Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2014

Chronique musicale: Stahlgewitter « Das Hohelied der Herkunft »

Stahlgewitter « Das Hohelied der Herkunft » (Das Zeughaus, 2013 / distribution: PC Records)

sg_hohelied.jpg

Stahlgewitter, en cette fin d’année 2013, nous a enfin gratifié d’un nouvel album qui se sera tout de même fait attendre 7 ans, le précédent « Auftrag Deutsches Reich » datant en effet de 2006. Mené depuis ses débuts par un personnage fort réputé dans la scène RAC germanique, Gigi (qui n’a pas chômé ces dernières années, en particulier avec son excellent projet Gigi und die braunen Stadtmusikanten), on est ravi de constater le retour de cette formation incontournable qui a conservé toute sa qualité et son impact et à qui l’on doit ces grands classiques que sont les albums « Germania » et « Politischer Soldat ».

Formé au milieu des années 1990, Stahlgewitter fait partie des grands noms du RAC allemand, tels Kraftschlag ou Landser. Extrêmement populaire outre-Rhin où il est presque aussi connu que Landser (c’est dire !), il m’est cependant toujours apparu comme un groupe bien plus intéressant que les excentriques berlinois qui, malgré le côté « fun » de leurs productions, n’ont pas fait que des chansons intelligentes… Comme Landser, le groupe de Gigi a toujours été sous le feu des autorités de leur pays qui l’ont attaqué maintes fois et ont quasiment toujours fait interdire ses albums, ce qui n’a toutefois jamais entamé sa notoriété et son succès, bien au contraire…


« Das Hohelied der Herkunft » est le cinquième album de Stahlgewitter et ne risque pas de décevoir les nombreux amateurs des teutons. Œuvrant toujours dans son style d’origine : un RAC puissant aux influences Métal et Hard Rock, basé sur des mélodies particulièrement prenantes, le groupe n’a pas non plus abandonné ce qui a fait sa grande spécificité, la voix de son chanteur Gigi. Ce dernier possède en effet une voix reconnaissable entre mille, grave, martiale et pleine de conviction, si présente qu’elle deviendrait presque un instrument de par sa constante mise en avant. Celle-ci accompagne à merveille les 11 titres de ce « Das Hohelied der Herkunft » qui est du pur Stahlgewitter. Le groupe de Gigi, comme à son habitude, n’a pas lésiné sur la qualité de sa musique, de ses textes (entièrement dans la langue de Goethe) et sur la présentation de cet album témoignant encore une fois de la réelle qualité de la scène militante allemande actuelle et que je recommande chaudement à tous les amateurs du genre et à ceux qui veulent découvrir cette scène mal connue voire injustement mésestimée en France (où le pourcentage de groupes de RAC pourris est pourtant bien plus haut)…

Rüdiger

NB : A noter que Stahlgewitter a sorti, en même temps que l’album qui nous concerne, un mini-CD du nom de « Stählerne Romantik » chez le même label. Il regroupe de nouveaux titres et des reprises (dont une de Saccara, premier groupe de Gigi). La qualité est, cela va sans dire, la même que pour « Das Hohelied der Herkunft »…


Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

Je suis le parcours musical de Daniel Giese depuis de nombreuses années , avec Saccara et les débuts de Stahlgewitter..je les avait découvert il y a exactement 14 ans, avec le titre "ZOG" , sa voix est terrible et les paroles sont sans équivoque, radicaux et NS pur jus, je les préféré de loin à Landser , plus axé sur l'humour et une voix plus criarde.
Gigi und die braunen Stadtmusikanten, c'était aussi du grand art! passant de la dérison au serieux, et toujours avec des paroles fortes de justice et de vérité.
Je pense qu'en Allemagne, c'est les seuls avec Kraftschlag et Störkraft à avoir le niveau.

Longue vie à Stahlgewitter (et merci pour cette délicieuse chronique)

Écrit par : KM | 11/01/2014

Je vous remercie.

Mais je vous prie de croire que de nombreux autres groupes valent le coup en Allemagne aujourd'hui (c'est la scène la plus active d'Europe): Act of Violence, Sleipnir, Sturmwehr, Brainwash, 2 Minutes Warning etc. Pour les 3 premiers cités, il y a des chroniques sur ce blog.

Écrit par : Rüdiger | 15/01/2014

Je veux bien vous croire quand vous me dites qu'elle est active... mais cela étant dit, c'est une question de gouts (et peut être aussi de préjugés volontaires) , je ne sais pas si vous avez connu Werwolf, Volkszorn, et Radikahl (l'EvilSkin Allemand eheh ) mais je les préfère au nouveaux...le son "net" ou au contraire trop "hardcore" n'est pas vraiment a mon gout (Hormis peut-être Hassgessang...une exception)

Écrit par : KM | 15/01/2014

Bonsoir,

Pour ma part, je trouve que seul Moshpit est vraiment incontournable chez les teutons, c'est vraiment du bon hardcore. Les autres groupes allemands, je trouve ça vraiment indigeste, mais bon, c'est une question de goût.

Écrit par : JB | 19/01/2014

Les commentaires sont fermés.