Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2012

Chronique d'album: Peste Noire - Ballade Cuntre lo Anemi Francor

 Peste Noire - Ballade Cuntre lo Anemi Francor

kpn ballade.jpgAprès avoir ouvert la voie à son style propre avec son premier album, La Sanie des siècles - panégyrique de la Dégénérescence poursuivit par Folkfuck Folie bien plus crade et direct, source de débat et de nombreuses critiques dans le microcosme du métal, Ballade Cuntre lo Anemi Francor, troisième album du groupe, est surement encore plus aboutit.

 Malgré une imagerie bien évidemment « black metal », le groupe puise largement dans le nationalisme contre-révolutionnaire d’inspiration royaliste et catholique. Ainsi La France bouge est une reprise d’un chant royaliste des Camelots du Roi du début du XXe siècle dont les paroles ont été modifiées mais qui se conclue par un très clair « les Français sont chez eux ». Déjà dans Folkfuck Folie, le groupe n’avait pas hésité à reprendre le Psaume IV  de Robert Brasillach, issu des Poèmes de Fresnes, ce qui traduit la volonté du groupe à la fois de susciter la réaction et de récupérer l’ensemble de la littérature française.

 Le titre Ballade Cuntre Les Anemis De La France, quant à lui reprend un poème de François Villon (1431-1463) et contribue à renforcer l’aspect médiéval apocalyptique de l’album. Ambiance que la pochette retranscrit très bien et qui rappellera à certains les pochettes d’Absurd ou plus récemment des français de Mourning Forest. Imagerie de cette fin du Moyen Âge qui retranscrivait l’angoisse de deux siècles de crises marqués par la famine, les guerres et les épidémies, comme la fameuse… peste noire.

Le CD se conclue par le mélancolique morceau Soleil Couchant, poème de Paul Verlaine. Du point de vue musical justement, l’album est très riche, alternant des morceaux longs, aux riffs torturés, renforcés par une guitare désaccordée et des instrumentaux courts complètement décalés, souvent mélancoliques ou malsains. Peste Noire parvient à poursuivre sa propre voie et à créer son propre style en allant encore plus loin que dans La Sanie des siècles – panégyrique de la dégénérescence. Chaque morceau peut alterner des ambiances très différentes comme dans la Mesnie Mordrissoire, qui débute par un rythme très guerrier et se conclue de façon très calme avant les paroles finales, tiré d’un chant célèbre de la Légion Etrangère : « Adieu vieille europe ! ».

Les morceaux phares de l’album sont très probablement, la Mesnie Mordrissoire, A la Mortaille ! et Rance Black metal de France, mais vous apprécierez aussi Ballade Cuntre les Anemis de la France et Soleils Couchants. Les différents interludes ne présentant à terme que peu d’intérêt, comme dans de nombreux CDs. Peste Noire parvient avec Ballade Cuntre lo Anemi Francor à pousser encore plus loin son concept qui a tant fait grincer des dents les puristes du genre. Ballade Cuntre lo Anemi Francor est à mon avis plus difficile d’accès que La Sanie des siècles – panégyrique de la dégénérescence et paraît consommer encore plus la rupture avec une certaine « orthodoxie » du Black metal.

Peste Noire - Rance Black Metal de France

De toute évidence, Peste Noire mélange la beauté, parfois tragique ou mélancolique, de la littérature française avec une musique déjantée qui au premier abord ne colle pas du tout avec les textes classiques. Avec Peste Noire nous sommes loin des salons feutrés du tout-Paris. Pourtant la démarche est intéressante, car le groupe s’est réapproprié une culture étrangère au Black metal, n’a pas hésité à intégrer des auteurs catholiques dans un style traditionnellement anti-chrétien et surtout produit une musique qui a pour fil conducteur l’apocalypse dans une époque de fin des temps. Notre époque est laide et Peste Noire produit de la musique crade. Simple.

Jean

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.