religieuse - toutes les idées que l’Occident prétend incarner - mais si dans le même temps vous prenez position contre les intérêts occidentaux comme l’a fait le gouvernement syrien, c’est vous qui serez désigné comme l’ennemi. Personne ne s’intéresse à ce à quoi vous croyez, la seule chose qui compte, c’est le camp géopolitique que vous choisissez qui fait que vous avez tort ou raison aux yeux de l’hegemon occidental.

Exact, surtout lorsque vous prenez les exemples syriens.

Les groupes nationalistes de l’opposition ukrainienne ne sont pas du tout d’accord avec vous. Ils affirment : « Nous combattons à la fois la Russie et l’Union européenne, nous voulons une troisième voie ! » Est-il possible d’adopter une position tercériste dans la guerre géopolitique actuelle ?

L’idée d’adopter une position tercériste et indépendante face aux deux blocs dominants est très commune. J’ai eu des discussions intéressantes avec un cadre dirigeant de la guérilla séparatiste tchétchène. Il m’avoua qu’il avait réellement cru à la possibilité d’une Tchétchénie islamique indépendante et libre. Mais ensuite, il comprit qu’il n’y avait pas de possibilité d’une « troisième voie », il comprit qu’il combattait contre la Russie et pour l’Occident, qu’il était un instrument géopolitique de celui-ci, un auxiliaire de l’OTAN sur le champ de bataille caucasien. Il en est de même pour les nationalistes ukrainiens ou les djihadistes arabes. Tous sont des auxiliaires de l’Occident. C’est difficile pour eux de l’admettre, car personne n’aime l’idée d’être un idiot utile de Washington.

Par rapport à de nombreux à de nombreux commentateurs de ces événements, hostiles à la dynamique insurrectionnelle en cours, vous n’avez plus recours ici au discours réducteur et mécaniste d’une simple manipulation de l’étranger, celles de services et d’officines étatsuniennes en particulier (« révolution colorée » selon le terme convenu), pour expliquer la genèse et le déroulement des événements. Cela est louable car vous savez certainement, qu’à la différence de nombreux manifestants pro-Ianoukovytch, que ce soient les fonctionnaires des administrations locales ou les mineurs du Donbas, sans parler des voyous stipendiés pour propager une peur diffuse (les tristement célèbres titouchkis, recrutés parmi les gros bras des clubs de gym ou les jeunes chômeurs), l’immense majorité des insurgés agissent par conviction et n’ont pas besoin d’être payés pour cela. Leur soutien financier provient en grande partie de petits et moyens entrepreneurs ukrainiens qui en ont assez de vivre dans ce que ce que l’on qualifie en anglais de Blackmail State.

Pour parler franchement : une « troisième voie » est-elle absolument impossible ? 

Tout à fait. En géopolitique s’affrontent les puissances thalassocratiques et tellurocratiques. Actuellement, la puissance continentale est la Russie, la puissance maritime les États-Unis. Durant la deuxième guerre mondiale, l’Allemagne a tenté de s’imposer comme une troisième voie. Cette tentative fut basée précisément sur l’erreur politique que nous venons d’évoquer. L’Allemagne fit la guerre à la thalassocratie représentée par l’Empire britannique et à la tellurocratie représentée par la Russie. Berlin affronta les plus grandes puissances de son époque et perdit la guerre. Il en résulta la destruction complète de l’Allemagne. Comment voulez-vous donc, alors que la puissante Allemagne fut incapable d’imposer une troisième voie, que des groupes plus petits et plus faibles soient capables d’en instaurer une maintenant ? C’est impossible, c’est une illusion ridicule.

La défaite de l’Allemagne hitlérienne n’est pas réductible à un schéma géopolitique Terre-Mer, exposé de manière réductrice et rigide. L’illusion ridicule ? Lénine et ses partisans n’étaient qu’une poignée avant les bouleversements de l’année 1917 en Russie.

La troisième voie n’a décidément plus votre faveur, Alexandre Guelievitch, ce qui n’a pas toujours été le cas. Mais, bien sûr, il est possible de changer d’avis…

Quelques décennies après l’affrontement Est-Ouest, dans la perspective d’un monde multipolaire que nous appelons tous de nos vœux, nous voyons paradoxalement émerger, malgré la complexité d’une réalité confirmée par les enseignements de la géopolitique et de l’Histoire, de nouvelles logiques bipolaires de nature principalement idéologiques.

