Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2013

Chronique de concert - Thronefest 2013

 Compte-rendu - Thronefest 2013

thronefest 2013.jpg

Le samedi 11 mai se déroulait en Belgique le Thronefest, festival essentiellement dédié au Black Metal.

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas mis les pieds dans un gros concert de Black Metal, autant du fait de la rareté de ceux-ci que de l’ambiance pesante qui y règne trop souvent.

Ce qui a motivé ma volonté de me rendre au Thronefest c’est la présence de deux groupes que j’affectionnais particulièrement quand j’étais plus jeune, Carpathian Forest (Norvège) et Marduk (Suède), dans deux esprits totalement différents. Le reste de l’affiche était assez sympathique avec Belphegor (Autriche), Destroyer 666 (Australie) et quelques groupes plus confidentiels mais qui ont néanmoins proposés une musique de qualité, je songe surtout à Ofermod (Suède) et Funeral Winds (Pays-Bas).

Ce festival est une véritable réussite du point de vue de l’organisation, il faut le noter. Le lieu, le son, et les diverses prestations, tout concourrait à poser de solides bases. Après m’être délesté de quelques euros pour acquérir des CDs qui complèteront ma collection (dont un « Evola Tribute » que je chroniquerai probablement), nous voila parti pour plusieurs heures de musique noire. Assez insensible au folklore sataniste du BM, je dois tout de même admettre que certains groupes sont parvenus à mettre une ambiance très particulière dans leur prestation scénique, je pense particulièrement à Ofermod que je découvrais, n’ayant jamais pris le temps d’écouter leur musique puisque tout ce qui est dans la veine « Black metal sataniste orthodoxe » ne m’intéresse pas. Le chanteur était accoutré d’un long vêtement à capuche et d’un masque noir et s’exprimait dans une langue inconnue de mon répertoire. Pour le coup ceux-là croient vraiment à leur satanisme et le chanteur a déjà fait parler de lui dans la rubrique « faits divers » de la presse suédoise pour divers larcins. Il semble que la Suède soit prédisposée à engendrer tout ce qu’il y’a de plus folklorique… Ce côté branque a surtout eu comme effet de rendre leur prestation réussie, et au fond c’est pour ça qu’on était là…

Ofermod - Thronefest 2013

Les hostilités ont véritablement débuté avec Deströyer 666 qui officie depuis une vingtaine d’année et qui nous a livré une très belle prestation, dont une reprise de Slayer pour rendre hommage à Jeff Hannemann. En effet le festival a eu lieu quelques jours seulement après la disparition du guitariste de Slayer, et cet hommage était le bienvenu. Une prestation de pur Black/Thrash vieille école qui faisait plaisir à entendre.

Deströyer 666 - Black Magic (reprise de Slayer - Thronefest 2013)

Les Autrichiens de Belphegor, qui avaient pour l’occasion prévu le decorum, ont poursuivi le festival avec comme objectif de chauffer la salle en prévision des deux têtes d’affiche. Des cornes de bouc au bord de la scène et quelques figures démoniaques en arrière plan, une musique brutale et accrocheuse pour nos oreilles, en partie issue de leur nouvel album, les Autrichiens s’en sont bien tirés après un début un poil poussif où la batterie avait un son horrible. Leur musique assez puissante est enrichie d’une ambiance parfois plus «mélodique ». Le chanteur n’a pas hésité à communiquer avec le public, ce qui change des postures de « soldats de l’enfer » que se donnent certaines personnes de ce milieu….

