Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2014

Entretien avec Lucien Cerise par Novopress


Lucien Cerise est l'auteur de Gouverner par le chaos.

Commentaires

Cet entretien avec ce néo-dissident soraloïde m'avait échappé. Depuis, j'ai lu quelques uns de ses papiers...

Et si, plutôt que de militer dans la confusion la plus totale pour la "synthèse", nous le lisions réellement. C'est-à-dire intégralement. Certains l'on fait. C'est ici :

http://www.terreetpeuple.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1195:non-lucien-nous-de-voulons-pas-des-francais-de-branche-&catid=203:collabos-et-renegats&Itemid=61

Écrit par : Aryosophe | 03/02/2015

pour ce qui est du papier cité par Aryosophe, il me faudrait pouvoir accéder à la revue citée en référence...

Mais faisons la supposition, plausible, que L.CERISE est 1/nationaliste français (anti séparatiste) et
2/ouvert aux Français de branche, sur la ligne SORAL.

Premièrement, on devrait disjoindre ces deux positions car elles sont indépendantes :

Mais on remrquera le point "commun" à ces deux postions : il s'agit de "définir" un "groupe" par séparation (cas 1 )ou fusion (cas 2).

On est donc dans une prise de position concernant l'ingénierie sociale qu'il explique très bien dans la vidéo.

S'énerver ne mène à rien. On peut opter différemment. Mais cela n'enlève rien au fait qu'il y a une manipulation visant certains groupes, certaines identités, simultanément parfois, et visant à détruire des systèmes et des sous-systèmes.

Il faut donc être très prudent car c'est là que se joue la guerre "identitaire".

Ceux qui ont confectionné ces pièges ont plusieurs longueurs d'avance : je crois que le mieux est de vivre réellement et le plus discrètement possible ( ce que font les piégeurs ici) de manière à échapper aux flux d'informations de nature à déstructurer "son" groupe.

Le mieux est de protéger le groupe familial , base de tout.

Je ne prétend pas être un exemple en disant cela: je déduis seulement ce que CERISE raconte, en termes opérationnels.

Ce n'est pas idiot de prôner de faire des bébés dans le sens désiré : c'est de la pure logique. Ce qui n'autorise certainement pas à dire aux "identitaires" des choses désagréables.

Perso, j'ai prôné d'autres options sur mon blog :mais j'avoue ne pas avoir d'influence sur la marche du monde et donc je comprendrai très bien que chaque "identité" menacée se protège par les moyens de son choix.

Écrit par : ericbasillais | 04/02/2015

Cette synthèse, sur le site de terre et peuple, est, comment dire, plutôt plate, sans saveur, et surtout sans fond.
Il y a déjà, quelques fautes de frappe ou d'orthographe. Ce qui est, déjà, passablement fatigant, surtout lorsqu'on lit un texte dont le but est de répondre d'égal à égal (au moins) avec l'auteur du livre/texte visé.

Ensuite, il y a grosso modo 4 ou 5 parties dans ce texte, et à chaque fois, il s'agit de répondre à une phrase sortie du contexte et parfois parfaitement anecdotique.

Reprenons.

Ce Yann, "pense" que Cerise fait preuve de beaucoup de "naïveté" (réponse une). Ah ? Et dans le fond ? Rien ? OK.

Ensuite, il trouve Cerise arrogant. Hmm, bel argument d'autorité.
Bah ouais, c'est que, Cerise, il a dit que les racialistes doivent d'abord penser à fortifier leur race d'un point de vue démographique s'ils veulent au moins espérer gagner la "guerre", et que leur militantisme ne sert à rien si ils ne le font pas... C'est super arrogant ça. C'est pas comme si tout bon géographe ou bon démographe n'avait jamais pointé du doigt l'impératif démographique dans la question migratoire.

Enfin, le climax de cette intervention, le dernier paragraphe qu'on pourrait résumer par "t'as tort et puis c'est tout, idiot. Meurs sale traitre !".

