Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2015

Quelle mémoire pour le 11 novembre ?

 Quelle mémoire pour le 11 novembre ?

patrie en danger.jpg

Le 11 novembre 1918, l’Armistice mettait fin à un conflit débuté en août 1914. Militairement du moins. En effet, pour nos peuples et pour l’Europe, la Grande Guerre ne s’est pas arrêtée dans un wagon à Rethondes.

Les effets de cette guerre furent absolument dévastateurs. Et le sont toujours. L’Europe perdra près de 18 millions de personnes, des familles sont brisées, voire décimées, des enfants grandiront sans leurs pères, le déficit démographique sera terrible, les mutilés hantent les rues, les frontières sont remaniées de façon souvent arbitraires, l’Allemagne est condamnée à de lourdes amendes, le drapeau rouge est hissé à Moscou, les Etats-Unis s’imposent déjà comme la nouvelle puissance occidentale, la brutalité de la technique déroute les contemporains, le pacifisme et l’unité européenne vont poindre leur nez…

Cette guerre est le grand désastre du XXe siècle dont ne s'est toujours pas relevée l'Europe.

Cette guerre est aussi synonyme de fraternité, de courage, d’héroïsme de la part des soldats. Des millions d’européens, arrachés à leur campagne, arrachés à leur famille, se sacrifièrent. Des européennes furent réduites à l’état d’esclaves dans des usines chargées de fabriquer les obus qui tueraient les fils et les pères, de ceux d’en face. Des hommes seuls résistèrent parfois à des bataillons entiers et reçurent pour cela des médailles.

Soldats ! La France réelle, celle qui se lève aujourd’hui, est admirative de ses Poilus. Elle n’est pas admirative parce que vous avez été contraints de tuer des Allemands, elle est admirative de votre courage, de ses journées dans la boue, la puanteur, où la faim et la soif tiraillaient vos tripes. Vous n’avez rien lâché. Pour la patrie.

Jadis vous avez été trahis. Trahis par des prétendues élites qui vous ont utilisé comme des pions et vous ont sacrifié pour leurs intérêts. Soldats, vous n’êtes pas « morts pour rien », vous avez prouvé que seul le peuple est capable de défendre sincèrement la patrie. Vous avez démontré que seul le peuple, uni dans le combat, pouvait faire l'histoire.

Aujourd’hui nos dirigeants sont bien embarrassés de devoir célébrer à partir de 2014 un centenaire qui leur rappelle ce que fut jadis le peuple Français, un peuple courageux, honnête et droit, dont l’ardeur au combat n’a jamais été démentie. Nos dirigeants ont peur que ce peuple Français en dormition se réveille et qu'il pointe ses baïonnettes non plus vers l'Allemagne, mais vers des élites corrompues, qui nous sacrifient, nous spolient, nous manipulent, nous humilient et n’hésitent pas à nous réprimer quand nous nous opposons à leur dessein mortifère.

En ce 11 novembre, réfléchissons comment nous pouvons être les dignes héritiers des soldats de la Grande Guerre. La patrie est en danger, plus que jamais.

Le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Première publication : 11/11/2013

Commentaires

Rendons aussi hommage à celui qui s'est sacrifié stoïquement cette année, pour tenter, par ce geste symbolique, de réveiller les consciences assoupies par le consumérisme.

Dominique VENNER est aussi l'auteur de:

-Le siècle de 1914. Utopies, guerres et révolutions au vingtième siècle. PYGMALION.

- Le monde de 1914. NRH numéro 14, Septembre 2004.

Écrit par : Alex 57 | 11/11/2013

Les commentaires sont fermés.