18/09/2014

Italie: la guerre médiatique de Beppe Grillo (OJIM)

L’histoire du « Mouvement 5 étoiles » (Movimento 5 Stelle) de Beppe Grillo et de sa relation avec les médias représente un cas unique dans le monde des démocraties occidentales. Bien sûr, il existe dans presque tous les pays des mouvements minoritaires qui prônent la « démocratie directe », jouent la carte du web et du réseau et sont en opposition forte avec les médias dominants. Mais il n’y a qu’en Italie que l’on peut observer un mouvement d’une telle ampleur ayant déclaré une guerre totale à l’ensemble du système journalistique. Le mouvement 5 étoiles a en effet obtenu 25,55% des voix lors des élections législatives de 2013, soit 8,7 millions de voix ; et 21,15% aux élections européennes de 2014, soit 5,8 millions de voix.

Beppe-Grillo.jpg

Le mythe fondateur

Pour comprendre la relation de Beppe Grillo avec les médias, et bien saisir sa véritable identité politique, il convient de remonter dans le temps et de revenir à ce qui est perçu comme un véritable « mythe fondateur » : le 15 Novembre 1986, en début de soirée, sur Rai Uno, la chaîne principale de la télévision publique italienne. Débute alors « Fantastico », l’une des émissions les plus regardées des années 80. A cette époque, Beppe Grillo est un comédien bien établi qui intervient pour faire un sketch satirique. Le comédien fait alors une plaisanterie sur le leader du Parti socialiste italien, Bettino Craxi, alors premier ministre, autour duquel flotte une forte odeur de corruption. Grillo raconte une visite en Chine effectuée par tout le personnel du parti socialiste italien. Dans sa blague, il fait parler un collaborateur du premier ministre qui demande à ce dernier: « Mais ils sont un milliard et ils sont tous socialistes ? ». Après avoir reçu une réponse positive, le collaborateur poursuit en demandant : « S’ils sont tous socialistes, alors qui volent-ils ? ». A la télévision publique italienne, bigote et très politisée à gauche, la plaisanterie, qui peut paraître assez anodine, fait un véritable scandale et Grillo est éloigné des plateaux suite à des pressions politiques.

L’ostracisme, cependant, n’est que de courte durée : en 1988 et 1989, Grillo participe à l’événement musical très populaire du Festival de San Remo, l’un des programmes de télévision les plus regardés en Italie. Il travaille également pour le cinéma et, au début des années 90, fait son retour à la Rai. C’est seulement à partir du milieu des années 90, que Grillo commence à véritablement disparaître de la télévision, du moins des principales chaînes, différents canaux de TV par satellite continuant à diffuser son émission et ses « discours à l’humanité » dont le contenu, au fil des ans, prend une tournure toujours plus politique. Dans l’hagiographie de Beppe Grillo, diffusée par lui-même auprès de ses « fidèles » de plus en plus nombreux, l’épisode de 1986 représente toutefois une étape cruciale dans un parcours présenté comme initiatique. Pour Grillo et ses admirateurs, c’est à cette date que commence le martyr de l’humoriste politiquement incorrect, c’est ce jour que nait le conflit entre la vérité et le mensonge, entre l’honnêteté et la corruption. L’éloignement de la télévision est alors entamé et ce récit devient une sorte de palingénésie dans laquelle Grillo n’est plus un simple membre turbulent du « show bizness » mais devient un héros du peuple face aux oligarques.

Un des blogs les plus influents du monde

Éloigné de la télévision, Grillo commence alors à faire le tour des villes italiennes avec ses spectacles qui deviennent de véritables réunions politiques au cours desquelles le comédien parle aussi bien de l’écologie que de la finance. Il développe progressivement ce qui va devenir la position centrale de son mouvement : « Il faut parler directement au “peuple“, sans le filtre des journalistes et des divers médias ». Il faudra un certain temps, cependant, pour qu’il prenne conscience que le « net » est le moyen de communication vital pour « sa » révolution. Encore en 2000, dans le spectacle « Time out », il effectuait de lourdes attaques contre la technologie et les ordinateurs. Mais un jour, à l’issue d’un de ses « shows », Grillo rencontre un fan qui lui explique les incroyables possibilités du réseau. Il s’agit de Gian-Roberto Casaleggio, un entrepreneur dans la branche du conseil stratégique qui a une vision philosophique assez étrange de l’avenir de l’humanité, un avenir où le web assume un rôle presque messianique. Le comique, comme c’est typique de beaucoup d’« ignorants technologiques », est fasciné par ce discours. En 2005, avec Casaleggio, Grillo ouvre son blog : beppegrillo.it. La réussite est fulgurante : en 2006, le site est considéré comme le 28ème blog le plus fréquenté au monde. En 2008, The Observer publie un classement des blogs les plus influents au monde et classe Beppe Grillo à la 9ème place. Le succès phénoménal du blog incite l’ex-comique à faire véritablement son entrée en politique.

En janvier 2008, Grillo annonce sur son blog la naissance d’une nouvelle forme de participation politique directe via des « listes civiques 5 étoiles » approuvées par lui même. C’est le début du mouvement. Le reste, et notamment ses succès électoraux, est bien connu.