Alors.
OK, ce Yann n'aime pas Soral et son grand écart entre les "de souche/de branche".
OK, du coup, il n'aime pas Lucien Cerise qui intervient, écrit et publie dans l'orbite de KK et d'ER.
Mais, après lecture de cette "critique", je n'ai qu'une envie en fait, c'est de lire Cerise juste pour embêter l'auteur de ce billet.

Franchement Aryosophe, il y a des critiques de Cerise plus pertinents que ce Yann sur la toile ?

Cordialement

Écrit par : aristide | 03/02/2015

Des critiques plus pertinents que ce jeune racialiste blanc piqué au vif ? Peut être. Bon, je vous l'accorde, voilà un billet qui ne s'embarrasse guère de fioritures ! Mais je l'ai trouvé plutôt "frais", certes un peu vite rédigé mais c'est d'une réaction épidermique dont il s'agit et non d'une réflexion de fond, nullement encombré par cet intellectualisme desséchant dans lequel Cerise (et d'autres) se complait, vaguement menaçant, ce qui nous change un peu des délicates "analyses", dont certains, dans la mouvance/nébuleuse, se sont fait les spécialistes auto-proclamés.

Bref, désolé pour cette apologie de la spontanéité militante !

Pour le reste, c'est-à-dire pour l'essentiel, et même si j'abonde dans le sens de Cerise sur bien des points (notamment sur le retour des identités traditionnelles et la sortie du capitalisme), je ne suis pas d'accord avec lui lorsqu'il nous invite à ne pas nous focaliser sur la question raciale, ce qu'il appelle "abolition de l'ethnique", sous prétexte qu'elle ne serait qu'une étape. Pour moi (et pour notre militant courroucé) la question raciale est centrale. Elle détermine même la nature de nos engagement et de nos combats futurs. Le racialisme, comme l'écrit Julius Evola, rend "plus concret et "organique" le sentiment national (...) Il s'agit ainsi, en premier lieu, d'une continuation de tout ce que le fascisme a cherché à réaliser (...) et d'autre part, d'école de virilité et de force..."

Cerise peut bien moquer le "militantisme racialiste" en feignant d'ignorer que la "préférence immigrée" (dans tous les domaines, y compris celui qui nous intéresse ici, celui de la natalité) a durablement sapé notre capacité à défendre (puisque nous sommes sur la défensive) la communauté ethnoculturelle à laquelle nous appartenons. Il ne s'agit donc pas seulement de "faire des enfants" mais de dire aussi pourquoi nous sommes essentialistes. La reproduction généralisée entre indigènes n'est donc que l'un des aspects du racialisme, n'en déplaise au facétieux Cerise !

Enfin, je n'ai pas besoin de dire ici combien la conclusion très "réconciliatrice" de son article peut être insupportable. Je comprends dés lors la colère de notre jeune camarade ! La "paix identitaire" évoquée par l'auteur a le visage de la mort des identités traditionnelles dont Cerise lui-même espérait, il y a un an, le retour. Contradictoire ? Oui. Et mortifère.

Salutations nationalistes paneuropéennes

Écrit par : Aryosophe | 05/02/2015

Cette vidéo a un and'âge : pour ce qui est de la vidéo elle-même, je trouve que les propos de L. CERISE sont impécables du début à la fin : dénonciation de la technologie en science sociale de manière à "hacker" un individu, ou un groupe ( construction, ou démolition) cela vaut pour les "identités" : donc devrait intéresser du monde ici même...

Ensuite application à "l'humanité " en général au sens œdipien, familial du terme; en lien avec la loi TAUBIRA. Rien à dire non plus.

Enfin, nullité de procédure parlementaire afin de justifier l'abrogation future des décrets : rien à dire.

Ce qui lui est reproché dans certains commentaires ne figure nulle part dans la vidéo et je ne crois que ce que je vois.

Écrit par : ericbasillais | 04/02/2015

Les commentaires sont fermés.