D’un côté, la perspective néo-eurasiste d’Alexandre Douguine qui essentialise une opposition Terre-mer et les théories de Halford J. Mackinder, reprises par Carl Schmitt.

De l’autre, la perspective conservatrice mise en avant par le Kremlin et ses soutiens européens (cf. l’appel de Moscou en juin 2013 du géopoliticien français Aymeric Chauprade), opposée au nihilisme cosmopolite porté par les oligarchies occidentales américano centrées.

De fait, chaque patriote et dissident se retrouve, selon ces logiques, dans un camp dont la Russie se veut au minimum l’initiatrice, au maximum l’épicentre.

Le cas ukrainien révèle, ne vous en déplaise une fois de plus, cher Alexandre Guelievitch, que la troisième voie n’a peut-être pas perdu de son actualité.

Ceux qui, comme l’auteur de ces lignes ne renoncent pas à certains principes cardinaux et font dans ce cas précis, primer les impératifs identitaires et civilisationnels sur ceux inhérents à certaines alliances et intérêts qu’il ne faudrait surtout pas contrarier, verront leurs sympathie aller à la lutte des révolutionnaires ukrainiens, dans leur tentative, peut-être vouées à l’échec, mais ô combien riche d’enseignements et de symboles, de secouer une domination tyrannique et oligarchique vassalisée par un pays étranger (au moment où j’écris ces lignes, l’assaut des prétoriens du régime sur le camp retranché du Maidan à Kyiv semble avoir commencé).

Nous nous réservons donc le droit, voire le devoir, d’être en désaccord avec nos amis russes sur certaines questions.

Ce positionnement tercériste est, bien entendu inconfortable et délicat. Les Ukrainiens qui l’ont expérimenté à plusieurs moments de leur histoire, en savent quelque chose.

Mais la fortune sourit peut-être aux audacieux. Et les « idiots utiles » ne sont pas toujours ceux que l’on croit…

Ceux qui affirment combattre aujourd’hui pour une troisième voie indépendante sont donc pour vous en réalité au service de l’Occident. Est-ce bien cela ? 

Oui, dans la plupart des cas.

Certains hommes politiques allemands ont révélé qu’ils ont été surpris par les scènes de guerre civile à Kiev. 

Cela en dit plus sur la culture politique et historique de vos hommes politiques que sur la crise en Ukraine…

Moscou donne l’impression d’être très passif dans cette affaire : il ne rend pas la monnaie de leur pièce aux Européens en soutenant des mouvements de contestation chez eux. Pourquoi cela ? 

La Russie n’a pas de projet impérialiste. Moscou respecte la souveraineté des autres pays et n’interfère pas dans leur politique intérieure. C’est une position qui est juste et honnête. Nous pouvons voir cette politique à l’œuvre même en Ukraine. On constate que les hommes politiques européens ainsi que les diplomates et politiciens yankees qui se rendent à Kiev pour soutenir l’opposition sont beaucoup plus nombreux que les hommes politiques russes venant manifester leur soutien à Ianoukovytch. Il ne faut pas oublier que la Russie n’a aucun intérêt hégémonique en Europe, alors que les États-Unis en ont. Pour parler franchement, l’Union européenne n’est pas une entité européenne, mais un projet impérialiste transatlantique. Elle n’est pas au service des intérêts européens mais de ceux de Washington. L’Union européenne est en réalité anti-européenne, et le mouvement EuroMaidan est en réalité anti-EuroMaidan. Les néo-nazis violents d’Ukraine ne sont pas plus nationalistes, qu’ils ne sont patriotes ou européens, ils sont tout simplement des marionnettes des Yankees. Il en est de même pour les Femen et pour les groupes activistes homosexuels ou libéraux de gauche.

L’ingérence d’un pays dans les affaires d’un autre ne se limite pas à ses aspects les plus visibles et spectaculaires.

Vladimir Poutine se souvient certainement de ses déconvenues de 2004, lorsqu’il était venu soutenir un peu trop ostensiblement au goût d’une majorité d’Ukrainiens, y compris russophones, le candidat à la présidentielle Viktor Ianoukovytch, entre deux tours de scrutin.

Sans revenir sur la permanence du discours dépréciatif et diabolisateur signalé plus haut, je préciserai qu’il apparaît évident que la Russie garde des visées hégémoniques et impérialistes, quoiqu’elle en dise dans ses déclarations officielles, sur des nations européennes qu’elle ne renonce pas à inclure dans sa sphère d’influence exclusive, aujourd’hui matérialisée par le projet d’intégration eurasiatique.