Aucun contact avec les journalistes : une stratégie payante

L’attention croissante que Grillo « homme politique » parvient à capter auprès des Italiens suscite bien sûr la curiosité croissante des médias. Mais à ce moment, cependant, Grillo fait un choix radical qui va être couronné de succès : ne parler en aucun cas avec les journalistes. Grillo n’accorde donc aucune entrevue, ne se rend pas dans les émissions politiques, ne participe pas aux débats télévisés ou radiophoniques. Pour les autres dirigeants du mouvement, il y a également une interdiction d’aller à la télévision. La télévision, affirment les dirigeants du M5S, est un média vieux et désuet, la télévision est bonne seulement pour les hommes des partis traditionnels. Grillo sait aussi que ses candidats, recrutés dans la société civile, ne sont pas experts dans les mécanismes de la télévision. L’interdiction est donc également sensée les protéger des pièges des « vieux briscards » du journalisme politique. Pour Grillo, les journalistes sont « de mèche » avec le pouvoir en place, toujours prêts à poser des questions embarrassantes pour tenter de piéger ses candidats. Il doit donc protéger ses militants, qui, selon lui, sont trop « purs » et « naïfs » pour se jeter dans « la fosse aux lions » des joutes médiatiques. Si cette interdiction s’est un peu assouplie ces derniers mois, une méfiance globale envers les médias perdure à la tête du mouvement.

La stratégie va se révéler extrêmement payante, les discours de Grillo bénéficient d’une couverture exceptionnelle des médias. Frustrés d’entrevues, de conférences de presse et de déclarations officielles à la presse, les médias sont « désespérés » et se jettent sur la moindre information relative au mouvement 5 étoiles. Grillo ne parle pas aux journalistes, mais les journalistes parlent beaucoup et toujours de lui.

[...]

Lire la suite: OJIM

16/09/2014

Nouvel album de Blind Justice "Terra e sangue"!

bj.jpg

11:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

15/09/2014

Chronique de film: Garde à vue (un film de Claude Miller)

Garde à vue, un film de Claude Miller (France, 1981)

gardeavue.jpg

Une soirée de réveillon, la pluie qui tombe, le bureau austère d'un commissariat de police. Le décor est planté, froid et morne. Il sera celui où se déroulera la quasi-majorité de Garde à vue.

Deux fillettes viennent d'être retrouvées mortes et violées. L'inspecteur Antoine Gallien a convoqué maître Martinaud, notaire, qui a retrouvé le corps de la seconde victime. Le policier souhaite initialement éclaircir certains points de détail mais ses suspicions et les comportements troubles de Martinaud vont vite obliger ce dernier à s'ouvrir et à livrer ses secrets les plus honteux...

C'est ainsi que, dans ce huis-clos infernal, le spectateur plonge dans les rouages d'un basculement de statut: de témoin, comment devenir suspect. Simple en apparence, oui... mais efficace! On ne parle point ici de cinéma hollywoodien entendu mais de ce vieux cinoche français d'une qualité inégalable où le spectateur est tenu en haleine tant par le jeu excellent des acteurs que par la réalisation et les dialogues exquis de Michel Audiard qui est à l'origine de ce long-métrage (même s'il ne l'a pas réalisé lui-même). Pendant une heure trente, nous sommes au cœur d'un véritable duel verbal, rempli de finesse mais également de manipulation entre deux monstres du cinéma français: l'inimitable Lino Ventura (le flic) et le très trouble Michel Serrault (le suspect).

Entre le fonctionnaire recherchant la (sa?) vérité et l'homme dont on ne sait s'il est un manipulateur habile ou un individu effondré, poussé à bout par son histoire personnelle, le spectateur assiste à une joute implacable où se mêlent les thèmes de la manipulation, de la diffamation et de la bassesse humaine. Ce qui est le plus frappant, c'est encore cette image désabusée d'un couple de bourgeoisie provinciale, de ses rêves déchus et du relationnel sordide qui en découle.

De nombreux joyaux du cinéma de chez nous sont trop souvent laissés dans l'ombre au profit de films sans âme tout juste dignes de finir vendus au rabais dans un discount-market...
Ne manquez donc pas de (re)découvrir ce classique indémodable qui se révèle en outre une excellente source de réflexion.

Ann et Rüdiger / C.N.C.

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

14/09/2014

You Must Murder & Terrorsphära: sortie du split CD en octobre!

YMM terror.jpg

11:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/09/2014

Entretiens non-alignés avec A.Chauprade et F.Philippot.

Aymeric Chauprade

Florian Philippot

12/09/2014

Méridien Zéro #200: "Panorama actu: une rentrée de folie"

Chers auditeurs et auditrices,

Méridien Zéro fait aujourd'hui sa rentrée, pour une nouvelle saison durant laquelle nous espérons encore améliorer nos émissions et rétablir une qualité technique à laquelle nous aspirons depuis ce printemps. Cette semaine, pour fêter dignement la 200e de nos émissions, nous vous proposons un panorama actu sur l'actualité française, avec les commentaires éclairés d'Adrien Abauzit, Xavier Eman, Maurice Gendre et du Lt Sturm. Le système trébuche ? Aidons-le à tomber !

A l'abordage et pas de quartier pour cette quatrième année consécutive !

A la technique et parfois derrière le micro, Jean-Louis Roumégace

flyer-emission-12-09-14.jpg