Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2013

Chronique de livre : Anonyme, Gouverner par le chaos - Ingénierie sociale et mondialisation, Max Milo Editions, Paris, 2010, réédition 2012

 Chronique de livre :

Anonyme, Gouverner par le chaos - Ingénierie sociale et mondialisation, Max Milo Editions, Paris, 2010, réédition 2012

gouverner par le chaos couv.jpg

Gouverner par le chaos - Ingénierie sociale et mondialisation est un ouvrage anonyme qui s‘intéresse aux méthodes de contrôle des masses au sein de nos « démocraties » occidentales.

Un point de départ : Tarnac

L’ouvrage s’inspire de l’Insurrection qui vient, publié en 2007 par le Comité invisible et qui fut au cœur de l’actualité lors de « l’affaire de Tarnac ». Cette affaire politico-médiatique fut l’occasion pour le gouvernement de droite, alors au pouvoir, de contrer une pseudo-menace terroriste issue des rangs de l’ultra-gauche suite aux sabotages de caténaires de la SNCF.

Ainsi l’auteur* du présent ouvrage estime que des techniques de manipulations furent à l’œuvre lors de cette affaire et élargit son propos sur un certain nombre de techniques mises en place dès le début du XXe siècle mais qui pourraient même remonter à des temps plus anciens, ainsi il cite Sun Tzu qui considère que « Tout l'art de la guerre est basé sur la duperie ».

C’est donc dans une société qui méprise la réalité, qui fonctionne sur le mensonge que nous serions en train de vivre. Le chaos ne serait donc plus ce que rejette le gouvernement, mais ce qui lui permet de se maintenir au pouvoir et d’accroître sa capacité de contrôle. Nous pouvons songer à quelques exemples récents : l’insécurité est un moyen de justifier la mise en place de la vidéo-surveillance, la loi anti-burqa un moyen d’empêcher tout individu de se masquer le visage, le téléchargement illégal un moyen de justifier le contrôle d’internet, l’usurpation d‘identité une justification à la mise en place les passeports biométriques, le vol favorise le pouvoir des banques (qui gardent l’argent) et l’utilisation de la carte bancaire (munie d’une puce électronique), etc… L’ouvrage démontre aussi rapidement que la crise actuelle est une volonté politico-financière pour augmenter le contrôle social et politique de la finance (ce qui rejoint l’analyse de Michel Drac) comme ce fut toujours le cas et la prise de contrôle de certains organismes financiers (comme JP Morgan, ce qui rejoint ici l’analyse de Pierre Jovanovic).

L’homme : une machine comme une autre

En décryptant l’ingénierie sociale, l’auteur nous démontre que les apprentis-sorciers du Nouvel Ordre Mondial considèrent l’être humain comme une machine que l’on peut reprogrammer à souhait en usant d’un certain nombre de techniques. Pour ce faire, différentes disciplines sont employées dans le domaine politique ou médiatique pour manipuler l’opinion : « le marketing, le management, la robotique, le cognitivisme, la psychologie sociale et behaviouriste (comportementale), la programmation neurolinguistique (PNL), le storytelling, le Social Learning, le reality-building. » (p.19)

C’est un véritable musée des horreurs que dépeint l’ouvrage où toutes les stratégies les plus machiavéliques sont mises au point pour manipuler et contrôler les populations en recourant le moins possible à la violence. L’auteur n’hésite pas à utiliser les termes de « piratage » et de « hacking » pour parler de processus visant à modifier totalement, voire à violer, l’esprit et la pensée des individus. Le terme d’ « ingénierie sociale » qui fait l’objet d’un chapitre et qui revient fréquemment est d’ailleurs assez révélateur puisque théoriquement l’ingénieur travaille sur des machines, du « non-vivant » alors qu’il s‘agit pour ceux qui nous gouvernent de travailler sur des êtres vivants. De fait, nous ne sommes pas surpris à la fin de l’ouvrage de lire quelques considérations sur le transhumanisme dans le chapitre « Le biopouvoir ».