L’Ukraine, incluse dans ce nouveau Yalta, en fait partie.

À cet égard, depuis l’indépendance formelle de ce pays en 1991, le Kremlin n’a cessé de s’ingérer par tous les leviers possibles et imaginables dans sa politique intérieure. Plusieurs livres ne viendraient pas à bout du sujet.

Aujourd’hui, de « l’impérialisme orthodoxe » du patriarche Kyrill et de ses visites régulières en Ukraine, avec son projet de « Monde Russe » (« Russkiy Mir »), aux personnages haut placés dans les « structures de force » au sein du gouvernement de Ianoukovytch (ayant souvent fait leur carrière en Russie et possédant la double nationalité, je ne pense pas à l’ancien premier ministre, Mykola Azarov, l’homme qui a préféré porter le nom russe de sa mère plutôt que celui, estonien, de son père) ou à la mainmise, via des procédures « avantageuses », sur des pans entiers de l’économie ukrainienne qui reste ainsi, plus que jamais, largement intégrée à celle de sa grande voisine, on ne compte plus les modes d’ingérence d’un état qui n’a toujours pas accepté, en son for intérieur, l’indépendance inachevée de son ancienne possession.

(1) : Lire le texte intitulé « La bataille pour l’Ukraine » publié dans votre livre L’appel de l’eurasie, éditions Avatar, 2013, p : 187-207

(2) : op. cit. p : 87-88

(3) : Article intitulé « Crise balkanique , crise européenne », consultable ici : http://vouloir.hautetfort.com/archive/2007/05/02/dtc.html

(4) : Signé par un certain Olivier Pechter, il est consultable ici :

http://www.legrandsoir.info/l-histoire-cachee-des-femen.html

Les lecteurs intéressés pourront lire plusieurs de mes réflexions sur ces thématiques, en ligne sur les liens suivants :

http://www.theatrum-belli.com/archive/2008/03/08/equivoqu...

http://www.europemaxima.com/?p=1002

http://www.europemaxima.com/?p=392

http://www.europemaxima.com/?p=1242

http://www.europemaxima.com/?p=1939

Invitations pour parler de l’Ukraine sur la webradio autonome et dissidente Méridien Zéro :

http://www.meridien-zero.com/archive/2010/10/11/podcast-d...

http://www.meridien-zero.com/archive/2010/10/18/chronique...

http://www.meridien-zero.com/archive/2014/01/30/emission-...

Conférence donnée sur la question russe dans le cadre du Cercle Non Conforme de Lille, intégré au réseau M.A.S. (Mouvement d’Action Sociale), le 20 juin 2012 :

Présentation : http://cerclenonconforme.hautetfort.com/archive/2012/05/3...

Enregistrement : http://www.meridien-zero.com/archive/2012/07/06/emission-...

 

Commentaires

Les commentaires de Pascal Lassalle sont insupportables et sans intérêt, chacun est en mesure de se faire sa propre opinion. Nous ne sommes pas à l'école, pas besoin de tuteur. Ce qui nous intéresse c'est avant tout "la vision" d'Alexandr Douguin.

Écrit par : carlos | 19/02/2014

Au contraire, la vision de Pascal Lassalle donne une vision plus Européenne des choses et évite les raccourcis binaire (Occident vs Poutine). Ca manque terriblement dans notre "milieu".

Écrit par : Erwann | 19/02/2014

Mais pas sous cette forme de commentaires auxquels Douguine ne peut répondre ! On dirait un censeur !...
Il aurait fallu une discussion, un débat autrement plus enrichissant, une confrontation d'idées !..

Écrit par : Muhammad | 04/09/2014

Clairement d'accord avec Erwann. Certains idolâtrent Douguine et font de la Russie la Terre Sainte. Les commentaires de Pascal Lassalle permettent de prendre un peu de recul avec la vision russe adoptée sans recul par une bonne partie de l'extrême-droite française au noms d'impératifs "géopolitiques".

Je soutiens sans condition, au moins en pensée faute de mieux, les nationalistes ukrainiens. Pour autant, je pense que personne n'a rien à gagner à cette situation. Je crains, au vu des dernières images, que nous soyons dans une situation de non-retour...

Écrit par : Gurvan Penn Kalet | 20/02/2014

www.antiintox.canalblog.com
il est un fait que pas mal de nationalistes français sont quelques peu emmerdés par ce qui se passe en Ukraine, notamment ceux qui soutenaient Poutine et Loukatchenko.
Chez les NA, on n'a pas se problème.

