Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2014

Chronique musicale: Ultima Frontiera « Anime Armate »

Ultima Frontiera « Anime Armate »

(Tuono Records – 2010 / Black Shirts Records – 2013)

ultimafrontiera.jpg

Ah… la musique non-conforme italienne… il y aurait énormément à dire dessus, sur sa diversité, sur son caractère d’avant-garde avéré, en bref sur sa grande qualité… On n’en retracera pas l’historique ici mais on se cantonnera à évoquer l’un des groupes qui reste parmi nos favoris, ici, au CNC : Ultima Frontiera. On parlera sans doute encore longtemps de cette formation originaire de Trieste (à la frontière –ultime- italo-slovène)  qui a décidé de se séparer l’année dernière (vous retrouverez d’ailleurs la vidéo de leur dernier concert ici). D’ailleurs, leur tout dernier album « Anime Armate » (2010) a été réédité en LP (avec CD !) il y a quelques semaines par Black Shirts Records qui nous fait le bonheur actuellement de ressortir quelques classiques du genre (tel le EP « La notte dei regali » d’A.D.L. 122) et vient de represser en outre le premier album d’Ultima Frontiera : «Non ci sono più eroi ». Le prétexte est tout trouvé n’est-ce pas ?  « Anime Armate » fut donc le quatrième album d’Ultima Frontiera de même que son chant du cygne. Sorti à l’origine -comme les précédents- chez Tuono Records (qui a édité nombre de classiques, de Gesta Bellica à Division 250), cet album reste pour moi le meilleur des Italiens avec « Non conforme », sorti en 2006.

live.jpg

« Anime Armate » (âmes armées en français) débute par une introduction planante et martiale où l’on nous déclame un texte de Codreanu... Le calme avant la tempête en quelque sorte… C’est ensuite parti pour 10 titres de « Ribellione musicale » en révolte contre le monde moderne pour paraphraser le groupe qui s’affirme haut et fort fasciste jusqu’au bout des ongles. Ultima Frontiera, ça ne ressemble à rien d’autre, c’est une musique qui se vit, mêlant à la beauté la fureur du combat et la nécessaire légèreté qui fait partie de tout un chacun (voyez le titre « Vino Divino »…). Musicalement irréprochables,  les Italiens ont cette faculté de nous emporter sur des terres finalement rarement touchées par les autres groupes de Rock identitaire. Résistance, émotions, énergie sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit pour désigner la musique d’Ultima Frontiera  qui a cette faculté supplémentaire de donner une pêche d’enfer à son auditeur (cela n’altérant en rien le sérieux de la plupart des textes). Les titres d’« Anime Armate » ont tous leur personnalité et aucun ne fait tâche sur cet excellent album mais, personnellement, je me dois de citer mon préféré : « Vento d’Europa » où l’on retrouve le texte chanté tour à tour dans pas moins de 6 langues (Européennes bien sûr…) par des invités qui ne sont, souvent, pas des inconnus : Stigger (ex-membre de Skrewdriver), Ramiro d’Estirpe Imperial…


Comme Division 250 dont nous avions chroniqué l’immense « Imperium » en ces pages (ici), on peut effectivement regretter qu’une formation si talentueuse ait arrêté alors qu’elle était au sommet de son art, comme nous le prouve cet album… qui fera taire tous ceux qui oseraient croire que certains de nos groupes ne pourraient pas rivaliser avec ceux du circuit mainstream. Ecoutez un peu et dites-moi si Ultima Frontiera n’aurait pas eu un succès énorme s’il n’avait pas été un groupe fasciste ! En tout cas, je constate juste que l’on aurait bien besoin d’autres groupes de cette trempe, surtout en France…

Rüdiger

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

 

Les commentaires sont fermés.