Le refus des limites et la volonté de dissoudre non seulement tous les groupes humains, mais l’Homme lui-même semble être l’objectif du Nouvel Ordre Mondial. Une société de zombies reprogrammés par la pensée unique et dirigés par un gouvernement global au sein du « village global ». L’auteur n’est absolument pas dupe de cette volonté affichée par certains individus comme Attali, Minc ou Brzezinski (mentionnés dans le livre) et n’hésite pas à montrer les dangers qui nous guettent à voir se dissoudre la famille, le clan, la tribu ou la nation. Il considère que la frontière est essentielle à l’être humain dans son acception polysémique. C’est l’introduction du chapitre Tittytainment qui attire ici notre attention : « Les architectes** de la mondialisation l’ont parfaitement compris : pour être vraiment efficace, la fabrique du consentement [NDLR : titre chapitre précédent] suppose l’abolition de toutes les frontières. En effet, c’est le maintien de frontières, à tous les niveaux de l’existence, qui rend possible la comparaison, la contradiction, la possibilité de dire « non » et tout le jeu de la dialectique qui s‘ensuit. C’est aussi le maintien de frontières qui appuie le protectionnisme économique, nécessaire si l’on souhaite conserver l’autonomie matérielle et l’indépendance intellectuelle qu’elle permet. » Nous ne pouvons que souscrire à cette réflexion. Dans un autre passage du livre, l’auteur poursuit ce raisonnement à propos du corps humain. La peau (l’épiderme) est la frontière entre l’intériorité et le monde extérieur, l’environnement, cette « frontière naturelle » est ce qui permet à chacun de conserver une part de secret, et c’est cette part de secret, constitutive de notre identité, et source d’imprévu, qui est intolérable pour le Système, qui cherche donc à valoriser au maximum la mise en place de l’identité numérique. Nous ne pouvons que nous désoler de voir autant de prétendus « militants radicaux » épancher leurs faiblesses de cœur ou revendiquer leurs actions sur certains réseaux sociaux, ce qui constitue du pain béni pour le Système qui n’a plus qu’à se créer un simple compte pour contrôler, se renseigner, faire pression et agir.

Je considère souvent que ce « refus des limites », des frontières, propre à certaines mouvances « politiques », est le signe d’un esprit profondément puéril, celui de l’enfant refusant l’interdit et refusant les règles. Je suis donc assez satisfait de lire dans cet ouvrage un certains nombres de pages bien menées qui montre que le Nouvel Ordre Mondial a besoin d‘infantiliser les populations, de les faire revenir à un stade préœdipien. Songeons à l’usage en politique du terme « pédagogie », qui signifie étymologiquement « l’art d’éduquer les enfants », et montre la façon dont nous sommes considérés par nos gouvernants. Cette infantilisation, doublée d’une forte individualisation, contribue à l’effritement du groupe et à l’abaissement des capacités de raisonnement, et donc à l’abandon du politique.

Le chapitre intitulé « La théorie de la jeune-fille » est à ce titre fort intéressant et oppose des principes jeunistes et féministes (encouragés par le NOM***) à des principes hiérarchiques et phalliques. Exprimé ainsi, cela peut paraître un peu « caricatural », je vous invite donc à vous plonger dans ces quelques considérations. Ce chapitre fait suite à celui sur le « Management négatif » qui se conclut entre autre par les théories de Lacan : « Chez Lacan, les groupes humains peuvent se comprendre dans les termes de la logique ensembliste, ou théorie mathématique des ensembles. Lacan distingue au moins quatre modes d’organisation, modes relationnels qu’il appelle des discours : le discours du maître, où le chef domine : le discours de l’hystérique, où l’individu domine : le discours universitaire, où le savoir domine : le discours analytique ; où l’incertitude domine. (Lacan a aussi mentionné une fois dans œuvre un cinquième discours, celui du capitaliste, qui nous semble être une variante de celui de l’hystérique). La formation d‘un ensemble humain, donc l’organisation d’un groupe, requiert de soumettre les individus à une hiérarchie verticale, à un discours du maître, une autorité, une Loi, un phallus symbolique en position d’exception par rapport aux membres du groupe. » Pour ma part, et à la suite de certaines réflexions au sein de l’ouvrage, il me semble important que le discours du maître soit soutenu par le discours du savant.

Au-delà du constat, auquel je souscris pleinement, j’adhère à une bonne partie des réflexions formulées par l’auteur. Cependant certains aspects sont à discuter.

Une critique : lutte des classes et question ethnique

Influencé par l’ultra-gauche, l’ouvrage se fait donc au fur et à mesure un plaidoyer pour la lutte des classes et s’avère plutôt critique sur la question ethnique.

Nous ne nions pas la possibilité d’une lutte des classes, d’ailleurs, la citation du milliardaire Warren Buffett, présente dans l’ouvrage, est édifiante « Il y a une lutte des classes, évidemment, mais c'est ma classe, la classe des riches qui a mené la lutte. Et nous sommes en train de gagner. ». Pour l’auteur, la question ethnique ferait son irruption dans la politique française à la suite de l’action combinée à partir de 1983 du Front national d’un côté, qui exacerberait cette question et de SOS Racisme de l’autre qui en ferait un nouveau combat social. L’auteur précise également que la question ethnique n’a jamais eu une grande importance en France. Le but de cette question « secondaire » serait de détourner de la lutte des classes. J’apporterai un bémol à ses réflexions.