Écrit par : momo | 27/02/2014

Tres bonne analyse de Monsieur Lassalle avec une hauteur de vue certaine qui tranche avec le duel simpliste que les médias et les pro-russes nous imposent.

Écrit par : aeu | 17/05/2014

L’ingérence d’un pays dans les affaires d’un autre ne se limite pas à ses aspects les plus visibles et spectaculaires.
Merci pour cet remarque M.Lassalle, bon nombre de Français l'ont comprise depuis qu'ils ont réalisé que nous étions dirigé depuis washington via bruxelles, loin d’être une analyse (de part votre parti pris) cette somme de remarques plutôt agressives à l'encontre de la Russie (même si certaines sont pertinentes) et de M. Douguine (frustration intellectuelle?)ne font que révéler une peur injustifiée d'un éventuel expansionnisme Russe.
la Russie ne s’ingère pas dans les affaires ukrainiennes, dire cela est malhonnête, la Russie réagit dans une logique de défense totalement compréhensible (voir carte des bases de L’OTAN dans la région), cette crise pourrait être comparée à celle des missiles Cubains (les russes eux n'ont pas encore fait donner l'armée contrairement à la réaction americaine de l'époque) l'Ukraine devient donc de facto une zone tampon (destin programmé de longue date) entre la Russie et le dictât otasunien ne vous en déplaise.
La vision de M. Douguine peut ne pas plaire mais six mois plus tard elle reste juste et elle le sera encore longtemps, comme il le souligne l'europe actuelle n'existe pas puisque soumise à l'otan il ne peut donc y avoir de vision européenne.
Les remarques de M.Lassalle en sont d'ailleurs un très bon exemple, au point qu'il finit par ne plus se rendre compte ( si tenté que M.Lassalle soit un homme honnête) qu'il tombe dans le jeux des "accusations miroirs".
Enfin si les portes de l’abîme sont ouvertes on ne me fera pas croire que ce sont les russes qui les ont poussé, car c'est bien là une volonté de l'otan, déjà en guerre sur tout le globe....

Écrit par : gregory | 20/09/2014

"la Russie ne s’ingère pas dans les affaires ukrainiennes, dire cela est malhonnête,"

Vous êtes sérieux?

Écrit par : JB | 20/09/2014

on ne peut plus JB, je confirme que la Russie ne fait que défendre ses intérêts qui sont clairement menacés par les manœuvres de l'otan (qui soit dit en passant viens de transférer les réserves d'or ukrainienne aux USA...) . Cette confrontation est prévue de longue date, depuis la fin de la deuxième guerre mondial, les anglais comme Churchill et ses homologues américains mettaient déjà leur stratégie en place afin d'isolé la Russie pour finir par la soumettre (de nombreux ouvrages expliquant cette stratégie à long terme se trouve dans le commerce), ça la plupart des occidentaux que nous sommes l'ont peut être oublié mais les Russes eux en sont pleinement conscients, je ne serais donc pas étonné que l'ukriane soit scindée en deux parties
maintenant il y aurait beaucoup à dire sur ce conflit mais comprenez bien que mon point de vue est neutre je ne suis pas un admirateur de Poutine et encore moins vous l'aurez compris de otanusiens, non, mais en revanche j'attend avec intérêt le jour ou en France, nous pourrons à nouveau défendre nos intérêts qui devraient être avant tout aujourd'hui, ceux de la paix, ce qui faisait l'image de la France est aujourd'hui anéanti par les politiques menées de droite comme de gauche.....mais peut être faites vous parti de ceux qui croient que l'otan et l'UE sont des organismes de paix et que la Russie a décidé de rebâtir l'URSS....

Écrit par : gregory | 21/09/2014

Par rapport à la boucherie otanesque mise en oeuvre sur des populations européennes en ex-Ukraine de l'Est (Novorussie), et par rapport aux procédés délibérément terroristes appliqués aux russophones, ce n'est plus de discussion mais de compte à régler qu'il sera question vis-à-vis de ces "nationalistes' bidon toujours prêt à cirer les bottes de leurs maîtres anglo-saxons, comme on le voit de façon si criante en Ukraine.

