Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2013

Chronique musicale: Evil "Twilight and Mourning / Where the sun was never born"

Evil "Twilight and Mourning / Where the sun was never born" (Darker than Black / Hammer of Damnation, 2013)

evil where the sun.jpg

Le célèbre duo brésilien, dont j’avais déjà parlé à propos de son album Hammerstorm, revient en cette fin d’année 2013 avec une production pouvant être pratiquement considérée comme un nouvel album. Comprenant les titres utilisés sur les splits (sold-out depuis belle lurette) partagés avec Drowning the Light et Lone Suffer, je vois d’un bon œil le fait de les regrouper de cette manière sur un seul support qui permettra à tous les malheureux qui avaient manqué les références précitées de se délecter de ces excellents titres qui font partie de ce qu’Evil a fait de mieux ces dernières années.

Le style des brésiliens est incomparable et ce CD ne fait que le confirmer : un Black Metal pur, cru et véritable qui n’a pas besoin de complexité outre-mesure ou de brutalité trop étoffée pour sortir du lot. Non, ici, la structure est simple, plutôt répétitive d’ailleurs mais la musique d'Evil est pleine de ces petits plus qui font la différence: des vocaux certes typiques du genre mais diablement efficaces, une batterie jouant un rôle important dans la plupart des cas et venant supporter des riffs d’une profondeur certaine vous faisant voguer entre fureur, désolation et mélancolie. C'est justement là toute la force d'Evil qui, sans utiliser d'artifices, arrive à faire ressentir par sa musique de vraies émotions que 90% du cirque Black Metal n'a même jamais réussi à approcher.

Rüdiger

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.