Tout d’abord, il est vrai qu’autant le FN que la gauche et l’extrême-gauche ont utilisé la question ethnique a des fins électorales. Concernant la gauche, le rapport récent de Terra Nova est un aveu. La gauche s’est débarrassée des classes populaires autochtones au profit des « jeunes », des homosexuels et des immigrés, groupes sociaux pouvant être considérés par eux comme des « minorités ». Le tournant libéral de la gauche coïncide astucieusement avec cette stratégie. Afin de masquer son « à-plat-ventrisme » face au Capital, la gauche a agité le hochet de l’anti-racisme. Dans le cas du FN, et dans ce qu’il est convenu d‘appeler médiatiquement « l’extrême-droite », cette question ne saurait relever d’un simple « calcul » politique. Historiquement, les mouvements dits « nationalistes » voire « fascistes » ont toujours compté une portion congrue de non européens (ce fut le cas lors du 6 février 1934, ce fut le cas au sein du PPF, de la LVF puis après guerre du PFN ou d’Occident). Le nationaliste français n’a jamais été un racisme primaire à la sauce amerloque. Cependant, cette question a cessé d’être secondaire lorsque le Capital a utilisé la main d‘œuvre étrangère contre la main d’œuvre autochtone. L’afflux de millions d’allogènes a déplacé cette question « secondaire » (y compris chez les nationalistes) comme devenant une question centrale. Il est impossible aujourd’hui de nier, même pour un marxiste ou un anarchiste sérieux, que la question ethnique est devenue importante, tant elle est facteur de désordre, désordre voulu pour déstabiliser le « marché du travail », autant que la cohésion sociale, ou tout simplement pour créer de nouvelles formes de « stratégie de la tension » (Occident vs Islam, par exemple). Dans ce qu’on appelait jadis le Tiers-Monde, la reconquête contre les puissances coloniales capitalistes est souvent passée par une quête identitaire (indigénisme sud-américain, souvent catholique, nationalisme hindou, panarabisme, bouddhisme, etc…). D’ailleurs l’auteur ne s’y trompe pas puisqu’il considère bien que le NOM veut détruire les structures traditionnelles… Bien que seulement 1% du livre concerne cette question, il m’a semblé important de faire quelques commentaires. Aussi cela prépare une fin qui ressemble à un soufflet au fromage s’effondrant sur lui-même, un délire sur le CNR et un appel des anciens résistants (dont les sinistres Aubrac et le médiatique Hessel) à s’engager (contre le NOM). On peut émettre autant de réserve qu’on veut sur les régimes totalitaires (particulièrement sur les lobbies pharmaceutiques et chimiques allemands), cela n’empêche pas de rester lucide. Comme le montre bien l’auteur, l’essentiel de ce projet mortifère est un produit des milieux anglo-saxons, et ce bien avant la Seconde Guerre mondiale. Nous n’avons pas souvenir que les « résistants » se soient opposés à cette époque, puis au cours de leur existence à l’influence des milieux anglo-saxons… A l’inverse d’un certain Ezra Pound, qui l’aura chèrement payé.

En somme, à l’exception des dernières pages, il s‘agit d’un très bon ouvrage, essentiel pour comprendre les mécanismes de contrôle et de programmation de l’esprit humain et le projet du NOM.

* par commodité j’ai choisi de parler de « l’auteur » au singulier même si l’ouvrage est peut-être écrit par plusieurs personnes.

** le choix du terme « architecte » est surement inconscient, mais ne peut que nous faire sourire, lorsqu’on sait que le rôle que joue le « Grand Architecte de l’Univers » dans la franc-maçonnerie.

*** NOM = Nouvel Ordre Mondial

Jean

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Commentaires

Chers compatriotes, veuillez trouver ci-dessous les détails sur ma toute dernière conférence :

Front National, histoire d'une trahison : http://youtu.be/UYoxRuxltIw

Sujets abordés :
Jean-Marie Le Pen (origines, parcour personnel et politique, évolution, fortune et question migratoire...) ; Front National (affaire Lambert, la SERP, la Veuve Poignet, Parti Populaire Français, Action Française, Philippe Ploncard d'Assac, gaullisme, question juive, mort de MM. Stirbois et Duprat, empire coloniale, PME, MSI, diabolisation, trahison, base militante et escroquerie démocratique...) ; Marine Le Pen (gauchisme, Vatican II du nationalisme, dédiabolisation, affaire Gabriac, l'Œuvre française, départ de Roger Holeindre, droit de l'homme, 1789, laïcité, Radio J...) ; Bruno Gollnisch (ralliement, LICRA, Dominique Venner) ; Cadres (Florian Philippot, Christian Bouchet, Gilbert Collard, Paul-Marie Couteau, Bruno Megret) ; Camp "national" (Radio Courtoisie, Club de l'Horloge, Nouvelle-Droite) ; Doctrine et analyses (Nationalisme, Décalogue, Mondialisme, "droit du sang", antiracisme, problème du "mariage" homosexuel, Franc-Maçonnerie, électoralisme, décret Crémieux).

Florian Rouanet, réalisé le 17 juin 2013.

Écrit par : Florian | 18/06/2013

J'apprécie modérément vos méthodes qui consistent à publier votre publicité dans les commentaires (vous faites la même chose sur Méridien Zéro).

Cependant, je porterai une oreille sur vos considérations...

Écrit par : Gardien du phare | 18/06/2013

Les commentaires sont fermés.