Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2012

Chronique de concert: Hardcore Contest 2012 (Bolzano)

 Hardcore Contest 2012 (Bolzano)

C’est à l’occasion d’un gros concert de Hardcore militant italien organisé par Black Shirts Records et U-boot 37 que nous avons fait le déplacement dans la ville de Bolzano, au nord de l’Italie, à deux pas de l’Autriche. Bolzano est une ville bilingue où l’on parle italien et allemand. En témoignent les deux quartiers les plus notables de la ville : un quartier construit sous l’ère fasciste où l’on trouve le plus fameux bas-relief fasciste d’Italie et un arc de triomphe, ou le superbe quartier médiéval doté d’une église de l’ordre teutonique.

monumento-alla-vittoria.jpg

MAS250.jpg

Bolzano compte une communauté militante de Casa Pound Italia très active, l’une des plus actives du pays. Nos camarades italiens sont ainsi dotés d’un local politique, d’une boutique, d’un pub très sympathique dans l’esprit du Cutty Sark romain et d’un gros bâtiment, le MAS 250, abritant le siège à la protection civile de Casapound, la Salamandra, un studio d’enregistrement, une salle de concert et permettant de loger des italiens sans domicile ou victimes de catastrophes naturelles. C’est là que se déroulait le concert du 27 octobre où s’étaient rendues entre 100 et 150 personnes, d’Italie avant tout mais aussi d’Espagne, de Pologne, de République Tchéque, de Suisse et de France. Les participants n’ont pas tous le même style, les mêmes coupes de cheveux, il y a des filles ; un salon de tatouage est mis en place pour l'occasion, on n’est pas dans le ghetto.

HC2012.jpgBelle affiche.  Six groupes plus ou moins récents dont certains ont déjà eu leur place mise à l’honneur sur ce blog : Ribelli d’Indastria, Blind Justice, Drizza Torti, Green Arrows, No Prisoner et enfin Still Burnin’ Youth en tête d’affiche à l’occasion de la sortie de son nouvel album « Brucia Ancora » (qui est donné gratuitement à l’entrée du concert dont la place ne coûte que 10 euros…). Tous les groupes œuvrant dans le style hardcore, il serait fastidieux de présenter leurs performances respectives. Nous préférons souligner certains aspects forts comme cette efficacité et cette énergie que l’on retrouve chez chacun d’entre eux. La meilleure impression nous fut laissée par No Prisoner et Green Arrows, groupes de Bolzano ainsi que par Drizza Torti, formation de Viterbo. Drizza Torti, qui a succédé aux très populaires Hate for Breakfast, interpréta justement trois reprises de ces derniers pour la plus grande joie du public. Des reprises, la soirée n’en manqua point : des titres fameux d’Agnostic Front, Judge, Minor Threat, Blitz entrecoupèrent les morceaux originaux des différents groupes. Ce fut également sur les hymnes que sont en Italie « Come il vento » d’Intolleranza et « Rivolta » de Plastic Surgery que Still Burnin’ Youth conclut un concert au milieu d’une foule survoltée. Durant toute la soirée, celle-ci fait comme les groupes : elle se donne à fond. Le public monte sur scène pour ensuite sauter dans la foule avec la bénédiction des musiciens qui n’hésitent pas non plus à en faire de même. L’ambiance est explosive, le pogo quasi-continuel et certaines chansons sont jouées sur une scène bondée où se retrouvent parfois 30 personnes en même temps ! L’atmosphère est pleine d’énergie mais est propice à l’affirmation d’un esprit de camaraderie vivace et vraiment fréquent chez nos camarades italiens.

 La communion du public avant le pogo

concert bsr 1.jpg

Pogo et plongeons!

concert bsr 2.jpg

Les membres de Blind Justice agitant les drapeaux du Blocco Studentesco et de Casapound

concert bsr 4.jpg

Ce « Hardcore Contest 2012 » fut une excellente expérience musicale et humaine qui nous a permis, une fois encore, de tisser des liens avec nos camarades italiens qui méritent amplement leur succès de par leur travail militant à la fois novateur et incessant. Tout ce qui a été souligné plus haut sur le réseau CPI à Bolzano prouve que, dans une ville à peine plus grande que Dunkerque par exemple, il est possible de militer autrement et d’aboutir à de sérieux résultats. Un travail continuel et des militants sérieux, cela permet de mener à leur terme des projets de qualité qui ne sont qu’une étape dans un cheminement politique évidemment entendu sur le long terme.

Le Cercle Non Conforme

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Les commentaires sont fermés.