Écrit par : Oscar | 19/12/2014

Ca vole haut là

Écrit par : Mandrin | 19/12/2014

Et est-ce que vos discours bidon volent très haut ? Votre art consiste en prendre la force de l'argument géopolitique (en faveur de la Russie) pour l'inverser, affirmant que les vilains Russes sont ennemis du droit des peuples à s'autodéterminer. Cette ridicule farce devient choquante lorsqu'on la confronte à la réalité : 1°) un gouvernement "ukrainien" d'oligarques qui mènent leur pays vers le désastre le plus complet; 2°) des populations russophones massivement massacrées.
J'ai plus d'estime envers les Van Rompuy, Merkel et compagnie qu'envers de fine crapules (genre 'Gladio') dans votre genre. De purs pantins qui se la jouent 'rebelle', 'non conforme' (ah ah ah c'est trop drôle), alternatif etc. voire, mais là c'est vraiment un comble, 'nationaliste'.

Écrit par : Oscar | 20/12/2014

“Djihadisation” de la crise ukrainienne
Site dedefensa
http://www.dedefensa.org/article-_djihadisation_de_la_crise_ukrainienne_28_02_2015.html
Honte aux nationalistes de la république caniche d'Europe, qui dans le meilleur des cas n'ont pas pu venir cette évolution, ou qui sont tout simplement rémunérés par leurs maîtres d'Outre-Atlantique pour répandre leur poison. En l'occurrence, le biais choisi sur cette page a été de se focaliser sur les idées de Douguine : façon de faire passer l'idée que ce sont les Russes qui interviennent et qui foutent le bordel en Ukraine.

Écrit par : Oscar | 02/03/2015

Quand on lit sous la plume ébouriffée de P.L. que "Les Ukrainiens « ethniques »....ne peuvent cependant pas être considérés comme partageant une identité civilisationnelle commune avec le peuple russe. Parler les mêmes langues, regarder les mêmes programmes télévisés ... ne suffit pas à faire un même peuple (dans ce cas, pourquoi ne pas faire des Irlandais, des Anglais comme les autres ?)", on comprend de suite sa hauteur de vue : il semble ignorer que les irlandais sont catholiques, et pas les anglais. Et qu'ils sont d'origines différentes, et en guerre depuis toujours. C'est dire le niveau du conférencier...
Et quand on connait le pays, qui n'existe effectivement que depuis que les soviets l'ont créé de toutes pièces pour mieux étendre leur pouvoir, quand on connait les sacs à bière qui défilent à Kiev sous les drapeaux rouge et noirs du sinistre Bandera responsable des innombrables massacres de civils et de partisans, créateur de deux unités SS, sorti de taule en 1941 par les nazis où il attendait d'être jugé pour l'assassinat du ministre polonais de l'intérieur en 1938, on comprend aussi que l'intelligence de ce commentateur pseudo-identitaire est assez peu comparable avec la classe et le calme d'un patriote responsable comme Vladimir Poutine qui a su traiter ces évènements en évitant un conflit majeur dans lequel seuls les européens ont quelque chose à perdre. Car cette agitation criminelle n'est là que pour servir la géopolitique américaine, constamment soucieuse de vassaliser l'Europe depuis l’agression contre l'Espagne, en 1898. Agression qui a permis l'implantation des bases US sur l'ensemble de la planète, à Cuba (Guantanamo), Philippines (Subic Bay), Guam... Géopolitique constante, que l'on retrouve dans le "Grand Echiquier", et qui pose comme fondamental d’empêcher toute alliance entre Russie et Europe, et en particulier la France. Et si nous ne savons pas reconnaitre nos faux amis et nos vrais ennemis, dans l'évolution d'un monde qui change très vite, nous disparaitrons comme tout ce qui n'est pas capable de s'adapter à la vérité.

Écrit par : Léon | 05/04/2015

Quelle farce ! Alors que des membres d’Aube dorée, du NPD, d’Ataka et de Forza Nuova (pas précisément des militants de la LDJ donc) participaient il y a peu à une "manifestation" de soutien au Tsar de toutes les Russies oligarchiques, ici on nous sert à nouveau la fable des "nazis massacreurs" afin de disqualifier d'autres nationalistes radicaux européens ! Ceux du "Secteur Droit". Si je devais utiliser la rhétorique des médias aux ordres ou celle des libéraux/libertaires de "droite" et de "gauche", je dirais donc qu'il existe sans doute de bons... "néo-nazis" et de mauvais "néo-nazis" !

D'indécrottables farceurs, ces "poutinolâtres"...

Écrit par : Aryosophe | 05/04/2015

Les commentaires sont fermés.