Belphegor - Thronefest 2013

Le public, venons-y justement. Je m’étais un peu éloigné de cette scène, car les poseurs en tout genre ont tendance à m’insupporter. Ma principale surprise fut de voir le public applaudir. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu une seule fois un groupe de Black metal être applaudi sur scène. Il faut dire que j’ai tellement côtoyé l’underground où il fallait avoir l’air super méchant avec des clous de 15 centimètres sur les bras et 3 rangées de cartouchières, que ce n’était pas une coutume très répandue. Et ça ne m’a pas déplu, car j’ai trouvé le public globalement positif. De fait l’ambiance était plutôt bonne et les gens plutôt bienveillants entre eux. Je n’ai pas trop senti non plus ce truc pénible qui consiste à scruter de la tête au pied, à analyser le moindre patch ou le nombre rangées de cartouchières pour savoir si t’es un vrai de vrai ou pas. J’ai même eu la surprise de voir des hipsters (bon là par contre je m’en suis fait un dans le pogo, c’est atavique), des hardcoreux, etc… Bien évidemment un concert de Black metal est l’occasion de croiser pleins de jolies filles habillées comme on aime. A côté de ça il y’a la face détestable de la pièce, les mecs qui balancent leurs papiers de frites et de sandwich partout alors que la poubelle est à 3 mètres, le type qui ramène 4 bières dans ses deux mains en plein milieu de la foule déversant le précieux liquide sur les voisins, la nana qui fume alors que la salle est non fumeur (je ne supporte pas le tabac), le mec de 40 ans complètement bourré qui tient debout on sait pas trop comment et qui a la tête ravagé par des années de biberonnage intensif, le jeune de 19 ans qui critique tout : le son, le chanteur de tel groupe, le guitariste de tel autre, etc… bon écoute gamin, monte sur scène et montre nous que t’es un héros de la gratte… sinon ferme ta gueule. En définitive, au-delà de ces quelques stéréotypes, il y’a eu des progrès notables dans l’attitude des Black métalleux, reste encore à faire comprendre au type qui met une veste Peste Noire ou un patch Absurd et des paraboots qu’il faut arrêter de passer pour un apo. Non, c’est bon, on t’a grillé.

C’est donc face à une foule de bonne humeur et fort peu bigarrée que se sont présentés les Norvégiens de Carpathian Forest. Une vraie réussite. Les morceaux étaient bien exécutés, Nattefrost (le chanteur) était dans de bonnes dispositions, n’hésitant pas à faire des blagues, bref c’est tout l’esprit Punk et Thrash du groupe qui ressortait. J’ai souvent considéré CF comme totalement sous-coté, surement par leur refus de se prendre vraiment au sérieux, et pourtant je dois dire que c’est surement le seul vieux groupe (avec Immortal) dont je ne considère aucun CD comme mauvais. Les Norvégiens ont enchaînés nombres de leurs  principaux titres comme Morbid Fascination of Death ou Skjend Hans Lik, n’hésitant pas non plus à intégrer leurs morceaux ambiants assez torturés. Un pur de moment de Black n’ roll !!!

Carpathian Forest - Skjend Hans Lik (Thronefest 2013)

Après cette claque musicale de haute volée, c’est à Marduk qu’il advenait de conclure la soirée avec une spéciale « Panzer Division Marduk », le CD le plus brutal du groupe et qui fit tant gloser sur les prétendues opinions politiques de la joyeuse bande... J’étais assez circonspect avant leur arrivée sur scène, car quiconque connaît Marduk se doute que la transposition scénique risque d’être assez répétitive, voire inaudible. Pourtant les géants de la scène suédoise s’en sont pas mal tirés. Même si on a tout de même un peu l’impression d’entendre le même morceau, ce fut une heure de musique ultra brutale, entrecoupé entre les morceaux de bruits de guerres, en somme un véritable bombardement s’est abattu sur la Kubox de Kuurne en ce samedi. Le groupe nous a même offert un rappel, malgré le caractère apathique du public. Peu de pogo alors que j’imaginais une énorme destruction… Il fut tout de même appréciable d’entendre quelques vieux morceaux issus d’anciens albums qui étaient tout de même plus mélodique tout en restant brutaux (comme Dark Endless). Une fin en apothéose où je suis ressortit aussi transpirant et endolori qu’après une bonne séance de sport.

Marduk - Thronefest 2013

Un festival très réussi, dans une bonne ambiance, avec des groupes de bonne qualité. Ce qui m’amène à insister sur le fait que si on expurge les délires occulto-satanistes, le Black metal demeure un style musical très diversifié et de qualité.

Jean

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.